Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident»





télécharger 224.33 Kb.
titreCours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident»
page1/5
date de publication05.07.2017
taille224.33 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > documents > Cours
  1   2   3   4   5
Cours de burdi
intro
Introduction générale au cours

« Questions d’Orient, questions d’Occident »

I/ Question d’Orient et Moyen-Orient :
1-1/ Du titre au cours : « Question d’Orient »
(citation d’Arnold Toynbee sur le polycopié)
Années 1920 : les empires ont disparu, y compris l’empire ottoman alors que la « question d’orient » a dominé la diplomatie occidentale au XIXe.

Cela montre la place de l’empire ottoman en Europe à l’époque : la question d’Orient est aussi une question occidentale car c’est un empire eurasiatique.

Début XXe : fin des guerres balkaniques : l’empire ottoman n’a plus qu’un petit bout de territoire en Europe.

Dans la diplomatie du XIXe siècle, l’empire ottoman fait partie du « concert européen ».

Les relations entre l’Orient et l’Occident remontent aux croisades : un affrontement entre l’Occident chrétien et l’Orient musulman, dont on retrouve de nombreuses références encore aujourd’hui.

On peut donc voir qu’il y a une grande proximité entre l’Orient et l’Occident mais des rapports antagoniques dans le temps.
1-2/ De quel Orient s’agit t’il ? Proche-Orient et Moyen-Orient
1-2-1/ Une terminologie multiple et parfois floue :
 « Orient » : Napoléon Bonaparte en Egypte à la tête de « l’armée d’Orient ».

Pendant la Première Guerre Mondiale, « Armée d’Orient » a combattu dans les Balkans.
 « Levant » : jusqu’en 1980, existence d’un bureau « d’Afrique du Nord - Levant » au ministère des affaires étrangères.
 « Echelles du Levant » : escales en Méditerranée orientale.
 « Proche-Orient » : Etats riverains de la Méditerranée orientale : Liban, Egypte, Israël-Palestine, Syrie… Mais ce terme est utilisé seulement en France.
 « Machrek » : Moyen-Orient arabe (comme Maghreb pour l’Afrique du Nord)
1-2-2/ Histoire d’un concept géopolitique :
« Moyen-Orient » : terme inventé par A.Mahan (USA) en 1890, mais le mot sera popularisé par une série d’articles du Times en 1903.

Les deux guerres mondiales vont élargir la notion de Moyen-Orient : Le Caire fut le pivot des forces britanniques, puis américano-britanniques pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Le « Middle-East Institute » fut crée aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale, de même qu’une revue spécialisée.

Néanmoins, le « Moyen-Orient » est un terme géopolitique récent et connoté : c’est toujours une région floue, à géométrie variable (voir doc.1 Quelques avatars de l’expression « Moyen-Orient » sur le polycopié avec les cartes)
1-3/ De la modernité ; un concept discuté :
La « modernité universelle » est en réalité celle de l’Occident, posée comme référence, à laquelle on confronte le parcours d’autres pays.

Il faut donc éviter de faire des comparaisons faciles et d’avoir une vision binaire, il faut montrer les avancées, les régressions, les contradictions, en bref, la complexité du réel.
II/ L’islam : éléments d’histoire et de définition :
Islam : civilisation musulmane

islam : religion seulement

islamique ≈ musulman ≠ islamiste
2-1/ Les grandes étapes de l’histoire de l’islam
2-1-1/ Les origines de l’islam
►L’islam, principe religieux et organisation du pouvoir politique né dans la péninsule arabique au VIIe siècle.
Le Coran est le livre saint des musulmans. Il pose des principes et pratiques religieuses dans ses 5 piliers :

  • la profession de foi

  • les 5 prières quotidiennes et la grande prière du vendredi

  • l’aumône légale pour les pauvres et les nécessiteux

  • le pèlerinage (hadj) à La Mecque (ce qui confère du pouvoir à l’Arabie Saoudite, gardienne des lieux saints)

  • le jeûne du ramadan


Le djihad existe sous deux formes :

- le grand : combat spirituel intérieur du croyant

- le petit : détournement idéologique, « guerre sainte »
Mahomet a voulu rassembler l’Oumma (la communauté des croyants), ce qui va entraîner une expansion territoriale phénoménale : Afrique du Nord, Espagne, Perse…

Mais c’est un échec du rassemblement de l’Oumma car plusieurs royaumes se forment assez vite.

Dar-ul-islam : terre où l’islam est majoritaire.
►Le problème de la succession du Prophète : les quatre premiers califes (rachidoun) : Abu Bakr, Omar, Othman, Ali (assassiné et plus de successeurs)
660-670 : scission dans l’islam car certains n’ont pas voulu reconnaître les successeurs désignés : - chiisme (de Shi’a, la séparation) : ancien donc légitimité historique

- sunnisme : musulmans « orthodoxes ».

2-1-2/ L’empire arabo-musulman, de l’expansion aux divisions (VIIe-XIIIe) :
L’empire est tout d’abord polycentrique : le sultanat est vite transféré d’Arabie à Damas pendant la dynastie des Ommeyades (VIIe-VIIIe).

Ensuite, le sultanat est transféré à Bagdad lors de la dynastie des Abassides ; c’est l’« âge d’or » de l’empire arabo-musulman. Il a en effet alors un rôle de médiateur culturel entre :

  • L’Antiquité et le Moyen-Âge occidental, par la copie et la traduction de textes de l’Antiquité puis leur transmission à l’Occident.

  • La Chine et l’Occident avec l’arrivée d’inventions chinoises comme la poudre, le papier…


1258 : les Mongols renversent les Abassides, c’est la fin de l’empire arabo-musulman : l’islam est géré par les Mongols, les Turcs…

Les Turcs s’emparent du titre de calife en conquérant l’Egypte, puis la transfèrent à Istanbul. Titre de Sultan-Calife : titre politique et religieux.

1924 : suppression du califat, mais plusieurs tentatives de rétablissement depuis.
Ainsi, plusieurs villes se disputent le titre de « capitale du monde arabe » : Le Caire, Damas, Bagdad, l’Arabie Saoudite.
2-2/ Eléments de diversité géographique et religieuse :
2-2-1/ L’islam contemporain est majoritairement asiatique :
1 milliard 200 millions musulmans dans le monde :

  • Indonésie : 175 millions

  • Pakistan : 150 millions

  • Bengladesh : 110 millions

  • Inde : 110 millions

  • Chine : 35-150 millions


Trois poids-lourds au Moyen-Orient, dont deux non-arabes : l’Iran, la Turquie et l’Egypte, avec environ 70 millions d’habitants chacun.
Présence également d’importantes minorités hors de la dar-ul-islam, notamment en Europe. La première vague d’immigration a eu lieu pendant la Première Guerre Mondiale, puis il y a eu différentes phases.

Les trois pays européens où il y a les minorités musulmanes les plus importantes sont la France, l’Angleterre et l’Allemagne, mais leurs immigrations furent différentes.

  • En France, elle vient principalement du Maghreb et d’Afrique, ce qui est lié à l’histoire coloniale.

  • En Angleterre, elle est liée également au passé colonial, mais l’immigration vient plutôt cette fois du Pakistan, du Bengladesh…

  • En Allemagne, elle vient principalement de Turquie ; un accord de mobilité de la main d’œuvre a été signé entre l’Allemagne et la Turquie en 1961.


Il existe également d’importants communautés musulmanes en Amérique du Nord, mais aussi en Amérique du Sud (appelés « los Turcos »).
Il y a parallèlement des minorités non-musulmanes en terre d’islam :

  • des catholiques latins, orientaux et uniates (rattachés à Rome)

  • des orthodoxes grecs et byzantins

  • des chrétiens d’Orient autocéphales

  • des juifs



2-2-2/ Une majorité sunnite, une minorité chiite importante :
L’islam dit orthodoxe est majoritairement sunnite (90%). Il respecte la Sunna (c’est à dire la chari’a et les Hadîts). Il y a des oulémas (docteurs de la Loi), mais il existe 4 écoles juridiques fondamentales :

  • malékite : Maghreb, Afrique…

  • hanéfite : Turquie, Chine…

  • chafiiste : Egypte, Indonésie, Malaisie…

  • hanbalite : Arabie Saoudite (très fondamentaliste)


Il existe donc une grande diversité d’interprétations de la loi, plus libérales ou plus fondamentalistes selon les régions.
Le chiisme (10% du monde musulman) s’oppose sur trois points au sunnisme :

  • au plan politique, il y a tout d’abord une grande méfiance envers le pouvoir en place, surtout s’il est sunnite (exemple : en Irak).

  • au plan eschatologique : les chiites croient au jugement dernier, à la résurrection… Depuis le VIIe siècle, les chiites attendent le retour de « l’imam caché » (équivalent approximatif du Messie chez les Juifs).

  • sur le culte du martyr : le chiisme est né de l’assassinat de plusieurs personnes dans la région de l’Irak au VIIe siècle. Cérémonies de flagellation : achounas

Le croyant chiite peut être amené à se sacrifier ; monde du deuil, le deuil est fondateur du chiisme : turbans, tchadors noirs…
Cependant, le culte du martyr semble s’être propagé au sunnisme depuis une dizaine d’années.
Il n’y a qu’un seul Etat chiite au monde, c’est l’Iran ; il s’y est développé tôt : il s’est propagé à toute la Perse au XIIIe siècle et la dynastie perse l’a proclamé religion officielle au XVIIe siècle.
Le chiisme se différencie également du sunnisme par le clergé :

  • sunnisme : oulémas, mais pas de hiérarchie pyramidale, pas d’autorité supérieure, de clergé organisé…

  • chiisme : clergé hiérarchisé : 600 000 sayyeds, 180 000 mollahs, 1 000 ayatollahs et une douzaine de « Grands Ayatollahs ».

2-3/ L’islamisme, une idéologie et des pratiques instrumentalisant l’islam :

2-3-1/ Rappels terminologiques :


  • intégrisme : en France au XIXe tout d’abord, ce terme qualifiait les luttes d’influence au sein de l’Eglise catholique : les conservateurs voulaient appliquer « l’intégralité du texte » et s’opposaient aux réformateurs. C’est un terme à employer avec prudence, car il ne s’applique qu’à certains groupes.

  • fondamentalisme : protestantisme américain : groupes prônant une interprétation stricte de la Bible, un retour aux sources… Ce terme s’applique à certains groupes musulmans qui veulent retourner aux sources du Coran, opérer une « réislamisation par le bas ».

  • fanatisme : XVIIIe, ce terme était péjoratif et employé par les philosophes des Lumières pour dénoncer les excès religieux.

  • islamisme : terme apparu il y a 20 ans pour qualifier une idéologie ou un mouvement politique qui mobilise, instrumentalise l’islam à des fins politiques.



2-3-2/ Rappels chronologiques : des Frères Musulmans égyptiens (1928) aux Talibans afghans et à al-Qaeda (2001)

Les Frères Musulmans opérèrent en Egypte entre 1928 et 1952 et furent la matrice des mouvements islamistes contemporains.

1979 : révolution islamique en Iran : seule révolution islamique à avoir pris le pouvoir.

Cœur de la mosquée de La Mecque envahi pendant trois semaines par une tribu islamiste : entre 30 et 700 morts.

1981 : assassinat du président Sadate par un groupe islamiste

En Afghanistan, les Soviétiques tentent de maîtriser le pays, les USA aident indirectement les « Freedom Fighters », ce qui constitue une matrice pour les mouvements islamistes récents.

Al-Qaeda : 3ème vague islamiste, terrorisme déterritorialisé, donc beaucoup plus difficile à combattre.

Conclusion :

Il y a différents points de vue sur les perspectives de l’islamisme : certains le voient dans une phase ascendante, d’autres pensent qu’il a échoué à prendre le pouvoir politique : les attentat-suicides seraient des actes de désespoir, sans but de prise de pouvoir.
Cours 2

Le « Vieil homme » était-il vraiment « malade » ?

Les turcs, des « Hordes mongoles » à Soliman le Magnifique,

Des Tatars de Kazan aux Tanzîmât

L’empire turc est en train de sombrer. Les quatre grandes puissances (France, Allemagne, Royaume-Uni et Russie) le surveille pour s’emparer des restes.

* « Grande Porte » : Gouvernement du Sultan

* « Grand Turc » : Le Sultan Ottoman

I / DE LA « HORDE D’OR » AUX TURCS OTTOMANS : LES GRANDES MIGRATIONS TURCO-MONGOLES :


  1. Le Grand Khan des « Hordes mongoles », « Maître des Steppes »


Les turcs sont une branche des turco-mongoles qui sont arrivés en Europe du Ve au XVe siècle. Gengis Khan et Timour Lang vont créer l’Empire des steppes. Pendant dix siècles, la Russie a été des vasseaux de mongoles. Ceux-ci se sont par exemple installé en Droboudja (Sud de la Roumanie). La prise de Constantinople en 1453 n’est que l’ultime étape de l’arrivée des mongoles (ça dure dix siècles au total).



  1. La migration des Turcs seldjoukides, puis des Turcs Ottomans


Les Ottomans ne sont que la dernière tribu arrivée en Asie Centrale. Avant, il y a eu les seldjoukides qui ont été les premiers à créer un Royaume Turc, du Xe siècle au XIIIe siècle, empire voisin de l’empire byzantin.

Les Ottomans s’installent en Anatolie mais aussi autour de la capitale byzantine : Constantinople (ça se fait sur plus de 100 ans). Donc en 1453, Constantinople est déjà mal en point et l’empire byzantin est déjà presque aux mains des turcs. 1453 est donc la date symbolique de la fin de l’empire grec d’Orient.

L’apogée de l’empire Ottoman se situe au XVIe siècle avec Soliman le Magnifique (1520-1566) appelé Soliman « Kanuni » (=le législateur). Deux caractéristiques :

* Importance du facteur religieux : Le Sultan est aussi « Calife » (=commandeur des croyants), il est le chef spirituel et temporel (ça durera jusqu’en 1924).

* L’empire Ottoman est une mosaïque de peuples, organisée en une forme de confédération plurinationale et pluriconfessionnelle.

Remarque : Problème toujours récurent de la violence politique, vieille tradition politique. Le pouvoir du Calife, pour se manifester, s’exprime par le violence (le sultan qui arrivait sur le trône (jusqu’au XVIIe siècle) devait tuer tous ses frères et cousins, souvent par étranglement ou bien par noyade dans des sacs.

II / REFORMISMES MUSULMANS AU XIXe SIECLE : TANZIMAT OTTOMANS, DJADIDISME TATR, NAHDA ARABE :


  1. Aux origines des Tanzîmâts : les réformes ottomanes au XIXe siècle


L’empire ottoman a longtemps essayé de résister au déclin (grignotage territorial) surtout dans la mer Noire et les Balkans : coopération entre Europe et Russie pour refouler les turcs dans leurs terres. Politique d’endiguement, premièrement, puis refoulement, repoussement. Ceci se fait sur trois ou quatre siècles. En 1914, dernière étape, l’empire perd tous ses territoires européens.

L’empire ottoman était conscient de cette menace, et dès 1760 (quand les russes sont offensifs), ils tentent de moderniser l’empire pour résister.

D’abord modernisation technique : On modernise l’armée : Artillerie, conseillers militaires.

La Révolution Française, à travers Napoléon, a influencé des pays lointains comme le Japon ou l’empire ottoman. La conquête de l’Egypte par Napoléon intéressera beaucoup les ottomans.

Donc, à partir de 1839 : Première série de réformes (puis 1856 puis 1876) à partir des modèles occidentaux. Ere des Tanzîmâts s’ouvre le 3 novembre 1839 avec l’Edit de Gülhane : * Garantir sécurité des sujets

* Mode régulier pour asseoir et prélever des impôts

* Création d’une armée moderne

  1   2   3   4   5

similaire:

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconExemples de correction d’une serie de questions tirees des precedentes...

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconProgramme large : à assimiler progressivement. S’étend sur toute...
«Occident»), qui inclut la Péninsule ibérique, jusqu’à l’Orient (le Moyen-Orient jusqu’à l’Irak; l’Orient inclut généralement l’Égypte,...

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconExamen : 1 à 2 Questions de cours

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconCours. Compréhension du sujet, enjeux, questions non résolues

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconExam : 3 Questions de cours (souvent transversale) + 1 Question de définition

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconIntroduction générale : Pourquoi s’intéresser aux hauts revenus ?
«naturelle» des inégalités de revenus dans une économie de marché ? Telles sont les questions de fond auxquelles ce livre tente de...

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconPour répondre aux questions, vous vous aiderez du dossier documentaire,...

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconCe cours sera un cours d’introduction à une approche micro et méso
«Tout support de diffusion de l’information constituant à la fois un moyen d’expression et un intermédiaire transmettant un message...

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconL’Empire russe et Moscou Troisième Rome
«la Russie n’était ni d’Orient, ni d’Occident, mais participait également des deux»

Cours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident» iconAu cours de ces 23 dernières années, M. V. Postavnin s’est engagé...
«Migration xxie siècle», une des principales fondations à but non lucratif dans le domaine de la migration






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com