Table des matières





télécharger 199.07 Kb.
titreTable des matières
page6/8
date de publication06.02.2020
taille199.07 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7   8

COMMENT GERER DURABLEMENT LES RESSOURCES ET LE PATRIMOINE NATURELS DU PAYS ?


La préservation et la bonne gestion des ressources naturelles doivent répondre à des objectifs de consommation raisonnée et adaptée, de réutilisation des ressources, de prise en compte des évolutions climatiques des services délivrés par les écosystèmes, d’une meilleure connaissance de la biodiversité, etc.

groupe 291Des paysages en grande partie structurés par la Loire


Le Pays Sologne Val Sud offre une diversité de points de vue et d’expositions paysagères intéressantes, structurées par la Loire (Val de Loire, coteaux, plateaux), le fleuve ayant conditionné l’installation humaine :

  • Le paysage a par exemple subi des transformations à partir de la seconde moitié du XXe siècle en raison d’une modification des pratiques agricoles ;

  • Plus récemment et dans une moindre mesure, les paysages ont évolué via le développement des bourgs le long des axes de communication.

Un patrimoine naturel riche dans le Pays…


Les milieux « naturels » du PSVS sont reconnus pour leurs richesses. En tout, 17 000 ha du Pays sont classés en ZNIEFF :

  • La Sologne couverte entièrement par la Zone Spéciale de Conservation et qui rejoint le réseau Natura 2000 : les bois de la Ferté et de Ligny, le massif de la Ferté et de l’étang du Puits figurent parmi les grands réservoirs de biodiversité de la trame verte. La Sologne présente des enjeux forts pour les odonates (famille des libelulles), mammifères et amphibiens et pour certains habitats naturels (landes, mares et étangs, boisements non alluviaux).

  • Le Val de Loire est couvert sur toute sa longueur par différents sites Natura 2000 (Zones Spéciales de Conservation et Zones de Protection Spéciale). Il représente un intérêt européen pour l’avifaune, alterne forêts alluviales, pelouses, praires, mégaphorbiaies et eaux stagnantes.

qui subit des pressions importantes


Ce patrimoine n’en demeure pas moins tributaire des pratiques humaines et des conditions climatiques :

  • Les épisodes de sécheresse et l’apparition de maladies modifient en partie les milieux (dépérissement de résineux et chênes, pucerons, chalarose, etc.). Ainsi avec le départ d’agriculteurs, notamment à Cléry et à Mézières, l’absence de gestion des parcelles concourt à l’enfrichement des terres agricoles et altère la qualité des paysages. Notons que depuis l’embargo Russe (conjoncture économique particulière), le secteur de l’arboriculture a subi des pressions importantes concourant à un abandon des parcelles.

  • Le sort des milieux est étroitement lié à la gestion humaine qui en est faite :

  • L’exploitation du bois : une filière développée (vente de bois, scieries, chaufferies), un atout considérable pour le tourisme, des avantages fiscaux pour les propriétaires et la possibilité de mettre en place des plans simples de gestion (propriétés forestières à partir de 25 ha),

  • L’entretien des cheminements communaux les traversant. Ces derniers sont de plus en plus appropriés par les privés. L’engrillagement excessif constitue un obstacle au passage de riverains, randonneurs et de la faune sauvage.

  • La reconversion de certaines exploitations agricoles, en activités de loisirs dans le Val de Loire (centres équestres, golf, zones de chasse) ou en site d’extraction de matériaux (carrières). La production en matériaux de carrière couvre actuellement 36% de la demande départementale (une dizaine de carrières dans le Val de Loire). Une remise en état agricole en fin d’exploitation de carrière n’est pas systématique (aménagement de bassins entre autre).

  • L’augmentation des prix du foncier, notamment des grands domaines de chasse qui recensent des boisements remarquables.

L’eau, une ressource fragile sur le territoire


Le PSVS est caractérisé par une ressource en eau abondante mais fragile :

  • Le territoire bénéficie du passage de la Loire et de ses cours d’eau affluents (Loiret, L’Ardoux, le Cosson, etc.), d’une large nappe alluviale inondable, de nombreux étangs, mares, et zones humides.

  • Les volumes d’eau prélevés pour l’irrigation sont notables : 192 litres/habitant/jour, contre une consommation moyenne française de 165 litres/hab/jour.

  • Les cours d’eau du Pays ont fait l’objet de travaux altérant leur fonctionnement naturel ; il est néanmoins possible d’améliorer leur état, au moyen de nouvelles méthodes de gestion des milieux.

Différentes structures et périmètres permettent de limiter l’impact de l’activité humaine sur la ressource :

  • Le bassin de rivière de référence d’une grande partie du Pays, formalisé dans le Schéma d’Aménagement et de Gestion du Val Dhuy Loiret, est concerné par plusieurs périmètres de protection : le secteur des étangs du Bruel des Buffières, le secteur d’hivernage pour certaines espèces avifaunes, le bois de Champvallin, les landes à genets de bords de Loire, les différentes levées de la Loire (à Ouvrouer-les-Champs, à Sandillon, à Sigloy) inscrits en ZNIEFF. Le SAGE cherche aujourd’hui à améliorer l’alimentation du Loiret, la qualité de l’eau en réduisant et interceptant les apports de substances polluantes, à restaurer les fonds pour la faune et la flore, végétaliser les berges, décloisonner les milieux aquatiques, etc.

  • Le contrat de bassin de l’Ardoux défini par le Syndicat Mixte du Bassin de l’Ardoux, cherche quant à lui à mettre en valeur le patrimoine hydraulique du bassin, assure la restauration et l’entretien du lit et des berges des différentes rivières, assure l’évacuation des eaux pluviales.

Des activités humaines, à l’origine de problématiques de pollution et de gestion des déchets


Les activités humaines (foyers, industries, agriculture) sont à l’origine de pollutions et déchets. Plusieurs problématiques ressortent sur le territoire :

  • Une qualité de l’eau « moyenne » à « médiocre » sur les principales rivières. La proximité évidente des exploitations agricoles et de pôles urbains générant des pollutions jouent un rôle sur la qualité de l’eau. La pollution par les produits phytosanitaires et autres pollutions diffuses d’origine agricole concerne plus le Val de Loire que la Sologne. Le Dhuy, affluent du Loiret, est particulièrement concerné par ces impacts agricoles.

  • Une gestion des déchets démultipliée selon les Communautés de communes (Com’com): réalisée par le Syndicat Mixte Intercommunal pour le Ramassage et le Traitement des Ordures Ménagères (SMIRTOM) dans la Com’Com du Val d’Ardoux, le SMICTOM de Sologne pour la Com’Com de la Ferté-Saint-Aubin.


ATOUTS

  • Une richesse environnementale qui participe à la qualité de vie et à l’image du territoire

  • Des espaces naturels classés, reconnus pour leur qualité et leur richesse (sites Natura 2000 du Val et de la Sologne, ZNIEFF…)

  • Une ressource en eau abondante (nappe alluviale, rivières, fleuve, mares, étangs…)

  • Des milieux propices au développement de filières économiques spécifiques (filière bois, agricole…)

  • Les initiatives locales pour limiter l’impact de la gestion publique sur les milieux

FAIBLESSES

  • Des espaces et milieux fragilisés par les activités humaines (circulation, pollutions, activités agricoles, urbanisation…)

  • Une gestion des déchets différenciée d’un territoire à l’autre du Pays

  • Le manque de concertation et d’échanges entre les acteurs locaux

OPPORTUNITES

  • Les plans de gestion forestiers pour une gestion plus durable des forêts

  • Les programmes structurants : la Trame verte et bleue, le SCoT, le SRCE…et l’importance accordée dans la gestion foncière dans ces documents

  • La sensibilisation des acteurs locaux et leur implication dans la connaissance des milieux et leur surveillance (réseaux de chasseurs, de randonneurs…)



MENACES

  • Les conditions climatiques et les activités humaines qui pèsent sur l’intégrité des milieux et des espèces (exposition aux maladies, engrillagement, urbanisation…)

  • La disparition progressive des terrains agricoles liée au phénomène de périurbanisation, aux extractions dans les carrières, à l’enfrichement



1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des Matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com