V la mort, un acte de l’Ego (Âme)





télécharger 90.7 Kb.
titreV la mort, un acte de l’Ego (Âme)
page3/3
date de publication10.07.2017
taille90.7 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3

1. Le désir de connaissance. C'est cela qui incite au départ le Fils Prodigue, l'âme dans les trois mondes de l'illusion ou (pour porter la métaphore plus loin encore dans le temps), c'est ce qui envoie en incarnation la Monade, ou Esprit. Ce désir fondamental est la cause de toute expérience.

2. Le désir de liberté. Le résultat des expériences et investigations que l'âme continue à faire au cours de ses multiples cycles de vie, se manifeste par une ardente aspiration à une condition différente et un grand désir d'être libérée et affranchie de la roue des renaissances.

3. Le désir de bonheur. C'est là une caractéristique fondamentale de tous les êtres humains, bien qu'elle se manifeste sous de nombreux et différents aspects. Elle se base sur une faculté inhérente de discrimination et sur un penchant, profondément ancré, à opposer la "maison du Père" à la condition actuelle du Fils

Prodigue. Cette aptitude innée à la "félicité" ou au bonheur est ce qui provoque l'inquiétude et le besoin impulsif de changement sous-jacent à l'impulsion évolutive elle-même. C'est ce qui cause l'activité et le progrès. Le fait d'être mécontent de la condition présente provient du vague souvenir d'un temps de satisfaction et de félicité ; celles-ci doivent être recouvrées avant qu'il soit possible de connaître la paix.

4. Le désir de faire son devoir. Les trois premières modifications du principe pensant amèneront finalement l'humanité en voie d'évolution à un état où le motif déterminant de la vie sera simplement, pour chacun, l'accomplissement de son dharma. L'ardent désir de connaissance, de liberté et de bonheur a conduit l'homme à un état de mécontentement généralisé. Rien ne lui apporte plus de joie ou de paix véritables. Il s'est épuisé en une recherche de joie personnelle ; maintenant, il commence à élargir son horizon et à chercher (au sein du groupe et dans son entourage) où peut se trouver l'objet de sa quête. Il s'éveille au sens de sa responsabilité envers autrui et commence à chercher le bonheur dans l'accomplissement de ses obligations envers ceux qui dépendent de lui : sa famille, ses amis et tous ceux avec qui il entre en contact. Cette nouvelle tendance est le début d'une vie de service, qui l'amène en définitive à se rendre compte pleinement de ce que signifie la conscience de groupe. H.P.B. a dit que le sens de la responsabilité est la première indication de l'éveil de l'égo ou du principe christique.

5. Le chagrin. Plus le véhicule humain est affiné, plus vive est la réaction du système nerveux aux couples de contraires, la peine et le plaisir. Tandis que l'homme progresse et, qu'au sein de la famille humaine, il s'élève sur l'échelle de l'évolution, il devient évident que sa capacité à ressentir le chagrin ou la joie s'accroît très sensiblement. Ceci se révèle terriblement vrai dans le cas d'un aspirant ou d'un disciple. Le sens des valeurs devient chez lui si aigu et son véhicule physique si sensibilisé, qu'il souffre davantage que l'homme moyen, ce qui aide à stimuler son avancement et à poursuivre plus activement sa recherche.

Sa réaction aux contacts extérieurs est de plus en plus rapide et son aptitude à la souffrance physique ou émotive s'accroît dans une grande mesure. La cinquième race, et particulièrement la cinquième sous-race, démontrent ce fait par la fréquence croissante des suicides. La capacité de souffrir qui caractérise la race est due au développement et à l'affinement du véhicule physique et à l'évolution du corps de sensation, le corps astral.

6. La peur. Le corps mental se développant et les modifications du principe pensant devenant plus rapides, la peur, et ce qui en découle, commence à se manifester. Ce n'est plus la peur instinctive des animaux ou des races sauvages, basée sur la réaction du corps physique à certaines conditions du plan physique, mais les peurs affectant le mental et se fondant sur la mémoire, l'imagination, l'anticipation et la capacité de visualisation. Ces peurs sont difficiles à surmonter et ne peuvent être dominées que par l'égo ou l'âme elle-même.

7. Le doute. Il est, parmi les modifications, l'une des plus intéressantes, car il concerne les causes plus que les effets. Peut-être peut-on décrire l'homme qui doute comme doutant de lui-même en tant qu'arbitre de son sort, de ses semblables quant à leur nature et leurs réactions, de Dieu, ou cause première, en raison des témoignages apportés par les controverses qui s'édifient autour de la religion et de ses interprètes, de la nature elle-même, ce qui l'incite à une constante investigation scientifique et finalement, doutant du mental lui-même. Puis, lorsqu'il commence à mettre en question l'aptitude du mental à expliquer, interpréter et comprendre, il a pratiquement épuisé la totalité de ses ressources dans les trois mondes.

Ces sept états mentaux, produits par l'expérience de l'homme attaché à la Roue de la Vie, tendent à l'amener au point où il sent que la vie sur le plan physique, la sensibilité et les processus mentaux, n'ont rien à lui offrir et ne peuvent en aucune façon le satisfaire. Il atteint le stade dont parle Paul lorsqu'il dit : "Je tiens toutes choses pour perdues, afin de gagner le Christ." La Lumière de l’Ame p 155-157.


1   2   3

similaire:

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) icon«Some reflections on the ego» fut lu par Lacan à la British Psycho-Analytical Society
«Some reflections on the ego» fut lu par Lacan à la British Psycho-Analytical Society le 2 mai 1951, publié dans International Journal...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconComité National pour la Bientraitance et les Droits des Personnes...
«tout cas de mort qui résulte directement ou indirectement d’un acte positif ou négatif accompli par la victime elle-même et qu’elle...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconChute de libido et objectale et narcissique
«Débranchement généralisé». Tout cela se traduit par la désorganisation somatique. Marty va relier ça à la prévalence de la pulsion...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconRésumé En droit français, IL y a deux manières de mourir ou d’«être mort»
«mort» des conventions langagières courantes : «fin de la vie, cessation définitive de toutes les fonctions corporelles2»; «cessation...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconLa publicité comme acte de langage
«Je te promets de venir» j’accomplis, ipso facto un acte, celui de promettre. ( ) IL semble clair qu’énoncer la phrase (dans des...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconActe administratif unilatéral
«décision exécutoire». Maurice Hauriou considère que l’acte administratif et la décision exécutoire sont confondus; d’ailleurs le...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconL’expérience totalitaire communiste en urss avec Staline À la mort...
«Grande Terreur», environ 800 000 personnes sont exécutées dans toute l’urss, près 1 500 000 personnes sont arrêtées par la police...

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconRapports Art-Science
«Un stade où l'on ne souffre pas du corps et où l'on n'est pas perturbé de l'âme»

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconLa vie, Union de l’amour & de la sagesse 36
«N'aspire pas, ô mon âme, à la vie immortelle mais épuise le champ du possible!» Pindare V° ~ J. C 18

V la mort, un acte de l’Ego (Âme) iconActe I






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com