Synthèse de l’étude





télécharger 34.76 Kb.
titreSynthèse de l’étude
date de publication09.07.2017
taille34.76 Kb.
typeThèse
e.20-bal.com > loi > Thèse




Synthèse de l’étude
« Meilleure connaissance et stratégie de développement durable des circuits courts de commercialisation des produits agricoles en région PACA »

Le circuit court implique une vente directe du producteur au consommateur ou alors une vente indirecte répondant à certains critères de proximité. A l’heure où la Région souhaite renforcer les liens directs entre producteurs et consommateurs en développant de manière durable ces modes de commercialisation, la Région a souhaité avoir plus de lisibilité. D’autant que ces différents modes de distribution sur son territoire convergent vers des processus entamés depuis plusieurs années :

  • la Région a adopté une politique agricole régionale depuis 2006 articulée autour de trois axes : la qualité et la traçabilité des produits, la production par l’agriculture d’un environnement de qualité et le maintien de la diversité des formes d’exploitation,

  • le programme régional AGIR en matière d’économie d’énergie et d’énergies renouvelables

  • une demande croissante économique et sociétale

C’est dans ce contexte qu’une étude a été lancée par le Conseil Régional en 2008 et menée au cours de l’année 2009 afin de constituer une base de réflexion.
L’étude concerne les circuits courts collectifs. Elle est centrée sur les fruits et légumes, la viande et les produits laitiers. Elle couvre les produits alimentaires autres que les produits de la viticulture, les produits transformés (huile d’olive notamment) et les plantes aromatiques.
L’étude combine à la fois un état des lieux des circuits courts, une analyse de leurs impacts et une réflexion sur les leviers d’action des collectivités
Compte tenu de l’échantillon étudié, de la diversité des situations, des hypothèses de travail, les résultats ne reflètent que des tendances à l’échelle régionale.
Les circuits courts en PACA : les points clés
L’enquête de structures conduite par le Ministère de l’Agriculture en 2007 montre une présence très importante de la vente directe avec toutefois une tendance à la baisse de 10% entre 2005 et 2007.

Le circuit court est un mode de commercialisation présent dans toutes sortes exploitations, quelles que soient leurs dimensions économiques. Les agriculteurs en bio sont proportionnellement plus nombreux à commercialiser en circuit court.
Le développement des circuits courts a été très rapide depuis cinq ans. Les circuits courts actuellement présents dans la région concernent plus de 160 acteurs organisant près de 350 circuits courts et sont très diversifiés :

  • Les réseaux de vente « au panier » représentant plus de 50 % des circuits identifiés, soit 140 ;

  • Les points de vente collectifs (PVC) au nombre de 60 et les marchés paysans au nombre de 40, circuits les plus « collectifs » sont les premiers réseaux utilisés dans la région en nombre d’exploitants impliqués ;

  • Trois circuits : les marchés paysans, les PVC et les paniers couvriraient 90% du chiffre d’affaires régional des circuits courts collectifs. Ce chiffre d’affaire serait d’environ 55 millions d’Euros par an.

Leur vente représenterait moins de 3% de la valeur des productions agricoles de l’étude et environ 2% de la valeur totale de la production agricole de la région.
Il existe une gamme de produits quasi complète à l’échelle de la région, mais incomplète à l’échelle d’un territoire local. De plus, les consommateurs sont avant tout des résidents urbains.
Quels impacts économiques, sociaux et sur les consommations d’énergie des circuits courts ?
L’analyse des facteurs d’impact a été envisagée dans une perspective où la proportion de producteurs pratiquant en partie la vente directe se développerait avec une incidence sur les consommateurs et plus largement sur les territoires.
Les impacts économiques

Il y a de nombreux aspects positifs : forte valeur ajoutée entièrement récupérée, trésorerie saine, paiement immédiat ou en avance (paniers), investissement limité, écoulement de la totalité de la production, peu de concurrence entre exploitations, risques commerciaux réduits avec la prévisibilité et la régularité des débouchés. Toutefois apparaissent des aspects plus négatifs ; travail important et difficile (horaires), relation avec la clientèle, manque d’une clarification juridique pour les points de vente collectifs, économie (en partie) grise.
L’impact social et sociétal

Le lien entre urbains et agriculteurs est un véritable impact positif. Le contact avec les consommateurs est le premier point cité spontanément par les agriculteurs.

La sensibilisation au développement durable… à condition d’un élargissement du public car actuellement pour les deux tiers des acheteurs de circuits courts (type AMAP), il s’agit plus d’une démarche éthique, militante.

Viennent ensuite la confiance dans la qualité de produits de saison puis l’interaction entre agriculture et développement durable.

Enfin, la crise économique a donné une plus grande visibilité aux circuits courts, ce qui a provoqué un certain élargissement du public de consommateurs.

Toutefois, les impacts sociaux positifs, sont faiblement exploités.
L’impact énergétique

Globalement, les distances de commercialisation sont limitées mais le nombre de trajets peut être élevé. Il existe des différentiels importants pour le kilométrage annuel selon le type de circuit et l’impact ‘carbone’ selon le type de filière ou entre exploitations d’une même filière. Paradoxalement, les circuits courts ne s’avèrent pas toujours compétitifs en CO2 par rapport aux circuits longs car la proximité du lieu de commercialisation n’est pas toujours synonyme de peu de kilomètres parcourus.
De nombreux soutiens des collectivités et acteurs publics aux projets des circuits courts
Il existe un foisonnement d’initiatives à tous les niveaux d’organisation du territoire que ce soit au niveau local -en particulier à travers les programmes Leader (communes, pays, parcs naturels, communautés d’agglomération), départemental, régional, étatique (Plan national circuits courts, fonds CASDAR et VIVEA) ou encore européen (Leader, Interreg, Parlement). Toutefois, plusieurs possibilités de financement restent sous-exploitées (document régional de développement rural, programmes opérationnels, pôle d’excellence rurale) quel que soit le type d’investissement. Les acteurs des circuits courts font part de besoins au niveau de la lisibilité (du fait du caractère morcelé des initiatives), de la coordination et de l’innovation plus qu’au niveau des investissements matériels.

De plus, il existe un lien fort entre l’agenda 21 local et les circuits courts : du fait de leur démarche transversale, les agendas 21 locaux rassemblent producteurs et consommateurs, et les idées « préconçues » sur les circuits courts (réduction des déplacements, moyen d’aider les exploitants fragiles) facilitent le rapprochement.
Une comparaison d’expériences avec trois autres Régions a été réalisée. Ces régions sont également engagées dans une stratégie de développement durable et une politique agricole, dont le soutien aux circuits courts est complémentaire à l’agriculture biologique ; il en ressort qu’en Midi-Pyrénées, le choix de l’intervention publique a volontairement été mis sur la consommation sur les territoires ruraux plus que sur les territoires urbains. Par contre, dans le Piémont, les garanties apportées aux consommateurs au niveau de la qualité et de la proximité des produits sont un des angles pour le développement d’une « nouvelle agriculture ». Enfin, la Région Rhône-Alpes privilégie le soutien aux projets d’envergure régionale avec des dimensions collectives et d’innovation (avec par exemple les magasins collectifs).
Trois scénarios pour une action de la Région
Un contexte avec des atouts et des menaces identifiés

Les circuits courts possèdent un ensemble d’atouts dans les trois dimensions du développement durable, mais leur bilan est nuancé : l’étude a permis d’infirmer quelques idées reçues sur les impacts positifs de ce mode de commercialisation.
Parmi les points forts, il y a

  • l’émergence de façon générale de l’effet pressenti de sensibilisation au développement durable,

  • la structuration des circuits courts et plus particulièrement les AMAP au niveau régional. les marchés paysans le sont également mais de façon indépendante et il en est de même pour les points de vente collectifs.

  • Les impacts positifs en matière économique, social et énergétique.


Quant aux opportunités et menaces identifiées, elles sont toutes liées à la commercialisation.

  • La région possède certes des atouts pour le développement des circuits courts : grandes métropoles en croissance, tradition d’achat sur les marchés. Mais la principale menace pour les producteurs et les territoires découle de la présence d’une offre bien inférieure à la demande des consommateurs qui pourrait attirer une offre concurrente.

  • Il existe deux autres menaces potentielles : les consommateurs hors du groupe convaincu touché par l’enquête pourraient avoir une confiance insuffisante dans l’origine des produits en circuits courts. Cela indique une nécessité d’œuvrer au maintien de la confiance en la qualité des produits. Les consommateurs pourraient également faire une confusion entre bio et circuits courts. Les produits phytosanitaires étant autorisés sur ces derniers, ceci pourrait nuire à la confiance dans l’absence de produits phytosanitaires en agriculture biologique.

  • Le déséquilibre entre l’offre et la demande est causé par un petit nombre de points de blocage :

    • pour les producteurs : les références techniques, économiques, organisationnelles manquent, il existe un déficit d’offre d’appui technique et de conseil, la reconversion CL/CC est difficile pour les exploitations agricoles en place, et nécessité d’un appui compétent.

    • pour les producteurs et les consommateurs : Les solutions collectives aux problèmes d’organisation (emploi, gamme, calendrier, logistique) manquent

    • pour les producteurs, les consommateurs et les territoires : le choix d’un niveau géographique pertinent pour ces solutions est difficile à faire. L’échange d’information est limité. Pour les consommateurs : blocage d’accès d’ordre financier et surtout culturel.


La nécessité d’inventer des solutions collectives pour gérer et développer les circuits courts est de fait une opportunité : les circuits courts sont un levier pour l’innovation en termes de nouvelles formes d’organisation des filières agricoles. D’autant que les circuits courts s’inscrivent pleinement dans les politiques régionales actuellement mises en œuvre et sont autant d’opportunités supplémentaires d’intervention :

  • une grande cohérence entre circuits courts et politique régionale

  • une sensibilisation croissante des urbains et des producteurs au développement durable

  • les complémentarités entre produits des territoires à l’échelle régionale

  • un levier pour la coordination entre territoires (Pays, PNR, communautés d’agglomération)


Apporter une réponse adaptée

Les acteurs ont pointé différentes actions pour leur lisibilité et leur organisation :

  • La structuration des acteurs pour devenir un réseau transversal,

  • Une plate-forme offre-demande pour plus de lisibilité entre les territoires et une optimisation des trajets,

  • La diffusion de références, formation, conseil et appui à la reconversion et à l’installation dont l’objectif est de développer l’offre et de favoriser des solutions de groupe,

  • La communication sur les circuits courts et une signalétique régionale des producteurs pour une meilleure information auprès des consommateurs et une association des niveaux géographiques,

  • La garantie de proximité pour favoriser la qualité et pérenniser la confiance.


A partir de l’état des lieux établis, trois scénarios ont été formulés pour une intervention de la Région, outre le statut quo qui serait une possibilité supplémentaire. D’autres scénarii ont été rejetés.

  • Premier scénario : une action ciblant les producteurs, bénéficiant indirectement aux consommateurs et aux territoires en vue d’encourager le développement des CL grâce à l’innovation collective, la reconversion et l’installation dans les circuits courts.

  • Deuxième scénario : une action ciblant les consommateurs et les territoires, bénéficiant indirectement aux producteurs dont l’objectif est d’accélérer la prise en compte du développement durable chez les consommateurs à travers les circuits courts.

  • Troisième scénario : une combinaison d’actions légères associant producteurs, consommateurs et acteurs des territoires avec pour finalité le développement des synergies entre l’offre et la demande dans les circuits courts en PACA.


Pour toute nouvelle action initiée, un dispositif de suivi avec des indicateurs permettra de mesurer l’avancement des actions au niveau des moyens, de la réalisation et de l’efficacité.
Quel que soit le scénario retenu, deux difficultés transversales persistent :

  • Dans les territoires périurbains, le manque de foncier agricole et les difficultés d’accès de nouvelles exploitations à ce foncier ;

  • Les difficultés d’installation d’exploitations agricoles non conventionnelles (petite taille, productions minoritaires, installation progressive hors cadre familial, agriculture à forte utilité sociale).


Un appui de la Région sous différentes formes

La Région, de par son statut et sa transversalité pourrait impulser plusieurs initiatives, inscrites dans la durée.

Dans un premier temps, elle pourrait intervenir avec ou sans initiative spécifique sur les circuits courts mais toute initiative serait utile d’une part pour renforcer la lisibilité de son soutien et d’autre part vu son rôle de chef de file de la structuration de l’économie régionale et de politique environnementale volontariste.

De plus, la thématique des circuits courts se retrouve à l’interface de plusieurs services et directions au sein du Conseil Régional. Le service en charge de l’économie sociale et solidaire manque toutefois à ce jour aux initiatives menées.

Enfin, la Région pourrait faire le choix d’intégrer une attention particulière aux circuits courts dans chacun de ses programmes existants avec des retombées par la suite en direction d’une part des producteurs et des consommateurs et d’autre part des territoires.





Meilleure connaissance et stratégie de développement durable des circuits courts de commercialisation

des produits agricoles en région PACA
Août 2009

similaire:

Synthèse de l’étude iconSynthèse de l’étude imera

Synthèse de l’étude iconNote de synthèse (15 points)
«chaudières pulsatoires», votre responsable, Monsieur lavin, vous confie l’étude du marché de cette chaudière révolutionnaire

Synthèse de l’étude iconBibliographie Ouvrages généraux
...

Synthèse de l’étude iconRecherches lacan textes et conferences 01
«esprit de naturaliste» qui anime la psychiatrie française à l’esprit de spéculation sur l’essence, qui marque la tradition allemande...

Synthèse de l’étude iconEtude technique de l’avion solaire : Etude électrique

Synthèse de l’étude icon1. Cadre de l'étude : une recherche cirad-inra. Thème d’étude : la...

Synthèse de l’étude iconL’étude de la Relation Economique Internationales (rei) est l’étude...

Synthèse de l’étude iconLa synthèse est notée sur 40 points
...

Synthèse de l’étude iconG éohistoire de l’ouverture
«Sujet étude 1 : Acteurs, flux, réseaux de la mondialisation. Sujet étude 3 : Pôles et aires de puissance. La Chine littorale»

Synthèse de l’étude iconCommentaire pour les collègues avant d’utiliser cette fiche méthode
«étude du dossier documentaire» IL est possible de réaliser l’étude d’un seul document en classe et de demander aux élèves de poursuivre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com