Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social





télécharger 68.86 Kb.
titreMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
date de publication20.05.2017
taille68.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos

c:\users\fanny.chauveau\appdata\local\microsoft\windows\temporary internet files\content.outlook\bo5m6o2o\bloc-marque-quadri-charte2010.jpg

cdc_rvb_cadre

afficher l\'image d\'origine



Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Caisse des Dépôts

APPEL A PROJETS DLA DEPARTEMENTAL 2017-2019 :

Mise en place d’un DLA Départemental sur le département de Paris, Seine et Marne, Yvelines, Essonne, Hauts de Seine, Seine Saint Denis, Val de Marne et Val d’Oise pour l’accompagnement des structures employeuses relevant de l’Economie sociale et solidaire dans le cadre du Dispositif Local d’Accompagnement

L’accompagnement est un levier déterminant pour le renforcement du modèle économique et le développement de l’emploi des structures employeuses de l’Economie sociale et solidaire (associations, structures de l’insertion par l’activité économique, coopératives d’utilité sociale, entreprises disposant de l’agrément ESUS). Le Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social ainsi que la Caisse des Dépôts, ont décidé, en partenariat avec les collectivités territoriales, et le soutien du Fonds social européen, d’accompagner ce développement en s’appuyant sur des organismes à but non lucratif dont le métier et l’expertise permettent d’accompagner et conseiller ces structures employeuses d’utilité sociale.
Ils ont ainsi créé et fixé le cadre général d’un dispositif local d’accompagnement dont la finalité est « la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle économique de la structure accompagnée, au service de son projet et du développement du territoire ».

Les cibles et structures bénéficiaires de ce dispositif DLA sont celles définies par la loi ESS du 31 juillet 2014, à savoir les structures statutaires de l’ESS et les entreprises commerciales bénéficiant de l’agrément ESUS (« Les dispositifs locaux d'accompagnement ont pour mission d'accompagner les structures de l'économie sociale et solidaire relevant du 1° du II de l'article 1er de la présente loi ou de l'article L. 3332-17-1 du code du travail qui sont créatrices d'emploi et engagées dans une démarche de consolidation ou de développement de leur activité » - Article 61 de la loi ESS du 31 juillet 2014).
En réponse à cette mission d’intérêt économique général, le Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social et la Caisse des Dépôts, avec le soutien du Fonds social européen le cas échéant, lancent conjointement un appel à projets « DLA Départemental ».

Pour ses cibles et ses bénéficiaires le dispositif DLA doit répondre aux objectifs suivants :


  • renforcer le modèle économique des structures bénéficiaires ;

  • favoriser la création et la consolidation d’emplois, l’amélioration de la qualité des emplois au service du projet des structures ;

  • aider les structures à renforcer leurs compétences pour leur permettre d’adapter leurs activités à l’évolution de leur environnement et les professionnaliser sur leur fonction employeur ;

  • faciliter l’ancrage des activités et des structures accompagnées dans leur territoire d’action.


Ce dispositif se décline au niveau territorial :

  • dans chaque département, par la mise en place d’un DLA Départemental,

  • et dans chaque région, par la mise en place d’un DLA Régional.



  1. seuls des organismes à but non lucratif peuvent candidater à la fonction de dla départemental



La loi du 31 juillet 2014 relative à l’Economie sociale et solidaire et le décret d’application DLA du 1er septembre 2015 fixent le cadre d’intervention du dispositif local d’accompagnement. En ce qui concerne le statut des structures pouvant porter cette fonction, le décret précise que le DLA :


  • « est mis en œuvre au niveau territorial par des organismes à but non lucratif pour accompagner et conseiller les structures relevant de l’article 61 de la loi du 31 juillet 2014 susvisée ».


Ces organismes sont ceux susceptibles d’être sélectionnés dans le cadre du présent appel à projets pour répondre à cette finalité d’intérêt général :


  • « la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle économique de la structure accompagnée, au service de son projet et du développement du territoire ».


Le décret du 1er septembre 2015 confère à l’organisme portant la fonction de DLA une mission d’intérêt économique général (article 61 de la Loi Ess du 31 juillet 2014). A ce titre, le cadre contractuel du mandat – qui définira l’organisme à but non lucratif en tant que Service d’Intérêt Economique Général (SIEG) - sera la convention signée entre l’organisme retenu à l’issue de cet appel à projets et les pilotes locaux du DLA représentés par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE) et la Direction régionale de la Caisse des Dépôts (DRCDC).
Les organismes locaux à but non lucratif éligibles au portage de la fonction de DLA peuvent également être désignés ci-après par les termes « structures porteuses du DLA » ou « structures déposant un projet ».
Les cibles du dispositif local d’accompagnement peuvent également être désignées ci-après par le terme « bénéficiaires DLA ».



  1. missions de l’organisme assurant la fonction de dla departemental


Les missions générales du DLA, définies au niveau national et rappelées dans le présent cahier des charges (2.2), sont complétées par des missions spécifiques (2.3) ; l’ensemble de ces missions, dont les modalités de mise en œuvre opérationnelle sont précisées (2.4), doivent s’inscrire, en Ile-de-France, dans un contexte renouvelé d’appui au développement des TPE-PME (2.1).
2.1 Contexte général en Ile-de-France
L’Etat, la Région et Pôle emploi ont signé le 14 avril 2016 une feuille de route qui trace les grandes priorités et les engagements réciproques de chacun des signataires en faveur du développement économique, de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelles. Les acteurs de l’ESS sont au cœur de ces enjeux, partagés par la Caisse des dépôts et consignations, conformément à la convention « Agir pour l’emploi et la création d’activité » conclue entre l’Etat et la Caisse des dépôts 2014-2017).
Dans ce cadre, l’objectif est de mettre en place dans les 24 bassins d’emploi, des services d’appui au développement des TPE-PME, dans le cadre d’une offre accessible et adaptée tant aux entreprises classiques qu’à celles de l’économie sociale et solidaire (ESS), comprenant un appui au développement économique et à la gestion des ressources humaines:

  • en matière d’appui au développement économique, les services proposés viseront à la fois l’accompagnement et le financement de la création et de la reprise d’entreprises, la consolidation et développement du modèle économique des structures, le soutien à la croissance, l’accompagnement des restructurations notamment dans le cadre des

  • concernant l’appui à la gestion des ressources humaines, il s’agira de mettre en place un conseil de premier niveau aux chefs d’entreprises, pour faciliter la création d’emplois et renforcer leur qualité: recrutement, formation, GPEC, gestion au quotidien des salariés ou encore, gestion des seuils liés aux évolutions de l’activité.



A cette fin et pour compléter l’offre de services qui sera mise à disposition des structures de l’ESS via les financements rattachés au dispositif local d’appui (DLA), un appel à projet spécifique, dit « appui au développement de l’emploi en Ile-de-France, est lancé concomitamment par la Direccte ile de France (voir site internet).
A terme, il s’agit de mettre en place une offre de services à toute TPE-PME, complète et multidimensionnelle, au plus près des entreprises utilisatrices.
Ces systèmes d’appui au développement des TPE-PME s’appuieront sur des co-financements, les conventionnements pluriannuels 2017-2019 des DLA y contribueront pour l’appui au secteur de l’ESS.

En conséquence, les structures qui souhaiteront porter la fonction de DLA devront présenter les conditions de mise à disposition de l’ensemble des services attendu et le cas échéant, les partenariats qu’ils mettent en œuvre dans ce sens.

2.2 Missions générales du DLA
Chaque structure, dont le métier, l’activité et l’expérience témoignent d’une réelle expertise dans le champ de l’accompagnement de structures employeuses de l’ESS devra mettre en œuvre les actions en réponse et adéquation avec le référentiel d’activités suivant :



Accompagner les structures d'utilité sociale du territoire

1.1 Accueillir, informer et orienter les structures

1.2 Produire le diagnostic partagé des structures et le plan d’accompagnement

1.3 Mettre en œuvre le plan d’accompagnement

1.4 Animer la phase de consolidation de l’accompagnement (dont évaluation de la prestation)



Animer et articuler le dispositif au niveau départemental

2.1 Mettre en œuvre la chaîne de l'accompagnement

2.2 Organiser et développer des partenariats

2.3 Faire connaître et valoriser le DLA




Animer les instances du DLA au niveau local et gérer le dispositif

3.1 Organiser et animer les instances locales opérationnelles et de pilotage

3.2 Réaliser le suivi et le reporting des accompagnements DLA

3.3 Gérer les budgets et les conventions




Contribuer à la qualité du dispositif et de ses différents échelons

4.1 Participer à la capitalisation et à la diffusion des pratiques

4.2 Participer aux actions de professionnalisation

4.3 Organiser et partager une veille qualifiée



2.3 Missions spécifiques
En Ile-de-France, les priorités d’accompagnement pour les DLA pour la période 2017-2019, qui seront complétées en dialogue de gestion en fonction des caractéristiques départementales, sont les suivantes :

  • inscrire les actions dans le cadre des bassins économiques emploi formation franciliens (cf. carte annexée) ;

  • accompagner en priorité les structures de l’IAE et les entreprises adaptées en difficulté et en développement ;

  • appuyer les projets de restructuration ou plus généralement de rationalisation par la mutualisation d’activités ;

  • faciliter les projets de reprise et transmission d’entreprises dans le champ de l’économie sociale et solidaire ;

  • accompagner l’évolution de structures vers le statut coopératif, en lien avec l’URSCOP.


La mission d’animation départementale visera également à articuler l’offre de service offerte par le DLA avec l’ensemble des opérateurs composant le système d’appui au développement des TPE- PME dans le territoire.

2.4 Mise en œuvre opérationnelle
La mission opérationnelle d’accompagnement représente l’activité principale du DLA Départemental, soit environ 70% de son activité.

Une attention particulière sera portée à la répartition des moyens financiers entre l’offre de service interne (OSI) et le fonds d’ingénierie (FI) dans une logique de souplesse servant les intérêts d’une adaptation aux objectifs d’activité et besoins sur le territoire concerné. Dans le cadre de la réalisation des missions et de l’exercice du métier de DLA, le diagnostic peut déjà constituer une forme d’accompagnement en soi (pré-accompagnement ou accompagnement socle) et ne pas être nécessairement suivi par le recours à une ingénierie via un prestataire. Ceci peut survenir en particulier dans les cas où le DLA oriente la structure bénéficiaire vers une autre ressource d’accompagnement sur le territoire ou bien dans le cas où le DLA dispose de l’expertise, des compétences et ressources en interne pour réaliser lui-même une partie du plan d’accompagnement. La part des moyens financiers alloués à l’OSI permet précisément la réalisation de ces missions.

A l’inverse, le fonds d’ingénierie peut être davantage utilisé dans le cas où la réalisation d’accompagnements par des prestataires paraît plus adaptée.
A ce titre et dans le cadre à la fois du dialogue de gestion annuel et du suivi continu de l’activité du DLA, les pilotes locaux appliqueront le principe de fongibilité entre les montants dédiés au fonds d’ingénierie et aux services internes, pouvant aller jusqu’à 15% maximum du fonds le plus doté parmi les deux. Cette disposition sera conditionnée au fait que l’offre de service soit exécutée exclusivement par le personnel dédié à la mission DLA au sein de la structure porteuse, et sera discutée et validée par les pilotes locaux chaque année.
Le plan d’actions présenté par la structure déposant un projet doit prendre en compte ces objectifs et missions qui seront évalués dans leur ensemble au vu du projet soumis et des critères de sélection figurant à l’article 5 du présent appel à projets.
Pour en savoir plus sur le dispositif DLA dans son ensemble : http://www.info-dla.fr



  1. réponse à l’appel à projets


La structure déposant un projet soumettra pour examen un plan d’actions pour les 3 ans à venir, en indiquant les principaux objectifs visés pour cette période 2017-2019.

La structure complètera le dossier CERFA N° 12156*04 ainsi que le dossier de candidature complémentaire (joint en annexe), pour les transmettre à la DIRECCTE et la DR CDC (cf. article 6), sous format papier et électronique.
Un cofinancement du Fonds social européen peut être envisagé par la structure déposant un projet en s’adressant auprès de l’autorité de gestion compétente sur le territoire concerné.
Les documents complémentaires suivants sont joints à l’appel à projet :

  • Cadre d’action national

  • Les principaux engagements du DLA



  1. soutien financier


Le soutien financier portera sur la réalisation des missions décrites à l’article 2.
La structure déposant un projet présentera à la DIRECCTE à la DR CDC et aux collectivités financeurs membres du comité de sélection une demande triennale, assortie d’objectifs chiffrés (cités ci-après) qui permettront de déterminer le montant de l’aide allouée et d’évaluer la situation au cours du programme.

La structure déposant un projet fera apparaître dans le budget la part consacrée au fonds d’ingénierie destiné aux prestations d’accompagnement réalisés par des prestataires auprès des structures bénéficiaires.
Le montant de l’aide financière sera déterminé annuellement et sera précisé dans les conventions d’application.
Une fois sélectionnée, la structure porteuse rendra compte à ses pilotes locaux de son activité et de l’utilisation faite des financements alloués à l’exercice de la fonction de DLA. Cela s’appuiera notamment sur les objectifs et indicateurs suivants :

  • nombre de structures accompagnées,

  • nombre de diagnostics,

  • nombre d’ingénieries individuelles et collectives,

  • nombre de suivi post-ingénieries.

La structure porteuse devra renseigner au plus tard le 5 du mois suivant les données dans l’outil Enée Activités afin d’alimenter le tableau de bord de l’activité DLA servant au pilotage, au suivi et au bilan du dispositif.



  1. critères d’éligibilité et de sélection


Le présent appel à projets est ouvert à tout organisme à but non lucratif dont le métier, l’activité et l’expérience témoignent d’une réelle expertise dans le champ de l’accompagnement de structures employeuses de l’ESS, organisme qui doit être ancré sur le territoire d’intervention du DLA.
Le comité de sélection, tel qu’il est précisé à l’article 7, s’appuiera sur deux principaux critères de sélection composés de sous-critères. Chaque proposition fera l’objet d’une note sur 100 points, selon les  modalités précisées ci-après.



Critère général n°1 : Pertinence de la réponse du candidat
Analyse du projet et des moyens alloués (sur 50 points)


Sous-critère 1.1
Compréhension et pertinence

(sur 20 points)


La compréhension du dispositif DLA, de ses enjeux et de ses objectifs. La pertinence globale de l’offre et l’adéquation avec le métier et l’activité de la structure déposant un projet de portage de la fonction DLA.

Sous-critère 1.2
Moyens humains

(sur 15 points)

Les moyens humains engagés sur le DLA : profils de poste, compétences, conditions de travail, démarche de recrutement le cas échéant ou personne déjà en poste, etc.



Sous-critère 1.3
Moyens matériels et financiers

(sur 15 points)

Les moyens matériels et financiers engagés sur le DLA : locaux, secrétariat, communication, moyens de transports ; budget annuel estimé pour conduire la mission et le plan d’actions proposé sur 3 ans qui répond aux objectifs de la présente politique publique (objectifs de l’action, publics bénéficiaires, mécanisme et outils d’identification des besoins, description de l’action).


Critère général n°2 : Expérience de la structure candidate
Analyse des caractéristiques de la structure (sur 50 points)

Sous-critère 2.1
Ancrage

(sur 10 points)

L'ancrage territorial sur le territoire concerné : connaissance de la diversité des partenaires dont les collectivités territoriales, inscription dans les réseaux de l’ESS, capacité à assurer une couverture de tout le territoire concerné.

Capacité à animer et articuler le dispositif au niveau départemental avec les autres acteurs intervenant en faveur de l’appui au développement des entreprises (RH / développement économique)


Sous-critère 2.2
Connaissance secteur

(sur 10 points)

L'expérience de l’ESS et des enjeux liés au modèle économique et à l’emploi dans les structures de l’économie sociale et solidaire.

Sous-critère 2.3
Expérience métier

(sur 20 points)

L'expérience dans l’accompagnement de projets et spécifiquement dans le domaine du développement des activités (production, prestations, services) de l’ESS, de l’analyse stratégique de l’évolution du marché et de son environnement concurrentiel, de la connaissance des modèles économiques viables de l’ESS, de la gestion des ressources humaines et de la fonction employeur.


Sous-critère 2.4
Gestionnaire

(sur 10 points)

La gestion de la structure : sa solidité économique et financière et le cas échéant, son expérience dans la gestion de dossiers et financements FSE, ses outils de gestion et de prévision à travers notamment l’existence d’une comptabilité analytique, la diversité de ses financements, son mode de gouvernance et de management et ses processus RH.




  1. calendrier et modalites pratiques


L’appel à projets est lancé le 10 novembre 2016.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 14 décembre 2016 à 18h.
Les dossiers de candidatures seront retirés au choix sur les sites internet suivants :


Les dossiers seront à déposer en version électronique et un exemplaire papier auprès de :


  • La DIRECCTE (UR) : fanny.chauveau@direccte.gouv.fr – 21 rue Madeleine Vionnet 93300 Aubervilliers

  • La DR CDC : claudine.pierson@caissedesdepots.fr - 2 avenue Pierre Mendes France CS 41342 75648 Paris cedex 13




  1. comité de sélection


Dans chaque région, un comité de sélection est présidé par la DIRECCTE et la DR CDC; il est en outre composé du correspondant DLA de l’UD concernée, du correspondant régional de l’ESS, des autres financeurs (conseil départemental, autres collectivités territoriales, autres services déconcentrés …).
Ce comité de sélection est chargé d’étudier les dossiers présentés par les structures et de sélectionner la(les) structures(s) qui sera(ont) financée(s) pour porter la fonction de DLA. En cas de désaccord entre les membres du comité de sélection, la décision finale du choix de la ou des structures porteuses du DLA et de l’octroi de son financement sera prise par la DIRECCTE et la DR CDC.

La sélection se fera sur la base des critères d’éligibilité et de choix définis à l’article 5. Parmi les critères de choix, les pilotes locaux accorderont une attention particulière à la diversité des structures porteuses de DLA à l’échelle de l’ensemble du territoire régional.
Toutefois, si une même structure souhaite candidater aux appels à projets « DLA Départemental » et « DLA Régional », elle doit démontrer sa capacité à exercer les deux missions distinctes selon les critères et objectifs de chacun des cahiers des charges.
Dans le cadre de cette sélection d’une structure au portage de la fonction de DLA, les pilotes locaux décident d’organiser une audition des candidats, qui aura lieu dans la première quinzaine de janvier 2017.



  1. modalites de contractualisation


Une (des) convention(s)-cadre triennale(s) sera(ont) signée(s) entre la(les) structure(s) sélectionnée(s) et la DIRECCTE, la DRCDC et le cas échant les collectivités territoriales. Ces conventions-cadre donneront lieu à des conventions d’application annuelles fixant l’engagement de l’Etat et de la CDC, et le cas échéant des collectivités territoriales.
Pour rappel un cofinancement du Fonds social européen pourra être envisagé par la structure porteuse du DLA en s’adressant auprès de l’autorité de gestion compétente sur le territoire concerné.
Un bilan annuel sera fourni par chacune des structures retenues et aidées en s’appuyant sur l’outil de reporting Enée Activités. L’évaluation globale du programme sera alors mesurée au regard de la réalisation des objectifs fixés et des obligations de la convention.

Page sur


similaire:

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconPrésentation du dpt
«Orientation et insertion professionnelle des jeunes» géré par la direction générale de l’emploi et de la formation professionnelle...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconDe la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconEtaient présents 82 délégués sur 106 en exercice
«dynamique pour l’emploi» bénéficie de financements croisés de l’Etat (Direction Départementale du Travail de l’Emploi et de la Formation...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconLe taux de chômage (derniers chiffres connus) (sources : Ministère...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconLe taux de chômage (derniers chiffres connus) (sources : Ministère...

Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social iconCompte rendu ctm du 16 Septembre 2015
«ministère fort». Les services de l’emploi et de la formation professionnelle doivent faire avec les moyens du bord – donc plus avec...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com