1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3





télécharger 91.22 Kb.
titre1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3
page1/2
date de publication11.02.2017
taille91.22 Kb.
typeBibliographie
e.20-bal.com > loi > Bibliographie
  1   2

Introduction 2

I. Le milieu naturel 3

i. Géographie 3

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3

2. Hydrographie 5

3. Le relief 6

4. La réserve nationale de chasse et de faune sauvage 6

ii. Géologie 7

a) Petite histoire des Alpes 7

b) Les Bauges, massif préalpin 7

3. Les Bauges, massif karstique 7

iii. Climat 7

a) Les différences de températures liées à l’altitude 8

2. Les précipitations 8

3. Les vents dominants 9

iv. Végétation 9

v. Le monde animal 10

a) Les mammifères 11

2. Les oiseaux 11

3. Les poissons 12

4. Les amphibiens et les reptiles 12

5. Les invertébrés 13

6. Inventaire des espèces 13

II. Le milieu humain 13

1) Géographie 14

a) Communes et population 14

2. Le réseau routier 14

ii. Histoire des populations 14

a) Le cœur des Bauges 14

2. Le plateau de la Leysse 14

3. La combe de Savoie 15

4. La haute combe de Savoie et le Vallon de Tamié 15

5. Le pays du lac d’Annecy et du Laudon 16

6. Les hauts de l’Albanais 16

iii. L’agriculture 16

a) Généralités 17

2. Les produits laitiers 17

3. La viande 17

4. Le vin 18

5. Les vergers 18

6. Les autres produits 18

7. Son avenir 18

iv. L’exploitation forestière 19

v. L’économie locale 19

vi. Le tourisme 19

vii. Le patrimoine 20

a) L’architecture 20

2. Le bâti 21

3. Outillage et savoir faire 22

CONCLUSION 23

BIBLIOGRAPHIE 24



Introduction


Les Bauges, un nom qui sonne pour beaucoup d’entre nous, comme un massif secondaire dans les Alpes françaises. Peu de personnes sauront le placer sur une carte. Et pourtant ce territoire recèle d’innombrables richesses à quelques pas des plus grandes agglomérations savoyardes. A travers ces pages, nous allons découvrir ce massif où un parc naturel régional a été créé en 1995. Il est né de la volonté d’un développement local fondé sur la valorisation de son patrimoine rural. Le massif des Bauges dessine aujourd’hui avec le Chartreuse et le Vercors, une continuité de parcs naturels régionaux, d’Annecy à Valence. Une des missions fondamentales du parc naturel du massif des Bauges est d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel du massif. Depuis sa création, de nombreux inventaires d’espèces, de milieux et des études sur le fonctionnement d’un certain nombre d’écosystèmes ont été réalisés. Nous découvrirons ce massif selon deux approches : Le milieu naturel et le milieu humain. Enfin nous tenterons de dégager, en conclusion, des axes de développement durable où les hommes devront trouver un équilibre entre leurs actions et la préservation du patrimoine naturel.

I.Le milieu naturel



      1. Géographie



        1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges


Situé dans la région Rhône-Alpes, le territoire du parc couvre 85600 hectares et s’étend sur les départements de la Savoie et Haute-Savoie. Il est situé dans un triangle formé par les villes de Chambéry, Annecy et Albertville.



Carte de la situation du Massif des Bauges en Rhône Alpes

On peut définir 6 petites entités géographiques sur ce territoire :

-Le cœur des Bauges, au centre

-Le plateau de la Leysse, au sud

-La combe de Savoie sur les contreforts sud

-La haute combe de Savoie et le Vallon de Tamié à l’est

-Le pays du lac d’Annecy et du Laudon au nord

-Les hauts de l’Albanais à l’ouest



Plan général du massif des Bauges
        1. Hydrographie


La présence d’eau se lit partout dans le massif des Bauges, sous de multiples formes. Le massif alimente d’un côté le lac du Bourget avec la Leysse et le Sierroz et de l’autre le lac d’Annecy par l’Ire et le Laudon. Entre les deux plus grands lacs naturels de France, il a son propre bassin versant avec le cours amont du Chéran. Le seul lac présent dans le massif, est d’origine glaciaire. Il se situe à la Thuile sur le plateau de la Leysse.

Les Bauges constituent l’un des massifs les plus arrosés de France. Mais la nature karstique de ce massif calcaire absorbe parfois l’eau de surface, au point de le rendre localement rare. Le paysage est donc marqué par l’action de cette eau : rides des lapiaz, effondrements circulaires des dolines, embouchures de tannes. Autant d’indices laissant la place à un immense réseau souterrain.

Enfin la vallée de l’Isère délimite les contreforts sud du massif.
        1. Le relief


De 234 mètres à 2217 mètres, soit du lac du Bourget au sommet de l’Arcalod (point culminant du massif), les Bauges offrent un relief complexe et contrasté. Toutes les expositions et pentes existent. Le relief dépend à la fois de la nature des roches (les barres calcaires dominent le paysage), des accidents géologiques (plis, failles) et de l’érosion des glaciers et des cours d’eau qui l’ont modelé à basse et moyenne altitude.

Le massif compte 14 sommets dépassant les 2000 mètres d’altitude.
        1. La réserve nationale de chasse et de faune sauvage


La réserve des Bauges est une citadelle naturelle propice à la conservation des espèces. Dès 1913, l’administration des eux et forêts décide d’y suspendre la chasse. A l’origine dédiée au développement de la population de chamois à des fins de captures d’animaux pour repeuplements, la réserve s’est progressivement orientée vers l’étude de cette espèce. Aujourd’hui son domaine d’étude s’étend au Mouflon, au tétras-lyre et aux cervidés.

      1. Géologie



  1. Petite histoire des Alpes


Les Alpes résultent de la collision de l’Europe et de l’Afrique, qui s’est produite au début de l’ère tertiaire, c’est à dire il y 40 ou 50 millions d’années. Dans cette collision un espace océanique, qui séparait les deux continents, s’est refermé.
  1. Les Bauges, massif préalpin


Les massifs préalpins sont entièrement composés de roches sédimentaires. Ces roches formées d’anciennes vases, déposées pendant toute l’ère secondaire, sur le fond des rivages de l’ancien océan, se sont compactées et cristallisées. Ces sédiments ont emprisonné mollusques et crustacés datant de cette époque. On retrouve ainsi dans le calcaire de ces massifs de nombreux fossiles.

Le massif des Bauges résulte en partie du plissement de cette couche de roche sédimentaires. La partie calcaire de ce massif, épaisse de 300 à 400 mètres, forme ainsi de magnifiques plis, comme le synclinal de l’Arclusaz, visible depuis la combe de Savoie.
        1. Les Bauges, massif karstique


Comme dans tout massif calcaire, l’action de l’eau sur les roches carbonatées des Bauges, a sculpté le paysage. En effet la roche est façonnée par dissolution, formant ainsi à la surface du massif des lapiaz, dolines, canyons, cannelures, grottes, tannes… et en profondeur, un réseau hydrographique immense dont les seuls témoins sont des résurgences comme celles de la Doria près de Chambéry.
      1. Climat



  1. Les différences de températures liées à l’altitude


Comme nous l’avons détaillé auparavant le territoire des Bauges s’étend de 234 à un peu plus de 2200 mètres d’altitude. On retrouve ainsi les spécificités de 5 étages de végétation :

-Supraméditerranéen sur les contreforts sud du massif

-Collinéen dans les grandes vallées savoyardes (300 à 600 mètres)

-Montagnard dans les vallées internes au massif et les plateaux comme celui de la Féclaz (700 à 1500 mètres)

-Subalpin sur tous les principaux sommets du massif (1500 à 2100 mètres)

-Alpin sur quelques sommets du massif comme celui de l’Arcalod ou du Pécloz (au-delà de 2100 mètres)

On observe ainsi, entre les étages les plus hauts et les plus bas, une variation de près de 20°c sur les températures moyennes annuelles. Cependant on peut qualifier les températures du massif des Bauges comme « fraiches ».
        1. Les précipitations




Les perturbations venues de l ‘atlantique accrochent en premier les massifs préalpins. De par sa situation géographique, le climat des Bauges est relativement « humide ».



Source : Parc naturel du Massif des bauges
        1. Les vents dominants


Le massif des Bauges exposé à deux vents dominants : la bise et le foehn.

-La bise, est un vent froid soufflant du nord et du nord-est.

-Le foehn est un vent fort, chaud et sec, apparaissant quand un vent dominant est entraîné au-dessus d'une chaîne montagneuse et redescend de l'autre côté après l'assèchement de son contenu en vapeur d'eau.

La Traverse (vent d’ouest) et la Lombarde (vent d’est) se manifestent plus rarement et dans des intensités moins importantes.

Enfin les brises de pentes, ascendantes au matin et descendantes en fin de journée se manifestent lors des journées ensoleillées de l’été.
      1. Végétation


Les Bauges hébergent un panel floristique issu de 6 domaines biogéographiques plus ou moins bien réparties. Nous ne citerons pas toutes les espèces, mais présenterons seulement quelques exemples emblématiques, uniques, ou ayant un intérêt pédagogique.

-Le domaine principal est sans nul doute le domaine medio européen (étage collinéen) répondant à des influences climatiques de type continental. La majeure partie des espèces, à forte représentation dans le massif est issue de ce groupe, à commencer par le hêtre, le tilleul, ou l’orchis mâle.



Orchis mâle

-A des climats continentaux et nordiques plus froids correspond le domaine boréal représenté par des espèces des étages subalpine et montagnards. C’est le cas de l’épicéa, de la myrtille, du raisin d’ours, de la camarine noire ou de la listère cordée très rare sur ce territoire ?

-Au niveau des secteurs les plus élevés et les plus froids du massif, on retrouve des plantes dites artico-alpines (étage alpin). Ces conditions étant limitées dans le massif, on rencontre ici des espèces ayant un intérêt essentiellement local : Les saules herbacés et réticulés ou beaucoup plus rare le lycopode des Alpes.

-Le domaine le moins bien représenté est le domaine atlantique (étage collinéen). Ce dernier correspond aux climats océaniques à hiver doux. On pourra citer ici le blechnum en épis ou la bruyère vagabonde.

-Le domaine méditerranéen (étage Supraméditerranéen) est quand a lui bien représenté sur le rebord méridional du massif grâce a des conditions d’exposition et de sol favorable, mais aussi grâce aux vois de circulation que représentent le Rhône et l’Isère permettant un flux de graines voir de plantes entières. On trouve dans ce groupe le neprun alaterne, l’érable de Montpellier, l’astragale de Montpellier, le pistachier de Térébinthe ou l’arbre à perruque.

-Le massif présente également des influences sud européennes. C’est le domaine qui offre au massif les espèces les plus « emblématiques » ; chardon bleu, sabot de vénus, cyclamen d’Europe, iris de Perrier, edelweiss, mais aussi d’autres plus communes comme le géranium noueux.



Chardon bleu des Alpes

Le massif des Bauges constitue donc un carrefour entre les différentes influences climatiques européennes qui chacune apporte un élément à la diversité végétale du massif.
      1. Le monde animal



  1. Les mammifères


En premier lieu, les ongulés sont les plus connus ; le chamois en particulier, après avoir frôlé l’extinction, est maintenant emblématique de la réserve nationale de chasse et de faune sauvage. Comme lui, le chevreuil est aujourd’hui en pleine expansion, ainsi que le cerf qui s’implante peu à peu à travers le massif. Seul le bouquetin manque encore, parviendra t’il à coloniser spontanément les bauges à partir du massif des Bornes ? Le mouflon, présent dans les Bauges, a lui été réintroduit en 1954.

Parmi les rongeurs, deux espèces sont revenues dans le parc suite à des réintroductions : la marmotte et le castor. Ce dernier est présent au sud du lac d’Annecy et dans ses affluents, et en voie de retour sur la plaine de l’Isère.

Deux grands carnivores sont présents sur le massif ; le loup et le lynx. Ils passent largement inaperçus pour la majorité d’entre nous. Pour le reste, la prédation est laissée au renard, à la fouine, la martre, l’hermine et le blaireau.

La plus grande partie des quelques 80 mammifères du massif sont des micromammifères, petits rongeurs : campagnols, mulots, musaraignes et chauve-souris.
        1. Les oiseaux


La richesse en habitats du parc permet à plus de 150 espèces de s’y reproduire, depuis les eaux du lac d’Annecy ou de l’Isère (grèbes huppé, martin pêcheur) jusqu’au plus haut de l’étage alpin (lagopède, niverolle). Pratiquement tous les oiseaux des Alpes peuvent s’observer en Bauges.

Le milieu forestier, le plus étendu du massif, abrite des espèces originales (gelinotte, bécasse, pic noir, autour), voir rares (pic tridactyle, chouette chevêchette).

Au dessus de la forêt, les milieux de landes et aulnaies sont l’habitat d’espèces comme la linotte mélodieuse, le tétras lyre, la fauvette babillarde ou le sizerin flammé ; plus haut encore, les pelouses et leurs pipits spioncelles, les falaises et rochers avec trichodromes, merles des roches… et rapaces avec en premier lieu les cinq couple d’aigles royaux du massif.



Aigle royal

Au dessous de la forêt, les milieux agricoles abritent l’avifaune « ordinaire » européenne, dont plusieurs se raréfient en plaine et de se réfugient dans les paysages mieux préservés de la moyenne montagne : tarier des prés, couette chevêche, huppe, alouette des champs, moine friquet.

Enfin la migration apporte aussi aux Bauges sont lot d’espèces en transit ou en hivernage (plus de 100 espèces), notamment les oiseaux sur le lac d’Annecy : canards, grèbes, cormorans, petits échassiers. Certains cols comme celui de Chérel ou de Tamié voient passer à l’automne des centaines de pinsons, mésanges, pigeons et hirondelles.
        1. Les poissons


Dans les torrents coulant vers les lacs d’Annecy et du Bourget ou vers l’Isère, la truite fario est autochtone et répandue ainsi que le chabot et le vairon. Les lacs naturels enrichissent la faune piscicole du parc. Perche, tanche, brochet sont les plus connus de par leur intérêt pour la pêche. Celle ci a également conduit à l’introduction d’espèces comme la truite arc en ciel ou la corégone.
        1. Les amphibiens et les reptiles


Peu d’amphibiens sont capables de vivre en altitude, les parties basses (combe de Savoie, cluse d’Annecy, Albanais) abritent les plus rares : crapauds sonneur, et calamite, triton palmé, grenouille agile...

Le climat frais et pluvieux rend peu accueillant les Bauges pour les reptiles… sauf en bas de versants sud. On trouve ainsi des couleuvres, vipères et lézards dont le magnifique lézard vert.



Le lézard vert
        1. Les invertébrés


La faune des invertébrés reste largement méconnue dans le massif. Du fait de leur altitude plus modérée et de leur situation géographique plus excentrée et plus méridionale, les Bauges présentent, par rapport aux massifs voisins, quelques particularités dans les peuplements. Certaines espèces exigeantes en chaleur atteignent les contreforts méridionaux du massif, leur limite septentrionale (cigale). D’autres ne sont observées qu’exceptionnellement au nord du massif comme la cordulie arctique.
        1. Inventaire des espèces




Groupe

Nombre d’espèces dans le massif des Bauges

Nombre d’espèces en France

Flore

1300

6700

Poissons d’eau douce

45

63

Amphibiens

9

27

Reptiles

10

35

Oiseaux (nicheurs)

150

300

Mammifères

80

110


  1   2

similaire:

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconLes aspects financiers et budgétaires du Parc Naturel Régional du Pilat

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconPrésentation des projets du dispositif eclair 2012/2013
«La Cabane» (Maison de la Nature) à Montenach, le parc «France Aventures» à Amneville, Strasbourg (musée du chocolat et brasserie),...

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconLa valorisation de l’espace naturel dans la Métropole Lilloise à...
«Espace Naturel Lille Métropole (enlm)», l'objectif est de disposer avant 2015, d'environ 10 000 hectares d'espaces verts dans la...

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 icon1. Aménagement du territoire – Développement économique
«NC» et «ND» des plans d'occupation des sols; zones «A» et «N» des plans locaux d'urbanisme rendus publics

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconRésumé Dans un contexte marqué par la multiplication, l'intensification...

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 icon«le parc de senart»
«Parc de Sénart». Notre soucis au cours des ces dernières années a été et reste de le rendre applicable aujourd’hui, c’est à dire...

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconComment monter votre projet pédagogique «Ecole du Parc» ?
«Ecole du Parc» sont ouverts aux écoles et établissements scolaires du territoire

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconProgramme langue et compétences 2011 2012 (engagements terminés)...
«Plans de formation» des agences et «cif intérimaires». Préparation du programme 2013 en cours

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconContexte et modalités pratiques Introduction
«Biomasse chaleur industrie agriculture tertiaire» (bciat). Au niveau régional, une cellule biomasse a été mise en place pour donner...

1. Plans de situation du Parc naturel régional des Bauges 3 iconRésumé : Demsetz reprend en 1968 l’idée de concurrence pour le marché...
«spots» consistent, pour l’autorité publique, à signer des contrats de très court terme avec l’opérateur privé sans mise en concurrence...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com