Rédiger un portrait d'après un dessin. Séance 5 : lecture méthodique





télécharger 110.65 Kb.
titreRédiger un portrait d'après un dessin. Séance 5 : lecture méthodique
date de publication01.11.2018
taille110.65 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
Le Marrec Laurys, plp lettres-histoire, Issoire

La description dans les livres policiers.

Objectifs :

  • Appréhension du genre policier

  • Caractériser les types de textes descriptifs.

  • Produire des textes descriptifs, des portraits.




Séance 1 : organisation d'un texte descriptif
Objectifs : appréhender une description à travers le regard d'un personnage.

Activités Travail à partir des textes de Poe ; double meurtre rue Morgue. Schémas et arbres des thèmes
Travail personnel

Apprendre les notions vues durant la séance.

Séance 2: Les procédés de la description


  • Champs lexicaux

  • Repères spatiaux


Construire le champ lexical.

Séance 3 : les expansions nominales
Objectifs: comprendre le rôle des expansions nominales pour dégager l'impression générale.
Activités : Travail à partir de Poe;


Travail personnel

Apprendre les notions vues durant la séance.

Réinvestir dans description d'un lieu


Séance 4 : le portrait de l'enquêteur
Objectifs : identifier les indices du portrait en déduire les indications sur le personnage décrit.

Activités Texte de Poe et de Doyle
Travail personnel

Apprendre les notions vues durant la séance

Rédiger un portrait d'après un dessin.

Séance 5 : lecture méthodique
Objectifs : tirer les caractéristiques du texte descriptif
Activités Texte de D.Daeninckx, le facteur fatal. Questions de texte.
Travail personnel : Finir éventuellement les questions à la maison.

Séance 6 : Evaluation
Objectifs : insérer une description et un portrait à l'intérieur d'un récit.
Activités


Séance 1 : Le lieu du crime.
« DOUBLE ASSASSINAT DES PLUS SINGULIERS.

Ce matin, vers trois heures, les habitants du quartier Saint-Roch furent réveillés par une suite de cris effrayants, qui semblaient venir du quatrième étage d'une maison de la rue Morgue, que l'on savait occupée en totalité par une dame L'Espanaye L et sa fille, mademoiselle Camille L’Espanaye. Après quelques retards causés par des efforts infructueux pour se faire ouvrir à l'amiable, la grande porte fut forcée avec une pince, et huit ou dix voisins entrèrent, accompagnés de deux gendarmes.

» Cependant, les cris avaient cessé ; mais, au moment où tout ce monde arrivait pêle-mêle au premier étage, on distingua deux fortes voix, peut-être plus, qui semblaient se disputer violemment et venir de la partie supérieure de la maison. Quand on arriva au second palier, ces bruits avaient également cessé, et tout était parfaitement tranquille. Les voisins se répandirent de chambre en chambre. Arrivés à une vaste pièce située sur le derrière, au quatrième étage, et dont on força la porte qui était fermée, avec la clef en dedans, ils se trouvèrent en face d'un spectacle qui frappa tous les assistants d'une terreur non moins grande que leur étonnement.

» La chambre était dans le plus étrange désordre les meubles brisés et éparpillés dans tous les sens. Il n'y avait qu'un lit, les matelas en avaient été arrachés et jetés au milieu du parquet. Sur une chaise, on trouva un rasoir mouillé de sang ; dans l'âtre, trois longues et fortes boucles de cheveux gris, qui semblaient avoir été violemment arrachées avec leurs racines. Sur le parquet gisaient quatre napoléons, une boucle d'oreille ornée d'une topaze, trois grandes cuillers d'argent, trois plus petites en métal d'Alger, et deux sacs contenant environ quatre mille francs en or. Dans un coin, les tiroirs d'une commode étaient ouverts et avaient sans doute été mis au pillage, bien qu'on y ait trouvé plusieurs articles intacts. Un petit coffret de fer fut trouvé sous la literie (non pas sous le bois de lit) ; il était ouvert, avec la clef de la serrure. Il ne contenait que

quelques vieilles lettres et d'autres papiers sans importance.

» On ne trouva aucune trace de madame L’Espanaye ; mais on remarqua une quantité extraordinaire de suie dans le foyer ; on fit une recherche dans la cheminée, et - chose horrible à dire ! - on en tira le corps de la demoiselle, la tête en bas, qui avait été introduit de force et poussé par l'étroite ouverture jusqu'à une distance assez considérable. Le corps était tout chaud. En l'examinant, on découvrit de nombreuses excoriations, occasionnées sans doute par la violence avec laquelle il y avait été fourré et qu’il avait fallu employer pour le dégager. La figure portait quelques fortes égratignures, et la gorge était stigmatisée par des meurtrissures noires et de profondes traces d'ongles, comme si la mort avait eu lieu par strangulation. »

Après un examen minutieux de chaque partie de la maison, qui n’amena aucune découverte nouvelle, les voisins s'introduisirent dans une petite cour pavée, située sur le derrière du bâtiment. Là ,gisait le cadavre de la vieille dame, avec la gorge si parfaitement coupée, que, quand on essaya de le relever, la tête se détacha du tronc. Le corps, aussi bien que la tête, était terriblement mutilé, et celui-ci à ce point qu'il gardait à peine une apparence humaine.

» Toute cette affaire reste un horrible mystère, et jusqu'à présent on n'a pas encore découvert, que nous sachions, le moindre fil conducteur. »

[….]

Quatre des témoins ci-dessus mentionnés ont été assignés de nouveau, et ont déposé que la porte de la chambre où fut trouvé le corps de mademoiselle L’Espanaye était fermée en dedans quand ils y arrivèrent. Tout était parfaitement silencieux ; ni gémissements, ni bruits d'aucune espèce. Après avoir forcé la porte, ils ne virent personne. »

Les fenêtres, dans la chambre de derrière et dans celle de face, étaient fermées et solidement assujetties en dedans. Une porte de communication était fermée, mais pas à clef. La porte qui conduit de la chambre du devant au corridor était fermée à clef, et la clef en dedans ; une petite pièce sur le devant de la maison, au quatrième étage, à l'entrée du corridor, ouverte, et la porte entrebâillée ; cette pièce, encombrée de vieux bois de lit, de malles, etc. On a soigneusement dérangé et visité tous ces objets. Il n'y a pas un pouce d'une partie quelconque de la maison qui n'ait été soigneusement visité. On a fait pénétrer des ramoneurs dans les cheminées. La maison est à quatre étages avec des mansardes. Une trappe qui donne sur le toit était condamnée et solidement fermée avec des clous ; elle ne semblait pas avoir été ouverte depuis des années. Les témoins varient sur la durée du temps écoulé entre le moment où l'on a entendu les voix qui se disputaient et celui où l'on a forcé la porte de la chambre. Quelques-uns l'évaluent trop court, deux ou trois minutes, - d'autres, cinq minutes. La porte ne fut ouverte qu'à grand-peine."

Enonciation

  • Qui parle ?

  • Que se passe-t-il ?


Le narrateur parle d'un meurtre qui a eu lieu rue Morgue.


  • Encadrez les passages où les actions sont racontées par le narrateur ?

  • Que nous montre-t-on dans les autres passages ? des descriptions

  • Que peut-on remarquer ?


Narration et description sont intimement liées. La description est introduite par la narration.
Description

  • Qui voit la scène du crime ? Les voisins.

  • Quel est le lieu de cette scène ? La chambre.

  • Les voisins se déplacent-ils à travers la scène du crime ? Non seulement leur regard.


1) Au tableau écrire CHAMBRE et demander tous les éléments décrits de la chambre.

La chambre est décrite de manière générale. Puis on passe à des éléments particuliers.

  • Chaise

  • Atre.

  • La commode

  • Coffret.


Comment ces sous éléments sont-ils décrits ?
2) Individuellement les élèves dressent la description du corps de Mme L'espanaye.

La description se fait à travers le regard des personnages, du plus prés au plus loin, de haut en bas, de gauche à droite.

Elle s'organise de façon arbitraire. Le sujet principal représente le thème, les détails retenus représentent les sous-thèmes.
3) Le facteur fatal : lire le texte.
Qui voit la scène ?

Est-il en mouvement ?
Une description peut être faite de manière statique. On découvre à travers les yeux de personnages immobiles. Elle peut se faire aussi de manière dynamique à travers les yeux d'un personnage qui se déplace.

Séance 2 : Les procédés de la description.
1) Relevez tous les repères spatiaux de la chambre.
Les repères spatiaux précisent l'emplacement des divers éléments dans le lieu considéré.
2) Relevez les champs lexicaux de la chambre.

  • La violence.

  • Blessure ?


A quoi servent-ils ?
Le champ lexical sert à créer une certaine atmosphère et à donner une cohérence à la description.

Séance 3. LES EXPANSIONS NOMINALES (1 heure)

I - DÉCOUVERTES DES PRINCIPALES FONCTIONS

(description de la chambre, jusqu'à sans importance )
Trois longues et fortes boucles de cheveux gris qui semblaient avoir été violemment arrachées avec leur racine.
Quel est le sujet de la phrase ?

Trois boucles
Quels sont les éléments qui viennent donner des précisions ce sujet ?


  • Longues

  • Fortes

  • De cheveux gris

  • Qui semblaient avoir été violemment arrachées avec leur racine.


Quel est la nature de ces précisions ?
Les compléments de nom:

exemples: boucles de cheveux
Les adjectifs:

  • L'adjectif est attribut lorsqu'il se rattache au mot qu'il qualifie par l'intermédiaire du verbe être ou d'un verbe attributif ( sembler, paraître, devenir , passer pour etc..) Marie tomba malade

Je la trouvais pâle.


  • Dans les autres cas l'adjectif est épithète:



  • exemples : Trois longues et fortes boucles






  • Les propositions subordonnées relatives : elle est introduite par un pronom relatif.




  • Qui semblaient avoir été violemment arrachées avec leur racine.


Il - APPLICATION DU TEXTE
Trouvez les fonctions de : extraordinaire, le corps de la demoiselle, la tête en bas, qui avait été introduite de force, chaud.

Recherchez et classez dans un tableau toutes les expansions du nom entre " cette pièce" et "depuis des années "

III. Ecriture d'une description.
Imaginez que vous réussissez à ouvrir la trappe et montiez sur le toit. Que voyez-vous ? Votre description d'une dizaine de lignes devra comporter au moins trois fois chaque expansion nominale et des repéres spatiaux.

Séance 4 : Le portrait de l'enquêteur.

Objectifs: - - identifier et classer les indices qui constituent le portrait

  • en déduire des indications sur le personnage décrit

• distribution du document

• explication du lexique
1. Situation d'énonciation

Qui parle ? A qui ? De quoi ?

Quel est le statut du narrateur ?
Un narrateur témoin nous brosse le portrait de son ami A Dupin.
2. Le portrait

Exercice 1 : Surligner d'une couleur tous les détails de l'identité de A Dupin et les placer dans le tableau.

L’identité : L’écrivain donne au personnage un nom, un prénom, un âge, une activité professionnelle... Ces indications permettent au lecteur de situer le personnage dans un milieu.


identité

-Auguste Dupin,

-jeune gentleman

-issu d'une famille illustre

-pauvreté

-petite rente -

-Vit à Paris

-Vie à deux

- Maison dans faubourg saint Germain



Ces informations nous sont-elles données directement par le narrateur ou ne fait-il que nous les suggérer ?

Il nous les donne directement.
Exercice 1 : Surligner d'une couleur tous les détails du physique de A. Dupin et les placer dans le tableau.


Physique

Il est décrit à un moment précis.

Manières glaciales et distraites

Riche voix de ténor




  • Que peut-on remarquer ?

Dupin est peu décrit, on ne sait pas à quoi il ressemble.

  • Ces informations nous sont-elles données directement par le narrateur ou ne fait-il que nous les suggérer ?

Il nous les donne directement


Le physique : Le personnage est décrit, plus ou moins, selon son importance dans le récit. L’auteur ne décrit jamais un personnage en totalité, mais sélectionne et ordonne des détails en vue d’en faire un individu particulier et reconnaissable.
Exercice 3 : Surligner d'une couleur tous les détails du caractère de A. Dupin et les placer dans le tableau.
Relire le texte avec les élèves et leur faire découvrir la caractérisation directe et indirecte


Caractère

Caractérisation directe

Econome L6

Grand lecteur l 8

Candide

Forte imagination

Amour de la nuit

Rêveur

Il analyse tout



Caractérisation indirecte

Peu ambitieux l 4

Simple L7

Solitaire

Double personnalité (dernier paragraphe



Caractérisation directe et indirecte Les informations sur un personnage (ou indices) sont généralement apportées de manière directe au lecteur, par le narrateur, par un personnage ou par le héros lui-même. Exemple: “c’était quelqu’un d’autoritaire.

Ces informations peuvent être indirectes : c’est au lecteur d’interpréter un geste, une parole, une action. Exemple: “il donnait des ordres et n’aimait pas qu’on le contredise."
Exercice d'application à partir de Sherlock Holmes





Caractérisation directe

Caractérisation indirecte

Identité





Physique







caractère








Quels sont les points communs entre Dupin et Sherlock Holmes ?

Pour conclure cette comparaison faire lire aux élèves le portrait que Holmes fait de Dupin dans l'étude en rouge.
• Exercice d'écriture Dressez le portrait psychologique, social et physique du personnage ci-dessous en une dizaine de ligne.

lecture de la description faite part Mallet (/20, rue de la gare)



“Maître Julien Montbrison ne paraissait pas souffrir outre mesure des restrictions. Il était rond et jovial, tel que je l'avais connu à Paris, plusieurs années auparavant. Une rondeur sympathique, exempte de toute vulgarité. Il était, en dépit de sa corpulence, élégant et possédait une certaine classe. La seule faute de discernement était visible à ses doigts. Il adorait les charger de bagues, comme un rasta, et le choix de ces bijoux dénotait un indiscutable mauvais goût. Aujourd’hui par exemple, il arborait une chevalière d’or, sertie de trois brillants dont l’un, mal assorti aux deux autres, faisait de cette bague de prix un article de bazar, (p. 50)


Double assassinat rue Morgue, Edgar Poe, histoires extraordinaires.
Je demeurais à Paris, - pendant le printemps et une partie de l'été de 18.. , - et j'y fis la connaissance d'un certain C. Auguste Dupin. Ce jeune gentleman appartenait à une excellente famille, une famille illustre même ; mais, par une série d’événements malencontreux, il se trouva réduit à une telle pauvreté, que l'énergie de son caractère y succomba, et qu'il cessa de se pousser dans le monde et de s'occuper du rétablissement de sa fortune. Grâce à la courtoisie de ses créanciers, il resta en possession d'un petit reliquat de son patrimoine ; et, sur la rente qu'il en tirait, il trouva moyen, par une économie rigoureuse, de subvenir aux nécessités de la vie, sans s'inquiéter autrement des superfluités. Les livres étaient véritablement son seul luxe, et à Paris on se les procure facilement.

Notre première connaissance se fit dans un obscur cabinet de lecture de la rue Montmartre, par ce fait fortuit que nous étions tous deux à la recherche d'un même livre, fort remarquable et fort rare ; cette coïncidence nous rapprocha. Nous nous vîmes toujours de plus en plus. Je fus profondément intéressé par sa petite histoire de famille, qu'il me raconta minutieusement avec cette candeur et cet abandon, - ce sans-façon du moi, - qui est le propre de tout Français quand il parle de ses propres affaires.

Je fus aussi fort étonné de la prodigieuse étendue de ses lectures, et par-dessus tout je me sentis l'âme prise par l'étrange chaleur et la vitale fraîcheur de son imagination. Cherchant dans Paris certains objets qui faisaient mon unique étude, je vis que la société d'un pareil homme serait pour moi un trésor inappréciable, et dès lors je me livrai franchement à lui. Nous décidâmes enfin que nous vivrions ensemble tout le temps de mon séjour dans cette ville ; et, comme mes affaires étaient un peu moins embarrassées que les siennes, je me chargeai de louer et de meubler dans un style approprié à la mélancolie fantasque de nos deux caractères, une maisonnette antique et bizarre que des superstitions dont nous ne daignâmes pas nous enquérir avaient fait déserter, - tombant presque en ruine, et située dans une partie reculée et solitaire du faubourg Saint-Germain. Si la routine de notre vie dans ce lieu avait été connue du monde, nous eussions passé pour deux fous, - peut-être pour des fous d'un genre inoffensif. Notre réclusion était complète; nous ne recevions aucune visite. Le lieu de notre retraite était resté un secret -soigneusement gardé - pour mes anciens camarades ; et il y avait plusieurs années que Dupin avait cessé de voir du monde et de se répandre dans Paris. Nous ne vivions qu'entre nous. Mon ami avait une bizarrerie d'humeur, - car comment définir cela? - c'était d'aimer la nuit pour l'amour de la nuit ; la nuit était sa passion ; et je tombai moi-même tranquillement dans cette bizarrerie, comme dans toutes les autres qui lui étaient propres, me laissant aller au courant de

toutes ses étranges originalités avec un parfait abandon. La noire divinité . ne pouvait pas toujours demeurer avec nous ; mais nous en faisions la contrefaçon. Au premier point du jour, nous fermions tous les lourds volets de notre masure, nous allumions une couple de bougies fortement parfumées, qui ne jetaient que des rayons très faibles et très pâles. Au sein de cette débile clarté, nous livrions chacun notre âme à ses rêves, nous lisions, nous écrivions ou nous causions, jusqu'à ce que la pendule nous avertit du retour de la véritable obscurité. Alors, nous nous échappions à travers les rues, bras dessus bras dessous, continuant la conversation du jour, rôdant au hasard jusqu'à une heure très avancée, et cherchant à travers les lumières désordonnées et les ténèbres de la populeuse cité ces innombrables excitations spirituelles que l'étude paisible ne peut pas donner.

Dans ces circonstances, je ne pouvais m’empêcher de remarquer et d'admirer, - quoique la riche idéalité dont il était doué eût dû m'y préparer, une aptitude analytique particulière chez Dupin. Il semblait prendre un délice âcre à l'exercer, - peut être même à l'étaler, - et avouait sans façon tout le plaisir qu'il en tirait. Il me disait à moi, avec un petit rire tout épanoui, que bien des hommes avaient pour lui une fenêtre ouverte à l'endroit de leur coeur, et d'habitude il accompagnait une pareille assertion de preuves immédiates et des plus surprenantes, tirées d'une connaissance profonde de ma propre personne.

Dans ces moments-là, ses manières étaient glaciales et distraites ; ses yeux regardaient dans le vide, et sa voix, - une riche voix de ténor, habituellement, - montait jusqu'à la voix de tête ; c'eût été de la pétulance, sans l'absolue délibération de son parler et la parfaite certitude de son accentuation. Je l'observais dans ses allures, et je rêvais souvent à la vieille philosophie de l'âme double, - je m'amusais à l'idée d'un Dupin double, - un Dupin créateur et un Dupin analyste.
Sir Arthur Conan Doyle Une étude en rouge.
Holmes n’était certes pas un homme avec qui il était difficile de vivre. Il avait des manières paisibles et des habitudes régulières. Il était rare qu’il fût encore debout après dix heures du soir et invariablement, il avait déjeuné et était déjà sorti avant que je ne me lève, le matin. Parfois il passait toute la journée au laboratoire de chimie, d’autres fois, c’était dans des salles de dissection, et de temps à autre en de longues promenades qui semblaient le mener dans les quartiers les plus sordides de la ville. Rien ne pouvait dépasser son énergie quand une crise de travail le prenait mais à l’occasion une forme de léthargie s’emparait de lui et, pendant plusieurs jours de suite, il restait couché sur le canapé du studio, prononçant à peine un mot, bougeant à peine un muscle du matin jusqu’au soir. En ces circonstances j’ai remarque dans ses yeux une expression si vide, si rêveuse que j’aurais pu le soupçonner de s’adonner à l‘usage de quelque narcotique, si la sobriété et la rectitude de toute sa vie n’eussent interdit une telle supposition.

À mesure que les semaines s’écoulaient, l’intérêt et la curiosité avec lesquels je me demandais quel but il poursuivait devinrent peu à peu plus grands et plus profonds. Sa personne même et son aspect étaient tels qu’ils ne pouvaient pas ne pas attirer l'attention de l’observateur le plus fortuit. Il mesurait un peu plus d’un mètre quatre-vingts, mais il était si maigre qu’il paraissait bien plus grand. Ses yeux étaient aigu set perçants, excepté pendant ces intervalles de torpeur auxquels j'ai fait allusion, et son mince nez aquilin donnait à toute son expression un air de vivacité et de décision. Son menton proéminent et carré indiquait l’homme résolu. Ses mains étaient constamment tachées d’encre et de produits chimiques et pourtant il avait une délicatesse extraordinaire du toucher, ainsi que j’avais eu fréquemment l’occasion de le constater en le regardant manipuler ses fragiles instruments. […}
Il n’étudiait pas la médecine. Lui-même, en réponse à une question, m’avait confirmé l’opinion de Stamford à ce sujet. Il semblait n’avoir suivi aucune série de cours qui fussent de nature à lui valoir un diplôme dans une science quelconque ou à lui ouvrir l’accès des milieux scientifiques. Et pourtant son zèle pour certaines études était remarquable, et, dans certaines limites, ses connaissances étaient si extraordinairement vastes et minutieuses que ses observations m’ont bel et bien étonné. À coup sûr, nul homme ne voudrait travailler avec tant d’acharnement pour acquérir des informations si précises, s’il n’avait en vue un but bien défini. Les gens qui s’instruisent à bâtons rompus se font rarement remarquer par l'exactitude de leur savoir. Personne ne s’encombre l’esprit de petites choses sans avoir à cela de bonnes raisons. [..]

Son ignorance était aussi remarquable que sa science. De la littérature contemporaine, de la philosophie, de la politique, il paraissait ne savoir presque rien.
Pendant la première semaine nous n’eûmes pas de visiteurs et je commençais à croire que mon compagnon avait aussi peu d’amis que moi-même. Bientôt, toutefois, je m’aperçus qu’il avait beaucoup de connaissances, et cela dans les classes les plus diverses de la société. Ce fut d’abord un petit bon­homme blême, à figure de rat et aux yeux sombres qui me fut présenté comme M. Lestrade et qui vint trois ou quatre fois dans la même semaine. Un matin, ce fut une jeune fille qui vint. Habillée à la dernière mode, elle s’attarda une heure, si ce n’est plus. L’après-midi du même jour amena un visiteur assez pauvrement vêtu ; il était grisonnant et ressemblait à un colporteur juif ; il me parut fort excité et il fut suivi de très près par une femme déjà avancée en âge et tout à fait négligée. En une autre occasion, un monsieur à cheveux blancs eut avec lui une entrevue ; un autre jour vint un porteur de gare, dans son uniforme de velours. Quand l’un de ces indéfinissables visi­teurs se présentait, Holmes me priait de le laisser disposer du studio et je me retirais dans ma chambre. Ill ne manquait jamais de s’excuser de me déranger ainsi ;

— Il faut, disait-il, que cette pièce me serve de cabinet d’affaires ! Ces gens sont mes clients. […]
L’observation, chez moi, est une seconde nature. Vous avez paru surpris quand, à notre première rencontre, je vous ai dit que vous reveniez de l‘Afghanistan.

— On vous l’avait dit, sans doute.

— Pas du tout, Je savais que vous reveniez de l’Afghanistan. Par suite d’une longue habitude, toute une série de pensées m’a si rapidement traversé l’esprit que je suis arrivé à cette conclusion sans avoir eu conscience des étapes intermé­diaires. Ces étapes existent pourtant. Mon raisonnement coordonné, le voici. Ce gentleman est du type médecin, mais il a l’air d’un militaire. Sûrement c’est un major. Il revient des tropiques, car son visage est très brun, mais ce n’est pas la couleur naturelle de sa peau, puisque ses poignets sont blancs. Il a enduré des privations, il a été malade : son visage l’indique clairement. Il a été blessé au bras, à en juger par la raideur peu naturelle de celui-ci. Dans quelle partie des tropiques un major de l'armée aurait-il pu subir de telles­ privations et avoir été blessé au bras ? Evidemment en Afghanistan. Tout cet enchaînement de pensées n'a pas pris une seconde et je vous ai fait cette remarque que vous veniez de l'Afghanistan, dont vous avez été étonné.



Ce que Holmes pense de Dupin et d'autres détectives
" —Expliqué ainsi, c’est assez simple, dis-je en souriant. Vous me rappelez le Dupin d’Edgar Poe. Je ne supposais pas qu’un type de ce genre existait en dehors des romans!

Sherlock Holmes se leva et alluma sa pipe.

— Sans doute croyez-vous me faire un compliment en me comparant à Dupin. Or, à mon avis, Dupin était un être très inférieur. Cette façon qu’il avait de deviner les pensées de ses amis après un quart d’heure de silence était très prétentieuse et superficielle. Il avait, sans doute, un certain génie de l’ana­lyse, mais il n’était nullement un phénomène comme Poe semblait l’imaginer.

— Avez-vous lu les ouvrages de Gaboriau ? Lecoq approche-t-il de votre idée d’un détective?

Sherlock Holmes eut un mouvement ironique.

— Lecoq, dit-il d’un ton irrité, Lecoq était un gaffeur. Il n’avait qu’une chose en sa faveur : son énergie. Ce livre m’a positivement rendu malade. Il s’agissait d’identifier un prison­nier inconnu. Je l’aurais fait, moi, en vingt-quatre heures. Lecoq y a mis un mois ou presque. Cet ouvrage pourrait constituer à l’usage des détectives un livre élémentaire destiné à leur apprendre ce qu’il faut éviter.

Je ressentais quelque indignation de voir ainsi maltraiter deux personnages que j’avais admirés. Je m’avançai jusqu’à la fenêtre et restai là à regarder la rue affairée, en pensant :

« Ce garçon-là est peut-être très fort, mais il est certainement très fat. »

— Il n’y a pas de crimes et il n’y a pas de criminels de nos jours, dit-il d’un ton de regret. À quoi cela sert-il d’avoir un cerveau dans notre profession ? Je sais bien que j’ai en moi ce qu’il faut pour que mon nom devienne célèbre. Il n’y a aucun homme, il n’y en a jamais eu qui ait apporté une telle somme d’étude et de talent naturel à la déduction du crime. Et quel en est le résultat ? Il n’y a pas de crimes à découvrir; tout au plus quelque maladroite crapulerie ayant des motifs si trans­parents que même un agent de Scotland Yard y voit clair tout de suite.

Séance 5 : lecture méthodique.
Tirer les caractéristiques du texte descriptif à partir du texte
La chignole vint à bout des trois verrous en cinq minutes. Le serrurier installa un système provisoire afin que l’inspecteur puisse refermer en partant. Cadin signa l’ordre de mission et poussa la porte derrière lui. Il n’ouvrit pas les volets, préférant allumer le néon. Ça sentait le rance, les légumes abandonnés... Il prit une chaise, posa son imper sur le dossier et s’assit à califourchon, au milieu de la vaste cuisine qui occupait pratiquement tout le rez-de-chaussée, essayant d’imaginer la place que remplissait la géante dans cet espace. Tout était usé avant l’âge, rafistolé à la hâte, du sparadrap autour de la poignée du réfrigérateur, de la ficelle pour renforcer la chaîne du lustre, du scotch rouge au milieu des motifs de la toile cirée... La vaisselle s’empilait prés de l’évier, sale à droite, lavée à gauche alors que les plats, les cocottes, les poêles étaient posés à même le sol, près de la poubelle. Cadin chassa une mouche qui s’agaçait autour de sa bouche et s’essuya les lèvres, légèrement dégoûté. Il se remit debout et déplaça les livres bloqués sur une étagère La Cuisine d’été, Cuisine minceur, Larousse gastro­nomique. Les Recettes de grand’ maman... Des pubs de cures d’amaigrissement découpées dans les journaux marquaient les pages. Elle avait rempli les pointillés, nom, adresse, poids qui oscillait entre 94 et 107 kilos, mais n’avait pas eu le courage de les envoyer. Au-dessus de la cheminée étaient alignés une trentaine de flacons d'épices poussiéreux dont le plus frais datait de trois ans. Il jeta an regard dans la salle de bains attenante. baignoire rose, lavabo, bidet, sous­-vêtements trempant dans une bassine plastique, grimpa au premier sans trop savoir ce qu’il venait chercher là. Le salon ne renfermait qu’une télé, une banquette et quelques étagères remplies de collections de Télé 7-jours, de Têlérama. Un dossier « Mourousi » était caché sous les hebdos, tout ce qui s’était publié sur le présentateur enroué depuis une bonne dizaine d’années ! Des photos, des coupures venant de toute la presse nationale, de Point de vue, images du monde à Lutte ouvrière... Les murs de la chambre étaient décorés de portraits de famille, père, mère, oncles et tantes, et aucune surprise n’attendait Cadin, ni dans les tiroirs ni dans les armoires. C’est en redescendant qu’il remarqua la petite porte ménagée sous l’escalier. Un appentis où la géante rangeait, et oubliait, les balais, les serpillières, les produits d’entretien. Avant de s’éloigner, il se baissa pour vérifier le contenu d’un carton de Javel et s’aperçut qu’une minuscule pièce prolongeait le débarras. Un bureau aux pieds raccourcis, un pouf en guise de siège. Il prit place, alluma la lampe d’architecte pincée au bord du plateau et contempla les centaines de lettres soigneusement rangées devant lui. Il en prit une sur le tas le plus fourni et observa longuement l’enveloppe sans oser l’ouvrir. Une vieille frappe machine aux caractères irréguliers, émoussés, une cédille au mot France, un footballeur tunisien sur le timbre, illustrant le championnat d’Afrique de sports collectifs, un cachet bilingue arabe-français... Il se décida.



Didier Daeninckx, Le Facteur fatal, 1984, Éd. Denoe1.

La description s‘inscrit dans le récit
1. Certaines situations narratives appellent un développement descriptif. Comment la description se justifie-t-elle dans ce texte ?

2. Le texte alterne récit et description. Repérez les différents passages narratifs et descriptifs.

3. Le récit et la description se distinguent notamment par le temps des verbes. Quel est le temps dominant dans le récit ? Quel est le temps dominant dans la description ?
La description s’organise à partir d’un personnage
4. La description des lieux est faite à partir d’un personnage. Quel est ce personnage ? Relevez tous les verbes de perception qui montrent que les lieux sont décrits à partir de ce personnage.

5. La description suit les déplacements du person­nage. Précisez dans l’ordre donné, les différentes pièces décrites.
6. La description s’organise à l’aide de repères spa­tiaux qui distribuent les éléments décrits dans l’es­pace. Relevez les repères spatiaux qui organisent la description dans le passage de la ligne 14 à la ligne 34.

La description traduit une impression

7. La description fait ressortir une impression de désordre. Relevez les mots et expressions qui tra­duisent cette impression.

8. La description des lieux permet de se faire une idée de la personne qui y habite. Que peut-on dire de ses goûts et de sa personnalité ?

  1. La description révèle les intentions du personnage qui observe. Quels sont les détails précis qui montrent l’intérêt du personnage pour une lettre ?


Séance 5 : Insérer des descriptions dans un récit.
Jean n'était pas fier ce soir là. Après avoir reçu ce coup de fil pressant, il s'était demandé s'il n'avait pas accepté trop vite. Mais, même s'il avait plus l'habitude des hôtels particuliers et des palaces, ses déboires professionnels et son compte en banque l'avaient poussé à accepter ce rendez-vous financièrement très alléchant.

Les lueurs des lampadaires se posaient sur les murs délabrés des bâtiments miteux. Quelques braseros transperçaient la nuit de leur éclat et voyaient s'agglutiner autour d'eux une population en haillon que la société avait rejeté. La brume qui sortait des égouts diluait toutes formes semblant vouloir dissimuler la misère tapie dans ses lieux afin de la rendre plus vivable, quelques heures durant, aux yeux de ceux qui la subissaient. Des éclats de voie jaillirent à quelques mètres de là avec, en fond sonore un de ces vieux slows des années quatre-vingt qui tirait les larmes à la plus épaisse des brutes. C'était Chez René, un de ces vieux bars pourris où court une faune noctambule à la recherche de petits plaisirs et de quelques plans pour arrondir les fins de mois.
Jean poussa la porte qui libéra les nuages de fumée confinés derrière….
Continuez la description du lieu soit de manière statique soit de manière dynamique.

  • Vous utiliserez au moins quatre fois touts les expansions nominales étudiées.

  • Vous utiliserez le temps de la description.

  • Vous utiliserez un champ lexical de votre choix que vous m'indiquerez en marge.

  • Evidemment vous respecterez le lieu, l'époque et l'ambiance.

  • Votre description comportera au moins quinze lignes


Au comptoir se tenait une paumée aux cheveux roux. Campée sur ses jambes frêles, elle sirotait à toute allure des légions de blanc cassis dont la seule odeur pouvait déclencher des brûlures d'estomac. Toute gainée de cuir, une patate rosacée à la place du nez, elle semblait attendre le client en se remémorant ceux qui l'avaient emmené dans les palaces parisiens bien des années auparavant.

L'homme qui lui parlait semblait sortir d'une histoire de Lucky Luke, avec ses santiags et son gilet en cuir ouvert sur une chemise blanche qui laissait entrevoir son torse velu. Les yeux du type semblaient quémander la gratuité des offres de la fille.

Un à un, jean dévisagea les clients et le patron. Alors que son regard se fixait sur un endroit sombre et reculé du bar, une main en sortit lui faisant signe de venir. Il se leva et s'approcha.
Décrivez la personne qu'il découvre.

  • Vous indiquerez de manière indirecte sa provenance sociale

  • Vous lui créerez une identité.

  • Vous la décrirez physiquement.

  • Votre portrait fera au moins quinze lignes






similaire:

Rédiger un portrait d\Dj : 9% // S&P : 9% // Nasdaq : 6% Les marchés us ont clôturé en...
«Dreamliner» et le second en annonçant qu'il allait se lancer dans une guerre des prix au cours de la saison des fêtes. La fin de...

Rédiger un portrait d\Les membres cgt de la Commission Secondaire ont, ce jour, quitté...

Rédiger un portrait d\Le dessin comme objet intermédiaire de l'industrie

Rédiger un portrait d\Chapitre Portrait de la sociométrie

Rédiger un portrait d\8 h. Place de la séance dans la séquence : Séance 1 (durée 1 h 1/2)

Rédiger un portrait d\Proces-verbal de reunion
«pot» délicieusement concocté par l’instance dirigeante, la réunion a débuté sous la présidence de Laurence Molines, qui ouvre la...

Rédiger un portrait d\Séance 1 : Comment l’Allemagne bascule-t-elle vers le totalitarisme ??
«chemises brunes» tentative de «coup d’état» en 1923à Munich. Après une année de prison pendant laquelle IL rédige «Mein Kampf» soit...

Rédiger un portrait d\Prendre en charge la difficulté scolaire, les alternatives au redoublement
«n’empêchent» pas les élèves de progresser. Exemple : l’apprentissage du code, en lecture, s’acquiert tout au long du cycle 2 (voire...

Rédiger un portrait d\Séance 1 Séance d’introduction
«Norbert Elias et l’étude des Relations Internationales», Revue Française de Sciences Politiques, 45 (2), 1995, pp. 305-327

Rédiger un portrait d\Portrait d’Henry Percy, neuvième comte de Northumberland






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com