Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l'état dans la répartition





télécharger 37.02 Kb.
titreChapitre 4 : La répartition Le rôle de l'état dans la répartition
date de publication16.02.2017
taille37.02 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos
Chapitre 4 : La répartition - Le rôle de l'état dans la répartition


I : Rappel : La Valeur ajoutée...

VA = Production - Consommations intermédiaires
ou
VA = Valeur des biens et services produits - Valeur des biens que l'entreprise se procure auprès d'autres entreprises pour produire ou vendre.
Consommations intermédiaires: Ex : Matières premières, électricité, assurances, fournitures diverses, produits semi-finis, publicité, transports, etc......
La valeur ajoutée d'une entreprise correspond finalement à la "richesse" qu'elle produit.
Approximativement (voir plus loin ) Le PIB correspond à la somme de toutes les valeurs ajoutées réalisées par les entreprises résidentes. On comprend donc que le PIB est l'un des indicateurs économiques les plus importants dans la mesure ou il reflète l'activité productive d'un pays au travers des richesses produites par ses entreprises.
Prenons un exemple simple :
Exemple : Compte de résultat de la société X





CHARGES

PRODUITS

Achat de marchandises

180 000

Vente de marchandises




Travaux d'entretien ou de réparation

10 000







Publicité

10 000







Transports de biens

40 000







Impôts, taxes et versements assimilés

50 000







Rémunération du personnel

80 000







Charges de sécurité sociale

50 000







Charges d'intérêts

20 000







Dotations aux amortissements

30 000







Total des charges

470 000

Total des produits

500 000


Solde créditeur : Bénéfice


30 000








Total général


500 000


Total général


500 000





La valeur ajoutée de cette entreprise est égale à 500000 - (180000 + 10000 + 10000 + 40000) = 260000
En effet, dans cet exemple, seules les charges suivantes sont considérées comme   consommations intermédiaires  devant être déduites de la valeur de la production (500000):
-- Les achats de marchandises
-- les frais de transports
-- la publicité
-- les frais d'entretien.


La valeur ajoutée d'une entreprise se compose donc des éléments suivants :


Au regard de la composition de la valeur ajoutée, on peut donc dire que celle ci se répartit principalement entre les salariés, l'état, et les apporteurs de capitaux.

Remarquez que chacune des composantes de la valeur ajoutée représente un revenu pour une catégorie d'agent économique.
La logique Production - Revenu- Dépense qui correspond aux "3 temps de la valse économique" (selon l'expression consacrée) se vérifie donc également dans le mécanisme de répartition de la valeur ajoutée.

II : Notions de revenu primaire et de revenu disponible - Le rôle de l'état en matière de répartition


A - Les niveaux de répartition
On constate sur ce schéma qu'il existe deux niveaux dans la répartition du revenu national :



  • 1° niveau : répartition de la production.

  • 2e niveau : prélèvements obligatoires par l'état sur les revenus primaires et redistribution.


* Au 1° niveau, c'est-à-dire celui de la répartition de la production, on parle de répartition « fonctionnelle ».

Tous les agents économiques qui participent à production perçoivent une rémunération -- les prêteurs de capitaux perçoivent un intérêt (banques et organismes financiers), les apporteurs de capitaux perçoivent un dividende (actionnaires ou détenteurs de parts sociales), les salariés perçoivent un salaire, etc....

La production est donc directement à la source du revenu dit « primaire ». Le revenu primaire correspondant au revenu directement issu de la production.
* Au 2e niveau, l'état et les collectivités territoriales procèdent à des prélèvements obligatoires sur ce revenu primaire et les redistribuent ensuite sous forme de revenus de transfert pour corriger les inégalités.

Les prélèvements obligatoires sont constitués des cotisations sociales et des impôts (impôt sur le revenu des personnes physiques, impôt sur les sociétés, impôts locaux tels que taxe d'habitation, taxe foncière, etc.).

La redistribution s'effectue sous forme de revenus de transfert -- il s'agit par exemple des indemnités de maladie, de chômage, du RMI, des prestations sociales et des services gratuits que l'état peut fournir.

Si l'on ajoute au revenu primaire les revenus de transfert et que l'on retranche les prélèvements obligatoires, on obtient donc le revenu disponible.

Le revenu disponible se repartira ensuite en consommation et en épargne.
B - Le rôle de l'état dans la répartition.
L'état providence a développé ses interventions depuis la fin de la 2° guerre mondiale. Selon cette conception assez élargie du rôle de l'état, il s'agit avant tout de réduire les inégalités de revenus et d'influencer la conjoncture économique. L'état intervient donc non seulement au niveau de la répartition primaire mais également au niveau de la répartition et de la redistribution des revenus.
-- Au niveau de la répartition primaire, on peut dire que rares sont les décisions des pouvoirs publics qui n'ont pas d'incidence à ce niveau. Par exemple, toute politique de lutte contre l'inflation exercera une influence certaine sur la répartition du revenu -- le pouvoir d'achat des consommateurs sera différent si cette politique est restrictive et consiste à freiner la demande -- le taux de profit des entreprises subira également les effets d'une telle politique (politique de blocage des prix par exemple).

Toujours au niveau de la répartition primaire, la volonté des pouvoirs publics depuis la fin de la seconde guerre mondiale s'est nettement affirmée dans le sens de la fixation d'un salaire minimum ( SMIC) -- la loi du 11 février 1950 a donc créé le SMIG devenu SMIC le 2 janvier 1970. Dès 1952 le SMIG a été indexé sur l'indice des prix à la consommation.

Si le SMIC est automatiquement revalorisé tous les 1er juillet de chaque année, il n'en va pas de même pour les autres salaires. L'état ne tient pas à contrôler la politique des salaires et l'indexation automatique de l'ensemble des salaires est interdite -- l'état cherche à éviter qu'une trop grande rigidité pèse sur les salaires car cela présenterait des risques d'inflation par alourdissement des coûts de production des entreprises. L'état cherche ainsi à casser la fameuse spirale inflationniste des prix et des salaires (désindexation des salaires depuis 1982).

Notons toutefois que, dans certaines branches d'activités, les conventions collectives sont assez avantageuses pour les salariés dans la mesure où elles prévoient non seulement une indexation automatique des salaires sur les prix mais encore une progression du pouvoir d'achat des salariés. Bien entendu, de tels avantages ne peuvent être obtenus par les salariés que dans les secteurs clés de l'économie.
-- Au niveau de la redistribution des revenus, le rôle de l'état consiste d'une part à redistribuer les impôts en accordant par exemple des subventions à certaines entreprises ou en finançant des régimes de solidarité et d'autre part à redistribuer le revenu disponible pour corriger les inégalités sociales -- cette redistribution s'effectue sous forme d'allocations familiales, allocations chômage, etc....

On retrouve, en toile de fond, l'idée selon laquelle il faut « prendre plus aux uns et moins aux autres » -- notons toutefois que la justice sociale et fiscale est loin d'être atteinte.

III : Les inégalités de répartition
Durant ces 30 dernières années la croissance a été très lente et le pouvoir d'achat n'a que faiblement augmenté. La crise économique des années 70 a accentué les inégalités mais tout le monde n'en a pas subi les conséquences de la même façon.
D'une manière générale, la situation concernant les inégalités peut être résumée de la manière suivante :
-- Ce sont les cadres, les ouvriers et les jeunes qui ont été le plus touchés.

En effet, les cadres et les ouvriers ont dû réduire leurs prétentions salariales pour retrouver des emplois à un niveau de rémunération souvent très inférieur à l'ancien.

Quant aux jeunes, ils ont dû accepter des salaires d'entrée dans le monde du travail de plus en plus bas. Par exemple, en 1994 (dernier chiffre disponible à ce jour) les jeunes entre 25 et 30 ans ne touchaient en moyenne que 70 % du salaire des quadragénaires contre 80 % 20 ans plus tôt.
-- Les richesses ne sont pas réparties de manière égale : il est clair que les salaires ont eu tendance à stagner et les revenus du capital ont très fortement progressé. Les salaires n'ont progressé que de 15 % environ en 10 ans (décennies des années 90) alors que les revenus du capital (profits et revenus de la propriété) ont progressé de plus de 90 % pendant la même période.

On constate donc que les stratégies mises en oeuvre par les entreprises (dans le souci de mieux lutter contre un avenir incertain et dans le souci de faire face à l'exacerbation de la concurrence internationale) ont entraîné des gains de productivité importants qui ont eu pour effet de modifier le partage de la valeur ajoutée dans le sens d'une augmentation de la part des profits au détriment des salaires. De ce point de vue, on peut dire que la dernière décennie a été celle du capital plus que celle du travail.
-- Les inégalités de rémunération entre les hommes et les femmes se réduisent.

On peut dire qu'il s'agit ici du seul point sur lequel les inégalités se sont réduites de manière assez significatives. En effet, l'allongement de la scolarisation des filles, les changements de mentalités et la tertiarisation de l'économie ont abouti à une réduction assez importante ( bien que des progrès restent à faire ! ) des inégalités entre les rémunérations des femmes et des hommes.

« Le rapport entre le salaire des femmes et celui des hommes stagnait dans les années 50 et 60 : les femmes gagnaient en moyenne à temps plein un tiers de moins que les hommes. Petit à petit, l'écart a diminué. Au milieu des années 90, le salaire féminin représente plus de 80 % du salaire masculin. Depuis 1995, il semble cependant que cette marche en avant soit stoppée. En 1999, ce rapport à même baissait, sans que l'on puisse préjuger d'un retournement de fond. ». Alternatives Economiques
En conclusion, nous pouvons dire que :

-- Les inégalités de salaire ne diminuent plus.

-- les femmes rattrapent les hommes.

-- le pouvoir d'achat varie avec la conjoncture.

-- les plus pauvres s'appauvrissent.

-- la pauvreté stagne.
Le chemin est donc encore long à ce niveau et il n'est plus possible de compter sur l'état providence pour résoudre le problème des inégalités.

similaire:

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Résumé : la présente contribution discute les théories de la crise...
«rigidités» de l’Etat social, mais aux effets pervers des politiques néo-libérales dont l’impact sur les formes de contrôle de l’investissement...

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Chapitre V : le rôle de l’État dans la vie economique et sociale

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Retraite Additionnelle de la Fonction Publique
«répartition provisionnée», c'est-à-dire qu’il est constitué une réserve financière qui fait l’objet de placements. Cette réserve...

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\I. Pourquoi la puissance publique intervient-elle dans la régulation de l’économie ?
«affectation»), la distribution (ou encore «répartition») et la stabilisation

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Activité : Les budgets des administrations publiques (travail sur Internet)
«Pourquoi la puissance publique intervient-elle dans la régulation des économies contemporaines ?» : les différentes fonctions économiques...

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\B la repartition du prix

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Td 1 – calculs de repartition et de variation

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\L'Entreprise est un centre de répartition de revenus

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Revisions economie premiere : partie 3 – repartition et consommation

Chapitre 4 : La répartition Le rôle de l\Nombre de résidents accueillis à la rentrée et répartition par sexe






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com