Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h





télécharger 98.33 Kb.
titreConsommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h
date de publication06.07.2017
taille98.33 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > documents > Documentos
frame1

ÉLÉMENTS DE CORRECTION


E3 – ÉTUDE DES INSTALLATIONS – OPTION B
SESSION 2015

PARTIE 1 : CHOIX DES ENERGIES



    1. Consommation du bâtiment :


Chauffage : BV = 1120 – 200 = 920 W/°C

Dju = 3652 d’où Cb = 56445 kW.h

i = 0,7

ECS 400 x 365 x 4,18 x (55 – 10) = 7629 kW.h


    1. – Consommation de l’installation 1 :


Chauffage + ECS produite par chaudière gaz =
56445  7629
group 955

0,85


= 75381 kW.h





    1. Consommation installation 2 :


Production solaire chauffage 56445 x 0,35

ECS 7629 x 0,7 Total solaire = 25096 kW.h



Consommation appoint :

56445  7629  25096



group 952

0,85

= 45856 kW.h




Economie annuelle : 80093 – 48722 ( ou

25096



group 949

0,85
) = 29525 kW.h



    1. – Temps de retour :



Economie annuelle : 29525 x 0,083 = 2451 €
Surcoût réel de la solution solaire : 31200 x 0,65 = 20280 € d’où Tr = 8,3 ans

    1. – Bilan CO2 :



Gain annuel en émission de CO2 : 29525 x 0,274 = 8090 kg CO2 / an


    1. – Le paramètre ayant la plus grande influence sur le bilan d’une installation solaire est la surface de capteurs. Le taux de couverture augmente avec cette surface tandis que la productivité des capteurs, en kW.h/m2, diminue.



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 1/9

    1. group 923- N’ont pas été prises en compte les émissions liées au cycle de vie des matériels spécifiques (capteurs, ballon, échangeur) ainsi que celles résultant de la consommation de la pompe solaire.



PARTIE 2 : ANALYSE DE FONCTIONNEMENT



2.1 – Chauffage


      1. – La caractéristique d’un système PSD est que le stockage des calories solaires se fait dans les dalles, le fluide caloporteur alimentant la surface de captage circulant directement dans ces dalles.

Avantages :

        • pas de ballon de stockage solaire « chauffage »

        • pas d’échangeur entre les capteurs et les dalles, d’où une température de fonctionnement de ceux-ci plus basse et un meilleur rendement du système solaire

Inconvénients :

        • circulation du fluide caloporteur dans l’ensemble du circuit chauffage (puissance transportée plus faible pour un même débit, augmentation des pertes de charges et des risques de fuite)

        • difficulté de régulation liée au déstockage « en direct » des calories solaires




      1. – Pendant les arrêts nocturnes de la pompe solaire P5, le fluide caloporteur se refroidit dans la surface de captage au contact de l’extérieur. Au redémarrage de cette pompe, une partie du débit de ce fluide est réinjecté dans la chaudière, via la bouteille hydraulique. D’où une température de retour très basse.

Risque : condensation locale et détérioration rapide du corps de chauffe si la chaudière n’est pas adaptée (cf CCTP § 4)

2.2 – Régulation du plancher chauffant « centre d’accueil »



2.2.1 et 2.2.2 : Schéma fonctionnel de régulation


group 720
group 691
group 661



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 2/9

Graphes de fonctionnement
Régulation : pour Text = 0°C, Tdépart planchers ≈ 34°C
Sécurité : thermostat arrêtant la pompe P1 si la température de départ planchers atteint 55°C. Le différentiel statique peut être fixé à 5°C.



Régulation

Sécurité(s)



Graphe d’action

group 64850°C
Pompe P1


group 6211


20°C

- 21°C 19°C

Température extérieure

0


group 60650°C 55°C

1 Température départ planchers

0

28 34


2.3 Production ECS





      1. - Etat des vannes en fonctionnement normal







V1

V2

V3

V4

V5

V6

V7

Ouverte

x




x

x




x

x

Fermée




x







x









      1. – Rôle des vannes

        • Vanne V2 : utilisée pour bipasser le ballon solaire en cas d’intervention sur l’installation solaire, l’appoint assurant alors seul la production ECS

        • Vanne V5 : utilisée pour bipasser le ballon d’appoint en cas d’intervention sur celui-ci. La production d’ECS est alors confiée à l’installation solaire seule.

        • Vanne Vb : mitigeur en tête de distribution afin alimenter les points de puisage en ECS à 55°C quelle que soit la température de production en amont dans les ballons, solaire ou appoint. Obligatoire en collectif.



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 3/9

      1. – Modification du schéma

Cette modification propose de bipasser le ballon d’appoint dés que la température dans le ballon solaire dépasse la température de distribution, soit 55°C. La vanne 3 voies dirigera alors directement l’ECS vers le mitigeur, sans passer par le ballon d’appoint.

Le différentiel du régulateur peut être fixé à 5°C environ, le mitigeur assurant une température de distribution constante.




group 199 group 196
group 191


PARTIE 3 : HYDRAULIQUE ET CHOIX DE MATERIEL



group 184group 1553.1 – Dimensionnement du plancher chauffant zone « Réception »



      1. Coefficients d’émission


group 153αh =

Rbas Rtot
et αb =

0,07

Rhaut Rtot


group 149group 1510,03 1

avec Rbas =

+

group 1471,6


0,01

1,15

0,1

+

group 14511,6


group 1430,2

= 0,156 m2.°C/W

1


Rhaut =

1,6

+ +

group 141group 1390,04


1,4

+ = 2,706 « Rtot = 3,005 m2.°C/W

group 1375


D’où αh = 95 % et αb = 5 %



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 4/9







      1. – La puissance à installer est donc de




      1. – Calcul de la température de sol

8500



group 134

0,95
= 8947 W

        • Surface chauffante = 5 x 70 x 0,2 = 70 m2

8750


        • Δθ=


group 131

11,6x70


= 10,8°C d’où θsol = 29,8°C

Cette valeur est incompatible avec les prescriptions du DTU 65.14 (cf § 5.5) Ce dimensionnement ne peut donc être validé.



      1. – Une augmentation du pas, qui conduit à une augmentation de la surface chauffante (se rapprochant de la surface disponible) donc à une diminution de la température de sol. Elle permettra de plus de diminuer la longueur de tube à installer.


    1. - Raccordement hydraulique du réseau « Communs»





      1. – La fonction du by-pass entre la vanne 3 voies et la pompe est d’abaisser le niveau de température départ planchers de 80 à 50 °C dans les conditions nominales, la vanne 3 voies étant maintenue à pleine ouverture dans ces conditions.

      2. – Le fluide solaire circulant en direct dans les planchers

        • Débit total dans les planchers (pompe P1) P = 45 kW

Δθ = 10°C (régime 50/40)

c = 3,76 kJ/kg.°C qm = 1,2 kg/s d’où QvP1 = 4464 l/h (avec ρ = 1036 kg/m3)


        • Débit dans la voie commune P = 45 kW

Δθ = 40°C (régime 80/40)

c = 3,76 kJ/kg.°C Qvvoie com = 1116 l/h d’où Qv bp = 3348 l/h


      1. – Sélection vanne 3 voies

La documentation indique Kvs = 7,5 m3/h

Qv

D’où Δpv = (

group 128

Kvs


)2 = 0,022 b = 220 daPa pour un fonctionnement à l’eau pure

soit Δpv = 297 daPa avec le fluide caloporteur

297


L’ autorité est de
group 125

235  297


= 0,56

Cette autorité est satisfaisante, la sélection de la vanne peut donc être validée.

3.2.3 – Sélection de la pompe

Les caractéristiques techniques de la pompe sont débit 4,5 m3/h (cf question 3.2.2)

Hm = 235 + 297 + 5500 = 6032 daPa = 6 mCE


BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 5/9

D’où la sélection PRIUX MASTER 32-65 Abaque → Pélec = 120 W en mode Δp-c

3.3 – Raccordement hydraulique des capteurs


      1. – L’équilibrage hydraulique est essentiel sur ce type d’installation car un champ de capteur sous-alimenté en débit verra sa température moyenne augmenter et son rendement diminuer rapidement, cette perte de rendement pouvant même provoquer l’arrêt total de production du champ en question et une chute importante du bilan solaire annuel. Un montage en boucle de Tickelman est donc conseillé car il permet

        • De réaliser un équilibrage parfait des champs de capteurs montés en parallèle (ceux-ci étant de surfaces identiques, donc parcourus par le même débit)

        • De pallier aux erreurs et imprécisions de mise en service dans le cas d’utilisation de vannes ou tés de réglages, ainsi qu’au risque de déréglage en cours de maintenance.

Cette boucle doit être réalisée de préférence sur l’aller des capteurs puisque la température du fluide y est plus faible, donc les déperditions linéiques (en hiver en particulier) réduites d’autant.



      1. – Voir page suivante



      1. – Dimensionnement

        • Débits : le constructeur préconise un débit de 40 l/h.m2 de surface totale d’absorbeur. Chaque champ présente une surface de 5 x 2,3 = 11,5 m2.

D’où un débit de 464 l/h.champ.

        • Critère de dimensionnement : le constructeur recommande des vitesses comprises entre 0,4 et 0,7 m/s.

        • Dimensionnement : voir page suivante.



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 6/9






































group 69 group 442,70 m




































2,70 m

D

group 13



Tronçon

Débit [l/h]

Diamètre [mm]

w [m/s]

j lu sur abaque [mmCE/m]

Alimentant 1 champ

464

21,3 x 2,3

0,58

32

Alimentant 2 champs

928

26,9 x 2,3

0,65

27

Alimentant 3 champs

1342

33,7 x 2,9

0,58

17

Alimentant 4 champs

1856

42,4 x 2,9

0,49

8



BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 7/9

      1. – PdC totale entre C et D




        • Tuyauterie : pour 1 champ sur le retour L1 = 2,70 m

sur l’aller L4 = 12,40 m

L2 = 6,20 + 5,40 = 11,60 m L1 = 2,70 m

soit une PdC théorique = (32 x 5,40) + (27 x 11,60) + (8 x 12,40) = 585 mmCE En tenant compte des PdC singulières et de la nature du fluide

PdC totale tuyauterie = 585 x 1,25 x 1,35 = 988 mmCE


        • Champ de capteurs : pour un capteur traversé par un débit de 460 l/h, la doc constructeur indique une PdC de 50 mb (pour un fonctionnement au fluide solaire) soit pour un champ

5 x 50 = 250 mb = 2500 mmCE


        • PdC totale entre C et D = 988 + 2500 = 3488 mmCE



PARTIE 4 : COMBUSTION


4.1 – Etude de la combustion

4.1.1 : 40%

4.1.2 : excès d’air trop élevé : fermer le volet d’arrivée d’air


    1. – Optimisation de la combustion


      1. :V fumées = Pfh +0.15 x Pcomb

= 25.09 + 0.15 x 23.25

= 28.6 m3 / m3 gaz
pertes

      1. group 10: rendement = 1 - PCI


Pertes sensibles = m x C x Δθ = 1.27 x 28.6 x 1.03 x (115-10)

= 3928 kJ

= 1.1 kWh



rendement = 1 -

1.1
group 7

25.42
= 0.96




      1. : Bon rendement, dû à un faible excès d’air et à une basse température des fumées



4.3 – Etude de l’émission de CO2


4.3.1 la quantité de CO2 produite est la même quelque soit l’excès d’air. La lecture sur le diagramme (combustion stœchiométrique) indique : % CO2= 11.6

soit Volume CO2 = Pfh x 11.6% = 2.91 m3 / m3 gaz


BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 8/9

4.3.2


Avec production CO2 = 3 m3 / m3 gaz :

44


Masse volumique CO2 =

group 4

22,4


= 1,96 kg / m3

D’où masse de CO2 produite = 5.92 kg / m3 gaz

5,92


group 2Soit masse de CO2 produite =

PCI

= 230 g / kWh PCI




Donnée CO2 fournie en partie 1 : 274 g / kW.h
La valeur donnée à la partie 1 est plus élevée car elle est donnée en énergie primaire, incluant ainsi les émissions de CO2 liées à l’extraction, au transport et à la distribution du combustible.


BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS - correction

Session 2015

E3 – Étude des Installations

Code : FEBEISI

Page : 9/9




similaire:

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconDevoir de sciences physiques
«La puissance active produite Pedf c’est la puissance active reçue par l’installation avec la prise en compte des pertes joules en...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconNote : on consultera également la brochure "eau chaude sanitaire...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconExemples simples de sources d’énergie utilisables. Consommation et...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconHabitat-chauffage
«tout électrique» a été conçue en partenariat avec comap, expert en solutions de raccordement, et Brossette, spécialiste en matériel...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconInstallations de chaudières biomasse produisant plus de 100 tep (tonnes...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconInstallations de chaudières biomasse produisant plus de 100 tep (tonnes...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconLes tarifs d’achat de l’électricité produite par cogénération

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconL’individualisation des frais de chauffage : Prendre une décision éclairée
...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconFourniture et mise en place d’un dispositif automatique de chloration...

Consommation de l’installation 1 : Chauffage + ecs produite par chaudière gaz = 56445  7629 0,85 = 75381 kW. h iconProgrammation des cours d'Economie en ecs 1






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com