Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne





télécharger 44.08 Kb.
titreLes deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne
date de publication03.11.2018
taille44.08 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie


En Sorbonne,

Les 24 et 25 septembre 2007


Université Paris I – Sorbonne

Accès :RER Luxembourg ; Métro Odéon - Cluny La Sorbonne ; Bus 21, 27, 38, 82, 84, 85, 89

Matinée : Entrée au 1 place de la Sorbonne. Galerie Gerson, Amphi Bachelard.

Après-midi : Entrée au 17 rue de la Sorbonne, tout de suite à gauche dans la galerie Rollin, au bout de la galerie, l'escalier, au premier étage à droite : salles Halbwachs, Lalande et Cavaillès  (UFR de philosophie).

Pour toutes informations contacter le Cetcopra : 01-40-46-28-37

http://cetcopra.univ-paris1.fr

La socioanthropologie est un courant de recherche récent, né du souci de répondre aux interrogations nouvelles des sociétés de la modernité. Le projet socioanthropologique s'inscrit dans le mouvement général d'une altération en retour, d'une mise en perspective de l'ici par l'ailleurs, d'une communication possible entre le proche et le lointain. Ces interrogations amènent de plus en plus souvent les chercheurs à revisiter les partages disciplinaires classiques, à réfléchir ainsi sur les manières de composer avec les outils théoriques et méthodologiques de la sociologie, de l'anthropologie et de disciplines proches, à mettre en forme une transdisciplinarité au plus près de situations. Ainsi de la nécessité de retravailler, par exemple, les questions que posent l'utilisation de la technique et de la manière dont on pense les risques associés à ces choix ou de celle que soulèvent la perdurance et les mutations de valeurs identitaires.
Les premières Journées de la socioanthropologie en Sorbonne s'étaient déroulées les 24 et 25 septembre 2003. Elles avaient donné lieu à une analyse des intérêts scientifiques, des enjeux épistémologiques et des contextes institutionnels de la transdisciplinarité en sciences humaines et sociales. Aux réflexions théoriques de la première journée avait succédé, une journée de travail en ateliers autour de thèmes de la culture, de la  technique, de l'ethnicité, de la mémoire, ou de l'exclusion, entre autres. Ces journées ont permis de fédérer des chercheurs qui s'inscrivent dans les problématiques et les méthodes de la socioanthropologie, en favorisant les échanges concernant des terrains particuliers (en France, au Brésil, au Canada, etc.). Le travail des premières journées de la socioanthropologie en Sorbonne avait donné lieu à une publication de la revue Socioanthropologie (no 14, deuxième semestre 2003).

Fort de cette expérience, les « Rencontres de la socioanthropologie » se sont poursuivies depuis 2003, sous la forme d'un séminaire organisé en partenariat avec la MSH et l'EHESS, à raison de quatre à six séances par an. Le « groupe » s'est ainsi ouvert à de nouvelles recherches, sur de nouveaux terrains, en même temps qu'il était rejoint par un nombre croissant de chercheurs et de doctorants intéressés par la perspective transdisciplinaire.
Les Deuxièmes journées de la socioanthropologie en Sorbonne seront l'occasion de faire une synthèse des quatre années de travail, de confronter les évolutions observées dans les différents champs explorés et enfin d'intégrer les nouveaux arrivants (jeunes chercheurs et doctorants) dans le courant socioanthropologique.

LUNDI 24 SEPTEMBRE 2007

9 h 30 - Accueil, mot de bienvenue, Amphi Bachelard

10 h – CONFERENCES

* Marc Abéles (MSH-EHESS) « Globalisation et ONG »

* Pierre Bouvier (Paris X), « Lien social et post-colonialisme »

* Monique Hirshhorn (Paris V), « Confiance et modernité »
12 h - 13 h 30 - Déjeuner libre
13 h 30 - 15 h 30 TABLES RONDES EN PARALLELE

Représentations et pratiques de la nature, salle Cavaillès

Prés. Sophie Poirot-Delpech, Cetcopra, Paris I

L_idée, ou, plus encore, le concept  de Nature pose depuis longtemps problème aux sciences humaines. L_opposition  Nature /Culture en particulier, semble marquer une frontière entre sciences de la nature et sciences de l_homme alors même que les unes et les autres font constamment de la remise en cause de cette limite un des ressorts de leurs avancées. En témoignent, pour l_histoire et l_anthropologies,  des oeuvres comme celles de Marcel Mauss, Lucien Febvre ou Leroi-Gourhan qui, au cours du XXe siècle ont su déstabiliser l_évidence de l_idée de nature. Plus  récemment des auteurs comme Bruno Latour ou Philippe Descola la désignent  comme un  « obstacle» à la compréhension des sociétés contemporaines. Nonobstant, LA NATURE reste, pour le sens commun, un support pour nos  représentations, nos pratiques et nos actions et ce avec une force toute particulière dans le domaine de l_environnement.

Avec, Xavier Guchet (Cetcopra, Paris I), Nanosciences et nature ; Chantal Derkenne (Ademe), L'homme d'aujourd'hui, simple consommateur de la nature ?; Laure Dobigny (Cetcopra, Paris I), Rapport à la nature et conception du monde à travers la question de l'énergie ; Laurence Raineau (Cetcopra, Paris I), Les énergies renouvelables et le naturalisme.
Le transnational : objets et terrains Salle Halbwachs

Prés. Boris Pétric, Laios-CNRS

Il s'agit de présenter dans cet atelier différents travaux fondés sur de récentes enquêtes empiriques qui s'inscrivent dans une optique transnationale. Ces réflexions prennent en considération des phénomènes circulatoires, transnationaux, ou mondiaux a posteriori, c'est-à-dire en fonction d'une réalité sociale étudiée et non pas comme une évidence qui s'impose avant l'enquête. Il s'agira de s'interroger plus particulièrement sur les modalités de construction de l'objet de recherche, de l'élaboration progressive du terrain de l'anthropologue prenant en compte des dimensions transnationales. Les 5 cas présentés dans cet atelier s'interrogeront sur la «manière de faire » de la socio-anthropologie dans un tel contexte afin de discuter des implications méthodologiques et théoriques dans une démarche comparative.

Avec, Alessandro Monsutti (IUED, Genève), Réseaux transnationaux et reconstruction post-conflit: le rôle de la diaspora et des organisations non gouvernementales en Afghanistan ; Irène Bellier (LAIOS, CNRS/EHESS), Transnationalisation du politique et réseaux d'organisations autochtones : enjeux et problèmes ; Marc Berthod (Haute Ecole Spécialisée de Suisse, Lausanne) Deuils sans frontières: réflexion sur la mort des migrants portoricains aux Etats-Unis ; Eunsil Yim (EHESS), Les deux Corées dans l'entreprise identitaire des Coréens du Kazakhstan ; Alexandre Duclos (Paris I), Quel impact des relations "transnationales" sur les liens sociaux ? Le cas Kosovar.
Les jeux vidéo comme nouvelles pratiques culturelles Salle Lalande

Prés. Sylvie Craipeau, INT-Evry

La place centrale qu'ont prise l'industrie et les technologies de l'information dans la conception et la diffusion des jeux vidéo transforme les pratiques ludiques et culturelles. Il ne s'agit pas de phénomènes secondaires, mais de changements à l'œuvre qui, affectant le monde des loisirs, concernent en fait toute notre société. Les phénomènes d'addiction que l'on voit maintenant avec les usages d'internet et des jeux vidéo nous donnent à voir l'importance socio-anthropologique de ces nouvelles pratiques ludiques

Quelles sont les tendances de ces changements en cours, et leurs enjeux ? En particulier les modes de communication, la sociabilité, la socialisation se construisent sur de nouvelles échelles spatiales et temporelles, reposant sur des médiations dans lesquelles les objets jouent un rôle nouveau, où se transforment la place et le statut du corps. Quels sont ces nouveaux dispositifs communicationnels ? Quel rôle joue le virtuel dans les pratiques ludiques et, partant, dans les processus de construction identitaire ?

Avec Elisabeth Belmas (historienne Paris XIII), Jouer quand les jeux vidéo n'existaient pas :  la sociabilité ludique des temps passés ; Sebastien Genvo, (Université de Limoges), Comprendre les modalités de médiation ludique interculturelle par support informatique : le cas de World of warcraft ; Raphael Koster (INT/ Cetcopra), Problème de la matérialité de l'investissement des pratiques de jeu ; Christophe Peter (Paris IV), Les corps virtuels dans la communication ludique : construction de l'identité corporelle de genre et, Marc Valleur, chef de service à l'hôpital Marmottan.

16 h - 18 h TABLES RONDES EN PARALLELE

Normes, normalisation et Institution, Salle Lalande

Prés. Hélène Prévôt, INT et Cetcopra, Paris I

La  norme a partie liée à la question morale (des devoirs et des obligations, de ce qui se fait ou ne se fait pas) et ainsi, dans nos sociétés « occidentales modernes », à celle du droit (de ce qui oblige), voire du juridique (la loi, la réglementation, la constitution…). Depuis Durkheim, la norme sociale s'oppose, par son ambivalence fondamentale, à la norme technique (univoque ?) : la règle sociale est désirable et contraignante. Mais la norme renvoie aussi à la régularité des habitudes incorporées, aux métiers, aux savoirs faire, aux savoirs être ; voire aux habitus et au jugement. La normalisation sous sa forme plus récente emprunte, sans trancher, à l'une et/ou à l'autre de ces conceptions. Il en va des standards, des conventions, des labels, des démarches qualité, des procédures de validation, des accommodements en tout genre etc. Sur ce fonds, l'institution serait ce qui autorise, fonde ou garantit la norme et la procédure. A moins que ce ne soit l'inverse, que de la convention, de la régularité, des attentes normatives réciproques émerge une institution ? L'approche socioanthropologique permet de nouer et de dénouer ce dilemme dans un récit toujours singulier à partir de terrains variés : la ville, l'organisation, la circulation automobile, le squat, le milieu associatif.

Avec, Cédric Terzi (Lille ; EHESS), Voir / apparaître dans les espaces publics ; Christine Fassert (Cetcopra, Paris I), Produire des règlements dans les organisations à risque : relecture d'une étude empirique en termes de « légitimité » ; Patrick Trabal (Paris X), Les expériences ordinaires et les dispositifs publics ; Aude Clabaut (Paris X) Norme et déviance dans le squat.
Identité et processus sociaux Salle Halbwachs

Prés. Pierre-Noël Denieuil, CNRS-CERLIS, Paris 5

Cet atelier abordera les processus sociaux sous l'angle de l'identité, c'est-à-dire de l'expérience et des représentations réciproques que l'individu et le collectif se font de leurs actions. Il y a à l'origine une appartenance qui légitime un lien : être cadre dans une entreprise (Sonia El Amdouni), s'inscrire dans une expérience de solidarité par l'octroi du micro crédit (Houda Laroussi), mener son activité économique entre la France et le Maghreb comme région d'origine (Rached Ben Khalifa), sortir de l'informel et créer son entreprise dans la société congolaise (Régine Oboa), revendiquer une appartenance bretonne dans la société française aujourd'hui (Erwan Delon). Au travers de ces exemples, les intervenants évoqueront les relations entre l'identité et la culture dans les processus sociaux : D'une part par la socialisation et la transmission de normes et règles (des cultures nationales, régionales, professionnelles) venant envelopper et orienter chaque destin individuel ; et d'autre part sous la forme d'une construction en tant que produit de parcours et d'attitudes singulières (les stratégies identitaires et l'autonomisation du sujet, les nouvelles formes de solidarités et de mobilisations.

Avec, Rached Ben Khalifa, Mobilité socio-économique et circulation identitaire entre la France et le Maghreb ; Erwan Delon, L'identité bretonne dans la société française ; Sonia Elamdouni, L'identité professionnelle des femmes cadres en Tunisie, approches typologiques ; Houda Laroussi, Femmes et micro-crédit en Tunisie : les enjeux en termes d'identité ; Régine Oboa, Femmes, entreprises et identité au Congo.
Représentation - Création - Cognition salle Cavaillès

Prés. Florent Gaudez, UPMF, Grenoble II

Une démarche scientifique se caractérise par le fait qu'en construisant de nouveaux objets elle développe de nouvelles méthodes, exactement comme la forme en art se caractérise par le fait qu'en conduisant à de nouveaux contenus, elle développe de nouvelles formes. A partir de différents corpus, la thématique « Représentation - Création - Cognition » servira ici d'entrée afin d'illustrer la conception et l'usage que nous faisons respectivement de l'expression « Socio-anthropologie » à travers nos terrains spécifiques et au fil de nos réflexions théoriques et méthodologiques singulières. On se donnera alors comme objectif d'interpeller la posture socio-anthropologique à travers nos pratiques respectives et de montrer comment elle peut nous aider à éclairer de manière originale les objets que nous construisons et reconstruisons sans cesse, voire peut-être à formuler des questionnements inédits. Nous poserons le fait social total, dans sa fonction essentielle de symbolisation, comme le fondement d'une modalité très particulière de la connaissance de soi qui se construit surtout par un travail réflexif de la sociologie sur elle-même, en regard de ses connexions avec les autres disciplines socio-humaines.

Avec : Gérard Fabre (CEMS - CNRS), Littérature, critique littéraire et sociologie de la littérature : trois formes parentes de connaissance "socio-anthropologique" ; Francis Farrugia (UFC - Besançon), Pour une socio-anthropologie du syndrome narratif : Flux du récit et flux du vécu ; Cécile Léonardi (EHESS-Paris), L'oeuvre d'art : un viatique pour se poser la question de l'Autre ?; Jacques Leenhardt (EHESS-Paris), L'altérité est le produit spontané du « bon sens » ; Bruno Péquignot (Paris III-Sorbonne nouvelle), Une démarche transversale pour un objet transversal : l'art en socio-anthropologie.
MARDI 25 SEPTEMBRE 2007
9 h 30  - CONFERENCES, Amphi Bachelard

Anne Cauquelin (Philosophe), « Autre espace : nouveaux paysages ».

Bernard Kalaora (Laios et U. d'Amiens), « Environnement et bio invasion ».

Alain Gras (Paris I) « Risques technologiques et contrôle social ».

Gérald Berthoud (Université de Lausanne) « L'horizon de l'"homme augmenté": inéluctabilité ou fantasme? ».

12 h - 14 h - Déjeuner libre
14h-16h30 TABLES RONDES EN PARALLELE

Corps technique et société salle Cavaillès

Prés. Caroline Moricot, Cetcopra, Paris I

C'est à la rencontre de la socioanthropologie du corps et de celle des techniques que se nouent certains des enjeux les plus importants de notre devenir. La place laissée ou donnée au corps est particulièrement révélatrice de celle qu'une société décide d'attribuer aux hommes. On proposera dans cette table ronde de réfléchir aux enjeux de la présence corporelle des humains dans nos sociétés techniciennes. Quelles représentations du corps dans les techniques, mais aussi quelles pratiques et quelles techniques du corps dans les mondes techniques ?

Avec : Rossella Ghigi (Université de Bologne), Faire de vertu nécessité. Hommes, femmes et chirurgie esthétique ; Daniela Cerqui (Université de Lausanne), Le cyborg ordinaire : diffusion et banalisation de la culture cybernétique ; Thierry Pillon, Université d'Evry, Le corps dans les témoignages ouvriers ; Gérard Dubey (INT), Les deux corps de la technique, Valérie Souffron, Marina Maestrutti, Caroline Moricot (Cetcopra, Paris I), Aux frontières du corps, les enjeux d'une définition de l'humain.
Religion et « vivre ensemble », Salle Halbwachs

Prés. Sylvie Pédron, CNRS Paris X –Nanterre

Dans le monde moderne et globalisé qui est le nôtre, de nombreuses sociabilités gravitent autour du religieux. Dans cet atelier, nous aborderons la question de la revitalisation et de la reconfiguration des dynamiques religieuses qui se manifestent à travers le monde contemporain grâce à l'exposé de terrains différents, situés sur des continents différents, et chaque intervenant appréhendera la question du religieux dans une perspective dynamique, en essayant de mieux saisir les enjeux actuels, les stratégies identitaires et les (re)compositions du lien social en jeu.

Avec Ibtissem BEN DRIDI (Paris X) Métamorphoses et instrumentalisations du culte des montagnes en Equateur ; Valérian Huet (Paris X), Les mormons et leur dynamique familiale ; Elisabeth Haumont (Paris X), Les Subcultures érotiques, socio-anthropologie d'un "vivre ensemble" ; Thierry Mathé (Paris V), Tradition, exotisme et modernité dans les communautés néo-orientales (not. bouddhistes) en France ; Stéphanie Pouessel (EHESS), Affranchissement de l'islam politique au Maroc : le mouvement culturel berbère ; JP Goulard (LESC) Les revendications identitaires et la redistribution spatiale chez les Ticunas de la forêt amazonienne.

Facettes de l'esthétique contemporainen Salle Lalande

Prés. Alain (Georges) Leduc, École supérieure d'Art de Metz (ESAM).)

S'il est déjà ardu d'effectuer une sociologie du goût, des comportements vis-à-vis des formes plastiques, comment approcher celle des artistes et de l'art? L'individualité - chacun est « cas d'espèce », ou s'entend ainsi -, face à l'« homogénéité » de tel ou de tel groupe, en fait une question récurrente de ce terrain si particulier. Objets, usages, problématiques et méthodes : les arts plastiques et le travail artistique relèvent d'un tel pluralisme et d'une telle diversité, d'autant plus que champs et catégories se sont hybridés depuis le siècle dernier, brouillage entre pratiques amateurs et professionnelles et effets de l'institutionnalisation de l'art contemporain à la clef! Une manière de tenter, sinon de comprendre, du moins d'analyser, dans une perspective transdisciplinaire, comment se doter d'outils appropriés, afin de discerner sur quoi reposent aujourd'hui les spécificités de l'esthétique.

Avec, Thibaud Guillemet (Paris X), Socioanthropologie de l'alter-égo ; Chan Langaret (Paris X), Les comédiens : de la personne au(x) personnage(s) ; Franck Girard, artiste, Tracé écart ; Dany Leriche, artiste, Image de Femmes ; Annick Desmier, artiste, Un regard autre, l'invention de pratiques professionnelles ; Francis Parent (AICA, Association internationale des critiques d'art), Dimension politique des processus artistiques.

17 h - Cocktail de clôture Salle Bourjac
 ORGANISATION
COLLOQUE ORGANISE PAR

Le Cetcopra (Paris I) et le LAIOS (CNRS-MSH-EHESS), L'Ecole doctorale de Philosophie de l'Université Paris I, le Département de sociologie et l'Ecole doctorale  « Economie, gestion, société » de l'Université Paris X- Nanterre. Avec le soutien de l'association Socioanthropologie en perspective et de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME).
COMITE ORGANISATEUR :

Alain Gras, Professeur Paris I et directeur du Cetcopra (Université Paris I)

Pierre Bouvier, Paris X Nanterre et membre du LAIOS-CNRS, co-responsable des Rencontres de la Socioanthropologie.

Caroline Moricot, Paris I et co-responsable des Rencontres de la Socioanthropologie

Gérard Dubey, INT, Evry

Sophie Poirot-Delpech, Cectopra, Université Paris I.

Hélène Prévôt, Cetcopra, Paris I
POUR TOUTES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • contacter le Cetcopra : cetco@univ-paris1.fr

  • - tél. : 01-40-46-28-37

  • - ou consulter le site : http://cetcopra.univ-paris1.fr

similaire:

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconDeuxièmes Journées d’étude «Travail, solidarités familiales et mobilité...
«succéder», le destin de l’exploitation et le parcours socioprofessionnel de chaque membre de la famille ?

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne icon«Les deuxièmes Rencontres francophones sur les recompositions en santé» 9 et 10 avril 2015
«Rencontres franco-québécoises sur l’ingénierie des recompositions hospitalières» de Québec, en février 2014

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconLes journées de l’économie 2013

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconJournees mondiales de priere pour les vocations

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconCoordonnées Paris Sorbonne University Abu Dhabi
«Approche des dynamiques spatiales et des phénomènes complexes en géographie : apports de la télédétection et des systèmes d’information...

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconUniversity of Paris I (Panthéon-Sorbonne) Magistère d’Économie University...
«Treasury securities auctions : discriminatory versus uniform price auctions. Theoretical and empirical contributions»

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconJournées de l’afse

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne icon52 façons de participer aux Journées de l’Archéologie
«Les experts de l’archéologie» de Joris Clerté, Marc Chevalier, Pierre-Emmanuel Lyet

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne iconJournées de l’économie, Lyon
«éclatée» sur 13 pays. Les retombées économiques de ces manifestations, qu’elles soient concentrées ou déconcentrées, font l’objet...

Les deuxièmes journées de la socioanthropologie En Sorbonne icon18ème Journées d’Études Vosgiennes






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com