Manuels Maroc





télécharger 65.42 Kb.
titreManuels Maroc
date de publication07.01.2017
taille65.42 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > loi > Manuel
INFORMATIQUE MAROC COLLEGE-LYCEE : QUATRE MANUELS POUR LA NOUVELLE DISCIPLINE
Contribution rédigée par Ignace Rak le 31 août 2009 pour l’association AEET www.aeet.fr, le Café Pédagogique http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/, l’association EPI http://www.epi.asso.fr/accueil.htm, l’association PAGESTEC www.pagestec.org et http://www.adjectif.net/spip
Mots clés dans l’index http://pagesperso-orange.fr/techno-hadf/bienvenue.htm Education technologique + étranger : Maroc 2009. Informatique : manuels Maroc
En novembre 2006 nous avions rédigé avec A.Hariri, Inspecteur d’informatique au Maroc, un document qui décrivait la création d’une nouvelle discipline obligatoire d’informatique, ainsi que les contenus des programmes auquel je demande aux lecteurs de cet article de se reporter pour connaître les orientations qui ont prévalues au Maroc (1). Le présent document permet de compléter les informations sur le processus d’intégration de l’informatique dans le système éducatif marocain, notamment l’analyse d’un échantillon représentatif de quatre manuels sur les seize manuels scolaires disponibles sur le marché. En fait, depuis la mise en pratique de la charte, le MEN marocain adopte une politique de diversité en matière des manuels scolaires. Cette politique consiste à soumettre des cahiers des charges aux éditeurs qui rédigent des manuscrits (via leurs équipes d’auteurs), lesquels sont validés ou non par des commissions centrales.

Les manuscrits validés sont homologués et distribués équitablement à travers tout le Maroc.

En ce qui concerne l’informatique, les manuels homologués par niveau sont :

- 1 de collège AC : trois ;

- 2 de collège AC : six ;

- 3 de collège AC : trois ;

- Troncs communs de seconde de lycée : quatre.

Les manuels officiels et homologués en informatique de l’échantillon permettent de dispenser les apprentissages de base et limités aux applications dans les autres disciplines qui les utilisent comme outils seulement. Avant de lire ce qui suit, vous pouvez relire la contribution collective de novembre 2006 pour resituer historiquement la décision de créer une nouvelle discipline informatique (1). Je rappelle que :

- il n’y a pas de discipline informatique en 1ère et terminale de lycée : l’informatique existe seulement dans les filières techniques industrielles (Génie Mécanique & Génie Electrique), commerciales, économiques et artistiques (dans toutes ces filières l’informatique est traitée comme outils) ;

- le programme d’informatique au collège le plus détaillé se trouve dans le document co-rédigé en 2006 ;

- le corps d’inspection est spécifique à l’informatique : il n’inspecte dans aucune autre discipline.

La première année d’enseignement de la discipline informatique des troncs communs du lycée date de septembre 2005. Les troncs communs correspondent en France à la classe de seconde. La mise en place en collège se fait en septembre 2007. Les manuels informatiques destinés aux élèves sont donc parus pour la rentrée scolaire de septembre 2005 en lycée et en septembre 2007 dans les trois années du collège.

Pour la première année du cycle secondaire collégial (collège), le manuel officiel homologué par le Ministère et que je décris, s’intitule « Découverte de l’informatique » (2). Pour la seconde année du cycle secondaire collégial, le manuel officiel homologué par le ministère s’intitule « Découverte de l’informatique » (3). Pour la troisième année du cycle secondaire collégial, le manuel officiel homologué par le ministère s’intitule « L’informatique moderne » (4). Pour la première année des troncs communs du cycle secondaire qualifiant, le manuel homologué par le ministère s’intitule « Découverte de l’informatique » (5).

J’ai pensé que la description de la structure et des contenus de cet échantillon de manuels serait intéressante pour les enseignants français qui assument un enseignement de l’informatique intégré aux disciplines comme simple outil et non comme objet d’enseignement spécifique, sauf en technologie entre 1996 et 2008. En qualité d’expert du curriculum de technologie, mon intention est de décrire le contenu didactique et pédagogique de ces manuels sans analyser les choix sur les contenus. Je laisse le soin aux enseignants spécialistes informatique d’analyser les choix des contenus retenus car je ne suis pas expert des contenus informatiques.

Chacun des quatre manuels d’informatique est décrit dans sa structure générale, d’une séquence ou d’activité d’enseignement, d’un exemple de contenu d’une séquence d’enseignement, et des annexes, puis suivi de quelques commentaires personnels.
« Découverte de l’informatique : première année du cycle secondaire collégial » (2)
Structure générale du manuel

Trois parties (unités) organisent les contenus techniques et pédagogiques et chacune de ces unités est constituée d’un ensemble de séquences:

- généralités informatiques : séquence 1 (système informatique), séquence 2 (système d’exploitation) ;

- production de documents multimédias : séquence 1 (fichier son), séquence 2 (fichier image), séquence 3 (introduction au traitement de texte), séquence 4 (techniques d’édition), séquence 5 (mise en forme et impression), séquence 6 (liens hypertextes) ;

- recherche d’informations : séquence 1 (recherche de fichiers sur support de stockage), séquence 2 (recherche d’information sur une encyclopédie numérique).

Une page de présentation décrit chacune des unités en quatre rubriques : « compétences », « séquences (objectifs spécifiques) », « pré-requis », « prolongements ».

A la fin de chacune des trois unités, une activité « d’intégration » intitulée « j’intègre mes acquis » est prévue pour exploiter l’ensemble des savoirs abordés dans toutes les séquences de l’unité.

Structure d’une séquence

Toutes les séquences sont présentées suivant le même ordre de déroulement :

- une, deux, voire plus d’activités dites « d’exploration » avec plusieurs questions ouvertes et à la fin une synthèse des connaissances acquises « je retiens » ;

- une situation formative « je valide mes acquis » complétée par des informations « j’enrichis mes connaissances » sur une partie du sujet afin d’aller plus loin sur le sujet ;

- des « exercices d’évaluation » non notés sur des situations analogues à celles des activités « d’exploration » en apprentissage dont l’une d’entre-elles est corrigée de façon détaillée à la fin de l’ouvrage.

Exemple du contenu d’une séquence

Dans l’unité 1, la séquence 2 (système d’exploitation) (6):

- « Objectifs spécifiques » : connaître le rôle d’un système d’exploitation, reconnaître les différents éléments…,… développer l’esprit de logique d’organisation ;

- « Je m’interroge » : Lorsque l’on démarre l’ordinateur, celui-ci nous invite à…,…avant que cette phase ne soit terminée ?

- « Activités d’exploration » :

1/Qu’est-ce qu’un système d’exploitation ? 2/Comment organiser le bureau de son ordinateur ? « Je retiens » : 1-Qu’est-ce qu’un système d’exploitation ? 2-L’interface de Windows Xp (le pointeur de la souris, le bureau, la barre des tâches, les icônes, la barre des tâches, le menu démarrer) ;

1/Comment exécuter et arrêter un programme ? 2/Comment manipuler les fenêtres sous Windows ? « Je retiens » : 3-Exécuter et quitter un programme. 4-Les fenêtres. 5-Les boites de dialogue ;

1/Qu’est-ce qu’un fichier ? 2/Quelles sont les caractéristiques d’un fichier ? «  Je retiens » : 6-notion de fichier (qu’est-ce qu’un fichier, propriétés des fichiers) ;

1/Qu’est-ce qu’un dossier ? « Je retiens » : 7-notion de dossier (qu’est-ce qu’un dossier ? Arborescence) ;

1/Création d’un fichier. 2/Opérations sur les fichiers. « Je retiens » : 8-la gestion des fichiers (Explorateur, créer un fichier, techniques de sélection, la copie de fichiers, suppression de fichiers

- « J’enrichis mes connaissances » : utilisation du clavier.

- « Je valide mes acquis » : Quatre questions

- « Unité 1 : Exercices » : Sept questions avec une question dont le corrigé se trouve à la fin du manuel.

- « Unité 1 : J’intègre mes acquis » : un problème de synthèse sur toutes les connaissances.  

Annexes

- « Résolution d’exercice » (corrigés) : unité 1, unité 2, unité 3.

- « Glossaire » : afficher à, …, zone d’édition.

- « Lexique Français-Arabe » : accès à, …, vidage.

- « Index » : alignement à, …, zone.

- « Bibliographie/webgraphie » : références générales, références bibliographiques, références webgraphiques.

« Découverte de l’informatique : deuxième année du cycle secondaire collégial » (3)
Structure générale du manuel

Quatre parties (unités) organisent les contenus techniques et pédagogiques et chacune de ces unités est constituée d’un ensemble de séquences :

- systèmes informatique, monoposte/réseau : séquence 1 (système informatique), séquence 2 (système d’exploitation et réseau local) ;

- communication dans un réseau local : séquence (échange d’informations dans un réseau local) ;

- tableur : séquence (tableur) ;

- programmation logo : séquence (programme informatique).

Une page de présentation décrit chacune des unités en quatre rubriques : « compétences », « séquences (objectifs spécifiques) », « pré-requis », « prolongements ».

Structure d’une séquence

Toutes les séquences sont présentées suivant le même ordre de déroulement :

- une, deux, voire plus d’activités dites « d’exploration » avec plusieurs questions ouvertes et à la fin une synthèse des connaissances acquises « je retiens » ;

- un complément « j’enrichis mes connaissances » sur une partie du sujet afin d’aller plus loin sur le sujet ;

- des « exercices d’évaluation » non notés sur des situations analogues à celles des activités « d’exploration » en apprentissage dont l’une d’entre-elles est corrigée de façon détaillée à la fin de l’ouvrage.

Exemple du contenu d’une séquence

La page de présentation de chaque unité a changé par rapport au manuel de la classe de 1ère année du cycle collégial. Les objectifs spécifiques sont désormais inscrits dans la page introductive pour l’ensemble des séquences de l’unité. Ainsi les objectifs spécifiques de l’unité 4 « programmation logo » sont regroupés : définir les concepts : programme, programmation et procédure ; connaître les principales primitives du langage LOGO ; écrire un programme en utilisant un langage LOGO ; structurer un programme en se servant du concept de « procédure » ; appréhender la méthodologie de résolution de problèmes ; développer la créativité.

Dans l’unité 4, la séquence (programme informatique) (7) :

- « Je m’interroge » : Avec l’ordinateur, nous pouvons dessiner, jouer…Comment pouvez-vous créer vos propres programmes informatiques ?

- « Activités d’exploration » :

1/Qu’est-ce qu’un programme informatique ? 2/Langage de programmation. « Je retiens » : 1-Introduction (programme, programmation, langage de programmation).

1/Découvrir l’environnement Logo.net. « Je retiens » : 2-Environnement Logo.net (console, historique, la tortue, la zone géographique, barre d’état) ; 3-Les primitives de la tortue ; 4-Démarrer Logo.net ; 5-Quitter Logo.net.

1/Déplacement relatif de la tortue. 2/Se repérer dans la zone du fond du graphique. 3/Déplacement absolu de la tortue. « Je retiens » : 6-Comment dessiner ? 7-Taille et type du trait ; 8-Couleurs ; 9-Texte ; 10-Message d’erreur ; Enregistrement du travail.

1/2/3/4/Boucles. « Je retiens » : Les boucles.

1/2/3/Procédures. « Je retiens » : Les procédures.

- « J’enrichis mes connaissances » : I Configuration de l’environnement Logo ; II Primitives complémentaires Logo.net.

- « Unité 4 : exercices » : Huit questions avec une question dont le corrigé se trouve à la fin du manuel.

Annexes

- « Résolution d’exercice » (corrigés) : unité 1, unité 3, unité 4.

- « Glossaire » : alignement à, …, zone d’édition.

- « Lexique Français-Arabe » : absolu à, …, vidage.

- « Index » : adaptateur USB à, …, zone nom.

- « Bibliographie/webgraphie » : références générales, références bibliographiques, références webgraphiques.
« L’informatique moderne : 3ème année du cycle secondaire collégial » (4)
Structure générale du manuel

La structure générale de ce dernier manuel de troisième année pour le cycle du collège, est nettement différente des deux premiers manuels décrits précédemment.

Cinq parties (unités) organisent les contenus techniques et pédagogiques et chacune de ces unités est constituée d’un ensemble d’activités :

- typologie de réseaux informatiques ;

- présentation assistée par ordinateur ;

- programmation logo ;

- recherche documentaire sur le web ;

- messagerie électronique.

Une page de présentation décrit chacune des unités en cinq rubriques : « compétences », « prérequis », « savoirs associés », « savoir faire », « prolongements possibles ».

Structure d’une unité

Toutes les unités sont présentées suivant le même ordre de déroulement :

- une, deux, voire plus  d’« activités d’apprentissages » avec plusieurs questions ouvertes et à la fin une synthèse des connaissances acquises « essentiel du cours »

- des « exercices d’entrainement » non notés ;

- une « synthèse du cours » ;

- les « corrigés des exercices d’entrainement » ;

- des « exercices » d’application et de synthèse ;

- des « pages culturelles ».

Exemple du contenu d’une unité (8)

Dans l’unité 1 « Typologie des réseaux informatiques », la page de garde comporte la compétence : maitriser les concepts de base relatifs aux différents types de réseaux avec les prérequis système informatique, réseau informatique, réseau local, topologie de réseau, configuration matérielle d’un réseau. Les savoirs associés désignés sont LAN, MAN, WAN, réseau sans fil, Internet accompagnés du savoir faire réaliser des schémas de quelques exemples de réseaux informatiques. Les « prolongements possibles » sont : réseau Internet et ses services, messagerie électronique, recherche documentaire.

Une « activité de rappel », puis quatre autres « activités » sont proposées en liaison avec le contenu de l’ « essentiel du cours » : notion de réseau informatique, topologie de réseaux, réseau LAN, MAN, WAN.

Deux « exercices d’entrainement » essentiellement formatifs, non notés sont proposés pour identifier les types de réseaux dans huit situations différentes.

La « synthèse du cours » se présente sous la forme de définitions sur les notions de réseau informatique, des trois typologies de réseaux.

Les « corrigés des exercices d’entraînement » donnent les réponses aux huit questions.

Six « exercices » de synthèse et d’application, toujours non notés, sont proposés.

Les pages culturelles proposent un article sur l’histoire des réseaux.

Annexes

- « Lexique Français-Arabe » : adressage, à,…,zone .

- « Glossaire » : adresse, à,…, zone de texte.

- « Index » : @, at, arobase, à,…, zone de texte.

- « Ressources bibliographiques et webographiques » : références générales, bibliographie, webographie, dictionnaires et encyclopédies numériques.
« Découverte de l’informatique, troncs communs » (classe de seconde de lycée) (5)
Pour le lycée, l’introduction dès septembre 2007 d’une nouvelle discipline fait l’objet d’un manuel conséquent (240 pages) en reprenant une grande partie des manuels de collège mais en les complétant fortement.

Structure générale du manuel

Quatre modules sont retenus pour tous les troncs communs de la classe de seconde du lycée (sciences, lettres, originel, technologique) avec des chapitres pour chaque module :

- module n°1 : généralités sur les systèmes informatiques (chapitre 1  définitions et vocabulaire : notion d’information, le traitement de l’information, définition de l’informatique, le système informatique ; chapitre 2  schéma fonctionnel d’un ordinateur : description générale d’un ordinateur, les mémoires, le microprocesseur, les périphériques ; chapitre 3 logiciels et domaines d’application de l’informatique : introduction, les logiciels de base, les logiciels d’application, les domaines d’application de l’informatique );

- module n°2 : les logiciels (chapitre 1 système d’exploitation : introduction, les systèmes d’exploitation des micro-ordinateurs, les systèmes d’exploitation Windows ; chapitre 2  traitement de textes : introduction, gestion des documents, réalisation d’un document, la mise en forme d’un document, insertion d’objets, l’impression d’un document) ;

- module n°3 : algorithme et programmation (chapitre 1 algorithmique : démarche algorithmique, les instructions de base, représentation d’un algorithme, structures de contrôle ; chapitre 2 programmation : processus de résolution de problème, langage de programmation, le langage Pascal, instructions de base, les structures de contrôle, application) ;

- module n°4 : les réseaux et Internet (chapitre 1 les réseaux informatiques : qu’est-ce qu’un réseau informatique, pourquoi un réseau informatique, comment fonctionne un réseau informatique, l’aspect physique des réseaux informatiques, classification des réseaux informatiques, utilisation d’un réseau ; chapitre 2 Internet et ses services : Internet, définition, Internet : principe de communication, Internet : comment s’y connecter, Internet : exploitation, Internet : avantages et inconvénients ) ;

Chaque module est présenté sur une page de garde avec « capacités ciblées », « capacités » et « savoirs associés », « prolongements ». Puis chaque chapitre est présenté avec un texte d’introduction en page de garde avec des « objectifs ».

Structure d’un module

Tous les modules sont présentés suivant le même ordre de déroulement :

- une, deux, voire plus  d’« activités » avec des problèmes et des questions ouvertes ;

- un « cours » sur le sujet ;

- une « évaluation » non notée.

Exemple du contenu d’un module (9)

Dans le module 3 « Algorithmique et programmation », une page de garde concerne les deux chapitres :

- des « compétences ciblées » énumère résoudre un problème en adoptant la démarche algorithmique, élaborer un algorithme décrivant la solution d’un problème nécessitant des traitements séquentiels et/ou conditionnels, transcrire correctement un algorithme dans le langage de programmation (Pascal par exemple), utiliser l’environnement Turbo Pascal pour mettre au point un programme simple ;

- des « capacités » : identifier les données, le traitement et les résultats inhérents à un problème donné, exprimer, graphiquement ou dans un langage naturel, la solution d’un problème, exprimer un traitement conditionnel dans un langage algorithmique, exploiter l’environnement de développement intégré de Turbo Pascal pour développer un programme, traduire une instruction de base, écrite dans un langage algorithmique en son équivalent en Turbo Pascal ;

- des « savoirs associés » : démarche algorithmique, étapes de la phase analyse, notion d’algorithme, les attributs d’un objet d’un algorithme, les constantes, les variables, les types de données, les instructions de base, structure de contrôle séquentielle, structure de contrôle conditionnelle, notion de programme, langages de programmation, structure d’un programme en Turbo Pascal, mots clés du langage Turbo Pascal.

Pour le chapitre 1, algorithmique, la page de garde décrit :

- une situation problème ou une mise en situation sur le thème traité : Avez-vous déjà ouvert un livre de recettes de cuisine ? Avez-vous déjà déchiffré un mode d’emploi traduit directement du coréen pour faire fonctionner un magnétoscope ou un répondeur téléphonique réticent ? Si oui, sans le savoir, vous avez déjà exécuté des algorithmes ;

- des « objectifs » : identifier les principales étapes de la démarche algorithmique, connaître les éléments d’un algorithme, distinguer les données d’un algorithme, utiliser les instructions de base pour concevoir une solution algorithmique à un problème, employer une structure conditionnelle quand il est nécessaire.  

Cinq activités sont proposées : qu’est-ce qu’une démarche algorithmique, avec des « objectifs », trois « problèmes » et des « questions » associées ; éléments d’un algorithme, avec des « objectifs », des « questions » ; structure de contrôle conditionnelle, avec un « objectif », des « questions » ; structure alternative, avec un « objectif », des « questions » ; mise en œuvre de conditions de traitement, avec un « objectif », des « questions ».

Un « cours » synthétise le chapitre par des définitions et des exemples sur les connaissances de démarche algorithmique, algorithme, les instructions de base, représentations d’un algorithme, structures de contrôle.

Le chapitre 1 se termine par onze « évaluations » non notées à partir d’études de cas.

Le chapitre 2, programmation, contient dans la page de garde :

- une situation problème ou une mise en situation sur le thème traité : La programmation ne relève pas de l’art, mais de la technique. Elle obéit à des règles de construction scientifiques et, si elle est un point de passage parfois obligé du développement, elle ne représente qu’un effort limité par rapport à l’ensemble des phases nécessaires au développement du logiciel ;

- des « objectifs » : connaître les phases d’élaboration d’un programme, appréhender le rôle et l’intérêt d’un langage de programmation, connaître quelques éléments de base du langage Turbo Pascal, exploiter l’environnement du développement intégré du Turbo Pascal pour mettre en œuvre un programme.  

Deux « activités » sont proposées : qu’est-ce qu’un langage de programmation ? avec un « objectif » et trois « questions », comment utiliser le langage Pascal dans la programmation ? avec un objectif et cinq « questions ».

Un « cours » synthétise le chapitre par des définitions et des exemples sur les connaissances de processus de résolution de problèmes, langage de programmation (introduction, définition d’un langage de programmation), le langage Pascal (présentation du langage ; structure générale d’un programme en Pascal avec la partie en-tête, la partie déclaration, le corps du programme) ; les instructions de base ( l’affectation, les instructions d’entrée et sortie, un exemple de programme écrit en Pascal) ; les structures de contrôle (les instructions conditionnelles alternatives, les structures conditionnelles sélectives) ; application (analyse, la conception, codage de l’algorithme, écriture du programme source, la compilation, édition des liens, l’exécution).

Ce chapitre 1 se termine avec cinq textes d’« évaluation » avec des questions sur des études de cas.

Annexes

- « Glossaire » : adresse de site web, à,…, zone de recherche.

- « Lexique Français-Arabe » : abonné, à,…, visualisation.

- « Lexique anglais-français » : access provider, à, …, World Wide Web.

- « Index » : ADSL, à,…, Web.

- « Bibliographie/webgragraphie » : références générales, références bibliographiques, références webgraphiques.
Mes commentaires

Il faut ajouter que le contenu de cet échantillon de quatre manuels est abondamment illustré de schémas, photos et copies d’écran.

Je propose trois points de vue personnels, à discuter, sur ces manuels : politique, didactique et pédagogique.

D’un point de vue politique, ces manuels sont la concrétisation de la décision du Ministère de l’Education Marocain de mettre en œuvre une formation disciplinaire de base et autonome aux NTIC (relire 1). On y retrouve l’essentiel des compétences, savoirs, savoir-faire, mais beaucoup moins pour les savoir-être énumérés dans sa charte de septembre 2006. D’autre part la comparaison avec les orientations françaises en matière d’apprentissage aux TIC depuis 1996 qui privilégient d’une part une diminution de la responsabilité d’une discipline en confiant cette responsabilité à toutes les disciplines sans aucun contrôle national, et d’autre part la dimension « outil » au lieu et place de « l’objet » connaissances informatiques, marque les deux orientations fondamentalement différentes où le Maroc semble mieux asseoir que la France et contrôler la culture NTIC dans l’enseignement obligatoire collège et lycée.

La comparaison de leur contenu pose par ailleurs les mêmes questions que l’on se pose actuellement en France depuis l’introduction des terminologies européennes dans le socle commun des connaissances d’un point de vue de communication didactique et pédagogique, et ceci pour l’ensemble les professeurs de collège et de lycée.

Le point de vue didactique axé sur l’expression des contenus, c’est à dire la variation sur les termes employés entre le manuel de première année de collège et celui de la classe de seconde troncs communs de lycée, pose la question du changement de références dans les compétences des professeurs en poste et les formations des nouveaux professeurs en fonction des niveaux d’enseignement :

- un découpage en « unités » en 1ère, 2ème et 3ème années et un découpage en « modules » en seconde de lycée ;

- l’emploi évolutif du terme de « compétences » et « d’objectifs spécifiques » en 1ère, 2ème année et de « compétences » et de « savoirs associés » et « savoir faire » en 3ème année, puis vers « compétences ciblées », « capacités » et « savoirs associés » pour la classe de seconde pour tous les troncs communs de lycée.

Contrairement à la France, la formation à la programmation et aux notions clés des technologies de l’information et de la communication au Maroc, est fortement présente, ainsi que l’entrée par les « connaissances » informatiques, alors que la formation en France évolue vers une entrée généralisante et abstraite par les « capacités » en minimisant de plus en plus les connaissances et supprimant les « compétences », donc de moins en moins disciplinaire et de plus en plus « transversales floues ». Au Maroc les connaissances informatiques sont par ailleurs très axées sur des applications générales, sauf peut être la programmation Logo, alors qu’en France les connaissances relevées dans le programme de technologie collège de 2008 (10) se répartissent entre des applications générales courantes et des applications industrielles ou tertiaires énumérées en charge à 98 % par cette seule discipline.

Le point de vue pédagogique me conduit à souligner dans l’échantillon des quatre manuels une certaine constance des propositions de déroulement des séances ou séquences : activités d’apprentissage, puis activités formatives et évaluation sommative, même si ces dernières ne sont jamais notées. Or l’existence d’une note et d’un barème en fonction de réponses possibles dans un corrigé type est une phase incontournable de la préparation d’une évaluation sommative notée (11) qui si elle est ignorée, réduit à néant l’effort de préparation et de déroulement d’une séance. Il me semble par ailleurs que le manuel de première année de collège est relativement plus complexe que les suivants dans le déroulement en prévoyant des phases dites « d’intégration ». Ayant moi-même observé il y a quelques années l’activité des élèves dans des classes marocaines, et si les pratiques n’ont pas changé depuis, il me semble aussi que l’utilisation d’un manuel officiel homologué est un guide incontournable des déroulements et contenus des cours et de la progression chronologique annuelle que suivent avec attention, professeurs et inspecteurs. Si ceci est une contrainte forte, il reste que le professeur marocain a la possibilité d’utiliser l’une des nombreuses méthodes pédagogiques décrites dans le document de septembre 2006 (12). Ceci est un garant, me semble t-il, de la qualité en même temps des contenus et de la liberté de choix sur la pédagogie. Je laisse aux experts informaticiens des contenus, le soin de donner un avis sur les choix concernant ces contenus, les logiciels retenus, etc.

Depuis quelques années je me suis intéressé aux curriculums de l’enseignement des TIC dans l’enseignement obligatoire du collège en France. L’exemple de la création d’une nouvelle discipline obligatoire « informatique » au Maroc, consolide mon point de vue, ainsi que certains militants d’associations (13) (14), selon lequel une culture sur les NTIC ne peut être acquise sans une discipline totalement responsable de cela, et qu’ensuite seulement ces apprentissages puissent faire l’objet d’applications dans des disciplines et domaines divers.

Cet échantillon de quatre manuels que j’ai lus avec plaisir est le témoin d’un engagement différent de celui de la France. Il est évident qu’il y aurait lieu d’analyser les douze autres manuels homologués pour compléter et confirmer ce premier point de vue descriptif (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26).

Il est par ailleurs intéressant de situer l’enseignement des TIC au Maroc par rapport à deux autres pays du Magreb, c'est-à-dire l’Algérie et la Tunisie comme l’a fait un chercheur en 2008, H. Abassi-Mouelhi (27).
Bibliographie, sitographie
(1) http://perso.orange.fr/techno-hadf/edu/3-college_etranger_1985-20__/HADF_3-9_Maroc_l_informatique_nouvelle_discipline_d_enseignement.doc

(2) CHAKIR, L., ELHILLALI, A., MOHTADI, M.T. (2007). Informatique. Première année du cycle secondaire collégial. Société nouvelle.

(3) CHAKIR, L., ELHILLALI, A., MOHTADI, M.T. (2007). Informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Société nouvelle.

(4) MOUDDEN, B., OUMAD, M., BELKORCHI, M. (2007). L’informatique moderne. Troisième année du cycle secondaire collégial. Casablanca : Maison marocaine du livre.

(5) ELHILLALI, A., MOTHADI, M.T., HARIRI, A., CHACKIR, E.H. (2007). Découverte de l’informatique. Troncs communs. Société nouvelle.

(6) CHAKIR, L., ELHILLALI, A., MOHTADI, M.T. (2007). Informatique. Première année du cycle secondaire collégial. Société nouvelle pp 23-38.

(7) CHAKIR, L., ELHILLALI, A., MOHTADI, M.T. (2007). Informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Société nouvelle pp 85-116

(8) MOUDDEN, B., OUMAD, M., BELKORCHI, M. (2007). L’informatique moderne. Troisième année du cycle secondaire collégial. Casablanca : Maison marocaine du livre pp 10-24.

(9) ELHILLALI, A., MOTHADI, M.T., HARIRI, A., CHACKIR, E.H. (2005). Découverte de l’informatique. Troncs communs. Société nouvelle pp 145-180.

(10) http://www.education.gouv.fr/pid20484/special-n-6-du-28-aout-2008.html

(11) http://perso.orange.fr/techno-hadf/edu/12-college_fr_2005-2010-5/HADF_12-17_Evaluation_les_notes_en_technologie_la_fin_du_cauchemar_pour_les_eleves.doc

(12) http://perso.orange.fr/techno-hadf/edu/3-college_etranger_1985-20__/HADF_3-9_Maroc_l_informatique_nouvelle_discipline_d_enseignement.doc pp 16-20

(13) http://www.epi.asso.fr/accueil.htm

(14) http://asti.ibisc.univ-evry.fr/

(15) BEMOUNNA, A., ECHATOUANI, A., EL YAAKOUBI, T. (2007). L’informatique pas à pas. Première année du cycle secondaire collégial. Casablanca : Dar Nacher Al Maarifa.

(16) LAMDAGHRI, M., JARRAD, H., EL ATAOUI, A., SAAOUD, H., LAGHAM, N. (2007). @ Nous l’informatique. Première année du cycle secondaire collégial. Rabat : Almaarif.

(17) FIKRI, A., EL MOUKARAKI, A., RABID, A. (2007). Parcours informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Rabat : Almassar.

(18) EL IBAOUI, M., KAMAR, OUASSIH, H. (2007). Apprendre l’informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Temara : Fadaa.

(19) LAMDAGHRI, M., JARRAD, H., LAATAOUI, A., SAAOUD, H., LAGHAM, N. (2007). @ Nous l’informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Rabat : Amaarif.

(20) EL MANSSOURI, A., HADDI, A., EL MABCHOUR, M., (2007). Le chemin de la réussite en informatique. Deuxième année du cycle secondaire collégial. Rabat : Okad.

(21) LAMDAGHRI, M., JARRAD, H., LAATAOUI, A., SAAOUD, H., LAGHAM, N. (2007). @ Nous l’informatique. Troisième année du cycle secondaire collégial. Rabat : Amaarif.

(22) EL MANSSOURI, A., HADDI, A., EL MABCHOUR, M., (2007). Le chemin de la réussite en informatique. Troisième année du cycle secondaire collégial. Rabat : Okad.

(23) BEKOURCHI, M., OUMAD, M., EL MOUADIN, B. (2007). L’informatique moderne. Troisième année du cycle secondaire collégial. Casablanca : Adar Almaghribia Lil Kitabe.

(24) LAMBARCHI, M., EL AFFI, A., MIYARA, F., (2005). Espace informatique. Troncscommuns en seconde de lycée. Rabat : Amaarif.

(25) ZAKI, M., GOUMI, N., HMAJOU, A. (2005). L’informatique au lycée. Troncs communs en seconde de lycée. Casablanca : Librairie des écoles.

(26) EL MANSSOURI, A., HADDI, A., EL MABCHOUR, M. (2005). Le chemin de la réussite en informatique. Troncs communs en seconde de lycée. Rabat : Okad.

(27) http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article36






similaire:

Manuels Maroc iconSynthèse des présentations
Agent Intelligent de crawling et scraping pour le sie xew, Amine El haddadi, fst de Tanger (Maroc), Anass El haddadi, Ecole Nationale...

Manuels Maroc iconAfrique Economie
«de précaution» de 6,2 milliards de dollars en faveur du Maroc pour protéger le pays contre les chocs extérieurs, en particulier...

Manuels Maroc iconEconomie droit Maroc 2009-06-15

Manuels Maroc iconDeux types d’agriculture existent au Maroc

Manuels Maroc iconEndémique du Maroc et zone limitrophe (Algérie)

Manuels Maroc iconSociété : motorola maroc (Mars-Juin 2004 )

Manuels Maroc iconL’ensa, nouveau vivier des hauts responsables de l’administration...

Manuels Maroc iconAdresse: Centre Jacques Berque
«Programme national de rénovation urbaine» en France et de l’«indh en milieu urbain» au Maroc»

Manuels Maroc iconL'impulsion de la nouvelle forme de distribution au Maroc, est directement...

Manuels Maroc iconEt le lycee qualifiant tariq ibn ziad (maroc- region du meknes tafilalet)
«responsables» – notamment incidence de la déforestation et des arrachages sauvages (E. D. D)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com