Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance.





télécharger 158.63 Kb.
titreRésumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance.
page1/4
date de publication08.10.2017
taille158.63 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > histoire > Résumé
  1   2   3   4

Bilan critique de cinquante ans d’études sur

le devenir adulte des enfants placés



Isabelle Frechon* et Annick-Camille Dumaret**
* GRASS-CNRS U7022, chercheur associée à l’INED

** CERMES, ingénieur de recherche à l’INSERM U750


Résumé
Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. Plus de trente études françaises et étrangères ont été recensées depuis cinquante ans sur ce thème. Elles reflètent à la fois les évolutions dans les choix des thèmes et dans les options méthodologiques. Ainsi, aux études rétrospectives se sont substituées l’observation prospective et la prise en compte du temps dans l’insertion de cette population, réduisant les erreurs d’interprétation. Sur le plan thématique, le courant de pensée qui mettait en avant les facteurs de risque (délinquance, alcoolisme, reproduction des comportements de placements) a laissé la place à la notion de facteurs de protection (niveau scolaire, activité professionnelle, situation résidentielle, santé, relations avec la famille et l’entourage). Malgré les difficultés de comparaisons, le devenir adulte de ces anciens placés défie les idées reçues en donnant à voir une insertion sociale de plus en plus favorable avec l’âge.
Mots clés : Protection de l’Enfance, placement familial, institutions, devenir adulte, comportements

This article is a methodological and thematic analysis of various studies on adulthood outcome of ex-carer children. Over thirty studies from different disciplines have been listed in France and abroad over the past fifty years. They reflect a change both in themes and in methods. Retrospective studies have been replaced by prospective ones and the observation of social integration over time, thus limiting interpretation errors. Thematically, the tendency to emphasize risk factors (delinquency, alcoholism, intergenerational repetition of child placement) has given way to the enhancement of securing factors (education, occupation, housing situation, health, social support, relationship). Although each case is unique, and  contrary to general belief, the  social integration of former foster children seems to improve with age.
Key words : Child Welfare, foster care, residential care, foster family, adult outcome, behaviour,

Pendant très longtemps en France, le devenir des enfants placés a suscité peu de recherches, ce thème n’ayant été investi qu’à partir des années 80. En revanche, d’autres pays ont commencé à étudier la situation des ex-placés à l’âge adulte dès les années 50, notamment les pays anglo-saxons où le travail social est davantage reconnu comme discipline scientifique. Dans l’ensemble, les recherches sont très hétérogènes quant à la population étudiée, aux évaluations, aux variables observées etc., et la plupart présentent de nombreuses carences méthodologiques et d’imprécisions des résultats. Cette diversité s’explique aussi par l’évolution des politiques sociales et des courants de pensée dans la Protection de l’enfance, de la psychiatrie infantile et des sciences humaines.

Nous présentons ici une synthèse des travaux sociologiques, psychologiques et en sciences de l’éducation sur le devenir à long terme des sujets placés dans leur enfance ou adolescence. Plusieurs banques de données ont été consultées : Medline, Francis, Eric, Pascal, Jstor. Ont été exclus de ce recensement bibliographique des populations particulières comme les jeunes délinquants ou les enfants maltraités - ces derniers font souvent l’objet d’études spécifiques, épidémiologiques ou cliniques - et les études centrées sur la sortie des placements. Les données disponibles concernent essentiellement des jeunes qui étaient encore en placement à l’adolescence ; ceux accueillis très jeunes et/ou ayant quitté les services plus précocement n’ont pas fait l’objet d’études systématiques. Même si certains travaux non publiés (rapports locaux, enquêtes par des services sociaux) ont pu échapper à nos investigations, la liste d’études françaises paraît exhaustive.

Les travaux menés depuis plusieurs décennies montrent une évolution nette des méthodologies et des thèmes retenus. Cet article présente tout d’abord les différentes méthodes mises en œuvre allant d’études rétrospectives axées principalement sur la question de la reproduction à des études prospectives utilisant des méthodes différentes selon les disciplines. Les difficultés de comparaison et leur origine seront également développées. Sera ensuite explorée la question du choix thématique où l’étude des effets des facteurs de risque sur le devenir (courant de pensée de type déficitaire) a cédé le pas à celle de l’impact des facteurs de protection.

Les enfants placés dans le cadre de la Protection de l’enfance et leur devenir ont toujours sensibilisé l’opinion publique. Rappelons qu’ils représentent 0,9% de la population des jeunes de moins de 18 ans [1]. Les « anciens placés », catégorie de population fortement étiquetée, sont, dans les représentations des équipes sociales qui les ont eu en charge, l’objet d’une prédiction qui est souvent celle d’un triste devenir. Cette stigmatisation est relayée par les médias et confortée par des résultats d’enquête dont les méthodes sont largement biaisées.
1. La diversité des méthodes

Les enquêtes intergénérationnelle cherchent à mesurer d’éventuelles difficultés d’adaptation ou une reproduction de comportement de placement d’une génération à une autre. Les enquêtes intragénérationnelles visent à mieux connaître le devenir des enfants ayant vécu une période de placement. Ces deux grandes notions englobent à elles seules une multitude d’études dont les méthodes et les résultats divergent.
1.1. Les enquêtes intergénérationnelles : rétrospectives ou prospectives ?

Le désir de connaître le devenir à l’âge adulte de personnes anciennement placées est sous-tendu par la crainte de l’opinion publique, mais aussi des professionnels, d’une reproduction de la maltraitance, voire du placement, sur les générations à venir.

La méthode rétrospective consiste à repérer si les parents d’un individu placé ont eux-mêmes été placés et/ou maltraités dans leur enfance. La plus simple à utiliser, elle nécessite un faible investissement sur le terrain, se réduit au recueil des informations sur des parents d’enfants actuellement pris en charge. Ainsi en Grande-Bretagne, Quinton et Rutter (T12 ; [2]) ont interviewé 48 familles d’un quartier de Londres ayant un enfant âge de 5 à 8 ans au moment de sa deuxième admission et dont l’un des deux placements a duré au moins 8 mois. En France, Anaut étudie la situation de 34 familles et de leurs 56 enfants au moyen de questionnaires remplis par les travailleurs sociaux pour chaque nouvelle admission d’un enfant à l’ASE (T23 ; [3]). Cependant, si l’auteur précise que « la plupart des fratries comprennent des demi-frères et sœurs ayant des histoires parentales différentes qui ne sauraient être réduites à une analyse unique », aucune pondération n’a été effectuée dans les analyses.

Les résultats de ces travaux - 25% à 30% des mères ont été placées dans leur enfance (T12 ; [Error: Reference source not found]) et même jusqu’à 46% pour les pères (T23 ; [Error: Reference source not found]) - incitent à conclure à une forte reproduction du placement puisque les enquêtes ne portent que sur des familles en difficultés avec leur descendance1. En revanche, les enquêtes prospectives évaluent le taux de reproduction intergénérationnel du placement de 0 à 20% : 0% dans l’étude sur le placement familial de l’Œuvre Grancher (T21 ; [4, 5, 6]) ; 5 à 6% dans l’étude des enfants de l’ASE du Bas-Rhin et de la Côte d’Or (T15,T16 [7, 8]) ; 20% dans l’étude anglaise sur des femmes anciennement placées en institution (T13[9, 10) et dans l’étude de jeunes femmes placées au foyer du Caligo entre 15 et 17 ans (T28 ; [11, 12]).

L’approche prospective examine les effets supposés du placement. Son obstacle majeur consiste à retrouver une population plusieurs décennies après la fin de la prise en charge en l’absence de fichier d’adresses actualisées. L’observation de la reproduction du placement est réalisée le plus souvent lorsque les individus n’ont pas encore dépassé l’âge de 30-40 ans. Afin de pallier cette difficulté, des chercheurs français ont calculé un taux de reproduction en confrontant la liste des noms susceptibles d’être portés par la descendance des sujets de l’échantillon (noms recueillis à partir des copies intégrales d’acte de naissance) aux registres d’admission des enfants à l’ASE (T15bis ; [Error: Reference source not found]). Toutefois, cette méthode ne repère pas les autres types de placement, comme ceux de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), ni les enfants placés dans un autre département que celui de leurs parents. Aussi, les terrains d’enquête sélectionnés étaient les départements ayant de faibles taux d’émigration entre chaque recensement. La reproduction intergénérationnelle du placement n’est plus que de 5,9% dans le département du Bas-Rhin et de 5% dans celui de la Côte d’Or. Cette étude répliquée dans le département de la Nièvre à la même époque présente le même taux (T16 ; [Error: Reference source not found]).

Dans ces études longitudinales, le dénominateur de ces taux de reproduction de comportement de placement est déterminant pour comprendre la variation des résultats. On peut rapporter le nombre d’enfants placés à la population totale d’hommes et de femmes anciens placés ou uniquement à ceux qui sont parents. La composition par sexe de la population initiale influe également sur le taux de reproduction : celui-ci est plus difficilement repérable chez les hommes que chez les femmes (l’homme ayant pu abandonner la mère et l’enfant avant le placement). Les taux varient aussi selon le type de placement (famille d’accueil ou institutions), la durée de la prise en charge (la stabilité diminue les risques ultérieurs) et l’âge des jeunes adultes enquêtés (plus l’âge est élevé, plus le risque d’avoir eu un enfant placé l’est aussi).


1.2. Les études intragénérationnelles

Ces études impliquent un contact direct ou indirect avec une population qui, à un moment donné, a été prise en charge par la protection de l’enfance. Dans certaines enquêtes, ce recueil a été obtenu uniquement auprès de ceux les ayants connus : travailleurs sociaux et/ou parents. Ces données indirectes permettent d’affiner la description des populations étudiées et de diminuer le taux de non réponse, tout du moins sur les variables essentielles ; elles comportent néanmoins la possibilité d’une interprétation différente de celle qu’aurait donnée l’ancien placé lui-même. Les problèmes éthiques (confidentialité et non nocivité du contact) sont l’objet d’une préoccupation commune de l’équipe des chercheurs et des institutionnels, notamment au moment de la prise de contact avec les anciens placés et lors de la publication des résultats.
1.2.1. La population d’étude et le recueil de données

Qu’elles soient d’envergure nationale (T19, T9 ; [13, 14), départementale (T15, T16 [Error: Reference source not found,Error: Reference source not found]) ou locale (T21, T28 [Error: Reference source not found,Error: Reference source not found]), les études nécessitent la collaboration des personnes qui se sont directement occupées de ces jeunes (familles d’accueil, les éducateurs en institutions…) pour retrouver un maximum de sujets et obtenir des informations complémentaires.

La majorité des études se fonde sur un recueil direct d’informations par le biais d’entretiens ou de questionnaires ; à l’inverse, d’autres sont mises en place uniquement à partir de registres ou de dossiers administratifs et sans jamais rencontrer les individus concernés. La relative facilité d’application permet la mise sur pied d’études à grande échelle voire longitudinales. C’est le cas de l’étude suédoise réalisée par Bohman et Sigvardsson [15] à partir des registres d’abandon à la naissance d’une cohorte de garçons (T4). De la même manière, Kraus en Australie [16] a étudié la relation entre durée, stabilité des placements en famille d’accueil et activité criminelle adulte parmi 491 anciens placés, l’observation couvrant les dix dernières années après leur sortie à 18 ans (T7, [Error: Reference source not found]). Néanmoins, ce type d’étude induit une information réductrice, limitée à quelques variables (délinquance, alcoolisme, quotient intellectuel...).
Les terrains d’étude ont une ampleur variable allant d’un service institutionnel à des associations regroupant plusieurs types de placements, jusqu’au niveau national. Les travaux scientifiques utilisent des techniques d’échantillonnage reposant sur une connaissance de la population exhaustive. Au niveau institutionnel, la base de sondage utilise des données administratives issues des dossiers archivés. En revanche à un niveau plus élevé, en ce qui concerne la France, les travaux présentent des carences de sources statistiques précises ; la Protection de l’enfance étant un champ mal observé statistiquement, les sources chiffrées de l’ASE et de la PJJ ne permettent pas l’appariement nécessaire pour la constitution d’une base de sondage valide [Error: Reference source not found,17]. Lorsque la population étudiée ne dépend que d’une des deux instances comme l’étude sur les enfants de l’ASE des départements du Bas-Rhin et de la Côte d’Or, constituer la base de sondage est possible. A l’inverse, l’équipe du CREDOC qui souhaitait observer à la fois les jeunes ASE et PJJ a constitué son échantillon sur une liste de 500 personnes à partir des fichiers de ces deux institutions (T19, [Error: Reference source not found]). Les jeunes confiés par le Juge des enfants à l’ASE ont alors une probabilité plus forte d’être enquêtés, ce qui aurait nécessité de pondérer les résultats obtenus.

Pour mieux délimiter les échantillons, des critères de sélection ont pu être ajouté : restriction en fonction du type de placement, de l’âge d’admission, de la durée de placement, de la durée écoulée depuis la fin de prise en charge, de l’âge de sortie des prises en charge. Concernant ce dernier critère, les études locales portent le plus souvent sur des sujets encore placés à l’adolescence, ceux sortis de façon précoce deviennent introuvables. Comme l’indique l’étude menée à l’Œuvre Grancher, l’âge moyen de sortie des familles d’accueil était de 17 ans pour les 45 sujets rencontrés (recueil direct de données), de 15 ans pour les 19 non interviewés (recueil indirect de données), alors que les perdus de vue avaient en moyenne 10 ans à la sortie du placement (T21, [Error: Reference source not found]). La base de sondage peut également être utile dans la comparaison répondants / non-répondants. En effet, la quasi-totalité des enquêtes repose sur un échantillon d’anciens qui ont été retrouvés et non pas sur l’échantillon initial constitué par tirage aléatoire.

Quel que soit le niveau d’observation, ces échantillons sont constitués d’effectifs très variables. Le choix du matériau va de l’entretien non directif au questionnaire fermé ; le plus souvent, les approches quantitative et qualitative sont conjuguées, avec une dominante de l’une ou l’autre. L’approche qualitative peut servir d’illustrations pour des recherches plus importantes par questionnaires (T8, T19, T25, T28 ; [18,Error: Reference source not found,19,Error: Reference source not found). Des études uniquement qualitatives - toutes menées par des cliniciens - portent moins sur le devenir que sur des thèmes spécifiques : le syndrome de l’enfant placé (T6 ; [20]) ; les réussites de placements (T18 ; [21]) ; les relations familiales à l’âge adulte pour des anciens placés en famille d’accueil (T24 ; [22) ; les traumatismes et souffrances de l’enfant placé (T26 ; [23]). Les travaux sans prétention scientifique utilisent les entretiens à titre de témoignages (T14, T22 [24, 25]) ; à l’inverse, des chercheurs ont sélectionné leur population d’étude à partir d’une base de sondage, ce qui leur permet alors d’analyser les entretiens semi-directifs à la fois de façon qualitative et quantitative (T11, T21 ; [26, Error: Reference source not found]).
1.2.2. Le type d’enquête : longitudinale, catamnestique ou biographique

La méthode longitudinale demande plusieurs vagues d’enquête, lesquelles s’effectuent sur la période de placement. La méthode catamnestique consiste à retrouver plusieurs années après une population qui a vécu le même événement, en l’occurrence un placement, au cours d’une période déterminée. Le plus souvent, une étude sur dossiers archivés par l’institution a été effectuée pour définir la population de départ et une enquête par questionnaires et/ou par entretiens permet de mieux comprendre leur situation au moment de l’enquête. Les données des dossiers et de l’enquête transversale sont alors confrontées. Enfin la méthode biographique ressemble à l’enquête catamnestique dans le sens où existe également une étude sur dossiers archivés et que l’on recherche la population plusieurs années après. Ce qui change est l’introduction dans le questionnaire d’une fiche de type âge-événements permettant de reconstituer systématiquement le parcours de ces individus.
Figure 1 : Comparaison des trois méthodes prospectives mises en oeuvre dans les études sur le devenir d’enfants placés
Quatre études longitudinales ont été menées par trois chercheurs issus du champ de la psychologie et de la psychiatrie, le dernier étant issu des sciences sociales.

En Suède, Bohman et Sigvardsson (T4 ; [Error: Reference source not found]) ont suivi 329 garçons qui avaient été enregistrés pour adoption au moment de leur naissance en 1956-57 : 118 étaient finalement retournés dans leur famille, autant avaient vécu en famille d’accueil, les 93 autres en familles adoptives. Démarrées lors de la grossesse de leur mère, les vagues d’enquêtes ont eu lieu à différentes périodes de vie de ces derniers. Les auteurs s’intéressent plus particulièrement au devenir à 18 ans (à l’aide des dossiers militaires) et à 22-23 ans (registres de criminalité et d’abus d’alcool). Plus modeste est l’étude d’Andersson (T30 ; [27]) menée auprès de 26 enfants admis en foyer avant l’âge de 4 ans. Ces enfants ont été réévalués au cours de plusieurs vagues : avant 10 mois ; de 5 à 10 ans, de 15 à 20 ans après leur première admission, la dernière étant 20 ans après.

En Grande-Bretagne, au début des années 1970, le suivi par l’équipe de Rutter de 717 enfants, en placement dans deux foyers de Londres en 1964, constitue la banque de données dont plusieurs études seront issues. Les deux principales études sur le devenir portent sur cette population, restreinte à tous les sujets définis comme « blancs » dans l’étude originale et âgés de 21 à 27 ans. Parmi les 94 femmes sélectionnées, 81 entretiens ont pu être réalisés avec les « ex-placées » (T13 ; [Error: Reference source not found]). Dans l’échantillon masculin, 91 hommes sur 123 ont été interviewés (T17 ; [28]). Leur devenir a été mis en parallèle avec leur comportement évalué antérieurement lors de placements.

La « National Child Development Study » (NCDS) représente la première base de données longitudinale britannique qui sera utilisée dans de nombreux travaux recouvrant plusieurs disciplines. L’effectif initial est de 17 414 personnes, nées la première semaine de mars 1958. Cinq vagues d’enquêtes ont eu lieu entre 1965 et 1991 lorsque ces individus avaient 7 ans, 11 ans, 16 ans, 23 ans et 33 ans. L’une des variables a permis aux chercheurs de constituer un échantillon important de sujets ayant connu au moins une prise en charge (en famille d’accueil, en institution ou en milieu ouvert). Seules les dernières vagues d’enquêtes (1981, 1991) ont été retenues : 354 jeunes de 23 ans et 251 de 33 ans pour l’étude sur l’insertion professionnelle (T20 ; [29]), effectifs réduits à 66 sujets à 23 ans et 38 sujets à 33 ans pour l’étude sur la santé à l’âge adulte (T20bis ; [30]). D’autres variables permettent de distinguer plus précisément les âges d’entrée et de sortie du système de prise en charge, mais elles se limitent à l’âge 11 ans et comme le soulignent les chercheurs, les données de NCDS ne permettent pas de repérer ceux qui ont continué à bénéficier d’une mesure de protection. Actuellement, en France, il n’existe pas d’équivalent à cette cohorte. Un projet viendra très probablement pallier cette carence : l’étude longitudinale française depuis l’enfance (ELFE) devrait débuter en 2009 sur 20 000 naissances. Ce projet mené conjointement par l’INED, l’INSERM, l’INSEE et l’INVS devrait repérer dans la cohorte les enfants pris en charge par la Protection de l’enfance.

Pour contrer les critiques de la méthode rétrospective, le choix s’est porté sur des études prospectives dans le passé ou études prospectives historiques, nommées également catch up study en Grande-Bretagne. Ainsi, l’approche camnestique a été utilisée en France dans les travaux sur l’adoption à partir de 1974, et généralisée à la suite du premier colloque international en France sur la question de l’enfant placé en 1989. On peut souligner cependant que la méthodologie catamnestique avait déjà été utilisée dans la thèse de Sawras [Error: Reference source not found], mais n’a pu servir de modèle, n’ayant fait l’objet d’aucune publication. Parmi 326 jeunes placés entre 1974 et 1979, l’auteur a sélectionné 108 garçons de plus de 24 ans et étudié 50 d’entre eux à partir de questionnaires standardisés, d’extraits de casiers judiciaires ; 40 d’entre eux ont été interviewés.

A mi-chemin entre ces méthodes, l’approche biographique commence à se développer dans ce type d’enquête. Elle permet d’une part, de dépasser les limites de l’approche longitudinale dont les pertes de sujets entre les vagues d’enquêtes sur une population particulièrement mobile mettent en péril la validité scientifique des résultats. D’autre part, elle apporte une nouvelle compréhension du devenir des « ex-placés » par l’analyse de leurs trajectoires. Jusqu’à présent, elle a rarement été utilisée, l’apparition des premières enquêtes biographiques datant du milieu des années 1970 mais n’ayant trouvé son développement qu’à partir des années 1990 [31]. Par ailleurs, les études biographiques font appel à la mémoire, ce qui pose la question de la fiabilité des souvenirs notamment chez les « ex-placés » qui, compte tenu de leur passé, pourraient connaître plus de difficultés dans la reconstitution temporelle de leur histoire, crainte qui n’a jamais été vérifiée. En effet, les études qualitatives montrent la capacité des anciens placés à élaborer leur histoire [Error: Reference source not found]. En outre, d’autres travaux biographiques en population générale, comme « l’enquête triple biographie-bis » dans laquelle l’auteur faisait l’hypothèse d’une meilleure mémoire des cadres par rapport aux ouvriers, il a été montré que les différences sont peu significatives [32].

Deux études à ce jour ont utilisé la méthode biographique. L’étude sur le foyer Caligo (T28 ; [Error: Reference source not found,Error: Reference source not found]) a permis de reconstituer, 116 trajectoires institutionnelles et familiales entre la naissance et l’arrivée en foyer des jeunes femmes, ainsi que 68 trajectoires domestiques professionnelles et résidentielles depuis la sortie du foyer jusqu’à l’enquête. Cette approche biographique s’inscrit dans le contexte du passage à l’âge adulte, la décohabitation juvénile se traduisant ici par la fin de prise en charge. Dans la même lignée, l’étude menée par le CNFE-PJJ (T31 ; [33]) cherche à capitaliser les résultats en passant un questionnaire commun à plusieurs services prenant en charge des jeunes jusqu’à 21 ans. L’étude, qui devrait être étendue à d’autres services de protection de la PJJ, n’a été actuellement menée que dans un service d’hébergement d’adolescents autonomes : 37 trajectoires d’insertion ont pu être reconstituées.
  1   2   3   4

similaire:

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé : Cet article propose une analyse comparative des transformations...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé Cet article suggère de replacer l’analyse des inégalités sociales...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé : Cet article propose une synthèse des recherches empiriques...
«amoncellement plutôt disjoint»1 et l’objet de cet article est d’en proposer une synthèse. Nous dressons le bilan de ces contributions,...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé : Cet article propose une réflexion sociologique sur les «violences urbaines»
«mauvaise éducation» des familles est une cause majeure de la délinquance des enfants. IL serait donc sage de s’abstenir provisoirement...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé : Basé sur un échantillon large de huit pays, cet article...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRÉsumé. Cet article se propose de tirer un bilan d’étape sur les...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconChargé·e d’enquêtes et d’études sur l’aide sociale à l’enfance et...
«Collectivités locales» (bcl) de la sous-direction «Observation de la solidarité» à la Direction de la recherche, des études, de...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé Cet article montre que les résultats des études menées sur...
«l’économie de l’information». Enfin, et dans une troisième partie, nous montrons que les résultats des études empiriques sont sensibles...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé Comment rendre accessible à un public non formé les documents...

Résumé Cet article propose une analyse méthodologique et thématique des études sur le devenir adulte d’anciens placés dans le cadre de la Protection de l’enfance. iconRésumé Le but de cet article est d’apporter une contribution originale...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com