Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h)





télécharger 85.33 Kb.
titrePartie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h)
page1/3
date de publication04.07.2017
taille85.33 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
Partie 3 : L’Europe et son expansion au XIXe siècle (16 à 18 h)
IO : L’étude de l’âge industriel doit permettre de sensibiliser les élèves à l’importance des évolutions économiques et sociales en reliant ces évolutions aux transformations scientifiques et techniques.

Le partage du monde permet d’élargir les horizons de l’Europe à l’ensemble du monde : cette étude peut être l’occasion de présenter des civilisations africaines ou asiatiques.
1. L’âge industriel

On aborde l’âge industriel à partir de cas concrets : une entreprise par exemple (implantation, étapes de sa croissance et de sa diversification, mode d’organisation, modes de vie de ses ouvriers, de son personnel d’encadrement et des patrons, rapports sociaux).

On dégage ensuite les traits majeurs du phénomène industriel en s’appuyant sur des cartes, une chronologie des inventions et un tableau de l’évolution de la population active.

Les principaux courants d’idées politiques, les grands mouvements sociaux, les grands traits de l’évolution culturelle et artistique sont mis en évidence à partir de quelques exemples significatifs.

2. Les mouvements libéraux et nationaux

À partir d’une carte, les mouvements libéraux et nationaux sont présentés comme les épisodes de la lutte qui oppose l’Europe traditionaliste restaurée en 1815 aux aspirations nouvelles des peuples léguées par la période révolutionnaire. Pour le montrer, on prend pour exemples les révolutions de 1848, les unités nationales en Italie et en Allemagne.

3. Le partage du monde

La comparaison de cartes du monde en 1815 et en 1914 permet de mettre en évidence le phénomène colonial, sans entrer dans les détails chronologiques mais en évoquant les multiples raisons qui rendent compte de l’expansion mondiale des puissances industrielles, les formes diverses de cette expansion et les tensions internationales qu’elle suscite.

4. La France de 1815 à 1914

La succession des régimes au cours de cette période manifeste la difficulté de parvenir à une stabilité politique jusqu’à l’enracinement de la IIIe République malgré les crises violentes qui ont marqué ses origines.
Cartes : l’Europe industrielle à la fin du XIXe siècle ; États et nations en Europe en 1914 ; les empires coloniaux en 1914.

Repères chronologiques : la machine de Watt (deuxième moitié du XVIIIe siècle) ; la monarchie constitutionnelle en France (1815-1848); les révolutions de 1830 ; les révolutions de 1848 ; la Seconde République (1848-1852) ; le Second Empire (1852-1870); l’inauguration du canal de Suez (1869) ; proclamation de la République (4 septembre 1870) ; La Commune (1871) ; Rome, capitale de l’Italie (1870) ; proclamation de l’Empire allemand (1871) ; Pasteur : découverte du vaccin contre la rage (1885) ; l’Affaire Dreyfus (1898) ; exposition universelle à Paris (1900) ; la Ford modèle T (début du XXe siècle).

•Documents : une locomotive à vapeur ; Delacroix : La Liberté guidant le peuple ; extraits du Manifeste du parti communiste ; Victor Hugo: extraits des Châtiments et des Misérables ; la loi sur la séparation de l’Église et de l’État (1905) ; Picasso : les Demoiselles d’Avignon.


Séquence 1 : L’âge industriel
Problématique : Comment le développement industriel a-t-il bouleversé l’économie et la société du XIX è siècle ?
Définition de l’âge industriel en conclusion de la séquence 1
Introduction : PP interactif sur l’exposition universelle. Permet de mettre en place les changements dus aux nouvelles techniques.
I – La naissance de l’industrie moderne
A – Le Creusot, un grand centre industriel
Pbtique : Pourquoi Le Creusot est-il l’exemple des évolutions techniques qui ont animées le XIXe siècle ?

Présentation : Le Creusot n’est qu’un gros bourg rural de Saône-et-Loire lorsqu’Eugène Schneider et son frère y rachètent, en 1836, une ancienne fonderie royale. En quelques années, cette ville devient l’un des tout premiers centres métallurgiques du monde où travaillent plus de 16 000 personnes. Pendant plus d’un siècle, la dynastie Schneider marque de son empreinte la cité où elle construit des logements, des écoles et des hôpitaux pour les ouvriers dont on attend reconnaissance et travail.
1 – Une entreprise qui s’agrandit

(jpg)http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/bourgogne/docbourg/diapocreusot/vue1.jpg






2 : La ville et les usines du Creusot en 1847 (Aquarelle)

1 : Vue de la fonderie royale du Creusot, fin du XVIIIe siècle.

http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/bourgogne/docbourg/diapocreusot/vue3.jpg


1 . Quelle évolution remarques-tu en termes de superficie ?

2. Quel élément marque de plus en plus le paysage au fil des années ?

3 . Qu’en déduis-tu sur le dynamisme industriel du Creusot au cours du XIXè siècle ?


3 : Carte postale, Le Creusot, années 1920

TE : L’usine devient un élément constitutif du paysage européen au XIXè siècle. Cette concentration de l’activité industrielle en certains lieux donne naissance aux « pays noirs » caractérisés par la présence de vastes bâtiments de briques surmontés de hautes cheminées et enveloppées de fumées.

2 – Des techniques de plus en plus performantes, vers l’essor d’une industrie.
Etude du doc 3 p 120 + doc 2 p 120 (extrait du « Tour de France de deux enfants »)
marteau-pilon vapeur, devenu emblème de la ville du Creusot

NB : Le marteau-pilon à vapeur, d'une puissance de 100 tonnes, installé aujourd'hui à l'entrée du Creusot, est devenu l'emblème de la ville. C'est un ingénieur bourguignon, François Bourdon, qui est à l'origine de cette machine. Le premier brevet fut déposé en 1841. Le marteau-pilon répondait aux nouveaux besoins de forgeage de pièces de grande dimension (arbres à hélice, plaques de blindage…). Malgré sa masse (30 mètres de hauteur, 8 mètres de fondation en sous-sol !) cet engin était d'une très grande précision. Autour du pilon, installé dans une halle de grande dimension, étaient disposés quatre fours à réchauffer desservis par des grues à vapeur comme celle visible au premier plan. Le travail des forgerons, on peut le constater, restait très physique et particulièrement dangereux.











Questions

1 – Quelle est la fonction de ce marteau pilon (doc 2) ?

2 – Qu’est ce qui permet de dire, d’après le texte, que le Creusot cherche des innovations pour produire mieux et plus vite ?
Rappel du pp interactif sur l’exposition universelle. Faire le lien avec la galerie des machines et l’exposition de toutes les nouvelles techniques.

TE : Les machines sont au cœur du développement industriel du XIXe s. Elles viennent concurrencer le travail manuel et permettent d’augmenter la productivité. C’est le développement de la mécanisation*.
Mécanisation : remplacement du travail manuel par des machines.
B – La transformation des sociétés
Pbtique : Quels changements touchent les européens au siècle de l’industrialisation ?
1 – Le triomphe de la bourgeoisie
Pbtique : Quel est le mode de vie des bourgeois ?

- Comment peut-on qualifier cet intérieur ? intérieur bourgeois [50%]

- Comment sont habillés les hommes ? Les femmes ?

- Que font-ils ?

- Combien y a-t-il d’enfants ?
Voir la fiche d’activité, en comparaison avec un intérieur ouvrier


Le travail, une valeur bourgeoise

« Toute la vie consiste à savoir travailler pendant de longues heures et à se distraire de loin en loin, toujours honorablement. Si je me laissais entraîner à me balader, nous serions bien vite réduits à zéro (...). Mon cher fils, nous avons toujours connu le travail. Nos grands-parents ont toujours été dans les affaires. Notre père a travaillé et moi-même je travaille beaucoup (...). Trois fois au moins par semaine, je suis à l’usine à cinq heures et demie du matin. Il est vrai que je la quitte le soir à sept heures et demie et que je me couche à neuf heures et quart. »
D’après Alfred Motte, patron de l’industrie textile à Roubaix (1827-1887), Lettre à ses enfants.
- Quel est la fierté d’Alfred Motte ?

- Montrez que le travail est une valeur sur laquelle se fondent les familles bourgeoises, en vous appuyant sur le texte.

- Montrez l’importance de la famille pour la bourgeoisie, au regard de ce texte ?

TE : Enrichie par l’essor industriel, la bourgeoisie devient la classe dominante. La bourgeoisie se diversifie : elle s’étend des financiers, proches de l’ancienne aristocratie, jusqu’aux classes moyennes. Petits et grands bourgeois partagent les mêmes valeurs : la volonté de réussir par l’instruction, le travail et l’épargne.

2 – La naissance du monde ouvrier
Pbtique : Quelle est la vie des ouvriers au siècle de l’industrialisation ?

- Comment peut-on qualifier cet intérieur, au regard de la décoration ? intérieur ouvrier [50%]

- Comment sont habillés les hommes ? Les femmes ?

- Que font-ils ?

- Combien y a-t-il d’enfants ?

Voir la fiche d’activité, en comparaison avec un intérieur bourgeois.


La vie d’un ouvrier de Pont-à-Mousson

« Mon père en sortant de l’armée*, était devenu manœuvre aux fonderies de Pont-à-Mousson. La plupart des gens du village de Maidières (Lorraine), où nous habitions, travaillaient eux aussi à l’usine (...). L’usine qui prospérait ne leur assurait pas de quoi vivre, malgré leurs journées de dix et même de douze heures de travail. Ils étaient entrés une fois pour toutes dans le monde des prolétaires de la grande industrie, en restant pour un quart paysans puisqu’il leur fallait, pour vivre un peu plus à l’aise, cultiver le dimanche (...). Il avait plus de soixante ans, il allait vers sa quarantième année de présence à l’usine (...). Quand il n’en pourrait plus, qu’il s’arrêterait de travailler, l’usine lui servirait une pension, dix sous par jour en ce temps, juste la valeur d’un litre de vin ou d’un paquet de tabac. »

Georges Navel, Souvenirs de ma vie d’enfant à Maidières-lès-Pont-à-Mousson, Paris, 1945.
* Au début du 20è siècle



- Quelle est la durée de travail moyenne d’un ouvrier ? 10-12 H

- Pourquoi cet ouvrier doit-il cultiver la terre le dimanche ? pour compenser son salaire très faible.

- Les salaires et les pensions de retraites apparaissent-ils suffisants pour nourrir une famille ? non

TE : L’industrialisation du 19è siècle donne naissance à un nouveau type d’ouvriers : ceux des usines et des mines. Le travail à l’usine et à la mine est très pénible. La faiblesse des salaires rend indispensable le travail de toute la famille, y compris des enfants dès leur plus jeune âge. La vie quotidienne est très difficile. En cas de chômage, l’ouvrier sombre dans la misère.

3 – Quels sont les rapports entre ces deux catégories sociales ?
Etude d’une affiche syndicale doc 5 p 145.  voir la fiche d’activité
NB : les ouvriers portent des moustaches sombres, tombantes qui accentuent le côté triste, sombre de leurs visages. Les bourgeois, eux, ont des moustaches claires et qui sont montantes, accentuant leur côté jovial.
TE : Les rapports entre la bourgeoisie et le monde ouvrier peuvent être conflictuels. Pour défendre leurs droits, les ouvriers usent de moyens de pressions sur leurs patrons, les bourgeois. Les grèves peuvent alors survenir, appuyées et organisées par les syndicats. Ces derniers ont pour but de défendre les ouvriers, en négociant avec les patrons, ou soutenant financièrement les grèves. Autorisées à partir du milieu du XIXè siècle, et de plus en plus nombreuses à partir de 1880, les grèves présentent des dangers importants (licenciement, pas de salaire pendant la grève...).

II – Les traits majeurs du phénomène industriel

Pbtique : Quelles transformations l’industrialisation de l’Europe a-t-elle entraînées ?
A – Les « Révolutions industrielles » du XIX ème siècle
Pbtique : Pourquoi parle-t-on de « révolutions industrielles » ?
A partir de la carte, réponds aux questions suivantes :


  1. Dans quels pays a commencé la révolution industrielle ? Où se diffuse-t-elle au milieu du XIX è siècle ?

  2. Sur quelles productions repose le développement industriel ?

  3. Quelle partie de l’Europe semble la plus faiblement industrialisée à la fin du XIXè siècle ?


carte europe industrielle fin xixe s

Rappel sur le pp de l’exposition universelle : Lors de l’exposition universelle de 1900, une innovation importante concernait un des palais. Laquelle ? (l’électricité).
TE : A la fin du XVIII ème siècle en Angleterre, la demande de produits fabriqués s’accroît, car la population augmente et les revenus s’élèvent. L’outil artisanal ne suffit plus à un moment où il faut produire plus et plus vite. En 1769, James Watt améliore la machine à vapeur, ce qui fut un pas décisif. La sidérurgie (nécessitant des minerais) et l’industrie textile prennent un nouvel élan avec cette invention. L’expression « révolution industrielle » désigne l’ensemble de ces évolutions. Dans les années 1880, s’amorce la deuxième « révolution industrielle » fondée sur le pétrole, l’électricité mais aussi de nouveaux secteurs comme la chimie et l’automobile.


B - L’essor des transports

g:\monet-gare-saint-lazare-1877.1195200872.jpg

Claude Monet, La Gare Saint-Lazare, 1877, musée d’Orsay.

(Voir les frères Lumières, entrée en gare de La Ciotat)
Symbole de la révolution industrielle naissante, le chemin de fer se développe en France à partir des années 1820. Longtemps considéré comme une curiosité, un " jouet " selon Thiers, il devient sous le Second Empire un nouveau, prodigieux, moyen de transport. Rapidement, la construction de voies ferrées et de gares remodèle le visage de Paris, au centre du réseau en étoile des six grandes compagnies. Cette formidable promesse de progrès et de liberté fascine la population, et notamment les artistes, comme en témoigne témoigne La Gare Saint-Lazare[1] de Monet.
En janvier 1877, Claude Monet s’installe près de la gare Saint-Lazare. Désireux de s’atteler à un sujet résolument moderne et urbain, le peintre obtient du directeur des Chemins de fer de l’Ouest l’autorisation officielle de dresser son chevalet à l’intérieur de la gare.

Installé sur le quai de la ligne d’Auteuil, Monet représente l’activité fourmillante du lieu. Au centre, une locomotive sombre entre en gare en laissant s’échapper de gros nuages de fumée tandis qu’un train file vers le pont de l’Europe, qui enjambe les voies ferrées au loin. A gauche, l’isolement d’un wagon à l’arrêt contraste avec l’effervescence d’un départ ou d’une arrivée, à droite. D’imposants immeubles baignés de lumière et un ciel clément se partagent tout l’arrière-plan. L’architecture de la halle crée subtilement une composition symétrique où la perspective s’enfonce au centre dans la profonde tranchée que la construction des voies a creusée le long de la rue de Rome.


Monet saisit sur le vif l’atmosphère bouillonnante qui, tour à tour, estompe ou souligne la charpente métallique et la verrière de la marquise, le tracé des voies, les façades des immeubles, les silhouettes. Par une palette riche et une touche variée, le peintre fixe les " impressions " que lui inspirent les jeux multiples de lumière et de couleurs entre le soleil et la vapeur.


Contrairement à Manet et Caillebotte sur le même sujet[2], il aborde la gare comme un lieu en perpétuel mouvement et s’attache à rendre tous ses aspects changeants avec une grande variété de techniques et de compositions[3].

  1   2   3

similaire:

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconLe programme officiel : Cette question est une des deux questions...
«Sociétés et cultures de l’Europe médiévale du 11e au 13e siècle». On peut envisager d’y consacrer 4 heures. Elle doit être divisée...

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconAnalyser l'évolution des conceptions de L 'entrepreneur et de son...
«héroïque». En conséquence, les possibilités d'investissement vont se rétracter, mettant le

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconLa maçonnerie1 en Europe au xixe
«gentleman» si important au xixe. En outre, sa présence dans l’empire contribue, dans la mesure des préjugés de l’époque, à la formation...

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconLe texte officiel (bo n 2009) : Les mutations de l’Europe au xixe...

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconRésumé : Gepetto, menuisier veuf et sous-prolétaire d’un petit bourg...

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconL’expansion d’un occident chretien au xiiie siecle

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconBibliographie Sites Internet
«Armenia Sacra», consacrée à l’art chrétien arménien depuis la conversion de l’Arménie au début du ive siècle par saint Grégoire...

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconChapitre 1 : L’urbanisation au xixe siècle

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconCours 1 Le partage de l’Afrique à la fin du xixe siècle

Partie 3 : L’Europe et son expansion au xixe siècle (16 à 18 h) iconHistoire de la Pensée économique et sociale au xixe siècle – L5LA12FR






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com