La personne





télécharger 14.88 Kb.
titreLa personne
date de publication09.12.2016
taille14.88 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos

La personne



Le même « mot » désigne ici une présence (quelqu’un) et une absence : « Tiens, il n’y a personne ! » Cette indication, présence ou absence de quelqu’un, n’a pas le même sens que celle d’une chose ou de tout autre être vivant. Comment en rendre compte ?
1. Est-ce l’individu qui est le support de l’identité personnelle?

Partons d’une définition de la personne comme substance individuelle de nature raisonnable (Boèce). Cette définition a l’inconvénient de répondre à la question : « Qu’est-ce que c’est ? » Autrement dit, le problème est de comprendre comment l’individu, membre d’une espèce, peut s’individualiser, devenir soi-même et pouvoir dire « je ».

Remarquons que l’entrée dans la vie se marque pour tout individu par l’attribution d’un nom, nom de famille pour l’état civil, nom de baptême. Dans les deux cas, le nom sert autant à l’identifier qu’à poser son appartenance à une communauté (familiale, religieuse). Le premier apprentissage de l’enfant, c’est la reconnaissance de lui-même par le moyen du nom. Mais une étape plus décisive est franchie lorsque l’enfant est capable de parler de lui et de dire « je » (Kant, Anthropologie d’un point de vue pragmatique, § 1). Le processus d’apprentissage est donc double : l’usage des pronoms personnels suppose d’une part différenciation et identification d’autrui, qui, comme lui-même, est capable de dire « je » et d’échanger paroles, sentiments et pensées. Mais d’autre part, il annonce l’intériorisation de l’identité, puisque je reste la même personne tout en ayant changé au fil du temps.

L’emploi du pronom personnel suppose la double capacité de se référer au vécu passé (mémoire) et d’anticiper les actions possibles vers le futur (former des projets, promettre, etc.). L’individu, d’abord membre de l’espèce à sa naissance, constitue progressivement sa propre histoire, et pose dans le monde un point de vue singulier. Bref, le nom, la parole et la culture contribuent à former la personnalité, en rendant possible une individualisation. Toutefois, s’ils conduisent bien jusqu’au seuil de la personne, ils ne la font pas. Quelle est donc la signification de ce terme, si on ne doit pas le confondre avec celui d’individu ?
2. La personne, un être ou une valeur ?

En mettant l’accent sur l’individualisation de la personne, c’est-à-dire sur ce qui la singularise, ne s’éloigne-t-on pas de la référence à l’universel, référence pourtant contenue dans la définition qui mentionne la nature raisonnable de la personne ? En abandonnant la personne aux accidents et particularités d’un destin individuel, on court le risque d’en limiter la portée. D’après l’origine latine du mot, la personne n’est-elle pas que la fiction, le masque ou l’apparence derrière quoi se dissimule l’absence d’unité et d’identité ?

La sociologie définit l’individu par la multiplicité de ses désirs, de ses rôles et de ses identités. La société offre aux individus tous les choix possibles et on pourrait se demander où ce trouve « la singularité ». La personne est-elle donc plutôt une valeur qu’un être ?

Le droit romain, qui nous a légué la notion de « personne morale », nous apprend que cette notion de personne ne doit pas être conçue comme substance mais d’abord comme valeur. La personne n’est pas une chose, ni un représentant de son espèce biologique, ni la partie interchangeable au sein d’un ensemble : famille, Etat, classe ou nation, race ou encore Humanité. C’est la valeur qui pose l’idée de singularité et de dignité, et non l’être.

Kant est le premier à avoir reconnu la valeur absolue de la personne en la concevant comme une fin en soi (Fondements de la métaphysique des mœurs, IIe partie). A toute chose en effet peut être attribuée une valeur relative, en tant qu’elle est utile à autre chose qu’elle-

même. En revanche, la personne humaine ne peut jamais être considérée comme utile à autre chose qu’elle-même, autrement dit comme un moyen au service d’un but qui la dépasserait, aussi grand ou sublime soit-il.

Toute personne, en tant qu’elle est capable de faire usage de sa raison, est dite autonome, capable de se déterminer par elle-même. Elle possède une valeur absolue, et pour cela doit être traitée comme une fin en soi (3ème formulation de l’impératif catégorique dans les Fondements de la métaphysique des mœurs) et non comme un moyen.
3. Quelle est la place de la personne dans une communauté ?

La personne comme valeur ne se laisse pas dissoudre dans l’atomisation des sociétés où règne la satisfaction des désirs individuels. Elle ne peut s’emprisonner dans le totalitarisme des communautés fermées. De telles sociétés renient la personne au nom soit des impératifs économiques, soit d’une idéologie ou d’une religion.

Mais est-il suffisant de dire qu’elle est d’abord valeur, sans être individu ou substance ? Comment attribuer une valeur à ce qui ne serait pas d’abord reconnu comme un être ?

Le paradoxe se redouble du fait que la personne, rebelle à toute entreprise de définition, n’est pas non plus un objet d’expérience, à la différence de l’individu concret.

Reprenant une suggestion de Paul Ricœur (voir sa préface à E. Mounier, Ecrits sur le personnalisme) la personne se caractérise par une certaine attitude : attitude face à la vie, face au monde et aux autres. Mais cette attitude ne surgit que dans des situations que l’on qualifie de crise, autrement dit qui engagent l’avenir d’une société. Quand la situation fait problème et menace de détruire un passé installé, il y a toujours un tel appel à la valeur. On ne voit pas la nouvelle échelle de valeurs qui arrive et l’on se fixe sur la perte de l’ancienne. C’est alors que surgit le rappel à une base de justice sociale qui présuppose le maintien de la notion de personne, en dehors de toute doctrine religieuse, morale ou philosophique. La personne n’est donc pas une valeur parmi d’autres, elle est la base de tout édifice politique.

Entre les fins poursuivies par les hommes s’établit une hiérarchie de préférences, à partir de quoi on peut évaluer et dénoncer l’inacceptable et l’intolérable. La notion de personne constitue ainsi à la fois une intuition fondamentale et une limite qui permet d’orienter non seulement les choix de vie personnelle, mais surtout les choix de société. Elle constitue un dénominateur commun à toute vie politique qui respecte un principe universel de justice.

Rawls, dans Justice et démocratie, définit la société comme « un système équitable de coopération entre des personnes libres et égales » (p. 216). « Une personne est un citoyen, cad un membre pleinement actif de la société pendant toute sa vie (…). » Rawls ne prétend pas partir d’une idée préconçue de la personne ou du citoyen mais seulement des qualités minimales nécessaires à l’établissement d’une telle coopération.

« Puisque les personnes sont des membres d’un système équitable de coopération sociale, nous leur attribuons les deux facultés morales qui correspondent à l’idée de coopération sociale : à savoir capable d’un sens de la justice et d’une conception du bien. » (p. 218)

« La position originelle n’est pas une base axiomatique ou déductive à partir de laquelle on dériverait des principes, mais une procédure pour sélectionner les principes les mieux adaptés à la conception de la personne la plus répandue dans une société démocratique moderne (…) Les personnes (…) sont les agents qui sélectionnent les principes qui vont gouverner la structure de base de leur vie sociale. » (pp. 150-151).

similaire:

La personne iconThèse de la filière «Services à la Personne»
«Services à la Personne» se définit par un ensemble de métiers reconnus utiles, nécessaires et contribuant au mieux-être des citoyens...

La personne iconAdresse : 202 bis rue Louis Braille bp 3 59790 Ronchin Mail : Téléphone...
«augmenter le nombre de parcours intégrés dans une approche globale de la personne»

La personne iconCe formulaire est à compléter dans le cas où vous déclarez ou modifiez...

La personne iconÉConomie d’entreprise et management des organisations : quelles différences ?
«une entreprise est toute unité légale, personne physique ou personne morale qui jouissant d’une autonomie de décision, produit des...

La personne iconAnesthésie du grand vieillard P. Juvin, G. Plantefève
«grand vieillard», c'est-à-dire à une personne âgée de plus de 80 ans et/ou à une personne âgée ayant un déficit ou un état de santé...

La personne iconAccompagnement, soins et services à la personne
«Accompagnement, soins et services à la personne» option «à domicile» exerce ses fonctions auprès de familles, d’enfants, de personnes...

La personne iconAinsi, l'entreprise, en tant que telle, ne peut avoir de patrimoine,...

La personne iconComment expliquer les droits patrimoniaux reconnus à une personne juridique ?
«père de famille», d'où le «patri (pater)-moine». IL s'agit là d'une conception très restrictive et purement objective du patrimoine...

La personne iconBibliographie : bonneau thierry, Droit bancaire, éd Montchrestien, 2005
«Constitue une opération de crédit tout acte par lequel une personne agissant à titre onéreux met ou promet de mettre des fonds à...

La personne icon"Nous définissons une relation d'agence comme un contrat par lequel...
«A cause de l’asymétrie d’information sur la compétence d’un expert, des coûts supplémentaires sont causés par le manque de confiance...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com