Synthèses des rapports





télécharger 1.18 Mb.
titreSynthèses des rapports
page5/17
date de publication06.01.2017
taille1.18 Mb.
typeThèse
e.20-bal.com > comptabilité > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

PROJET AP1-224

Intitulé du projet
SYMSER : Système Mutualisé de Suivi des Elèves en Région

Structure porteuse du projet
Académie de Lille

Monsieur JENICOT, CSAIO


Structure porteuse de l’évaluation
COPAS, Conseil en Pratiques et Analyses Sociales

Véronique PERSUY, Consultante

Durée d’expérimentation : Octobre 2009 à juin 2011

Date de remise du rapport d’évaluation : Décembre 2011

FICHE SYNTHÉTIQUE PROJET AP1-224



Décrochage scolaire Numéro du projet AP1-224

Titre : Système mutualisé de suivi des élèves en région

Objectifs initiaux : L’objectif fixé étant de réduire de 10 % par an le nombre de décrocheurs issus des quartiers prioritaires par département et d’augmenter de 10% par an les solutions d’orientation positives avant la fin de l’année scolaire d’ici 2011.

Public(s) cible(s) : Ce sont les jeunes décrocheurs du second degré de plus de 16 ans non titulaires d’un diplôme (exceptés ceux ayant réussi ou échoué à l’examen de CAP), qui étaient scolarisés en collège, LP ou LEGT publics de l’Académie de Lille et qui n’ont pas été retrouvés dans un établissement scolaire public ou privé sous contrat de l’Académie de Lille. 287 établissements ont bénéficié du dispositif : 182 CLG, 56 LP, 47 LEGT et 2 EREA.

Descriptif synthétique du dispositif expérimenté : Le dispositif repose sur la présence dans chaque établissement d’une cellule de veille avec deux objectifs :

- la prévention

- et le traitement des jeunes repérés.

Chaque élève repéré a une fiche personnelle qui peut être alimentée par les 3 acteurs de lutte contre le décrochage à savoir, les CIO, la MGI et les missions locales.

Ce dispositif mis en place par le biais de l’implantation d’un outil informatique a permis à chaque établissement :

- de repérer efficacement les élèves décrocheurs et les motifs de décrochage en fin d'année scolaire comme en cours d'année

- d’assurer un suivi individualisé de ces jeunes avec l'aide des CIO et de la Mission Générale d'Insertion

- de cibler les décrocheurs non diplômés, sans solution de formation ni d’emploi

- de faciliter la coordination des acteurs 1 sur la recherche effective de solutions pour ce public

à terme, développer des interfaces avec les systèmes d'information des principaux partenaires (CFA, apprentissage, agriculture...) de façon à rendre encore plus performant le repérage, le suivi et la proposition de solutions

Territoire(s) d'expérimentation : SYMSER est en cours a été déployé depuis fin 2009 dans sept territoires expérimentateurs : les bassins de Roubaix-Tourcoing, de Lens-Liévin, Hénin-Carvin, de Béthune-Bruay, de Valenciennes, de Dunkerque, et les districts d’Arras et de Maubeuge.

Valeur ajoutée du dispositif expérimenté :

SYMSER permet:

- d’une part, que tous les acteurs disposent des mêmes informations en temps réel, ce qui facilite leur coordination et la prise en charge des jeunes en difficulté.

- d’autre part, d’être un véritable outil de pilotage académique. En effet, cet outil commun permet des actions ciblées sur des zones plus sensibles.

- Enfin, s’il facilitait les échanges d’informations entre organismes, à terme il a intégré les partenaires hors EN

Partenaires techniques opérationnels :


Partenaires financiers (avec montants):

Durée de l'expérimentation :

Durée initiale: 24 mois Durée effective : 18 mois

LE PORTEUR DU PROJET

Nom de la structure : GIP/FCIP Type de structure : Groupement d’intérêt public

L'ÉVALUATEUR DU PROJET

Nom de la structure : COPAS Type de structure : Cabinet d’analyses

RESUME EVALUATION PROJET AP1-224



Dans 8 bassins d’expérimentation, l’académie de Lille a mis en place, un outil informatique (SYMSER : SYstème Mutualisé des Élèves en Région), permettant de faire apparaître et de transmettre à chaque établissement concerné :

  • les élèves ayant disparu de la base Sconet entre l’année n et l’année n-1, et pour lesquels elle ne disposait pas d’information sur leur devenir (les « sans solution repérée ») ;

  • les élèves encore inscrits dans l’établissement mais déjà signalés comme absentéistes/ décrocheurs.

Les établissements avaient ensuite à traiter les dossiers des élèves apparaissant dans la base de données : reprise de contact et recherche de réponses aux situations, et éventuellement transmission au CIO et à la MGI qui avaient à prendre le relais.

Ce projet avait un double objectif :

  • mieux quantifier le problème du décrochage sur l’académie ;

  • mieux qualifier les raisons du décrochage, de manière à définir des modalités d’action plus adaptées pour prévenir le décrochage (14 items étaient proposés pour que la raison du décrochage soit renseignée pour chaque dossier traité).

De nombreuses difficultés techniques les premiers mois, et une mobilisation relative des établissements (un peu plus d’un an après son installation, 62 % des établissements potentiellement concernés étaient réellement impliqués dans l’utilisation de l’outil), comme la difficulté à croiser les informations avec d’autres sources (CFA, établissements frontaliers) permettant de réajuster le nombre d’élèves « sans solution ») ont rendu la quantification encore approximative.

Les aspects qualitatifs sur les motifs du décrochage ont, quant à eux, été assez peu renseignés par les acteurs. En outre, du fait de la décision d’abandonner SYMSER, annoncée dès janvier 2011, il n’a pas été engagé de réflexion partagée sur les modalités d’action les plus pertinentes à construire et à mettre en place en matière de prévention. Celle-ci aurait pu/dû s’appuyer sur une meilleure compréhension de la problématique du décrochage par l’analyse des motifs indiqués parmi les 14 items. S’ils ont néanmoins mieux pris conscience de l’ampleur du problème, les établissements ont essentiellement poursuivi leur travail de suivi individuel et au cas par cas, en priorité auprès des élèves qu’ils repéraient comme décrocheurs au fil de l’année scolaire. La principale difficulté qu’ils mettent en avant, reste de trouver des réponses adaptées à ces élèves.


PROJET AP1-229

Intitulé du projet
Le dispositif PASSERELLE : lutter contre le décrochage scolaire

Quels supports pour une nouvelle socialisation ?

Structure porteuse du projet
Commune d’Achères,

Vincent Lardy, Responsable Politique de la ville

Structure porteuse de l’évaluation
Université de Saint Quentin en Yvelines,

Anne Laure Odent, chargée d’études, laboratoire CNRS PRINTEMPS

Sandrine Nicourd, Maître de conférences en sociologie, laboratoire CNRS PRINTEMPS

Durée d’expérimentation : 2 ans

Date de remise du rapport d’évaluation : 31 03 2012

FICHE SYNTHÉTIQUE PROJET AP1-229



Décrochage scolaire Numéro du projet AP1-229

Titre : Passerelle Prévention du décrochage et pré-orientation pour les 13/17 ans

Objectifs initiaux :

Prévenir une sortie sans orientation des jeunes en difficulté scolaire au collège

Public(s) cible(s) : Collégiens en risque de décrochage.

Le nombre prévu de collégiens bénéficiaires était situé entre 40 / 50 par an.

Le nombre final de bénéficiaires d’un suivi personnalisé a été de 29 en 2009/2010 et 38 en 2010/2011.

Le nombre de collégiens fragiles qui ont pu bénéficier des ateliers de prévention est quand à lui supérieur puisqu’il se monte à 98 collégiens pour l’année 2010/2011

Descriptif synthétique du dispositif expérimenté :

Le projet visait à mobiliser le partenariat le plus large à l’échelle locale afin d’apporter une réponse plurielle aux jeunes en risque de décrochage et identifiés comme pouvant potentiellement sortir du système scolaire sans orientation. Il s’agissait donc d’un projet local, avec un fort réseau partenarial horizontal entre des structures n’ayant pas toujours l’habitude de travailler ensemble : collège, mairie, services sociaux, développement économique / monde de l’entreprise / chambre de commerce, association de soins psychologiques et éducateurs spécialisés.

L’idée était de proposer à chaque jeune une prise en charge plurielle et personnalisée afin d’éviter une sortie du collège sans orientation.

Les jeunes étaient repérés par le collège, en particulier lors des exclusions temporaires qui sont le signe avant coureur d’un décrochage important et d’une déscolarisation.

Il était proposé à chaque jeune concerné et ses parents un suivi personnalisé et la mise en place d’actions ciblées (allant de soutien psychologique, stages en entreprise, suivi éducatif, coaching, aide aux parents, ateliers de remise à niveau et travail sur la confiance en soi…) devant permettre de remobiliser le jeune autour de sa scolarité et de travailler un projet et une orientation en adéquation avec la capacité du jeune.

En outre, le projet devait faciliter le travail partenarial et la mise en œuvre d’actions de prévention du décrochage sur la ville.

Territoire(s) d'expérimentation :Ville d’Achères, en particulier territoires situés en ZUS (3 quartiers).

Valeur ajoutée du dispositif expérimenté :

1/ Par son aspect multipartenarial : l’intervention proposée concernait différentes facettes (soutien scolaire, stage et aide à l’orientation mais aussi soutien aux parents, soutien psychologique, travail sur la confiance en soi… ) et nécessitait une implication d’acteurs qui ne travaillaient pas forcément ensemble auparavant.

Par un travail de prévention plutôt que de réparation : la sortie sans orientation étant le résultat d’un processus dont l’exclusion (temporaire ou définitive) d’un établissement et le décrochage sont les premières étapes. Il s’agissait donc de travailler précocement à l’orientation (non pas en termes d’information mais bien de mise en place des conditions pour que le jeune ait accès à une formation qualifiante).

Partenaires techniques opérationnels : Mairie d’Achères – Service de réussite éducative, Collège Jean Lurçat, AJIR – Association de prévention spécialisée, Centre Georges Devereux – association universitaire d’ethno-psychiatrie, CIOP – Chambre de commerce, Service du développement économique

Se sont ajoutés au projet (non prévus initialement) : Service jeunesse de la mairie, Mission locale, Pôle élève de l’Inspection d’ACADEMIE, CIO

Partenaires financiers (avec montants):

Mairie d’Achères

Préfecture des Yvelines, programme de réussite éducative

Durée de l'expérimentation :

Durée initiale: 24 mois

Durée effective : 24 mois

LE PORTEUR DU PROJET

Nom de la structure : Mairie d’Achères

Type de structure : collectivité locale

L'ÉVALUATEUR DU PROJET

Nom de la structure : Université de Versailles Saint-Quentin

Type de structure : structure publique

RESUME EVALUATION PROJET AP1-229


Le parcours scolaire des jeunes en situation de décrochage se présente comme un processus. Le concept de « carrière déviante » permet, comme le souligne H. Becker, d’identifier les conditions qui amènent certains jeunes à transgresser les exigences scolaires, et d’identifier les situations qui amènent ces élèves à rompre progressivement des liens, les apprentissages et les normes scolaires. Par conséquent, cette notion permet de prendre en compte l’ensemble des acteurs de la socialisation scolaire, à savoir l’institution scolaire, la famille, le groupe de pairs, les intervenants sociaux et le jeune.

Cette évaluation consiste à faire un état des lieux du processus à l’échelle du territoire enquêté : la ville d’Achères. L’immersion au sein de plusieurs instances comme le collège Jean Lurçat, le service de la Réussite Educative, les instances d’accueil des jeunes en dehors du temps scolaire (après l’école, les week-ends et pendant les vacances) et la Mission locale nous a permis d’enquêter sur le travail des acteurs intervenants dans la socialisation des jeunes en situation de rupture scolaire. Nous avons également réalisé des entretiens approfondis avec des jeunes en décrochage.

Le dispositif « Passerelle » consiste à renforcer la coopération au sein d’un réseau partenarial horizontal entre des structures n’ayant pas toujours l’habitude de travailler ensemble : collège, mairie, services sociaux, développement économique, entreprises, chambre de commerce, association de soins psychologiques et éducateurs spécialisés, médiateurs du collège. Le dispositif consiste à proposer à chaque jeune une prise en charge plurielle et personnalisée afin d’éviter une sortie du collège sans orientation. Les jeunes seront repérés par le collège, en particulier lors des exclusions temporaires qui sont le signe précurseur d’un décrochage important et d’une déscolarisation. Des actions ciblées (allant de soutien psychologique, stages en entreprise, suivi éducatif, coaching, aide aux parents, ateliers de remise à niveau et travail sur la confiance en soi…) sont proposées aux jeunes autour de sa scolarité ainsi qu’un projet professionnel et une orientation.

Quels sont les effets du dispositif passerelle sur les jeunes en situation de décrochage scolaire mais aussi sur les pratiques des professionnels engagés dans le dispositif ?

Comment les professionnels investis dans ce projet travaillent-ils ensemble ? Quels sont les freins ? Quels sont les effets de leur travail sur le phénomène du décrochage ?

Nous avons mené quatorze entretiens auprès des responsables des instances et des acteurs de terrains, et nous avons également réalisé une observation dans ces structures. En complément, nous avons participé aux réunions multi partenariales.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Synthèses des rapports iconII/ les principaux courants de la pensee economique traditionnelle
«l’objectif de l’économie n’est pas le seul problème des rapports entre l’individu et la richesse, c’est aussi et surtout celui des...

Synthèses des rapports iconII/ les principaux courants de la pensee economique traditionnelle
«l’objectif de l’économie n’est pas le seul problème des rapports entre l’individu et la richesse, c’est aussi et surtout celui des...

Synthèses des rapports iconRapport sur le contrôle interne 2014
«fusionnée» des rapports établis en application des articles 42, 43 et 43-1 du règlement n° 97-02. Toutefois, les établissements...

Synthèses des rapports iconMesurer la fluidité sociale
«rapports des chances relatives», autrement dit les rapports entre le taux de réussite et le taux d’échec

Synthèses des rapports iconSynthèses et environnement
«verte» ou durable, en ce qui concerne les choix des matières premières, des réactions et des procédés, ainsi que d’éco-compatibilité...

Synthèses des rapports iconRapports sexuels: nettoyage sans excès (savons doux), uriner après les rapports
«Cystites aiguës bactériennes», Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, site antibioclic com

Synthèses des rapports iconRapport final pour la Délégation Interministérielle à l’Innovation...
«Le programme Nouveaux Services Emplois Jeunes en 2000 : Près du tiers des embauches effectuées par des associations», Premières...

Synthèses des rapports iconGrigorakis anastasios
«juste» pour la famille pourrait ainsi rendre «tolérable» l’existence des rapports de pouvoir entre les sexes et les générations...

Synthèses des rapports iconLe programmes de géographie de 5°
«La troisième partie s’attache aux rapports entre les sociétés et les ressources. Ces rapports sont étudiés sous l’angle du développement...

Synthèses des rapports iconSynthèses chimiques moins nocives
«chimie verte» («green chemistry») a été développé aux États-Unis au début des années 1990 dans le but d'offrir un cadre à la prévention...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com