Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré.





télécharger 150.85 Kb.
titreRésumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré.
page6/7
date de publication14.12.2016
taille150.85 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > comptabilité > Résumé
1   2   3   4   5   6   7

Conclusion


Le rôle des méthodes d’équivalence éclaire l’histoire contemporaine (voire immédiate) des calculs de coûts des 60 dernières années. Il permet de voir la différence entre l’évolution dans les sciences de la nature et du vivant, qui va du simple au complexe, avec celle des outils en comptabilité de gestion qui marquent une oscillation entre ces deux pôles. Cela tient sans doute à ce que les premières placent la recherche de la vérité au premier plan, quelle que soit la sophistication des modèles qui tentent de la connaître, alors que la comptabilité de gestion ressort de la technique et a pour vocation la pertinence pour des utilisateurs qui ont une rationalité limitée.

On note en effet, qu’après la méthode des sections homogènes qui ambitionnait une imputation plus précise des charges indirectes, à l’aide de l’homogénéité au sein des sections, une forme d’équivalence, les méthodes autonomes d’équivalence apparurent au cours des années 1950 pour apporter une réponse aux critiques qui dénonçaient la lourdeur, le manque d’homogénéité et le nombre élevé des sections de la méthode des sections homogènes. Il s’agit notamment de celle conçue par Georges Perrin : la méthode GP, D’autant qu’au même moment, la diffusion des coûts standards se heurtait à une inflation virulente.

Avec la croissance des années qui suivirent, le souci de maîtriser les frais indirects devint moins prégnant, laissant place à celui d’accompagner l’expansion. Le direct costing se développa dans les années 1960 sur cette idée. Les méthodes d’équivalence devenaient d’autant moins attractives qu’en matière de simplification, l’atout qu’elles revendiquaient, l’analyse en coûts variables/coûts fixes lui rendait des longueurs. Commença alors pour elles une phase d’effacement.

Il faut attendre les revers des industries américaines face à leurs concurrents nippons pour qu’un regain d’intérêt apparaisse pour l’imputation des charges indirectes et que soit inventée la méthode ABC dans les années 1980. En fait d’innovation, celle-ci présente une parenté très nette avec la méthode des sections homogènes qu’avait proposée Rimailho fin des années 1920. Mêmes causes, mêmes effets ? C’est ce que laisse à penser la réapparition de la méthode GP, devenue UVA dans les années 1990, et la commercialisation du TDABC dans les années 2000 présentées comme ayant pour objet de réduire la lourdeur, le manque d’homogénéité et le nombre élevé de centres de regroupements de la méthode ABC.

Qui a dit « l’histoire est la science des choses qui ne se répètent pas » ?... Paul Valéry !

Bibliographie


Alcouffe S. (2002), La diffusion de l’ABC en France : Une étude empirique utilisant la théorie de la diffusion des innovations, Congrès de l’AFC, Toulouse, mai.

Alcouffe S. (2004), La diffusion et l’adoption des innovations managériales en comptabilité et contrôle de gestion : le cas de l’ABC en France, Thèse HEC.

Alcouffe S., Berland N. et Levant Y. (2008), «Actor-networks and the diffusion of management accounting innovations: A comparative study», Management Accounting Research, vol 19, issue 1, march, pp. 1-17.

Alcouffe S., Berland N. et Levant Y. (2003), « Les facteurs de diffusion des innovations managériales en comptabilité et contrôle de gestion : une étude comparative », Comptabilité – Contrôle – Audit, numéro spécial, mai 2003, pp. 7-26.

Alcouffe S. et Malleret V. (2004), « Les fondements conceptuels de l’ABC à la française », Comptabilité Contrôle Audit, vol. 10, no 2, p. 155-178.

Alcouffe S., Berland N. et Levant Y. (2008), « Actor-Networks and the Diffusion of Management Accounting Innovations : a Comparative Study », Mana-gement Accounting Research, vol. 19, n° 1, March, p. 1-17.

Anderson S.W. (1995), « A Framework for Assessing Cost Management System Changes: the Case of Activity-Based Costing Implementation at General Motors 1986-1993 », Journal of Management Accounting Research, vol. 7, no 4, p. 1-51.

Anderson S.W. et Young S.M. (1999), « The Impact of Contextual and Process Factors on the Evaluation of Activity-Based Costing Systems », Accounting Organizations and Society, vol. 24, p. 525-559.

Audoye J.M. (1955),  « La méthode des nombres caractéristiques », Revue Française de Comptabilité, n° 2, juin, p. 35-45.

Baranger P. et Mouton P. (1997), Comptabilité de gestion, Paris, Hachette.

Bescos, P. L., Cauvin, E. et Gosselin, M. (2002), La comptabilité par activités et la gestion des activités: comparaison entre le Canada et la France. Comptabilité, Contrôle, Audit, no. spécial, pp. 209-244.

Bessire D, Levant Y et Nikitin M (2009), (2009), «  L’émergence et la structuration d’une communauté scientifique : le cas de l’AFC depuis 30 ans ». Communication au 30ème Congrès de l’Association Française de Comptabilité, Strasbourg, 27-29 Mai.

Bloch G. (1962), « Conséquences commerciales d’une étude de rentabilité et de prix de revient dans une entreprise fabriquant une grande variété d’articles », Travail et Méthodes, novembre, p. 59-60.

Boisvert H. (1993), La comptabilité par activités, où en sommes-nous?, Colloque La comptabilité par activités, où en sommes-nous ?, pp. 5-12, Montréal, HEC Montréal.

Boulat R. (2008), Jean Fourastié, un expert en productivité. Presses Universitaires de Franche-Comté.

Bourquin M. (1954), Traité de comptabilité industrielle, Paris, Dunod.

Bouquin H. (1993), Comptabilité de gestion, Paris, Sirey.

Bouquin H. (1995a), « Un aspect oublié de la méthode des sections : les enjeux d’une normalisation privée de la comptabilité de gestion », Revue Française de Comptabilité, no 271, octobre, p. 63-71.

Bouquin H. (1995b), « Rimailho revisité », Comptabilité Contrôle Audit, vol. 1, no 2, p. 5-33.

Bouquin, H. (1997a), La comptabilité de gestion, Paris, PUF.

Bouquin H. (1997b), Comptabilité de gestion, 2e éd, Paris, Sirey.

Bouquin H. (2008), Comptabilité de gestion, Paris, Économica.

Brodier P.L. (1988), La VAD (la valeur ajoutée directe) : une autre approche de la gestion, Paris, AFNOR.

Bromwich M. et Bhimani. A. (1994), Management Accounting : Pathways to Progress, London, CIMA.

Bruggeman W., Levant Y., Everaert P., Saens G. et Anderson S. (2008), « Cost Modeling in Logistics Using Time-Driven ABC: Experiences from a Wholesaler », International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, vol. 38, no 3, p. 172-191.

Burlaud A. et Simon C. (1997), Le contrôle de gestion, Paris, Vuibert.

Callon, M., (1986), Some elements of a sociology of translation: domestication of the scallops and the fishermen of St Brieuc Bay, in J. Law (ed.), Power, action and belief: a new sociology of knowledge?, Routledge and Kegan Paul, London.

CEGOS (1937), Une méthode uniforme de calcul des prix de revient. Pourquoi Comment ?, PR 53, Paris, CEGOS.

Chatzis K. (1999), « Searching for Standards : French Engineers and Time and Motion Studies of Industrial Operations in the 1950’s », History and techno-logy, vol. 15, no 3, p. 233-261.

Church, A.H. (1901), «The proper distribution of establishment charges», The Engineering Magazine, vol 21, p. 508-517, 725-734, 904-912;

Church, A.H. (1902), «The proper distribution of establishment charges», The Engineering Magazine, vol 22, p. 31-40, 231-240, 367-376.

CNAM (1952), Cycle d’information du 13 au 30 mai 1952. CNAM, Institut de technique comptable. 4ème conférence THIBERT, Raymond-Bertrand. La méthode des prix standards et les variations de prix, la méthode des points. (23 pages dact.), Bnf 4-V-18579.

CNPF (1957), « Méthodes rationnelles de calcul », document ronéoté, Paris.

Cooper R. (1987), « The Two-Stage Procedure in Cost Accounting : Part One », Journal of Cost Management, Summer, p. 43-51.

Cooper R. (1989), « The Rise of Activity-Based Costing-Part Three: How Many Cost Drivers Do You Need, and How to Select Them ? », Journal of Cost Management; Winter, p. 34-46.

Cooper R. et Kaplan R.S. (1988), « Measure Costs Right: Make the Right Decisions », Harvard Business Review, September-October, p..96-103.

Datar S. et Gupta M. (1994), « Aggregation, specification and measurement errors in product costing », Accounting Review, vol. 69, no 4, October, p. 567-591.

Fain B. (1951), « Technique comptable et productivité », Rapport des Journées d’étude, Lyon, Ordre des experts-comptables.

Fleischman R. K. et Tyson, T. N. (1993), Cost accounting during the industrial revolution: the present state of historical knowledge. Economic History Review, 46, 3.

Gervais M. (2009), Contrôle de gestion, 9e éd, Paris, Économica.,.

Gervais M. (1997), Contrôle de gestion, 6e éd, Paris, Économica..

Gosselin M. (1997), « The Effect of Strategy and Organizational Structure on the Adoption and Implementation of Activity-Based Costing », Accounting, Organizations and Society, vol. 22, no 2, p. 105-122.

Innes J. et Mitchell F. (1995), « Activity-Based Costing » in D. Ashton., T. Hopper et R. W. Scapens (eds), Issues in Management Accounting, Prentice-Hall, p.137-154.

Johnson H.T. et Kaplan R.S. (1987), Relevance Lost: the Rise and Fall of Ma-nagement Accounting, Boston, Harvard Business School Press.

Kaplan R.S. et Anderson S.R. (2003), « Time-Driven Activity-Based Costing », First European Summit on Time-Driven Activity-Based Costing.

Kaplan R.S. et Anderson S.R. (2004), « Time-Driven Activity Based Costing », Harvard Business Review, November, vol. 82, no 11, p.131-138.

Kaplan R. et Anderson S.R. (2007), Time-Driven Activity-Based Costing, Harvard Business School Press. Traduction française : TDABC; la méthode ABC pilotée par le temps, Paris, Editions d’Organisation.

Kaplan R.S. et Cooper R. (1998), Cost & Effect. Using Integrated Cost Systems to Drive Profitability and Performance, Boston, Harvard Business School Press.

Latour, B., (1999), On recalling ANT, in J. Law, & J. Hassard (Eds.), Actor network theory and after, Blackwell Sociological Review, Oxford.

Lauzel P. (1971), Comptabilité analytique, Paris, Sirey.

Lauzel P. (1973), Comptabilité analytique, 2e éd., Paris, Sirey.

Lebas M. (1994b), « Managerial Accounting in France . Overview of Past Tradition and Current Practice », European Accounting Review, vol. 3, no 3, p. 471-487.

Lebas, M. (1996), Management Accounting Practice in France, in A. Bhimani (ed), Management Accounting, European Perspectives, Oxford, Oxford University Press.

Lemarchand Y. (2002), «The military origins of the French management accounting model, a return to the mechanism of accounting change», Accounting History, vol 7, no 1, p. 23-57.

Levant Y. et Nikitin M. (2009), « Charles Eugène Bedaux  (1886-1944) : Cost Killer or Utopian Socialist ? », Accounting Business and Financial History, vol. 19, no 2, p.167-187.

Levant Y. et Nikitin M. (2010), Can management and financial accounting be fully re-integrated? The example of french système croisé. Papier soumis au 6th Accounting History International Conference, Wellington, New Zeland 18Th-20th August.

LevantY. et Zimnovitch H. (2009), « Costing in France during the industrial revolution – clarification by the equivalence based methods ».Communications aux 14èmes Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management et Academy of Accounting Historians Research Conference, Paris, 26-27 Mars,

Levant Y. et de la Villarmois O. (2007), « Le Time-Driven ABC : la simplification de l’évaluation des coûts par le recours aux équivalents : un essai de positionnement », Finance Contrôle Stratégie, vol. 10, no 1, mars, p. 149-182.

Levant Y. et de la Villarmois O. (2004), «Georges Perrin and the GP cost calculation method: the story of a failure » Accounting Business and Financial History, volume 14, number 2, July, pp.151-181.

Lukka K. et Granlund, M. (2002), « The fragmented communication structure within the accounting academia: the case of activity-based costing research genres»,. Accounting, Organizations and Society, 27, 1-2, p. 165-190.

Macintosh N. B. (1998), « Management accounting in Europe: a view from Canada»,. Management Accounting Research, 9, p. 495-500

Malmi T. (1999), « Activity-based costing diffusion across organizations: an exploratory empirical analysis of Finnish firms», Accounting Organizations and Society, vol 24, pp. 649-672.

Malmi T. (1997), « Towards Explaining Activity-Based Costing Failure : Accounting and Control in a Decentralized Organization », Management Accounting Research, Vol. 8, no 4, p. 459-480.

Merchant A. et Shields M.D. (1993), « Commentary on When and Why to Mesure Costs Less Accurately to Improve Decision Making », Accounting Horizons, vol. 7, no 2, June, p. 76-81.

Mévellec P. (2005), Les systèmes de coûts, Paris, Dunod.

Mévellec P. (2009), « Sections homogènes », Encyclopédie de Comptabilité, Contrôle de Gestion et Audit, 2e éd., Paris, Économica, p. 1255-1267.

Miller J.G. et Vollmann T.E. (1985), « The Hidden Factory », Harvard Business Review, September-October, p. 142-150.

Neikirk W. (1951), « How Direct Costing Can Work for Management? », NACA, Bulletin, vol. 22, no 5, January, p. 523-535.

Noreen E. (1991), « Conditions Under Which Activity-Based Cost Systems Provide Relevant Costs », Journal of Management Accounting Research, vol. 3, Fall, p 159-169.

Parenteau J. (1945), Calcul des prix de revient et comptabilité industrielle, Paris, CEGOS.

Parenteau J. et Charmont C. (1952), Calcul des prix de revient comptabilité industrielle. Principes de contrôle budgétaire et application des prix standard. Orléans, Hommes et Techniques.

Perrin G. (1962), Prix de revient et contrôle de gestion par la méthode GP, Paris, Dunod.

Perrin S. (1959), « La méthode G.P. et l’unification de la mesure de la production », Travail et Méthodes, mars, n° 132, p. 32-36.

Perrin S. (1976a), « Pour maîtriser les prix de revient : la méthode de gestion GP », Travail et Méthodes, juin-juillet, p. 17-23.

Perrin S. (1976b), « La méthode GP, système de gestion », Travail et Méthodes, août-septembre, p. 19-22.

Perrin S. (1977), « La méthode GP et la fonction commerciale », Travail et Méthodes, avril. p. 27-34.

Serrières X. (1969), « La guerre ou la paix dans l’entreprise ? Réflexion sur la participation », Revue Études, tome 330, janvier-juin, p. 5-19.

Shields M.D. (1995), « An Empirical Analysis of Firms’ Implementation Experience with Activity-Based Costing », Journal of Management Accounting Research, no7, Fall, p. 148-166.

Raulet C. et Raulet C. (1982), Comptabilité analytique et contrôle de gestion, Paris, Dunod.

Richard J. (1980), Comptabilité et systèmes économiques, Thèse de doctorat d’Etat es Sciences de Gestion, 2 vol, Université Paris 1.

Rimailho, E. (1947),
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé : Cet article se présente comme une extension du champ de...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé Cet article s’inscrit dans la suite d’un travail de thèse...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé Cet article est consacré à la mesure et à l’analyse des déterminants...
«grands actionnaires» si ceux-ci existent, et aux conseils d’administration, si le contrôle est diffus

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé : Cet article aborde trois questions : comment se pose, dans...
«écologie sociale», c’est-à-dire fondée sur des conditions de travail et de vie décentes à tous les niveaux de la filière

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé : Que s’est-il publié depuis dix ans en contrôle de gestion...
«Finance Contrôle Stratégie» (fcs) et «Comptabilité Contrôle Audit» (cca). À côté d’autres supports publiant aussi des recherches...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé L’objectif de cet article est de présenter deux axes de réflexion...
«état normal et permanent» de leur production, dès lors l’enjeu des tic n’est pas l’objectivation, la réification ou la codification,...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconQuel est le bilan des marchés du carbone ?
«cap» qui correspond aux permis de polluer alloués aux entreprises); dans un deuxième temps, les entreprises peuvent acheter ou vendre...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé : L’objet de cet article est de définir un outil analytique...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé L’objet de cet article est double : d’une part montrer que...

Résumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes d’équivalence. C’est le dernier stade qui correspond à l’apparition des méthodes autonomes, auxquelles cet article est consacré. iconRésumé Afin de pouvoir restructurer une entreprise en déclin, IL...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com