Rapport au 3 février 2007





télécharger 180.23 Kb.
titreRapport au 3 février 2007
page1/19
date de publication08.07.2017
taille180.23 Kb.
typeRapport
e.20-bal.com > comptabilité > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

J. Valluy, « Chronique de la banalisation des rafles et de l’usure des solidarités avec les exilés au Maroc », Programme ASILES (ACI-TTT Ministère de la recherche) – Retour de terrain, 3 février 2007.

_________________________________________________________________________________________


Chronique de la banalisation des rafles d’exilés et de l’usure des solidarités au Maroc
par Jérôme Valluy

Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)

Le 3 février 2007
Rapport au 3 février 2007 établi à partir d’entretiens réalisés à Oujda du 27 janvier au 3 février 2007 avec des victimes des rafles, des acteurs de solidarité, puis en utilisant les informations de la presse marocaine et des listes de diffusion/discussion par Email notamment les informations diffusées par le forum du [Manifeste-euroafricain] ainsi que les forums et site de l’association Migreurop (Cf. dossier complet : http://www.migreurop.org/rubrique210.html ) Ces entretiens et lectures ont eu lieu à l’occasion d’une mission de recherche dans le cadre du Programme de recherche ASILES (ACI du Ministère de la Recherche avec le réseau TERRA et le Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne). Ce rapport fait suite à un précédent rapport intitulé « RAFLES DE SUBSAHARIENS AU MAROC A NOËL 2006 - Rapport à l’association Migreurop », J. Valluy, le 6 janvier 2007 (http://terra.rezo.net/IMG/doc/VALLUY060107.doc).

Les rafles de subsahariens au Maroc à Noël 2006 ont fait l’objet d’un précédent rapport (http://terra.rezo.net/IMG/doc/VALLUY060107.doc) qui pourrait laisser croire à une opération ponctuelle de fin d’année. Les observations que l’on peut faire durant le mois de janvier 2007 montrent que, loin de constituer une action limitée à cette période, la campagne de rafles de Noël amorce une politique plus continue et systématique de rafles policières des exilés subsahariens dans les villes du Maroc avec transfert vers la frontière orientale. Les « refoulements », dont personne n’ignore qu’ils sont suivis de retours immédiats de la quasi-totalité des victimes, ont pour effet d’augmenter la population en transit dans les proximités d’Oujda, Berkane et Nador, provoquant une sorte de noria interne. Les acteurs (autorités, policiers, exilés, associations, journalistes…), prenant conscience du caractère durable de ce processus, commencent à inscrire leurs actions respectives dans des perspectives de longue durée. Dans le Maroc oriental les ressources financières et humaines d’aide humanitaire d’urgence s’épuisent et sont voués à disparaître si des dispositifs pérennes de soutiens interassociatifs et internationaux ne sont pas mis en place.

  

Vendredi 5 janvier 2007 – Plusieurs représentants d’associations présentes principalement à Rabat, notamment Caritas et Médecins du Monde, arrivent à Oujda pour soutenir les associations locales, conformément aux résolutions prises lors de la réunion de coordination interassociative de la veille. Après une nième visite de deux associations, Forum Réfugiés et ABCDS, à la Préfecture, un groupe d’une douzaine d’exilés sont accompagnés à la gare par une dizaine de militants associatifs issus de six associations : ABCDS (Maroc) d’Oujda, Homme & Environnements (Maroc) de Berkane, AMDH (Maroc) d’Oujda, MDM (France) de Rabat, Forum Réfugiés (France), Caritas (France) de Rabat… Le groupe est surpris de constater que les policiers, plus nombreux que d’habitude, semblent les attendre. Les policiers appellent le Président d’ABCDS pour lui parler, lui disent qu’ils « filment » en permanence les activités de son association, laissant entendre ainsi qu’une surveillance policière pointilleuse de l’association est exercée, mais s’empressent d’ajouter qu’ils n’ont rien contre l’association et ses activités humanitaires parfaitement respectables et même digne, selon les policiers, d’une certaine estime. Les policiers indiquent qu’ils ne peuvent rien faire d’autre que d’obéir aux ordres mais qu’ils n’ont rien non plus contre les exilés dont le sort les touchent. Ils indiquent ensuite qu’ils ont reçu du HCR, via le Ministère des Affaire Etrangère (interlocuteur du HCR), le Ministère de l’Intérieur et la Préfecture, une liste de personnes relevant du mandat du HCR et donc autorisées à repartir en train vers Rabat. Après vérification des identités à partir des documents émis par le HCR, les policiers acceptent de laisser monter dans le train la douzaine d’exilés présents sous condition que le représentant associatif du HCR, salarié de Forum Réfugiés, raccompagne ces personnes jusqu’à Rabat… et ainsi quitte Oujda.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Rapport au 3 février 2007 iconCompte rendu de la session de qualifications, du lundi 5 février 2007 au jeudi 8 février 2007

Rapport au 3 février 2007 iconRapport du Groupe international sur le changement climatique (giec),...

Rapport au 3 février 2007 iconDates importantes : 22 novembre 2006 14 février 2007 6 juin 2007
«Le secteur bancaire assume-t-il toutes ses responsabilités vis-à-vis des entreprises ?»

Rapport au 3 février 2007 iconRapport du medef de février 2007
«la R&D semble être une étoile filante, pas très attirante pour les jeunes docteurs appréciant le travail de recherche». Les jeunes...

Rapport au 3 février 2007 iconAcadémie de Dijon – Inspection Sciences biologiques sciences sociales...

Rapport au 3 février 2007 iconRapport d’activite 2013 Février 2014

Rapport au 3 février 2007 iconRapport final du projet gicc-medWater (mars 2003/février 2006)

Rapport au 3 février 2007 iconLe Rapport au Président de la République relatif à l’ordonnance du...

Rapport au 3 février 2007 iconDéclaration conseil municipal du 3 février 2015 Délibération sur...

Rapport au 3 février 2007 iconRapport de synthèse enquête emploi 2013 diplômés geeft, promotions 2006-2007 à 2010-2011






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com