Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales





télécharger 227.13 Kb.
titreChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
page1/5
date de publication06.12.2019
taille227.13 Kb.
typeDocumentos
  1   2   3   4   5

Eco – Chapitre 1

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales
Section 1 : SMI (Système Monétaire International)

C’est un ensemble de règles et de mécanismes entres agents économiques de pays différents. Ces règles résultent des traités internationaux et de la pratique des achats internationaux.

Il y a eu 2 SMI depuis 1944 :

  • 1944 : Bretton Woods créant le FMI (Fond Monétaire International) et le premier SMI, qui va fonctionner jusqu’au 15 août 1971 avec les décisions du Président des USA, NIXON qui a mis fin à la possibilité de transformer l’or en dollars ce qui a mis fin au 1er SMI (Parités fixes mais variables).

  • 1971 – 1976 : Crise monétaire internationale.

  • 1976 : Traité de Kingston avec les parités flottantes : création du 2ème SMI.

  • 1979 : SME (Système Monétaire Européen) pour l’Europe jusqu’en 1999.




  1. Le système de Bretton WOODS : 1er SMI (1944 – 1971)

  1. Définition des monnaies


Selon les statuts du FMI de l’époque, chaque pays devrait définir officiellement la parité de sa monnaie par rapport au dollar des USA, lui-même définit par rapport à l’or. A partir de là, on va pouvoir calculer des taux de changes bilatéraux.

Exemple :

1 FF = x grammes d’or

1 DM = 2x grammes d’or

2DM = 1 FF


    1. Les règles

      • Interdiction pour un Etat d’adapter un « double cours » pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts de capitaux. Les cours observés sur le marché des changes ne doivent pas s’écarter de plus de 1% de la parité officielle.

Dans la pratique, les Banques Centrales (BC) vont veiller tout simplement à ce que la parité de leurs monnaies par rapport au dollar US soit respectée sur le marché des changes. Les BC vont se contenter d’acheter et de vendre leurs monnaies contre des dollars US. On dit que le dollar US est la monnaie d’intervention.


  • Deuxième ensemble de règles d’évaluation et réévaluation de la monnaie : chaque pays a la possibilité de modifier sa parité officielle pour « corriger un déséquilibre fondamental ». Pour un changement de parité de moins de 10%, la seule obligation est d’informer le FMI. Si la dévaluation ou réévaluation est plus de 10%, il faut une autorisation préalable du FMI. Cette règle n’a jamais été respectée.




  • La convertibilité des monnaies, il y en a 2 :

    • Convertibilité par le marché : les Etats s’engagent à rendre leur monnaie convertible mais au sens de Bretton Woods. On peut librement convertir sa monnaie pour effectuer, sans aucune contrainte, des règlements à l’étranger. En revanche, il était admis que les transferts de capitaux fassent état de contrôle. Le contrôle des mouvements de capitaux est le contrôle des changes. Il existait un contrôle des changes jusqu’en 1996.

    • Convertibilité par la BC : tout Etat membre du FMI s’engage, par l’intermédiaire de sa BC, à échanger sa propre monnaie contre de l’or, à un pays qui en ferait la demande, ou bien contre la monnaie de ce pays demandeur.

Exemple : la BDF pouvait échanger des lires contre de l’or auprès de la BC italienne. Les USA s’engage unilatéralement à échanger contre de l’or, tout Dollars US présenté par une BC étrangère.
C’est pour cette raison qu’on a appelé ce premier SMI « Etalon de change-or ».


    1. Le fonctionnement de ce système


Les USA n’interviennent pas durant la période de Bretton Woods sur le marché des changes pour réguler le cours de leur monnaie. Les BC des autres pays du FMI maintiennent le cours de leurs monnaies nationales par rapport au dollar en achetant ou en vendant des dollars contre leurs propres monnaies.

Les USA, par conséquent, ne sont pas amenés à intervenir sur le marché des changes car les autres Etats le font à leur place. De ce fait, le dollar va devenir une monnaie internationale. 3 rôles de la monnaie :

  • Unité de compte : contrat, prix libellés en dollars

  • Règlement de compte

  • Réserves de valeurs : les BC et les grandes entreprises détiennent des dollars.


Les USA doivent veiller à ce que le cours de l’or, sur le marché de l’or, ne dépasse pas 35$ pour une once d’or, qui correspond à la parité officielle du $ pour que le système de Bretton Woods soit crédible. Car on peut imaginer :

Trésor US

35$ = 1 once d’or

Vend 35$




Achète 1 once d’or


Pays X

Capital initial = 35$

Marché de l’or

1 once = 100$

Achète 100$





Vend 1once d’or

Dans cette hypothèse, les USA sont menacés de perdre tout leur or. De ce fait, la BC américaine peut vendre de l’or pour empêcher que le cours d’or n’augmente trop. Il apparaît un partage de responsabilité entre les USA et le Reste Du Monde (RDM) : les USA défendent la parité du dollar par rapport à l’or et les autres Etats défendent la parité de leurs monnaies par rapport au $.

Les USA n’ont donc pas de problème d’équilibre extérieur et n’ont pas de problèmes de déficit de valeurs de paiements. Les USA ont la possibilité d’avoir un gros déficit commercial externe et pourra transférer massivement leurs capitaux dans les autres pays du monde.


    1. Le rôle du FMI


Le FMI a un double rôle, de par les accords de Bretton Woods :

  • Le rôle de gendarme : faire respecter les règles strictes des parités monétaires

  • Prêter aux Etats qui auraient besoin de devises.


Le FMI n’est pas une véritable banque mais plutôt une caisse. Il n’a pas la possibilité de créer la monnaie de par ses opérations de crédits. Il ne peut que prêter la monnaie directement reçue des Etats membres.

Le FMI a été structuré selon le plan US White. Les anglais avaient proposés le plan Keynes qui n’a pas été retenu.


  1. Les ressources du FMI


Elles sont constituées par le versement des quottes parts par les Etats membres. C’est un versement initial en faveur du FMI effectué par chaque Etat pour 25% en or et 75% en monnaie nationale. Ces quottes parts sont inégales d’un pays à l’autre, elles dépendent du poids économiques de l’Etat.

Ces quottes parts ont été régulièrement augmentées et les Etats ont été amenés à faire des versements complémentaires. Depuis la démonétisation de l’or, les versements se font intégralement en monnaie nationale.

Pour compléter ce premier ensemble de ressources, le FMI emprunte auprès de certains Etats membres. Par exemple, après le choc pétrolier, le FMI a emprunté aux pays pétroliers.


  1. Les prêts du FMI


Le prêt du FMI s’appelle un tirage : l’Etat emprunteur remet de la monnaie nationale au FMI et, en échange, il reçoit des devises dont il a besoin. A l’échéance du prêt, on refait l’opération inverse. Le pays emprunteur reçoit les intérêts. Tout pays a un droit de tirage automatique.

Il existe par ailleurs des mesures spéciales de financement et le FMI exerce également un contrôle sur la politique économique des Etats emprunteurs.


  1. Effondrement du système de Bretton Woods

    1. Contradictions internes du système de Bretton Woods




  • Plus le commerce international (CI) se développe, plus les agents économiques ont besoin de dollars pour constituer leurs réserves monétaires et effectuer leurs transactions. Il faut donc un déficit constant, sinon croissant, de la balance commerciale des capitaux pour les USA. Il faut donc que les USA importent plus qu’ils n’exportent et/ou qu’ils transfèrent massivement des capitaux étrangers. Cela permettra d’alimenter le monde en dollars.




  • Les agents économiques risquent de perdre confiance dans la convertibilité en or du dollar. Le montant des dollars détenus par les noms résidants américains va devenir supérieur au stock d’or des USA. S’il y a des demandes de conversion massive, les USA ne pourront toutes les assumer. C’est à partir de 1964 que le montant des dollars détenu par les BC étrangères est devenu supérieur au stock d’or des USA. Après 1964, la trésorerie américaine n’aurait pas pu faire face à la convertibilité des dollars en or.




    1. Décision du Président Nixon de 1971


A partir de 1960, il y a eu des spéculations sur le marché de l’or basé à Londres. Les opérateurs ne croient plus en la stabilité du prix de l’or (35$ = 1once d’or). Tous les prix ont augmenté depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale sauf celui de l’or.

Il y a donc achat massif d’or sur le marché libre de l’or et, pour empêcher que le cours de l’or ne s’envole, les USA vendent massivement de l’or sur le marché de l’or. Donc leur réserve d’or baisse alors que celui des étrangers ne fait qu’augmenter.

Les USA se font aider par leurs alliés pour es aider à soutenir le cours de l’or. En 1971, le Président Nixon décide de suspendre la convertibilité de l’or en dollar car la réserve d’or américaine s’effondrait. C’est le système de Bretton Woods qui s’effondre, le cours de l’or s’envole sur le marché libre de l’or et il y a eu des crises monétaires jusqu’en 1976.


  1. Le système des parité flottante : le SMI actuel


Le SMI est né des accords de Kingston en 1976 et on prévoyait qu’il entre en vigueur le 1er avril 1978.


        1. L’organisation du SMI tel qu’il est issu des accords de Kingston

  1. Taux de change


Les Etats, actuellement, pour définir la valeur externe de leurs monnaies, ont deux grandes options :

    • L’option du rattachement qui se divise en deux sous options :

      • Se rattache à une devise (Exemple, le dollar : 1 unité = x dollars).

      • Se rattache à un panier de monnaie (définit la valeur de mon unité monétaire par rapport à plusieurs devises) : 1 unité = x dollars + y yen, x et y étant des coefficients.

  • Panier Hadd Hoc : l’Etat

  • Panier tout fait (DTS : Droit de Tirage Spéciaux) : panier de monnaie constitué des grandes devises actuelles.




    • L’option de non rattachement : on laisse flotter sa monnaie nationale ; il n’y a pas de définition officielle de la monnaie nationale et le cours de cette monnaie dépend de l’offre et la demande sur le marché. Ça concerne le dollar, l’euro, la livre sterling et beaucoup de monnaie de plus petits pays.


Les Etats, d’une façon générale, laissent flotter leur monnaie lorsqu’ils sont de grande taille, lorsqu’ils font du commerce avec le monde entier, lorsque leurs activités sont très diversifiées ou lorsque le pays connaît de très fortes inflations. La Grande Bretagne n’a pas voulue rejoindre l’Euro car elle a des activités internationales très diversifiées. Lorsque le taux d’inflation est élevé, on laisse flotter sa monnaie sur le marché des changes ou elle se déprécie au rythme de l’inflation interne. Si les prix augmentent de 10% par rapport aux pays étrangers, la monnaie se dépréciera, sur le marché des changes, de 10%. Les prix libellés en monnaies étrangères ne varient pas.

Au contraire, les pays de taille moyenne qui font l’essentiel de leur commerce avec un ou deux autres grands pays, ces Etats retiennent l’option de rattachement et définir leurs monnaies par rapport à la monnaie des pays avec lesquels ils font le plus de commerce.

Quand on retient l’option de rattachement, on se place en change fixe. On se place en régime de change flottant lorsque l’on choisit le régime de non rattachement. Il existe des régimes intermédiaires que peuvent librement choisir les Etats.

Exemple : on se place en régime de change fixe mais on prévoit des marges de fluctuations très importantes par rapport à la définition officielle.

  • Les Etats ont le libre choix




  1. Le rôle du FMI


Le FMI doit veiller à ce que les Etats respectent un certain nombre de principes :

  • Les Etats ne doivent pas manipuler les taux de changes pour bénéficier d’avantages compétitifs : ne pas avoir une monnaie manifestement sous évaluée pour faciliter les exportations.

  • Les Etats doivent intervenir sur les marchés des changes pour éliminer les fluctuations à court terme.

  • Le FMI doit s’assurer que les taux de changes adoptés évitent l’apparition de déficit constant pour certains Etats et d’excédent important pour d’autres. Il doit alors inciter les Etats à modifier leurs taux de change pour éliminer ces déséquilibres permanents.




  1. Le rôle de l’or et des DTS


L’or est démonétisé actuellement, il est devenu un métal comme un autre. Il ne joue plus aucun rôle monétaire. Les agents économiques, les Bc détiennent de l’or comme réserve de valeur mais, sur le LT, le cours de l’or a tendance à chuter et ce n’est pas forcément le meilleur des placements. Le cours de l’or se maintient car les agents économiques croient encore que l’or est une réserve de valeur et les usages industriels de l’or sont relativement limités. Il est interdit de définir sa monnaie officielle par rapport à l’or.

Le DTS (Droit de Tirage Spécial) est un pal=nier de monnaie composé du dollar, du yen, de la livre sterling et de l’euro (Francs Français et Deutschemark auparavant). Initialement, les DTS, qui ont été crées en 1969, avaient été définis par rapport à l’or mais c’est maintenant un panier de monnaies qui fait objet de révisions périodiques.

Les DTS sont des monnaies internationales à un usage très limité. On retrouve les 3 fonctions de la monnaie :

  • Monnaie unité de compte : les comptes des BC au FMI sont libellés en DTS.

  • Monnaie de règlement qui n’existe que sous forme scripturale.

  • Instrument réserve de valeurs : les BC détiennent une partie (infime) de leurs valeurs sous forme de DTS.


Les DTS sont été crée par l’Assemblée Générale du FMI : le FMI décide de crée tant de millions de DTS et les DTS sont répartis aux Etats membres au prorata de leur quotte part. Ils étaient destinés à remplacer le dollar comme monnaie internationale. C’est un échec, il y a eu très peu de DTS crée et pendant 20 ans in n’y en n’eu quasiment aucun de crée car les USA sont contre.

Toutes les BC ont des réserves. Par exemple, la BCE a des réserves en dollars, en yen mais très peu de DTS.


        1. Le fonctionnement du système des parités flottantes

  1. L’ajustement des balances commerciales

    1. Le mécanisme d’ajustement



Baisse du prix des exportations libellées en monnaie étrangère

(Hausse)

Hausse en volume des exportations

(Baisse)






Offre > demande

Déséquilibre entre offre et demande de monnaie nationale sur le marché des changes

(Demande > Offre)

Baisse de la valeur de la monnaie nationale sur le marché des changes

(Hausse)


Déficit externe

(Excédent)



  1   2   3   4   5

similaire:

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconChapitre 1 : Les relations monétaires internationales
«double cours» pour sa monnaie. Le double cours correspond à un taux de change pour le commerce et un taux de change pour les transferts...

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconLes relations internationales depuis 1945 Premier Volume: De 1945...

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconChargé des travaux dirigés (TD) des relations monétaires internationales...
«La Zone cfa : le choc de la dévaluation et analyse des nouvelles orientations de la politique économique», sous la direction du...

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconL'Europe dans les affaires internationales
...

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconParcours Relations internationales et Action à l’Etranger en Alternance
«Chef de Projet européen» et de ses enseignements en langues et civilisations. L’ensemble constitue une belle masse critique, faisant...

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales icon1. Les relations internationales de l’Asie du Sud

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconLa Chine et les relations internationales depuis 1919

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconPartie 1 : les acteurs des relations internationales
«terrorisme international»

Chapitre 1 : Les relations monétaires internationales iconCorrection du sujet L'urss dans les relations internationales de 1945 à 1991






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com