S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI





télécharger 121.89 Kb.
titreS. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI
page3/5
date de publication06.06.2019
taille121.89 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5
Part d'une génération accédant au bac (en %, en 1997-98). Niveau V : MEN 78,7, agricole 4,1, apprentissage 8, ensemble 90,8 (91,3). Niveau IV : bac général 34,2, bac technologique 20,6, bac professionnel 13,3, ensemble 67,9.

Enseignement privé

Part de l'enseignement privé. Nombre d'élèves (en %) : 1994-95 : 1er degré : 13,8 ; 2e degré : 20,5 ; universitaire : 7,8 ; 1998-99 : 16 (enseignement privé sous contrat).

Nombre d'établissements (1997-98). Écoles : 5 785 dont 300 maternelles, 5 485 élémentaires. Établissements du second degré : 3 590 dont 1 146 lycées, 655 lycées professionnels, 1 789 collèges. Techniciens supérieurs : 302. Enseignement agricole : 54. Classes préparatoires : 79.

Catholique privé (1995-96). Nombre d'élèves (France métropolitaine) : 1er degré : 861 457 ; 2e degré : 1 117 666. % de l'enseignement catholique dans l'enseignement privé : 1er degré : 96,84 ; 2e degré : 93,22.

Nota. - Sous contrat d'association 24 %, sous contrat simple 73 %, hors contrat 3 %.

Couvent des Oiseaux : ouvert par les chanoinesses de St-Augustin de la Congrégation de Notre-Dame (fondée 1597) en 1818 au 84-86, rue de Sèvres ; au 84, Pigalle avait fait peindre des milliers d'oiseaux, au 86 le marquis du Lau d'Allemans avait eu une volière. Fermé depuis 1904, après la loi sur l'enseignement congréganiste, sera démoli en 1909. La maison d'éducation survivra rue de Ponthieu, puis rue Michel-Ange.

Juif privé. Établissements : fondés après la Seconde Guerre mondiale. Effectifs : environ 25 000. Écoles : 109 (la majorité sous contrat d'association). Alliance israélite universelle : née 1860. Pt : Ady Steg. Établ. : 49. Élèves : 21 489 dont Israël 12 568, Canada 5 589, Maroc 1 019, Belgique 700, France 579 [2 établ. : Enio-Georges Leven (collège-lycée 332 élèves) et école, collège, lycée de l'Alliance (593 élèves)], Iran 402, Espagne 302, Syrie 130. ORT France : créée 1880 en Russie ; 1921 en France, Pt du Conseil d'admin. : Marcel Bénichou, 10, villa d'Eylau, 75116 Paris. Écoles : Paris, Choisy-le-Roi, Montreuil, Villiers-le-Bel, Lyon, Marseille, Strasbourg, Toulouse. Élèves (1997) : 4 000 élèves et stagiaires dans plus de 60 métiers.

Laïc privé. Établissements régis par les lois du 30-10-1886 (élémentaire), du 15-03-1850 (secondaire) et du 25-7-1919 (technique). La plupart sont en nom propre et dépendants du directeur qui les ont créés, les gèrent et les développent. La quasi-totalité sont " hors contrat ", ne reçoivent aucune aide directe de l'État et gardent une relative liberté et autonomie pédagogique. Établissements : 2 000. Élèves : 400 000. Enseignants : 16 000.

Enseignement, premier et second degrés

Établissements du 1er degré (1997-98). Publics et privés : écoles maternelles 18 460 (300) ; élémentaires 34 680 (5 485) dont à classe unique 6 013 (193). Nombre de classes : maternelles et enfantines 68 498 (1 038) ; élémentaires 166 401 (35 532).

Taux de scolarisation en maternelle, France métropolitaine (en %, 1995). 2 ans : 35,7 % (public 29,9, privé 5,8) ; 3 ans : 99,8 % (public 88, privé 11,8).

Taux d'accès aux différents niveaux des élèves entrés en 6e (en %, en 1996, est. à partir de la 4e). 6e : 100, 5e : 98,8 ; 4e : 88,4 ; 3e : 83,3 ; 2e : 55,7 ; 1re : 56,6 ; terminale : 55,1.

Établissements du 2e degré (1997-98). Collèges 4 942 (1 789), lycées professionnels (LEP, CET) 1 111 (655), lycées 1 439 (1 146). Lycées : 4 écoles de métiers et Erea de Vaucresson ; Lycées professionnels : 22 établissements municipaux de l'Académie de Paris.

Mode d'hébergement (en %, 1997-98 ; répartition en 1996-97). Public : externes 40,2 (lycées 37,5, collèges 45,2, LEP 32,8) ; 1/2 pensionnaires 55,5 (lycées 53, collèges 54,3, LEP 51,7) ; internes 4,3 (lycées 9,5, collèges 0,5, LEP 15,5). Privé : externes 44,9 (lycées 50,1, collèges 35,5, LEP 55,6) ; 1/2 pensionnaires 48,2 (lycées 37,2, collèges 58,3, LEP 32,1) ; internes 6,9 (lycées 12,7, collèges 6,2, LEP 12,3).

Tarif des internats (en F, par an, 1987-88) : public 3 000 à 7 500. Privé 1 9 500 (sous contrat) à 24 000 (hors contrat).

Nota. - (1) en 1983-84.

Nombre d'élèves par classe (public et, entre parenthèses, privé, 1997-98). 1er degré : écoles maternelles 25,7 (25,7) ; primaires 22,5 (24). 2e degré : collèges 23,5 (24,8), lycées professionnels 21,8 (20,6), lycées 28,3 (24,8).

Seuils de dédoublement des classes : l'effectif de référence pour la constitution des classes est de 24 élèves.

Nombre de redoublants (en %, 1990-91) dans l'enseignement public et privé : CP : 7,7. CE 1 : 5,4. CE 2 : 4,2. CM 1 : 3,9. CM 2 : 4,1. 6e : 11,41. 5e : 14,41. 4e : 8,11. 3e : 12,51. 2e : 16,61. 1re : 6,81. T : 20,71. CAP 1 : 5,51. CAP 2 : 3,71. CAP 3 : 10,11. BEP 1 : 71. BEP 2 : 10,31.

Nota. - (1) 1983-84.

Élèves étrangers

Élèves étrangers. 1er degré (y compris éducation spéciale) : 1997-98 : 424 798 (6,7) [dont Marocains 102 679, Algériens 67 972, Tunisiens 32 691, autres francophones d'Afrique 52 208, Portugais 44 844, Espagnols 4 492, Italiens 4 246, autres Européens 14 204, Turcs 49 327, Sud-Est asiatique 13 345, autres 36 790]. 2e degré : 1995-96 : 357 194 (6,4) ; 96-97 : 336 594 (6,1) ; 97-98 : 315 136 (5,7) [dont Algériens 42 669, Marocains 93 934, Tunisiens 24 620, autres francophones d'Afrique 29 670, Portugais 39 162, Espagnols 4 251, Italiens 4 351, autres pays de l'UE 10 225, autres pays européens 9 023, Turcs 27 839, Sud-Est asiatique 10 811, autres 18 581].

Élèves étrangers, enseignement professionnel

Pourcentage par rapport au nombre total d'élèves. 1er degré1 : + de 15 % : Paris 23,2 % ; Créteil 19,6 ; Corse 16 ; Versailles 15 ; - de 3 % : Nantes 2,1, Caen 2, Poitiers 1,8, Rennes 1,2. 2e degré1 : + de 7 % : Créteil 15,6, Paris 14,7, Versailles 12,2, Strasbourg 11,1, Corse 11, Lyon 10,4, Besançon 8,6, Grenoble 7,4, Nice 7,4, Nancy 7,3, Orléans-Tours 7,2, - de 2 % : Poitiers 1,9, Caen 1,9, Nantes 1,8, Rennes 1. Pourcentage par niveau. 1er degré : préélémentaire 7,7 ; CP-CM2 9,2) ; initiation 76,8 ; adaptation 16,9 ; perfectionnement 18. 2e degré : 1er cycle 7,3 ; CPPN-CPA 12,4 ; 2e cycle 4,7 ; enseignement professionnel 8,7.

Nota. - (1) Enseignement spécial inclus en 1993-94.

Élèves handicapés intégrés dans le 1er degré en 1998-99 (métropole + Dom, public et, en italique, privé). A temps plein : total 16 201 (2 530) dont établissements scolaires spécialisés ou Clis 3 121 (233), classes ordinaires 12 263 (2 153), établissements médico-éducatifs 359 (49), autres établissements 151 (39), non scolarisés 307 (56). A temps partiel : 5 755 (492).

En 1994-95. Accueillis ou scolarisés en enseignement spécialisé et, entre parenthèses, dans une classe ordinaire, du 1er degré : 176 409 (20 067) dont (en %) : retards mentaux légers 64,3 (46,5), déficience motrice 6,6 (26,9), auditive 4,7 (15,5), visuelle 1,8 (6,1), handicaps graves 8,4 (-), déficience du langage et de la parole 1,1 (-), déficience viscérale métabolique (5). Scolarisés dans le 2e degré : SES1/SEGPA2 et GCA3 114 902, EREA4 12 023, établissements médicaux 2 189, médico-éducatifs 15 883, socio-éducatifs 2 636, total 2e degré : 5 813 385.

Nota. - (1) Sections d'éducation spécialisée. (2) Sections d'enseignements général et professionnel adapté. (3) Groupes de classes-ateliers. (4) Établissements régionaux d'enseignement adapté.

Seuil de fermeture d'écoles rurales à classe unique. Depuis le 13-1-1982, les classes de moins de 9 élèves sont maintenues ; auparavant, en cas de fermeture, les élèves étaient regroupés dans l'école d'un village central dotée de classes de tous les niveaux ou, dans chaque village, une seule classe de niveau homogène était maintenue (l'ensemble des classes dispersées constituant une école intercommunale).

Enseignements primaire et secondaire

Classification

Enseignement du 1er degré

Professeurs des écoles. Corps créé par décret du 1-8-1990. Se substitue à celui des instituteurs. Recrutement par concours externe académique : au niveau bac + 3 (depuis 1992). Concours internes : 2. Préparation : non obligatoire dans les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM : 1 par académie ; admission après sélection). Après réussite au concours, une année de formation en tant que professeur des écoles stagiaire conduisant à l'obtention du diplôme professionnel de professeur des écoles et à la titularisation.

Enseignement spécialisé. Ouvert aux instituteurs et professeurs des écoles titulaires. CAPSAIS : certificat d'aptitude aux actions pédagogiques spécialisées d'adaptation et d'intégration scolaires. Préparation : au centre national de Suresnes et dans les IUFM. 7 options possibles. Il faut obtenir 3 unités de spécialisation (chacune validée de façon indépendante).

Enseignement privé. Hors contrat : recrutement sur la base d'un contrat de travail de droit privé qui varie selon l'employeur. Sous contrat relevant de la loi Debré du 31-12-1959 : les maîtres contractuels (contrat d'association) et agréés (contrat simple) accèdent à l'échelle de rémunération des professeurs des écoles par concours au niveau de la licence ou d'un diplôme équivalent dont les modalités d'organisation et d'admission sont similaires à celles de l'enseignement public. Ils suivent une formation d'une année en centre de formation pédagogique privé. Nomination sous réserve de l'accord d'un chef d'établissement. Conditions d'exercice et déroulement de leur carrière identiques à celles des maîtres de l'enseignement public.

Enseignement du 2e degré

Professeurs certifiés. Corps régi par décret 4-7-1972. 2 classes (normale : 11 échelons ; hors classe : 6 échelons). Recrutement : par concours du Capes pour les disciplines générales. 27 sections : philo, lettres classiques, lettres modernes, histoire-géo., allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, hébreu, italien, néerlandais, portugais, russe, maths, physique-chimie, phys. électr. appliquée, sciences de la vie et de la Terre, éduc. musicale, arts plastiques, basque, breton, catalan, occitan-langue d'Oc, langue corse, sciences éco. et soc., documentation. Par concours du Capet pour les disciplines techniques. 12 sections : génie mécanique (construction, productique, maintenance), génie civil (structures et ouvrages, équip. techniques et énergie), génie industriel (bois, structures métalliques, matériaux souples, plastiques et composites, verre et céramique), génie électrique (électronique, électrotechnique, informatique et télématique), sciences et techniques médico-soc., biotechnol. (biochimie-génie bio., santé environnement), technologie (construction mécanique, construction élec., gestion), économie et gestion (éco. et gestion adm., éco. et gestion comptable, éco. et gestion commerciale), informatique et gestion, hôtellerie-restauration, industries graphiques, arts appliqués. Résultats (voir col. b). Concours externes préparés pendant une 1re année dans un IUFM ou seul ou avec l'aide du Cned. Épreuves écrites d'admissibilité et orales d'admission (sur dossier avec exposé et entretien). Si réussite, nomination comme professeur stagiaire. 2e année de formation en IUFM validée par examen de qualification professionnelle, puis titularisation dans le corps des professeurs certifiés.

Nota. - La catégorie " professeur d'enseignement technique " n'existe plus.

Agressions d'enseignants. Nombre : répertorié (en 1988) : 1 756. Meurtres : 1983 André Argouges, 57 ans, proviseur du lycée Jean-Bart de Grenoble, poignardé par un élève de 17 ans d'une section de CAP comptable, soupçonné de vol et renvoyé de l'internat. 1993 (21-4) Denise Decaves, 55 ans, principal du collège Pierre-Brossolette de La Chapelle-St-Luc (Aube) retrouvée poignardée dans son bureau. Suicides : 1985 Claude Yanne, 39 ans, professeur de mécanique au lycée professionnel d'Autmont, n'a pas supporté les brimades dont il était victime.

Professeurs de lycée professionnel. Corps régi par décret 6-11-1992 : 2 classes (normale : 11 échelons, hors classe : 6 échelons). Doivent être titulaires du CAPLP 2 (Certificat d'aptitude au professorat de lycée professionnel de 2e grade). Conditions de recrutement proches de celles des certifiés. 15 spécialités : maths-sciences, lettres-histoire, langues vivantes-lettres (anglais-lettres, allemand-lettres, espagnol-lettres), arts appliqués, biotechnologies (biochimie-génie-biologie, santé-environnement), sciences et techniques médico-sociales, génie mécanique (construction, productique, maintenance des véhicules, mach. agricoles, engins de chantier, maintenance des systèmes mécaniques automatisés), génie électrique (électrotechnique, électronique), génie civil (équip. techn., énergie, construction et économie, construction et réalisation des ouvrages) ; génie industriel (structures métalliques, bois, matériaux souples, plastiques et composites, construction et réparation carrosserie automobile). Génie chimique. Communication administrative et bureautique, comptabilité, bureautique, vente, hôtellerie-restauration (organisation et production culinaire, services et commercialisation).

Professeurs d'éducation physique. Corps régi par décret 4-8-1980. 2 classes (normale : 11 échelons, hors classe : 6 échelons). Doivent être titulaires du Capeps. Concours pour tit. licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), diplôme ou attestation de capacité en sauvetage aquatique et secourisme. Mêmes conditions de recrutement que pour les certifiés.

Professeurs agrégés. Corps régi par décret 4-7-1972. 2 classes (normale : 11 échelons, hors classe : 6 échelons). Doivent être titulaires d'une maîtrise ou Capes, Capet, CAPLP 2, Capeps. 38 sections et options : philo., lettres classiques, modernes, grammaire, hist., géo., sc. soc., anglais, allemand, arabe, chinois, espagnol, hébreu, italien, japonais, polonais, portugais, russe, mathématiques, sc. physiques (physique ou chimie ou phys. appliquée), sc. de la vie et de la Terre, biochimie-génie biol., mécanique, génie civil (structures et ouvrages, équip. techn. et énergie), mécanique, électrique (électronique et informatique industrielle, électrotechnique et électronique de puissance), économie et gestion (option A : administrative, B : comptable et financière, C : commerciale, D : informatique et gestion), éducation musicale et chant choral, arts (option A : arts plastiques, B : appliqués), éducation physique et sportive (résultats voir ci-contre).
1   2   3   4   5

similaire:

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconFace aux risques de l’existence (ou «risques sociaux») : de la charité au welfare state
«Le peuple dans ses peines, dans sa misère, en face des maladies et des accidents de la vie, n’avait qu’un moyen, la pitié, qu’un...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconAtelier «Face à l’exclusion : charité ou solidarité ?»
«pour moi la solidarité c’est…?», on a ensuite défini la solidarité, chacun en y associant un mot et exprimant son accord ou désaccord...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconRéunion des eg demandée à Louis 16 en 1787
«une guerre des pauvres contre les riches.» Réel décalage entre révoltes paysannes et urbaines. Députés abolissent privilèges dans...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconRéunion des eg demandée à Louis 16 en 1787
«une guerre des pauvres contre les riches.» Réel décalage entre révoltes paysannes et urbaines. Députés abolissent privilèges dans...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconRésumé Les résultats d'une recherche qualitative sur les pratiques...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconRésumé : les carrières des hauts fonctionnaires français sont, plus...
«La carrière des diplomates français : entre parcours individuel et structuration collective»

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconOuvrages individuels et collectifs
«Crise rurale en Nouvelle Castille à la fin du xvi° siècle : le cas de Bargas, Cobeja, Orgaz et Los Yebenes» in Mélanges de la Casa...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconProgramme Erasmus Mundus
«bonnes places» aux plus fortunés et les «zones délaissées, souvent les plus exposées aux dangers divers, aux pauvres

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconILa croissance des Trente Glorieuses dans les pays développés (1945-1973)
«Trente Glorieuses» en 1979 par l’économiste Jean fourastié qui insiste sur la révolution économique et sociale qu’elles représentent...

S. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux pauvres dans certaines paroisses urbaines. XVI iconRésumé La mobilité, valeur montante des sociétés urbaines contemporaines,...
«efficaces» en termes d’insertion sociale. Le présent article discute ce postulat à partir d’une analyse de la littérature académique...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com