«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.»





télécharger 0.83 Mb.
titre«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.»
page1/17
date de publication10.02.2017
taille0.83 Mb.
typeEssai
e.20-bal.com > droit > Essai
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17


Marcel Mauss (1923-1924)

« Essai sur le don.

Forme et raison de l’échange
dans les sociétés archaïques. »


Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay,

professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi

Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca

Site web: http://pages.infinit.net/sociojmt
Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales"

Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html
Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque

Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi

Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

Cette édition électronique a été réalisée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi

Le 17 février 2002


PAR

Marcel Mauss (1923-1924)
« Essai sur le don.
Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives
»

Article originalement publié dans l'Année Sociologique, seconde série, 1923-1924.


Polices de caractères utilisée :
Pour le texte: Times, 12 points.

Pour les citations : Times 10 points.

Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.

Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format

LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’)


Table des matières


DEUXIÈME PARTIE ESSAI SUR LE DON. FORME ET RAISON DE L'ÉCHANGE DANS LES SOCIÉTÉS ARCHAÏQUES

INTRODUCTION. - Du don, et en particulier de l'obligation à rendre les présents
CHAPITRE I Les dons échangés et l'obligation de les rendre (Polynésie)
I Prestation totale, biens utérins contre biens masculins (Samoa)

II L'esprit de la chose donnée (Maori)

III Autres thèmes: l'obligation de donner, l'obligation de recevoir

IV Le présent fait aux hommes et le présent fait aux dieux
CHAPITRE II Extension de ce système (libéralité, honneur, monnaie)
I Règles de la générosité. Andamans (N. B.)

II Principes, raisons et intensité des échanges de dons (Mélanésie)

III Nord-Ouest américain
CHAPITRE III Survivances de ces principes dans les droits anciens et les économies anciennes
I Droit personnel et droit réel

II Droit hindou classique

III Droit germanique

Droit celtique

Droit chinois
CHAPITRE IV Conclusion
I Conclusions de morale

Il Conclusions de sociologie économique et d'économie politique

III Conclusion de sociologie générale et de morale

DEUXIÈME PARTIE

ESSAI
SUR LE DON 1

FORME ET RAISON DE L'ÉCHANGE

DANS LES SOCIÉTÉS ARCHAÏQUES
INTRODUCTION
DU DON, ET EN PARTICULIER

DE L'OBLIGATION

A RENDRE LES PRÉSENTS


Épigraphe
Retour à la table des matières

Voici quelques strophes de l'Havamál, l'un des vieux poèmes de l'Edda scandinave 1. Elles peuvent servir d'épigraphe à ce travail, tant elles mettent directement le lecteur dans l'atmosphère d'idées et de faits où va se mouvoir notre démonstration 2.
39 Je n'ai jamais trouvé d'homme si généreux

et si large à nourrir ses hôtes

que « recevoir ne fût pas reçu »,

ni d'homme si... (l'adjectif manque)

de son bien

que recevoir en retour lui fût désagréable 3.
41 Avec des armes et des vêtements

les amis doivent se faire plaisir;

chacun le sait de par lui-même (par ses propres expériences)

Ceux qui se rendent mutuellement les cadeaux

sont le plus longtemps amis,

si les choses réussissent à prendre bonne tournure.
112 On doit être un ami

pour son ami

et rendre cadeau pour cadeau

on doit avoir

rire pour rire

et dol pour mensonge.
44 Tu le sais, si tu as un ami

en qui tu as confiance

et si tu veux obtenir un bon résultat,

il faut mêler ton âme à la sienne

et échanger les cadeaux

et lui rendre souvent visite.
lit, Mais si tu en as un autre

de qui tu te défies

et si tu veux arriver à un bon résultat,

il faut lui dire de belles paroles

mais avoir des pensées fausses

et rendre dol pour mensonge.
46 Il en est ainsi de celui

en qui tu n'as pas confiance

et dont tu suspectes les sentiments,

il faut lui sourire

mais parler contre cœur

les cadeaux rendus doivent être semblables aux cadeaux reçus.
48 Les hommes généreux et valeureux

ont la meilleure vie ;

ils n'ont point de crainte.

Mais un poltron a peur de tout;

l'avare a toujours peur des cadeaux.

M. Cahen nous signale aussi la strophe 145:
145 Il vaut mieux ne pas prier (demander)

que de sacrifier trop (aux dieux):

Un cadeau donné attend toujours un cadeau en retour.

Il vaut mieux ne pas apporter d'offrande

que d'en dépenser trop.

Programme
On voit le sujet. Dans la civilisation scandinave et dans bon nombre d'autres, les échan­ges et les contrats se font sous la forme de cadeaux, en théorie volontaires, en réalité obliga­toi­rement faits et rendus.
Ce travail est un fragment d'études plus vastes. Depuis des années, notre attention se porte à la fois sur le régime du droit contractuel et sur le système des prestations écono­miques entre les diverses sections ou sous-groupes dont se composent les sociétés dites primitives et aussi celles que nous pourrions dire archaïques. Il y a là tout un énorme ensemble de faits. Et ils sont eux-mêmes très complexes. Tout s'y mêle, tout ce qui constitue la vie proprement sociale des sociétés qui ont précédé les nôtres - jusqu'à celles de la proto­histoire. - Dans ces phénomènes sociaux « totaux », comme nous proposons de les appeler, s'expri­ment à la fois et d'un coup toutes sortes d'institutions : religieuses, juridiques et morales - et celles-ci politiques et familiales en même temps ; économiques - et celles-ci supposent des formes particulières de la production et de la consommation, ou plutôt de la prestation et de la distribution ; sans compter les phénomènes esthétiques auxquels aboutis­sent ces faits et les phénomènes morphologiques que manifestent ces institutions.
De tous ces thèmes très complexes et de cette multiplicité de choses sociales en mouve­ment, nous voulons ici ne considérer qu'un des traits, profond mais isolé : le caractère volontaire, pour ainsi dire, apparemment libre et gratuit, et cependant contraint et intéressé de ces prestations. Elles ont revêtu presque toujours la forme du présent, du cadeau offert généreu­sement même quand, dans ce geste qui accompagne la transaction, il n'y a que fiction, formalisme et mensonge social, et quand il y a, au fond, obligation et intérêt écono­mique. Même, quoique nous indiquerons avec précision tous les divers principes qui ont donné cet aspect à une forme nécessaire de l'échange - c'est-à-dire, de la division du travail social elle-même - de tous ces principes, nous n'en étudions à fond qu'un. Quelle est la règle de droit et d'intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoire­ment rendu ? Quelle force y a-t-il dans la chose qu'on donne qui fait que le donataire la rend ? Voilà le problème auquel nous nous attachons plus spécialement tout en indiquant les autres. Nous espérons donner, par un assez grand nombre de faits, une réponse à cette ques­tion précise et montrer dans quelle direction on peut engager toute une étude des questions connexes. On verra aussi à quels problèmes nouveaux nous sommes amenés : les uns concernant une forme permanente de la morale contractuelle, à savoir : la façon dont le droit réel reste encore de nos jours attaché au droit personnel ; les autres concernant les formes et les idées qui ont toujours présidé, au moins en partie, à l'échange et qui, encore maintenant, suppléent en partie la notion d'intérêt individuel.
Ainsi, nous atteindrons un double but. D'une part, nous arriverons à des conclusions en quelque sorte archéologiques sur la nature des transactions humaines dans les sociétés qui nous entourent ou nous ont immédiatement précédés. Nous décrirons les phénomènes d'échange et de contrat dans ces sociétés qui sont non pas privées de marchés économiques comme on l'a prétendu, - car le marché est un phénomène humain qui selon nous n'est étranger à aucune société connue, - mais dont le régime d'échange est différent du nôtre. On y verra le marché avant l'institution des marchands et avant leur principale invention, la monnaie proprement dite ; comment il fonctionnait avant qu'eussent été trouvées les formes, on peut dire-modernes (sémitique, hellénique, hellénistique et romaine) du contrat et de la vente d'une part, la monnaie titrée d'autre part. Nous verrons la morale et l'économie qui agissent dans ces transactions.
Et comme nous constaterons que cette morale et cette économie fonctionnent encore dans nos sociétés de façon constante et pour ainsi dire sous-jacente, comme nous croyons avoir ici trouvé un des rocs humains sur lesquels sont bâties nos sociétés, nous pourrons en déduire quelques conclusions morales sur quelques problèmes que posent la crise de notre droit et la crise de notre économie et nous nous arrêterons là. Cette page d'his­toire sociale, de sociologie théorique, de conclusions de morale, de pratique politique et économique, ne nous mène, au fond, qu'à poser une fois de plus, sous de nouvelles formes, de vieilles mais toujours nouvelles questions 1.
Méthode suivie
Nous avons suivi une méthode de comparaison précise. D'abord, comme toujours, nous n'avons étudié notre sujet que dans des aires déterminées et choisies : Polynésie, Mélanésie, Nord-Ouest américain, et quelques grands droits. Ensuite, naturellement, nous n'avons choisi que des droits où, grâce aux documents et au travail philologique, nous avions accès à la conscience des sociétés elles-mêmes, car il s'agit ici de termes et de notions ; ceci restreignait encore le champ de nos comparaisons. Enfin chaque étude a porté sur des systèmes que nous nous sommes astreint à décrire, chacun à la suite, dans son intégrité ; nous avons donc renoncé à cette comparaison constante où tout se mêle et où les institutions perdent toute couleur locale, et les documents leur saveur 2.
Prestation. Don et potlatch
Le présent travail fait partie de la série de recherches que nous poursuivons depuis longtemps, M. Davy et moi, sur les formes archaïques du contrat 1. Un résumé de celles-ci est nécessaire.
Il ne semble pas qu'il ait jamais existé, ni jusqu'à une époque assez rapprochée de nous, ni dans les sociétés qu'on confond fort mal sous le nom de primitives ou inférieures, rien qui ressemblât à ce qu'on appelle l'Économie naturelle 2. Par une étrange mais classique aberra­tion, on choisissait même pour donner le type de cette économie les textes de Cook concer­nant l'échange et le troc chez les Polynésiens 3. Or, ce sont ces mêmes Polynésiens que nous allons étudier ici et dont on verra combien ils sont éloignés, en matière de droit et d'économie, de l'état de nature.
Dans les économies et dans les droits qui ont précédé les nôtres, on ne constate pour ainsi dire jamais de simples échanges de biens, de richesses et de produits au cours d'un marché passé entre les individus. D'abord, ce ne sont pas des individus, ce sont des collec­tivités qui s'obligent mutuellement, échangent et contractent 4 les personnes présentes au contrat sont des personnes morales clans, tribus, familles, qui s'affrontent et s'opposent soit en groupes se faisant face sur le terrain même, soit par l'intermédiaire de leurs chefs, soit de ces deux façons à la fois 1. De plus, ce qu'ils échangent, ce n'est pas exclusivement des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes, des foires dont le marché n'est qu'un des moments et où la circu­lation des richesses n'est qu'un des termes d'un contrat beau­coup plus général et beau­coup plus permanent. Enfin, ces prestations et contre-prestations s'engagent sous une forme plutôt volontaire, par des présents, des cadeaux, bien qu'elles soient au fond rigoureu­sement obligatoires, à peine de guerre privée ou publique. Nous avons proposé d'appeler tout ceci le système des prestations totales. Le type le plus pur de ces institutions nous parait être représenté par l'alliance des deux phratries dans les tribus australiennes ou nord-américaines en général, où les rites, les mariages, la succession aux biens, les liens de droit et d'intérêt, rangs militaires et sacerdotaux, tout est complémentaire et suppose la collaboration des deux moitiés de la tribu. Par exemple, les jeux sont tout particulièrement régis par elles 2. Les Tlinkit et les Haïda, deux tribus du nord-ouest améri­cain expriment fortement la nature de ces pratiques en disant que « les deux phratries se montrent respect 3 ».
Mais, dans ces deux dernières tribus du nord-ouest américain et dans toute cette région apparaît une forme typique certes, mais évoluée et relativement rare, de ces prestations totales. Nous avons proposé de l'appeler pollatch, comme font d'ailleurs les auteurs améri­cains se servant du nom chinook devenu partie du langage courant des Blancs et des Indiens de Vancouver à l'Alaska. « Potlatch » veut dire essentiellement « nourrir », « consommer » 4. Ces tribus, fort riches, qui vivent dans les îles ou sur la côte ou entre les Rocheuses et la côte, passent leur hiver dans une perpétuelle fête : banquets, foires et marchés, qui sont en même temps l'assemblée solennelle de la tribu. Celle-ci y est rangée suivant ses confréries hiérar­chi­ques, ses sociétés secrètes, souvent confondues avec les premières et avec les clans ; et tout, clans, mariages, initiations, séances de shamanisme et du culte des grands dieux, des totems ou des ancêtres collectifs ou individuels du clan, tout se mêle en un inextricable lacis de rites, de prestations juridiques et économiques, de fixations de rangs politiques dans la société des hommes, dans la tribu et dans les confédérations de tribus et même internationa­lement 1. Mais ce qui est remarquable dans ces tribus, c'est le principe de la rivalité et de l'antagonisme qui domine toutes ces pratiques. On y va jusqu'à la bataille, jusqu'à la mise à mort des chefs et nobles qui s'affrontent ainsi. On y va d'autre part jusqu'à la destruction purement somptuaire 2 des richesses accumulées pour éclipser le chef rival en même temps qu'associé (d'ordinaire grand-père, beau-père ou gendre). Il y a prestation totale en ce sens que c'est bien tout le clan qui contracte pour tous, pour tout ce qu'il possède et pour tout ce qu'il fait, par l'intermédiaire de son chef 3. Mais cette prestation revêt de la part du chef une allure agonistique très marquée. Elle est essentiellement usuraire et somp­tuaire et l'on assiste avant tout à une lutte des nobles pour assurer entre eux une hiérarchie dont ultérieurement profite leur clan.
Nous proposons de réserver le nom de potlatch à ce genre d'institution que l'on pourrait, avec moins de danger et plus de précision, mais aussi plus longuement, appeler : prestations totales de type agonistique.


Jusqu'ici nous n'avions guère trouvé d'exemples de cette institution que dans les tribus du nord-ouest américain et dans celles d'une partie du nord américain 4, en Mélanésie et en Papouasie 5. Partout ailleurs, en Afrique, en Polynésie et en Malaisie, en Amérique du Sud, dans le reste de l'Amérique du Nord, le fondement des échanges entre les clans et les familles, nous semblait rester du type plus élémentaire de la prestation totale. Cependant, des recherches plus approfondies font apparaître maintenant un nombre assez considérable de formes intermédiaires entre ces échanges à rivalité exaspérée, à destruction de richesses comme ceux du nord-ouest américain et de Mélanésie, et d'autres, à émulation plus modérée où les contractants rivalisent de cadeaux : ainsi nous rivalisons dans nos étrennes, nos festins, nos noces, dans nos simples invitations et nous nous sentons encore obligés à nous revanchieren 1, comme disent les Allemands. Nous avons constaté de ces formes intermé­diaires dans le monde indo-européen antique, en particulier chez les Thraces 2.
Divers thèmes - règles et idées - sont contenus dans ce type de droit et d'économie. Le plus important, parmi ces mécanismes spirituels, est évidemment celui qui oblige à rendre le présent reçu. Or, nulle part la raison morale et religieuse de cette contrainte n'est plus apparente qu'en Polynésie. Étudions-la particulièrement, nous verrons clairement quelle force pousse à rendre une chose reçue, et en général à exécuter les contrats réels.

CHAPITRE I
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconL’Essai sur le don
«potlatch» décrit par Mauss dans l’Essai sur le don. Mais ces pratiques ont aussi une fonction économique, et le potlatch, n’est...

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconEssai sur le don
«, dans cet ouvrage, l’auteur nous amène à comprendre «quelle est la règle de droit et d’intérêt» qui dans les sociétés de type arriéré...

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconLe don n'est-il qu'une des formes de l'échange ?
«contagion économique» ou de pollution sociale du don qu'il s'agit de mettre au jour

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconThèse soutenue le : 3 Janvier 2002, Strasbourg Titre de la thèse...
«L’emploi et les salaires dans la Théorie Générale de Keynes. Essai sur le chômage involontaire»

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconThèse soutenue le : 3 Janvier 2002, Strasbourg Titre de la thèse...
«L’emploi et les salaires dans la Théorie Générale de Keynes. Essai sur le chômage involontaire»

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconThèse soutenue le : 3 Janvier 2002, Strasbourg Titre de la thèse...
«L’emploi et les salaires dans la Théorie Générale de Keynes. Essai sur le chômage involontaire»

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconThèse soutenue le : 3 Janvier 2002, Strasbourg Titre de la thèse...
«L’emploi et les salaires dans la Théorie Générale de Keynes. Essai sur le chômage involontaire»

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconRésumé : Le bénévolat est d’abord appréhendé comme un don de temps,...

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconGreffe rénale : chez les Américains, une rémunération conséquente encouragerait le don
«changement dans la législation sur la transplantation d’organes dans les mois à venir, mais qu’ils portent néanmoins un message...

«Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.» iconPetit essai introductif : Impérialisme et impérialisme colonial
«cinq stades» obligatoires depuis la communauté primitive jusqu’au communisme radieux à venir, imposé comme le carcan modèle de toutes...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com