Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)»





télécharger 280.12 Kb.
titreBibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)»
page11/13
date de publication08.10.2017
taille280.12 Kb.
typeBibliographie
e.20-bal.com > droit > Bibliographie
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

13) Le lien entre les biens temporels et les fins ultimes


a) Des biens au service de fins surnaturelles. Le canon 1254 § 1 (c. 1007 § 1 CCEO) affirme clairement le droit de l’Église catholique à posséder des biens temporels « pour accomplir les fins qui lui sont propres ». Ces fins sont d’ordre surnaturel. L’existence de biens temporels dans l’Église ne se conçoit qu’au service des fins ecclésiales, précisées au paragraphe second du même canon 1254, à savoir « præcipue organiser le culte public, procurer l’honnête subsistance du clergé et des autres ministres, accomplir les œuvres de l’apostolat sacré et de charité, surtout envers les pauvres ». Parmi les fins non explicitement énumérées, nous pouvons mentionner « la prédication de la vérité de l’Évangile et l’éducation des consciences, objectifs que l’Église atteint en se servant des moyens de communication sociale et, en particulier, du moyen hautement précieux qu’est l’école ; l’action missionnaire, avec toutes les œuvres connexes ; l’éducation et l’accompagnement formateur de la jeunesse tout au long des phases de sa croissance »134.

Nous avons relevé la préoccupation pour les pauvres135. Nous la voyons apparaître à divers endroits. Par exemple, à l’occasion des « droits d’étole » (c. 1264, 2° CIC ; c. 1013 § 1 CCEO), qui doivent tenir compte du fait que les fidèles ne doivent pas être privés des sacrements en raison de leurs faibles moyens pécuniaires (cf. c. 848). Un autre exemple est l’obligation d’être fidèle aux volontés des donateurs (c. 1267 § 3 CIC ; c. 1016 § 1 CCEO), ce qui implique que l’argent donné pour les pauvres doit leur être affecté. Un administrateur dispose d’une plus grande latitude que par le passé pour faire des « dons modestes » pour des motifs de charité (cf. c. 1285 CIC ; c. 1029 CCEO). Des biens appartenant au patrimoine stable d’une personne juridique peuvent être aliénés pour, entre autres, une un motif de charité (c. 1293 § 1, 1° CIC ; c. 1035 § 1, 1° CCEO). D’autre part, le conseil diocésain pour les affaires économiques doit tenir compte des priorités du canon 1254 § 2 à l’heure d’établir le budget annuel du diocèse.

En outre, il est prévu que les diocèses plus riches viennent en aide aux diocèses plus pauvres (cf. c. 1274 § 3 CIC ; c. 1021 § 3 CCEO) ; les instituts religieux sont invités à contribuer sur les biens à la subsistance des pauvres (cf. c. 640).

L’adverbe præcipue montre que la liste n’est pas exhaustive. Il laisse la place à de nouveaux besoins qui peuvent se faire jour et qui sont imprévisibles136. Le concile lui-même a identifié d’autres fins, comme la fondation et la direction d’écoles (GE 8), posséder et utiliser des moyens de communication sociale (IM 3), promouvoir l’activité missionnaire (AdG 19), secourir les pauvres et promouvoir la paix et la justice (GS 44 ; AA 8 ; AdG 12).
b) Exclusivement pour ces fins. Les biens temporels n’ont de sens qu’en fonction de ces fins. D’où la conception mise en avant par le concile Vatican II, dont il a déjà été question. Le droit inné de l’Église à utiliser des biens temporels est donc limité par le souci de réaliser ses fins propres.

Nous retrouvons les finalités du canon 1254 § 2 dans d’autres dispositions. Par exemple, le culte divin actualise la fonction sanctificatrice de l’Église par la liturgie (c. 834). La sustentation du clergé est organisée par le canon 281 (c. 390 CCEO). Tous les fidèles ont le droit et le devoir fondamentaux de travailler à ce que le message divin de salut parvienne à tous les hommes (c. 211 CIC 83 ; c. 14 CCEO)137.
c) Une participation de tous les fidèles. Tous les fidèles participent à l’obtention des fins de l’Église, que ce soit personnellement ou sous forme associative, qu’il s’agisse de personnes juridiques publiques ou de personnes privées, mais seules les personnes juridiques publiques y participent d’une façon explicite et formelle puisque l’Église catholique, en tant que société publique, agit au travers d’elles.

Toute personne qui est responsable d’assurer les fins de l’Église doit avoir conjointement la responsabilité des moyens qui permettent d’assurer ces fins. D’où les affirmations du code sur la responsabilité du Pontife romain pour l’Église universelle (c. 1273 CIC 83 ; c. 1008 § 1 CCEO) et sur celle des ordinaires138 (c. 1276 CIC 83 ; c. 1022 CCEO), ainsi que sur celle des supérieurs des instituts religieux139, sans compter les normes sur l’administration extraordinaire (c. 638 et 1281 CIC 83 ; c. 1024 CCEO) et sur les aliénations de biens140. Mais, lorsqu’une nouvelle mission est fondée, elle doit devenir rapidement se suffire à elle-même et ses prêtres vivre des ressources locales. Il est d’ailleurs prévu qu’elles ne peuvent être constituées en communauté hiérarchique si elles ne disposent pas de moyens suffisants qui les rendent capables de poursuivre par elles-mêmes l’œuvre de l’évangélisation » (c. 786). Agir autrement pourrait conduire à une forme de « colonialisme ecclésial »141.

L’administration des biens, tant de l’Église que des instituts religieux, « n’est pas une question technique dont ne devraient s’occuper que les personnes disposant de capacités techniques : elle concerne en fait la vie même de l’institut et tous ses domaines (apostolat, spiritualité, formation, etc.), et toutes ses composantes »142.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconBibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)»
«Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)», L’Année Canonique 47 (2005), p. 5-85

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconChapitre Premier Les canons préliminaires
Ont toujours été présentées comme la raison d’être du droit aux biens dont jouit l’Église

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconI. Les principaux mécanismes monétaires
«la monnaie achète les biens, les biens achètent la monnaie, mais les biens n’achètent les biens sur aucun marché organisé». IL doit...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconBibliographie Sitographie Sujet d’étude : Nourrir les hommes Jean-Paul...
«Nourrir les hommes» et peut illustrer les différentes situations à aborder sur ce thème

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconRésumé Nous proposons une définition Putty-Clay du coût d’usage relatif...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconBibliographie Sur internet
«Nord et Sud entremêlés», Haïti, le tourisme durable, face à la puissance américaine et une très grande carte intitulée la Méditerranée...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconChapitre VII – L’administration des biens dans les instituts de vie...
«le gouvernement des instituts» comprend un article 3 sur «les biens temporels et leur administration». L’administration des biens...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconL’approche économique du fonctionnement de la société
«l’économie est l’étude de la façon dont les sociétés utilisent des ressources pour produire des biens ayant une valeur et les répartir...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconTravailler la methodologie des objets d’Étude d’Économie/ droit a l’aide des outils tice
«objet d’étude». Nous avons choisi de travailler sur un comparatif de 2 entreprises liées au chocolat, présentes sur le territoire...

Bibliographie aa. VV., «Étude sur les biens ecclésiastiques (canons 1254-1310)» iconI les différences de technologie comme explication des échanges
«avantages comparatifs» : permet de comprendre pourquoi une économie qui renonce à produire certains biens en faveur d’autres biens,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com