Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain





télécharger 3.47 Mb.
titreDictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain
page1/39
date de publication09.02.2017
taille3.47 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > littérature > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   39


NICOLAU REI BÈTHVÉDER

DICTIONNAIRE FRANÇAIS OCCITAN

(GASCON TOULOUSAIN)

dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain

GERS – HAUTE-GARONNE – TARN-ET-GARONNE

INSTITUT D’ESTUDIS OCCITANS

2004. ISBN : 2-85910-338-4

L'Institut d'Estudis Occitans de Hauta-Garona (I.E.O.31) trabalha a generalizar l'ofèrta deus corses endeus adultes, ende respóner a una demanda que creish fòrtament. Les utisses pedagogics mancan ende l'ensenhament de l'occitan, e particularament ende’u deu gascon. Per aquestas passas, l'IEO 31 aculhís ambe grand interès le Diccionari Francés - Occitan (Gascon Tolosan) de Nicolau Rei Bèthvéder, e participa ambe estrambòrd a la siva edicion, solide deu succès que rencontrarà. Per l'IEO 31, Joan Pau Becvòrt, Director.

A Estève e Guilhèm

Prefaci

Nòsta lenga occitana, que son domeni istoric s’espandís sur trenta un departaments de la Republica francesa, a la Val d’Aran dins l’Estat espanhòl e dins onze vals alpinas de la Republica italiana, es una « lenga descentralizada ». I a pas d’un costat l’occitan e de l’aute le patoès de la Gasconha tolosana. Tota fòrma locala de la lenga d’òc es bona e respectabla e tot es occitan. Es una lenga a despart deu francés, de l’espanhòl e de l’italian, mès plan vesia deu catalan. Es una lenga neolatina autonòma.

L’occitan gascon, parlat peus vièlhs e après peus joens de la Gasconha tolosana, es una fòrma de lenga autan bona coma totas las autas fòrmas d’occitan parlat capvath nòsta granda Occitània, de Bordèu a Niça e de la Val d’Aran au nòrd de Lemòtges e de Clarmont-Ferrand.

E donc, Nicolau Rei Bèthvéder a metut dins aqueste diccionari :

● d’una part les mots de l’occitan local, dambe la fòrma gascona qu’an dins aquera region de la Gasconha tolosana :

le château, le castèth (occitan estandard ‘lo castèl’),

la femme, la hemna (occitan estandard ‘la femna’),

le fils, la fille, le hilh, la hilha (occitan estandard ‘lo filh, la filha’),

souffler, bohar (occitan estandard ‘bufar’) ;

● d’auta part les mots de « l’occitan general » que, plan soent, son les medishes d’un cap a l’aute de las tèrras occitanas, e que son les mèi nombroses :

les jumeaux, les bessons,

la table, la taula,

la terre, la tèrra.

I a metut tanben tèrmes sabents e recents deu lengatge tecnic e scientific ; de sigur tota aquera terminologia es identica quina que siá la fòrma locala de l’occitan :

la fusée, la fusada,

la gas-oil, gasòli,

l’ordinateur, l’ordinator,

le pluviomètre, le pluviomètre.

Nicolau Rei Bèthvéder a perfeitament rason de hèr foncionar l’occitan de la Gasconha tolosana coma una lenga viua ; e la caracteristica de tota lenga viua es de se permèter de ‘fargar’ (coma se ditz en occitan lengadocian) totes les mots novèls que cau, ende póder « parlar de tot ». Nòste joen pedagògue-lexicografe se’n priva pas ; emèi solide qu’aqueste serà le prumèr diccionari occitan a portar tèrmes coma le nèm (francés le nem, mot d’origina vietnamiana, emplegat dempèi 1980), le tagaire (francés le tagueur), le tagine (francés le tagine, mot d’origina araba, atestat peu prumèr còp en 1903). De tot aquò, les paisans de l’Isla de Baish, Samatan o Lombèrs, ne parlauan pas e se l’occitan diuèua pas èster auta causa que le parlar rural d’aqueras personas, aurén pas le dret de figurar dins aqueste obratge. Mès, qu’es aquò un diccionari occitan que se publica a l’epòca que venguen de s’apilar las tors bessonas de Man·hattan ? N’i pòt àuger de mèi d’una mena.

I a obratges lexicografics occitans que son « diccionaris-musèus » : coma dins un musèu etnografic, s’i tròban pas que les mots que designan las causas de la vita vitanta de la civilizacion preindustriala deu sègle XIX e deu començament deu sègle XX ; son en grafia sucursalista francesa (la mountagno au lòc de la « grafia normala » la montanha). N’i a d’autes que son « diccionaris-obradors » : coma dins un obrador de menusèr on trobatz les martèths, las ressègas, las garlòpas, las raspas, las planas, las traucaderas e totes les utisses electrics necessaris ende fabricar mòbles, dins les diccionaris d’aquera mena trobatz les mots necessaris ende póder exprimir en lenga occitana las realitats de la vita que menam en aqueste començament de tresen millenari. Naturalament, le diccionari de Nicolau Rei Bèthvéder es de la segonda mena. E es çò que ne hè le grand interès pedagogic.

Coma dins tot diccionari, quitament le mèi bèth, « totes les mots » i son pas : aquò rai. L’essencial es qu’ací se tròba una dobla orientacion : d’una part, acceptar tota la riquesa lexicala deus occitanoparlants naturals (victimas d’aquera « vergonha lingüistica » que s’apèra la diglossia mès depositaris inconscients d’un tresaur d’una valor inestimabla : un vocabulari precís, abondós e pintoresc ende designar las realitats de las gents de la campanha) ; d’auta part, « gausar » botar en circulacion una brava partida de la terminologia novèla necessària ende póder parlar de las causas de la vita modèrna. Nòsta vièlha lenga occitana pòt foncionar atau coma una de las lengas de cultura de l’Euròpa actuala.
Jacme Taupiac,le 21 de mai de 2002,

membre de l’Institut d’Estudis Occitans.

Sans le lexique de 2000 mots du Savès et la relecture attentive de Mathias Van Den Bossche, sans l’active collaboration de Jacme Taupiac, ce travail n’aurait pas pu se faire. Que soient également remerciés Margot Andriès, Michel Grosclaude, Didier Hue, Pierre Lasserre, Patric Lasseube, Vincent Rivière.

Présentation du dictionnaire français - occitan (gascon toulousain)
Ce petit dictionnaire contient des mots des cantons de L’Isle-en-Dodon, L’Isle-Jourdain, Lombez, Rieumes, Samatan, Saint-Lys. Il convient aussi pour les cantons de Cadours, Carbonne, Colomiers, Le Fousseret, Léguevin, Muret et en grande partie pour le Fezensaguet et la Lomagne.

Le parler occitan de l’Ouest toulousain est gascon, avec des influences marquées venues de Toulouse, qui est encore « la ville », où on travaille et où on fait du commerce. La Gascogne toulousaine, telle que nous l’entendons, c’est un espace linguistique où cohabite l’article toulousain le et le H gascon.
Phonétique

Les caractéristiques les plus importantes du dialecte gascon sont présentes:

F > h : FEMINA (latin) > hemna [hénno], femme.

-LLU > -th : ILLU > eth [ét], lui. -LL- > -r- : ILLA > era [éro], elle.

Métathèse du -R : CAPRA > craba [krabo], chèvre.

-MB, ND > -m, n : COLUMBA > colom,a [kouloum,o], colombe. VENDERE > véner [béné], vendre.

-B et -V > -w : FABA > hava [hawo], fève.

Pourtant, il manque trois points importants (deux seulement pour le Savès) :

Le développement de l’ar- prosthétique, devant les mots qui commencent en r. Par exemple rat se dit [rrat]. Pourtant, cet état de la langue doit être le résultat d’une régression. On trouve encore des mots comme arnegar ou arnelh qui attestent d’une prononciation ancienne en arr-. Il y a aussi des noms de ferme comme Les Arramons, L'Arrodèr (commune de Lias, canton de l’Isle-Jourdain) qui vont dans le même sens. Cette régression doit être due à la proximité de Toulouse, qui propage des influences languedociennes dans cette terre gasconne.

L'emploi des particules énonciatives n’est pas obligatoire, et sert d’abord à renforcer l’énoncé, comme cela se fait en espagnol par exemple. Il semble que cette particularité du gascon soit née dans la montagne et ne se soit pas diffusée en Gascogne toulousaine.

La chute du N intervocalique, qui est une des spécificités du gascon central, n’existe pas dans le parler gascon toulousain. Nous avons donc ‘harina’ [harino] (farine) au lieu de ‘haria’ [hariyo]. Cependant, il existe encore quelques mots où le N est tombé ‘molièr, posoèra’ (meunier, sorcière). Cela prouve bien qu’il y a eu un recul du phénomène de la chute du N intervocalique dans la langue actuelle. Cette particularité est toujours présente dans le Savès originel (cantons de Lombez, Samatan, L’Isle-en-Dodon) et on retrouve donc ‘haria’ [hariyo] (farine). Quand nous parlerons de Savès par la suite, il s’agira toujours de ces trois cantons qui formaient d’ailleurs l’ancien diocèse de Lombez.
Petite grammaire du gascon toulousain


1- L’alphabet (Il y a 23 lettres. Les lettres féminines sont écrites en gras, la prononciation est entre les crochets)

A [a], B [bé], C [sé], D [dé], E [é], F [èfo], G [jé], H [atcho], I [i], J [ji], L [èllo], M [èmmo], N [ènno], O [ou], P [pé], Q [cu], R [èrro], S [èsso], T [té], U [u / eu en Savès], V [bé], X [itso], Z [izèdo].

k, w, y s’emploient pour les noms étrangers, ex : Un veire de whisky, (un verre de whisky).

Pour distinguer B / V, on dira B de Bordèu / V de Valença ou B de Buòu / V de vaca ou B de haut / V de baish.

2-Prononciation (Dans ce paragraphe l’accent tonique est en gras pour la prononciation figurée de l’exemple).

En occitan de la Gascogne toulousaine toutes les lettres se disent sauf quand c’est indiqué dans cette partie.

a) voyelles.

-A ou AS (pluriel) en fin de mot se prononcent o / os quand le mot a plus de deux syllabes. Ex : La rota [la rrouto], la route. Las lengas [laï lénngos], les langues.

-AN de la 3è pers. du pluriel fait on. Ex : Ocupan [oukupon], ils occupent.

-A fait a dans tous les autres cas. Ex : A [a], il a. Casse [kassé], chêne.

-À accent grave, fait toujours a. Ex : Mamà [mama], maman.

-Á, accent aigu fait o tonique. Ex : batiá [batiyo], il battait. Á, inexistant en Savès, se trouve dans la conjugaison.

-E et É font é. Ex : Comengés [kouménnjés], commingeois. Petit [pétit], petit.

-È fait è comme en français. Ex : Murèth [murèt], Muret.

-I et Í font toujours i. Ex : Ací [assi], ici. Triste [tristé], triste.

-O et Ó se prononcent ou. Ex : Tolosa [toulouzo], Toulouse. Cangoró [kangourou], kangourou.

-Ò fait o. Ex : Tròp [trop], trop.

-U fait u comme en français sauf dans les diphtongues. Ex : Urosa [urouzo], heureuse. Dans le Savès le U se prononce comme un eu français ou le ö allemand. Ex : Buc [beuk], ruche.

b) Les diphtongues.

-AI fait . Ex : Mai [maï], mai.

-AU fait aou / aw. Ex : Atau [ataou], ainsi. AUB suivi d’une voyelle faitsouvent w. Ex : Praube [prawé], pauvre.

-ÈA fin de mot fait èyo. Ex : Purèa [purèyo], purée.

-EI fait éï. Ex : Rei [rréï], roi.

-EU fait éou / éw. Ex : Peu [péou], cheveux.

-ÈU fait èou / èw. Ex : Mèu [mèou], miel.

-IU fait iou / iw. Ex : Adiu [adiou], bonjour / au revoir.

-OI fait ouille. Ex : Poirir [pouill’ri], pourrir.

-ÒI fait . Ex : petòi [pétoï], putois.

-ÒU fait o ou selon les endroits oou / ow. Ex : Vòu [bo / boou], il veut.

-UA fin de mot fait uyo. Ex : Ua pua [uyo puyo], une pointe (de fourche).

-Dans les triphtongues toutes les lettres se prononcent.

c) Les consonnes.

-BL fait pl. Ex :Coble [kouplé], couple.

-CH fait ch et plus rarement tch. Ex : Chivau [chibaou], cheval. Chò [tcho], oui.

-GN se prononce nn. Ex : Digne [dinné], digne

-H se prononce comme le h anglais ou allemand en l’aspirant. Ex : Hèr [hè], faire. Dans la plaine de la Garonne surtout, le H gascon a de plus en plus tendance à ne pas se prononcer comme en français.

-ISH (SH en début de mot) font le ch français. Ex : Peish [péch], poisson. Shiular [chioula], siffler.

-LH ressemble à ly, cf. ll espagnole ou un peu comme dans le mot ‘paille’ en français. Ex : Palha, [palyo], paille.

-M en fin de mot se prononce comme un n dur. Ex : Aimam [aïmann], nous aimons.

-MN se prononce nn. Ex : Hemna [hénno], femme.

-NH se prononce comme le gn français. Ex : Nhac [gnak], morsure.

-N se prononce n, comme en espagnol. Ex : Pan [pann], pain. Dans le Savès le N final se prononce ng comme dans l’anglais ‘thing’. Ex : Pan [pang]

Quand N est en finale, et qu’il est suivi d’un S du pluriel, NS se prononce s. Ex : Dus pans [dus pas], deux pains.

-R se prononce rr (roulé fort), comme en espagnol : au commencement des mots, quand il s’écrit RR, après le N et L. Ex : Rason [rrazoun] , raison ; Arribar [arriba], arriver ; Enraucar [énrraouka] , enrouer ; Parlar [parrla], parler.

Le R se prononce r (roulé faible), comme en espagnol, quand il est entre deux voyelles.

Le R final ne se prononce pas. Ex : Aperar [apéra], appeler.

-RN en fin de mot fait r. Ex : Totjorn [toudjourr], toujours.

-RS fait généralement ss. Ex : Traversar [trawéssa], traverser.

-SN, SL font nn et ll. Ex : Disnar [dinna], déjeuner. Isla [illo], île.

-TG, suivi d’une voyelle, fait dj. Ex : Imatge [imadjé], image.

-TH fait t. Ex : Rastèth [rrastèt], râteau.

-TL, TM, TN font ll, mm et nn. Ex : Ròtle [rollé], rôle. Setmana [semmano], semaine. Pitnar [pinna], gambader.

-V fait b. Entre deux voyelles il fait souvent le w anglais. Si le mot est d’origine récente, ou si c’est un emprunt au languedocien, ou si enfin le mot est composé à partir de plusieurs mots, il garde sa sonorité en b. Ex : Vila [bilo], ville. Avèva [awèwo], il avait. Avion [abioun], avion. Novèla [noubèlo], nouvelle. Devath [débat], dessous.

-X fait ts. Ex : Alexandre [alétsanndré], Alexandre.

-Les autres lettres sont comme en français.

d) Mots dont la prononciation s’éloigne de son orthographe: Ces mots sont fort rares. Voir dans le dictionnaire où la prononciation est toujours marquée pour ces exceptions.

e) Point intérieur : On met un point à l’intérieur d’un mot, entre le N ou le S et le H, quand on veut garder la prononciation propre du H gascon. Cela permet d’éviter les prononciations fautives NH (gn) ou SH (ch). Nous avons ainsi : in·hèrn, des·hèita qui se prononcent [innhèrr] et [déshèito] et non pas ignèrr et déchèïto.
3-L’accent tonique (N.B. : Dans ce passage l’accent tonique est marqué en gras pour les mots gascons)

En occitan, comme en espagnol, anglais et allemand, quand un mot a plus de 2 syllabes, l’une d’elles porte l’accent tonique. La syllabe tonique est la partie du mot sur laquelle la voix force.

a) Accents toniques non écrits.

RÈGLE 1 : Quand un mot est terminé par une voyelle, une voyelle suivie d’un S, ou par le N d’un verbe à la 3e personne du pluriel, l’accent tonique est sur l’avant dernière syllabe. Ex : Gascona (Gasconne), Gasconas (Gasconnes), Cantan (Ils chantent).

RÈGLE 2 : Quand un mot est terminé par une consonne ou d’une consonne + S (autre que le N de la 3e personne du pluriel d’un verbe), l’accent tonique est sur la dernière syllabe. Ex : Gascon (Gascon), Gascons (Gascons), Cantam (Nous chantons).

RÈGLE 3 : Quand un mot est terminé par une diphtongue (c’est-à-dire deux voyelles), l’accent tonique porte sur la première des deux voyelles. Ex : Riu (Rivière), Economias (Économies), Sau (Sel).

b) Accents toniques écrits

Quand un mot porte un accent écrit (grave ou aigu), l’accent tonique se trouve toujours sur la syllabe avec l’accent graphique. Accents écrits existant en gascon toulousain : à, é, è, í, ó, ò, ú, á (sauf dans la vallée de la Save pour cette dernière).

-Mots qui n’obéissent pas à la règle 1 : Ils ont l’accent tonique sur la dernière syllabe. Ex : Portugués, Cafè, Cantarà, Ací, Tabó, Aquò, Dessús (Portugais, café, il chantera, ici, tabou, cela, dessus).

-Mots qui n’obéissent pas à la règle 2 : Ils ont l’accent tonique sur l’avant dernière syllabe. Ex : Màger, Mílhor, Léser, Nèisher, Tóner, Júnher (Majeur, meilleur, loisir, naître, tondre, joindre).

-Mots qui n’obéissent pas à la règle 3 : Ils ont l’accent tonique sur la syllabe avant la diphtongue. Ex : Macedònia, Gràcia, Resisténcia, Acadèmia, Polícia, Anóncia (Macédoine, grâce, résistance, académie, police, il annonce).
4- L’apostrophe : Comme en français (sauf devant le H). Ex : l’escòla, la hemna. l’òme, l’istòria d’Occitania. (l’école, la femme, l’homme, l’histoire d’Occitanie)
5- Formation du féminin

a) La règle générale : On ajoute un A à la fin du mot masculin : Verd, verda (Vert, verte).

b) Les mots terminés par P, T, C au masculin donnent souvent BA, DA, GA au féminin. Ex : c, pèga. Mainat, mainada. Lop, loba (Niais, niaise. Enfant. Loup, louve).

c) Les mots masculins terminés par IU, AU donnent IVA, AVA ou ALA au féminin. Ex : Tardiu, tardiva (Tardif, tardive). Nau, nava (Neuf, neuve) Reiau, reiala (Royal, royale).

d) Pour les mots masculins terminés par E, on le remplace par un A : Liure, liura (Libre).

e) Les mots terminés par TH au masculin font RA au féminin. Ex : Anhèth, Anhèra (Agneau, agnelle).

f) Il existe des noms communs irréguliers. Ex : Taure, vaca (Taureau, vache), etc...
6- Formation du pluriel

a) La règle générale : On ajoute un S à la fin du mot singulier. Ex : Blanc, blancs...

b) On ajoute ES pour les mots terminés par EISH, ST, TZ, Ç. Ex : Peish, peishes (poissons). Prèst, prèstes (prêts). Votz, votzes (voix). Braç, braces (bras) -Attention, remarquez que la cédille disparaît.

c) Pour les mots terminés en SC > SQUES. Ex : Disc, Disques (disque, disques).

d) Pour les mots terminés en TH > RES. Ex: aqueth, aqueres (ce, ces). Il existe aussi le régulier‘aqueths

e) On ajoute ES ou SES pour les mots terminés par S. Ex : Pas, passes. Mes, meses. Anglés, angleses (Attention, l’accent graphique disparaît).
7- Les suffixes

A) Les diminutifs : ET,A : Un gatet (Un joli petit chat, avec souvent une nuance affectueuse). ÒT,A : Un gatòt (Un petit chat de rien du tout, avec souvent une nuance péjorative). ON,A : Un gaton (Un petit chat, un chaton).

B) Les augmentatifs : ÀS / ASSA. Ce suffixe a une nuance péjorative : Un gatàs (Un chat gros et vilain).

C) Les collectifs péjoratifs : ALHA. Ex : La gatalha (L’ensemble, désagréable, des chats).

D) Les fréquentatifs : EJAR. Suffixe qui se rajoute au radical d’un verbe et qui indique une action faite, généralement répétée. Il a parfois une nuance péjorative. Ex : passejar (promener), quequejar (bégayer)

-Remarque : On peut cumuler les suffixes. Ex : Un gatonet (Un tout petit chat), Un gatonàs (Un vilain petit chat). Il existe bien d’autres suffixes encore.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   39

similaire:

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconIntitulé
«terre», qu’il s’agit d’une «étendue de pays qui ressortit à une autorité ou à une juridiction quelconque». Plus d’un siècle après,...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconLa limite Nord/Sud et ses limites
«nord-sud : un programme de survie» (voir document joint), on trouve également une représentation de ce clivage : la première carte...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconLes caractéristiques générales de la Bretagne
«Blanc et Noir» en breton. Quatre bandes blanches symbolisent les pays de langue bretonne et cinq autres bandes noires symbolisent...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconUn modèle de développement économique innovant !
«voir» en lingala, langue Bantu la plus parlée en Afrique centrale. Mona est une lampe solaire portable d’intérieure mise au point...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconCherche dans un dictionnaire de quel pays vient ce drapeau

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconManuel Hachette 2008 : p 200 à 253
«pays émergents» voisins de l’Asie du Sud-Est tels que : les Philippines, le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie ou la Thaïlande, débordant...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconComment aménage-t-on une région avec une démographie de pays du Sud,...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconLeçon 2 : la nouvelle économie monde
«1ère année où, en masse, l’augmentation du commerce a été plus important selon l’axe Nord/Sud que l’axe Nord/Nord.» (p. 47)

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconAnnée universitaire 2013/2014
«Forces nouvelles» occupe progressivement la moitié nord du pays, le coupant ainsi en deux zones géographiques distinctes : le sud...

Dictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet, Lomagne, Muretain, Savès & Pays Toulousain iconListe des manuels des bts 1 de Commerce international
«pocket» ou de dictionnaire type "Business English" mais un dictionnaire plus complet, comme par exemple le Paperback Oxford English...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com