Programme Capacités et méthodes





télécharger 50.54 Kb.
titreProgramme Capacités et méthodes
date de publication16.11.2017
taille50.54 Kb.
typeProgramme
e.20-bal.com > droit > Programme




PROPOSITION D’UNE SÉQUENCE EN HISTOIRE EN CLASSE DE PREMIÈRE

PHILIPPE GARDEY
LE PARTAGE COLONIAL DE L’AFRIQUE

À LA FIN DU XIXe SIÉCLE
Programme



Capacités et méthodes



Réaliser des cartes

Prendre des notes

Prélever, hiérarchiser et confronter des informations

Cerner le sens général d’un document et le mettre en relation avec la situation historique

Réaliser des schémas fléchés

Rédiger un texte




Introduction
• Accroche : On compare la situation à partir de deux cartes d’époque (1889 et 1914).

• Entre 1880 et 1914 s’est produit l’un des événements majeurs de l’histoire contemporaine : le partage de l’Afrique.

• Sept puissances européennes ont participé à ce que l’on a appelé « la course au clocher » ou le « scramble » jusqu’au cœur d’un continent alors très mal connu. L’Afrique actuelle en porte encore l’empreinte, à commencer par ses frontières.
Séquence 1

• Problématique. Comment, en 20 ans à peine, les Européens purent-ils s’emparer de 30 millions de km2 peuplés de près de 70 millions d’Africains ?
Séquence 2

Au moment où commence ce partage, c’est-à-dire cette conquête, l’expansion européenne à travers le monde est en marche depuis près de quatre siècles. L’Europe s’était intéressée surtout au Nouveau monde et à l’Asie. L’Afrique, pourtant toute proche, était restée en marge.

• Problématique. Comprendre ce paradoxe, non pas de la conquête, mais d’une conquête si tardive.
  1. Un partage d’une extrême rapidité





DÉROULEMENT

Les élèves complètent la carte de la conquête (carte 1) et en même temps celle des possessions coloniales en 1914 (carte 2). À chaque étape, le professeur fait le commentaire que les élèves prennent en note. Ce commentaire peut être plus ou moins allégé en fonction du temps disponible et du niveau de la classe.

1. Avant 1880, la présence européenne est encore rare en Afrique

• Elle se limite à des comptoirs (portugais, espagnols, français, anglais) sur le littoral.

• Il s’agit d’un héritage du premier âge colonial (XVe-XVIIIe siècles) fondé sur la traite négrière.
2. Il existe de nombreuses formations étatiques africaines vers 1880

• Au nord les possessions théoriques de l’empire ottoman.

• Au sud du Sahara des États africains aux limites imprécises.

• Un renouveau islamique a donné naissance à des États guerriers : empire Toucouleur d’Ahmadou, État du soldat de fortune Samory chez les Malinkés, califat de Sokoto.

• À l’est, on trouve encore l’empire chrétien d’Éthiopie, le royaume de Madagascar ou le sultanat de Zanzibar au cœur du trafic négrier vers le monde musulman.

• En Afrique australe l’État guerrier des Zoulous.
3. C’est la convoitise liée au déclin de l’empire ottoman qui déclenche le partage de l’Afrique (« la question d’orient »).

• 1881 : la France de Jules Ferry envahit la régence de Tunis (en faillite financière) et impose le protectorat au Bey par le traité du Bardo. Elle se brouille ainsi avec l’Italie qui convoitait la région.

• 1882 : les Anglais imposent militairement leur protectorat au sultan d’Égypte. Depuis 1876 et la banqueroute, le pays était sous condominium franco-anglais.

• À partir de l’Algérie, la France fait la conquête du Sud-algérien et du Sahara après 1880 (expédition Flatters). Mais les Touaregs du Hoggar ne sont définitivement soumis qu’en 1902.
4. Entre temps, la conférence de Berlin (nov 1884-fév 1885) proclame sa volonté de :

• « désenclaver l’Afrique afin qu’elle puisse bénéficier des bienfaits de la civilisation ».

• mettre en place quelques règles pour les occupations nouvelles sur les côtes (et non le partage de l’intérieur, explicitement rejeté).

• faire reconnaître la liberté du commerce sur les fleuves Niger et Congo.
Il nous faut suivre maintenant les événements dans ces deux régions.
5. La France unifie l’Afrique de l’Ouest (bassin du Niger ou « Soudan »)

• Le rôle des militaires y est fondamental. Faidherbe (1854-1865) avait fait du Sénégal la base d’une conquête ultérieure (fondation de Dakar, tirailleurs, protection des paysans cultivateurs d’arachides contre les incursions des Maures nomades, liberté du commerce sur le fleuve).

• Les régions du Haut-Niger sont conquises contre Ahmadou (1883-1890) et Samory (1891-1898).

• Depuis la côte de Guinée, la France fit valoir les droits qu’elle possédait à Porto Novo et Cotonou. Mais le roi du Dahomey, Béhanzin résiste. En 1892,  3 000 hommes dont 950 Européens sont envoyés sous les ordres du colonel Alfred Dodds. Il faut 4 mois pour atteindre la capitale, Abomey, et venir à bout de 15 000 combattants, dont un corps d’élite féminin de 3 à 4 000 amazones.
• Les possessions françaises se dilatèrent vers l’intérieur à partir des secteurs côtiers pour donner naissance à l’AOF (1895).

• Les colonies anglaises ( Sierra Leone, Gold Coast, Nigeria) ou allemande (Togo) ne purent former que des enclaves.
6. Concurrence effrénée en Afrique centrale et au Congo

Une concurrence effrénée avait déjà gagné l’Afrique centrale.

• En 1877, le roi des Belges, Léopold II, avait pris à son service Stanley qui venait de traverser l’Afrique d’est en ouest. En 1885, il obtint la création d’un Etat indépendant du Congo (EIC), qu’il ne légua à la Belgique qu’en 1908.

• Entre 1875 et 1878, Savorgnan de Brazza explora le cours de l’Ogoué, affluent du Congo, pour le compte de la France. En 1880, devançant les Belges, il fit signer un protectorat au Makoko (roi) des Batéké (Congo-Brazzaville). Par le lac Tchad, la France unifia des possessions qui formèrent bientôt l’AEF (1906).

• Les Allemands se firent reconnaître un protectorat sur les zones non encore occupées du Cameroun.
Premier bilan

Dans cette partie occidentale et centrale de l’Afrique, la France s’était taillée la part du lion. Dans cette « course au clocher » ou ce « scramble », elle avait été la plus rapide et avait déployé le plus de moyens pour unifier tous ses territoires. Les Anglais, qui avaient été plus hésitants, ironisaient en parlant des « terres très légères ». Ils entendaient bien se rattraper en Afrique orientale.

7. Le Royaume-Uni en Afrique australe

• À partir du Cap, les Anglais font la conquête de l’Afrique australe. Ils sont attirés par les diamants et l’or découverts dans ces régions.

-1879 : guerre difficile contre les Zoulous (défaite d’Isandhlwana, mort du prince impérial).

-1881 puis 1899-1902 : deux guerres terribles contre les États indépendants (Transvaal et État libre d’Orange) des colons hollandais Boers (Afrikaners). Mécontents de l’abolition de l’esclavage par les Anglais, ils s’étaient déplacés vers l’intérieur (Grand Trek, de 1836-1840).
• Les Anglais doivent aussi faire face aux Allemands et aux Portugais.

- En 1885 ils annexent le Bechuanaland et bloquent la progression allemande.

- L’action décisive pour empêcher les Portugais de rejoindre leurs possessions est menée par Cecil Rhodes. À la tête de la British South Africa, il crée la Rhodésie entre 1891 et 1893.

8. Le rêve d’un empire du Cap au Caire

• C’est véritablement à Cecil Rhodes que l’on doit ce projet. S’il attirait le grand public, il n’enthousiasmait pas les experts, car le commerce cherche toujours à rejoindre la mer par la voie la plus courte.

• Le rêve fut bloqué par les Allemands sur le lac Tanganyika. Ils y consolidèrent l’Afrique orientale allemande. Ils renoncèrent, en revanche, à leur influence sur Zanzibar qui passa sous protectorat britannique. En 1890 un accord anglo-allemand régla l’ensemble des litiges (traité Heligoland-Zanzibar).

9. Face à face franco-britannique sur le Haut-Nil

• À la fin des années 1880, le RU décida de rester en Egypte. Il lui fallait contrôler le Nil et donc le Soudan.

- Depuis 1882, il avait échappé au contrôle de l’Egypte pour passer aux mains du Mahdi (l’Inspiré) : défaite égyptienne (1883) mort de Gordon (1885).

- En 1896, les Anglais reprirent leur remontée du Nil. À la tête de 25 000 h lord Kitchener écrasa les troupes mahdistes à Omdourman en face de Khartoum (1898).
• Mais, face au projet d’un empire anglais du Cap au Caire, la France oppose le rêve d’un empire français de Dakar à Djibouti.

- La France s’était installée en 1888 dans la corne de l’Afrique, à Djibouti, entre la Somalie britannique et l’Erythrée italienne. Il s’agissait d’un point de ravitaillement sur la route de l’Indochine.

- La France avait obtenu Madagascar en échange de son effacement dans le partage de l’Afrique orientale. Elle fut conquise en 1895 (18 000 h) et la monarchie de la reine Ranavalona III fut détruite. Entre 1896 et 1905, Gallieni « pacifia » et unifia la grande île.
• En 1897, l’expédition Congo-Nil est confiée au capitaine Marchand (6 000 km avec 12 Européens et 150 tirailleurs). Marchand atteint Fachoda en juillet 1898. En septembre Kitchener arrive à son tour. Après deux mois de crise, la France cède pour éviter une guerre.
10. L’épilogue de 1911

• Vers 1900, le partage de l’Afrique était pratiquement terminé.

• La crise de Fachoda marqua le début d’un rapprochement franco-britannique. Elle mena à l’Entente cordiale (1904). La France renonça à ses prétentions sur l’Egypte et le RU prit le parti de la France dans la crise marocaine (1905-1911). La crise avec l’Allemagne fut la plus grave du partage de l’Afrique. L’Allemagne finit par renoncer en 1911 contre des compensations en Afrique équatoriale. Lyautey organisa le protectorat qu’il fallut soumettre (1912-1926). Les frontières avec le Rio de Oro espagnol furent précisées.

• La même année, l’Italie débarqua en Tripolitaine. Elle la rebaptisa de l’ancienne appellation de Libye (20 ans de résistance à la conquête).

• À la veille de la Grande guerre, il ne restait plus que deux États indépendants en Afrique : l’Éthiopie et le Liberia (créé entre 1822 et 1847 pour y installer des esclaves américains libérés).

  1. Motivations et portée de ce partage



    1. À partir de 1880, les Européens portent un nouveau regard sur l’Afrique





DÉROULEMENT

Travail préparatoire réalisé par les élèves à la maison à partir d’un texte de Schoelcher et Victor Hugo (voir fiche élève).

Le travail consiste à corriger ce travail oralement ou en envoyant 3 élèves au tableau.

Réponse à la question

D’après Schoelcher et Hugo, les Européens doivent aller en Afrique pour les raisons suivantes :
1. Ouvrir l’Afrique à la « civilisation »
- L’Afrique est un continent sans histoire

« des populations encore dans l'enfance »

« L'Afrique n'a pas d'histoire »

- C’est un monde barbare

« Cette Afrique farouche n'a que deux aspects : peuplée, c'est la barbarie ; déserte, c'est la sauvagerie » 

- Il faut y lutter contre l’esclavage

« leur enseigner la liberté, l'horreur de l'esclavage »

« y réparer le mal qu'elle lui a fait. »

- L’Europe a une « mission civilisatrice »

« leur enseigner la liberté »

« rendre la vieille Afrique maniable à la civilisation »

2. L’intégrer au système mondial et la développer
- Les explorateurs permettent de mieux la connaître

« elle pénétrera jusqu'au coeur de l'Afrique, sur les routes qu'y fraient incessamment d'intrépides voyageurs »

- Il faut l’ouvrir à l’économie moderne

«  des fleuves navigables », « pour le commerce »,  « pour la charrue »,   « pour l'industrie » 

- Et pour cela y développer des infrastructures

« on voit les points où germeront des villes ; on devine les communications »

« faites des routes, faites des ports, faites des villes » 

3. Régler ainsi les problèmes de l’Europe
- Réaliser l’union des nations européennes

« Unissez-vous ! allez au sud. »

- Absorber l’excédent démographique européen

« Versez votre trop-plein dans cette Afrique »

« croissez, cultivez, colonisez, multipliez »

- Résoudre le problème de la pauvreté en Europe

« résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires. »

Conclure par une étude critique du document

Les propos du texte peuvent choquer.

Il va de soi que le professeur doit profiter de ce moment pour mener avec les élèves une étude critique du document qui permette de faire comprendre le sentiment de supériorité et la bonne conscience des Européens de l’époque. Il peut aussi expliquer qu’au même moment, chez les libéraux ou à l’extrême gauche, des voix contestent ce point de vue majoritaire. Il doit cependant veiller à éviter l’anachronisme qui consisterait à juger avec notre sensibilité actuelle les mentalités de la fin du xixe siècle et à prendre pour racistes des propos qui, alors, se voulaient humanistes et progressistes.

    1. Pourquoi une conquête si tardive ? 





DÉROULEMENT

On distribue aux élèves les schémas à compléter et on divise la classe en trois groupes qui doivent remplir chacun un schéma.
Question aux élèves :

En vous appuyant sur la première partie du cours et l’analyse du texte, trouvez des arguments répondant aux trois thèmes suivants afin de construire des schémas explicatifs.
1. Jusqu’au XIXe siècle : une Afrique ignorée et contournée

2. À partir de 1880 : des conditions favorables à la conquête

3. 1880-1914 : l’âge de l’impérialisme




Les élèves peuvent trouver un certain nombre d’éléments qu’ils inscrivent dans les cases vides de chaque schéma. Chaque groupe propose sa correction. Le professeur complète ce qui manque au fur et à mesure.


1. Jusqu’au XIXe siècle : une Afrique ignorée et contournée
Dans le texte, on peut trouver :

Conditions sanitaires très difficiles : « les lieux réputés inhabitables »

Faiblesse du peuplement et du niveau technologique : « Afrique déserte », « population dans l’enfance », « barbarie ».

Continent immense et difficilement pénétrable : « Le moment est venu de faire remarquer à l'Europe qu'elle a à côté d'elle l'Afrique », « elle pénétrera jusqu’au cœur de l’Afrique… »

États pratiquant esclavage et traite : « l'horreur de l'esclavage »
Dans le cours, on peut trouver :

Points d’appui, traite négrière

2. À partir de 1880 : des conditions favorables à la conquête
Dans le texte :

Les Européens ne pratiquent plus la traite et abolissent l’esclavage dans leurs colonies : référence au contexte du texte : un banquet commémoratif du décret de 1848.

Seconde révolution industrielle : « commerce », « industrie »
Dans le cours :

Affaiblissement des États africains

Supériorité militaire européenne
Points non évoqués à compléter :

Progrès médicaux, besoins en matières premières et produits tropicaux, affaiblissement des États pratiquant traite et esclavage.

3. 1880-1914 : l’âge de l’impérialisme
Dans le texte :

La mission civilisatrice : « leur enseigner la liberté », « rendre la vieille Afrique maniable à la civilisation », « y réparer le mal qu'elle lui a fait. », « faites des routes, faites des ports, faites des villes » 

Rôle des explorateurs et des colons : « les routes qu'y fraient incessamment d'intrépides voyageurs », « colonisez ».
Dans le cours :

Les rivalités entre les puissances européennes

Le rôle des militaires, des explorateurs et des hommes d’affaires
Points non évoqués à compléter :

Le rôle des missionnaires chrétiens

Faire comprendre la constitution d’un « parti colonial »

Conclusion pour une mise en perspective




DÉROULEMENT

Pour le cours suivant les élèves doivent rédiger un petit texte répondant à la question suivante :
Peut-on dire que la situation en 1914 correspond aux vœux formulés par Victor Hugo ?

Éléments de réponse que les élèves peuvent trouver
• On constate au moins trois grandes différences :

- « Unissez-vous »  rivalités et risques de guerre.

- « Non pour le sabre » « non pour la bataille »  conquête militaire au contraire.

- « Déversez votre trop-plein »  peu de colonies de peuplement en dehors de l’Algérie ou de l’Afrique du Sud.

• Ainsi, la conquête de l’Afrique ne ressembla guère au projet de ses instigateurs et propagandistes.

Compléments apportés par le professeur
Le partage de l’Afrique constitua en fait un événement paradoxal pour l’Europe
On se partagea d’abord des territoires sur des cartes, puis on chercha, sur place, comment s’en emparer. Ici la carte ne représente pas la réalité, elle la façonne (réflexion sur les rapports entre l’histoire et la géographie, rôle des sociétés de géographie).
Cela explique trois caractéristiques fondamentales :

- pas de guerres entre pays européens car les partages précèdent l’occupation.

- pas de grandes guerres avec les Africains : des résistances parfois héroïques mais jamais massives. La présence européenne est en fait souvent très théorique.

- l’Afrique resta toujours en marge du théâtre principal (les rivalités en Europe) et pour le capitalisme européen, elle ne pesa jamais bien lourd.

Les conséquences pour l’Afrique
Pour les Africains commençait un petit siècle de soumission coloniale, qu’il faut nuancer :

- la conquête ne s’acheva jamais véritablement : pacification, résistance diverses.

- les Européens ne contrôlèrent jamais totalement l’économie et la société africaines.

- sans la collaboration d’une partie des Africains, toute administration coloniale aurait été impossible.
Deux faits majeurs cependant :

- une accélération du processus de modernisation économique et social déjà engagé (entrée dans l’ère de la croissance avec une forte hausse du PIB et du PIB/hab, cf Angus Maddison, L’économie mondiale une perspective millénaire, OCDE, 2001, p. 280-283).

- la mise en place d’Etats et de frontières au sens européen : de 10 000 entités politiques on passe à quelques dizaines (frontières artificielles, problème à nuancer pour Henri Wesseling ).

similaire:

Programme Capacités et méthodes iconLeçon par l’hida. Capacités et méthodes

Programme Capacités et méthodes iconPartie du programme traitée, connaissances et capacités visées

Programme Capacités et méthodes iconFrançais méthodes lycées toutes séries préparation au bac nouveau programme 2007

Programme Capacités et méthodes iconRésumé L’existence des capacités syntaxiques qui permettent aux êtres...

Programme Capacités et méthodes iconProgramme objectif du seminaire
«Application des méthodes quantitatives et techniques financières aux taux de change»

Programme Capacités et méthodes iconProgramme opérationnel au titre de l'objectif "investissement pour la croissance et l’emploi"
«Contribuer à une croissance intelligente, fondée sur la spécialisation et le renforcement des capacités d’innovation de l’économie,...

Programme Capacités et méthodes iconProgramme opérationnel
«renforcer les capacités des parties prenantes, telles que les partenaires sociaux et les organisations non gouvernementales, afin...

Programme Capacités et méthodes iconProgramme opérationnel
«renforcer les capacités des parties prenantes, telles que les partenaires sociaux et les organisations non gouvernementales, afin...

Programme Capacités et méthodes iconRésumé : On distingue trois stades dans l’évolution des méthodes...
«traditional abc» (Kaplan et Anderson, 2004, 2007). Conscient des limites opérationnelles de l’abc, IL en a récemment proposé une...

Programme Capacités et méthodes iconThèse. Les capacités






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com