Synthèses des rapports





télécharger 1.18 Mb.
titreSynthèses des rapports
page6/17
date de publication06.01.2017
taille1.18 Mb.
typeThèse
e.20-bal.com > comptabilité > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17



PROJET AP1-233

Intitulé du projet
Projet académique sur la structuration des coordinations locales

Structure porteuse du projet
Académie de Lyon, Rectorat, Groupement d’intérêt public de l’académie de Lyon (GIPAL) représenté par son directeur, Roland Debbasch, recteur de l’académie de Lyon.

Le chef de projet est M. Luc Maerten chef du service académique d’information et d’orientation (CSAIO).

La coordination et la mise en œuvre du projet ont été assurées par M. Bernard Escande (Mission réussite scolaire – SAIO académie de Lyon).

Structure porteuse de l’évaluation
Monsieur Philippe Cormont, consultant, responsable de projet au COPAS (Conseil en Pratiques et Analyses Sociales).

Durée d’expérimentation : de mars 2010 (démarrage effectif en Février 2011) à août 2011 (arrêt suite à courrier d’août 2011 de la DJEPVA/FEJ).

Date de remise du rapport d’évaluation : fin mai 2012

FICHE SYNTHÉTIQUE PROJET AP1-233



Décrochage scolaire Numéro du projet AP1-233

Titre : Projet académique de structuration des coordinations locales

Objectifs initiaux : Mettre en place sur des périmètres définis par le préfet de région et le recteur d’académie, une coordination

locale impliquant tous les partenaires concernés par la formation, l’insertion et l’orientation. Il s’agit d’organiser le repérage sans délai des jeunes «décrocheurs», afin de leur proposer un accompagnement local concerté vers une reprise de formation, une insertion professionnelle ou toute autre solution adaptée.

Public(s) cible(s) : Tout jeune de 16 à 25 ans, sortant sans diplôme, en cours ou en fin d’année, du second cycle de l’enseignement secondaire est considéré comme « décrocheur ». Il s’agit des jeunes qui n’ont pas obtenu, soit le baccalauréat général, soit un diplôme à finalité professionnelle ou technologique classé au niveau V ou IV de formation (Les jeunes de 16 à 18 ans, sortant non diplômés de la voie professionnelle, constituent un public prioritaire)

Le projet ne fait pas état d’un objectif quantitatif (Nombre de bénéficiaires) car il vise à améliorer la structuration des coordinations locales, à expérimenter et valider des outils.

Descriptif synthétique du dispositif expérimenté :

1. Un pilotage de l’expérimentation assuré conjointement par le CSAIO et l’ IAA de l’IA-DSDEN de la Loire avec la mise en place d’un comité de pilotage académique associant les trois IA-DSDEN ainsi que les partenaires;

2. L’activité de chaque plate forme est animée par 2 co animateurs désignés par les préfets de département en liaison avec les IA-DSDEN en s’appuyant sur un comité de pilotage local structuré autour des établissements de formation initiale, des acteurs de l’accueil, de l’information et de l’orientation ainsi que d’autres partenaires locaux (PRE, PJJ…)

3. Mise en place d’un pôle ressource académique constitué de 3 chargés de mission pour assurer l’accompagnement local de l’expérimentation, conseil auprès des co animateurs, création d’outils, capitalisation et diffusion des pratiques observées

4. La création et l’expérimentation d’un outil collaboratif permettant aux référents de gérer et d’accompagner en temps réel les jeunes suivi ainsi que d’assurer une communication intra et inter plateformes.

5. 5 phases de prise en charge des jeunes sont déclinées : prise de contact avec le jeune et sa famille, diagnostic de sa situation, désignation d’un référent du jeune, mise en place de l’accompagnement, recherche et négociations de solutions.

Territoire(s) d'expérimentation : En concertation avec les partenaires régionaux, les 12 bassins de formation de l’académie de Lyon des 3 départements (Ain, Loire et Rhône) sont retenus comme étant les périmètres de l’expérimentation.

Valeur ajoutée du dispositif expérimenté : Le pari de ce projet est de pouvoir installer durablement les conditions d’organisation et de méthodes les mieux adaptées au repérage des jeunes, à l’identification de leurs besoins à partir d’un diagnostic partagé et d’organiser leur accompagnement vers des réponses adaptées dans le cadre d’un travail partenarial interinstitutionnel.

Partenaires techniques opérationnels : Des représentants de la DRAAF, de la préfecture de la région Rhône Alpes, de la Direccte, de la DRJSCS, de l’Union Régionale des missions locales (URML) et de la direction des lycées du Conseil Régional sont associés.

Partenaires financiers (avec montants): Pas de cofinancement

Durée de l'expérimentation :

Initialement prévue de janvier 2010 au 31 décembre 2011 avec une demande de prolongation jusqu’en juin 2012. Durée effective : de février 2011 au 30 novembre 2011 suite au courrier DJEPVA du 4 août 2011

LE PORTEUR DU PROJET

Nom de la structure : GIPAL (Groupement d’Intérêt Public de l’académie de Lyon)

L'ÉVALUATEUR DU PROJET

Nom de la structure : Le COPAS (Conseil en pratiques et en Analyses Sociales ) est une société coopérative de conseil.

RESUME EVALUATION PROJET AP1-233



Objectifs initiaux du projet :

  • La mise en place et/ou le renforcement des cellules de veille au sein des établissements.

  • La mise en place de coordinations locales pour repérer et apporter des réponses aux jeunes sortis sans qualification.

Il s’agissait donc, au démarrage, d’évaluer le fonctionnement de ces coordinations locales et notamment l’articulation entre cellules de veille et autres acteurs, la transmission d’informations et les réponses apportées. Le rythme de l’évaluation était calé sur celui de l’avancement du projet.

Un bilan très mitigé :

De fait, peu de choses prévues ont pu se réaliser.

Le projet ayant démarré effectivement - et encore, seulement sur la dimension des coordinations locales, le travail spécifique sur les cellules de veille n’ayant pas été conduit - en Février 2011 pour être stoppé, logiquement de notre point de vue, en Août 2011 (ce qui revient de fait, à un arrêt fin Juin si l’on intègre les contraintes calendaires de l’éducation nationale), les résultats sont extrêmement faibles en ce qui concerne l’expérimentation. Tant en termes de résultat sur la période d’expérimentation qu’en termes d’expérimentation stricto sensu, l’académie a davantage cherché à mettre en place dès le démarrage un dispositif pérenne plutôt qu’expérimental.

Les procédures internes ont donc été suivies, ce qui a permis de stabiliser les processus mais ce qui a conduit à une lourdeur, notamment administrative (circuit de validation par exemple) peu propice à une expérimentation.

Notre rôle d’accompagnateur n’a pas été utilisé et nous n’avons que peu de documents du porteur à notre disposition. L’évaluateur étant perçu plutôt comme annexe et marginal dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet interne plutôt que comme partenaire d’une expérimentation (pas d’invitation aux réunions de pilotage par exemple).
Le programme a mis plus d’une année à se formaliser définitivement et à être diffusé en interne de l’académie. Un important travail de mobilisation et d’ajustement du projet expérimental s’est donc déroulé pendant ce long laps de temps (réflexion sur le nombre de territoires passant de 6 à 12, conventions, mise en place du pôle ressources, recherche de partenaires…), ce qui est indéniable. Pour autant, cette phase, dont la temporalité fut longue, souffre de la comparaison avec d’autres projets similaires que nous avons également évalués (AP1 373 Prévention du décrochage scolaire et entrée dans la vie active ou AP1 261 PARTAJ).

La circulaire n° 2011-028 du 9 février 2011 a été diffusée au moment même où la phase concrète de l’expérimentation allait se mettre en place. De fait, cela a impacté très fortement l’expérimentation. Ainsi, lors des entretiens ou au travers des réponses à notre questionnaire, la confusion est permanente entre expérimentation et mise en œuvre de la circulaire. Les données chiffrées n’étant disponibles qu’après Février 2011, il est très difficile de faire la part des choses entre expérimentation et mise en œuvre de la circulaire.

PROJET AP1-234

Intitulé du projet
Réussite BAC Pro-BTS

Structure porteuse du projet
Mission « Réussite scolaire » de l’Académie de Lyon

Bernard ESCANDE

Françoise GARNIER

Structure porteuse de l’évaluation
Cabinet COPAS

Gilles RIVET - Consultant

Durée d’expérimentation : 2 ans

Date de remise du rapport d’évaluation : 31 mars 2013

FICHE SYNTHÉTIQUE PROJET AP1-234



Décrochage scolaire Numéro du projet AP1-234

Titre : Réussite dans le parcours BacPro/BTS

Objectifs initiaux :

- Assurer le maintien des élèves de baccalauréat professionnel jusqu’au terme de leur formation et favoriser leur réussite au diplôme préparé

- Développer leur ambition de poursuite d’études en STS et les préparer à la transition vers le LEGT

- Adapter l’accueil et l’accompagnement des étudiants en 1ère STS provenant de baccalauréat professionnel afin d’assurer leur maintien et leur réussite dans ce parcours de formation de niveau III

Public(s) cible(s) :

- Public B : élèves inscrits en baccalauréat professionnel dans une des 5 spécialités suivantes des filières tertiaire administratif et tertiaire commercial : secrétariat/comptabilité/services/commerce/vente

- Public A : étudiants diplômés des 5 spécialités BacPro citées ci-dessus et inscrits en STS dans une des 5 spécialités suivantes : comptabilité et gestion des organisations/management des unités commerciales/ assistant de gestion PME-PMI/assistant manager/négociation et relation client

Descriptif synthétique du dispositif expérimenté :

- Une mise en réseau d’établissements à minima 1 LP associé à 1 LEGT ;

- Une concertation des équipes de chaque réseau d’établissements pour un diagnostic partagé des besoins des publics concernés afin de co construire des réponses adaptées et les accompagner dans leur parcours ;

- Le développement et l’expérimentation d’une ingénierie pédagogique reposant sur un travail de concertation entre équipes de LP et LEGT pour co produire des outils communs, transférables au delà de l’expérimentation dans le cadre de l’accompagnement personnalisé.

Territoire(s) d'expérimentation :

Les 3 départements de l’académie de Lyon (Rhône, Ain, Loire) avec 17 établissements engagés dont 8 LP et 9 LEGT organisés en 7 réseaux d’établissements.

Valeur ajoutée du dispositif expérimenté :

La mise en réseau d’établissements a favorisé le travail de concertation entre les équipes de LP, de LEGT et les corps d’inspection en vue d’un diagnostic partagé sur les besoins des élèves et des étudiants facilitant la co construction d’actions communes et le développement d’une ingénierie pédagogique adaptée.

Partenaires techniques opérationnels :

- Un comité de pilotage académique pour suivre, impulser et coordonner, formé de : responsables académiques, représentants des corps d’inspection IEN et IA-IPR, personnels de direction impliqués dans le projet, un représentant du GIPAL, l’organisme gestionnaire, représentants de ressources académiques telles que la Mission Ecole Entreprise, le CARDIE, la Mission Réussite Scolaire et le COPAS, l’organisme évaluateur.

- Les équipes de LP et LEGT engagés dans le projet pour mettre en place la concertation, le repérage des publics cibles, pour co construire des actions et réaliser un travail de production pédagogique en lien avec les corps d’inspection IEN et IA-IPR.

Partenaires financiers (avec montants):

Pas de co financement

Durée de l'expérimentation :

Durée initiale : 1/09/10 – 31/12/11 et durée effective : 1/09/10 au 31/12/12

LE PORTEUR DU PROJET

Nom de la structure : GIPAL (Groupement d’Intérêt Public de l’académie de Lyon)

L'ÉVALUATEUR DU PROJET

Nom de la structure : COPAS (Conseil en pratiques et en Analyses Sociales ) est une société coopérative de conseil.

RESUME EVALUATION PROJET AP1-234



Le projet « Réussite BAC Pro-BTS » avait pour objectif d’expérimenter des pratiques innovantes en vue de faciliter les prolongations de parcours scolaire d’élèves vers le BTS, d’une part, de nourrir des réflexions nationales portant plus généralement sur la réussite scolaire et sur l’évolution des filières professionnelles, d’autre part.

L’expérimentation, qui s’est déroulée sur deux années scolaires, a été réalisée par des établissements scolaires de l’académie de Lyon, regroupés en 7 pôles, chacun constitué d’au moins un LP et d’un LEGT.

Cette expérimentation a été accompagnée d’une évaluation qui a porté à la fois sur les conditions de réalisation de l’expérimentation et sur les effets produits sur les élèves concernés, d’une part, sur les pratiques pédagogiques innovantes, d’autre part.

Les conditions de démarrage de l’expérimentation ont rendu nécessaire son prolongement d’une année supplémentaire, afin qu’elle soit en capacité de produire des effets évaluables.

Si les modalités de constitution des pôles ne se sont pas révélées totalement satisfaisantes, leur existence a largement contribué au développement de coopérations entre LP et LEGT, au cœur de l’expérimentation.

L’expérimentation a par ailleurs permis que soient systématisées et développées des pratiques pédagogiques innovantes, condition nécessaire à la réussite de passerelles des filières professionnelles vers des parcours en STS.

Les effets de l’expérimentation sur les parcours d’élèves en LP (publics B) et déjà intégrés en LEGT (publics A), s’ils doivent être interprétés avec prudence du fait du petit nombre des cohortes concernées, sont néanmoins encourageants et confirment globalement les hypothèses de l’expérimentation.

Les coopérations entre établissements et équipes pédagogiques, moyens au service des objectifs de l’expérimentation, ont elles-mêmes produit des effets spécifiques participant aux apports de cette dernière.

À partir de ses premiers enseignements, il est souhaitable d’envisager, plutôt que sa généralisation, un essaimage de cette expérimentation dans des académies volontaires, elles-mêmes dotées d’une expérience dans de projets similaires.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Synthèses des rapports iconII/ les principaux courants de la pensee economique traditionnelle
«l’objectif de l’économie n’est pas le seul problème des rapports entre l’individu et la richesse, c’est aussi et surtout celui des...

Synthèses des rapports iconII/ les principaux courants de la pensee economique traditionnelle
«l’objectif de l’économie n’est pas le seul problème des rapports entre l’individu et la richesse, c’est aussi et surtout celui des...

Synthèses des rapports iconRapport sur le contrôle interne 2014
«fusionnée» des rapports établis en application des articles 42, 43 et 43-1 du règlement n° 97-02. Toutefois, les établissements...

Synthèses des rapports iconMesurer la fluidité sociale
«rapports des chances relatives», autrement dit les rapports entre le taux de réussite et le taux d’échec

Synthèses des rapports iconSynthèses et environnement
«verte» ou durable, en ce qui concerne les choix des matières premières, des réactions et des procédés, ainsi que d’éco-compatibilité...

Synthèses des rapports iconRapports sexuels: nettoyage sans excès (savons doux), uriner après les rapports
«Cystites aiguës bactériennes», Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, site antibioclic com

Synthèses des rapports iconRapport final pour la Délégation Interministérielle à l’Innovation...
«Le programme Nouveaux Services Emplois Jeunes en 2000 : Près du tiers des embauches effectuées par des associations», Premières...

Synthèses des rapports iconGrigorakis anastasios
«juste» pour la famille pourrait ainsi rendre «tolérable» l’existence des rapports de pouvoir entre les sexes et les générations...

Synthèses des rapports iconLe programmes de géographie de 5°
«La troisième partie s’attache aux rapports entre les sociétés et les ressources. Ces rapports sont étudiés sous l’angle du développement...

Synthèses des rapports iconSynthèses chimiques moins nocives
«chimie verte» («green chemistry») a été développé aux États-Unis au début des années 1990 dans le but d'offrir un cadre à la prévention...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com