Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux,





télécharger 226.41 Kb.
titreRésumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux,
page6/8
date de publication05.10.2017
taille226.41 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > comptabilité > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8

3Rendre compte de l’évolution des logiques de gestion


Les dix faits que l’on a retenus paraissent orienter dans deux directions opposées : les trois premiers font ressortir des logiques de gestion qui paraissent contingentes au groupe : comment tel secteur est favorisé par rapport à tel autre ? A l’inverse, les sept suivants amènent à voir une autre logique qui est relative aux rapports sociaux au sein du groupe des comptables : elle met en évidence l’émergence des comptables « de base » et de la hiérarchie comptable. Revenons sur ces deux logiques plus précisément.

3.1les logiques de gestion entre branches


Jean-Pierre Daviet [1988] évoque la question de la gestion du personnel et fait le constat suivant :

« Un tel modèle, confronté aux données de 1900, nous invite à distinguer trois modèles :

  • un modèle traditionnel, Glacerie de Saint-Gobain, et probablement aussi Glacerie de Cirey, où l’emploi à vie joue un rôle important ;

  • un modèle des autres glaceries, de type intermédiaire ;

  • un modèle des usines de produits chimiques, où le noyau stable est réduit, parce qu’il existe beaucoup d’emplois peu qualifiés, et d’ailleurs souvent insalubres » (p.371).

Notre étude confirme assez clairement les conclusions de Daviet pour la différence entre produits chimiques et glaceries : il est clair que les proportions de comptables sont durablement supérieures dans les glaceries. La différence entre Saint-Gobain et Chauny avec les autres glaceries ne se retrouve pas. Les proportions de ces deux établissements restent dans la moyenne sur la période étudiée.

Pour ce qui est de la stabilité, on ne retrouve pas du tout les mêmes conclusions. La rotation est moindre dans les glaceries en 1883-1884 mais supérieure en 1903-1904 à celle des produits chimiques. Il semble donc qu’il y ait des différences entre les comptables des glaceries et des produits chimiques, mais pas au même niveau que pour les ouvriers.

Au total, il nous semble que ce rapport à la stabilité est encore vrai en 1883-1884 dans les glaceries. Vingt ans plus tard, ce rapport a disparu : la paupérisation relative des comptables dans les glaceries se retrouve de façon assez atténuée dans les produits chimiques. Quand plus de 85 % des comptables des glaceries gagnent moins de 3685 F (soit 3000 F avec la hausse de 22.85 %), ils sont à peine plus de 60 % dans les produits chimiques à gagner moins. Ce modèle de la stabilité paraît donc avoir changé de camp entre ces deux dates. La hausse du nombre d’employés se fait clairement par le recrutement d’employés plus mal payés.

3.2les logiques de gestion entre comptables


Les faits 4 à 10 semblent mettre en évidence une autre logique : celle de l’organisation des services comptables. Ce que l’on dit n’est plus propre à une branche mais s’avère général à Saint-Gobain dans son ensemble. On voudrait pour cela essayer de construire une explication à ces faits. Pour cela, on va repartir de la situation des comptables avant 1867.

3.2.1le rapport à la comptabilité avant 1867


Quel est la relation du comptable avec son patron au XVIIIème siècle ? Paul Butel [1974] indique les qualités du teneur de livre bordelais : « estimé pour sa fidélité et pour ses compétences ». Il précise plus loin : « pour s'attacher des commis sûrs, les négociants ont sans doute été amenés à consentir de hauts salaires ». Ce rapport à la fidélité, cette confiance existant entre le teneur de livres et le patron paraît assez clair alors chez les négociants. A Marseille, Carrière [1973] met aussi en avant cette idée de compétence : « la comptabilité était, sans aucun doute, confiée à un spécialiste : le teneur de livres » (p.730). Peu avant, il donnait l’exemple d’un teneur de livres lyonnais qui bénéficiait d’une telle confiance de son patron qu’il prend en main la direction des affaires. Ces idées de confiance et de compétences paraissent donc caractériser la relation entre patron et teneur de livres, relation qui aboutit à un salaire assez élevé d’après les mêmes auteurs20.

Le rapport à la confiance ne pose guère de soucis, mais il n’en va pas de même de ce que ces auteurs disent sur la compétence. Jean Meyer [1969], dans son étude sur l’armement nantais au XVIIIème siècle, parle « des innombrables erreurs d’addition portant, à vrai dire, la plupart du temps, sur des sommes assez faibles » (p.128). Jean Cavignac [1967] parle aussi de « la difficulté que présentait la tenue des livres pour un homme de l’époque » (p.36). Cette compétence dont parlent Butel et Carrière, n’est donc pas le terme que l’on emploierait aujourd’hui pour qualifier cette situation par rapport à aujourd’hui. Cette compétence a trait à la capacité à connaître les règles de la comptabilité à partie double et paraît assez peu répandue à l’époque. C’est ce qui explique probablement la valeur qu’on peut accorder à sa bonne connaissance. Cette compétence paraît donc être vrai dans la comparaison entre plusieurs teneurs de livre du XVIIIème siècle. Le XIXème siècle modifie sensiblement ce rapport.

A Saint-Gobain, où les comptes sont tenus longtemps en partie simple, il n’y a pas de teneur de livres avant 1775. Un document établi au début du XIXème siècle21 fait l’historique des postes de directeur, de caissier et de teneur de livres. Il ne remonte pas avant 1775. Comment s’organisait-on auparavant ? Un mémoire de mai 176122 en dit plus sur ces choix organisationnels : le travail comptable est partagé entre les différents directeurs et le caissier. Autrement dit, on choisit une forme différente de délégation : on ne délègue pas le travail comptable en le séparant de ce qui est plus technique, mais on délègue une partie du travail comptable avec la partie correspondante du travail technique. Il peut arriver ensuite que chaque directeur délègue lui-même son travail comptable, mais la logique de délégation est foncièrement différente.

On a donc en germe deux logiques : une qui est inspiré de la comptabilité commerciale et qui pousse à centraliser les écritures auprès d’un teneur de livres que Saint-Gobain adopte à partir de 1775. Et l’autre, celle choisie historiquement par Saint-Gobain, qui pousse au contraire à décentraliser les écritures, à les effectuer dans les établissements, en les couplant avec les responsabilités techniques, autrement dit à décentraliser la comptabilité.

Cette double logique, on en retrouve trace entre 1830 et 1838 où divers règlements indiquent la répartition des tâches. Voici ce qui est dit le 30 octobre 183223 :

« Article 33 : le chef de chacun des trois établissements de Saint-Gobain et de Chauny tiendra des écritures régulières pour constater la marche des travaux de fabrication, de constructions neuves, de réparation et d’entretien, qu’il est chargé de diriger. »

Cela ne doit pas faire croire pour autant que le chef d’établissement tient les comptes. Mais c’est lui qui est responsable de cette bonne tenue. Le Conseil d’Administration est d’ailleurs parfaitement au courant de cette délégation au sein des établissements puisque le règlement du 10 février 183824 indique à l’article 2 le détail des employés sous l’ordre du régisseur à la manufacture de Chauny : il comprend un caissier teneur de livres, un commis aux écritures et un commis chargé des livres auxiliaires et copie d’états.

Autrement dit, avant 1867, il existe clairement des personnes travaillant au siège et dans les établissements à des tâches comptables. La période que notre analyse étudie ne marque donc pas la naissance des comptables d’entreprise, mais plutôt leur massification. Revenons maintenant à la période 1867-1912 pour essayer de comprendre les logiques de gestion à l’œuvre.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé : Basé sur un échantillon large de huit pays, cet article...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé : Dans un premier temps, la spécificité des trajectoires de...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé : Cet article propose une analyse comparative des transformations...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé Cet article présente l'utilisation qu’il est possible de faire...
«une solution optimale» à partir d’un critère posé a priori mais d’abord en termes de respect des contraintes à chaque instant et...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé Cet article suggère de replacer l’analyse des inégalités sociales...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRÉsumé : Le but de cet article est de mettre en perspective les principales...
«L’élargissement de 2004 au regard des précédents espagnol et portugais : un jeu de miroirs ?»

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé Cet article vise à fournir une appréhension renouvelée de...
«problématique», cette approche invite à mettre l’accent sur la construction – de manière endogène et concertée – de principes de...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé La mobilité, valeur montante des sociétés urbaines contemporaines,...
«efficaces» en termes d’insertion sociale. Le présent article discute ce postulat à partir d’une analyse de la littérature académique...

Résumé Cet article est une analyse quantitative des états du personnel à Saint-Gobain entre 1873 et 1912. Dans un premier temps, à travers cinq relevés décennaux, iconRésumé : Nous avons dans un premier article estimé les valeurs du...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com