Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org)





télécharger 159.99 Kb.
titreEt psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org)
page2/4
date de publication29.11.2019
taille159.99 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4

Faux souvenirs induits (FMS) False Memory Syndrom




Le document qui suit sur les FMS a été concocté par une nouvelle association qui vient de se créer à Marseille, ceci témoignant de l’ampleur croissante de ce problème en France :


AEFCAS Cité des associations 93, La canebière – BP 111 - 13001 Marseille

Email : aefcas@wanadoo.fr Tel. 06 74 02 05 43

Association d'entraide aux familles confrontées à des accusations soudaines induites par des croyances psycho-philosophiques ayant pour conséquence la destruction de la famille


Association ayant pour buts :

- venir en aide aux familles confrontées à ce type de problèmes
- analyser le phénomène
- informer et communiquer les résultats de cette analyse
- éventuellement mener des actions en justice

Association fondée par deux couples de parents brutalement accusés par leurs enfants de 30 à 40 ans de pédophilie  pour le père, de complicité pour la mère. Ces deux familles ont été brisées, les enfants refusent de voir leurs parents et de leur laisser voir leurs petits enfants. Ayant découvert sur le site de France-FMS qu’ils n’étaient pas seuls à être victimes de ce phénomène qui arrive d’Amérique comme une vague déferlante sur l’Europe, ils comprirent qu’il s’agissait là de manipulations mentales et non d’une erreur d’éducation. L’AEFCAS, travaille en collaboration avec l’association anti-sectes GEMPPI et avec une psychologue. L’AEFCAS se propose d’étudier le phénomène de ces croyances illusoires et de ces thérapies abusives et, surtout, d'apporter un réconfort moral aux familles confrontées à ce problème par des échanges d'expériences et d'informations.

Témoignage Marseille, le 6 octobre 2002


Une famille heureuse

J'ai toujours pensé que nous étions une famille heureuse. Quatre enfants, la porte toujours ouverte aux amis, du bruit, de la musique, des rires mais aussi des soirées uniques, où nous étions heureux de nous retrouver pour nous raconter, philosopher, écouter ou chanter au son des guitares, où nous inventions des jeux, où la nuit arrivait à une vitesse folle. Les enfants nous amenaient souvent des amis qui parfois restaient coucher le soir. On sortait alors les "matelas d'urgence" et le tapis du salon, bien moelleux faisait un bon sommier. Les années ont passé, les enfants nous amenaient leurs amies, on avait quelquefois un coeur brisé à consoler, puis la vie reprenait, les études, les ballades, les vacances, les amis, la joie d'être ensemble. Nos trois garçons sont mariés depuis plusieurs années, ils n'habitent plus notre région mais nous nous rencontrions souvent et c'était la fête de se retrouver, de voir grandir leurs enfants. Nous ne nous sommes pas aperçus des gros nuages noirs venus nous enlever nos soleils.
Le choc

Un jour, on a sonné à la porte et brusquement, ils étaient là, nos trois garçons, dans un état de rage, de haine, de violence indescriptible et nous avons eu peur. Méconnaissables, nos enfants, envolées leur douceur, leur gentillesse, leur sensibilité. Leur regard, habituellement clair et rieur nous a impressionné : c'était un regard cynique et déterminé, un regard qui ne respectait aucune barrière. J'ai pensé qu'ils avaient envie de nous tuer et très angoissée je me demandais lequel passerait à l'acte le premier. Qui étaient ces énergumènes qui nous regardaient froidement en nous accusant de choses horribles ? Je les fixais, terrifiée, je pensais à ces procès politiques où des personnes innocentes sont interrogées pendant des heures. On ne les écoute même pas : elles sont coupables et doivent le reconnaître. J'en avais froid dans le dos. Incapable de prononcer un mot, perdue, je me répétais :"c'est un cauchemar, tu vas te réveiller."

La fureur

"Il faut qu'on parle !" criaient ces personnages, mais avant que nous puissions dire le moindre mot, des hurlements : "taisez vous, c'est nous qui parlons"! Alors on écoutait, avec l'espoir de comprendre ce qui nous arrivait, mais ils étaient terriblement embrouillés dans leurs discours, nous n'arrivions pas à suivre. Ils sont sortis sur la terrasse, en renversant table et chaises, pendant que l'un d'entre eux hurlait : "mon père est pédophile et ma mère complice, qu'on se le dise !" Il a fallu protéger Stéphanie, notre fille, de leurs coups, quand elle s'est mise à crier :"mais vous êtes fous, qu'est-ce que vous inventez encore ? Papa n'est jamais venu dans mon lit"! Par moments, l'un après l'autre étaient pris de tremblements, puis d'une forte crise de larmes. Ensuite venaient de nouveau les cris et les accusations.

Puis, ils sont partis définitivement

J'étais sous choc et je ne comprenais rien. Bernard, mon mari, me communiquait sa surprise et son désarroi par son regard interrogatif et désespéré. La scène a duré deux heures, puis, brusquement, ils sont partis nous laissant sans forces, complètement détruits. Envahis par une douleur folle nous n'arrivions plus à vivre, à raisonner, à nous organiser. Prisonniers de notre malheur, il nous fut difficile de parler autour de nous de cette accusation de pédophilie. Notre tête était remplie par les hurlements des garçons et surtout par leurs terribles accusations. Nous avons survécu ainsi pendant une année : enfermés tous les deux, avec Stéphanie dans notre "tanière", nous avons coupé le contact avec l'extérieur, car comment expliquer ce qui nous était arrivé ? Notre amour nous soutenait et l'effort que nous faisions pour empêcher l'autre de sombrer complètement nous aidait, par moment, à dépasser notre douleur. Surtout, oui surtout il y avait Stéphanie si présente, si proche, si disponible. Témoin de notre vie d'avant, elle nous empêchait de sombrer dans la folie. Avec elle nous pouvions nous souvenir "d'avant" et cela était important qu'elle participe au récit de notre vie familiale, avec un détail oublié, un souvenir. Elle était un témoin pour nous, aveuglés par la douleur, que notre vie d'avant avait bien été celle dont nous nous souvenions. Ensemble nous faisions aussi des projets pour essayer de sortir nos fils, ses frères, de cette manipulation infernale, car plus le temps passait plus il devenait évident pour nous qu'ils avaient été manipulés : mais comment et par QUI ?

Les voisins, amis, famille, suspicieux

Une autre triste épreuve nous attendait. Nos enfants ont pris contact avec nos frères et soeurs, leurs oncles et tantes pour leur expliquer quels horribles parents nous étions et combien ils avaient souffert dans leur enfance. Nous avons toujours eu d'excellents rapport avec nos familles. On nous a dit : "il n'y a pas de fumée sans feu. Êtes vous sûr de ne pas être un peu coupables, essayez de vous souvenir de vos actes, de vos paroles..." Je ne savais pas que de simples mots pouvaient faire autant mal. Comment quelques une de ces personnes ont pu croire à des histoires pareilles ? Nous habitons loin les uns des autres mais les vacances nous ont très souvent réunis et j'avais l'impression que nous nous entendions bien. A l'heure actuelle cela s'est arrangé avec la famille, il n'en reste pas moins une petite pointe douloureuse : ont ils (ou elles) vraiment cru que nous étions de tels monstres ?

Deux années sont passées. Les très rares contacts que nous avons eus avec nos fils, par lettre ou téléphone répètent toujours la même requête : nous devons leur demander pardon pour tout le mal que nous leur avons fait, de toutes façons il faut que nous payons, (mais comment ? impossible d'avoir des explications). Pendant les premiers mois nous avons essayé de garder un tout petit contact avec les petits enfants, ne serait-ce qu'une carte pour leur anniversaire. La réponse des trois pères a été la même : ils ont mis au courant leurs enfants de la pédophilie de papy et de la méchanceté de mamie, gare à nous, si nous essayons de prendre contact avec l'un d'eux et puis défense d'envoyer la moindre carte, lettre ou cadeau car tout est mis immédiatement à la poubelle.

Déstabilisation mentale

Nous devenons fous en cherchant le moyen de "réveiller" nos fils. C'est incroyable et horrible de ne pas pouvoir les aider. Attendre, être là, les aimer en se taisant, car le moindre signe de notre part sera tout de suite interprété de manière négative. Comment des enfants ouverts, sympas, sensibles, que je croyais intelligents ont pu se transformer en êtres de haine et de violence? Il y a quelques mois, nous avons essayé de rencontrer un de nos fils. Il était assez embrouillé dans ses explications. Non, maintenant il n'était plus certain qu'il y avait eu un problème de pédophilie (nous lui avons fait remarquer que, à son niveau il faudrait plutôt dire inceste), par contre il se souvenait de "maltraitances graves". Lorsque nous lui avons demandé de nous donner un exemple de maltraitance, il nous a longuement regardés avant de nous dire : "vous n'êtes pas en état de me comprendre". Il nous a aussi affirmé qu'il n'avait plus aucun souvenir de son enfance, c'était une période trop douloureuse. Je suis sûre qu'à ce moment là il était sincère, on lui a "pris" tous ses souvenirs ! Comment s'expliquer, dans ces cas là ? Nous sommes dans une horrible impasse. Nos enfants ne vivent pas dans notre ville. Nous n'avons plus aucune nouvelle, car ils ont aussi coupé tout lien avec nos amis communs, nos connaissances.

Notre famille est morte, disloquée, pulvérisée, anéantie, salie, emportée par une avalanche de boue noire dont les traces ne s'effaceront qu'au moment de notre disparition. Il y a eu un avant et un après. Maintenant, lorsque je me retourne je vois un champ de ruines : tout est démoli et rien ne repousse, 43 années de bonheur, d'amour partagé, de complicité... est-ce que cela a vraiment existé ?

Réagir

Pendant ces deux années de silence, j'ai essayé de me renseigner sur les sectes et les déviances sectaires. J'ai beaucoup lu, rencontré des personnes : je faisais du "sur place" jusqu'au jour où j'ai rencontré le président du GEMPPI, enfin une personne compétente. En écoutant le récit de mes fils il a pensé au Syndrome de la Fausse Mémoire (FMS) : on demande au patient de rechercher des souvenirs refoulés de prétendus abus sexuels qui auraient eu lieu pendant la petite enfance. De telles pratiques relèvent de la manipulation mentale. Elles entraînent :

1) La déstabilisation des parents, frères et soeurs,

2) La destruction des familles

3) La dépendance destructrice et aliénante des patients à l'égard de cette thérapie abusive qui a implanté ces faux souvenirs.

Nous avons rencontré deux autres familles dont les enfants présentent ce Syndrome de la Fausse Mémoire et nous avons donc décidé de créer une association d'entr’aide aux familles confrontées à ce phénomène dont voici les coordonnées :

AEFCAS Cité des Associations - 93 La Canebière - 13001 Marseille - téléphone : 06 74 02 05 43 - Email : aefcas@wanadoo.fr

Nous espérons pouvoir venir en aide et donner un peu d'espoir aux familles touchées par ce fléau. Mon mari et moi, nous nous sommes cachés pendant longtemps, trop effrayés par l'accusation de pédophilie. Parents, si vous êtes dans notre cas, n'hésitez pas à nous contacter. Cela fait du bien de pouvoir partager sa souffrance avec des personnes qui vivent le même drame !

_________________________________________________________________________________

Autres associations traitant des problèmes causés par les faux souvenirs induits et le psychosectarisme

France-FMS (False Memory Syndrom) claude.amblard@caramail.com

Site Internet : http//www.francefms.com
Psychothérapie Vigilance B.P. n° 2 bis 65290 Juillan - T/F : 05.62.32.03.70
courriel : Psychotherapie.Vigilance@wanadoo.fr site : www.PsyVig.com

_________________________________________________________________________________
Une explication du phénomène des faux souvenirs induits ou Syndrome de Fausse Mémoire (FMS)

THÉRAPIE DE LA MÉMOIRE ET SYNDROME DE LA FAUSSE MÉMOIRE TENDANCES JUDICIAIRES RÉCENTES - John Hochman, M.D. 72764,2647

Des milliers de patients aux USA, et surtout des femmes, ont suivi ou sont en train de suivre une tentative de traitement par des psychothérapeutes pour des troubles de la mémoire inexistants. En conséquence, ces mêmes thérapeutes ont involontairement favorisé un trouble réel de la mémoire : le syndrome de la fausse mémoire (False Memory Syndrom, FMS). Pour faire la lumière sur cette situation malheureuse, je dois donner quelques définitions. Certains psychothérapeutes croient que des sévices sexuels dans l'enfance sont la cause spécifique de nombreux désordres physiques et mentaux qui apparaissent plus tard dans la vie. Certains appellent cela syndrome du survivant de l'inceste (ISS, Incest Survivor Syndrom). Il n'y a aucune évidence que cela soit réellement le cas, car, même lorsqu'il y a eu sévices sexuels durant l'enfance, il y a de nombreux autres facteurs qui peuvent expliquer les maladies physiques ou émotionnelles qui apparaissent des années plus tard chez l'adulte. Ces thérapeutes croient que les enfants refoulent immédiatement tout souvenir de sévices sexuels peu après leur occurrence, les faisant disparaître de la mémoire sans laisser de traces. Le prix à payer pour ces souvenirs refoulés est de permettre le développement éventuel de l'ISS. Les thérapeutes essayent de "guérir" l'ISS en engageant leurs patients dans une thérapie de "mémoire retrouvée" (Recovered Memory Therapy, RMT), un kaléidoscope de techniques qui diffèrent chez chaque thérapeute. Le but de cette RMT est de permettre au patient de ramener à la conscience non seulement des souvenirs parfaitement exacts d'un ancien traumatisme sexuel, mais aussi des mémoires corporelles refoulées (telles que des douleurs physiques) qui se sont produites au moment du traumatisme. En réalité, la RMT produit des fantasmes dérangeants qui sont incorrectement perçus par le patient et incorrectement interprétés par le thérapeute. Faussement appelés Mémoire Retrouvée (RM) par le thérapeute et le patient, ce sont en réalité des Fausses Mémoires (FM). La majorité des cas de fausse mémoire provenant de ces RMT touche des femmes, et c'est pourquoi, dans cet article, nous supposerons que les patients sont des femmes.

ADMISSION DES PATIENTS DANS LA RMT

Une femme consulte un psychothérapeute pour être soulagée de diverses maladies émotionnelles. Le thérapeute l'informe qu'elle a subi une agression sexuelle dans son enfance et ne le sait pas, et que cela peut expliquer ses symptômes. Certains patients pensent que cela est absurde et changent de thérapeute, d'autres acceptent les suggestions du thérapeute et restent. La plupart des femmes ont entendu parler des mémoires refoulées par des émissions à la télé ou leurs journaux bien avant de venir chez leur thérapeute, et peuvent même avoir pris rendez-vous en étant persuadées qu'elles aussi peuvent être des "victimes". Bien qu'elle n'ait aucun souvenir d'abus sexuels, elle est motivée pour "retrouver la mémoire", puisqu'on lui dit que cela guérira ses symptômes. Le thérapeute la persuadera que des "souvenirs" lui reviendront. Des rêves suggestifs, ou de nouvelles douleurs sont interprétés par le thérapeute comme une preuve que des "souvenirs refoulés" menacent. Le thérapeute peut envoyer le patient dans un groupe de guérison pour survivants (survivor recovery group). Là, elle rencontrera des femmes qui la pousseront à continuer d'essayer de se souvenir. Le fait de participer à ces groupes de soutien, le fait de lire les livres conseillés, donne confirmation au patient de la validité des théories du thérapeute. La majorité des femmes qui présentent ces FMS sont blanches, de classe moyenne et d'un niveau d'éducation supérieur à la moyenne. Cela correspond au profil type des femmes qui se soumettent à une longue psychothérapie et qui perçoivent cette activité comme un moyen nécessaire pour résoudre leurs problèmes.

CRÉER DE FAUSSES MÉMOIRES

Contrairement aux cours de justice où l'on cherche à obtenir des preuves devant des allégations, la RMT se contente de demander au patient de se tourner vers son moi intérieur pour prouver qu'elle a été réellement sexuellement abusée. Les techniques de la RMT peuvent comprendre :

• Interviews sous amytal où l'on donne au patient une dose d'amytal, un barbiturique à action immédiate, que l'on appelle incorrectement "sérum de vérité", et qui est censé forcer les souvenirs anciens hors de leurs chambres secrètes;

• Hypnose (y compris les techniques régressives où l'on dit au patient qu'on l'a ramené à l'état où elle était à l'âge de cinq ans);

• Images guidées où l'on demande au patient de fermer les yeux et où on lui parle en renforçant son imagination jusqu'à atteindre un caractère quasi-hallucinatoire. Souvent, cela produit un état hypnotique où ni le patient ni le thérapeute ne réalise qu'une hypnose se produit en fait;

• Production imaginaire spontanée au moyen de dessins, d'associations avec des rêves, d'écritures relatant des états de conscience (?);

• Écouter ou lire les mémoires retrouvées d'autres femmes comme source d'inspiration;

• Parcourir des albums de famille pour y chercher des signes révélateurs; on dit au patient que s'il a l'air triste ou préoccupé sur quelques photos, c'est une confirmation supplémentaire qu'il a été sexuellement abusé.

LA FACE SOMBRE DE LA "GUÉRISON"

Les patients démarrent une RMT dans l'espoir qu'ils iront mieux une fois qu'ils auront retrouvé leurs souvenirs refoulés. Mais généralement, leur vie devient bien plus compliquée. Le patient qui présente un FMS est souvent brouillé avec celui qui a "perpétré" l'acte (souvent le père). S'il a de jeunes enfants, ceux-ci seront également interdit de contact avec le "perpétrateur". Les relations avec les autres membres de la famille sont conditionnées par l'acceptation par eux des croyances du patient. Les thérapeutes peuvent organiser avec des parents une "réunion familiale" pour confondre le "perpétrateur" au cours d'une confrontation préparée. Les membres de la famille sont généralement trop choqués et trop désorganisés pour répondre de façon cohérente aux accusations. La logique de ce scénario est que, puisque les "survivants" se sentent impuissants, il faut leur donner du pouvoir. Les patients FMS peuvent dénoncer tardivement des crimes auprès de juridictions compétentes, et peuvent aller jusqu'à porter plainte contre les "perpétrateurs". Un avantage évident pour les thérapeutes est que dans beaucoup d'États une affaire criminelle permet que les factures soient payées par un fonds d'aide aux victimes. Préoccupé par la tâche perpétuelle de "retrouver ses souvenirs", le patient en arrive à négliger des problèmes plus pressants avec son couple, sa famille, l'école ou sa carrière. Souvent l'investissement en temps et le coût de la thérapie elle-même entraîne des perturbations majeures. Pendant la thérapie, les thérapeutes disent à certains de leurs patients que leurs changements d'humeur ou de manière de voir pendant le cours d'une semaine sont le symptôme de différentes personnalités refoulées avec les souvenirs. Ils avisent leurs patients qu'ils présentent aussi des troubles dus à des personnalités multiples (Multiple Personality Disorder, MPD) et que leur guérison exige que chaque personnalité devienne consciente des autres, de manière à permettre une "réintégration". "The Three Faces of Eve" (les trois visages d'Ève) en rajoute, et certaines femmes en arrivent à croire qu'elles abritent des douzaines de personnalités cachées (des "alters"), avec chacune leur propre nom et leurs propres caractéristiques: certains "alter" peuvent être des hommes ou même des animaux. Un nombre croissant de psychiatres et de psychologues en sont venus à considérer les MPD comme un phénomène produit et renforcé par l'environnement, car ce diagnostic existait à peine il y a dix ans. Dans les zones où la controverse n'existe pas, une fois le MPD diagnostiqué, le coût de la thérapie peut devenir astronomique. Certains patients se persuadent que l'abus dont ils ont été victimes est un abus rituel satanique (Satanic Ritual Abuse, SRA), dû à la participation de leurs parents à un culte satanique secret. Certains thérapeutes croient que le SRA est l'œuvre d'un vaste réseau souterrain aux États Unis. Un clinicien, dans un cycle de conférences, expliquait à des audiences médusées que ce culte avait été introduit aux États Unis par un juif hassidique que les Nazis protégeaient parce qu'il leur avait révélé les secrets de la Cabale et que ce groupe avait été intentionnellement introduit aux États Unis par la CIA après la guerre pour les aider dans des recherches sur le contrôle de l'esprit. Aucune évidence, à part les "souvenirs retrouvés" n'a jamais prouvé qu'un tel culte existe. Les thérapeutes qui font des conférences sur le sujet ont balayé ce manque de preuves en expliquant qu'il ne peut exister de transfuges à cause du secret garanti par le lavage de cerveau et la terreur. Par miracle, aucun de ces soi-disant "experts en cultes sataniques " n'ont jamais été la cible d'assassinats.

L'ENTRETIEN ET LA MAINTENANCE DES FAUSSES MÉMOIRES

FMS met en jeu une combinaison de perceptions fausses et de fausses croyances. Le nouvel FMS est encouragé à se "connecter" avec un environnement qui renforcera son état FMS et est encouragé à se "déconnecter" de gens ou de sources 'information qui pourraient la conduire à remettre en question les résultats de la RMT. La sous-culture FMS est une culture de victime. Même s'ils n'ont pas entrepris de chimiothérapie contre un cancer, ou s'ils ne sont pas ressortis indemnes d'un accident d'avion, on dit aux patients FMS qu'ils sont des "survivants". Cela devient une sorte de nouvelle identité, donnant aux patients FMS le sentiment d'un lien étroit avec d'autres "survivants" d'abus sexuels. Des patients vont souvent faire partie de "groupes de soutien aux survivants", s'abonner à des lettres destinées aux "survivants", ou même assister à des conventions de "survivants" (parfois avec leurs thérapeutes). Pour certains, cela donne à leurs vies, vides auparavant, un but et un sens grisants. Ils lisent des livres trouvés dans la section "Guérisons" des libraires. Le livre le plus connu, « The Courage to Heal » (le courage de guérir), est pesant et cultivé, ce qui lui donne de l'autorité. Ses auteurs, Laura Davis et Ellen Bass n'ont aucune formation en psychologie ou psychiatrie. Ce livre de poche, qui ne coûte que 20 $ a été vendu à 700.000 exemplaires. On demande aux patients d'éviter le dialogue avec des amis ou des parents sceptiques, car cela empêcherait leur "guérison". Les "perpétrateurs" qui proclament leur innocence ne peuvent pas être pris au sérieux, ils sont en "déni" et incapables de dire la vérité, leur explique t-on. En plus de ces influences sociales, les gens, par nature, refusent souvent de se voir dans l'erreur. Cela peut être terriblement douloureux de reconnaître que l'on a fit une grave erreur, spécialement quand des conséquences nuisibles en ont résulté. La RMT exploite la tendance, présente chez chacun de nous, de rendre les autres responsables de nos propres problèmes et de nous accrocher à des réponses simples aux problèmes compliqués de la vie. Le thérapeute RMT suggère que, en plus de détruire complètement une enfance, les abus sexuels subis par les enfants peuvent tout expliquer et expliquer tout ce qui ne vas pas à l'âge adulte. RMT est le dernier cri de la thérapie pour enfants pleurnicheurs.
COMMENT LA MÉMOIRE FONCTIONNE-T-ELLE RÉELLEMENT

Dans la théorie freudienne du refoulement, l'esprit bannit automatiquement de la mémoire les événements traumatisants, pour se protéger d'une anxiété accablante. Freud ensuite découvrit que les souvenirs refoulés créent des "névroses" que l'on peut guérir en rendant ces souvenirs conscients. Tout cela a été enseigné en psychologie, et est considéré comme un truisme par les romanciers et par les scénaristes, mais cela n'a jamais été prouvé scientifiquement d'une manière rigoureuse. Freud, s'il était en vie aujourd'hui, serait traumatisé de voir comment la RMT a redéfini son concept favori. Alors que Freud parlait du refoulement d'événements traumatiques isolés, les thérapeutes d'aujourd'hui maintiennent que des douzaines d'événements traumatiques similaires se produisant sur des années sont refoulés avec une efficacité de 100 %, quelques minutes après leur occurrence. Le syndrome bien connu des troubles dus à un stress post traumatique (Post Traumatic Stress Disorder, PTSD) nous montre que des événements traumatiques vérifiables, plutôt que de disparaître de la mémoire, laissent les victimes de ce traumatisme hantées par des souvenirs importuns durant lesquels elles revivent leur traumatisme. Pour ceux qui étaient dans les camps de concentration nazis, ou qui ont subi la torture comme prisonniers de guerre au Vietnam, cela peut devenir un problème handicapant leur vie durant. Les gens oublient la plupart des choses qui leur arrivent, y compris des événements qui étaient significatifs pour eux lorsqu'ils se sont produits. Si un événement est perdu pour la mémoire, il n'y a pas de moyen objectif de savoir s'il a été "refoulé" ou simplement oublié. Et il n'y a pas de raison que les souvenirs d'abus sexuels soient traités différemment des souvenirs de mauvais traitements physiques ou de chirurgie d'urgence durant l'enfance. Des événements qui sont sortis de la mémoire ne peuvent pas être rappelés avec l'exactitude d'une cassette vidéo. Les gens n'oublient pas seulement, dans leur totalité, des événements insignifiants, mais aussi des événements significatifs. On se souvient de certains événements (traumatiques ou non), mais avec des détails significatifs altérés. Une étude portant sur une école dont les élèves avaient été attaqués par un sniper montrait que certains d'entre eux, qui n'étaient pas sur place lors de l'attaque, prétendaient en avoir des souvenirs personnels. Ces faux souvenirs étaient manifestement inspirés par le fait d'avoir entendu les histoires de ceux qui avaient réellement subi le traumatisme. Des souvenirs peuvent être délibérément déformés chez des adultes en leur présentant un ensemble d'informations visuelles et en les exposant ensuite à une désinformation verbale sur ce qu'ils ont vu. Cette désinformation s'incorpore souvent à la mémoire, contaminant au bout du compte ce dont on se souvient. Certains patients ont effectivement été abusés sexuellement durant leur enfance, et se sont toujours rappelé ces abus. Ils n'ont pas besoin d'une aide spéciale en "mémoire retrouvée" pour dire à leur thérapeute ce qui leur est arrivé.

LA THÉRAPIE DE LA MÉMOIRE RETROUVÉE EST UNE MAUVAISE THÉRAPIE

La RMT est prétendument utilisée pour aider les patients à guérir des effets d'abus sexuels durant leur enfance; cependant, au début de la RMT, il n'y a aucune évidence que de tels abus se soient produits. Ainsi, au lieu de rassembler des faits pour établir un diagnostic et déterminer ensuite le traitement approprié, le thérapeute RMT utilise le "traitement" pour produire son diagnostic. Certains thérapeutes RMT interprètent abusivement des maladies psychologiques communes comme des signes de sévices sexuels subis durant l'enfance. Dans leur zèle à retrouver des souvenirs, ils négligent toute explication alternative des maladies de leur patient. Les thérapeutes RMT ignorent ce principe psychologique de base que tout patient est influençable, et que les patients en détresse qui viennent chercher une psychothérapie sont particulièrement enclins à adopter les croyances et les partis pris de leur thérapeute. De nombreux thérapeutes RMT n'ont jamais étudié les sciences de base concernant la mémoire, ni le diagnostic des troubles réels de la mémoire. Leurs connaissances sont souvent basées sur un simple séminaire d'un week-end, et non pas sur l'enseignement formel universitaire qu'il faut suivre pour obtenir une licence. L'hypnose et l'administration d'amytal de soude (sérum de vérité ?) sont des procédés inacceptables pour retrouver des souvenirs. Les tribunaux rejettent l'hypnose comme adjuvant de la mémoire. Les sujets soumis à l'hypnose ou à l'amytal comme aides à la mémoire (même dans les cas où il n'est pas question d'abus sexuels) créeront généralement de faux souvenirs. En revenant à leur état normal de conscience, ils pensent que tous leurs souvenirs "rafraîchis" sont également vrais. Les thérapeutes RMT ne se donnent généralement pas la peine de vérifier les "souvenirs retrouvés" en interrogeant des tiers, ou en consultait les dossiers pédiatriques ou scolaires. Certains d'entre eux expliquent que s'ils ne vérifient pas les allégations sérieuses qui surgissent de la RMT, c'est parce que leur travail consiste seulement en ce que leurs patients se sentent "en sécurité" et guérissent. De nombreux patients, qui ont su toute leur vie qu'ils avaient été maltraités ou négligés par leurs parents, décident lorsqu'ils sont adultes de traiter avec amitié leurs parents responsables. Au contraire, les thérapeutes RMT encouragent leurs patients, sur la base de ces "souvenirs retrouvés", à couper tout contact avec les prétendus "perpétrateurs" ainsi qu'avec le reste de la famille qui n'entre pas dans leurs vues. Ceci est totalement contraire aux objectifs traditionnels des thérapeutes : aider leurs patients responsables à prendre leurs décisions importantes et améliorer leur relation avec les autres. Les patients qui suivent une RMT subissent souvent une aggravation de leurs symptômes au fur et à mesure que leur traitement progresse, avec des perturbations correspondantes dans leur vie personnelle. Peu de thérapeutes demanderont une consultation pour clarifier le problème, pensant au contraire qu'il est dû à des sévices sexuels pires que ceux que l'on pouvait imaginer. Dans une déclaration récente, L'Association Psychiatrique Américaine (APA) a mis en garde sur le fait qu'il n'y a aucun moyen d'établir la véracité des accusations provoquées par une RMT en l'absence d'évidences objectives. L'Association Médicale Américaine (AMA) a confirmé une prise de position antérieure, que l'hypnose n'est pas fiable pour un recouvrement valide des souvenirs.

AUTRES SORTES DE FMS

Certains en arrivent à croire, suite à une thérapie, qu'ils ont vécu des vies antérieures. Ce phénomène se développe particulièrement chez des participants imprégnés du zeitgeist New Age qui sont prêts à "découvrir" leurs vies antérieures. Ils s'inscrivent à des séminaires qui peuvent durer un week-end entier et impliquent des techniques de déclenchement hypnotique en groupe ou de méditation guidée. Cette sorte de FMS exige un travail de renforcement continu en groupe. Contrairement aux images terrifiantes d'abus sexuel, les souvenirs de "vies antérieures" sont généralement plaisants et intéressants. Peu de participants se souviendront avoir vécu des vies antérieures dans des asiles de fous ou des cachots. Cette expérience est supposée être thérapeutique, car elle aide les participants à mieux comprendre leur vie présente. Quelques uns retrouvent le souvenir d'avoir été enlevés par des extraterrestres. Presque toujours, ces participants étaient curieux de ce domaine et étaient prêts à croire avant de tomber dans un enlèvement FMS. Contrairement aux femmes qui sont assaillies par l'inquiétude d'avoir été sexuellement abusées, cette variété de FMS est d'une nature plus bénigne et ne détruit pas le fonctionnement personnel ou la vie de famille. Même s'ils sont considérés comme des "dingues", ils peuvent recevoir en compensation un soutien de groupe de la part de ceux qui partagent leurs croyance.

QUELQUES ASPECTS LÉGAUX DU SYNDROME DE LA FAUSSE MÉMOIRE

En dépit des fondations branlantes sur lesquelles la RMT est construite, durant les cinq dernières années, des tribunaux dans 23 États ont suspendu la prescription pénale quand des agressions sexuelles étaient alléguées, en se basant sur l'idée qu'un individu ne doit pas être puni pour avoir refoulé des souvenirs. Dans la cause Hood c/ Herald (Summit County, Ohio, Common Pleas Court), une femme reçut une réparation de 5,15 millions de dollars, la preuve s'articulant sur des souvenirs retrouvés remplis des méfaits de son oncle. Des femmes qui témoignent sur la base de leurs souvenirs retrouvés sont parfaitement convaincues d'être dans le vrai et peuvent faire des témoins convaincants. Au début, quand ces procès commencèrent à être instruits, les psychiatres et les psychologues ignoraient le phénomène de la fausse mémoire, et étaient encore moins capables de l'expliquer. Une grande partie de la jurisprudence soutenant la RMT, de même que de nombreuses conclusions favorables résultent des efforts de thérapeutes zélés, parfois alliés avec des féministes sexistes dans le Mouvement des Femmes (Women Movement). Pour un législateur pressé, suspendre la prescription semblait être une bonne idée. Cela permettait d'indemniser les femmes molestées, de traîner devant la justice des abuseurs d'enfants, et n'impliquait pas de nouvelles taxes. Ces dernières années, il y a eu un grand nombre de procès résultant d'une RMT, avec des enfants adultes attaquant un ou plusieurs membres de leur famille. Même dans les cas où leur cause est perdue, les plaignants restent persuadés que leurs souvenirs retrouvé sont vrais. Il y a un nombre croissant de femmes qui reviennent sur leurs faux souvenirs et intentent des procès à leur thérapeute pour faute professionnelle. Un tel cas fut réglé en échange d'une somme considérable au Texas cette année. Une assurance pour les risques professionnels des psychologues cliniciens en Californie a récemment triplé ses primes sans explications; cela amène à penser qu'elle envisage une augmentation du nombre de procès accusant des psychologues d'avoir créé un FMS.

ET MAINTENANT, UN MOT À PROPOS DU FUTUR

Des femmes qui reviennent sur leurs plaintes pour abus sexuel peuvent le faire spontanément quand elles déménagent et perdent le contact avec leur thérapeute et leur groupe de soutien. Sans le "soutien positif" des autres pour encourager le développement de faux souvenirs et leur entretien, certaines femmes se mettent à douter de la véracité de ce qu'elles avaient cru vrai tandis d'autres se sont rétractées complètement. Ces "rétracteurs" ont une influence profonde pour amener des femmes avec un FMS actif à réévaluer leur situation. Alors que les patients FMS apprennent dans leur culture FMS à rejeter la critique comme venant des "perpétrateurs" ou de ceux qui les défendent, la parole d'une femme qui dit qu'elle est en train de guérir du FMS est plus facilement entendue. Bien que particulièrement influente parmi les conseillers familiaux et les travailleurs sociaux, la RMT a affecté les pratiques de quelques psychologues diplômés et de quelques psychiatres. On utilise la RMT dans des "unités de maladies dissociatives" dans certains hôpitaux psychiatriques. Ces activités ont continué sans être réellement contestées jusqu'à tout récemment, et nombre de ces unités ont été les vaches à lait d'hôpitaux en difficulté financière par suite des restrictions de l'assistance publique américaine. Cependant, il y a une large sous culture FMS composée de femmes convaincues que leurs "souvenirs retrouvés" sont vrais, de thérapeutes qui continuent à pratiquer la RMT et d'auteurs sur le circuit de conférences sur la "guérison". La contestation désavouant la RMT est contrée par une réplique émotionnelle affirmant que ces critiques sont l'avant-garde des "perpétrateurs" et dont "certains disent que l'Holocauste n'a pas eu lieu". La RMT peut éventuellement disparaître, mais pas le mois prochain.

CET ARTICLE est une version corrigée d'un article publié cette année dans le Skeptic Magazine. L'auteur est psychiatre à Encino (Californie) et fait partie du Comité Scientifique Consultatif de la Fondation du Syndrome de la Fausse Mémoire à Philadelphie. Voici la traduction d'un article très éclairant de John Hochman sur le Syndrome de la Fausse Mémoire (FMS). Vous avez constaté qu'il incrimine surtout certains thérapeutes et fait d'eux la cause unique des phénomènes de fausse mémoire. C'est un peu normal, puisqu'il est écrit par un psy qui s'adresse d'une certaine manière à ses confrères après avoir constaté leurs déviances. En tant que psy, il n'est pas fondé de parler de sectes, ce n'est plus son domaine d'expertise. A l’AEFCAS on peut donc avoir une autre approche du phénomène FMS (ou, pour être plus précis, du FMS de nos enfants) :

1) une thérapie abusive, comme décrite dans l'article ci-dessus.
2) l'embrigadement dans une secte qui se sert des techniques de RMT ou d'autres techniques régressives pour amener la coupure avec la famille.
3) une lecture mal digérée d'un ou plusieurs de ces livres de pseudo-psychologie qui traînent sur le marché
4) autre chose (il faut toujours laisser la question ouverte)
5) sans oublier la combinaison d'une ou plusieurs des possibilités précédentes.

Je vois que pour nos enfants, ils sont eux-mêmes leur propre groupe de soutien qui auto-alimente leurs griefs. Ainsi, il peut suffire que l'un d'eux dévie vers un FMS et que les autres le suivent, pour constituer un bloc inattaquable.

2) Psychosectarisme


Comme un corps vivant, notre société produit ses anti-corps lorsqu'elle est agressée . Le développement effréné du psycho-sectarisme en France a amené à la création d’une nouvelle association de prévention contre ce phénomène en 2002 :

C.I.P.P.A.D

Centre d’Information et de Prévention sur les Psychothérapies Abusives et Déviantes

Groupe MILON - 6 rue de la Roirie

49500 SEGRE

tél. 02-41-61-38-52

E-mail : cippad@unimedia.fr
Les travaux du CIPPAD portent  surtout sur:

            - Les techniques psy utilisées.
            - Les formations.
            - Les centres de formations.
            - Certains messagers NEW AGE et leurs disciples  thérapeutes.
            - La banalisation de l'hypnose et ses avatars.
            - La profession de psychothérapeute.
            - Médecines douces , médecine parallèle , et récupération.
            - Médecines douces : publicités, soutiens  et intérêts économiques.

Le CIPPAD propose son aide aux victimes de psychothérapies déviantes.


Témoignage

Fin 1997, notre couple a connu deux drames en l’espace de deux mois. Mon épouse était enceinte de cinq mois et perdit son bébé au court d’une maladie rare qui s’est déclenchée de façon foudroyante. La maman s’en est sortie de justesse. Deux mois après, alors que nous nous remettions de ce drame , nous avons eu un très grave accident de la route dans lequel nous n’étions pas responsables. Nous eûmes de multiples fractures, et malgré tous nos problèmes, nous étions restés soudés et solidaires.

Deux ans plus tard, nos douleurs persistaient malgré de nombreuses séances chez le kiné, et cure de thalasso. On nous conseilla une ostéopathe . Lors des premières séances, celle ci nous posa des questions, nous trouva tendus et nous conseilla une psychothérapeute, sophrologue pratiquant le rebirth pour nous relaxer. Nous nous rendîmes à tour de rôle chez cette praticienne qui, au terme du premier entretien, nous affirma que tous nos soucis nous avaient été provoqués, elle avait selon elle, des dons de voyance …Son associé géobiologiste-radiesthésiste était en mesure de déceler le responsable. Fragilisés par tous nos problèmes , nous avons fait venir ce personnage à la maison puis je suis allé à trois reprises faire des séances chez cette sophrologue. Ces séances sur fond musical et à base d’hyperventilation étaient fort désagréables et son discours loufoque, j’ai vite mis un terme à ses consultations. Cependant, mon épouse adhéra et fit une thérapie de 18 mois. Au terme d’une séance de rebirth, elle m’annonça qu’elle voulait divorcer. Je remarquais aussi un changement dans son comportement, elle se transformait en petite fille . Une autre fois, elle revint à la maison en me disant qu’elle avait vu Jésus chez sa psy et qu’il allait l’aider à trouver du travail, puis une autre fois c’étaient deux enfants avec une forte lumière au milieu… Ensuite elle voulait que toute ma famille , à la demande de sa psy, fasse une thérapie de groupe… Plus elle allait chez sa psy, plus elle se détachait de notre couple. Elle avait besoin de sa psy qui était la seule à la comprendre et a lui faire des compliments. Cette sophrologue-voyante demanda à mes parents de s’écarter de notre couple. Mon épouse avait acheté une boite de FENG SHUI et se mettait à faire brûler de l’encens à la maison…

18 mois plus tard, ma femme prépara son départ avec notre enfant pour aller vivre à 300 km du domicile conjugal et depuis, nous sommes en procédure de divorce. Je fis mener une enquête par un détective privé qui rapporta des éléments supplémentaires et s’amusa des dons de voyance de cette psy car pour lui aussi , à son histoire totalement inventée, cette psy avait détecté un responsable. Elle et son géobiologiste se renvoyaient leurs clients , qu’ils traitaient par du rebirth , du désenvoutement, des prescription de DHEA, mèches de cheveux coupées, prières, lectures théosophiques, cris , pleurs, chat percevant des ondes négatives, alchimie  ETC…
1   2   3   4

similaire:

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconL'Espace éthique Île-de-France vous souhaite un très bel été !

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconAdresse personnelle
«Quelle réponse éthique à la crise économique et sociétale : Modèle mutualiste et coopératif et/ou modèle actionnarial», colloque...

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconContradiction du sport, sante et ethique 5

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconContribution de l’Espace de réflexion éthique de la Région Alsace (ereral)

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconLe Comité consultatif national d'éthique publie un avis sur les enjeux...
«Jusqu'où a-t-on le droit d'aller ?», traduit le Comité consultatif national d'éthique (ccne), qui présentait vendredi son dernier...

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconFormulaire de demande d’accession à Revues org

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconAdresse du profil d'acheteur (url) : https://megalisbretagne org

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconProjet cofinancé par le Fonds Européen de développement régional...
«Prévention, Promotion de la Santé Mentale», co-financée par le Fonds Européen de développement régional et les institutions partenaires...

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) iconÉthique des résultats et éthique des intentions

Et psycho-sectarisme Ce document a été supervisé par le Dr Gérard Dahan, président de la commission «Santé, Ethique, Idéologies» de la fecris (fecris org) et de l’Espace Ethique Méditerranéen (medethique org) icon«De l'Éthique sur l'Étiquette» Sciences de Gestion Thème : É
«Collectif Éthique sur l’étiquette», est une association qui agit en faveur du respect des droits humains au travail dans le monde...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com