Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III





télécharger 132.28 Kb.
titreIi – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III
page1/3
date de publication11.02.2017
taille132.28 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > comptabilité > Documentos
  1   2   3

c:\users\baptiste\desktop\logo-leclerc.jpg


Table des matières

Page

I – Présentation du groupe E. Leclerc …………………………………………………. 4

A – Historique du groupe E. Leclerc ……………………………………………… 4

B – Les chiffres ……………………………………………………………….…… 6

C – Les différentes activités du groupe E. Leclerc…………………..……………… 7

II – Présentation du point de vente E. Leclerc HARLY……….…………………… 13

A – La stratégie de E. Leclerc HARLY……………………….……………………… 13

B – Les chiffres…………………………………………………………………..… 15

III - Présentation du secteur Bazar technique………………………………………… 17

A – Les opérations et postes. …………………………………….………………… 18

B – Une journée-type en tant que Manager: ………………………………………… 19

C – Les différentes actions menées lors de mon stage : ……………………………… 20

IV – L’analyse de cette formation………………………………………………… 21

A – B – Les objectifs et missions liés à mon alternance. ………………………… 21

C – Les connaissances acquises à l’IRETS et approfondies pendant le stage ………. 25

D – Les difficultés rencontrées. ………………………………………….………… 27

E – Mes connaissances acquises sur l’entreprise……………………..…………… 28

V – Mon apport à l’entreprise……………………………………………………… 29

VI – Appréciations et critiques du métier de Manager……………………………… 30

VII – Bilan personnel ………………………………………………………………... 31

A – Qualités développées……………………………………………………………… 31

B – Les changements personnels après mon stage…………………………………… 32

VIII – Les résultats obtenus………………………………………………………… 33

Conclusion…………………………………………………………………….…… 34

Remerciements :

Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de l’IRETS de Saint Quentin de la formation d’études supérieures en Marketing pour avoir assuré la partie théorique de celle-ci.

Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma reconnaissance aux personnes suivantes, pour l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles m’ont fait vivre durant cette année au sein de l’entreprise E. LECLERC HARLY / SAINT QUENTIN

Monsieur Populaire, responsable du département non-alimentaire, pour son accueil et la confiance qu’il m’a accordé dès mon arrivée dans l’entreprise. Ce tuteur est une personne d’exception qui m’a apporté de grande connaissance sur son métier et sur le fonctionnement global de l’entreprise.

Monsieur Baudoux, responsable du Bazar technique du magasin E. Leclerc Harly pour m’avoir intégré rapidement au sein de l’entreprise et pour le temps qu’il m’a consacré tout au long de cette période, sachant répondre à toutes mes interrogations; sans oublier sa participation au cheminement de ce rapport

Je remercie tous les membres du personnel pour m’avoir permis de faciliter mon intégration,

Introduction :

Au sein de l’entreprise E. Leclerc Harly j’ai pu m’intéresser à la mise en avant des produits, des offres et de la décoration du magasin. De plus, j’ai opéré mon activité principalement en tant que adjoint du Manager du rayon Multimédia.

Cette alternance était une opportunité pour mon parcours professionnel. En effet, le milieu de la grande distribution est très formateur. Il m’a été très difficile de choisir une entreprise du fait que je souhaite être entrepreneur. Je me suis rapproché du métier qui correspond le plus a un chef d’entreprise c'est-à-dire celui de Manager. De plus, un chef d’entreprise se doit d’être polyvalent. De ce fait, j’ai choisi d’être aussi présent dans le service communication.

L’objectif premier de cette alternance est d’être formé dans la grande distribution et d’être polyvalent. En tant que Assistant-Responsable Bazar technique, j’avais pour missions de mettre en avant les différentes offres du magasin. Pour ce faire, on créé des impressions petits et grands formats que ce soit pour le personnel ou la clientèle du magasin mais aussi en dehors du magasin. En tant qu’adjoint Manager, mon but était d’entreprendre des responsabilités que je n’avais pas eu l’opportunité d’avoir auparavant. Mon objectif était d’être à la fois présent dans le magasin et aussi d’être présent dans la gestion.

En vue de rendre compte de manière fidèle et analytique des mois passés au sein de la société E. Leclerc Harly, il apparaît logique de présenter la société. Puis, il sera précisé les différentes missions et tâches que j’ai pu effectuer. Enfin, j’analyserais les points les plus importants de mon année suivis des nombreux apports que j’ai pu en tirer.

I – Présentation du groupe E. LECLERC

A – Historique du groupe E. Leclerc

• 1949 : Édouard Leclerc ouvre son premier magasin dans sa maison, à Landerneau, en Bretagne. Son but était de faire chuter les prix par rapport aux autres magasins présents à l’époque.

• 1956 : Ouverture de l'enseigne Leclerc vêtements

• 1959 : Ouverture du 60e centre E-Leclerc à Issy-les-Moulineaux par Jean-Pierre Le Roch.

• 1960 : Joseph Fontanet, Ministre des affaires économiques, modifie la législation sur le refus de vente. E. Leclerc gagne ses premiers procès contre les marques qui boycottaient le groupe. Désormais tous les centres Leclerc signe un contrat et s’engage à acheter directement au producteur et à ne vendre que des produits de marque.

• 1962 : Edouard Leclerc soutient les petits producteurs. Après avoir défendu les agriculteurs bretons, il épouse la cause des producteurs laitiers qui combattent le pouvoir des coopératives. Les centres E. Leclerc s’organise en association et groupement d’achat.

• 1964 : Les centres indépendants sont désormais organisés en groupement d’achat. Le magasin de Landerneau, s'agrandit, il devient le 1er hypermarché E.Leclerc.

• 1969 : 75 centres se retirent pour former les futurs Intermarchés.

• 1970 : Création du Groupement d'achats des centres E.Leclerc (GALEC). Cette centrale de référencement est aussi une banque de données sur le marché et les consommateurs et une école pour les nouveaux adhérents.

• 1973 : La loi Royer soumet tout projet nécessitant plus de 1000 m² de surface à autorisation des pouvoirs publics. Edouard Leclerc combat ce texte qui menace la libre concurrence.

• 1979 : Michel-Edouard Leclerc crée la société d'importation pétrolière SIPLEC

• 1981 : E. Leclerc veut démocratiser la lecture et outrepasse la loi avec des prix 20% moins cher. Grâce à cela, E. Leclerc devient le deuxième libraire de France 4 ans plus tard.

• 1986 : Leclerc crée l'espace Le Manège à Bijoux. E. Leclerc évite les intermédiaires pour proposer des bijoux 40% moins cher. Un concept qui séduit

• 1987 : Leclerc crée l'espace E.Leclerc Voyages. E. Leclerc commercialise des produits touristiques à prix réduits.

• 1988 : Ouverture d'une station-service sur autoroute. Le Ministère de l’industrie autorise les centres à créer une station-service sur l’autoroute.

• 1991 : E.Leclerc lance une gamme premier prix, et créé la marque Tissaïa, première marque de vêtements E.Leclerc.

• 1992 : Leclerc ouvre un premier magasin à Pampelune en Espagne et commence à se développer en Europe

• 1994 : Ouverture du premier Espace Culturel E.Leclerc

• 1995 : Leclerc ouvre un premier magasin à Varsovie en Pologne

• 1995 : Leclerc arrête de distribuer des sacs plastiques jetables.

• 1997 : Lancement de la Marque Repère.

• 1998 : Ouverture de la 1re parfumerie E.Leclerc Une heure pour soi.

• 1998 : Leclerc et le groupement Système U s'associaient en fanfare et créaient une centrale d'achat commune appelé « Lucie ». L'entente ne durera que trois ans, seule l'activité d'achat de carburant survécut et l'entité a été rebaptisée "Synergie" sans publicité.

• 2001 : Leclerc s'allie en Italie avec CONAD, mais seulement dans les hypermarchés. Ceux dejà installés, changent leurs vieux nom, « Pianeta », dans l'actuel, en 4 ans.

• Fin 2004, le nom de cette enseigne a été vendu par la famille Leclerc aux adhérents du groupement.

• 2006 : E.Leclerc met en place un comparateur de prix, condamné et fermé suite à plainte déposée par son concurrent E. Leclerc.

• 2006 : En réaction aux mouvements de concentration dans l'industrie des biens de grande consommation, et à l'initiative de E.Leclerc, les grandes enseignes du commerce indépendant de 5 pays européens se regroupent en créant Coopernic.

• 2009 : Après modification, le site internet du comparateur de prix est rouvert et déclaré licite après un jugement suite à une nouvelle plainte déposée par le même concurrent[7].

• 2009 : Lancement du concept drive sous l'enseigne Express Drive (plus de 35 sites en janvier 2010

B – Les chiffres

En 2009, E.Leclerc est l'enseigne leader sur le territoire français grâce à 16,4 % de parts de marché et 34,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Son principal concurrent sur ce marché est E. Leclerc, celui-ci possède 13,2 % de parts de marché.

Le chiffre d’affaires de E.Leclerc a augmenté de 5 %, à 29,4 Mds € (hors carburants) en 2009.

L'enseigne compte 520 centres E.Leclerc, dont 110 à l'étranger. Les hypermarchés représentent 88 % du parc. Ces magasins sont à 70% d'une surface comprise entre 2500 et 6500 m2. Le Mouvement E.Leclerc développe aussi des concepts spécialisés, 12 enseignes différentes dans les secteurs de la culture, de la bijouterie, du voyage ou encore de la beauté et du bien-être :

> 87 centres L'Auto E.Leclerc

> 53 Brico E.Leclerc

> 30 Jardi E.Leclerc

> 180 Espaces Culturels E.Leclerc

> 175 Agences E.Leclerc Voyage

> 276 Le Manège à Bijoux E.Leclerc

> 34 Optique E.Leclerc

> 134 Parapharmacies E.Leclerc

> 69 parfumeries Une heure pour soi

> 18 Sports et Loisirs E.Leclerc

> 185 agences Loué chez E.Leclerc

> 2 espaces Audition E.Leclerc

Le Mouvement E.Leclerc place les hommes au cœur de son organisation. Unique, le système E.Leclerc permet à des salariés de devenir chefs d'entreprise, d'accéder à la direction et à la propriété d'un magasin.

L'enseigne compte 478 adhérents ; ils sont tous propriétaires indépendants de leur magasin. Les salariés, répartis entre les magasins, la centrale nationale et les 16 centrales régionales sont 94 900.

C – Les différentes activités du groupe E. Leclerc

L’activité majeure du groupe E. Leclerc reste bien la distribution alimentaire et même si E. Leclerc a élargi ses activités de manière considérable sous forme de services pour les clients comme l’assurance, le placement, les voyages, les spectacles, (…) l’enseigne reste néanmoins spécialiste de la grande distribution.

Nous allons aussi voir à travers ses activités que le groupe a multipliées les différents formats de ses points de vente pour correspondre aux différents besoins de ses clients :

L'hypermarché, offrant une large gamme de produits alimentaires et non alimentaires à des prix très attractifs ; on y compte en moyenne près de 80 000 références. La surface de ces magasins varie de 400 m² à plus de 15 000 m², et leur zone d'attraction est très large.

Le supermarché, développant sur une surface de 400 à 2500 m² avec une offre principalement alimentaire, large, à des prix très compétitifs.

Le commerce électronique, cybermarché permettant de faire ses courses sur Internet et de se faire livrer à domicile. Après un départ plutôt difficile, ce cybermarché connaît actuellement une très belle expansion notamment dans les grandes villes du pays où les clients gagnent du temps puisqu’ils n’ont pas à se déplacer pour faire leurs courses et donc de l’argent puisque la livraison à domicile est facturée à seulement 5 €uros.

D– La stratégie du groupe E. Leclerc

1°) Stratégie d’indépendant

Quand Edouard Leclerc crée les centres E.Leclerc en 1949, l'individu est au centre de son projet : c'est au service de l'homme dans la société que l'activité de distributeur doit s'organiser. Plus de 50 ans plus tard, cette vocation est restée la même. Les consommateurs, les entrepreneurs et les collaborateurs sont au cœur du Mouvement E.Leclerc.

A l'origine de l'organisation E.Leclerc : la volonté de regrouper des commerçants indépendants, propriétaires de leur entreprise, qu'ils gérent de façon autonome. Aujourd'hui, ce modèle d'entreprise est la force du mouvement E.Leclerc, son originalité, sa cohérence.

Les responsables des Centres E.Leclerc sont des entrepreneurs autonomes, chef d'entreprise à part entière, qui en choisissant l'enseigne E.Leclerc, doivent gérer leur hypermarché dans le respect de l'éthique et des principes fondateurs du Mouvement.

Un groupement d'entrepreneurs indépendants ne peut se développer qu'à la condition de s'organiser et de se mobiliser sur un enjeu commun. Pour E.Leclerc, il s'agit de la vente au meilleur prix pour rendre accessible au plus grand nombre le maximum de biens et de services.

2°) Stratégie de prix

Acheter le moins cher possible pour vendre le moins cher possible ». La formule d'Edouard Leclerc est le concept fondateur du mouvement. Un principe de base toujours en vigueur et qui s'appuie sur deux fondamentaux :

La négociation de conditions d'achat nationales par les adhérents pour le compte de l'ensemble des magasins

Le contrôle régulier du niveau de prix pratiqué dans les magasins afin de permettre à l'enseigne de rester la moins chère.

3°) Stratégie de diversification

Depuis la bataille contre le monopole sur l'essence, E.Leclerc affiche sa détermination à démocratiser l'accès à un maximum de bien de consommation et de services. C'est pour cette raison que les Centres E.Leclerc luttent depuis deux décennies pour ouvrir les marchés à une saine concurrence qui profite au consommateur : l'essence en 1979, le livre en 1981, la parfumerie en 1983, l'or en 1986, la parapharmacie en 1988, le sport et les loisirs en 2005, l’audition en 2009.

De la lutte contre les monopoles aux offres spécialisées E.Leclerc

Les offres spécialisées E.Leclerc sont nées de ces combats, elles sont au nombre de 13 aujourd'hui. Elles proposent des prix les plus compétitifs par rapport à leurs marchés respectifs, et sont autant de relais de croissance pour le pouvoir d'achat des consommateurs.

Les offres spécialisées E.Leclerc

- Espaces Culturels E.Leclerc

- Parapharmacies E.Leclerc

- E.Leclerc Voyages

- Optique E.Leclerc

- Le Manège à Bijoux E.Leclerc

- Jardi E.Leclerc

- Brico E.Leclerc

- Une heure pour soi (parfumeries)

- L'Auto E.Leclerc

- Sport & Loisirs E.Leclerc

- Loué chez E.Leclerc

- Audition E.Leclerc

- Carburant E.Leclerc

4°) Les marques de distributeur (MDD)

La Marque Repère

macintosh hd:users:baptistelanglet:desktop:logo-mr.jpg

Créée en 1997, Marque Repère est née de la volonté des centres E.Leclerc de mieux défendre le pouvoir d'achat des consommateurs. Elle a toujours développé ses produits autour de quatre grandes exigences : la qualité, le prix, le service, la citoyenneté.

Aujourd'hui, 4 212 produits constituent l'offre Marque Repère. Grâce à son logo rouge et blanc facilement repérable, Marque Repère est un véritable guide pour les consommateurs responsables et soucieux de la meilleure qualité au meilleur prix. Les produits Marque Repère sont en moyenne 20 % moins cher que les produits comparables de marque nationale.

Nos Régions ont du Talent

macintosh hd:users:baptistelanglet:desktop:logo_nos_regions_ont_du_talent_e_leclerc.jpg

En 1999, la marque de distributeur Nos Régions ont du Talent voit le jour. Représentative des relations étroites entretenues entre l'enseigne et les producteurs locaux, elle fait découvrir au plus grand nombre les produits de terroir avec une gamme de 313 références.

Eco +

macintosh hd:users:baptistelanglet:desktop:logo1.gif

La même année est lancée Eco+. Cette marque regroupe 883 produits qui répondent aux besoins les plus courants, aux prix les plus bas. Très diversifiée, Eco + est présente sur les principaux marchés : les produits frais, le liquide, l'épicerie, les produits d'entretien, de parfumerie et de bazar.

5°) Le marketing mix

a)Politique de produit

Les produits sont gérés par la direction des produits au sein du siège social. Elle conçoit les structures de gammes et doit faire preuve d’un haut niveau d’exigence vis-à-vis des fournisseurs pour définir les caractéristiques des produits et négocier les conditions d’achats et d’approvisionnement pour définir les caractéristiques. Les achats sont confiés à des chefs de produits en centrale d’achat qui gèrent l’ensemble des relations fournisseurs.

b) Politique de prix

E. Leclerc pratique une stratégie d’alignement qui consiste à proposer des produits à prix cassés leur permettant de générer du chiffre d’affaire

c) Politique de communication

E. Leclerc utilise six mass médias, principalement autour de la presse, de l’affichage et de la radio ; et trois hors médias, Internet et des actions de marketing direct, pour communiquer avec ses clients.

Les mass médias

 Les catalogues : apparus récemment, l’enseigne met à disposition de ses clients des catalogues des offres de produits tous les mois dans lesquels ils peuvent trouver l’ensemble des produits des principaux produits, mais plus particulièrement les promotions du mois.

 Les encarts presse qui paraissent sur les pages de journaux ou de certains magasines.

 Les tracts publicitaires qui permettent d’afficher les produits en promotion

 La radio principalement lors de grandes opérations commerciale

 La télévision principalement pour transmettre des publicités sur les produits au travers des 3 gammes E. Leclerc (Marques repères, nos régions ont du talent et éco +) et notamment pour faire de publicité comparative sur les prix par rapport aux autres enseigne de la grande distribution en citant le site quiestlemoinscher.com pour

 L’affichage, principalement pour afficher les offres promotionnelles de la saison.

Les hors médias

 Internet : E. Leclerc possède deux sites Internet ( e-leclerc.com et mouvement-leclerc.com) le premier concerne l’aspect commercial, à savoir les produits, les services, les événements… le second est centré principalement sur l’histoire et la philosophie du groupe.

 Le marketing direct : Des actions de mailings, de phoning, pour tenir informer les clients des évènements ou des promotions à venir dans le point de vente.

d) Politique de distribution

Le canal

Il caractérise le chemin parcourut (définit par le nombre et le type d’intermédiaire utilisés) par le produit pour atteindre le consommateur. On distingue différents stades selon le nombre d’intermédiaire : les canaux directs, court et longs.

E. Leclerc utilise principalement des canaux courts et des canaux longs. En effet, on parle de canal court quand il existe un intermédiaire entre le producteur et le consommateur (ici l’enseigne), et qui permet d’avoir une bonne connaissance et un bon contrôle du marché. La centrale d’achat peut constituer un autre intermédiaire, on parle ici de canal long (au moins deux intermédiaires) et qui permet une large représentation du produit.

Le circuit

Il regroupe l’ensemble des canaux de distribution. Il peut être traditionnel, intégré, associé ou diversifié. E. Leclerc utilise le circuit associé car c’est un commerce qui associe la fonction de gros et de détail et dont le personnel est salarié.

La stratégie

Le groupe profite des trois stratégies : intensive, sélective et exclusive.

La stratégie intensive consiste à distribuer les produits dans le plus grand nombre de point de vente possible, donc à tous les intermédiaires. C’est le cas pour la marque Bjorg, dans le rayon des produits bio que l’on pourra également retrouver aussi bien dans les magasins bio spécialisés que dans les magasins à dominante alimentaire. Elle permet de générer un chiffre d’affaire important et de se créer une notoriété rapide.

La distribution sélective incite le producteur à sélectionner les points de vente selon les critères techniques, la taille, l’image de marque, ou l’implantation géographique. Par exemple, les produits d’entrepôt sont principalement répandus chez E. Leclerc et E. Leclerc. Cette stratégie permet de générer un coût de distribution plus réduit, la possibilité de contrôler les ventes des produits, et favoriser l’image du produit ou de la marque.

Enfin, la distribution exclusive permet aux producteurs de passer un contrat avec ses distributeurs, qui fait l’objet d’une exclusivité réciproque. Cela concerne par exemples les produits de la marque repère, pour les produits alimentaires, délivré par la centrale d’achat. Elle permet de conforter l’image de marque, et le producteur peut maîtriser la distribution des produits.

E- Le mouvement E. Leclerc à travers le développement durable

E. Leclerc est un mouvement combatif au service des consommateurs.

Depuis le début des années 60, Edouard Leclerc pense que l’environnement doit être protégé des excès de productivisme économique. Il s’engage à lutter contre le pollution, notamment en Bretagne. Très vite, il entraîne le Mouvement dans cette bataille par le respect de l’environnement et aide les consommateurs à changer de comportement. Bien avant que la préoccupation environnementale soit à la mode, il s’engage dans des actions concrètes et efficaces, en assumant pleinement son rôle de distributeur.

Limiter l’impact des activités économiques sur l’environnement

La préservation de la planète constitue l’un des défis majeurs auxquels nos générations sont confrontées. Les centres E. Leclerc, conscients de leurs responsabilités et du rôle qu’ils peuvent jouer, lancent dès 1996 un mouvement de prise de conscience écologique autour d’un mot d’ordre : « Ensemble, protégeons l’environnement »

Des justes causes et des actions concrètes

Les centres E. Leclerc mobilisent ressources humaines et financières pour enrayer la pollution sur tous les terrains :

 En 1996, les centres E. Leclerc s’attaquent à la pollution par les sacs de caisse avec leurs sacs recyclables à vie, à la place de ces 15 milliards de sacs plastiques ; 25 000 tonnes de plastiques ont été économisées.

 En 1997, ils développent des programmes de recyclage des produits nocifs, et ils créent la Marque Repère, une gamme dont la fabrication et le conditionnement respecte l’environnement.

 Depuis 1998, ils organisent l’opération « Nettoyons la nature » : en 2005, 300 000 participants ont nettoyé plus de 6900 sites. Cette action a permis de récolter plus de 600 tonnes de déchets sur toute la France.

 En 1999, Les centres E. Leclerc mettent à disposition des consommateurs des bornes de collectes à l’entrée des magasins.

II – Présentation du point de vente E. Leclerc Harly / Saint Quentin

A- Fiche signalétique

Dénomination social : LECLERC HARLY LE CONTOY DISTRIBUTION (CONTOYDIS)

Enseigne : Edouard Leclerc

Forme Juridique : SAS

Date de création : 1992

Formule de distribution : Hypermarché

Directeur Général : Mme PRACHE

Capital social : 36 176 €

Surface de vente : 5380 m²

Surface de réserve : sur place 1500 m2

Nombre de boutiques : 1 boutique Le manège à bijoux

Effectif : 140 salariés

CA au m² : 10 302 €/m²

Débit clients : 997 952

Panier moyen de consommation : 51 €

B– Historique

Le centre E. Leclerc de Saint Quentin Harly a été inauguré en février 1992.

En 1993, la cour de réception est agrandie. Et l’année suivante, la surface de vente a été réaménagée : création de la partie eau et lait.

En 1998, la première parfumerie « une heure pour soit » fut ouverte. C’est la concrétisation de la volonté de l’enseigne à se développer sur un marché où la démocratisation des produits restait à faire.

Le rayon textile a été remodelé en 1999.

En 2003, le Manège à bijoux déménage de l’allée centrale à la galerie marchande. Ce qui permet à l’espace micro-informatique d’intégrer la surface de vente.

En juin 2005, ont débuté des travaux d’agrandissement qui ont durée un peu plus de 2 ans. La surface de vente passe de 4000 à 5380 m². Le magasin a été entièrement remodelé.

C– La zone de chalandise

Elle est constitué de trois zones primaire, secondaire et tertiaire A et B. Le relevé des commerces de ces zones correspond au relevé effectué par BEMH, des commerces situés aux alentours.

1°) La clientèle

• Commune de Saint Quentin / Harly 2002 60 401 habitants

2009 63 469 habitants

Evolution + 5,64%

• Arrondissement de Saint Quentin 2002 735 586 habitants

2009 756 101 habitants

Evolution + 2,64%

La tranche d’âge la plus représentative se situe entre 20-59 ans (plus de 50%), ce qui explique une population appartenant majoritairement cette tranche d’âge dans la zone de chalandise et un bon pouvoir d’achat de ces derniers.

• Zone de chalandise

Zone de chalandise Population 2002 Population 2009 Nombre de ménages 2009

Zone Primaire |28,356 |30,733 |12,905

Zone secondaire |39,023 |41,176 |16,278

Zone tertiaire A |39,344 |40,342 |17,459

Zone tertiaire B |45,192 |47,243 |20,882

Zone de Chalandise |151,915 |159,494 |67,524

+4,99%

Il y’a une augmentation de 4,99% dans ma zone de chalandise, ce qui prouve une dynamique intéressante et une évolution importante à suivre.

Les données typologiques, ainsi que l’analyse de la clientèle de la zone de chalandise montrent que le magasin de Saint Quentin se trouve dans une « zone favorable ». Les clients fidèles, possédant la carte E. Leclerc ont un panier moyen proche de 100 €.

Néanmoins, le panier moyen en général du magasin est de 54 €. Cette baisse s’explique par l’existence d’un parc immobilier en face du magasin avec des personnes à revenu très modeste dont les courses sont axées sur les produits premiers prix.

2°) La concurrence| |

Remarques :

Il est à noter que parmi les concurrents potentiels du magasin, Auchan Saint Quentin – Fayet reste le plus redoutable : fort de son panier moyen, chiffre d’affaire élevé par rapport à la surface de vente. Néanmoins, sa surface de vente et son parking limité reste une grosse lacune.

En outre, de l’autre coté CORA Z.I Le Salicamp constitue aussi un danger réel malgré sa perte de vitesse actuelle.

3°) Les chiffres

Le chiffre d’affaire de 2009 est de 44 311 325 €, ce qui représente la moyenne du chiffre d’affaire moyen des magasins SCAPEST (42 827 783 €).

Il a même progressé de 1, 12 % par rapport aux chiffre d’affaire de 2009 (43 110 397 €).

De même, il y’a un panier moyen (51 €) élevé par rapport aux éléments chiffrés de la SCAPEST (46 €). Ceci nous amène à relever l’important potentiel du magasin de Harly en chiffres et clients ; ce qui le place d’ailleurs en première position en Ile de France par rapport au CA/m².

Il y’a également une marge de progression par rapport aux années précédent 2009 ce qui s’explique, en outre, par le projet d’agrandissement qui a eu lieu en 2009.

Remarques

L’entreprise E.Leclerc Harly est une entreprise d’une superficie de 5380m² qui génère un chiffre d’affaire hebdomadaire compris entre 30 000 et 40 000 € euros. Son activité se fait grâce aux 140 employés présents.

La part de 30% de la MDD Marque repère dont le chiffre d’affaires ne cesse de croître grâce notamment à une mise en avant importante des produits MDD, un rapport qualité-prix très intéressant et un relooking récent qui a permis à ces produits de se moderniser et d’améliorer leur image.

D – La stratégie de E. Leclerc HARLY

La stratégie de l’enseigne E. Leclerc pour l’année 2010 s’articule autour de 5 axes :

✓ Baisse des stocks : cette baisse entraîne une baisse des coûts car le stock coûte cher.

✓ +0,2 points de part de marché.

✓ +50 000 clients.

✓ +2 points d’image.

✓ Optimisation des coûts

On constate donc que cette stratégie a pour but d’aboutir à la réussite du point de vente et de l’enseigne tant en terme de résultat, d’image, de satisfaction des clients,… L’entreprise est surtout axée sur son image. Elle souhaite avoir une bonne image de manière à augmenter son nombre de client et donc sa part de marché. Le but principal est d’augmenter son chiffre d’affaire par tous les moyens possibles.

III - Présentation du secteur Bazar technique

A – Le métier d’assistant Manager:

Ses fonctions

Sur le pied de guerre de bon matin, le chef de rayon doit organiser, sur le terrain, la vie de son rayon. Fortement responsabilisé, il assume la gestion des produits, des promotions, de la publicité mais aussi de son chiffre d’affaires - et de son équipe. Il choisit en particulier la gamme de produits et son implantation sur les linéaires et les gondoles, rencontre ses fournisseurs, met en place les opérations de promotion, rédige les catalogues, surveille l’écoulement des stocks et passe les commandes. Il doit bien sûr tenir les impératifs de rentabilité fixés par le directeur. Une tendance qui se dégage de plus en plus : avec la centralisation des achats, sa marge de manœuvre est de plus en plus réduite. Il doit souvent se contenter d’appliquer les consignes nationales du siège. A la tête d’une équipe qui peut atteindre 30 personnes dans l’alimentaire, le chef de rayon organise le travail et recrute son personnel. Côté logistique et approvisionnement, tous les articles figurent dorénavant sur une base de données. Grâce au code-barres (créé en 1985), chaque article passé en caisse est décompté des stocks. A l’aide d’un système d’échange d’informations (EDI), le chef de rayon est en outre directement connecté sur les ordinateurs des fournisseurs, auxquels il peut ainsi passer commande sans intermédiaire.

Ses responsabilités

Il doit organiser ou réorganiser, avant et pendant l’ouverture du magasin, le rayon dont il a la charge. Il doit gérer les produits, les promotions, la publicité, mais également son chiffre d’affaires. Pour cela, il surveille l’écoulement des stocks et passe les commandes nécessaires. Son objectif est bien sûr de tenir les impératifs de rentabilité fixés par le directeur. Il a bien souvent sous ses ordres une équipe, plus ou moins importante selon la taille du magasin. Le chef de rayon peut aussi être amené à tenir à jour les étiquettes de prix et à veiller à la propreté du rayon.

Les qualités requises

Sens de l’observation, de l’analyse et des responsabilités sont demandées. Un assistant chef de rayon se doit aussi d’être disponible, de savoir écouter et communiquer ainsi que de rendre compte de l’évolution de son rayon.

Une journée-type dans ce métier

Néanmoins, il faut savoir que chaque journée dans la grande distribution reste assez différente et variée :

6h : Arrivée sur le lieu de travail.

6h-6h30 : Consultation des chiffres de la veille, contrôle et validation commande.

6h30-9h : Remplissage rayon, implantation produit.

9h-12h 14h-17h30: Mise en place des actions merchandising.

✓ Facing

✓ Ilots, Tête de gondole.

✓ Mise en place : décorations, panneaux promotions, étiquettes,…

✓ Orientation client.

✓ Gestion des animatrices commerciales.

✓ Mise en place des plans merchandising.

✓ Rencontre avec les fournisseurs

✓ Consultation des chiffres d’affaire du rayon

B – Le métier d’assistant Responsable Communication et clientèle

7h : Arrivée sur le lieu de travail.

7h – 9h : Mise en place des principaux panneaux publicitaires et des affiches promotionnelles.

9h – 12h : Impression des formats pour le lendemain et des formats exigés par le personnel de l’entreprise.

Formats des affiches:

✓ Stop rayon (13x13)

✓ Pied Américain : A4 (21x29,7), TG(60x60),

✓ Affiché en hauteur, au milieu des allées : 120x120

✓ Et d’autres formats exceptionnels.

✓ Créations

14h30 – 18h00 : Réception des stops rayons, réceptions de la PLV (publicité sur le lieu de vente) et impression des formats exigés par le personnel. Il est possible de créer certains panneaux publicitaires en respectant la chartre graphique de l’entreprise. Durant cette période, on imprime les affiches pour le lendemain.

C – Les différentes actions menées lors de mon alternance :

Pour vous prouver à quel point les tâches ont été diversifiées lors de cette année, j’ai souhaité dresser un listing des différentes actions que j’ai mené en tant qu’assistant manager :

✓ Mise en rayon.

✓ Mise en place des actions promotionnelles.

✓ Briefing avec les managers et les employés.

✓ Gestion et organisation du rayon (Etiquetage, Facing, Gestion rupture, commande,…).

✓ Balisage des produits MDD, des promos, des innovations produits,…

✓ Mise en place TG.

✓ Implantation de rayon, d’allée centrale

✓ Mise en place animations commerciales (Accueil, présentation, placement du stand, mise à disposition de matériel,…)

✓ Réimplantation de rayon avec les fournisseurs.

✓ Mise en place de la décoration.

✓ Consultation des chiffres (CA, Marge brute, Marge commerciale, Ristourne,…).

✓ Management des employés.

✓ Orientation et conseil des clients.

✓ Veille concurrentielle (visite des magasins concurrents) et relevé de prix.

✓ Mise en place et négociation des animations commerciales avec les fournisseurs.

IV – L’analyse de cette formation

A – Les objectifs liés à l’alternance.

Le choix des objectifs de mon année a été préalablement défini en fonction du métier que je souhaitais faire à l’avenir. Après mon premier appel téléphonique, j’ai eu un entretien directement avec le Manager et le Responsable Communication et clientèle de l’entreprise. J’ai longuement parlé avec eux dans le but d’établir mes objectifs et mes missions. Par la suite, j’ai eu un second entretien avec le chef de secteur non alimentaire afin de cerner plus en profondeur les attentes de mon stage. Par l’intermédiaire de ces différents entretiens, les intervenants ont su mon envie de créer mon entreprise. L’entrepreneur doit être doté d’une polyvalence de manière à s’adapter à différents environnements de l’entreprise. De ce fait, j’ai été affecté au service communication et marketing et au service de gestion du personnel comme je le souhaitais.

Les objectifs qualitatifs définis au préalable pour mon stage ont été d’acquérir les compétences requises pour tenir un emploi de Manager ou de Responsable Communication et clientèle. Par la suite, j’avais pour objectif la compréhension de la vie d’une entreprise, de ses relations avec l’extérieur, de son fonctionnement et de son organisation interne. L’objectif principal étant de me former à la vie active.

Les objectifs quantitatifs étaient de contribuer à l’augmentation du chiffre d’affaires et de la marge de l’entreprise tout en limitant les dépenses. Le Manager se doit de tirer les bénéfices de l’entreprise à la hausse le plus possible. Nos chiffres sont toujours comparés aux données de l’année précédente.

Les objectifs n’ont pas été changés au cours de mon stage parce qu’ils ont été bien définis au préalable. De plus, les objectifs fixés pendant mes entretiens étaient très clairs et précis. Mon idée sur la manière dont j’allais faire mon stage était très précise. A travers mon stage, je souhaitais acquérir des compétences pour mon futur métier d’entrepreneur. De ce fait, l’objectif premier était la polyvalence.

B – Les missions

1 – Les opérations de E. Leclerc.

L’enseigne E. Leclerc met en place différentes opérations commerciales. En effet, ces implantations ont lieu dans l’allée centrale du magasin. On peut qualifier cette allée de vitrine. C’est la première chose que les clients voient quand ils entrent dans le magasin d’où l’importance de cette allée centrale.

Phase 1 : Les quantités à commander et le plan d’implantation.

Dans un premier temps, on établit un plan d’implantation de manière à savoir les quantités qui nous seront nécessaires de commander pour remplir les rayons. Cette implantation doit être négociée entre les différents Managers de rayon de manière à avoir un maximum d’éléments de gondole pour accroitre la visibilité des produits et donc d’augmenter les ventes.

Dès l’instant où le plan final est présenté et validé par le directeur du magasin, on peut désormais entreprendre la prise de commande auprès du siège social. Dans certains cas, il nous préconise des quantités en fonction de nos implantations. Cependant, elles sont souvent supérieures ou inférieures aux quantités souhaitées. De ce faite, il est nécessaire de bien connaitre sa clientèle de manière à commander des quantités adéquates pour éviter les stocks trop importants.

Les tarifs sont négociés par le siège social auprès des fournisseurs. Le magasin peut avoir des contacts directement avec les représentants des marques de la région mais la quasi-totalité des achats sont fait par le siège. Ces représentants nous rendent visites pour nous informer sur les nouveautés des produits et des packagings à venir. De plus, ils visitent nos rayons pour savoir si l’implantation des gondoles est en accord avec leurs exigences. Ils peuvent être aussi sollicités pour les implantations en rayon.
  1   2   3

similaire:

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconJournal Gérard Leclerc 31 mars

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III icon1. Agréments, autorisations, interdictions 4
«brico e. Leclerc» situé route de louviers au neubourg; signé l'attachée, chef de bureau, a-m jean 6

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconAdresse 78b boulevard du Général Leclerc 59100 Roubaix
«Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l’Emploi et l’Inclusion Sociale en Métropole 2014-2020»

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconÉléments pour une séquence d'initiation au processus de création chez Flaubert
«représentatifs, selon Yvan Leclerc, de l’ensemble d’un processus créatif dans ses multiples phases d’élaboration»3

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconAdresse : 337, rue du général Leclerc
«créer un meilleur quotidien pour le plus grand nombre, en proposant une vaste gamme d’article d’ameublement esthétique et fonctionnels,...

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconManagement des unités commerciales
«Loué chez E. Leclerc» depuis juin 2008. Ce service de location de véhicules utilitaires respecte le principe de base du groupe,...

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconSynthèse page 19
«média» de communication puisqu’il peut influencer les variables comportementales du client. Ainsi, IL est primordial pour une enseigne...

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconJeudi 17 avril : Déplacement à Bordeaux Discours de clôture des rencontres...
«Y’a de l’éco», diffusée sur Public Sénat, présentée par Gilles Leclerc et Françoise Fressoz. Première diffusion Mardi 15 Avril à...

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconApports pédagogiques générés par ces deux projets d’animations commerciales
«Aménager son point de vente» (cci), listing produits (prix, quantité ), fiche de merchandising volcom (vitrine), dossiers livre...

Ii – Présentation du point de vente E. Leclerc harly a – La stratégie de E. Leclerc harly b – Les chiffres III iconSection La zone de chalandise du point de vente






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com