Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006





télécharger 81.96 Kb.
titreBulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006
date de publication02.08.2017
taille81.96 Kb.
typeBulletin
e.20-bal.com > loi > Bulletin





Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006

SOMMAIRE



L'evenement - 1
CPE : les risques de la méthode Villepin

par Serge Plenier
L'evenement - 2
Mahomet cible et prétexte

par Jean Étèvenaux
Economie
Ménages occidentaux : gare à la dette

par Augustin Frontenac
Culture
Renault-Berliet : une odyssée

par Jean Étèvenaux
Magazine
Grèves ouvrières au Vietnam

par Denis Lensel
Humeur
Toujours plus grands, toujours plus gros

par Erwan Violin
Ruralia
Gare à vos points !

par Christiane Papineau
Livres

par Catherine Pauchet
D’un jour a l’autre
____________________________________________
Evènement – 1

par Serge Plenier

CPE : les risques de la méthode Villepin



La première grande bataille du Premier ministre Dominique de Villepin est engagée. Comme on pouvait s’y attendre, elle est engagée sur le terrain de l’emploi. Avec le contrat "première embauche" (CPE), Dominique de Villepin a pris le risque d’une nouvelle tempête politique.

L’affaire du CPE paraît caractéristique de la "méthode Villepin". Le Premier ministre a certes écouté les uns et les autres, mais il a décidé seul et rapidement. On peut apprécier cette démarche à la hussarde et saluer son volontariste. On peut également se montrer plus réservé sur ses dangers, à commencer par celui de l’isolement. Arc-bouté sur sa conviction, le Premier ministre n’a guère suivi les conseils de Jean-Louis Borloo, ministre de la Cohésion sociale, ni ceux de Bernard Larcher, en charge de l’Emploi. Quant à la négociation avec les partenaires sociaux, prévue par la loi du 4 mai 2004, elle est tout simplement passée à la trappe. Certains n’hésiteront pas à parler d’autisme, un mal qui s’attrape facilement à l’hôtel Matignon. La menace d’un éventuel recours à l’article 49-3 de la Constitution, qui permettrait l’adoption du texte sans débat parlementaire, ne ferait d’ailleurs que renforcer cette fâcheuse impression.

Cette démarche présente également l’inconvénient majeur de ne pas faciliter l’explication. Tout se passe comme si Dominique de Villepin n’avait écouté que les avis du ministre des Finances, au risque de passer pour une sorte d’exécutant du Medef, pour le plus grand plaisir d’une gauche toujours en proie aux dissensions internes. Quant à l’extrême gauche, elle rêve visiblement voir rejouer la bataille du CIP (contrat d’insertion professionnelle), bataille qui avait vu reculer le gouvernement Balladur.

Pourtant, l’idée de départ n’est pas mauvaise, loin de là. Le Premier ministre a raison de rappeler que 23 % des jeunes sont aujourd’hui au chômage et qu’ils arrivent difficilement à décrocher un CDI. UN effort particulier dans ce domaine s’imposait. Dominique de Vilepin a sans doute fait preuve de courage, mais il a peut-être aussi manqué de psychologie.

On ne le dira jamais assez, toucher au Code du travail est un exercice dangereux. En période de fort chômage, ce texte, conçu rappelons-le à une époque de plein emploi, est toujours vécu comme une protection, même si, dans les faits, cette protection est illusoire. Les jeunes ne voient pas les nouveaux emplois qui seront ainsi dégagés. Ils regardent seulement la possibilité d’être licencié sans motif pendant une période de deux ans. On ne raisonne pas la peur.

Quelque appréciation que l’on porte sur la mobilisation du 7 février, il faudra plus que de l’habileté à Villepin pour gagner la bataille du CPE.

____________________________________________
Evènement – 2

par Jean Étèvenaux


Mahomet cible et prétexte




L’affaire des caricatures de Mahomet pose beaucoup de questions, et pas seulement sur les rapports entre la liberté de la presse et le respect des croyances religieuses. Il faut en effet se demander si le Prophète n’a pas constitué une cible, soit religieuse soit culturelle — le monde islamique n’établissant généralement pas de différence entre les deux —, et s’il n’a pas, à l’inverse, été utilisé comme prétexte par des groupes trop heureux d’en découdre avec l’Occident.

À l’origine, Mahomet — qu’on ferait mieux d’appeler, en français contemporain, Mohammed — a été l’objet, le 30 septembre 2005 dans le Jyllands-Posten danois, de douze dessins de presse. Ils avaient été commandés à la suite du constat qu’il devenait de plus en plus difficile de faire quelque chose à son sujet et à celui de l’islam. Certains pouvaient apparaître comme assez anodins, d’autres comme plutôt amusants et une troisième catégorie plus incisive, avec, par exemple, le turban du Prophète constitué d’une bombe à la mèche allumée.

Or, il faut savoir que, sauf du XIVe au XVIe siècle dans les empires moghol, persan et turc, les représentations de Mahomet — et de toute figure humaine — sont interdites dans l’islam, car ce serait se mettre à la place du Créateur et vouloir prendre sa place. Voilà pourquoi, le 19 octobre, les ambassadeurs de onze pays musulmans à Copenhague émettaient une protestation officielle, mais le Premier ministre Anders Fogh Rasmussen refusa de les recevoir. Le 2 décembre, des groupes islamistes du Pakistan mirent à prix la tête des dessinateurs danois ; le 29, la Ligue arabe s’en prit au gouvernement de Copenhague et, surtout, des imams danois se rendirent au Moyen-Orient pour faire connaître les dessins, en y ajoutant d’autres caricatures, celles-là très violentes : Mahomet avec les cornes du diable tenant des petites filles dans ses mains — avec une légende le présentant comme “ pédophile ” —, le Prophète avec un masque de cochon et un musulman accroupi devant un chien essayant de le monter — avec la légende “ voilà pourquoi les musulmans prient ”.

Le 1er février, France Soir a reproduit les dessins, d’où le limogeage de son directeur, remplacé par un autre qui a immédiatement démissionné. Divers titres ont suivi en Allemagne (Die Welt, conservateur), en Espagne (ABC, droite, et El Periodico de Catalunya, gauche), en Italie (Le Corriere della sera et La Stampa, indépendants), aux Pays-Bas (De Volkskrant, gauche), en République tchèque (Dnes, droite) et en Suisse (Blick, populaire). En France, Jacques Chirac a demandé le “ plus grand esprit de responsabilité ” tandis que les responsables juifs et catholiques exprimaient leur solidarité avec les musulmans, cependant que les protestants insistaient sur les risques de censure.

Durant le week-end, des représentations diplomatiques danoises et norvégienne ont été saccagées en Syrie et au Liban. Aux États-Unis, le porte-parole du département d’État a indiqué, le 3 février, que le gouvernement jugeait les caricatures “ offensantes ” et “ inacceptables ” ; tandis que le gouvernement britannique et la communauté musulmane du Royaume-Uni jouaient la sérénité, la presse d’outre-Manche ne publiait aucune des caricatures, y compris les fameux quotidiens populaires. D’un autre côté, on doit noter qu’une personnalité aussi ambiguë que, à Genève, l’intellectuel Tariq Ramadan, après s’être interrogé sur “ l’agenda politique qui fait ressortir tout ça trois mois plus tard ”, a dénoncé “ cette polarisation dangereuse que l’on est en train d’accepter, qui nourrit les approches extrémistes des deux bords ” ; surtout, il a invité les musulmans à “ s’habituer à prendre une distance critique ” et à “ vivre dans un monde global, où il faut que leur conscience soit suffisamment forte pour maîtriser leur sensibilité blessée ”.
____________________________________________

Economie

par Augustin Frontenac


Ménages occidentaux : gare à la dette


La récente décision de la Banque Centrale Européenne (BCE), dirigée par Jean-Claude Trichet, de ne pas augmenter ses taux a été saluée par les spécialistes. Elle rassurera les ménages européens qui, selon la BRI, sont proches du surendettement.

La Banque des Règlements Internationaux (BRI), institution internationale méconnue, qui sert de contrepartie aux banques centrales nationales et qui est également un forum de réflexion sur l’état des finances mondiales, vient de publier un rapport dans lequel elle estime que l’obtention de plus en plus facile des prêts immobiliers constitue un risque important.

Son analyse est simple. Les ménages s’endettent de plus en plus pour acheter des biens immobiliers qui coûtent de plus en plus chers à l’achat, sans que leur valeur locative augmente réellement. Autrement dit, on paye de plus en plus cher des biens qui ne rapportent pas plus. D’autre part, les prêts sont fréquemment à taux variables. Aujourd’hui, les taux sont bas, donc cela ne pose pas de problème .Mais à l’avenir, les prêts immobiliers s’étendant sur de longues périodes, les ménages seront-ils capable de faire face à une hausse des taux ?

La BRI ne craint ni un krach immobilier, ni l’expulsion des ménages. Elle craint les effets indirects, aussi dévastateurs. La part des revenus des ménages consacrée au remboursement des emprunts risque d’empiéter fortement sur celle allouée à la consommation. Ce qui fait naître un risque de récession dû à la chute de la demande.

Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et le Royaume-Uni sont plus directement concernés que la France. Cependant, les secousses économiques affectant ce pays concerneront directement la France.

En France, c’est plus l’Etat qui est surendetté que les ménages. D’où la tentation d’inciter les ménages à emprunter plus, en favorisant notamment les prêts hypothécaires. Mais ce n’est pas cela qui allégera la dette publique…

__________________________________

Culture

par Jean Étèvenaux


Renault-Berliet : une odyssée




Dans la préface qu’il vient de donner à une excellente étude de l’historien Gérard Chauvy sur Lyon. Les années 60 (La Taillanderie, Châtillon-sur-Chalaronne, 2005, 144 pages), Paul Berliet a justement insisté sur les caractéristiques de la marque fondée par son père : “ conception et fabrication de nouvelles gammes de véhicules, création d’un pôle de recherche, conquête de marchés neufs, mises en place d’usines autour de Lyon ”. C’est dire combien le célèbre logo à la locomotive chasse-buffle — venue d’un contrat signé avec un entrepreneur étasunien en 1905 — a accompagné et même personnifié l’évolution générale du pays.

Deux ouvrages aident précisément à en saisir les contours. Dans le premier, sobrement intitulé Berliet, Monique Chapelle, infatigable collaboratrice et mémoire de l’entreprise, raconte comment, dans les années 50, la moitié des camions roulant en France étaient des Berliet. Mais cette saga s’avère presque autant familiale qu’économique, tant le caractère et l’action de Marius et de son fils Paul ont été imprimés à l’entreprise. On saisit d’ailleurs l’acharnement de ces paysans dauphinois devenus mécaniciens en passant par le travail de la soie, le tout complété par le flair et la hauteur de vues. D’où un développement qui sera seulement contrarié par le séquestre de la Libération, même si le fondateur en mourut indirectement et si la famille ne fut remise légalement en sa possession qu’à l’extrême fin de 1949.

Avec son fils Paul se développa une extraordinaire aventure industrielle qui amena Berliet dans le monde entier, du désert du Ténéré jusqu’à la Chine en passant par Cuba. La production se diversifia et se démultiplia. Mais, comme le racontent Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton dans Renault Trucks, il fallut établir la synergie entre les diverses marques françaises, notamment en raison des marchés extérieurs, où Berliet et Renault se trouvaient présents dès avant la Première Guerre mondiale. Voilà comment, entre 1975 et 1978, tout fut réuni sous la dénomination commune de Renault Véhicules industriels — avec les inévitables problèmes posés par des cultures aussi fortes et différentes, d’autant que, en 1980, le losange Renault fut uniformément imposé — avant de passer, en 2000, chez Volvo et de devenir, deux ans plus tard, Renault Trucks.

Cette odyssée demeure avant tout “ une histoire d’hommes ”, avec des aspects affectifs que les commerciaux savent d’ailleurs très bien exploiter auprès des concessionnaires et des acheteurs du monde entier. C’est grâce à cette image que les aspects négatifs du camion — bruit, pollution, trafic autoroutier — ont pu être victorieusement contrés.
Chapelle (Monique), Berliet, Éditions Le Télégramme, Brest, 2005, 118 pages

Kapferer (Patricia) et Gaston-Breton (Tristan), Renault Trucks. Une autre idée du camion, Le Cherche Midi Éditeur, Paris, 2005, 184 pages
___________________________________
Magazine

par Denis Lensel


Grèves ouvrières au Vietnam



Des grèves d’une durée et d’une ampleur sans précédent ont lieu au Vietnam depuis la fin du mois de novembre à Saigon-Hô-Chi-Minh-Ville et dans la province de Binh Duong, au Sud du pays, dans des entreprises étrangères implantées sur place. Les premières ont eu lieu le 23 novembre dans une fabrique de chaussures, où 950 ouvriers ont débrayé. Le 7 décembre, 115 employés ont cessé le travail dans une entreprise de produits de mer. Ensuite, une entreprise de matériel électronique a suivi le 25 décembre. Le 4 janvier dernier, on comptait une vingtaine de grèves impliquant de 30 000 à 40 000 ouvriers vietnamiens.

Les grévistes demandent des augmentations de salaire et l’amélioration des conditions de travail. Depuis le début des années 90, de nombreuses entreprises, surtout coréennes et taïwanaises, ont été attirées par la main-d’œuvre vietnamienne, dont le salaire minimum initial était de 45 dollars, mais a été ramené à 35-40 dollars en 1999, alors que le salaire minimum en Chine, pourtant modique, est de 63 dollars…

Aujourd’hui, les autorités gouvernementales s’inquiètent et interviennent pour proposer des augmentations de salaire. Le 26 janvier, le journal des syndicats vietnamiens “ Le Travaillleur ” (Nguoi Lao Dông) a annoncé que le Premier ministre recommandait au ministre de la planification et des investissements de trouver des solutions par la négociation pour faire cesser ces grèves. Quoique illégales dans ce pays, ces grèves sont tolérées, peut-être pour régler des contentieux internes au sein de l’appareil politique…

___________________________________
Humeur

par Erwan Violin

Toujours plus grands, toujours plus gros



Bonne nouvelle, nous grandissons, mauvaise nouvelle, nous maigrissons ! C’est ce que nous annoncent les professionnels du prêt-à-porter, d’autant plus sérieusement qu’ils sont les plus intéressés à l’affaire. C’est ainsi qu’en 100 ans, les messieurs ont gagné 11 cm contre 8 pour les dames. Côté brioche, ça ne s’améliore pas, puisque, toujours selon la même enquête, un mâle sur trois connaît une surcharge pondérale, et les choses ne s’améliorent pas vraiment avec l’âge..

Bien sûr, il faut remettre les choses à leur juste place. Cela fait quelques années que notre population augmente de taille. Quiconque a visité un musée du costume quelconque est souvent intrigué par la petitesse des vêtements de nos aïeux, sans parler de la taille des grands-parents ou arrière-grands-parents. A l’inverse, nous oublions que, dans les générations précédentes, il existait déjà des géants. Joinville nous rapporte que Saint-Louis, lors d’une croisade avait sauté dans une eau où il avait pied, tandis que ceux de sa suite manquèrent de se noyer. Plus près de nous, Louis XVI, loin d’être le petit rondouillard trop souvent représenté, était un colosse qui faisait bien son 1,96 mètre. Pourtant, aucun de ces deux monarques ne suivait les avis d’un nutritionniste, et leurs habitudes culinaires donneraient des cauchemars aux adeptes du "diététiquement correct".

Nous mangeons mieux ? Peut-être. Mieux en tout cas que la génération de la guerre, nourrie au rutabaga et à la saccharine. Nous faisons plus de sport ? Peut-être, mais aussi moins d’efforts. Qui de nous accepterait de faire vingt kilomètres à pied, ou cinquante à cheval ? Aujourd’hui, au–delà du kilomètre, nous ne pouvons plus nous passer de voiture ou de transport en commun. Et l’on ne parle même pas de la vie de nos ancêtres paysans avant la mécanisation de l’agriculture.

Grandissons-nous parce que nous vivons vieux ? Peut-être. Encore faudrait-il savoir ce que veut dire "Vivre mieux".
___________________________________

Ruralia

Par Christiane Papineau

Gare à vos points !



Les chiffres 2005 de la sécurité routière sont tombés, et les permis de conduire avec ! Ce sont la bagatelle de 7,5 millions de points qui ont sauté, rien que pour cette année, une forte hausse comparée à 2004. Près de 100 000 précieux papiers roses ont donc été purement et simplement annulés en deux ans, et le pire est devant nous A ce rythme-là on atteindra rapidement les 10% de conducteurs obligés de reprendre à zéro, l’apprentissage du code de la route et de la conduite. Une manne pour les auto-écoles, une petite cagnotte pour l’Etat et un gros pépin pour le Français moyen qui, du jour au lendemain, se voit obligé de vivre comme à l’époque de la machine à vapeur…

Gare à vos points : les voir s’évaporer par paquets de trois ou quatre à la fois n’arrive pas qu’aux autres. Veillez sur votre permis comme sur un bien très précieux, un peu comme sur la prunelle de vos yeux.
___________________________________
Livres

par Catherine Pauchet

Connaissance de l’islam



Cinq millions de musulmans vivraient en France. Mais que sait-on de l’islam en dehors de l’extrémisme qu’incarnent certains groupes intégristes ? Spécialiste mondialement reconnu de cette religion, l’historien américain Bernard Lewis nous fait entrer dans cet univers avec un livre érudit. La période qu’il couvre s’étend de la révélation du Prophète aux derniers conflits des Proche et Moyen Orient. Histoire, littérature, politique, langue, économie… divers aspects de la société musulmane sont analysés tout comme la confrontation avec les concepts occidentaux de démocratie, laïcité, croissance économique ou droits de la femme.

La revue “ L’histoire ” s’intéresse au Coran en tant que livre sacré, support d’une religion partie à la conquête du monde et qui a su s’adapter, au fil des siècles, à des cultures et des traditions variées. La difficile modernisation de l’islam est posée. De nombreux universitaires (Christophe Picard, Olivier Roy, Gilles Kepel…) ont participé à la rédaction de ce numéro.

“ Islam ”, Bernard Lewis, Gallimard, coll. Quatro, 1344p., 25 euros. “ L’islam et le Coran. Un livre, une religion, des empires ”, Les Collections de L’Histoire, 98p., 6,50 euros. En vente en kiosque.

____________________________________________
D’un jour à l’autre


France




Mobilisation

Le projet gouvernemental sur l’emploi des jeunes soulève un tollé, tant à gauche que chez les syndicats. Tous tentent une mobilisation générale qui semble, pourtant, avoir du mal à démarrer. Guérilla ou baroud d’honneur ? Réponse cette semaine.
Immigration

A peine présenté, le projet de réforme de l’immigration dans notre pays suscite la polémique. Le ministre de l’intérieur propose une modification en profondeur de la loi, en instaurant des quotas par catégorie (étudiants, travailleurs qualifiés…) ainsi que des règles strictes en matière de revenus et de capacité de logement.

Sécurité en milieu scolaire

Les agressions de professeurs se multiplient ces temps derniers, dans les établissements scolaires. Elles suscitent l’inquiétude de tout le corps enseignant et relancent l’idée de faire rentrer des policiers dans les lycées. Nicolas Sarkozy s’y dit favorable, l’Education Nationale est réservée.

L’apprentissage réhabilité

C’est fait ! Les députés ont voté le retour possible, dès l’âge de 14 ans, à l’apprentissage, bien connu autrefois. Les apprentis auront la possibilité d’interrompre leur formation et de réintégrer le collège.

Caricatures

La France n’est pas à l’abri de la vague de protestations qui submerge le monde, après la publication de caricatures jugées blasphématoires, du Prophète Mahomet. Rappelons que l’Islam interdit toute représentation du Prophète. Le débat enfle entre partisans de la liberté d’expression et partisans du respect des croyances.

Ouf !

Le secteur du bâtiment pousse un ouf de soulagement, après l’accord trouvé entre la Pologne et l'Europe, concernant le taux de TVA. Ce secteur qui emploie beaucoup de main d’œuvre pourra continuer à bénéficier d’une TVA à 5,5 %.

Plébiscite

L’hebdomadaire “ La Vie ” a lancé une pétition appelant à la constitution d’un service civique obligatoire. Plus de 10 000 personnes ont répondu favorablement, parmi lesquelles 444 parlementaires, de tous bords politiques. Un plébiscite !

Hécatombe

Les mesures draconiennes en matière de sécurité routière ont pour conséquence une véritable hécatombe dans les points de permis de conduire. En 2005, plus 7,5 millions de points ont été supprimés, amenant à l’annulation d’environ 55.000 permis de conduire, qui s’ajoutent aux 35.000 supprimés en 2004.

Bataille de l’acier

Qui d’Arcelor et de Mittal l’emportera dans la partie de bras de fer qui les oppose ? L’OPA hostile lancée par le géant indien de l’acier contre le leader européen a surpris tout le monde et la bataille ne fait que commencer.

Regroupement

Les deux grands quotidiens de Rhône-Alpes, le Progrès et le Dauphiné libéré, devraient rester français. Mis en vente par le groupe Dassault, ils intéressaient un important groupe espagnol. Finalement, c’est l’Est Républicain qui devrait en être le repreneur.


Monde




Emeutes anti danoises

Ce sont maintenant 14 pays musulmans que le gouvernement danois déconseille à ses ressortissants, et notamment les pays prisés par les touristes danois. Cette décision fait suite aux saccages et incendies de l’ambassade du Danemark à Damas et du consulat danois à Beyrouth. Le Danemark souhaite maintenant que soit ouverte une enquête sur les conditions dans lesquelles se sont produites ces agressions.

La loi salique et le Japon

A la différence de la tradition capétienne, celle de l’empire du Japon n’excluait pas les femmes de la succession au trône, du moins jusqu’au début du XIXème siècle. C’est à cette période moderniste (l’ère Meiji) que les femmes en ont été exclues. Compte tenu du fait que le Prince héritier japonais n’a pas de fils, une campagne est engagée au Japon afin de permettre à sa fille de régner.

L’uranium iranien

Unilatéralement, l’Iran a annoncé son intention de reprendre l’enrichissement de l’uranium. L’Iran en a informé l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), qui avait demandé à l’Iran de suspendre ses actions d’enrichissement et avait informé le conseil de sécurité de l’ONU. Les Etats-Unis de leur côté annoncent que tous les types de riposte sont désormais envisagés.

Procès Moussaoui

Le tribunal qui doit juger Zacarias Moussaoui a ouvert ses portes. Celui-ci est jugé pour des faits connexes aux attentats du 11 septembre. Sur les six chefs d’accusation retenus contre lui, six sont passibles de la peine de mort. Ce sera le premier procès lié aux attentats du 11 septembre. La mère de Zacarias Moussaoui qui sera présente au procès. La police a pris des mesures de sécurité extraordinaires.

Un naufrage en Mer rouge

378 personnes sont mortes dans le naufrage du ferry Al-Salam-Boccacio qui transportait 1415 passagers sur la Mer rouge. Ce drame a suscité une vive émotion en Egypte où les familles des victimes ont mis en cause l’état du bateau. Construit en Italie lors des années 1970, ce dernier avait été réaménagé pour pouvoir accueillir un plus grand nombre de passagers. Une enquête a été ordonnée par le gouvernement égyptien.

Ecoutes téléphoniques aux JO d’Athènes

Les téléphones portables de 46 personnalités grecques, parmi lesquels celui du Premier ministre Costas Caramanlis ont été mis sur écoute de juin 2004, année des Jeux olympiques d’Athènes, à mars 2005. C’est ce qu’a révélé solennellement le gouvernement grec, sans préciser qui était l’ordonnateur de ces écoutes. Cependant, de forts soupçons pèsent sur les USA, d’autant que le dispositif d’écoute a pu être situé dans un périmètre d’Athènes dans lequel se trouvent les ambassades américaines et britanniques.

Alliance à la polonaise

Le parti “Droit et justice", actuellement au gouvernement en Pologne, a conclu une alliance avec le parti populiste et le parti de la droite catholique. Cette nouvelle alliance conclue après l’éclatement de l’alliance avec les libéraux permettra au gouvernement de Kazimierz Marcinkiewicz, d’éviter des élections anticipées. Cet accord a suscité l’indignation des partis du centre et de gauche.

Sports



Sur le toit de l’Europe

Les handballeurs français sont devenus champions d’Europe pour la première fois de leur histoire dimanche en Suisse en battant, en finale, les espagnols, champions du monde en titre (31-23). Les joueurs de Claude Onesta avaient déjà éliminé la Croatie tenante du titre en demi-finale (29-23). Avec ce nouveau titre, la France se voit qualifiée directement pour les championnats du monde 2007 et l’Euro 2008 et enrichit son palmarès après les titres mondiaux en 1995 et 2001.
Ca se resserre en tête

Bordeaux et Lyon, dans le choc de cette 25ème journée, n’ont pas réussi à se départager (0-0). Auxerre et Lille n’ont cependant pas réussi à en profiter après leurs défaites respectives à Ajaccio (1-0) et à Nice (2-0). Ce coup d’arrêt profite à Monaco, vainqueur à Rennes (3-1) grâce aux deux premiers buts de Christian Vieri, à Marseille, vainqueur à Troyes (1-0) et à Lens qui s’est imposé face à Strasbourg (2-1). Seul le PSG, tenu en échec au Parc des Princes par Saint-Étienne (2-2), peine toujours à trouver la solution.
Adieu Grand Chelem

Le XV de France doit déjà dire adieu à ses prétentions de Grand Chelem dans le tournoi des Six Nations après sa défaite d’entrée contre l’Écosse dimanche à Murrayfield (20-16). Les Français impuissants en attaque sont tombés sur des Écossais déterminés à bien figurer dans ce tournoi 2006. Samedi, l’Irlande a battu l’Italie (26-16) à Dublin et le XV de la Rose est venu à bout des Gallois, tenants du titre (47-13) à Twickenham.
La rupture est consommée

Submergé par l’émotion, Fabrice Santoro n’a pu retenir ses larmes samedi à l’évocation de sa non-sélection en Coupe Davis pour affronter l’Allemagne. Le différend qui l’opposait au capitaine de l’équipe de France provenait du fait que Santoro avait retardé son arrivée aux entraînements de l’équipe de France pour disputer un match exhibition à Tarbes contre Nadal. Ce manque de “ patriotisme ” a poussé Guy Forget à ne pas retenir le récent quart de finaliste de l’Open d’Australie dans sa sélection.

Pittsburgh s’offre le titre

Pittsburgh a remporté son cinquième Superbowl en battant Seattle 21 à 10, dimanche à Détroit. Les Steelers ont construit leur succès dans cette finale du championnat de football américain en se montrant solides en défense en première période, avant de faire la différence offensivement en seconde.

Grönholm en grande forme

Marcus Grönholm au volant de sa Ford Focus, déjà vainqueur il y a quinze jours du Monte-Carlo, premier rallye de la saison, a enfoncé le clou en remportant dimanche le rallye de Suède. Il devance Sébastien Loeb, champion du monde en titre sur Citroën Xsara, au terme d'une bagarre prometteuse pour la suite de la saison.

____________________________________________


Fondateur: Jacques Jira+ - Directeur de la publication: Philippe Buron-Pilâtre - Comit” de rédaction: Jean Etèvenaux,

Christian Frémaux, Adrien M. Grandmesnil, Vincent HervouŒt, Gérard Leclerc, Catherine Pauchet, Serge Plenier, -

Impression par nos soins – ISSN: 0789-2757

R”daction: T”l: 06 86 44 78 16 - e-mail: acip.presse@club-internet.fr

_______________________

ACIP est une publication de l’ACIP, SARL de presse au capital de 5 000 Euros, RCS Paris B 477 806 830 (2004B13402)

SiÀge: 18, rue Cler, 75007 Paris

similaire:

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1024 du lundi 28 février 2005

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1076 du lundi 6 mars 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1097 du lundi 31 juillet 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1115 du lundi 4 décembre 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1177 du lundi 11 février 2008
«travailler sur une stratégie de développement durable, une politique commune de l’immigration, une défense européenne et une refondation...

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1197 du lundi 30 juin 2008

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1027 du lundi 21 mars 2005

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1141 du lundi 4 juin 2007

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1163 du lundi 5 novembre 2007

Bulletin hebdomadaire n° 1072 du lundi 6 février 2006 iconBulletin hebdomadaire n° 1014 du lundi 20 décembre 2004






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com