RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique.





télécharger 449.41 Kb.
titreRÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique.
page1/8
date de publication11.07.2017
taille449.41 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > loi > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8

CONFIANCE DANS LES ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE L’ENVIRONNEMENT ET OPPOSITION AUX OGM EN EUROPE1



Article à paraître dans la revue


Annals of public and cooperative economics, vol. 78, n°1, 2007


2nde version : octobre 2006

Auteurs



Samira Chaklatti (Auteur correspondant)

GAEL (INRA UPMF)

Laboratoire d’économie appliquée –Institut National de la Recherche Agronomique

Université Pierre Mendès France Grenoble II

BP 47  38040 Grenoble cedex 09  FRANCE

Tel. +33(0)4 76 82 55 56  Fax. +33(0)4 76 82 54 55

samira.chaklatti@grenoble.inra.fr

Damien Rousselière

LEPII (CNRS-UPMF)

Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration internationale

Université Pierre Mendès France Grenoble II

BP 47  38040 Grenoble cedex 09

Tel. +33(0)4 76 82 54 25  Fax. +33(0)4 76 82 59 89  FRANCE

damien.rousseliere@upmf-grenoble.fr

Confiance dans les associations de défense de l’environnement et opposition aux OGM en Europe




RÉSUMÉ


L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. Dans ce contexte le mouvement collectif associatif est apparu comme un acteur important de diffusion de l’information sur le sujet, influençant de cette manière les comportements individuels des consommateurs. A partir des données de l’Eurobaromètre 58.0, on utilise un probit multivarié pour préciser l’importance de la confiance dans les associations de défense de l’environnement sur le niveau d’acquiescement ou de refus des biotechnologies agricoles à usage alimentaire de la part des “citoyens ordinaires”. Nous discutons les principaux faits stylisés ainsi caractérisés : notre approche confirme les résultats de la plupart des différentes recherches en théorie du consommateur sur l’importance des attitudes et valeurs personnelles et de l’inscription dans certains réseaux sociaux pour l’opposition ou, au contraire, l’acquiescement aux OGM.

Trust and confidence in Environmental Associations and Resistance to Genetically Modified Foods in Europe




ABSTRACT


The emergence of genetically modified plants, in Europe, led to important debates and particularly about the consumption of genetically modified foods. In this context, voluntary organizations seemed to be an important actor in the diffusion of information on the subject, influencing the individual behaviors of the consumers. With data from the Eurobarometer 58.0, multivariate probit was used to specify the importance of trust in environmental associations and voluntary organizations on the acceptance of (and the resistance to) genetically modified foods on behalf of the "ordinary citizens". Finally, we discuss the principal stylized facts thus characterized. Our approach confirms the key results from the previous researches in consumer theory: personal values and adding consideration of social networks are important determinants of resistance (or acceptance) to GMO.

MOTS-CLÉS : Associations ● OGM ● Confiance ● Europe ● Eurobaromètre


KEY WORDS : Associations ● Genetically Modified Foods ● Trust ● Europe ● Eurobarometer

JEL : L31 - Nonprofit Institutions; NGOs L65 – Industry studies: Biotechnology Z13 - Social Norms and Social Capital; Social Networks

INTRODUCTION : LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS LE DEBAT PUBLIC SUR LES OGM



L’introduction des biotechnologies dans les procédés productifs s’étend aujourd’hui à de nombreux secteurs tels que la pharmacie, l’agriculture, l’agroalimentaire, la chimie, l’environnement, la cosmétique, l’énergie, etc. De manière plus précise, depuis leur émergence, les biotechnologies agricoles appliquées à l’alimentation ont suscité un intense débat concernant leur innocuité (conséquences à court et long terme sur la santé, l’environnement, la biodiversité, la sécurité alimentaire des pays du Sud…). L’inquiétude qui s’établit sur ce sujet constitue pour certains groupes d’acteurs la continuation logique de la quête de traçabilité et d’informations complètes et “honnêtes” sur les produits alimentaires (Boy, 2003 ; Debru, 2003 ; Frewer et al., 2004). Des groupes d’acteurs s'identifiant comme consommateurs, producteurs ou citoyens se sont mobilisés dans des groupements (associations, ONG et autres organisations) dans le but d’assurer leur sécurité alimentaire (consommateurs), la défense de la biodiversité ou leur indépendance économique (agriculteurs avec la Confédération Paysanne en France) supposées menacées. Les firmes “agbiotech”, soucieuses de la rentabilité de leur investissement en R&D (entre 10 et 12% de leur chiffre d'affaires), à leur tour se sont mobilisés en faisant pression sur les pouvoirs publics pour émettre des lois, en matière de brevetabilité, leur garantissant l’appropriabilité des gènes et leur commercialisation. En relation avec la pluralité des acteurs mobilisés, on constate alors des différences fortes dans la structuration du débat public que ce soit entre l’Europe et les États-unis qu’au sein des pays européens eux-mêmes (Joly et Maris, 2003 a et b).
Face au refus des consommateurs européens des aliments comportant des organismes génétiquement modifiés, le mouvement associatif s’est organisé pour défendre les droits du consommateur à savoir son droit d’être informé et de choisir ce qu’il mange. Aussi, en Europe, la référence à la traçabilité est l’une des innovations majeures de la révision en cours des directives relatives à la dissémination volontaire d’OGM, apparaissant comme une réponse donnée à la forte mobilisation du mouvement associatif, justifiant son action comme relais de l’opinion publique opposée aux OGM. Des efforts, dès lors, ont été tentés pour appliquer des lois à la fois cohérentes à travers l’Europe et satisfaisant l’opinion publique dès 1990 (Chaklatti et Rousselière, 2006). Devant la réticence de certaines organisations citoyennes, d’autres directives (plus strictes) se sont mises en place, par exemple la directive 2001/18 concernant la dissémination volontaire d’OGM dans l’environnement2. Les règles d'étiquetage sont désormais définies au niveau européen, et obligatoire sur tous les produits depuis le 18 avril 2004. Les lois sur l’étiquetage, recueillies jusque là, sont en grande partie une réponse à la forte mobilisation du mouvement associatif de l’opinion publique (associations de consommateurs, de défense de l’environnement et de protection des animaux). Cette forte présence du mouvement associatif dans ce débat public a renforcé la confiance des citoyens dans cet acteur (Joly et al., 2000).
S’il y a une reconnaissance générale du rôle des associations dans le débat public, il existe différentes appréciations suivant leur type (associations d'environnement / associations de consommateurs) et suivant leur action (action de tests de produits et d'information / action de campagne anti-OGM). Par rapport aux associations de défense de l’environnement qui étaient des leaders dans le déclenchement du débat sur le OGM en Europe, les associations de consommateurs peuvent être considérées comme des suiveurs (Joly et al., 2000), s’étant saisies tardivement de ce thème. Le positionnement initial des associations de défense de l’environnement dans le débat sur les biotechnologies, comme Greenpeace France, un des principaux intervenants dans la structuration de ce débat en France leur a permis de regagner en crédibilité auprès de l’opinion publique (Bonny, 20033 ; Todt, 2003). De même si l’opposition les associations de défense de l’environnement est une opposition de fond, les associations de consommateurs défendent les intérêts des consommateurs à savoir le droit à l’information. Ces différents types d’associations mobilisent à ce titre des registres de justification différentes (comme ont pu le mettre Lafaye et Thévenot (1993) et Thévenot et al. (2000) à propos de conflits liés à l’aménagement de la nature en France et aux Etats-Unis).
Différentes enquêtes en économie expérimentale (Cook et al., 2002 ; Huffman, 2003 ; Huffman et al., 2004 ; Lang et al., 2003 ; Noussair et al., 2002 et 2003), ou celles s’appuyant sur une approche transnationales (dont les Eurobaromètres) (Bredhal, 2001; Gaskell et al., 2004 ; Priest et al., 2003 ; Pardo et al., 2002) ont montré une diversité des acquiescements (ou refus) des aliments biotechnologiques de la part des consommateurs. Les déterminants de l’opposition aux OGM semblent pour une part importante relever des attitudes et des valeurs individuelles (Pardo et al., 2002 ; Bredhal, 2001), alors même que le niveau de connaissance en matière scientifique sur les biotechnologies est relativement peu important pour la formation des préférences individuelles (Priest et al., 2003 ; Sturgis et al., 2005 ; Gaskell et al., 2004). Sur ce dernier point, selon (Marris, 2001 ; Gaskell et al., 2004), l’argument couramment avancé que l’augmentation de la connaissance conduirait à une meilleure acception des applications des biotechnologies, relève d’une mauvaise compréhension des modes de décisions des consommateurs. Dans ce contexte, différents auteurs avancent plutôt la notion de confiance (Todt, 2003 ; Priest et al., 2003 ; Cook et al., 2002 ; Huffman et al., 2004 ; Munnichs, 2004), et notamment dans les associations, comme déterminante pour définir la position des individus, dans un contexte d’incertitude, dans le débat sur les OGM appliqués à l’agriculture : ainsi selon Todt (2003: 248), la controverse sur l’utilisation de certaines technologies est d’abord révélatrice des différences de confiances dans les acteurs impliqués.
L’objectif de ce papier est d'étudier les relations entre la confiance dans les associations de défense de l’environnement en matière de biotechnologies agricoles et le niveau d’opposition (vu alors comme un niveau de refus de consommation) aux produits issus des OGM. Il s’agit de caractériser la position des citoyens ordinaires “qui ne sont légitimés ni par leur expertise dans un champ spécifique ni par une fonction de représentation” (Joly et Marris, 2003 a : 196), à partir de leur sentiment sur le travail d’information des associations de défense de l’environnement, engagées fortement dans ce débat sur les OGM (Bonny, 2003). Notre propos se développe de la manière suivante : dans un premier temps nous exposons les données de l’Eurobaromètre 58.0 consacré aux attitudes des européens vis-à-vis des biotechnologies. La deuxième section est consacrée à la présentation des statistiques descriptives et aux résultats de l’estimation économétrique obtenue à partir d’un modèle probit multivarié liant simultanément opposition et différents types de confiance dans les associations de défense de l’environnement. La dernière section est consacrée à la discussion des résultats ainsi obtenus qui sont mis en relation avec les différentes propositions d’observation de la littérature économique. On s’intéresse alors à montrer en quoi l’opposition aux OGM en relation avec l’action des associations de défense de l’environnement nous semble particulière. Notre approche confirme les résultats de la plupart des différentes recherches précédemment citées, sur l’importance des attitudes et valeurs personnelles et de l’inscription dans certains réseaux sociaux pour l’opposition ou, au contraire, l’acquiescement aux OGM. L’établissement de ce fait stylisé s’inscrit dans les réflexions au cœur de la science économique actuelle cherchant à rendre compte de la différence des comportements économiques entre individus ou groupes d’individus. N’ayant dans un premier temps qu’une portée essentiellement empirique, notre article ne cherche pas à départager les approches économiques en concurrence. Il se comprend comme un premier pas dans l’établissement et la consolidation de faits stylisés, nécessaires au dialogue scientifique.


  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconListe des produits représentatifs de la consommation des ménages
...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRésumé La norme nf en iso 22000, donne les exigences associées à...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconArrêté du 8 octobre 2013 relatif aux règles sanitaires applicables...
«Denrée alimentaire périssable» : toute denrée alimentaire qui peut devenir dangereuse, notamment du fait de son instabilité microbiologique,...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconI] L’Afrique : un continent longtemps marginalisé et souffrant d’importants...
Ressources naturelles contre 19% des produits manufacturés à l’inverse de la plupart des pays asiatiques ou d’Amérique latine. Pour...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRésumé La numérisation de l'information déplace progressivement la...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRelatif à la protection des indications géographiques et des appellations...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRésumé : L’article traite de la construction du budget des communes...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRèglement ce/1334/2008 du Parlement européen et du conseil
...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconÀ l'aide de vos connaissances et des ressources documentaires jointes...
«partage» et notre rapport aux biens matériels. Les possibilités ouvertes et l'apparition de nouveaux modèles économiques favorisent...

RÉsumé L’apparition des plantes génétiquement modifiées, en Europe, a donné lieu à des débats importants notamment en ce qui a trait à la consommation des produits alimentaires issus des procédures de génie génétique. iconRésumé : Nous examinons ici des expériences variées de calcul uniforme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com