Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry





télécharger 57.18 Kb.
titreCours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry
date de publication15.12.2016
taille57.18 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > économie > Cours
INTRODUCTION GENERALE A L’ECONOMIE


Dossiers de Travaux Dirigés

Première partie
Dossier de TD n° 2

Le circuit macroéconomique


Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry

Année universitaire 2011-2012

Introduction Générale à l’Economie

Objectifs
L’objectif de ce cours introductif est d’initier les étudiants au raisonnement économique en montrant – et en discutant - sa capacité à éclairer les grands problèmes économiques du monde contemporain (croissance, développement, chômage, déséquilibres, inégalités... ) et à inspirer des politiques correctrices. Le cours pose les bases de l’analyse économique, tant micro que macroéconomique, en les illustrant par des exemples concrets et des données statistiques. Il vise aussi à familiariser les étudiants avec les méthodes de l’analyse économique moderne et notamment avec l’usage des modèles.
Thèmes
Entreprises et ménages. Epargne, investissement et marché financier. Les échanges internationaux. Le rôle de l’Etat. Comparaisons internationales.
Offre et demande. Gains de l’échange et analyses de surplus. Impôts, rigidités et rationnements.
La concurrence parfaite et l’efficacité du marché. La concurrence imparfaite : monopole, oligopoles et cartels. Marché et organisations : information, coûts de transaction, contrats.
La macroéconomie avant Keynes : la théorie classique de l’ajustement par les prix. La théorie keynésienne : demande effective et multiplicateur.

Références bibliographiques
Ouvrages généraux d'introduction
Abraham-Frois G. Economie Politique, Economica.

Mankiw N. G. Principes de l’Economie, Economica 1998.

Samuelson P. A. et Nordhaus W. D. L'Economie, Economica

Stiglitz J. E., Walsh C. E., Lafay J.-D. Principes d'Economie Moderne, De Boeck

Données statistiques
L’Economie française : comptes et dossiers, INSEE.

Tableaux de l’Economie Française, INSEE.

L'Economie française OFCE, Collection Repères, La Découverte.

L'Economie mondiale CEPII, Collection Repères, La Découverte.
Sites : INSEE, Eurostat, OCDE, Banque Mondiale

Pour référence uniquement
Phelps E. Economie Politique, Fayard.

Picard P. Eléments de Microéconomie, Montchrestien.

Pindyck R. S., Rubinfeld D. L. et Sollogoub M. , Microéconomie, Pearson.

Rotillon G. Introduction à la microéconomie, Collection Repères, La Découverte.

Varian H.R. Introduction à l'analyse microéconomique, De Boeck.

Burda M. et C. Wyplosz, Macroéconomie, une perspective européenne, De Boeck.

Blanchard O. et D. Cohen Macroéconomie, Pearson.

Kempf H. Macroéconomie, Dalloz.

Akerlof G. et R. Shiller, Les esprits animaux, Pearson.

Levitt S. et S. J. Dubner, Freakonomics, Folio Actuel (Poche), Gallimard.

Presse
Pages économiques des quotidiens

The Economist

Alternatives Economiques

Problèmes Economiques
TD 2 Le circuit macroéconomique


Partie 1 : exercice sur le circuit économique.

Partie 2 : l’économie française depuis 1950 en quelques tableaux.

Partie 3 : le rôle économique de l’Etat.


Partie 1 : exercice sur le circuit économique


  1. Le circuit en économie fermée

On considère le circuit représenté sur le schéma ci-dessous.



On suppose

Déterminez les valeurs des autres agrégats, y compris celui représenté par un point d'interrogation. Comment s'interprète ce dernier ?

Ecrivez et interprétez les égalités comptables correspondant aux différents "noeuds" du circuit.
2) Le circuit et l'autofinancement

On reste en économie fermée mais on introduit l’autofinancement Aut, l’épargne des ménages , la masse salariale Sal et les dividendes distribués Div.

Représentez graphiquement le nouveau circuit.

On suppose



Calculez les valeurs des autres postes. A quoi est égal le produit national Y ? Donnez deux décompositions de Y et interprétez-les. Quels sont les profits réalisés dans l'économie ? Quelle est l'épargne totale dans l'économie ? Quel est le taux d'autofinancement ?

3) Le circuit en économie ouverte.

On considère le circuit ci-dessous

On connaît les grandeurs suivantes :



Déterminez les valeurs des autres agrégats et portez-les sur le schéma. Quels sont les montants du solde budgétaire, de la balance commerciale, de l'épargne macroéconomique et du solde épargne-investissement. Interprétez ces résultats. Diriez-vous que le pays vit au-dessus de ces moyens ? Une telle situation est-elle durable ? Est-elle condamnable ?




Partie 2 : l’économie française depuis 1950 en quelques tableaux.












Questions :


  • Par combien a été multiplié le PIB français (en volume) entre 1950 et 2009 ? Et la consommation des ménages ? Que peut-on en conclure ?




  • Comment ont évolué les taux d’épargne des ménages (rapport entre l’épargne des ménages et leur revenu disponible après impôts) français et américain sur longue période ? Que peut-on en déduire dans le cas français ? Proposez une explication à la baisse observée du taux d’épargne des ménages français dans les années 1980. Que dire du taux d’épargne actuel des ménages français ? Et des ménages américains ?




  • Décrivez les évolutions du taux d’investissement des sociétés non financières françaises depuis 1970. Peut-on établir, à votre avis, une corrélation avec les cycles de conjoncture de l’économie française ?




  • Comparez les évolutions des taux d’importation et d’exportation françaises depuis 1950. Proposez une explication à l’augmentation des deux courbes survenue dès le milieu des années 1960.




  • Comparez les taux de chômage français et américain depuis le milieu des années 1970 : quelle est selon vous la principale différence entre les évolutions observées dans ces deux pays au cours de cette période ? Comparez l’incidence qu’a eue la crise des subprimes sur le chômage dans ces deux pays depuis le début de l’année 2008.

Partie 3 : le rôle économique de l’Etat


  • 1) Fiche thématique Le rôle économique de l’Etat, tiré du site Internet « Vie publique ».

  • 2) Texte d’Antoine d’Autume, « Les politiques économiques ». Dictionnaire de l'économie. Editions Encyclopaedia Universalis & Albin Michel, décembre 2007.



Questions :


  • Quels sont les trois principaux facteurs permettant de justifier l’intervention économique de l’Etat ?

  • Quand et pourquoi les politiques de régulation conjoncturelle et le développement de l’Etat Providence ont-ils été critiqués ?

  • Expliquez la distinction entre politique conjoncturelle et politique structurelle de l’Etat.

  • Quelle place tiennent désormais ces deux types de politique économique dans l’action des états (des pays industrialisés). En quoi la crise actuelle a-t-elle pu modifier leur importance respective dans la politique économique ?


1. Le rôle économique de l’État
Texte extrait du site Internet « Vie Publique » (mise à jour : mai 2006)

Le rôle de l’État, c’est-à-dire l’ensemble des collectivités publiques nationales, dans l’économie d’un pays fait depuis longtemps l’objet de controverses entre économistes, selon qu’ils sont plutôt favorables à un État neutre ou, au contraire, à un État interventionniste, fortement impliqué dans les sphères économique et sociale.
Au début du XIXe siècle, en réaction à l’absolutisme royal, les économistes libéraux dits "classiques", comme Adam Smith, ne prêtaient à l’État, pour l’essentiel, que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice). Le marché tendant naturellement à s’autoréguler, le "laisser-faire, laisser-passer", sous l’égide d’un État protecteur de la libre concurrence, et donc la suppression des barrières aux échanges et à la libre concurrence, devaient conduire à une répartition optimale des ressources.
Cependant, les développements de la science économique, les mutations des économies de marché, et les événements marquants du XXe siècle ont progressivement confié de nouveaux rôles à l’État.
En premier lieu, le rôle de "gendarme des marchés" de l’État s’est étendu dès la seconde moitié du XIXe siècle. Le souci de promouvoir une concurrence équitable et d’éviter une concentration excessive des activités économiques, puis de protéger l’information et la liberté de choix des consommateurs expliquent la mise en place des premières lois anti-trust aux États-Unis en 1890 et 1914. Les économistes néoclassiques justifient théoriquement cette extension du rôle économique de l’État de la manière suivante : en bon gendarme, l’État doit intervenir pour créer, puis faire respecter les conditions d’une concurrence pure et parfaite (libre entreprise, liberté de déplacement du capital et du travail, transparence de l’information, comparabilité des produits et présence de suffisamment de producteurs et d’acheteurs sur chaque marché pour que les prix s’imposent aux agents économiques, ce qui suppose notamment l’absence de monopole).
Par ailleurs, les développements de la micro-économie, suggérèrent un accroissement du rôle de l’État. Ainsi, avant la Première Guerre mondiale, les économistes de l’Ecole du bien-être, comme Alfred Marshall (1842-1924) et Cecil Pigou (1877-1959), ont considéré que l’État devait intervenir, par le biais de taxes, de subventions ou de réglementations, en présence d’effets ("externalités") négatifs comme la pollution, ou positifs comme la recherche. Mais aussi, que l’État devait financer par l’impôt certains biens ou services, comme les "biens publics" tels que l’éclairage des rues, qui ne pourraient être spontanément produits par le marché.
En second lieu, l’expérience de la crise de 1929, a donné un écho particulier aux analyses de John Maynard Keynes (1883-1946). D’après lui, les mécanismes d’auto-ajustement du marché ne conduisent pas forcément à une allocation optimale des ressources. Ainsi, dans des économies caractérisées par la rigidité des prix et par l’incertitude, le seul fonctionnement des marchés peut, sous l’effet des anticipations pessimistes des consommateurs et des entreprises, conduire durablement à un chômage élevé. Il incombe alors à l’État de soutenir la croissance, stimuler l’économie afin de parvenir au plein-emploi, notamment par des politiques conjoncturelles de relance de la demande et en engageant des dépenses publiques supplémentaires.
Après la Seconde Guerre mondiale, l’État s’est transformé à partir des ordonnances d’octobre 1945 fondant la Sécurité sociale en France en un "État-Providence" protégeant contre les grands "risques" de la vie (chômage, maladie, vieillesse) et redistribuant les revenus au profit des familles et des plus pauvres. L’État avait cependant répondu, dès la fin du XIXe siècle, à une aspiration au progrès social, en intervenant, en tant qu’"instituteur du social" (P. Rosanvallon), dans les rapports sociaux (cf. la loi de 1889 sur les accidents du travail).
L’État s’est également vu reconnaître en France à partir de 1945, compte tenu des coûts d’acquisition de l’information pour les entreprises, et de la réticence des banques comme des entreprises à engager des investissements à long terme, un rôle de planification et de "grand ordonnateur de la croissance" (P. Rosanvallon).
L’État est donc ainsi devenu un producteur, au travers notamment des entreprises publiques, l’employeur de plus d’un quart des salariés et un consommateur important, via les marchés publics, dans le cadre de missions que Richard Musgrave a rassemblé en 1959 en trois grandes "fonctions" : allocation des ressources, stabilisation de l’économie et redistribution.
À partir des années 1970, l’État-providence entre en crise et le rôle économique de l’État connaît une triple inflexion :


  • en premier lieu, la légitimité de l’action de l’État a été remise en cause, notamment par les économistes de l’École des choix publics, qui ont montré que l’action publique répondait parfois davantage aux intérêts électoraux ou personnels des décideurs publics (responsables politiques, fonctionnaires) qu’à l’intérêt général ;

  • en second lieu, l’efficacité de l’action de l’État a été contestée tant à l’échelle macroéconomique (ralentissement de la croissance à partir de 1973, puis difficultés de la Sécurité sociale), qu’à l’échelle microéconomique (gestion des entreprises publiques et de ses ressources humaines) ;

  • enfin, la "mondialisation", la construction européenne et les impératifs de modernisation de l’économie ont conduit l’État à renoncer à certains de ses instruments, comme le contrôle des changes, le blocage des prix ou l’encadrement du crédit, tandis que d’autres étaient confiés à des institutions supranationales (l’Union européenne, la Banque centrale européenne, l’organisation mondiale du commerce) ou à des autorités administratives indépendantes.


En dépit de ces multiples remises en cause, les attentes à l’égard de l’État n’ont pas diminué.
Les citoyens-consommateurs demandent ainsi de plus en plus à l’État de la "rassurance", c’est-à-dire de les rassurer et, le cas échéant, de les assurer contre des risques qui étaient autrefois largement perçus comme des fatalités (ex : catastrophes climatiques ou aléas thérapeutiques) et surtout contre les nouveaux risques issus du développement industriel (pollutions, contaminations alimentaires, etc.).
Confrontés à un environnement complexe et en mutation rapide, les agents économiques privés (ménages, entreprises) attendent aussi, plus généralement de l’État, qu’il soit "réducteur d’incertitudes", c’est-à-dire qu’il soit un "État stratège", chargé de la préparation de l’avenir. Pour cela, il doit financer des dépenses comme l’éducation, mais également exercer un rôle de veille, d’évaluation et de prospective. Un État "stratège" doit aussi coordonner des initiatives privées, via par exemple leur mise en réseaux, un discours mobilisateur en faveur de projets stratégiques, comme le fut la diffusion d’Internet, ou la tentative de construction de "pactes sociaux".

2. Les politiques économiques
Antoine d’Autume, « Les politiques économiques », in Dictionnaire de l'économie. Editions Encyclopaedia Universalis & Albin Michel, décembre 2007.

Les économies modernes sont des économies de marché. Le marché constitue un formidable moteur de l'activité économique, et l'expérience du XXème siècle –en Europe de l'Est ou ailleurs– a montré combien il était difficile de s'en passer. Ses défauts sont non moins visibles. Son extension au monde entier semble loin de profiter à tous. Il peut laisser inemployées des forces productives ou au contraire les gaspiller. Il détruit souvent autant qu’il ne crée, qu’il s’agisse de l’environnement, de capacités de production ou de modes de vie antérieurs.

Pourtant les forces du marché, si puissantes soient-elles, ne sont pas livrées à elles-mêmes. La société peut les encadrer, les infléchir ou les compléter. Les choix politiques n'ont donc pas disparu du champ de l'économie. Ils s'expriment à travers la politique économique, qui désigne l'ensemble des décisions et des actions entreprises par l'État en matière économique. Les politiques conjoncturelles ont un horizon de court terme et visent à améliorer le fonctionnement de l'économie, sans toucher à ses structures. Les politiques structurelles tentent au contraire de faire évoluer ces dernières et ont, en général, un horizon plus long.

Les trois objectifs de la politique économique

On peut suivre l'économiste américain Richard Musgrave en assignant trois objectifs généraux à la politique économique: améliorer l'allocation des ressources; modifier la répartition des richesses ; réguler le niveau de l'activité économique.

Depuis Adam Smith et son analyse en 1776 de la “main invisible” qui pousserait chacun, sans qu'il le sache, à contribuer à l'intérêt de la société, la théorie économique proclame les vertus du marché. Les prix qui émergent sur un marché concurrentiel guident de manière efficace l'allocation des ressources et l'organisation de la production. Ce principe général comporte pourtant des exceptions qui amènent l'État à devoir intervenir dans l'allocation des ressources. Des biens et services publics comme ceux relevant de la sécurité ou de la recherche fondamentale ne peuvent être produits de manière efficace par le secteur privé car leur fourniture serait peu rentable et donc insuffisante. L’usage et la production de certains biens sont à l'origine d'effets externes négatifs ou positifs qui échappent aux mécanismes du marché. De nombreuses activités polluent ou détruisent l’environnement, sans que les entreprises responsables en subissent les coûts. Les coûts sociaux dépassent les coûts privés, seuls pris en compte a priori par l’entreprise privée dans ses décisions. En sens inverse, la production s’accompagne souvent d’apprentissages collectifs et d’une accumulation de connaissances techniques – par la recherche et l’innovation - dont les bénéfices s’étendent bien au-delà des contours de l’entreprise concernée. Les gains sociaux excèdent maintenant les gains privés. L’intervention de l’Etat doit alors permettre de réorienter les efforts dans un sens plus conforme à l’intérêt bien compris de la société. Une attitude possible consiste à laisser fonctionner le marché, mais à le corriger en réglementant, taxant ou subventionnant certaines activités productives. Sur un autre plan, il revient aussi à l'État d’assurer les conditions d'un bon fonctionnement du marché. Il doit maintenir la concurrence en empêchant la constitution de cartels et en évitant ou en encadrant les situations de monopole. C’est là l’objet de la politique de la concurrence.

Le second objectif général est d'assurer une répartition satisfaisante des revenus et des richesses. S'il est souvent efficace, le marché est rarement équitable. Il engendre de grandes inégalités et peut amener certains travailleurs à recevoir des salaires de misère ou à être tout simplement exclus du marché du travail, alors que d’autres, plus productifs ou plus inventifs –et souvent ayant tiré parti des avantages financiers, culturels et sociaux de la naissance–, reçoivent des rémunérations dont les montants explosent. L'État doit procéder à une redistribution des revenus et assurer une égalité des chances. L’Etat-Providence s’est ainsi développé après la seconde guerre mondiale pour permettre à tous de bénéficier des fruits de la croissance économique et d’une protection sociale face aux aléas de la vie.

Le troisième objectif général de la politique économique est la régulation du niveau d'activité. Les économies de marché connaissent des périodes prolongées de récession et de chômage, ou de surchauffe et d'inflation. Ces déséquilibres revêtent souvent un caractère cumulatif et sont entretenus par les anticipations pessimistes ou optimistes des agents. John Maynard Keynes fut le premier, lors de la crise des années 1930, à prôner une intervention de l'État destinée à réduire ces déséquilibres par une régulation de la demande globale. L'État peut mettre en œuvre des politiques macroéconomiques de stabilisation. Il recourt pour cela à la politique budgétaire, qui joue sur le niveau des dépenses publiques et des prélèvements fiscaux, ou à la politique monétaire, qui régule la quantité de monnaie et contrôle le financement de l'activité économique en jouant sur les taux d'intérêt.
La place des politiques macroéconomiques
Les frontières entre les trois objectifs de Musgrave sont poreuses comme l’ont bien montré les développements, tant théoriques que pratiques, des dernières décennies. Les politiques macroéconomiques sont inséparables du contexte microéconomique dans lequel elles s’inscrivent. Leurs objectifs ont trait à la situation des agents individuels. Leurs mécanismes mettent en jeu les comportements de ces individus. Ceci amène à porter un nouveau regard sur les politiques macroéconomiques. La politique budgétaire ne peut se contenter de fixer les montants globaux des prélèvements ou des dépenses de l’Etat. Leur contenu compte au moins autant. Comment minimiser les effets désincitatifs inévitables des prélèvements, c’est-à-dire comment faire pour qu’impôts et cotisations pèsent le moins possible sur le bon fonctionnement des marchés ? Comment justifier chaque dépense publique, et donc évaluer son efficacité, dans un contexte de rareté des fonds publics ? La lutte contre le chômage ne peut pas non plus se polariser sur les seuls chiffres du chômage. Elle doit se soucier de la qualité des emplois, se préoccuper d’équité entre les différentes catégories de travailleurs, être ancrée dans une analyse des comportements des entreprises et des travailleurs en matière de demande et d’offre de travail. Les obstacles à une bonne allocation des ressources et les enjeux redistributifs doivent être pris en compte dans l’élaboration des politiques macroéconomiques. Les trois objectifs de Musgrave deviennent difficilement dissociables.
[…]

Les politiques structurelles
Une croissance trop molle et un taux de chômage trop élevé pendant deux décennies peuvent difficilement être attribués à un réglage conjoncturel déficient ou à une faiblesse structurelle de la demande. Ils amènent à examiner les problèmes de fond dont souffre l’économie et à proposer des politiques structurelles destinées à y remédier. Les principales sont les politiques d’emploi et les politiques de croissance.

Les premières visent à diminuer le taux de chômage naturel, c’est-à-dire le taux de chômage d’équilibre autour duquel gravite le taux effectif. On sait depuis longtemps que des rigidités, comme l’existence d’un salaire minimum, peuvent expliquer le caractère trop élevé du taux naturel. Mais les analyses récentes du marché du travail prennent beaucoup mieux en compte sa complexité et mettent l’accent sur l’hétérogénéité, à la fois catégorielle et individuelle, des travailleurs ; la recherche d’emploi et les problèmes d’appariement ; le rôle éventuellement désincitatif, mais évidemment nécessaire, de la fiscalité et de l’indemnisation. Les politiques d’emploi destinées à redynamiser le marché du travail prennent donc des formes précises, allant au-delà de la simple volonté de flexibilisation du marché. La redéfinition du contrat de travail, les subventions à l’emploi des travailleurs non-qualifiés, la prime pour l’emploi destinée à encourager la reprise d’activité, les politiques actives d’accompagnement des chômeurs, le couplage entre amélioration de l’indemnisation et contrainte à accepter les propositions d’emploi sont les principales orientations. La réduction du temps de travail à 35 heures a aussi été mise en œuvre pour contribuer à réduire le chômage, mais sa logique peut être fortement contestée. Dans tous les cas, les effets de ces politiques doivent être analysés, mesurés et rapportés à leurs coûts. L’évaluation des politiques publiques est de plus en plus considérée comme une nécessité.

Les politiques de croissance cherchent à augmenter le taux de croissance tendanciel de l’économie. En phase avec les nouvelles théories de la croissance endogène, elles mettent l’accent sur la Recherche-Développement et la formation supérieure. L’agenda de Lisbonne, adopté en 2000 par l’Union Européenne leur offre un cadre général et des objectifs d’ailleurs ambitieux. Le pourcentage du PIB consacré à la recherche devrait atteindre 3% du PIB en 2010, contre 1,9% en 2000 et les deux tiers de ces dépenses devraient être réalisées dans les entreprises elles-mêmes. L’accumulation de capital humain, à travers l’amélioration de l’enseignement supérieur, apparaît aussi comme une nécessité pour maintenir l’Europe à la frontière de l’innovation. L’environnement légal de l’innovation, enfin, est un facteur-clé. Quel compromis faut-il trouver entre la défense de la propriété intellectuelle, nécessaire pour assurer une rémunération suffisamment incitative à la recherche, et la volonté de maintenir une concurrence suffisante et la possibilité pour de nouveaux entrants de prendre pied dans les domaines porteurs ? Ces politiques de la concurrence et de l’innovation sont maintenant conçues au niveau européen. Elles nous ramènent aux questions d’allocation des ressources. L’imbrication des trois objectifs de Musgrave est bien au cœur des politiques macroéconomiques contemporaines.

Bibliographie
Musgrave R. A. (1959), The Theory of Public Finance, N-Y, McGraw Hill.





similaire:

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconNicolas Blancpain Grégoire Sirou Pierre Cogné Laurent-Pierre Gaultier Introduction aux E. R. P
«prêt à utiliser» paramétrable qui permet de concilier standardisation et adaptation à l'entreprise. Sap r/3, par exemple, possède...

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconAtelier de robotique/Nicolas Monmarché, Arnaud Puret, Pierre Gaucher,...

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconPublications de Pierre-Jean benghozi

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconPierre et Jean, Maupassant. Extrait n°1 ( Incipit )

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconJean Pierre villaescusa rfe président de la Commission de l’UE

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconBRÉtigny-sur-orge lycée Jean-Pierre Timbaud

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconPar Jean-Pierre Augustin, université de Bordeaux, umr ades du cnrs

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconLe rapport moral d’activité vous sera présenté par Jean-Pierre le...

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconSemaine de la finance solidaire
«Friscol» et «Solidarisk» et initiation, par Jean-Pierre Duponchelle, président de la fédération nationale des cigales

Cours d’Antoine d’Autume, Jean-Pierre Laffargue et Nicolas Canry iconPar Jean-Pierre testenoire; mise à jour 2012 par Marie berrah






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com