La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français





télécharger 38.66 Kb.
titreLa répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français
date de publication04.07.2017
taille38.66 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
GEOGRAPHIE

Les Français dans le contexte européen


La répartition de la population sur le territoire national et en Europe

Les inégalités du peuplement français


  • Densité métropole : 112 hab./km²  l’1 des densités les + faibles en Europe

  • Grande diversité dans répartition  2/3 population concentrés sur 20% territoire + moitié communes françaises = - de 500 habitants

  • Outre-mer  espace vide des TAFF + Guyane peu peuplée / Martinique, Guadeloupe, Réunion = très fortes densités

diagonale du vide
Les pleins

Où sont concentrés les français ?


  • Fortes densités au nord et nord-est + dans vallées + le long des littoraux

  • 2/3 de la population métropolitaine au nord-est de ligne « Le Havre-Marseille »

  • Fortes densités correspondent aux villes + espaces périurbains

Comment expliquer ces concentrations ?


  • Reflet de trace des cycles économiques successifs qu’a connus France depuis + d’un siècle

  • Peuplement grandes vallées = villes + activités agricoles (nécessite beaucoup main d’œuvre)

  • Fortes densités nord et nord-est = développement industriel du 19ème siècle avec exploitation charbon et fer

  • Côtes atlantique et méditerranéenne = développement services (tourisme) + émergence nouvelles activités industrielles (aéronautique : Toulouse / électronique : Sophia Antipolis à Nice) + cadre de vie

  • Peuplement villes = concentration main d’œuvre et marchés

Les vides

Quelles sont les régions désertes ?


  • Bande de faible peuplement = diagonale du vide  des Ardennes jusque Massif central et Pyrénées, coupe France en 2

  • Autres régions faiblement peuplées dans Alpes du Sud et Corse

Comment expliquer ces vides ?


  • + par évolutions économiques que par éléments naturels

  • Sud et est Bassin parisien, zones de grande agriculture moderne, surtout céréalière  régions peu peuplées à cause mécanisation agriculture = pas besoin de main d’œuvre

  • Dans montagne  agriculture explique vide : régions plus rentables et donc abandonnées. Jeunes partent à cause manque activité, retraités restent  aucun dynamisme

Quelles évolutions ?

La « France inverse »


  • Anciennes régions industrielles très peuplées de nord et nord-est désertées début 20ème à cause crise économie + développement tertiaire

  • Région parisienne reste attractive (surtout pour jeunes) mais concurrencée par régions littorales ouest et sud + Alsace + région lyonnaise

  • Niveau local  contrastes accentués : grandes agglomérations se renforcent + s’étendent (périurbanisation) / espaces ruraux isolés se dépeuplent

« Oser le désert » ?


  • 1994 : J. Lévy écrit article pour ceux qui se désolent de « désertification rurale »

  • Dénonce campagne fantasmée par citadins + urbanisation de + en + incontrôlée

  • Derrière article, ? de l’achèvement du passage de civilisation rurale à urbaine + aménagement territoires

Des particularités locales fortes


  • Population française garde particularités culturelles locales fortes qui se voient dans paysages (architecture civile et religieuse, types de toits), accent et gastronomie

  • Attachement aux racines locales important comme montre succès Salon de l’Agriculture par exemple.

Le peuplement européen


Un foyer de peuplement ancien

  • Europe = 1 des 3 grands foyers de peuplement de la Terre

  • 735 millions d’habitants (Russie comprise)

  • Densité moyenne élevée : 73 hab./km² contre 49 hab./km² de moyenne mondiale

  • Forte urbanisation

Pleins et vides

  • Fortes densités (jusque 400 hab./km² aux Pays-Bas) appartiennent à zones fortement urbanisées allant de bassin de Londres à Italie du Nord en passant par Ruhr = rassemble presque 1/3 des habitants européens : mégalopole européenne

  • Population aussi concentrée dans régions centrées sur capitales (Paris, Madrid) + grandes vallées + le long des littoraux

  • Contrastes forts à l’ouest avec diagonale « aride » des Ardennes à centre Espagne  régions agriculture mécanisée avec déprise économique et démographique. Exemple : Massif central

  • Centre et est  densité assez stable : environ 100 hab./km²

  • Régions septentrionales (Scandinavie)  vastes espaces vides (15 hab./km² en Finlande) à cause contraintes climatiques sur agriculture

http://storage.canalblog.com/05/73/577102/42132229.jpg

Les principales villes en France et en Europe

Une population française majoritairement urbaine, comme dans le reste de l’Europe


Des urbains et des villes de plus en plus nombreux

La croissance urbaine


  • Années 1930 : France rejoint ses voisins européens pour population urbaine  1 français sur 2 vivait en ville

  • Années 1990 : + de 2/3 sont urbains

  • Croissance urbaine forte et rapide depuis années 70  exode rural + baby-boom + mouvements migratoires internationaux

  • Villes attirent  principaux foyers d’emploi

  • Grandes villes + attractives que petites

L’étalement urbain change la définition de la ville


  • 19ème siècle  agglomération de 2000 habitants = ville

  • Aujourd’hui, Insee distingue :

  • Pôle urbain = ville-centre + banlieues contigües

  • Couronne périurbaine (communes rurales + autres unités urbaines) dont 40% de la population travaille dans pôle urbain

  • Pôle urbain + couronne périurbaine = aire urbaine

  • Aire urbaine + communes multipolarisées qui dépendent d’aire urbaine = espace urbain (96 en France)

L’espace urbain


Mouvements pendulaires

Unité urbaine isolée

Commune rurale

Aires urbaines

Espace

urbain

= aire urbaine

Couronne périurbaine

+

Pôle urbain

Ville centre

Banlieue



  • Insee propose outils statistiques pour comprendre et analyser ville :

  • « bassins de vie »  le + petit territoire sur lequel habitants ont à accès à équipements (commerce, administration, santé, éducation) + emploi. + de 2000 en France

  • « bassins d’emploi »  périmètre à l’intérieur duquel population réside et travaille. Rapprochement de communes dans bassins d’emploi se fait en fonction relations entre communes liées par migrations quotidiennes domicile-travail

De « nouveaux territoires » ?

Opposer rural et urbain n’est plus pertinent


  • Villes étendent leur influence sur presque tout territoire métropolitain

  • Généralisation automobile individuelle  France très mobile

  • Mobilité pour aller de domicile à travail, loisirs, faire courses, scolariser enfants

  • Selon outil statistique Insee, part urbain par rapport à population française, en moyenne :




Ville isolée

Unité urbaine

ZPIU

70%

74%

96%



La nécessaire intercommunalité


  • Croissance zones urbaines couplée avec nouveaux comportements élus des communes  collaborent pour gérer extension urbaine du point de vue fiscal

  • Loi Chevènement de 1999 offre cadre légal d’intercommunalité

  • Aujourd’hui, presque 90% communes + 90% habitants touchés par coopérations intercommunales

  • 3 types de regroupements :

  • Communautés de communes = regroupement de communes rurales de moins de 50 000 habitants

  • Communautés d’agglomération = + de 50 000 habitants

  • Communautés urbaines = + de 500 000 habitants

  • Exemple : Marseille (3ème agglomération de France) + 44 communes de couronne périurbaine = aire urbaine de + d’1,5 millions d’habitants (celle de Marseille-Aix-en-Provence). Presque toutes communes ont joué jeu d’intercommunalité pour réguler fortes polarisation de Marseille et Aix

Un réel dynamisme des plus grandes villes

  • Croissance villes assuré par dynamisme géographique + solde migratoire positif (accueil nouveaux urbains + important que départs)

  • Population se concentre dans nombre réduit villes et pôles urbains = les + grands

  • Populations attirées dans une 10aine zones urbaines (Paris, Lille, Marseille…) génératrices d’emplois

  • Croissance population liée à croissance d’emplois

  • Dans anciens bassins industriels (bassin de Saint-Etienne par exemple), aires urbaines connaissent décrue

  • Evolution à l’intérieur aires urbaines montre différenciation traitement espaces urbainsétalement urbain marqué par croissance de + en + forte au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre-ville / fonctions centre ont mutations dans morphologies urbaine

L’organisation de l’espace urbain français


  • Villes ont relations échanges et / ou domination  hiérarchie et ordre d’influence

  • Domination très forte de Paris + variété réseaux urbains d’1 région à l’autre

  • Certaines unités urbaines croissent + que d’autres

La macrocéphalie parisienne

La suprématie démographique de Paris


  • 1ère aire urbaine de France  11 millions d’habitants

  • Fonctions de commandement politique, économique et culturel  rayonnement international pour Paris

Les autres preuves de la puissance parisienne


  • Organisation réseaux de transports  étoile des transports (routiers, autoroutiers, ferroviaires) centrée sur Paris + 2 aéroports internationaux

  • Territoires métropolitains subordonnés à Paris

La variété des réseaux urbains et régionaux

  • Principaux types réseaux urbains territoire métropolitains :

  • Réseaux linéaires : disposition des villes en ligne, une seule ville dominante. Exemple : littoral méditerranéen de Perpignan à frontière italienne

  • Réseaux multipolaires : aucune ville en position dominante, chaque ville influence espace proche, avec limite imposée par proximité concurrentielle d’une autre ville au moins. Exemple : l’est de la France

  • Réseaux polarisés articulés : 1 agglomération domine. Profite de relais urbains et étend son influence le long d’axe naturels et/ou économique. Exemples : réseaux du Nord-Pas-de-Calais et région Rhône-Alpes

La métropolisation du territoire français


Une polarisation de plus en plus marquée : les aires d’influence des grandes villes

L’attractivité des centres


  • Centralité = fonctions d’un élément central sur ses périphéries : attractivité, desserte, services aux personnes et aux entreprises

  • Domination ville s’exprime par migrations pendulaires, flux téléphoniques, livraisons, etc.

Un nombre limité de métropoles


  • France sous-urbanisée par rapport à autres pays européens  très peu grandes villes

  • A part Paris, 3 agglomérations (Lyon, Marseille, Lille) dépassent 1 million habitants

  • Nombreuses villes moyennes et petites desservent équitablement territoires en services variés

  • Années 60  Etat essaye de contrebalancer puissance Paris + développer grandes villes de niveau européen. S’appuie sur « métropoles d’équilibre » = doivent agir comme pôle de développement de leur environnement régional voire international : Lille, Metz-Nancy, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Strasbourg.

  • Aire influence région capitale très forte (jusqu’à 150 km de Paris). Exemples : Amiens, Caen, Reims

Le territoire métropolisé


  • + aire urbaine est grande, + son dynamise est élevé, + elle rayonne, + elle s’affirme comme métropole

  • Attractivité métropoles = concentration emplois qualifiés, services et nouvelles technologie de l’information et de la communication

  • Métropoles profitent de concurrence = proposent main d’œuvre qualifiée + réseaux transport, communication, formation, etc.

  • Influence métropole s’impose encore et toujours sur espace de domination

  • Concentration activités + capacités interrelations = métropolisation territoire

  • MAIS toutes aires urbaines n’ont pas métropolisation

  • Métropolisation territoire = processus de croissance des + grandes aires urbaines en termes de concentration de valeurs

  • Processus crée hiérarchies entre aires urbaines + fait entrer villes et villages de + en + éloignés

L’échelle européenne prime sur l’échelle nationale

  • Réseau urbain français en dehors de mégalopole nord-européenne

  • MAIS fonctionnement en réseaux d’économie tisse maille + valorise pôles urbains dont fonctions métropolitaines sont complètes  villes proches mégalopoles favorisées

  • Exemple : conurbation Lille-Roubaix-Tourcoing-Villeneuve-d ’Ascq rayonne jusque Picardie, efface poids Amiens + s’affirme de part et d’autre de frontière belge. Reliée à Londres, Bruxelles, Amsterdam, Cologne et la Ruhr par moyens communication terrestres très rapides (autoroutes, TGV).

La métropolisation n’est pas sans poser problèmes

  • Changements échelle vie urbaine ne coïncident + avec échelles de vie démocratique

  • Dilation espaces urbains  problèmes environnementaux (destruction paysages, dépenses énergétiques, pollution)

  • Nouvelles morphologies urbaines conduisent à ségrégations sociales et spatiales

  • Métropolisation, liée à mondialisation = enjeu du développement durable

L’Europe, un espace marqué par le fait urbain


La région du monde la plus anciennement urbanisée

  • + de 3 européens sur 4 habitent en ville

  • Semis urbain (répartition villes dans espace) particulièrement serré + constitué surtout de petites et moyennes villes

  • Métropoles sont nombreuses mais seules 2 agglomérations dépassent 10 millions habitants (Paris et Londres)

  • Spécificités nationales dans processus urbanisation avec armatures urbaines différentes :

  • Modèle à capitale macrocéphale : France avec Paris qui concentre essentiel fonctions pays

  • Modèle polycéphale : Allemagne avec plusieurs métropoles régionales

  • Modèle bicéphale intermédiaire : Italie et Espagne, entre capitales économiques (Milan & Barcelone) et capitales politiques (Rome & Madrid)

  • Processus métropolisation (concentration fonctions de commandement + activités de décision, conception et direction) traduit par 2 phénomènes :

  • Renforcement métropoles en elles-mêmes à la tête de leur réseau urbain

  • Développement relation entre métropoles elles-mêmes  « ring/anneau européen » selon Roger Brunet

Au cœur de l’Europe, la mégalopole

La mégalopole européenne


  • Mégalopole (région urbaine regroupant plusieurs métropoles) européenne court des Midlands jusqu’à Italie du Nord, en passant par Bassin Londres, Benelux et Ruhr = axe rhénan.

  • A cette « dorsale » sont associées régions voisines animées par grands pôles urbains pour former cœur de l’Europe

  • Moyen Age, zone correspondait à « route des marchands »

  • Paris et Londres = 2 métropoles de taille mondiale

Les caractéristiques du cœur de l’Europe


  • Rassemble 40% population européenne, 50% richesse produite + 50% échanges intra-européens

  • Zone très densément peuplée + armature urbaine très serrée fonctionnant en réseau

  • Rassemble activités industrielles + tertiaires de haut niveau

  • Axes de communication majeurs : tunnel sous la Manche, couloir rhénan

  • Façade maritime nord-européenne (« rangée »)= interface entre Europe et reste du monde court du Havre à Hambourg avec complexes industrialo-portuaires (Rotterdam en 1er lieu)

  • Sièges décisionnels installés dans ce centre tant sur plan politique (Bruxelles, Strasbourg, Francfort pour l’UE) qu’économique (40% sièges sociaux grandes entreprises situés à Paris et Londres)





http://s1.e-monsite.com/2008/09/26/78752724croquis-organisation-espace-de-lue-jpg.jpg


similaire:

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconChapitre. La répartition des hommes sur la terre
...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconRésumé : L’objet de cet article est d’évaluer les effets des politiques...
«Politique agricole, zonage et aménagement du territoire rural», Revue d’économie régionale et urbaine, 2000, n°1, pp. 27-44

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconIdée n° 1 : L'Asie du Sud et de l'Est rassemble les deux foyers de...
«population» : car l'Asie du Sud et de l'Est concentre les deux principaux foyers de peuplement mondiaux. Attention dès l'introduction...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconDéfinition : Les consommations intermédiaires
«à l’intérieur») du territoire national. Ce sont donc tous les agents résidants sur ce territoire (qu’ils soient nationaux ou étrangers)...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconLe libre-échange permet-il de réduire les inégalités de développement ?
«Mondialisation et inégalités Nord-Sud», Cahiers français n° 305, novembre-décembre 2001, La documentation française

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconSystème français de financement des retraites
«à chacun selon ses apports personnels», le système par répartition est fragilisé par la baisse de la natalité, l’allongement de...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconHistoire – Thème introductif. Les Européens dans le peuplement de la Terre
«sous silence» qui déplaça plus de 12 millions d’Africains, bouleversant le peuplement et la composition culturelle des régions côtière...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconCours Complémentaire
«prêt-à-porter pédagogique» sur le matériel à utiliser, les tenues sportives, les horaires à respecter, les commandements à employer,...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconValoriser le daeu, diplôme national de niveau IV
«littéraire» et option b «scientifique» pour atteindre les objectifs souhaités s’appuie sur l’analyse du public des candidats au...

La répartition de la population sur le territoire national et en Europe Les inégalités du peuplement français iconLa réforme du marché du travail français au miroir de l’Europe :...
«les Français» seraient inaptes à affronter la modernité, contrairement aux autres nationalités3






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com