L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable





télécharger 14.95 Kb.
titreL’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable
date de publication01.03.2018
taille14.95 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > finances > Documentos
L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable

Dans de nombreux pays où les femmes sont victimes de la pauvreté, les gouvernements ont compris que les femmes sont aussi les principaux agents de la lutte contre la pauvreté, et qu’elles sont des actrices du développement social lorsqu’on leur en donne les moyens.

Outre l’éducation et la formation élémentaire des femmes, des stratégies d’autonomisation ont ainsi été développées, souvent avec l’aide d’ONG internationales, afin de promouvoir l’esprit d’entreprise parmi les femmes et de les aider à bénéficier de provisions de crédits.

Lors de ce Forum de l’UNESCO, l’intervention de la Présidente du Soroptimist International (SI), a permis aux nombreux participants de connaître par exemple les dispositifs de mentorat ou de microcrédits développés par cette ONG, dont l’un des objectifs est de promouvoir l’autonomisation et le leadership des femmes dans le monde entier.

D’autres exemples d’activités ayant bénéficié de microcrédits ont été illustrés par le Représentant de la Fondation du Groupe industriel BEL, « Sharing Cities », véritable plateforme de développement pour les nouveaux circuits de distribution dans l'économie non formelle, accompagnant les vendeuses de rue dans les pays émergents.

Tous les témoignages recueillis lors de ce Forum, montrent qu’en utilisant les gains issus de ces microcrédits, les femmes contribuent d’abord au bien-être de leur famille et donc au développement de l’économie. Dans certains pays en voie de développement, les femmes se regroupent aussi en Associations pour épargner collectivement et autofinancer leurs activités.

La Présidente de Make Mothers Matter/Mouvement Mondial des Mères (MMM) a aussi fait partager les priorités de son ONG qui veut porter les voix des mères auprès des décideurs et de l’opinion publique. MMM intervient régulièrement dans les instances internationales sur les questions relatives à la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle, et sur la reconnaissance du travail familial non rémunéré qu’effectuent les mères de famille pour élever leurs enfants. Sa « Charte de la Mère » rappelle que la mère est le premier artisan de l’histoire humaine, et qu’elle influence fondamentalement la vie familiale, économique, sociale et civique.

L’union Mondiale des Organisations Féminines Catholiques (UMOFC) a également apporté de nombreux témoignages sur les actions menées par une trentaine d’ONG réparties dans plusieurs pays d’Afrique. Ces ONG partent du constat que dans leurs pays, les femmes ont un niveau faible de formation secondaire, supérieure et professionnelle. Il en résulte un fort taux de pauvreté structuré par un cadre juridique contraignant, avec de forts points de discrimination relatifs aux droits personnels des femmes dans la vie conjugale, familiale, professionnelle, mais aussi concernant les droits de succession. L’UMOFC s’implique ainsi dans de nombreuses actions pour répondre favorablement aux engagements émis à l’article 18 de l’Assemblée générale des Nations Unies : « éliminer la pauvreté, transformer nos vies et protéger la planète », en visant 3 objectifs :

  • Développer les connaissances et transmettre les savoirs, en renforçant les méthodes d’éducation, de formation et d’apprentissage, afin de faire les femmes prendre conscience de l’importance de leur droit à la dignité et à leur autonomisation économique ;

  • Soutenir le leadership des femmes, en développant des dispositifs d’accompagnement des carrières et de mentorat, afin de les aider à devenir actrices du changement notamment au sein des instances décisionnelles de leurs pays ;

  • Promouvoir la participation des femmes dans la définition des politiques de santé.

D’autres programmes de lutte contre la pauvreté des femmes et de renforcement de l’aptitude des femmes à la création d’activités adaptées à leur savoir-faire, en tenant compte des spécificités de leurs régions, ont également été évoqués par des représentantes du Conseil International des Femmes (CIF), dont fait partie l’Union Nationale des Femmes Marocaines (UNFM). L’UNFM s’est attachée à décrire l’expérience mise en œuvre sous l’appellation « Activités génératrices de revenus » qui permet par exemple aux femmes marocaines vivant en milieu rural de créer des coopératives d’élevage (ovins, caprins, aviculture, apiculture…), et d’améliorer ainsi le niveau de vie de leur famille, de réduire la pauvreté, la vulnérabilité, la précarité et l’exclusion de certains groupes de femmes (surtout les veuves et les divorcées).

Un témoignage intéressant de femmes actrices du changement a également été apporté par l’Association « Femmes au-delà des Mers » (FAM). En offrant une synergie de savoirs et d’expertises multiculturelles issues de femmes originaires de l’Outre-mer, cette Association crée des outils pédagogiques et mémoriaux au service de la lutte contre la pauvreté et contre la discrimination, afin d’inverser le regard sur les populations ultramarines. Elle participe aussi à l’éducation informelle et à la transmission du patrimoine culturel immatériel. Le volet « Portraits de femmes » de son Programme « Mémoires et Patrimoines » renforce ainsi la visibilité de certaines femmes qui rayonnent, et qui souhaitent témoigner de leurs parcours, valoriser leurs actions et partager leur réussite, pour susciter de nouvelles vocations : des « femmes-ressources » qui font référence dans leurs domaines d’activités, et aussi des « femmes porteuses de projet » qui contribuent à développer leurs territoires grâce à leur investissement personnel et à leur créativité.

La Présidente de « Women for Water Partnership (WfWP) », qui est aussi Past-Présidente de la Fédération Européenne du Soroptimist International, a ensuite mis l’accent sur le rôle essentiel des femmes comme agents de changement dans le développement durable, notamment dans le secteur de l'eau. WfWP favorise l'accès égal et équitable à l'eau pour les femmes et les hommes. Depuis plusieurs années, cette ONG s’engage à créer un Fonds dédié à « Femmes et Eau, source de vie », qui sert à cofinancer et à mobiliser des ressources afin de renforcer les compétences, les précieuses connaissances et les contributions des femmes dans la gestion de l'eau. Deux récentes publications de WfWP présentent l’importance et les avantages d’inclusion des femmes dans les initiatives de conception et d’exploitation des installations, de bonne utilisation et de gestion de l’eau, mais aussi les leçons apprises et les défis à relever.

Un autre témoignage de femmes qui s’engagent pour l’accès à l’eau et à son traitement, a été apporté par la Présidente de H.E.R.A Transcontinentale qui est aussi l’ambassadrice de l’ACWF (Fédération des Femmes de Chine). Sur le plateau de lœss en Chine, les femmes du village de Nangou ont décidé de sauver leur région de la sécheresse et de la famine : elles ont remis en service des stations de pompage pour monter l’eau du fleuve dans des réservoirs et la guider par des canaux vers des milliers de pieds de vigne. Elles ont ensuite construit des réservoirs équipés de filtres à boue pour recueillir l’eau de pluie et distribuer l’eau devant chaque maison de leur village.

Le Projet « Femmes éducatrices de paix » de l’Association KOZ KAZAH, partenaire de l’ONG NEW HUMANITY, a aussi mis en lumière des femmes égyptiennes qui animent des ateliers de cuisine et de fabrication de paniers en osier, ce qui fournit à de nombreuses femmes se trouvant dans une extrême pauvreté de prendre en mains leur propre destin et celui de leurs proches. Ce programme comprend aussi une formation aux droits et devoirs dans la société, un parcours d’éducation sanitaire et sociale, des activités culturelles et artistiques, ainsi qu’une formation sur les techniques innovantes d’impression écologique.

Suite aux nombreux échanges avec la salle, il ressort que les femmes sont touchées de façon spécifique par la raréfaction des ressources naturelles et par les catastrophes, alors qu’elles consomment en moyenne moins d’énergie et que leur empreinte écologique est moindre, particulièrement dans les pays les plus pauvres.

Chaque fois qu’elles acquièrent une certaine autonomisation, les femmes apportent une contribution essentielle au développement durable. Elles s’impliquent dans les démarches atténuant les impacts du changement climatique et, du fait de leurs pratiques associatives, elles jouent un rôle particulièrement important de préservation de la biodiversité, dans le domaine agricole, une bonne alimentation, comme dans la gouvernance territoriale souvent informelle et dans l’organisation des services publics (aménagements urbains, gestion des ressources naturelles, des déchets, de l’assainissement, et du développement d’une économie solidaire locale…).

Evelyne PARA

Représentante du Soroptimist International à l’UNESCO

Gouverneur 2013-2015 de l’Union Française du SI

similaire:

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconRésolution du Parlement européen du 29 septembre 2011 sur l'élaboration...
«l'économie verte dans le cadre du développement durable et de l'élimination de la pauvreté» et «le cadre institutionnel du développement...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconInitiatives solidaires de femmes : une contribution essentielle à une autre économie

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconDeveloppement durable
«De l'écodéveloppement au développement durable» de la semaine 1 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconDeveloppement durable
«De l'écodéveloppement au développement durable» de la semaine 1 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconChapitre 3 Aménagement Numérique, Attractivité des Territoires et Développement Durable
«Nouvelle Economie», mort-née avec l’éclatement de la «bulle Internet», à l’apparition de la «fracture numérique» puis à sa résorption...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconProgramme Think tank européen Pour la Solidarité Conférences «Construction...
«Politique fédérale Développement Durable et Construction/rénovation» et remise des Energy Award, Els Van Weert, Secrétaire d’Etat...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconLe développement durable vu par les économistes : durabilité faible ou durabilité forte ?
«Économie» de la semaine 2 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre du terme;...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconProcessus de création de start-up, organisation, autonomisation et niveaux de spatialité
«autonomisation». L’autre consiste dans la création d’entreprises de réparation-maintenance de bateaux de Grande plaisance sur le...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconForum asiatique des parlementaires sur la population et le développement (afppd)
«une société où brillent les femmes», dans le but d’intensifier les efforts de tous les pays pour pendre des mesures visant à éliminer...

L’autonomisation des femmes, contribution à l’économie et au développement durable iconDroits des Entreprises et développement durable
«soft law», saisir les opportunités du développement durable en France et à l’international sous le prisme du droit des contrats...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com