Transcription baumard moreno séquence b





télécharger 11.28 Kb.
titreTranscription baumard moreno séquence b
date de publication05.07.2017
taille11.28 Kb.
typeTranscription
e.20-bal.com > comptabilité > Transcription
Transcription BAUMARD – MORENO séquence b

Moi je pense qu’en 2014, si on remonte par rapport à l’Allemagne, 20 ans en arrière et 20 ans en avant, je pense qu’il y a une différence d’appréciation, de compréhension et par là même aussi des actions qui ont été entamées. Quand on voit que l’Allemagne, au niveau des Länder par exemple, a pu réussir à créer les Fraunhofer. Les Fraunhofer, c’est une agrégation territoriale thématique transverse, avec en même temps, ce que je disais tout à l’heure, l’hybridation a-territoriale. C’est-à-dire que les Fraunhofer ont su créer des points de passage entre des instituts de renommée mondiale : tout le monde connait au niveau mondial Max Planck – un haut lieu de la science respecté dans le monde entier…

P. Baumard :

Je suis d’accord avec toi, le brassage allemand, cette stratégie de brassage allemande a dix ans d’avance sur la stratégie française.

C. Moreno :

Dans un monde qu’ils ont anticipé, globalisé et fortement concurrentiel.

P. Baumard :

Et ce qui n’était pas évident, venant de l’Allemagne au départ. Ils sont partis avec un déficit sur ces stratégies de brassage entre investisseurs, science fondamentale, recherche fondamentale et innovation. Et ils sont arrivés dix ans après, c’est un peu les années Merkel, à un avantage concurrentiel décisif en Europe.

C. Moreno :

Tout à fait. Et sur des domaines dans lesquels ce n’était pas évident de résister notamment la machine-outil par exemple.

P. Baumard :

Sauf que dans le Bade-Wurtemberg, et dans la Bavière, les Chinois ont tout pris. Là, on est sur des micromécaniques, on est dans ce paradoxe, c’est peut être ça l’Etat stratège par rapport à la révolution scientifique et technique : l’Etat Allemand a dit « on va perdre », ils ont perdu leur fleuron de la micro mécanique dans ce bassin, dans cette vallée de la forêt noire, et en même temps ils se sont dit « on va peut-être perdre ça, mais on ne va pas perdre la propriété intellectuelle. On va se repositionner et se déplacer rapidement ».

C. Moreno :

Tout à fait. Et même au niveau du Bade-Wurtemberg, qui est donc aujourd’hui le deuxième PIB, si on prend les régions en Europe, peut être le premier. Avec également cette espèce de reconversion des citoyens dans la participation dans les Länder par rapport à l’énergie, à l’écologie et à l’environnement. Le Bade-Wurtemberg est très en avance aujourd’hui dans la vie sociétale citoyenne face aux problématiques énergétiques et environnementales, qui en fait un exemple. C’est ce que j’appelle l’hybridation, cette hybridation territoriale, a-territoriale, sciences en profondeur - Max Planck, technologie et création de valeur avec les Fraunhofer et le tissu des PME qui ont su résister et qui résistent à la crise en créant de l’emploi. Je pense que c’est « tout simplement » la notion de création de valeur et l’appréciation dans un certain contexte, libre d’un esprit doctrinaire ou dogmatique, puisqu’in fine, ça crée une capacité d’adaptabilité. Quand on se pose la question « Où est l’intelligence ? » quand on parle de la compétitivité des systèmes complexes. L’intelligence, elle n’est autre que cette capacité à s’adapter et à « créer une valeur » qui nous permet de passer d’un état 1 à un état 2, en profitant, même des bouleversements, pour avoir un gap vers l’avant. N’oublions pas que l’Allemagne, dans les 20 ans qui sont passés, a absorbé l’Allemagne de l’Est dans une économie qui était, on ne peut pas dire en déroute, quand même dans une situation très difficile en termes d’actifs, mais qui avait quand même quelques fleurons. Tous les bassins de l’optique de l’Allemagne de l’Est, qui avaient fait des avancées mondiales, sont préservés et, aujourd’hui, ça fait partie, je dirais, des actifs globaux.

P. Baumard :

Est-ce qu’on ne devrait pas avec le savoir-faire qu’on a en France ou en Europe, est-ce qu’on ne pourrait pas être plus présent dans ces nouvelles configurations stratégiques ? C’est ça l’enjeu. Pourquoi faut-il que le premier rang de tous les investissements dans ces hubs que tu décris au Moyen Orient, soit tenu intégralement par les Etats Unis? Il n’y a pas une place où on nous a donné le leadership ou partagé un leadership de conception et de stratégie.

C. Moreno :

Mais, Philippe, moi je pense que le débat aujourd’hui, je partage avec toi cet aspect, il n’est pas de savoir qui est le plus beau champion dans tel ou tel domaine. Pour moi la problématique n’est pas filière ou pas filière, champion ou pas champion. 

La problématique pour moi, elle est unique : quelle création de valeur on est capable de faire, pour être en capacité d’agréger et de fédérer la base de connaissances et le potentiel qu’on a autour de soi, dans un contexte donné et dans un territoire donné ? Ce territoire, ça peut être l’Etat, ça peut être l’Europe ou on peut dézoomer à une échelle plus locale. Je pense que c’est dans la réflexion sur les interstices de création de valeur qu’on peut se poser la bonne question pour trouver les bonnes réponses. Quand on parle de commerce électronique, et que je parle d’Amazon, en fait c’est un vrai contre-exemple en même temps. Amazon aurait-il pu exister sans les recherches en mathématiques et en algorithmique sur les systèmes distribués et les systèmes auto-compensés qui ont donné naissance au Cloud ? N’oublions pas que la naissance d’Amazon est étroitement liée à la naissance du Cloud, qui n’est pas une question technologique, il ne suffit pas de mettre beaucoup de serveurs et que ça tourne tout seul. C’est avant tout des mathématiques, de la combinatoire, des logiques algorithmiques et de la recherche opérationnelle en termes d’optimisation. Et moi je me pose la question : Pourquoi Jeff Bezos a pu créer cette approche-là, quand nous avons une école de mathématiques avec un certain nombre de Médailles Fields, quand nous avons un CNRS très puissant également dans sa section maths et info. A Grenoble, nous avons par exemple une très forte concentration de savoir-faire en mathématiques, en algorithmique, on a un Prix Turing, le prix Nobel en mathématiques informatiques avec Joseph Sifakis, la vérification formelle par exemple, qui est au cœur aujourd’hui de beaucoup de systèmes déterministes.

On voit la difficulté à ce que ça se transforme, en fait, en création de valeur de manière transverse, qui irrigue non seulement un territoire mais également de manière plus globale, la France.

similaire:

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription baumard moreno séquence c
«si on agrège des forces économiques pour créer un grand consortium, à ce moment-là, la France sortira de l’avant»

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription Grand séquence b

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription Motte séquence b

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription telle séquence a

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription wa frey kpf séquence 1

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription Danon Séquence 2 J’en viens maintenant à l’exercice...

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription Etienne De durand séquence a
«guerre économique» est fondamentalement une métaphore. La guerre et la stratégie au sens classique ont d’abord à voir avec la violence...

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription mc dupuis séquence 3
«habituels» préconisés par les institutions de Bretton Woods n’ont pas fonctionné. Le volume des capitaux hors statistiques a faussé...

Transcription baumard moreno séquence b iconTranscription levy séquence b
«Cluster pour le sport» qui a pour but d’emmener à l’étranger le maximum d’entreprises pour participer économiquement aux installations...

Transcription baumard moreno séquence b iconSéquence d'enseignement sur l'énergie en 1ère s objectifs principaux...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com