Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000),





télécharger 164.03 Kb.
titreRésumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000),
page1/8
date de publication11.10.2017
taille164.03 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > comptabilité > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8




Structure financière, gestion des résultats
et caractéristiques de la firme


Sondes DRAIEF

Assistante à l’Institut Supérieur de Gestion Industrielle de Sfax.

draiefsondess@yahoo.fr
Résumé:

L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), pour la période 1994-2001, nos résultats montrent l’absence de monotonie stricte entre la dette et la gestion des résultats et ce contrairement à la formulation de la théorie positive de la comptabilité. De plus, l’impact de l’endettement dans l’amplification ou l’atténuation de la gestion des résultats dépend des caractéristiques de la firme : En effet, nous avons trouvé qu’un free cash flow excessif, une forte diversification et une faible distribution des dividendes constituent un terrain favorable à la discrétion managériale et affectent positivement les accruals discrétionnaires. Cette tendance semble être découragée par une augmentation de l’endettement qui constitue dans ces conditions un mécanisme de contrôle explicite des coûts d’agence du free cash flow et atténue l’asymétrie d’information entre les parties prenantes. Cependant, un accroissement de la dette incite les dirigeants à gérer les résultats dans les firmes qui disposent de fortes proportions d’actifs tangibles et qui distribuent un niveau élevé de dividendes. Ces manipulations comptables ont dans ce cas pour objectif d’éviter une violation des clauses d’endettement. De plus, l’excès de l’endettement pousse les dirigeants des firmes en croissance à gérer les résultats et ce afin d’éviter les problèmes de sous investissement. Cette association positive est observée aussi dans les firmes en détresse financière afin de réduire la perception du risque de faillite de la part des investisseurs qu’un excès d’endettement pourrait occasionner.
Mots clefs : politique d’endettement, gestion des résultats, caractéristiques de la firme

Structure financière, gestion des résultats
et caractéristiques de la firme


1.Introduction 


Les entreprises se livrent depuis longtemps à une gestion des résultats. Ce phénomène a donné lieu à une littérature abondante et même à des controverses entre académiciens, praticiens et chercheurs. Sans enfreindre les règles comptables, les dirigeants, de part leur position stratégique, ont la possibilité d’influencer la présentation et le contenu des états financiers en profitant des lacunes comptables et des latitudes managériales (Breton et Stolowy 2000). L’objectif de ces manipulations comptables est de dévier intentionnellement les résultats rapportés vers un seuil désiré (Clikeman, Geiger et O’Connel 2000) afin de s’approprier des gains personnels (Schipper, 1989), d’induire en erreur les investisseurs ou d’influencer les contrats dépendants des chiffres comptables (Healy et Wahlen, 1999).

Ce phénomène a été lourdement critiqué. En effet, dans son discours du 28 septembre 1998 intitulé « The numbers game », Arthur Levitt, un ancien président de la SEC, a attaqué les pratiques de gestion et de lissage des résultats dans certaines sociétés cotées: « Dans les efforts zélés déployés pour dégager un résultat correspondant aux estimations consensuelles et projeter une courbe nivelée de bénéfices, il se pourrait bien que les désirs l'emportent sur la fidélité de la présentation. En conséquence, j'ai bien peur que nous assistions actuellement à une érosion de la qualité des résultats présentés et, de ce fait, de la qualité de l'information financière.»

Avec les récents scandales financiers (Enron, Wordcom, Tyco…), la question de la gestion des résultats occupe actuellement le devant de la scène de l’actualité américaine. En effet, ces bouleversements ont fait réaliser à quel point les entreprises (même les plus grandes) peuvent être dans certains cas vulnérables aux fraudes et aux manipulations.

La littérature financière avance plusieurs motivations à la gestion des résultats. Certaines se rapportent à la théorie positive de la comptabilité (Watts et Zimmerman, 1986), qui repose sur l’utilisation des chiffres comptables pour gérer des enjeux contractuels, et concernent principalement le contrat d’endettement (DeFond et Jiambelvo, 1994 ; Dichev et Skinner, 2002), le contrat de rémunération (Gaver et al, 1995) et les coûts politiques. D’autres motivations, liées au marché de capitaux, et touchent essentiellement les transactions des

insiders (Béneish et al, 2001), l’émission d’actions (Erikson et al, 1999) et l’atteinte des prévisions des analystes (Dechow et al, 2000).

Kim (2001) avance que le choix de la politique comptable est le reflet des conflits d’agence au sein de l’entreprise et d’une asymétrie d’information en faveur du dirigeant au détriment des stakeholders. Dans ce contexte, le contrat d’endettement constitue une pièce maîtresse à réduire l’asymétrie d’information et à diminuer l’attitude discrétionnaire des dirigeants vis à vis des actionnaires.

En effet, la théorie des signaux (Ross, 1997) s’inscrivant dans un cadre de l’asymétrie de l’information, considère la dette comme un signal donné par les dirigeants sur les flux présents et futurs de l’entreprise. En ce sens, Ross (1977), montre que seules les firmes performantes sont prêtes à supporter un endettement relativement important car elles sont en mesure d’honorer leurs engagements sans aucun problème. L’endettement est considéré alors comme un signal de la bonne situation financière de la firme.

Outre son rôle ex-ante de réduire l’asymétrie de l’information, la dette peut être également utilisée pour réduire le conflit ex-post entre les actionnaires et les dirigeants (la théorie d’agence (Jensen et Meckling, 1976)). Jensen et Meckling (1976) considèrent que les intérêts des parties prenantes sont divergents et conflictuels. Ces conflits d’intérêt font subir des coûts d’agence qui sont de nature à réduire la valeur totale de la firme. Les deux auteurs considèrent la dette comme un moyen de contrôle des dirigeants les contraignant à être performants.

Partant de ces constats, nous considérons la politique d’endettement comme un moyen de contrôle des dirigeants qui limitent leur opportunisme et constitue une véritable contrainte aux manipulations comptables.

Néanmoins, la littérature financière attribue à la dette des effets néfastes pour les autres partenaires de la firme. En effet, la politique d’endettement semble aggraver les conflits d’intérêt entre les actionnaires et les créanciers, puisque les actionnaires/ dirigeants vont profiter de leur liberté de gestion des fonds confiés par les créanciers et s’approprier une richesse détournée.

Dans ce contexte, les managers peuvent utiliser la marge de manœuvre conférée par les variables comptables pour gérer les résultats à leur avantage. L’objectif de ces manipulations comptables est d’éviter la violation des clauses limitatives des contrats d’endettement qui seraient coûteuses ( Defond et Jiambelvo, 1994 et Sweeney, 1994), de bénéficier d’une baisse du coût de financement qu’un endettement supplémentaire pourrait occasionner et de réduire la perception du risque de faillite (Djama, 2003).

Dés lors, l’effet net de l’endettement sur la gestion des résultats paraît ambigu. En effet, ce dernier est considéré comme un mécanisme indispensable pour réduire l’asymétrie de l’information et diminuer le comportement discrétionnaire des dirigeants vis à vis des actionnaires, mais aussi une source de conflits avec les créanciers qui amplifie la gestion des résultats.

L’idée de base de cette recherche est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats en considérant que les motifs de choix de la structure financière constituent une motivation à la gestion des résultats et en même temps un moyen de contrôle des dirigeants les contraignant à être performants.

Le reste de cet article est organisé comme suit : Dans la section suivante, nous présentons une revue de la littérature des études ayant trait à la relation entre la gestion des résultats et la politique d’endettement et nous annonçons nos hypothèses de recherche. La troisième section est consacrée à la présentation de notre échantillon et la méthodologie adoptée. La quatrième section présente une interprétation de nos résultats empiriques. La dernière section synthétise nos principaux constats empiriques
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé Cet article montre que les résultats des études menées sur...
«l’économie de l’information». Enfin, et dans une troisième partie, nous montrons que les résultats des études empiriques sont sensibles...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé : Basé sur un échantillon large de huit pays, cet article...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé : Cet article tente d’évaluer un aspect spécifique du marché...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé : Cet article propose une synthèse des recherches empiriques...
«amoncellement plutôt disjoint»1 et l’objet de cet article est d’en proposer une synthèse. Nous dressons le bilan de ces contributions,...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé Cet article présente les résultats d’une recherche analysant...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé Cet article revient sur les déterminants du niveau de la dette...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé Cet article développe un modèle d’évaluation des actifs financiers...
«préférence» pour la liquidité très faible. Aussi importe-t-il que cette préférence soit limitée, afin que l’objectif de stabilisation...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé L’objectif de cet article est de proposer un modèle théorique...

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé : L’objet de cet article est d’évaluer les effets des politiques...
«Politique agricole, zonage et aménagement du territoire rural», Revue d’économie régionale et urbaine, 2000, n°1, pp. 27-44

Résumé: L’objectif de cet article est d’étudier la relation entre la politique d’endettement et la gestion des résultats. En nous basant sur un échantillon de 377 firmes américaines (extraites de Fortune1000), iconRésumé : Cet article se propose d’étudier les caractéristiques et...
«l’assemblée générale annuelle désigne un ou plusieurs commissaires, associés ou non». Des pratiques de contrôle, antérieures à ces...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com