Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique





télécharger 69.61 Kb.
titreProgramme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique
date de publication23.10.2017
taille69.61 Kb.
typeProgramme
e.20-bal.com > loi > Programme
NOTIONS ESSENTIELLES DU PROGRAMME OFFICIEL EN 7 PAGES
CHAPITRE 1 : CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE
SOURCES ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE
Croissance: augmentation soutenue pendant une longue période de la production généralement mesurée par des indicateurs comme le PIB ou le PNB. On distingue habituellement la croissance extensive, qui résulte du seul accroissement des facteurs de production, de la croissance intensive qui découle des gains de productivité.

Développement : ensemble des changements, économiques, sociaux, techniques et institutionnels liés à l'augmentation du niveau de vie.

Développement durable (ou soutenable) : Nouveau mode de développement officiellement proposé comme objectif à leurs Etats membres par la CNUCED et la Banque mondiale ; il est théoriquement inspiré par la volonté de concilier l’amélioration du bien être des générations présentes avec la sauvegarde de l’environnement pour les générations futures.

Formation brute de capital fixe (FBCF) : Valeur des biens durables acquis par les unités résidentes pour être utilisées pendant au moins un an dans le processus de production. Elle correspond approximativement à l'investissement national sans l’investissement immatériel.

Indicateur de développement humain (IDH):indicateur composite compris entre 0 et 1 incluant le niveau de vie (PIB par Habitant réel en PPA) , la longévité (espérance de vie) et le savoir humain (taux de scolarisation). Il permet d'apprécier quantitativement et qualitativement le développement d'un pays.

Investissement : opération par laquelle une entreprise acquiert des biens de production venant renouveler ou accroître le stock de capital. Il peut être matériel (locaux, équipements) ou immatériel (formation des salariés , R et D…..).

Investissement immatériel : dépenses de recherche-développement, de formation, de publicité…..

Investissement public : investissement réalisé par l’Etat, la sécurité sociale et les collectivités locales.

Population active : ensemble des personnes qui occupent un emploi ou qui en recherchent un .

PIB (produit intérieur brut) : Agrégat de la comptabilité nationale fournissant une mesure de la production. PIB = somme des valeurs ajoutées.

Revenu national brut par tête (RNB): PIB - revenus reçus du reste du monde + revenus reçus du reste du monde divisé par le nombre d’habitant . Pour la France le RNB et le PIB sont très proches.

Valeur ajoutée : mesure de la richesse crée par une entreprise. Elle se calcule en soustrayant à la valeur de la production le montant des achats de biens et de services (consommations intermédiaires) qui sont entrés dans le processus de production.

ACCUMULATION DU CAPITAL, PROGRES TECHNIQUE ET CROISSANCE
Autofinancement : financement de l’investissement d’une entreprise sur ses ressources propres autrement dit sur son épargne (bénéfices non distribués aux actionnaires et dotation aux amortissements).

Destruction créatrice : notion introduite par J A Schumpeter pour décrire l’activité économique caractérisée par la disparition et la création incessante d’activités à l’origine des cycles de Kondratiev. Les nouveaux produits démodent les produits et les anciennes méthodes de production .Les entreprises à la pointe éliminent les entreprises en retard, des emplois sont créés d’autres sont détruits etc.…

Epargne : Partie du revenu qui, pendant une période donnée, n'est pas consommée. Pour les entreprises, l'épargne brute correspond au profit retenu, qui sera disponible pour l'autofinancement.

Financement externe : financement de l’investissement d’une entreprise par le crédit bancaire, l’émission d’obligations ou l’augmentation de capital (vente de nouvelles actions…).

Innovation : application industrielle et commerciale d’une invention.

Innovations de produits : produits nouveaux qui accroisse la diversité et se traduisent par une amélioration qualitative. Le téléphone cellulaire. , l’IPod

Innovations de procédés : Nouvelle méthode de production (Taylorisme, robotique, chemin de fer pendant la première RI)

Innovations organisationnelle : Nouveaux type d’organisations des entreprises : invention de la société anonyme ou du trust, Les firmes transnationales, Le monopole

Progrès technique : Ensemble des innovations qui améliorent l'efficacité de la combinaison productive. Au sens large il désigne l’ensemble des savoirs techniques et organisationnels qui permettent d’accroître la richesse produite.

Recherche et développement (R & D) : Ensemble des activités privées ou publiques qui, de la recherche fondamentale à la

recherche appliquée, débouchent sur l'invention et l'innovation au sein de l'entreprise.

Rentabilité économique : indicateur de rentabilité de l'entreprise, mesuré par le taux (EBE /capitaux propres (ensemble des capitaux appartenant aux actionnaires + capitaux empruntés). C’est donc une mesure de la performance de l’investissement indépendante de son mode de financement. Contrairement à la rentabilité financière : qui calcule le profit du point de vue de l’actionnaire (EBE – intérêts versés / capitaux propres) X 100. 

Taux d’intérêt réel : rémunération du capital versé par l’emprunteur au prêteur qui tient compte de l’évolution des prix. (Taux d’intérêt nominal / Indice des prix) X100.
CHAPITRE 2 STRATIFICATION SOCIALE ET INEGALITES
UNE SOCIETE MOBILE ?

Démocratie : forme de régime politique et d'organisation sociale devant assurer aux individus citoyens la maîtrise souveraine de leur destin individuel et collectif. Elle est caractérisée, pour Tocqueville, par l'égalité des libertés politiques et par l'égalisation des conditions matérielles.

Capital culturel : pour le sociologue P. Bourdieu, le capital culturel désigne un ensemble de qualifications intellectuelles socialement reconnues, comme les diplômes. Ce capital culturel se transmet de père en fils. Ainsi, les enfants des classes supérieures héritent généralement d'un capital culturel plus important que les membres des classes populaires

Capital social :(en sociologie) : ensemble des réseaux familiaux, amicaux, professionnels, de proximité auxquels les individus participe et dont il peur recevoir des informations ou des aides en cas de besoin.

Egalité des chances : situation dans laquelle l’avenir d’un individu ne dépendrait pas du capital économique, culturel, social qui lui a été transmis mais de ses seuls talents.

Méritocratie : mode d’accession aux meilleures places de la société fondé sur l’intelligence. Ceux qui arrivent au sommet de la pyramide sociale sont ceux qui le méritent le plus grâce à l’égalité des chances pratiquée à l’école.

Mobilité sociale : changements de statut social des individus ou des groupes sociaux au cours du temps, ainsi que les différences entre le statut social des parents et celui de leurs enfants.

Mobilité ascendante : mobilité qui s'effectue vers le haut de la hiérarchie sociale.

Mobilité descendante : passage d'une position supérieure à une position inférieure dans la hiérarchie sociale

Mobilité intergénérationnelle : changement de position sociale entre générations.

Mobilité nette : mobilité sociale qui ne découle pas des changements structurels de la société et qui traduit, lorsqu’elle s’accroît, une réelle démocratisation de la société.

Mobilité structurelle : mobilité résultant des transformations de la population active. ( tertiairisation …..)

Stratification sociale : ensemble des différenciations sociales associées aux inégalités de richesses, de pouvoir, de savoir, de prestige et déterminant la division de la société en groupes de droit ou de fait. Les théories de la stratification considèrent que les différences entre groupes sociaux ne sont que de degrés. Ils s'opposent en cela à l'analyse marxiste des classes.

Table de mobilité : instrument de mesure qui permet d'apprécier et d'analyser la mobilité ou l'immobilité sociale. Les tables de destinée nous renseignent sur ce que deviennent les fils comparativement à ce que faisaient leurs pères.( sur 100 fils p sont devenus ) . Les tables de recrutement nous informent sur l'origine sociale d'une génération qui occupe une position sociale donnée.( sur 100 membres actuels s’une PCS p étaient fils de …)
LES TRANSFORMATIONS DE LA STRUCTURE SOCIALE
Bipolarisation : tendance de la société à se diviser en deux classes sociales plus ou moins conflictuelles (prolétariat et capitalistes ou exclus et inclus ….).

Exploitation : pour Marx, il s'agit d'un rapport entre prolétaires et bourgeois. Un groupe s'approprie, sans contrepartie directe le produit du travail d'un autre groupe. (La plus-value)

Moyennisation de la société : concept employé par H Mendras pour décrire l’augmentation de la place des classes moyennes dans la structure sociale.

Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) : outil de classement de la population en un nombre 6 groupes d’actifs (et 2 d’inactifs) présentant chacune une certaine homogénéité social. Les principaux critères de classement sont la profession, la position dans la hiérarchie professionnelle, le statut, le secteur d'activité, l’employeur public ou privé.
UNE SOCIETE INEGALE ?
Egalité : principe général selon lequel les individus au sein d’une société doivent être traités de la même façon.

Inégalités sociales : différences entre des individus ou des groupes qui se traduisent par des avantages ou des désavantages.

Patrimoine : ensemble des biens possédés par un agent. Il comprend le patrimoine physique (logements, immeubles, terrains, matériel productif), le patrimoine incorporel (fonds de commerce, brevet d’invention) et le patrimoine financier (compter en banque, actions, obligations, épargne). Ce patrimoine est transmissible par donation ou par succession.

Revenu disponible : total des revenus perçus (revenus du travail + revenus du capital + revenus de transfert), nets de cotisations sociales et d'impôts sur le revenu.

Equité: principe de justice sociale qui peut conduire à traiter de façon différente les membres de la société afin de réduire les inégalités constatées.

Exploitation : pour Marx, il s'agit d'un rapport entre prolétaires et bourgeois. Un groupe s'approprie, sans contrepartie directe le produit du travail d'un autre groupe. (La plus-value)

Justice sociale : ensemble de principes équitables acceptés par tous qui régissent les droits et les devoirs des membres d’une société.

CHAPITRE 3: TRAVAIL ET EMPLOI



ORGANISATION DU TRAVAIL ET CROISSANCE
Division technique du travail : décomposition du processus de production en tâches spécialisées, successives et complémentaires .C’est une condition de la croissance de la productivité pour Adam Smith et, un facteur de domination du capital sur les travailleurs pour Karl Marx.

Fordisme : développement de l'organisation scientifique du travail par H. Ford (1863-1947), constructeur automobile américain, avec l'instauration du travail à la chaîne, mais aussi stratégie de hauts salaires (five dollars Day), c’est aussi un régime d'accumulation intensive centré sur la consommation de masse, correspondant à peu près aux «trente glorieuses »,

Organisation du travail : agencement et coordination des postes de travail, en vue d'atteindre la productivité maximale.

Qualification : On distingue la qualification de l'emploi et la qualification du travailleur. La première correspond aux compétences pour occuper un poste de travail ou une fonction déterminée : aptitudes, expérience, connaissances éventuellement sanctionnées par des diplômes. La deuxième à l’ensemble des savoirs et des savoir-faire que maîtrise un actif

Taylorisme ou Organisation scientifique du travail (OST) : organisation du travail élaborée par F. W. Taylor puis développée par H. Ford, fondée sur une division verticale et horizontale du travail

Toyotisme : Modèle d’organisation du travail et de la production mis en œuvre chez Toyota, sous l’impulsion de Taïchi Ohno avec deux innovations majeures : la réalisation du juste à temps (zéro stocks) et les quatre autres zéros (défauts, papiers, pannes, délais)
CROISSANCE, PROGRES TECHNIQUE ET EMPLOI
Contrat de travail : Convention par laquelle un salarié met son activité à la disposition d'un employeur qui lui verse un salaire et a autorité sur lui (droit de donner des ordres et d'en contrôler l'exécution).

Coût du travail : ensemble des dépenses occasionnées par l’emploi d’un salarié (salaire net + cotisations sociales salariés et employeurs + comité d’entreprise …..)

Emploi : contrat passé entre deux parties pour la réalisation d’un travail. Le travail exécuté pour un employeur est rémunéré par un salaire. Celui d’un travailleur indépendant est payé sous formes d’honoraires ou de bénéfices. Au niveau macro économique, l'emploi représente l’ensemble du travail fourni par les actifs occupés. La situation du marché du travail est évaluée par le taux de chômage.

Flexibilité du travail : adaptation de la main d’œuvre aux variations de la demande censée améliorer l'efficacité productive et réduire le chômage, d'après les libéraux. C'est cependant un facteur de précarisation de l'emploi. La flexibilité externe : comprend le recours à l'externalisation de l'emploi (sous-traitance, Intérim), l'assouplissement du droit de licenciement, le recours au travail temporaire et aux CDD. La flexibilité Interne : consiste à faire varier la durée du travail (annualisation) et les rémunérations dans l’entreprise et à modifier l'organisation du travail et l'affectation des salariés.

Marché des biens et services : Lieu de rencontre entre l’offre et la demande de biens et services ou se déterminent le prix et les quantités.

Marché du travail : lieu fictif de rencontre entre la demande de travail (émanant des salariés) et l'offre de travail (émanant des entreprises.).

Marché interne/ externe du travail : dans la théorie du dualisme du marché du travail (M Piore), le marché interne (à l’entreprise ou à l’administration) est un marché réglementé dans lequel les salariés bénéficient de protection tandis que le marché externe est un marché relativement concurrentiel, plus flexible et sur lequel les actifs sont souvent en situation précaire.

Précarité de l’emploi : Emploi dont la durée est limitée (CDD, stages, emplois aidés (contrats initiative emploi), intérim .ils ne dégagent en général pas un revenu suffisant pour vivre : même si ils sont en CDI (temps partiel subi.)

Rendements croissant On dit qu’une production se fait à rendements croissants quand le coût moyen de production diminue au fur et à mesure que la quantité produite augmente parce que la productivité augmente (division du travail et progrès technique et qu’il existe des économies d’échelle. (Baisse des coûts unitaires provoquée par l’augmentation des quantités produites.

Salariat : Situation dans laquelle un individu reçoit de son employeur public ou privé, une rémunération forfaitaire, le salaire, en contrepartie du temps de travail fourni

Salaire : rémunération des personnes travaillant pour le compte d’un employeur par opposition aux indépendants qui travaillent pour leu propre compte
CHAPITRE 4: INTEGRATION ET SOLIDARITE
LA COHESION SOCIALE ET LES INSTANCES D'INTEGRATION
Cohésion sociale : terme non stabilisé qui se rapproche de la notion de lien social.

Anomie : notion introduite par E Durkheim. Situation dans laquelle les normes d'une société sont déficientes de sorte que les individus ne savent plus comment orienter leur conduite. Pour K Merton une société est anomique lorsqu'il y a inadéquation entre les objectifs proposés par une société et les moyens dont dispose ses membres pour les atteindre. Ce divorce se traduit par des comportements déviants.

Déviance : comportement qui s'écarte de la norme. Cet écart peut être sanctionné par la loi ou par l'exclusion Il peut aussi être toléré ou accepté. Cette notion est relative à une société donnée pour une période donnée.

Exclusion sociale : résultat d'un processus qui conduit à rompre la plupart des liens sociaux, économiques qui unissent une personne ou un groupe aux autres membres de la société. (Désaffiliation ou disqualification par exemple)

Individualisme (sens sociologique) : fait social caractérisant plus spécialement les sociétés modernes : représentations privilégiant l'individu son autonomie au détriment des appartenances collectives.

Intégration sociale : état ou processus d'insertion insertion des individus dons un même ensemble (collectivité, société) acquérant ainsi un minimum de cohésion.

Lien social : ce qui rattache les individus et les groupes les uns aux autres. Il peut s'agir de liens directs basés sur l'interconnaissance (lien conjugal, familial, de voisinage) ou de liens indirects tissés par la médiation d'institutions (Ecole entreprise, association, syndicats...)

Socialisation : ensemble des mécanismes par lesquels les hommes font l'apprentissage des rapports sociaux et assimilent normes, valeurs et croyances.

Solidarité mécanique : selon E Durkheim : lien social typique des sociétés traditionnelles. Il relie des hommes peu différents les uns des autres et qui participent à une même culture faite de croyances communes et de sacré.

Solidarité organique : selon E Durkheim : lien social caractéristique des sociétés modernes. Il relie les hommes des sociétés modernes, relativement différenciés les uns des autres, pratiquant la division du travail et qui sont socialisés par des institutions intégratives qui leur confèrent un sens moral qui les guident et les orientent.
PROTECTION SOCIALE ET SOLIDARITE COLLECTIVE
Assistance : garantie offerte aux personnes subissant des risques sociaux même si elles n'ont pas cotisé reconnaissant à chacun le droit à un minimum de subsistance.

Assurance : système fonctionnant sur le principe d'un versement de cotisation permettant de recevoir certaines prestations si certains risques se réalisent. (Retraite, chômage, maladie ...).

État providence : État se donnent pour mission d'assurer une protection sociale à ses assujettis et de limiter les inégalités économiques par des mesures de redistribution de revenus.opposé à Etat gendarme qui se contente d’assurer la défense extérieure par l’armée, la police, la justice et la prise en charge des biens collectifs non rentables.

Pauvreté : situation des individus dépourvus de ressources considérées comme essentielles et vivant dans la précarité. On la mesure à partir généralement à partir seuil de pauvreté relative fixé en France à 50% du revenu médian. (60% au niveau européen).

Protection sociale : couverture des principaux risques sociaux par la sécurité sociale (maladie, vieillesse, chômage...), pôle emploi (assurance chômage), ou l’assistance (RSA, CMU…).

Redistribution : action par laquelle l'État, au moyen de prélèvements fiscaux ou parafiscaux, réalise un transfert de ressources d'une partie de la population vers une autre. La redistribution horizontale opère des transferts de ressources au profit des personnes exposés à un risque social La redistribution verticale cherche à réduire les inégalités de revenus.

Sécurité sociale : organisme de protection sociale français regroupant les caisses d’assurance maladie, d’assurance vieillesse, et les allocations familiales.

Solidarités collectives : dispositifs d'entraide au sein d'une collectivité vis-à -vis des individus ne pouvant subvenir à  leurs besoins ou victimes de risques sociaux. Elles s'expliquent par un sentiment d'appartenance partagé par les membres du groupe. Elles traduisent la force du lien social.
CHAPITRE 5 : INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION
COMMERCE INTERNATIONALE ET CROISSANCE
Avantage comparatif : intérêt d'une nation à se spécialiser dans les productions où elle bénéficie du plus grand avantage relatif (la plus grande différence de coûts) ou du plus faible désavantage relatif (la plus petite différence de coûts. Cette spécialisation au niveau mondial aboutit, pour le père de cette thèse, David Ricardo, à l'enrichissement de toutes les nations.

Balance des paiements: document comptable qui enregistre l'ensemble des flux économiques et monétaires entre un pays et l'extérieur au cours d'une période donnée.

Barrières non tarifaires : ensemble des mesures protectionnistes autres que les tarifs douaniers (contingentements ou quotas, formalités d'importations dissuasives, recours aux normes sanitaires ou de consommations, fermeture des marchés publics.

Barrières tarifaires : taxes (droits de douane) prélevées sur les produits importés pour en élever le prix.

Commerce international : ensemble des flux de marchandises (biens uniquement) entre les espaces économiques nationaux. Au sens large, on y inclut également les flux de services.

Division internationale du travail (DIT) : répartition des différentes spécialisations (matières premières, produits manufacturés) entre tous les pays du monde.

Libre-échange : pratique commerciale fondée sur la liberté des échanges internationaux et en conséquence, sur la suppression de toute entrave commerciale (principe du laissez-passer).

Organisation mondiale du commerce (O.M.C): organisation qui s'est substituée au GATT depuis 1995 et dont les objectifs sont d'assurer le respect des règles commerciales internationales, de surveiller et de réprimer les pratiques déloyales.

Protectionnisme: pratique et théorie économique visant à protéger l'économie nationale de la concurrence internationale au moyen de barrières tarifaires (droits de douane) ou non tarifaires (contingentements, réglementations, normes...).

Régime de changes flottants : système, dans lequel le taux de change des monnaies obéit à la loi de l'offre et de la demande .C’est le système qui prévaut dans le monde depuis 1974.

Termes de l'échange (indice des) : rapport entre l'indice des prix des exportations et celui des importations, dont l'analyse, sur longue période, permet de conclure à l'augmentation, ou non, du pouvoir d'achat des exportations, Une détérioration des termes de l'échange signifie qu'un pays devra exporter davantage de produits pour obtenir une même quantité d’importations .

Taux de change : prix d'une monnaie exprimée en une autre.
ENVIRONNEMENT ET STRATÉGIES INTERNATIONALES DES ENTREPRISES
Banque mondiale : sa principale institution est la banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD). Elle est destinée à promouvoir le développement des PED par son aide financière et technique.

Commerce intrafirme (ou DIPP) : division internationale du travail entre filiales d'une même firme multinationale. Les différentes étapes de la production d'un même produit sont réparties entre plusieurs pays.

Compétitivité : capacité d'un agent économique ou d'une économie dans son ensemble d'affronter la concurrence nationale et internationale et de remporter des parts de marché, grâce au niveau de ses prix (compétitivité prix) ou à la qualité de sa production (compétitivité hors prix).

Différenciation des produits : stratégie d'entreprises permettant d'échapper à la concurrence par les prix en dotant le produit de caractéristiques particulières qui le distinguent des produits concurrents (compétitivité hors prix).

Firme multinationale (FMN) : entreprise en général de grande taille possédant des filiales implantées dans plusieurs pays.

Firmes transnationale(FTN) : FMN dont la stratégie et l'organisation sont conçues à l'échelle mondiale .Ces firmes peuvent ainsi s’affranchir des contraintes (de change, de fiscalité..) des pays d’accueil.

FMI : fond monétaire international institué en 1944. Institution de crédit pour les pays connaissant de graves problèmes financiers. Son aide est généralement conditionnée à la pratique de politique de rigueur.

Investissement direct à l'étranger (IDE): capital consacré au développement de filiales hors des frontières.

Investissement de portefeuille : prise de participation minoritaire dans une entreprise étrangère en vue d'en retirer un bénéfice financier.
CULTURE, MONDIALISATION ET RÉGULATION
Culture : ensemble des manières de penser, de sentir, d'agir que partagent les membres d'une même collectivité humaine et qui les distingue des autres collectivités humaines.

Acculturation : Changement socioculturel entraîné par le contact prolongé entre des groupes et des sociétés de cultures différentes. Dans un sens plus strict : processus par lequel un groupe humain adopte les éléments d'une culture en abandonnant, partiellement ou totalement ceux de sa propre culture.

Différenciation culturelle : opposé d'uniformisation culturelle. Dans un contexte de mondialisation, elle se traduit par une acculturation au cours de laquelle apparaît un multiculturalisme ou une réinterprétation des traits culturels introduits par la culture d’origine. Il peut s'agir également d'une résistance des cultures originelles face à la mondialisation.

Mondialisation : Processus de constitution d'un marché unique qui tend à devenir universel par abaissement des frontières entre les nations. Les espaces économiques nationaux laissent place à un espace économique mondial intégré: C'est l'image du "village planétaire »

Normes environnementales : règles destinées à protéger l'écosystème et discutées dans la perspective d'un développement durable.

Normes sociales : règles qui définiraient un minimum social de façon à protéger l'état sanitaire et social des populations des pays en développement et à empêcher le dumping social

Régulation économique mondiale : ensemble des règles et des actions qui permettent au système de fonctionner dans la durée en résistant aux crises. Ce qui suppose une gouvernance mondiale c’est à dire un contrôle de l'économie mondiale de marchés par les gouvernements nationaux, les institutions internationales (FMI, OMC, ONU) et la société civile.
CHAPITRE 6 CONFLITS ET MOBILISATION SOCIALE

MUTATIONS DU TRAVAIL ET CONFLITS SOCIAUX



Classes sociales : groupes sociaux différents de par leur situation économique et sociale. Chez K Marx les classes sociales sont définies par la position au sein des rapports de production. Ces rapports sont antagonistes. La classe sociale dominante détient les moyens de production et exploite le prolétariat.

Conflit social : affrontement entre groupes aux intérêts antagonistes. Ces groupes peuvent mener des actions collectives pour défendre leurs intérêts ou dénoncer leur situation

Lutte des classes : concept d'origine marxiste. Affrontement entre classes (prolétariat contre bourgeoisie) résultant de l'antagonisme de leurs positions et de leurs intérêts. Cet affrontement peut revêtir des formes variées : grèves, révolution

Mobilisation Sociale collective: rassemblement dans l'action d'individus ou de catégories sociales en vue de défendre des positions communes ou de promouvoir des fins collectives. On parle de groupe mobilisé pour désigner un groupe social fortement organisé et prompt à l'action.

Rapport social/ rapports sociaux : relation sociale entre les individus ou les groupes ; lorsque cette relation dérive de leurs positions dans la structure sociale (par exemple le rapport salarial.).

Syndicat de salariés : association assurant l'organisation et la défense des salariés (ou de certaines catégories d'entre eux) pour la reconnaissance de leurs droits et l'adoption de mesures favorables aux travailleurs.

LA DIVERSIFICATION DES OBJETS ET DES FORMES D’ACTIONS COLLECTIVES



Action collective : Mouvement par lequel des individus se mobilisent ou se rassemblent pour atteindre des fins partagés (grèves, manifestations, occupation de bâtiments, grèves de la faim, boycott etc. ….)

Groupe de pression ou lobby : Regroupement d’individus autour d’un intérêt commun qui s’organisent pour orienter les décisions des pouvoirs publics dans un sens qui leur soit favorable.

Identité  sociales collectives : façons dont les groupes se définissent eux-mêmes et sont définis par autrui. Les identités collectives peuvent se définir sur la base de la profession, du milieu social, de l'âge et du sexe, des appartenances religieuses et « ethniques » etc. ….

Institutionnalisation des conflits : encadrement progressif des conflits, de l’expression des insatisfactions, par des règles coutumières ou légales plus ou moins formelles et régulières. L’action spontanée et locale donne lieu à des organisations durables qui se posent en porte-parole, et cherchent à canaliser et à rationaliser l’action collective, afin d’obtenir des résultats durables et généraux.

Institutionnalisation d'un mouvement social : intégration d'un mouvement protestataire dans la sphère politique par sa reconnaissance et par la prise en compte institutionnelle (lois, services ministériels) de certaines de ses aspirations.

Mouvements sociaux: action concertée en faveur d’intérêts ou de valeurs, ou le groupe mobilisé exprime son conflit avec un adversaire en puisant dans un répertoire protestataire d’actions collectives.

Nouveaux mouvements sociaux : expression forgée dans les années 70 par A Touraine notamment pour désigner des mouvements axés sur des enjeux distincts de ceux liés au monde du travail (environnement, éducation, condition féminine, etc.). `

Valeurs : manières d’être ou d’agir qu’une société propose comme idéal à ses membres.

CHAPITRE 7 : INTEGRATION EUROPEENNE ET POLITIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES
Les etapes de l’integration europeenne
Intégration européenne : Processus d’unification de l’espace économique et politique des pays membres en plusieurs étapes (Zone de libre échange, union douanière, marché commun (+ libre circulation du travail et du capital), Union économique (+ harmonisation des politiques économiques), UEM. Classification de Bela Balassa

Union européenne : association volontaire de 27 États européens, dans les domaines économique et politique, afin d’assurer le maintien de la paix en Europe et de favoriser le progrès économique et social. L’UE s’est dotée d’institutions auxquelles les États membres ont transféré une partie de leurs compétences. (Commission européenne, parlement européen…..)

Union économique et monétaire (UEM): accord entre 16 pays européens (sommet de Maastricht en décembre 1991) pour instaurer une monnaie unique en Europe. Les pays signataires abandonnent la politique monétaire à la banque centrale européenne (BCE) indépendantes des pouvoirs politiques.

Union douanière : groupe de pays ayant adopté des principes de libre-échange, et doté de droits de douane communs vis-à-vis des pays tiers.

Union politique : Mise en place, par différents Etats, d'un gouvernement commun et d'une harmonisation légale et fiscale.

Zone de libre-échange : groupe de pays au sein duquel les échanges de marchandises sont libérés des droits de douane et des quotas mais gardant vis-à-vis des pays tiers des politiques douanières propres.
LES NOUVEAUX CADRES DE L’ACTION PUBLIQUE
Action publique : ensemble des mesures prises par les pouvoirs publics pour agir sur l'activité économique : laissez-faire, politiques conjoncturelles (de court terme) ou structurelles (tendant à transformer les conditions de la production). Ces politiques se font en utilisant des outils, comme le budget, la monnaie, la règlementation ou la dérèglementation.

Coordination des politiques économiques et sociales : harmonisation européenne des prélèvements obligatoires, limitation de la dette des déficits publics.

Déficit public : solde budgétaire négatif de l’Etat au sens strict + déficit des collectivités locales et de la sécurité sociale

Dette publique : stock de dettes qui résulte des emprunts de l’Etat et des autres administrations publiques (collectivités locales et sécurité sociale) contractés pour financer année après année leur déficit.

Déréglementation : Suppression progressive des règles publiques encadrant l’activité économique (contrôle des changes, autorisation administrative de licenciement, monopoles de services publics …….).

Europe sociale : harmonisation progressive des législations nationales des pays membres grâce à l’action communautaire. Elle traite de l’emploi, des conditions de travail et de la protection sociale. Certains domaines sont exclus du champ communautaire (ex : rémunération, droit d’association et de grève).

Politique économique : ensemble des moyens utilisés par l’Etat pour stimuler, freiner ou régulariser l’activité économique.

Politique budgétaire : Politique économique dont l'outil essentiel est le budget de l'État, avec action sur les dépenses, les recettes et les déficits.

Politique monétaire : politique visant à influer sur l'évolution de la masse monétaire et sur les taux d'intérêt afin de limiter l’inflation, favoriser la croissance ou de déprécier ou d’apprécier la monnaie.

Service public : activité économique d’intérêt général dont les pouvoirs publics assurent directement la fourniture ou contrôlent la mise en œuvre (biens et services fournis par les entreprises publiques ou privées).

Service public à la Française : désigne les administrations et les entreprises publiques en situation de monopole. Ils sont gérés en fonction de critères politiques (égalité, continuité, primauté de l’intérêt général devant les intérêts particuliers, péréquation tarifaire.)

Service universel à l’européenne : obligation de service public minimal dans les secteurs qui ont été ouverts à la concurrence européenne. Dans ce cadre concurrentiel, le service universel doit permettre à chacun un accès aux services essentiels à un prix abordable et sur tout le territoire.

Subsidiarité: partage des compétences entre l’Union européenne et chacun des Etats membres. Ce principe préconise une intervention exceptionnelle de l’U.E quand la décision ne peut être prise au niveau national. Ce principe privilégie donc la décentralisation des décisions.



similaire:

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconProgrès technique et croissance depuis la première révolution industrielle
«nouvelle économie» triomphante, alors que le paradoxe de Solow avait trouvé sa résolution dans la vigoureuse croissance à partir...

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconComment expliquer la croissance des Trente glorieuses ?
«comptabilité de la croissance», nous conduit à donner une place essentielle au progrès technique

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconSection 1 : La croissance et le progrès technique

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconTD3- progres technique et croissance

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconCroissance économique : la fin des guerres de théories Par Denis Clerc
...

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconLe rôle du progrès technique dans la croissance au xix° siècle

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconLe progrès technique et son incidence sur la croissance et les fluctuations...

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconChapitre I : theorie de la valeur, accumulation du capital et croissance chez adam smith

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconAnnexe 8 – progres technique et environnement
«La consommation d'énergie augmentera moins vite que la croissance mondiale dans les prochaines décennies», Le Monde, 05. 07. 05

Programme officiel en 7 pages chapitre 1 : croissance, capital et progres technique iconLe progrès technique explique-t-il fondamentalement la croissance économique ?
«un accroissement de la connaissance que les hommes ont des lois de la nature appliquées à la production.» (Guellec et Ralle)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com