Littérature grecques





télécharger 440.3 Kb.
titreLittérature grecques
page1/7
date de publication14.02.2017
taille440.3 Kb.
typeLittérature
e.20-bal.com > histoire > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7





PRÉSENTATION GÉNÉRALE
I. Contacts

Responsable du Master :

Laurent Bricault, Professeur d’Histoire romaine, bricault@univ-tlse2.fr

Responsable du M1 :

Estelle Galbois, Maître de conférences d’Histoire de l’art antique, estellegalbois@yahoo.fr
Responsable du M2 :

Hélène Frangoulis, Maître de conférences HDR de Langue et Littérature grecques, helene.frangoulis@wanadoo.fr
Responsable du Parcours Histoire :

Sylvie Rougier-Blanc, Maître de conférences d’Histoire grecque, srougier-blanc@neuf.fr
Responsable du Parcours Histoire de l’art :

Jean-Marc Luce, Professeur d’Archéologie et Histoire de l’art grecs, jean-marc.luce@wanadoo.fr
Responsable du Parcours Archéologie :

Alain Bouet, Professeur d’Archéologie romaine, abouet@univ-tlse2.fr
Responsable du Parcours Lettres classiques :

Hélène Frangoulis, Maître de conférences HDR de Langue et Littérature grecques, helene.frangoulis@wanadoo.fr

Responsables administratifs :

Fatima Courteille (M1), Fatima.Courteille@univ-tlse2.fr

Dominique Princelle (M2), princell@univ-tlse2.fr
Université de Toulouse II-Le Mirail

U. F. R. d’Histoire, Arts et Archéologie

5, allées Antonio Machado

F – 31058 TOULOUSE Cedex 9
Webmestre du site Master Sciences de l’Antiquité :

Alexandra Dardenay, Maître de conférences d’Histoire de l’art romain, adardenay@yahoo.fr
Site internet du Master Sciences de l’Antiquité : http://sda.univ-tlse2.fr/
Voir aussi le site internet du Département d’Histoire : http://www.univ-tlse2.fr/histoire

et du Département Histoire de l’art et Archéologie : http://www.univ-tlse2.fr/histart-archeo

II. La spécialité Sciences de l’Antiquité
La formation Sciences de l’Antiquité rassemble les champs du savoir qui permettent l’étude la plus large et la plus approfondie :
 de l’Antiquité classique elle-même ;

 des civilisations avec lesquelles elle est entrée en contact sur le pourtour de la Méditerranée ;

 des héritages qui en sont issus et constituent le principal fondement culturel de l’Europe.
Cette approche résolument transdisciplinaire réunit donc, de façon cohérente, les apports croisés :
 de l’histoire - y compris des périodes postérieures à l’Antiquité ;

 de l’histoire de l’art ;

 de l’archéologie ;

 des langues et littératures anciennes ;

 de la philosophie ;

 de l’anthropologie.
Elle prend appui pour cela sur les programmes de recherche des équipes et sur les compétences des enseignants-chercheurs qui y travaillent. C’est autour des champs croisés et des recherches portant sur ce savoir que s’organise la formation.

Ainsi conçue, elle réunit les historiens de l’Antiquité, les spécialistes des langues et littératures anciennes (grecques, latines, sémitiques, etc.) et tous ceux dont le domaine, dans le champ des sciences humaines et sociales, croise celui de l’Antiquité classique. En associant des disciplines dissociées par la tradition universitaire française, les “Sciences de l’Antiquité” réunies dans l’architecture des Masters veulent permettre aux étudiants d’accéder à un éventail large de compétences et de se composer un parcours de formation en fonction de leurs besoins.

Si l’on s’en tient au découpage institutionnel français actuel, elle permet d’opérer une synthèse originale en France, mais courante dans nombre de pays voisins, où elle s’enracine dans une riche tradition, sans cesse renouvelée au contact des nouveaux objets et des nouvelles méthodes des sciences humaines des trois dernières décennies. Ainsi en Italie avec les “Scienze dell’Antichità”, en Allemagne avec l’“Altertumswissenschaft”, et dans les pays anglo-saxons avec les “Classics”.
La formation possède une dimension européenne et vise à faciliter les contacts et les échanges pour les jeunes chercheurs. Réunir ces diverses disciplines autour d’enseignements et de thèmes d’études communs correspond donc à une conception pluridisciplinaire de l’approche des mondes anciens : ceux-ci sont envisagés dans leur globalité, grâce au croisement qu’apportent les différentes sources analysées et à l’apport méthodologique de l’histoire, de la littérature, de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’histoire culturelle, de l’anthropologie, de la philosophie.

Le renouvellement des questions que posent les unes profite à l’objet “Antiquité”, et enrichit en retour les autres à partir du nouvel éclairage projeté sur les mondes anciens. Cette ligne de force principale a servi de fil conducteur à la définition des objectifs pédagogiques, scientifiques et professionnels assignés à la formation. Elle est également matérialisée par la composition des Équipes auxquelles s’adosse la formation. Celles-ci possèdent des champs et des thèmes de recherche parfaitement complémentaires :
PLH-CRATA (Culture, Représentations, Archéologie, Théâtre Antiques – EA4601), http://plh.univ-tlse2.fr
PLH-ERASME (Équipe de recherche sur la Réception de l’Antiquité : Sources, Mémoire, Enjeux – EA4601), http://plh.univ-tlse2.fr
TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés – UMR5608) dont les recherches portent sur l’activité archéologique à finalité de connaissance historique, http://traces.univ-tlse2.fr


III. Conditions d’accès en Master 1 (M1) et Master 2 (M2)

communes aux quatre parcours :

Histoire, Lettres, Archéologie, Histoire de l’art

Master 1
Accès à tout titulaire d’une licence (L) ayant défini un projet de recherche et de mémoire avec un enseignant directeur de recherche.

Master 2
Accès à tout titulaire d’un M1 ayant défini un projet de recherche et de mémoire avec un enseignant directeur de recherche. Pour accéder en M2, ce projet doit être validé par le conseil de Master. Celui-ci est constitué de l’ensemble des enseignants-chercheurs titulaires, appartenant aux quatre composantes du Master.
Les candidats étrangers doivent fournir, pour l’accès en M2, un mémoire équivalent au mémoire français et un résumé en français (soit une dizaine de pages, équivalant à 15 000 signes au moins) de ce travail.

UE de

Master 1
UE 140 : 25h, Semestre 1 (9 ECTS)

Ce cours comprend deux parties :

12,5h de méthodologie commune à tous les étudiants de la spécialité Sciences de l’Antiquité.

12,5h de méthodologie spécifique à chaque parcours.
I. Méthodologie générale
Méthodes de la recherche en Sciences de l’Antiquité (partie commune à tous les étudiants)

Pascal Payen

Mardi 10h30-12h30

HIA0140X (parcours Histoire) ; HIA1140X (parcours Histoire de l’Art) ; HIA2140X (parcours Lettres classiques) ; HIA3140X (parcours Archéologie)
Objectifs

Le cours a pour objectif premier d’initier aux principaux aspects méthodologiques de la recherche en Sciences de l’Antiquité. Le point de départ sera systématiquement constitué par les problèmes que rencontrent les étudiants au fil de leur travail. L’accent est mis sur les outils - traditionnels et récents - et les méthodes, sans omettre la dimension de l’écriture.
Contenu

En conséquence, ce cours commun à tous les étudiants entrant en Master les initiera à la démarche scientifique en sciences humaines et en littérature, appliqué aux différents champs du savoir concernant les "Sciences de l’Antiquité". Tout en suivant la chronologie de la démarche des étudiants et des problèmes qu’ils rencontrent, le cours présentera notamment l’ensemble des instruments bibliographiques (support papier et ressources électroniques), exposera les difficultés que posent l’analyse des sources (avec une initiation à la consultation des corpus sur CD Rom), s’attachera à montrer comment se construisent une problématique, une introduction de mémoire etc. Une attention particulière sera portée à l’apport des différentes sciences humaines pour l’étude de l’Antiquité. Seront présentées, dans ce cadre, les questions relatives à la bibliographie, à la construction d’un plan, aux fonctions et à la rédaction des notes infrapaginales. Une visite dans les bibliothèques et services spécialisés sera également organisée.

II. Méthodologie spécifique
HIA0140X : Méthodes de la recherche en Histoire

Stéphanie Delaguette

Mardi 16h-18h
À travers la présentation de plusieurs outils documentaires (bases de ressources électroniques, portails spécialisés de ressources en sciences de l’Antiquité), les étudiants maîtriseront les méthodes de recherche documentaire, la typologie des documents ainsi que les normes bibliographiques. L’objectif de ce cours est de permettre aux étudiants de développer une culture informationnelle pertinente et cohérente. Le cours comprend aussi une initiation au logiciel bibliographique Zotero.
HIA1140X : Méthodes de la recherche en Histoire de l’art : Corpus documentaires numériques
Jean-Marc Luce

Vendredi 14h-16h
Le logiciel Porphyre a été élaboré spécialement pour permettre des recherches sur des corpus documentaires. Il est utilisé ici pour étudier l’iconographie antique (la céramique attique, italiote) et le décor des vases de l’époque géométrique. Sa caractéristique est de faire apparaître, mieux que tout autre logiciel, les logiques d’association. Les étudiants seront formés au maniement de cet outil et seront amenés à procéder eux-mêmes à une analyse d’un corpus particulier.
HIA2140X : Méthodes de la recherche en Lettres classiques

Intervenant à déterminer

Mardi 10h30-12h30
Ce cours aura pour objet d’initier les étudiants à la manipulation de différents logiciels utilisés en Lettres classiques comme le TLG, le PhI, à la maîtrise de la saisie informatique du grec polytonique et à la fréquentation de sites spécialisés (Perseus...).
HIA3140X : Méthodes de la recherche en Archéologie : Culture matérielle

Emmanuelle Boube

Mercredi 16h-18h

Cette UE a pour objet d’approfondir l’étude de certains aspects de la culture matérielle (sigillée gallo-romaine, sigillée africaine, vaisselle en bronze).
Bibliographie

Bonifay M., Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, BAR International Series 1301, Oxford, 2004.

Feugère M., Rolley C., La vaisselle tardo-républicaine en bronze, Actes de la table-ronde CNRS de Lattes, 1990, Dijon, 1991.

La Graufesenque, Millau, Aveyron, tome 1, D. Schaad (dir.), Condatomagos, une agglomération de confluent en territoire rutène, Pessac, 2007 ; tome 2, M. Genin (dir.), Sigillées lisses et autres productions, Pessac, 2007.

Tassinari S., Il vasellame bronzeo di Pompei, Sup. Archeol. di Pompei, Cataloghi 5, Roma, 1993.

UE 141 : 25h, Semestre 1 (9 ECTS)
Langues anciennes (25 heures)
HIA0141X : Langue et épigraphie grecques, niveau 1 ou 2 (au choix)

Eric Foulon, Sylvie Rougier-Blanc

Jeudi : niveau 1 : 16h-18h (S. Rougier-Blanc) ; Mercredi : Niveau 2 : 16h-18h (É. Foulon)
Niveau 1 : L’objectif de ce cours est d´initier les étudiants aux mécanismes de la langue grecque pour leur permettre de lire, de comprendre et de traduire des textes littéraires et épigraphiques en langue originale et/ou de discuter les traductions établies dans le cadre de leurs recherches de Master. Le cours est divisé en deux parties : dans un premier temps (S. Rougier-Blanc), l´étudiant est initié aux principes de base de la langue grecque (alphabet, déclinaisons, vocabulaire de base et notions de civilisation associées) au travers de documents épigraphiques simples (corpus d´épigraphie funéraire, dédicaces, bornes). La seconde partie du cours (E. Foulon) dans l´exacte continuité, poursuit l´apprentissage de la langue (morphologie et syntaxe) en se consacrant plus particulièrement aux textes littéraires.

Le manuel de référence à se procurer pour l’ensemble du cours est celui de Métayer J. et Lebeau A., Cours de grec ancien à l´usage des grands commençants, Paris, SEDES, 1995 (nombreuses rééditions). Leçons 1 à 10.
Bibliographie complémentaire

Guide de l’épigraphiste, Bibliographie choisie des épigraphies antiques et médiévales, Bérard F., Feissel D., Petitmangin P., Sève M., Paris, ENS, 1989 (régulièrement mis à jour).

Guarducci M., Epigrafia Grecia, tomes I à IV, Roma, 1967-1978.
Niveau 2 : Dans la continuité du cours de débutants I, ce cours approfondit dans un premier temps (E. Foulon) les notions de morphologie et de syntaxe grecques à partir de l´analyse et de la traduction de textes littéraires (révisions, puis leçons 11 et suivantes du manuel de référence à se procurer Métayer J. et Lebeau A., Cours de grec ancien à l´usage des grands commençants, Paris, SEDES, 1995 (nombreuses rééditions). L’objectif est de permettre aux étudiants de master de traduire et/ou de discuter dans le cadre de leur recherche les traductions de textes et de documents épigraphiques. La seconde partie du cours (S. Rougier-Blanc) aborde au travers de textes épigraphiques plus complexes relatifs à l’architecture grecque la morphologie et la syntaxe du parfait, du subjonctif et de l´optatif, de la condition, etc.
Bibliographie complémentaire

Guide de l’épigraphiste, Bibliographie choisie des épigraphies antiques et médiévales, Bérard F., Feissel D., Petitmangin P., Sève M., Paris, ENS, 1989 (régulièrement mis à jour).

Hellmann M.-Ch., Choix d’inscriptions architecturales grecques. Traduites et commentées, TMOM 30, Paris, De Boccard, 1999.

HIA1141X : Langue et épigraphie latines, niveau 1 ou 2 (au choix)

Jacques Alexandropoulos, Christian Rico

Jeudi : niveau 1 : 8h15-10h15 ; niveau 2 : 16h-18h
L’épigraphie latine, c’est-à-dire tout texte latin transmis par un support en dur (pierre, métal, céramique, bois), se prête particulièrement bien à une initiation à la langue latine, puisqu’il s’agit, dans la majeure partie des documents conservés, de textes courts et de structure relativement simple. À partir de supports divers (fac-similés, photographies et inscriptions du Musée Saint-Raymond de Toulouse), le cours donne les clés pour décrypter, restituer, traduire et comprendre des textes qui constituent une des sources principales de l’histoire romaine. Il s’agit donc, pour l’étudiant, d’acquérir un savoir pratique qui le rende autonome face au document original, de manière à pouvoir l’exploiter dans sa totalité du point de vue historique.

Le premier niveau aborde les textes les plus simples : épitaphes et inscriptions votives. Le second est plus particulièrement consacré à l’histoire politique sociale de Rome et de son Empire aux Ier et IIe siècles de notre ère, à travers l’étude d’inscriptions plus complexes, comme les carrières sénatoriales, équestres et municipales.
Orientation bibliographique

Cagnat R., Cours d’épigraphie latine, Paris, 1914.

Corbier P., L’épigraphie latine, Cursus, Paris, 2006 (3ème éd. revue et mise à jour).

Lasserre J.-M., Manuel d’épigraphie romaine, Picard, Paris, 2007 (2ème éd. revue et mise à jour).
HIA2141X : Transmission et édition des textes anciens

Eric Foulon, Paul François

Mercredi 14h-16h (E. Foulon), Jeudi 8h15-10h15 (P. François)

É. Foulon fera cours les six premières semaines du semestre, P. François les six suivantes.
Contenu et objectifs

Ce cours s’adresse à tous les étudiants du Master : historiens comme littéraires pourront y trouver profit (les deux intervenants ont eux-mêmes édité des textes grecs ou latins relevant de l’historiographie). Visant à donner les instruments méthodologiques et techniques nécessaires pour une approche active et réfléchie des textes anciens, il propose une initiation à la paléographie grecque et latine. La connaissance des deux langues anciennes n’est pas indispensable. Les douze séances seront successivement et équitablement réparties entre les domaines grec et latin.

Il s’agira de voir dans quelles conditions les textes antiques ont été produits, diffusés et transmis jusqu’à nous. Nous partirons des données concrètes qui sont l’objet de la codicologie : supports matériels, instruments d’écriture, agencement des manuscrits, présentation…, avant de nous intéresser à la diffusion : reproduction, ateliers, bibliothèques. L’étude des écritures (typologie, évolution, chronologie, systèmes de notation…), la lecture de manuscrits occuperont une grande partie du cours. Cela posé, nous pourrons aborder la question de la transmission des textes et celle de l’établissement d’une édition critique (ou édition savante) : comment, à partir de divers témoins manuscrits, essayer de remonter au plus près du texte original tel qu’il a été voulu par l’auteur ; comment aussi rendre compte aujourd’hui des divers états du texte : la lecture et la rédaction d’un apparat critique, ce que nous pouvons en tirer pour une approche raisonnée, dans une optique tant littéraire qu’historique, d’un document écrit, seront notre objectif final. Est prévue une séance à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine qui permettra de travailler sur plusieurs des manuscrits que possède cet établissement.
Bibliographie

Une bibliographie étendue sera proposée lors des séances initiales. On peut conseiller pour une première approche (tous ces ouvrages se trouvent à la Bibliothèque Universitaire Centrale) :

Dain A., Les manuscrits, Paris, 1949, 19742.

Plusieurs contributions à l’ouvrage collectif L’histoire et ses méthodes (Samaran Ch. dir.), Paris, Encyclopédie de la Pléiade, 1961 : Dain A., « Introduction à la paléographie », p. 528-531 ; Dain A., « Paléographie grecque », p. 532-552 ; Mallon J., « Paléographie romaine », p. 533-584 ; Perrat Ch, « Paléographie médiévale », p. 585-615 ; Marichal R., « La critique des textes », p. 1247-1366.

Reynolds L. D. & Wilson N. G., Scribes and Scholars, Oxford, 1968, 1974² ; trad. fr. Bertrand C., mise à jour Petitmengin P. sous le titre D’Homère à Érasme. La transmission des classiques grecs et latins, Paris, C.N.R.S., 1984.

UE 142 : 25h, Semestre 1 (3 ECTS)

HAA3142X : Textes et archéologie – Nécropoles et monde funéraire : le monde des morts d’après les textes et l’archéologie

Alain Bouet

Lundi 8h30-12h30 (semaines 7 à 12)
Contenu

Le thème de la mort dans l’Antiquité (perception, représentations, pratiques funéraires) sera abordé à partir d’un croisement des diverses sources : archéologiques, iconographiques, épigraphiques et littéraires. L’approche archéologique sera illustrée par l’étude de fouilles de tombes individuelles ou collectives et par l’analyse de nécropoles urbaines. L’accent sera mis sur l’intérêt et les limites de la source archéologique dans ce domaine, qui permet de retracer des gestes sans toujours en fournir le sens. L’iconographie permettra de s’interroger sur les différentes formes de monuments funéraires en pierre, sur la valeur symbolique des représentations récurrentes sur ces monuments et, notamment, sur la place et le rôle du portrait funéraire. L’épigraphie ouvrira des perspectives sur la spécificité de l’écriture dans la fonction de mémoire, sur l’élaboration par celle-ci de l’auto-représentation, et notamment sur ce que cette auto-représentation doit à la culture dominante et sur ce qu’elle peut avoir d’originalité individuelle. Les textes littéraires donneront le point de vue de la classe peu nombreuse de ceux qui, par l’écriture, la lecture ou l’audition des textes, avaient recours à ce mode de communication. La comparaison entre les différentes images fournies par ces diverses approches constituera le fil conducteur de l’analyse proposée.

Les périodes étudiées seront le Haut Empire romain (A. Bouet) et l’Antiquité tardive (E. Boube).

Antiquité tardive : L’accent sera mis pour cette période sur la christianisation de la société et donc la christianisation des pratiques funéraires grâce à l’étude des inscriptions des catacombes de Rome (IIIe-VIe s.), aux résultats des fouilles de cimetières et aux représentations iconographiques. Cette partie du cours permettra aussi de mettre en évidence la survivance des pratiques païennes et la gestion de ces cimetières.
Bibliographie

ICUR, De Rossi G.-B., Inscriptiones Christianae Urbis Romae septimo saeculo antiquiores, 2 vol., Roma, 1888.

ICUR NS, Silvagni A., Ferrua A., Mazzoleni D., Carletti C., Inscriptiones Christianae Urbis Romae septimo saeculo antiquiores, noua series, vol. I-X, Roma, Città del Vaticano, 1922-1992.

Fiocchi Nicolai V., Bisconti F., Mazzoleni D., Les catacombes chrétiennes de Rome, origine, développement, décor, inscriptions, Brepols, 2000.

HAA0142X : Protohistoire (UE du M1 de Préhistoire-Protohistoire)

Philippe Boissinot, Pierre Moret

Jeudi 14h-16h
Contenu

Ce module est composé de deux parties : l’une concerne un dossier archéologique de Protohistoire (Ph. Boissinot, EHESS - TRACES), l’autre est une initiation à l’étude de l’âge du Fer et des colonisations phénicienne et grecque dans la péninsule Ibérique : thèmes, méthodes, outils (P. Moret, CNRS - TRACES). Il est ouvert à tous les étudiants du Master SdA ainsi que du Master Préhistoire et Protohistoire.
HAA4142X : Iconographie et archéologie : la vie privée dans les mondes grec et romain

Emmanuelle Boube, Estelle Galbois, Pascale Jacquet-Rimassa

Jeudi 10h30-12h30 (semaines 1 à 6)
- Grèce archaïque et classique : P. Jacquet-Rimassa

- Fin de la période classique et période hellénistique : E. Galbois

- Époque romaine (Ier-Ve s.) : E. Boube
Cette UE a pour but de mieux cerner la place de la vie privée dans les sociétés grecque et romaine autour des thèmes du mariage, de la famille, du statut de l’enfant et des rites qui rythment les étapes de sa vie, de l’époque grecque archaïque à la fin de l’Antiquité. Le cours s’appuiera plus particulièrement sur les documents iconographiques (peinture, sculpture, figurines en terre-cuite) et sur les découvertes archéologiques (mobilier, architecture etc..).
Orientations bibliographiques

Dasen V. (éd.), Naissance et petite enfance dans l’Antiquité, Actes du colloque de Fribourg, 28 nov.-1er déc. 2001, Fribourg-Göttingen, 2004.

Coulon G., L’enfant en Gaule romaine, Errance, Paris, 2004.
LC0A142X : Littérature et histoire (littérature latine) : La Ville de Rome dans la littérature latine: mythes, représentations, idéologie

François Ripoll

Lundi 14h-16h
Contenu

L’objet de ce cours est de présenter les principaux textes de la littérature latine d’époque classique évoquant le paysage et le décor urbain de Rome, afin de faire mieux comprendre les sentiments parfois ambivalents que les Romains éprouvaient pour leur Capitale. Entre nostalgie passéiste d’un état originel plus ou moins idéalisé et admiration pour les réalisations architecturales contemporaines, entre fierté à l’égard d’une cité maîtresse du Monde et critique de l’inconfort et de la promiscuité au quotidien, entre adhésion et réticence vis-à-vis des symboles ostensibles du Pouvoir politique dans l’espace urbain: en parlant de leur Ville, les Romains nous renseignent surtout sur eux-mêmes et leur vision du monde.


Œuvres au programme

Les problématiques de l’UE seront abordées à travers un échantillonnage de textes issus de divers genres littéraires (épopée, théâtre, poésie lyrique, historiographie, philosophie...), distribués en cours et étudiés en traduction (aucun pré-requis en langue latine n’est demandé). Une bibliographie générale sommaire sera donnée en début de cycle.
Évaluation

Travail personnel à la maison à partir d’un sujet donné en cours.
Bibliographie

C. Bustany, N. Géroudet, Rome. Maîtrise de l’espace, maîtrise du pouvoir. De César aux
Antonins
, Paris, 2001.
F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994.
L. Duret et J.-P. Néraudau, Urbanisme et métamorphoses de la Rome antique, Paris, 1983.
J.-Cl. Golvin, Rome antique retrouvée, Paris, 2008.
A. Grandazzi, Les origines de Rome, Paris, 2003.
S. Lefebvre (éd.), Rome, ville et capitale de Jules César à la fin des Antonins, Paris, 2001.

UE 143 : 25h, Semestre 1 (3 ECTS)
HIA0143X : Histoire et anthropologie de la Méditerranée antique : l’aube des missions archéologiques

Jacques Alexandropoulos, Laurent Bricault, Adeline Grand-Clément. Coordination : Jacques Alexandropoulos

Mardi 14h-16h
Contenu

Le cours se propose d’examiner le déroulement et l’impact des premières véritables missions archéologiques menées dans le bassin méditerranéen de la fin du XVIIIe s. au tout début du XXe s., leur perception par les populations des états commanditaires mais aussi leur réception par les populations locales et leur incidence sur les identités nationales en construction. On s’attachera à analyser trois domaines particuliers : l’Égypte dès avant la campagne de Bonaparte de 1798 jusqu’à la redécouverte d’Alexandrie à la fin du XIXe s., le Maghreb du XVIIe au XXe s. et la Grèce des XIXe et XXe s.
Méthode et objectifs

Ce cours d’histoire polyphonique a pour vocation d’être un lieu de réflexion et d’échange vivant et ouvert. Pour préparer chaque séance et participer activement aux réflexions, les étudiants trouveront sur la plate-forme IRIS, au moins une semaine à l’avance, un dossier documentaire préparé par l’intervenant – qui sera éventuellement accompagné de cartes, chronologies et références bibliographiques. L’ensemble devra avoir été consulté et lu avec attention avant la séance. Cela permettra de consacrer du temps aux discussions et échanges, une fois que l’intervenant aura présenté son exposé.
Évaluation

Analyse croisée d’une situation comparable, afférente aux trois espaces géographiques concernés, sous la forme d’un petit dossier.
Éléments de bibliographie
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Littérature grecques iconLittérature et philosophie ? I. Analyse des termes : «littérature»
«littérature» : pratique de la langue qui cherche à attirer l’attention sur sa propre forme. Sensée procurer une émotion d’ordre...

Littérature grecques iconGrand tableau de racines grecques ou latines* (*en italiques) : (à conserver)

Littérature grecques iconChapitre ? : Athènes, première des cités grecques au Ve siècle

Littérature grecques iconCours de littérature de terminale L : année scolaire 2011-2012 «Littérature...
«Littérature et débats d’idées; Littérature et histoire : Mémoires de guerre, Tome III, Le Salut : 1944-1946, (1959), Charles de...

Littérature grecques iconI. De la didactique du français à la didactique de la littérature...
«conception étriquée de la littérature, qui la coupe du monde dans lequel on vit» (T. Todorov) et de donner du sens à la lecture...

Littérature grecques iconI. De la didactique du français à la didactique de la littérature...
«conception étriquée de la littérature, qui la coupe du monde dans lequel on vit» (T. Todorov) et de donner du sens à la lecture...

Littérature grecques iconLittérature et société (1h30)
«littérature et société» a un programme spécifique, structuré autour des Lettres et de l'histoire-géographie. IL est présenté sous...

Littérature grecques iconLa Littérature en péril
«comment» : comment enseigner la littérature à l’école et comment défendre cet enseignement ?

Littérature grecques iconLittérature / France
«L’objet de la littérature n’est plus de raconter des histoires, mais d’essayer d’opérer des saisies de perceptions, des explorations...

Littérature grecques iconLittérature littérature étrangère en langue étrangère (lele)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com