Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990.





télécharger 138.89 Kb.
titreRésumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990.
page1/4
date de publication11.02.2018
taille138.89 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > loi > Résumé
  1   2   3   4
Usages et ruses des temps.

L’unification des polices berlinoises après 1989
Fabien Jobard

Chargé de recherches

Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CNRS/Ministère de la Justice)

Il a récemment publié Bavures policières ? La force publique et ses usages. Paris : La Découverte, coll. "Textes à l’appui", 2002 et dirigé, avec Pascale Laborier, le numéro 59 (3) de la revue Politix, "Les sciences politiques allemandes" (2002). Ses recherches portent actuellement sur les rapports de la police et de la politique, à l’épreuve de situations de crise, ainsi que sur les effets sociaux des lois pénales.

CESDIP – 43, bd Vauban – 78280 Guyancourt – France – fabjob@gmx.de
Résumé

Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. Berlin, à la fois communauté urbaine et Land politico-administratif, a subitement vu deux polices sur son sol. Deux polices : deux histoires distinctes, construites 40 ans durant en opposition réciproque. Le temps fut décisif dans l’unification de ces deux polices, la seule qui ait contraint les agents à travailler effectivement ensemble, dans l’intimité des mêmes postes et des mêmes patrouilles. Le passé des institutions, appelé en résistance contre l’avenir, le présent des configurations politiques locales, mais aussi l’anticipation de l’avenir par les agents individuels et la temporalité propre de la police, son imbrication dans le quotidien, dans la routine de l’ordre publique toutes ces dimensions du temps ont absorbé la puissance de l’événement pour rendre l’impensable possible.

I am a police. That may sound like an unusual statement – or an unusual construction. But it’s a parlance we have. Among ourselves, we would never say I am a policeman or I am a police officer. We would just say I am a police.

Martin Amis, Night Train.

Les études sur les transitions démocratiques ont ces dernières années levé le voile sur une variable longtemps masquée : celle du temps. L’interrogation a essentiellement pris deux formes. La première a réintroduit le passé comme variable indépendante des transitions démocratiques : la notion de « dépendance au sentier », ou « path dependence », rassemble ces analyses, qui ouvrent ainsi les processus de démocratisation à la longue durée. La seconde voie défriche les jeux et les interactions engagés par les acteurs, et découvre ainsi l’événement, et avec lui l’insaisissabilité, l’indiscernabilité, bref : l’incertitude, devenues variables cardinales des transitions. Notre contribution examine ainsi un événement-clef (« focal events ») au cœur d’un changement de régime : la chute du Mur de Berlin dans le transfert institutionnel qui a caractérisé l’adoption, sur le territoire de l’ancienne République démocratique allemande, des institutions de l’Allemagne de l’ouest.
L’une des interrogations majeures quant aux processus de changement se rapporte au « dilemme de la simultanéité » : comment « reconstruire le navire en haute mer » ? Comment poser les fondements de l’économie de marché, du changement institutionnel et de la démocratie représentative, alors que rien ne suspend le cours des activités économiques, juridiques et politiques ? Plutôt qu’étudier les changements macro-sociologiques survenus dans chacun de ces trois ordres pris isolément, nous resserrerons l’observation autour d’une institution particulière, dans un espace politico-administratif donné : en l’espèce, les polices de Berlin, depuis la chute du Mur le 9 novembre 1989 jusqu’à l’Unification des deux Etats allemands, le 3 octobre 1990.
A Berlin, presque du jour au lendemain, la ville ne fit géographiquement qu’une, mais politiquement et administrativement toujours deux, dans l’attente d’un ordre politique unique. Deux polices, séparées quatre décennies durant, ont été appelées à se fondre en une seule, et ce en moins d’une année. Célérité et unité territoriale : il aura fallu, en un rien de temps, mêler ensemble deux institutions porteuses à la fois de deux histoires singulières (deux « historical legacies »), mais aussi de deux temporalités distinctes (carrières des agents, rythmes des institutions). Considérons le calendrier des événements politiques nationaux de cette année décisive 1990 : levée définitive des visas pour les voyages inter-allemands en décembre 1989, attaque collective du bâtiment de la Stasi en janvier 1990 et dissolution de facto de la politique politique de RDA, création en février 1990 d’une commission inter-allemande en vue d’une union monétaire, victoire écrasante de la CDU (le parti du chancelier Kohl) lors des élections législatives de RDA, le 18 mars 1990, décision prise le 24 avril 1990 par la RFA et la RDA de conclure une Union monétaire au jour du 2 juillet 1990, début des négociations « 4+2 » (les quatre puissances tutélaires et les deux Etats allemands) en mai, victoire de la CDU aux élections municipales de Berlin est le 6 juin, début des négociations inter-allemandes en vue du Traité d’unification le 7 juillet, enfin signature du Traité le 2 septembre, qui fixe la réunification effective au 3 octobre. Cette irrésistible bouleversement des cadres politiques nationaux se prolonge, après l’Unification, par le bouleversement des calendriers électoraux et l’annonce, pour le 2 décembre, et sur tout le territoire de l’Allemane unie, de la tenue d’élections législatives et d’élections municipales, y compris, donc, à Berlin réunifiée. Appelé par les urnes, l’Unification allemande devait être célébrée par les premières élections libres organisées depuis 1932 sur un tel territoire.
Appréhendé depuis l’échelle du Land de Berlin (Berlin est, comme Hambourg et Brême, un des seize Länder d’Allemagne, disposant notamment des prérogatives de puissance publique en matière de police et de sécurité), l’Unification allemande s’est donc imposée comme un bouleversement des scansions politiques (dans un contexte de surcroît marqué par l’absence de précédent) : au fil des semaines, l’extérieur dictait son agenda, le fédéral s’imposait au local par la nationalisation des calendriers et des impératifs politiques. Comment cette accélération du temps et cette imposition calendaire furent absorbées par les structures politiques, représentée et vécue par les acteurs ? Déployons ce qu’implique exactement cette question, qui envisage de saisir à l’échelle locale les modalités du changement des temps politiques. D’abord, si l’on accepte l’hypothèse de la pluralité des temps sociaux dans les plis de la vie quotidienne, comment furent vécus (c’est à dire autant représentés et agis) ces bouleversements dans le quotidien de la ville de Berlin ? Puis, si l’on adopte cette fois l’hypothèse d’un ordre temporel propre aux institutions publiques locales, quels espaces décisionnels ont ouvert à l’échelle du Land de Berlin ces accélérations du temps ? Enfin, comment une administration particulière, celle de la police, a vécu et agi face à l’irruption de l’événement et, très vite, face à l’imposition d’un horizon politique borné et impératif, celui de l’Unification allemande, fixée après quelques mois incertains au 3 octobre 1990 ?
Notre choix de recherche, on le voit, engage sur la voie d’une compréhension du temps non pas comme variable indépendante et uniforme, mais comme donnée vécue et remodelée par les acteurs, au cours même de l’action. C’est la raison qui guide le choix de ce resserrement de focale, au plus près des processus de représentation et de décision d’acteurs déterminés, sur un espace donné, à la fois géographique (Berlin comme ville) et politico-administratif (Berlin comme Land). Et c’est de son côté la spécificité des rythmes sectoriels qui appelle notre attention sur la police. Cette administration dispose en effet de deux rapports au temps. Comme tout autre autorité publique, elle est dépositaire d’une histoire spécifique, mais plus fortement que tout autre, sans doute, du fait de sa proximité avec l’Etat, dont on dit parfois qu’elle en est le bras armé. Mais la police a également ceci en propre qu’elle est intimement liée au social, au quotidien des collectifs, à la routine des communautés urbaines : garante de la paix et de la tranquillité publiques, elle a essentiellement pour tâche de maintenir le normal, de faire revenir l’ordre, chaque fois que quelque chose se produit qui ne devrait pas se produire. Le policier à la fois véhicule un passé institué, celui par lequel son Etat élabor sa légitimité, et construit du présent, en restaurant chaque fois que son sens intuitif des situations l’y appelle, la routine et son ordre, en somme rien moins que le quotidien. Durant cet événement singulier que fut la régulation des effets de la chute du Mur et de l’anticipation des avenirs incertains puis promis, l’exercice même du métier de policier a donc vu se disputer le temps de l’histoire et le temps de l’événement.
Les dimensions ethnographiques du quotidien de la police berlinoise ont été exploitées dans la thèse de doctorat de Andreas Glaeser, soutenue à l’université de Chicago. Cette thèse est une recherche ethnographique menée en 1994-95 puis 1996 dans les rangs d’un service de police de Köpenick, à Berlin Est, et à Potsdam, chef-lieu du Brandebourg. Nous ne considérerons ces dimensions qu’en tant qu’elles nous aideront à comprendre les dynamiques temporelles qui ont permis l’accueil, dans la police de Berlin, de l’événement « Unification ». Nous exploiterons donc dans ce qui suit seulement des sources non exploitées par A. Glaeser : l’essentiel des archives policières de la Présidence de l’ouest, un dépouillement exhaustif de la presse locale (essentiellement Berliner Zeitung, Tageszeitung, Tagesspiegel) consacrée aux affaires policières de Berlin de 1989 à 2000, ainsi que de la presse syndicale d’ouest (Die Deutsche Polizei) et d’est (Extra), et de 18 entretiens semi-directifs, menés de 1999 à 2000, avec les acteurs politiques de la coalition au pouvoir à Berlin en 1989-90, des policiers de l’ouest chargés de l’unification, des policiers de l’ouest envoyés dans des postes de police de l’est et des anciens Volkspolizisten de l’est intégrés à la police commune.
Nous verrons dans un premier temps tout ce qui, en 1989, séparait les deux polices, grandies chacune de part et d’autre du Mur érigé en 1962. Nous éclairerons quelques traits essentiels de leurs histoires séparées, les traces de leurs passés distincts, mais insisterons sur les références à ces passés par les acteurs concernés en 1989-90 ; que les acteurs aient alors voulu, par la convocation des deux « hiers », empêcher ou encourager l’avenir commun qui se dessinait. Contre une appréhension figée et exogène du passé et de l’histoire dans les études en termes de « path dependence », nous verrons combien ces références conflictuelles au passé produisent, dans le cours de l’action présent, des passés spécifiques advenant ainsi comme autant de productions des acteurs en butte aux contingences présentes et aux modalités de transition vers le futur.

Nous verrons ensuite comment la décision publique faisant face à l’Unification fut, à Berlin, tout à fait spécifique. Nous examinerons notamment comment les divers secteurs sociaux furent à cette époque, du fait de la conjoncture politique locale berlinoise, inégalement équipées pour faire face à l’inattendu : notre attention sera tournée vers l’inégale captation sectorielle des opportunités libérées par l’irruption de la surprise et de l’événement. L’émergence de l’inattendu, de la fluidité, en un mot de la crise a moins conduit à une synchronisation subie des temporalités sectorielles qu’à l’emploi d’un régime spécifique d’action publique, le régime « machiavellien » d’action publique.

Nous verrons enfin comment les temps propres de l’institution policière (temps de la routine, mais aussi de la perpétuelle urgente nécessité), mais aussi le temps de l’attente imposée par l’administration pour déterminer les devenirs individuels des agents ont joué de leur force propre, « naturalisant » et « routinisant » ainsi au fil des mois et des années l’audace des décisions arrêtées en 1990. Le temps vécu par les agents dans leur rapport avec leur quotidien (quotidien de l’exercice de leur métier, quotidien de l’attente de l’examen de leurs dossiers individuels) se cristallisait ainsi en variable décisive, qui assurait leur obéissance et ainsi l’absorption sans heurt du choc de l’événement dans et par la police de Berlin.

I. Discordance des temps
La succession des événements, apparemment irrésistible, a été construite par les acteurs de l’époque pour les besoins de leur cause (« un mouvement naturel, celui du peuple allemand, a conduit la nation à son inexorable réunification»). Et cette succession est souvent tenue pour unique explication de la politique allemande de l’époque. Catégorie rétrospectivement naturelle de l’action publique, elle fait du même coup oublier les réalités vécues par ceux pris dans le cours des événements. Or, si l’on tente d’épouser le vécu des acteurs de l’époque, on ne peut que constater que le brouillage des perspectives temporelles, brouillage qui apparaît rétrospectivement comme la réalité majeure offerte aux acteurs de l’époque. Ce compte-rendu de conférence de presse du Innensenator (ministre de l’Intérieur de Berlin) est seulement daté du 18 mai 1990 :
"Patrouilles mixtes de policiers ouest- et est-berlinois, enquêtes communes des PJ des deux autorités de police, cars de police Volkswagen [de RFA] dans les rues de Berlin Est, ou bien des Wartburgs [de RDA] aux toits surmontés d’indicateurs de lumière bleue dans les rues de Berlin Ouest : de tout ceci, pour l’instant, il n’en est pas question. Werner Thronicker, porte-parole du Innensenator Erich Pätzold, a qualifié hier les spéculations [Vorstellungen] relatives à une collaboration intensive imminente entre les deux polices de ‘irréllement optimistes’ [‚unrealistisch optimistisch‘]".
Ce bref aperçu des réalités concrètes de l’époque suffit à souligner que rien ne paraissait moins naturel que l’unification des deux polices. L’avenir commun était certes envisagé, mais dans un avenir encore lointain, celui d’une génération peut-être : ces discordances quant à l’horizon temporel des mesures à prendre définit bien, tout autant que son contenu substantiel, l’Unification en tant que programme politique. Mais il faut aussi prendre la mesure de ce qui se joue, au moment de la proximité immédiate des deux polices, dans les répertoires cognitifs des agents subitement face à face.
Les provinces historiques
Pour saisir un peu mieux l’étendue des différences vécues, essayons de nous placer avant même que la chute du Mur ne bouleverse les schèmes perceptifs, pour mieux restituer les « provinces de sens» qu’étaient les deux polices, et les références au passé qui constitueront les « processus discursifs d’alignement » des uns et des autres dans la lutte qui s’engage en vue de définir l’avenir légitime. Pour cela, situons nous peu avant que l’événement ne survînt, un an avant la chute du Mur.

En novembre 1988, à Berlin, quelques événements étaient venus bousculer les habitudes policières autour de la Porte de Brandebourg, ancienne porte d’entrée de la ville, convertie par Bismarck en Arc de Triomph et devenue depuis 1961 le symbole de la séparation de la ville. Elle marquait encore le point de départ de l’avenue Unter den Linden et, ainsi, l’entrée dans Berlin est, capitale de la RDA. En cette fin d’année 1988, les libéralisations encore tâtonnantes en Europe de l’est avaient amené des gens nouveaux aux alentours de la porte de Brandebourg. Profitant du délitement des contrôles administratifs, ces gens vendaient, sur des étals improvisés, casquettes et insignes militaires, effigies de Lénine, drapeaux frappés des insignes de l’Union soviétique. La cohue était devenue telle qu’elle gênait la circulation des véhicules des deux côtés du Mur et contraignait les allées et venues des passants ; bref : elle troublait l’ordre public commun des deux villes. La police de Berlin ouest fit alors appel aux policiers de la RDA pour qu’ensemble, autour du monument, un peu d’ordre fût remis. Policiers de l’ouest et Vopos de RDA, les premiers habillés de vert et les seconds de blanc, se prêtèrent ainsi mutuellement main forte. Au terme de cette première journée d’exercice commun de la sécurité publique depuis... 1948, le président de police de Berlin Ouest et ses fonctionnaires présents sur les lieux, invitaient les « collègues » de l’Est à une collation. Voici ce que rapportait, le lendemain, le principal quotidien de Berlin Ouest :
Cette scène a beaucoup réjoui de nombreux policiers de l'Ouest, car l’image de sèche rectitude prussienne, entretenue avec soin par les forces frontalières de la RDA, n'est manifestement pas tout ce qu'il y a dans la vie de ces gens (...). Pour le président de la police ouest-berlinoise, Georges Schertz, ces visages changés ont constitué un événement frappant.

Tagesspiegel, 16 novembre 1988
Ainsi, en 1988, l’exercice inédit de pratiques policières communes entre agents de l’est et agents de l’ouest se déroulait sur le mode de la révélation, qui confrontait les agents de l’ouest à la contradiction entre des visages aimables et une socialisation politique bifide, à la fois réelle-socialiste et prussienne, convoquant ainsi comme schème d’évaluation premier des Vopos par leurs équivalents de l’ouest à la fois l’autre histoire présente (la RDA), et un passé commun plus ancien (la Prusse). Mais c’est aussi un autre passé qui resurgit lorsque, passée la chute du Mur, les organisations policières et syndicales hâtent le rapprochement des deux institutions. Ainsi, en avril 1990, le syndicat quasi unitaire de la police ouest-allemande, le GDP (Gewerkschaft der Polizei), accueille 83 000 nouveaux adhérents, en absorbant le GdVP, le tout neuf et éphémère syndicat de la Volkspolizei. Des voix s’élèvent contre la fraternisation enchantée avec les nouveaux « collègues ». En septembre 1990, la revue syndicale publie ce courrier d’un policier lecteur qui fait remarquer combien l’adhésion massive des Vopos rappelle l’ancien syndicat unique de RDA. Ce lecteur indigné exige une suspension des logiques d’action de son organisation (la recherche de l’adhésion), au profit de l’élaboration préalable de procédures à même de juger des personnes aspirant au rang d’égal ou de même : il dénonce ainsi « l’ignorance quotidienne, depuis 40 ans, des droits de l’homme, la haine encasernée de la démocratie, et d’ailleurs la méconnaissance totale de l’ensemble de ce qu’est la police dans un État de droit». Le lecteur indigné réclame alors d’urgence… l’attente, et le recyclage préalable de tous les personnels en sessions de formation, d’échanges, de stages préalable à tout accueil au sein de son syndicat.

Au nom de cette différence de socialisations, le lecteur veut une « dispute en justice », organisée par la délibération préalable sur les compétences des Vopos à s’élever au monde commun de la police démocratique. Ces « dissidences victimaires » contestent le primat de l’action de fraternisation mis en avant par leur syndicat, contestent également l’emprise d’un futur de promesses sur un présent aux assises historiques trop désajustées : elles refusent le primat de l’unité, au nom d’un principe d’alignement préalable des dispositions. « Il m’est incompréhensible, en ce qui concerne la Volkspolizei, de parler de « collègues ». Ce terme ne me vient tout simplement pas à l’esprit ». L’histoire, le temps long, l’héritage : ces éléments sont en effet « convoqués » pour se placer en travers du chemin qui peu à peu semble se dessiner vers l’unification allemande et la réunion des deux systèmes policiers. La « path dependence », loin de s’imposer comme la survivance subite d’un passé exogène, apparaît bien comme une ressource stratégique, et en cela modulable, déployée par des acteurs engagés dans la dénonciation de ce qui s’annonce. Et ce, de surcroît, dans une ville que rien ne sépare plus.
Les cadres gégraphiques de légitimations institutionnelles : la spécificité berlinoise
De plus, ces convocations et références au passé sont exacerbées, à la fois par la condition policière et par le Dasein berlinois. On connaît en effet toute la difficulté du travail de légitimation de soi dans les polices des régimes démocratiques, qui repose sur la conciliation de deux exigences parfois contradictoires : permettre l’exercice des libertés publiques par les citoyens, assurer l’exercice de la contrainte par l’État. Au service de l’État, mais plongé dans le social auquel ils doivent répondre, les policiers sont donc soumis à cette tension permanente, que l’enseignement dispensé en école de police a pour fin d’atténuer. Or, à Berlin ouest, tout ce travail de légitimation de soi se trouvait depuis 1948 simplifié par la présence contigüe de son contraire, la Volkspolizei. Par un ensemble de cérémonies diverses, la conviction de se trouver au côté de la justice se trouvait ainsi constamment réaffirmée par la présence perpétuelle, en face, de la police dictatoriale. Ainsi, en avril 1988, la cérémonie annuelle commémorative de la séparation des deux polices réunit les policiers de Berlin Ouest, place du Pont aérien (le Pont assurant le ravitaillement de Berlin ouest par les Anglo-Américains durant le blocus imposé par Staline). Une plaque commémorative est dévoilée, qui rappelle l’enlèvement et la disparition, vraisemblablement dans un camp soviétique, du dernier chef SPD de la police de Berlin, dernier président de la police unique. Une gerbe est également déposée au pied du monument commémorant le Pont aérien, mêlant ainsi dans cette cérémonie de légitimation de soi la douleur de la genèse de la police de Berlin ouest et la grandeur de la lutte contre le totalitarisme soviétique.

Ce désajustement manifeste des sens historiques était bien entendu plus travaillé encore dans la Volkspolizei que dans la police de Berlin ouest. Un des documents de la police ouest-berlinoise visant la préparation de l’unité des polices rapporte un extrait de la doctrine de formation de la Volkspolizei :

But de la formation et de l'éducation

Les participants [aux cycles de formation continue de la Volkspolizei] doivent pouvoir mettre en œuvre les résolutions du Parti et des lois, ordres, directives et autres instructions qui en garantissent l'application et, dans cette optique, éduquer leurs subordonnés à ce qu'ils soient motivés et endurcis, dans une perspective de classe ;

à tous les instants garantir et accroître le rôle dominant du Parti et en particulier influencer efficacement l'accroissement, au sein des services de police, de l'intensité de la vie interne du parti, de l'action unitaire et fermée et de la force de combat des organisations du Parti, et de faire en sorte que l'influence du Parti se trouve partout renforcée dans les missions quotidiennes et dans la vie des services'.

Le contour des promus de la 'formation universitaire complémentaire' doit en particulier être caractérisé par :

- l'intervention constante en vue de la réalisation de chaque mission du Parti ;

- la haine irréconciliable à l'égard des ennemis du socialisme et de la paix ;

- la capacité à prendre des décisions politiques collectives conformes aux exigences actuelles, propagé de manière vivante et convaincante le marxisme-léninisme et influencer activement la formation de la conscience des agents de la Volkspolizei et leur attitude conforme aux normes de l'éthique et de la morale socialistes.

Div. TD 1, Présidence de la police, 6 novembre 1990 [les passages soulignés le sont par les rédacteurs (ouest-berlinois) du document]
Voilà donc dessinées en quelques mots l’étendue des différences apparentes que met subitement à nu, à Berlin, la chute du Mur et la proximité inédite des deux polices. Si « chaque territoire est porteur d’une histoire, inscrite dans des groupes sociaux porteurs de représentations », Berlin se trouve alors être en Allemagne le seul espace sur lequel coexistent ces deux polices si étrangères l’une à l’autre. Entrent donc en contradiction les impératifs policiers, fondés sur la continuité spatiale, dans une même ville, de l’ordre public, et les réalités administratives, manifestées par l’existence de ces deux autorités. Volkspolizei et police de l’Ouest doivent en effet mener à bien, côte à côte, leur mission (concilier la paix publique et les nécessités urbaines), dans un environnement politique bouleversé par l’accélération des calendriers.

L’ordre et la loi devaient se trouver non seulement administrés, mais aussi respectés de la même manière de part et d’autre de la ville ; ici, les choses étaient particulièrement incertaines. Il faut en effet songer au fait que ces policiers avaient soudain à gérer des populations elles aussi longtemps séparées, et porteuses de socialisations politiques distinctes. L’indistinction des manières de garantir l’ordre public suppose en effet une acceptation homogène, au moins de principe, des agents de la force publique. Or, si dans les autres Länder les agents devaient faire appliquer des lois neuves, mais restaient les mêmes face aux mêmes populations, une partie de la population de Berlin ouest devait accepter de voir les lois mises en œuvre par des agents qui leur étaient étrangers, qui avaient participé à la garantie et à la perpétuation d’un régime déchu et, en particulier à Berlin ouest, honni.
L’histoire, le passé, le temps long : ces éléments sont bel et bien mis en intrigue par les acteurs mêmes de la transition, pour, au moment du tumulte historique, en freiner ou en infléchir le cours. Le passé est l’arme que l’on veut retourner contre le présent, ce présent qui s’écrit trop vite, qui semble presque déjà écrit. Spécificité de l’Unification allemande : les « autres absents », les acteurs de l’histoire (ceux du « Vorwelt »), sont encore bien là ; la RDA déchue n’a pas emporté ses agents, qui restent présents (dans le « Mitwelt ») et portent témoignage face au futur (« Nachwelt ») qui s’annonce. Spécificité de Berlin : ces mondes sont assignés à la coexistence dans une seule et même ville, que la frontière de béton ne sépare plus.
II. Faire le choix de l’irréversible et remettre les difficultés au lendemain
Cette discordance des passés se traduit, pour les politiques et les policiers de l’ouest, par l’obligation de maîtriser un environnement marqué autant par le manque d’information que par l’insaisissabilité des événements qui se jouent, dans le temps même où ils tentent de saisir au mieux la nature des situations présentes et de prévoir l’organisation à venir des services. Se dessine à mesure que l’Unification allemande semble inéluctable un horizon improbable : réunir en une seule institution des agents et des organisations que tout semble séparer. Il faut donc à présent examiner ce qui fut fait, par qui, et surtout à l’intérieur de quels espaces de décision.
Ce qui fut fait : une seule police en un rien de temps
Le 22 février 1990, le président de police de Berlin forme un groupe de travail ; ce même président de police qui, sur le mode du voyage exploratoire entrepris à 500 mètres de chez lui, avait en cette journée du 15 novembre 1988 découvert les visages souriants d’étrangers qu’il appelle, dès février-mars 1990 à rassembler sous son autorité. Quel est en efet l’objet de ce groupe de travail ? G. Schertz vient de détacher une petite dizaine de fonctionnaires pour former un groupe consacré à « l'éventualité d'un travail policier commun dans les deux parties de la ville de Berlin », « avec la mission de relever tous les problèmes juridiques, structurels, personnels et matériels, ainsi que de prendre les mesures nécessaires qui se verraient immédiatement imposées à la police par une future unité urbaine administrative » (souligné dans l'original). Le groupe de travail rend ses conclusions, au long d’un document extrêmement documenté, fort de 78 pages, le 9 mars 1990. Ce document entend mettre en oeuvre deux programmes distincts : l’absorption des personnels de la Volkspolizei au sein d’une police unique, appliquant un droit (policier et pénal) unique, et ce quel que soit le statut exact de la ville ; l’indistinction des provenances et des appartenances des agents de cette police unique, au moyen d’une affectation croisée des agents de l’Est à l’Ouest, et de l’Ouest à l’Est.

Faut-il le préciser ? A quelques très rares, et maigres, inflexions près, c’est cet exact programme (qu’on a peine à qualifier ainsi du fait de l’anachronisme apparent, au moment de sa conception, avec l’évolution de la vie politique inter-allemande), c’est ce dessein qui sera à l’exact appliqué au premier octobre 1990. Faut-il le souligner ? Les pages de conclusion dessinent très exactement le chemin qui sera suivi par les polices d’est et ouest à partir du printemps 1990, et jusqu’au 1er octobre 1990. Le document épluchait ainsi patiemment toutes les aspérités concrètes s’opposant à la réunion de deux services hétérogènes, mais ancrés à un même territoire : il appelait à l’intégration de l’ensemble des policiers du rang et l’intégration des policiers de rang élevé qu'après un « indispensable examen exact de leur personne et du service qui était le leur » (p. 18 et suiv.) ; demandait le refus des agents de maintien de l’ordre (type gendarmerie mobile), « encasernés, équipés et dirigés de manière militaire » (p. 21 et suiv.) ; redessinait l’organisation complête des services de l’est (« les postes administratifs ouest-berlinois seront à introduire dans les services suivants de l'Est : 11 commissariats et 27 postes, avec l'envoi d'environ 800 agents ; (...) ce qui impose l'envoi permanent de policiers d'échelons moyens et hauts à Berlin Est - p. 26 et suiv.) ; voulait un programme immédiat de rééquipement des agents de l'Est, notamment de manière à assurer l'uniformité des véhicules et des vêtements de service (p. 57 et suiv.).

La police ouest-berlinoise a tracé sa trajectoire de vol. Ne manque plus que l’ordre de décollage : il sera donné par le gouvernement fédéral. Quels sont toutefois les coûts, à long terme, des choix arrêtés ? Quelle est l’exacte nature des risques induits par les décisions imposées par le calendrier ?
Les matériels

Une bonne police doit disposer, on le sait, d’un équipement et de moyens substantiels. Or, s’il est un domaine sur lequel le déséquilibre entre polices de l’Est et de l’Ouest de la ville se trouvait le plus visible, c’est bien celui du matériel et de l’équipement. On se retiendra ici de mentionner toutes les expressions d’inquiétude, parfois de stupéfaction, portées dans les protocoles de réunion du groupe de travail « unification de la police » (février-mars 1990), puis de la « Cellule de préparation du 3 octobre » (septembre-novembre 1990), qui prennent en charge les préparatifs de l’unité. Au rang des surprises, pour ne citer qu’elles, une note fut portée le 18 septembre 1990 à la connaissance de la police de Berlin Ouest qui révélait que seuls 40% des Vopos étaient en possession d'un permis de conduire, obligeant ainsi en bien des situaions les policiers de l’ouest à se faire les chauffeurs des collègues de l’est.

Mentionnons les plus importantes. Celle de l’armement tout d’abord car, au contraire de ce que l’on pourrait attendre, l’armement et les moyens de protection des Vopos se trouvaient alors bien en deçà des normes légales et techniques de celles de leurs collègues de l’Ouest. En ce qui concerne leur conformité à la loi, les 11 646 pistolets soviétiques Macharow 9mm, l’arme de poing des Vopos depuis 1960, étaient loin d’être conformes aux dispositions berlinoises fixant les armements des agents publics de la ville. En ce qui concerne leur fiabilité technique, tout indique en effet que les équipements sont restés inchangés depuis la fin des années soixante. Une note confidentielle du ministère de l'Intérieur de la RDA, prise en 1983, mentionnait que la durée maximale d'emploi des technologies, équipements aussi bien que des bâtiments, moyens de transport etc. devait être prolongée le plus longtemps possible, par toutes les mesures appropriées en matière d'entretien, de remise en état et d'emploi, en raison de l'économie de pénurie qui touchait jusqu’aux instruments de la puissance de l'État-Parti.

Mentionnons également, et d’un mot, les deux autres difficultés majeures, que sont les moyens de communication, de télécommunication et de transport, d’une part, et les uniformes d’autre part. Il faut rappeler l’extrême précarité des moyens élémentaires de télécommunication au sein de la Volkspolizei et, avec cela, le fait que toutes les communications, notamment téléphoniques, étaient interdites d’est en Ouest : faire police commune passait d’abord par la restauration des lignes de téléphone ordinaire entre les deux parties de la ville. Les véhicules (de marques Trabant et Wartburg), dont les tests de sécurité montraient leur conformité aux tests des années... cinquante, se trouvaient en contradiction totale avec les exigences modernes de lutte contre la criminalité, mais également avec les règlements internes sur la sécurité des policiers, dont l’application est d’ordinaire surveillée de près par les syndicats. Quant aux uniformes, la police de Berlin estimait à un million de Marks le montant nécessaire à l’équipement des quelques milliers de Vopos. Une telle somme nécessitait l’intervention du gouvernement fédéral et a été, du fait des circonstances politiques que nous avons évoquées, refusée, comme bien d’autres du même ordre.

Toutes ces difficultés, on l’a vu, apparaissent plus crûment aux yeux des agents et du public en raison de la nécessaire continuité territoriale de l’exercice de la sécurité publique. Sur toutes ces matières, cependant, il a été choisi de « faire comme si », comme si tout ceci n’était qu’un moment difficile à passer. Autrement dit, ce n’est rien moins qu’un pari politique qui a été fait par les décideurs de l’époque : en dépit de toutes ces difficultés, en dépit de la visibilité apparente et indéniable d’une « police à deux vitesses », les choses devraient, devront, au final, en dépit de risques non négligeables. Tout ceci trouve l’une de ses nombreuses expressions dans ces comptes-rendus de réunion portant justement sur les armements et les équipements.
  1   2   3   4

similaire:

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. icon[Situation- la chute du mur de Berlin
«J’ai vécu le Mur de Berlin», 1961 – 1989, Philippe Demenet, Bayard Jeunesse, 2007

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconSéance 1 : Le tournant des années 1990, la fin du monde bipolaire...
«Nous avons décidé aujourd’hui d’adopter une réglementation qui permet à chaque citoyen de la rda de se rendre à l’étranger par les...

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconL’ économie des peco après la chute du mur de Berlin: les cas de...

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconObjectif : convoquer plusieurs domaines artistiques sur une même...
«East Side Gallery» : mur peint de fresques «street art» après la chute en 1989

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconRésumé La chute du mur de Berlin et la dissolution de l’urss marquent...
«par en haut» à la faveur d’une démocratisation partielle va contribuer à toute l’ambiguïté et l’opacité d’un tournant qui vise fondamentalement...

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconBibliographie : L’économétrie des origines au développement récent. Alain Prioette
«C’est l’unification de la théorie économique, des mathématiques et des statistiques»

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconParu dans : Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude, (sous...
«une incertitude généralisée» 1 et donc cette nouvelle incertitude urbaine contemporaine

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconRésumé : La contribution proposée vise à décrire la logique des offres...
«réforme de la réforme» se prépare en 2008, IL est intéressant d’identifier les enjeux des différents acteurs, au regard de la gouvernance...

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconLe programme d’une analyse linguistique du texte littéraire
«analyse du discours littéraire», aisi que l’unification synthétique du champ est plutôt assumée en France par D. Maingueneau

Résumé Cette contribution examine l’incertitude et le bouleversement des temps sociaux, à l’aune de l’unification des deux polices de Berlin, de la chute du Mur le 9 novembre 1989 à l’Unification allemande au 3 octobre 1990. iconLe monde de la banque et les diasporas (des années 1730 aux années...
«grands commis» a triomphé jusqu’au milieu des années 1990, d’autant plus que l’organisation de la grande entreprise bancaire sembler...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com