La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance





télécharger 130.07 Kb.
titreLa croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance
page1/3
date de publication03.01.2017
taille130.07 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
LA CROISSANCE ECONOMIQUE


Le Modèle Keynésien HARROD-DOMAR

INTRODUCTION : LE CONTEXTE : LA PENSEE KEYNESIENNE ET LA CRISE DE 1929

PARTIE I. HARROD ET L’INSTABILITE DE LA CROISSANCE

A.) Le taux de croissance garanti

B.) Le fil du rasoir

C.) Le taux de croissance naturel

PARTIE II. DOMAR ET LES 2 EFFETS DE L'INVESTISSEMENT

A.) La double nature de l’investissement

1) L’effet "capacité" de l’investissement

2) L’effet "revenu" de l’investissement

B.) La difficulté d'atteindre une croissance de plein emploi

CONCLUSION



INTRODUCTION : LE CONTEXTE : LA PENSEE KEYNESIENNE ET LA CRISE DE 1929


Pour Keynes, il peut exister un équilibre de sous emploi, c'est à dire un équilibre dans lequel toutes les forces productives ne sont pas employées. On se trouve alors face au chômage. Cela se produit quand l’incitation à investir n’est pas suffisamment forte. Pas assez de consommation et trop d'épargne. L’équilibre ne sera rétabli que grâce à l'intervention de l’Etat.

La parution de la Théorie Générale de Keynes date de 1936. Même si Keynes n’essaie pas vraiment de donner une explication à la crise de 1929, il affirme que l’économie capitaliste n’est pas forcément stable. Keynes renouvelle la présentation des relations économiques par rapport à la vision libérale : il évite de raisonner par marchés pour raisonner par fonctions (investissement, consommation…) et en terme de circuit. Il dénonce la loi de Say. L’offre ne crée pas sa propre demande : une part du revenu engendré par le processus de production peut ne pas retourner dans le processus, c’est à dire être épargnée. Selon Keynes une épargne trop importante et une consommation trop faible peuvent mener à une situation de dépression chronique du type de celle de 1929. => chômage massif et capacités de production excédentaires (destructions importantes de marchandises, dumping, effondrement des prix). L’épargne doit donc être dépensé, c’est à dire investie selon les keynésiens.

Harrod et Domar prolongent Keynes sur plusieurs plans :

- le rôle important de l’investissement et de la demande

- les doutes sur la capacité du capitalisme à assurer le plein emploi (des hommes et des machines)

- le raisonnement en terme de déséquilibre

Mais Harrod et Domar s'intéressent au long terme (Keynes : "à long terme nous serons tous morts").
Alors que les théories précédentes sur la croissance s'intéressaient à ses causes (Schumpeter et de Young), Domar et Harrod étudient sa stabilité.

PARTIE I. HARROD ET L’INSTABILITE DE LA CROISSANCE

Anglais et professeur à Oxford, Roy Forbes Harrod (1900-1978) rencontre souvent Keynes pendant les années 30. Celui-ci critique ouvertement l'ouvrage de Harrod "The Trade Cycle", où apparaît le concept d'une économie croissant à un taux régulier. Harrod tient compte de ces critiques ce qui l'amène à publier en 1939 l'article "An Essay on Dynamyc Theory", son premier travail important sur la croissance. Cet article traduit un grand scepticisme sur l'aptitude du système à connaître une expansion régulière et durable.

A.) Le taux de croissance garanti

Harrod dès 1939 propose un modèle de croissance équilibrée, c'est à dire avec plein emploi des ressources. Gw (warranted) = taux de croissance qui permet à l’économie de suivre un sentier d’équilibre. Sur ce sentier, l'investissement planifié par les entreprises est égal à l'épargne des ménages. Hypothèses : un seul bien produit, facteurs de production non substituables.

I : Harrod utilise le principe de l’accélérateur. Le principe de l'accélérateur stipule que les entrepreneurs fondent leurs projets d’investissement non pas sur le niveau de revenu mais sur la variation du revenu. Accélérateur : I = α (ΔY) avec α > 0. α = I/ΔY = K/Y , α est le coefficient de capital (K/Y) supposé stable car les facteurs de production ne sont pas substituables. C'est l'investissement désiré, ou encore investissement requis ex ante par la variation prévue de la demande effective..

S : S = s.Y avec 0 < s < 1. Il s'agit de l'épargne ou encore de l'investissement réalisé, ou investissement ex post.

L'investissement ex ante et ex post peuvent différer si l'investissement est trop important par rapport à la demande qui va se manifester.

A l’équilibre, on doit avoir l’égalité entre l’investissement désiré et l’épargne :

I = S => α (ΔY ) = s.Y => ΔY / Y = s/α

=> Condition de la croissance équilibrée => Gw = s/α

2 manières d'interpréter ce résultat :

1- Gw = taux de croissance qui permet l'égalité I = S => A ce taux, les plans d’investissement sont parfaitement coordonnés avec les plans de consommation (ou épargne).

2- Gw = taux de croissance qui permet l'égalité entre I désiré (I lié à l'accélérateur) et I réalisé (S) => A ce taux, il y a plein emploi des capacités de production.

Gw dépend du comportement des entrepreneurs (α) et des consommateurs (s). Si s et α demeurent constants, la croissance sera régulière, c'est à dire à taux constant.

B.) Le "fil du rasoir"

Le problème est donc de savoir si ce taux Gw coïncide avec le taux de croissance effectif (ou constaté) du revenu appelé G. Pour Harrod, c'est rarement le cas. G dépend de choix individuels aux motifs divers et fluctuants ; s et α sont des données struturelles de l'économie relativement stables. Il emploie l'expression taux garanti plutôt que taux d'équilibre car l'équilibre Gw = G est très instable.

En plus, s'il y a un écart entre G et Gw, il aura tendance à s'accroître. Une telle problématique tire son inspiration de Keynes qui évoquait dans sa Théorie Générale les défauts de coordination des agents : ils peuvent faire des anticipations de dépenses que ne se réalisent pas => la demande effective est trop faible pour permettre le plein usage des capacités. Si un déséquilibre intervient, le système de sera pas ramené sur le sentier d'équilibre = pas de processus de régulation. Harrod introduit ici le multiplicateur. Envisageons les 2 cas possibles :

1- G est à peine inférieur à Gw => demande effective < demande prévue => (accélérateur) ↓ I => (multiplicateur) ↓ Y => excédent de capital => ↓ I => ↓ demande => ↓ G => récession => G << Gw

2- G est à peine supérieur à Gw => demande effective > demande prévue => (accélérateur) ↑ I => (multiplicateur) ↑ Y => pénurie de capital => ↑ I => ↑ demande => ↑ G => inflation => G >> Gw

Dans les 2 cas, l'écart entrez G et Gw s'accroît. C'est pourquoi la croissance est dite en équilibre en fil de rasoir. Le chemin suivi revient à naviguer sur une arête en lame de couteau. L'instabilité de la croissance est inhérente à l'économie capitaliste. Proposition qui rompt avec les thèses d'inspiration néo-classiques de l'époque qui privilégient l'équilibre (s'il y a un surplus sur un marché donné, les forces du marché vont le réduire). Au contraire pour Harrod, le terrain autour du taux garanti contient des forces centrifuges : quand il y a excès de capital, la réponse de l'économie est de diminuer le demande ce qui rend cet excès encore plus grand. L'Etat doit intervenir pour éviter que s'enclenche la spirale de récession, ou pour en limiter les effets.

Démonstration algébrique :

Soit une économie définie par les paramètres suivants : s = 0,12 et α = 4. Taux de croissance garanti Gw = 0,12/4 = 0,03 = 3%. Le revenu national est de 100 au départ.

1er cas : la croissance au taux garanti : G = 3% = Gw

Année

Revenu national Yt

Epargne = s.Yt ( = I réalisé)

Investissement désiré It = α(Yt+1 – Yt)

1

100

12

12

2

103

12,36

12,36

3

106,09

12,73

12,73

=> I réalisé est en permanence égal à I désiré => les entrepreneurs n'ont pas de raison de modifier leur comportement.

2ème cas : la croissance à un taux inférieur au taux garanti : G = 2% = Gw

Année

Revenu national Yt

Epargne = I réalisé = s.Yt

Investissement désiré It = α(Yt+1 – Yt)

1

100

12

8

2

102

12,24

8,16

3

104,04

12,48

8,32

=> I réalisé > I désiré => les entrepreneurs sont incités à réviser à la baisse le taux de croissance effectif. Ajustement par la baisse du taux d'épargne qui prend une valeur inférieure à sa valeur de plein emploi (il va passer de 12 à 8%). Equilibre restauré mais apparition d'un chômage chronique.

C.) Le taux de croissance naturel

Harrod introduit le concept de taux de croissance naturel pour exprimer les capacités physiques de croissance du système, une sorte de croissance potentielle. Gn = taux de croissance naturel = ∑ taux de croissance de la population active (n) et de la productivité du travail (μ).

=> Condition de la croissance équilibrée de plein emploi => G = Gw = Gn => G = s/α = n + μ

Selon Harrod il est très difficile d’atteindre cette égalité, du fait que ces taux dépendent de 4 paramètres exogènes et indépendants : s, α, n et μ. Le 1er relève des préférences des agents, le 2ème et le 4ème des conditions techniques, le 3ème de la démographie. La réalisation spontanée du plein emploi ne peut être que fortuite.

De plus, si jamais cet équilibre est atteint, il est «hautement instable», tout écart accidentel hors du chemin de la croissance équilibrée, entraîne cumulativement l’économie de plus en plus loin de l’équilibre économique, comme s’il y avait une force centrifuge.

  • Si Gn: du fait de la barrière du plein emploi, G, est au mieux égal à Gn et donc on aura G ↓ I ; principe du multiplicateur => ↓ Y => excédent de capital => ↓ I => et ainsi de suite. On rentre dans un processus cumulatif vers la dépression : crise et chômage s’installent de façon durable. Le taux d'épargne est trop élevé par rapport au taux de croissance naturel ; c'est la situation diagnostiquée par Keynes (S>I). L'équilibre Gn = Gw sera restauré (au niveau de Gn) par la baisse de s. Cf. cas n°2 du § consacré au fil du rasoir.

  • Si Gn>Gw : G sera supérieur à Gw la plus part du temps. Il y a pénurie de capital, l’offre ne suit pas la demande. Les investisseurs savent qu’ils n’ont pas assez investi, ils vont alors augmenter leurs investissements, qui, par l’effet multiplicateur fera augmenter la demande, ce qui encouragera de nouveau les investissements et ainsi de suite. L’économie rentre alors dans un processus cumulatif d’expansion tiré par la demande. Surchauffe et inflation. Si ce n’est pas le cas, chômage structurel croissant.

Il est donc quasiment impossible pour des économies en croissance de connaître un plein emploi continu. D'où intervention de l'Etat.

Keynes considérait que durant l'entre-deux-guerres Gw fut presque toujours supérieur à Gn au RU et aux USA. Après 1945 la hiérarchie entre les 2 taux s'inverse. pendant les Trente Glorieuses, G est prioche de Gn. La crise est marquée par une diminution de G, le chômage structurel se développe.

PARTIE II. DOMAR ET LES 2 EFFETS DE L'INVESTISSEMENT

Evsey Domar (1914-1997), économiste américain, montre la difficulté de réaliser une croissance équilibrée de plein emploi dans 2 articles parus en 1946 et 1947. Il suppose que l'économie se trouve en situation de plein emploi et s'interroge sur les conditions à réunir pour que le plein emploi se prolonge.

A) La double nature de l’investissement

Pour DOMAR, l'investissement est une dépense génératrice de revenus (comme pour Keynes) mais aussi un créateur de capacités de production nouvelles.

Le problème que se pose alors DOMAR : si l’investissement augmente la capacité de production et crée du revenu, quel doit être le taux de croissance de l’investissement de manière à rendre l’augmentation du revenu égale à celle de la production pour que des capacités de production ne restent pas inutilisées ?

Domar essaie d’établir une telle équation qui intègre les deux natures de l’investissement : l’effet revenu, du côté de la demande et l’effet capacité, du côté de l’offre.

1) L’effet "revenu" de l’investissement : le côté demande de l’équation :

L'effet de revenu signifie qu'en vertu du jeu du multiplicateur (mis en évidence par KAHN en 1931), l'investissement engendre un accroissement plus que proportionnel du revenu distribué. ΔY = ΔI/s (1) où s = propension marginale à épargner

2) L’effet "capacité" de l’investissement : le côté offre de l'équation :

Leffet de capacité mesure l'augmentation de la capacité productive de l'économie induite par l'investissement. L'effet de capacité dépend de la productivité du capital appelée δ. C'est une constante dont la valeur dépend des techniques existantes. Soit I l’investissement annuel de l’économie. Alors I.δ = accroissement du potentiel de production de l’économie.

B) La difficulté d'atteindre une croissance de plein emploi

Le plein emploi se maintient si le supplément de revenu parvient à absorber le supplément de production => effet de revenu = effet de capacité => variation de la demande = variation de l'offre => ΔI/s = I.δ (2)

=> ΔI/I = s.δ (3)

Cette dernière équation (3) dit : pour maintenir le plein emploi, le taux de croissance de l’investissement doit être constant et égal à s.δ.

Dans une économie de marchés où les décisions sont prises de manière décentralisée, il n'existe pas de forces endogènes permettant un équilibre spontané. La croisance sans chômage ne peut avoir lieu que de manière exceptionnelle. La hausse des capacités de production (membre droit de (2)) est en quelque sorte inéluctable alors que les décisions d'investissement (membre gauche de (2)) - dont les variations provoquent celles de la demande - sont plus aléatoires. En général, la demande n'arrive pas à suivre l'offre potentielle.

Et même si la demande arrivait à suivre l'offre, le problème ne serait que repoussé. Les nouveaux investissements, venant s'ajouter aux anciens, augmentent la capacité de production (de I.δ). D'où la nécessité d'une augmentation encore plus forte de l'investissement (ΔI) pour maintenir le plein emploi. Mais ΔI accroît I, et ainsi de suite. On se trouve devant un dilemme : « Si des investissements suffisants ne sont pas atteints aujourd’hui il y aura chômage. Mais si on investit assez aujourd’hui il faudra investir encore plus demain si on ne veut pas qu’il y ait chômage demain. ». L’effet « revenu » de l’investissement, à travers le multiplicateur est temporaire tandis que la capacité de production a été accrue durablement. Finalement, par rapport au chômage l’investissement est « en même temps un remède contre la maladie et la cause de plus grands troubles pour le futur » (DOMAR, Expansion et Emploi).

L'Etat peut jouer un rôle en stimulant la demande sans augmenter I ou en modifiant la répartition des revenus (la baisse de s freine la hausse de I nécessaire au maintien du plein emploi).

Conclusion sur le modèle Harrod-Domar :


Le modèle de Harrod-Domar est inspiré à la fois de Keynes (effet multiplicateur de l’investissement, sous-emploi) mais aussi de Marx (la liaison à long terme I-S prolonge d'une certaine manière les schémas de reproduction élargie de Marx). Il montre l’instabilité du sentier de croissance équilibrée : tout écart du sentier mènera à une expansion ou à une dépression cumulative et écartera de plus en plus de l’équilibre. Ces résultats correspondent bien au pessimisme dû à l’instabilité économique et financière après la crise de 1929. Apport : possibilité d'expliquer les fluctuations et les cycles d'affaires par l'écart entre G et Gw. Par contre, ces résultats s’opposent au sentiment de confiance dans la croissance retrouvée des Trente Glorieuses.

Limites :

- comportement d’investissement des entrepreneurs : celui-ci est défini en terme frustes qui sont ceux de l’accélérateur simple et leurs erreurs d’anticipation sont ensuite amplifiées par le multiplicateur. Or par exemple si G < Gw, les entrepreneurs peuvent ne pas céder au pessimisme en considérant la difficulté passagère.

- constance du coefficient de capital => neutralité du progrès technique. Le progrès technique est neutre au sens de Harrod si, à taux d'intérêt constant, il laisse inchangées les parts relatives des facteurs. => constance du rapport K/Y.

- modification possible de la répartition du revenu (Robinson et Kaldor feront l'hypothèse d'une propension à épargner variable)

- aspects monétaires et financiers pas pris en compte

Par la suite, le modèle de Solow (1956) montrera que la croissance équilibrée peut être obtenue par la modification du coefficient de capital (α) et la substitution des facteurs de production.

Le modèle néoclassique de SOLOW

C’est un article de Solow de 1956 « Une contribution à la théorie de la croissance économique » qui est à l’origine de la théorie néoclassique de la croissance. Le modèle de Solow est une réponse au modèle keynésien de Harrod et Domar devant lequel Solow avait ressenti 2 malaises :

1er : Le caractère exagérément pessimiste de ce modèle : « Une expédition de martiens arrivant sur la terre après lu cette littérature se serait attendue à ne voir que les épaves d’un capitalisme qui aurait de lui-même éclaté en morceaux depuis longtemps » a déclaré SOLOW en 1987 dans son discours de remise du prix Nobel.

2ème : Gw = s/α => il suffirait de doubler le taux d’épargne pour doubler le taux de croissance.

Solow remplace les à-coups de l’accélérateur (coefficient de capital fixe) par les variations en douceur permises pas la fonction de production (substitution du capital au travail). Solow se propose de montrer que l’économie peut atteindre une croissance équilibrée et que cette croissance équilibrée autorise le plein emploi.

Les hypothèses du modèle :

C’est un modèle extrêmement agrégé où une unique fonction de production représente les possibilités techniques de l’économie. Une part constante de la production est épargnée à chaque période. L’offre de travail est considérée comme exogène. Toute l’épargne est investie et tout le travail est employé (pas de chômage). Il n’y a qu’un seul choix, le partage consommation/épargne. Pour éviter le problème de l’agrégation des biens, Solow suppose qu’il n’y a qu’un seul bien dans l’économie. Ce bien est à la fois produit, consommé et investi.

La façon dont les variables évoluent dépend de la fonction de production ; Solow formule des hypothèses précises sur la fonction de production Q = F(K,L) :

- rendements d'échelle constants

- les 2 facteurs de production (capital et travail) sont parfaitement substituables => coefficient de capital (K/Q) flexible (≠ par rapport à Harrod)

- f(0) = 0 : sans capital, pas de production

- f’(0) = ∞ : la productivité marginale du capital par tête tend vers l’infini quand son niveau est faible

- f’(∞) = 0 : la productivité marginale du capital par tête tend vers 0 quand son niveau est élevé

- f’(k) > 0 : la production augmente avec le capital par tête

- f’’(k) < 0 : la productivité marginale du capital est strictement décroissante (f est concave)

Les 5 dernières conditions sont appelées conditions d’Inada (5 conditions imposées à la fonction de production néoclassique, lorsqu’elle met en relation la production et le capital par tête).

Le modèle et ses principaux résultats :

La fonction de production est :

(1) Q = F(K,L)

Solow reprend l’hypothèse selon laquelle l’épargne est proportionnelle au revenu : S = s.Q, s étant la propension à épargner constante dans le temps. L’épargne est par hypothèse automatiquement investie : S = I = dK/dt (approche en continu).

(2) : dK/dt = s.Qt

En tenant compte de (1), il vient :

(3) : dK/dt = s.F(Kt,Lt)

Il faut maintenant transformer l’équation différentielle de Kt en équation différentielle de kt. Comme la fonction de production est supposée homogène de degré 1 (rendements d’échelle constants), on peut y « factoriser » L ; il vient :

Remarque : Qt = Lt.F(Kt/Lt, 1) = Lt.f(kt) où kt = Kt/Lt (intensité capitalistique) et f(kt) = F(kt, 1) = Qt/Lt = qt (produit par tête)

D’une part : dK/dt = d[Lt(Kt/Lt)]/dt = d(Lt.kt)/dt

D’autre part : s.F(Kt, Lt) = s.Lt.F(Kt/Lt, 1) = s.Lt.f(kt)

L’équation (3) s’écrit alors :

d(Ltkt)/dt = s.Lt.f(kt) => Lt.(dkt/dt) + kt.(dLt/dt) = s.Lt.f(kt)

Le taux de croissance de la population est exogène : dLt/dt = n.Lt. on obtient :

Lt.(dkt/dt) + kt.(n.Lt) = s.Lt.f(kt). On divise par Lt les deux membres :

dkt/dt + n.kt = s.f(kt) => dkt/dt = s.f(kt) – n.kt

en posant dk/dt = k , il vient :

(4) k = s.f(k) – n.k

L’équation (4) caractérise l’évolution dans le temps du capital par tête.

Cette équation comporte une solution stationnaire. Pour cela il faut que k = 0 => s.f(k) – n.k = 0. Cette équation a une solution autre que 0. Cette solution existe et est unique car la fonction de production est concave et vérifie les conditions d’Inada. Cf. figure ci-dessous.

Solow démontre, sous certaines hypothèses, que l’économie croît au même rythme que la population, quelque soit la valeur initiale du capital par tête.

L’économie évolue le long d’un sentier de croissance, c'est-à-dire une succession d’équilibres.

On peut démontrer qu’il existe un état stationnaire vers lequel tendent les économies : cet état est défini par la valeur k* de k telle que :

s.f(k*) = n.k*

avec s = propension à épargner ; k = K/L ; f(k) = produit par tête.



Pour des valeurs données des paramètres s et n, il existe une valeur k du rapport K/L sur laquelle l’économie se maintient une fois qu’elle a atteint cette valeur. En ce point, le produit par tête f.(k*) reste constant et l’économie croît au taux n, le taux de croissance de la population.

Les deux malaises ressentis par Solow sont dissipés : la croissance est stable et elle ne dépend pas du taux d’épargne.

Interprétation du modèle :

La variable essentielle est K/L, le capital par tête. Elle mesure l’intensité capitalistique. Sa hausse est due au machinisme.

Ce modèle s’intéresse aux effets de K/L sur Q/L la production par tête.

↑K/L => ↑ Q/L mais avec des rendements décroissants. Hausse du salaire réel et baisse du taux d’intérêt.

Croissance = accumulation du capital. Le rapport K/L finira par cesser de croître et l’économie atteint son état d’équilibre de long terme, situation dans laquelle K/L, les salaires réels et le taux d’intérêt réel sont constants.

Y, C, S et K augmentent au même taux que n.

Ensuite on introduit le progrès technique :

Le taux de croissance à long terme = Σ taux de croissance de la population + du progrès technique

C'est-à-dire 2 déterminants exogènes. Le comportement des agents (résumé par le taux d’épargne) n’exerce pas d’influence sur le taux de croissance de long terme mais sur la vitesse de convergence vers ce taux de croissance (via la variation du capital par travailleur). Le taux d’épargne influence la vitesse de convergence de l’économie vers la situation d’équilibre de long terme.

Solow pense que le progrès technique a une grande place : ainsi dans une étude portant sur les USA de 1909 à 1949, il conclut que le doublement de la productivité par heure de travail s’explique à 87,5% par le progrès technique et 12,5% par la hausse de l’intensité capitalistique.

Autre résultat :

la convergence conditionnelle : plus le niveau de départ du PIB par tête est faible par rapport à sa position de long terme ou d'état régulier, plus le taux de croissance est rapide. C'est dû à l'hypothèse de rendements décroissants du capital : une économie pauvre aura moins de capital par tête et un taux de rendement du capital plus fort. Mais cette convergence est qualifiée de conditionnelle car le sentier de croissance de long terme dépend du taux de croissance de la population, du taux d'épargne et de la position de la fonction de production.

Limites :

Ce modèle décrit la mécanique de la croissance (ajustement des variables K, Q, salaire réel… autour d’un sentier de croissance défini par les données technologiques) mais ne l’explique pas (≠ Schumpeter ou Young).

Il suppose que les problèmes de coordination entre agents sont résolus (investissement supposé égal à l’épargne, plein emploi postulé).

Il n’y a qu’un seul bien : dès qu’on introduit plusieurs biens la stabilité devient plus problématique.

Ce modèle prédit le rattrapage des pays riches par les pays pauvres (le taux de croissance du rapport K/L est d’autant plus élevé que le niveau initial de cette grandeur est faible) ; or on ne le constate pas toujours.

On ne peut pas vraiment que ce soit un modèle d’équilibre car il ne comporte aucune forme de coordination de choix faits séparément par différents agents. Il ressemble bien plus à un modèle de planification que de marché. Dans le modèle de Solow, la coordination des décisions est supposée réalisée a priori (I=S). Les prix ne jouent aucun rôle, les variables désignent toutes des quantités (Q, C, I, capital par tête). Seuls varient le salaire réel et le taux de profit.

Le plein emploi n’est pas un résultat du modèle mais un de ces postulats.

Il y a croissance de la production mais pas de la production par tête qui reste constante.

Prolongements :

la comptabilité de la croissance

En 1957, Solow a estimé les contributions respectives de chaque facteur à la croissance des USA sur la période 1909-1949. il a utilisé une fonction de production du type :

Qt = At.f(Kt, Nt) avec A représentant la contribution du progrès technique à la croissance.

dA/A = dQ/Q – αdK/K – (1-α)dN/N où α désigne la part du capital dans le revenu national.

Cette équation permet de calculer le résidu. Il a constaté que sur la période 1909-1949 aux USA, le progrès technique représentait 7/8ème de la croissance.

Maddison (1987, 1991) a essayé de diminuer le résidu en intégrant la qualité du facteur travail. Il montre le ralentissement du résidu après 1973 alors même que les dépenses de R&D croissent.

France

1913-1950

1950-1973

1973-1987

Taux de croissance du PNB

1,15

5,04

2,16

Total expliqué

0,58

3,19

1,54

Résidu

0,57

1,79

0,61

Comme ce phénomène intervient aussi aux USA, on ne peut en attribuer l’origine à la fin du rattrapage de ce pays par les autres pays développés.

Critique : cela revient à fractionner le taux de croissance global en morceaux séparés, attribués à des forces séparées qui, en s’additionnant, redonneraient le total. Or les différents facteurs s’entretiennent mutuellement et le résultat de cette interaction est précisément la croissance.

La croissance optimale :

La règle d’or :

Phelps (1962). Cadre du modèle de Solow. Comment choisir le meilleur sentier de croissance ? Phelps a suggéré le critère de la maximisation de la consommation par tête.

La consommation par tête doit être assez importante pour que la production puisse être écoulée, mais pas trop non plus (forte consommation => faible épargne => faible investissement). La règle d’or cherche à trouver un partage optimal entre consommation et épargne.

Phelps recherche quel est le taux d'épargne qui induit le maximum de consommation par tête, le taux de croissance étant donné.

s= taux d’épargne ; k= capital par tête ; n= taux de ↑ de la population.

production par tête = f(k)

  1   2   3

similaire:

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconDiffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe
«Belle Epoque» et 1919-1929 (en France, les «Années folles). Ainsi, entre 1919 et 1929, la production industrielle mondiale a progressé...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconExpérience professionnelle
«financement de la croissance et instabilité économique dans les pays émergents», «intensité en emploi de la croissance dans les...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconThème 1 – Croissance, fluctuations et crises Questionnement 2 : Comment...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconPlan chapitre 2 : comment expliquer l’instabilite de la croissance economique ?

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconPremière partie : Accumulation du capital, organisation du travail et croissance économique
«le taux de croissance de la frustration excède largement celui de la production» ( Illich )

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconEtudes, diplômes et collaborations institutionnelles internationales
«Ordolibéralisme, ordolibéraux, pensée ordolibérale au cœur de l’Allemagne en crise. Contexte et aspects historiques, politiques...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconChapitre 8
«conséquences économique de la paix en 1929» et les «conséquence de l’emploi de la monnaie» en 1936. IL s’oppose au démantèlement...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconIntroduction- economie politique ou science économique ?
«La pensée économique à l’épreuve de la crise de 2008», pp. 465-492 dans J. P. Potier dir., Les marmites de l’histoire mélanges en...

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconLe concept de croissance économique au regard de l’histoire de la révolution industrielle
«Croissance économique : processus cumulatif d’interactions qui se traduit par la hausse de la productivité»

La croissance economique le Modèle Keynésien harrod-domar introduction : le contexte : la pensee keynesienne et la crise de 1929 partie I. Harrod et l’instabilite de la croissance iconThème4 – 3 La croissance et le développement économique
«Actuellement, nous estimons que la croissance de la productivité avoisine les 0,8% ou 0,9%. C'est à partir de ce seuil de croissance...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com