Fiche technique : Marx et les marxistes





télécharger 16.14 Kb.
titreFiche technique : Marx et les marxistes
date de publication20.05.2017
taille16.14 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Fiche technique : Marx et les marxistes
Marx (1818-1883, c’est-à-dire l’année de la naissance de Keynes et Schumpeter) est le « dernier des classiques » en ce sens qu’il utilise l’appareil théorique et critique hérité des classiques mais aussi le fondateur d’une nouvelle école de pensée. Son but est de permettre au mouvement socialiste naissant de disposer d’un outil de réflexion et d’analyse et de justifier scientifiquement le destin historique du socialisme.


  1. Le dernier des classiques

Contribution à la critique de l’économie politique : critique de l’économie classique en 1859.

Le Capital (1867) :

  • Marx reprend les postulats des classiques dans le livre I : Marx rappelle que l’économie moderne repose sur l’échange des marchandises. Comme eux, il distingue la valeur d’usage d’une marchandise (l’utilité qu’elle procure) et sa valeur d’échange qui coïncide rarement avec la valeur d’usage et est fonction de la quantité de travail dépensée dans la production (théorie ricardienne), y compris le travail nécessaire à la fabrication des matériaux et des outils de production.

  • « Travail abstrait » = travail socialement nécessaire à la production ou le travail dépensé en moyenne dans la société considérée

  • Unité de mesure de ce « travail abstrait » = travail simple qui permet d’évaluer le travail complexe

  • La théorie de formation des revenus : pour les classiques, capitalistes et propriétaires fonciers reçoivent des revenus alors qu’ils ne travaillent pas appelés prélèvements naturels sur la valeur créée par le travail. Pour Locke, la loi de la Nature explique que les ouvriers soient payés au salaire de subsistance.

Au contraire, Marx prolonge cette analyse et appelle ce prélèvement la plus-value (résultat de l’achat par le capitaliste de la force de travail du salarié à travers un contrat légalement souscrit par les différentes parties et qui permet d’exploiter la force de travail en ne la rémunérant qu’à sa valeur, c’est-à-dire le taux qui permet sa reproduction). Elle n’est pas un vol. Quantité de travail exploité = plus-value

  • Discours marxiste fondé sur le rapport de force et la lutte des classes qui fixent la plus-value.




  1. Une nouvelle école de pensée

Le rôle attribué à l’histoire constitue un élément fondamental de la compréhension de la vision marxienne évolutionniste des luttes sociales.

  • Matérialisme historique : leur condition sociale d’existence, et non pas les idées, guide les hommes => moteur de l’histoire. Revenus (non naturels) des capitalistes : processus historique qui a concouru à l’émergence d’un mode de production spécifique.

  • Existence dépendante des infrastructures (qui conduisent au remplacement d’une classe dominante par une autre) et non d’une super-structure

Les changements et bouleversements sociaux sont une conséquence des contradictions dans les infrastructures, donc dans les rapports de force et du progrès technique (ordre juridique basé sur la domination d’une autre classe + idéologie légitimante)

  • Objectif de la superstructure : reproduire le système social existant et cacher les réalités du système de production exisant (ex : idéologie de l’intérêt général défendue par l’Etat sous ses différentes formes mais toujours sous le contrôle de la classe dominante => alliance entre bourgeoisie et Etat. De même, la thématique de l’égalité des chances masque la reproduction sociale. Voyez Bourdieu !)

  • Au cours de l’histoire se sont affrontées plusieurs classes :

Cultivateurs ≠ nobles (société archaïque)

Esclaves ≠ citoyens (mode esclavagiste de production)

Serfs ≠ seigneurs (féodalité)

Prolétaires ≠ bourgeois (capitalisme)

À chaque mode correspondent des rapports sociaux de production qui déterminent les conditions d’exploitation et la forme de la plus-value. Marx fait ainsi de la lutte des classes le moteur de l’histoire. La transition d’une société à une autre est le résultat des contradictions qui opposent les rapports de production aux nouvelles formes matérielles qui émergent.

Le Manifeste du Parti communiste (1848) :

  • Communisme = fin de la lutte des classes (fin de l’histoire). Dans le socialisme, le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous.

  • Loi de la baisse tendancielle du taux de profit qui « conduit le capitaliste à se pendre avec la corde qu’il a fabriquée » :

Hausse de la part du capital donc baisse du taux de profit (le capitaliste se méfie du facteur travail car revendications + progrès technique, « le moulin à bras vous donnera la société avec le suzerain, le moulin à vapeur avec le capitalisme industriel », déterminisme technologique). La technologie fait partie des infrastructures déterminantes dans les mutations structurelles. La plus-value reposant sur l’exploitation du travail, si la part du travail dans la combinaison productive diminue, le profit aura aussi tendance à diminuer.

Taux de profit = PL/ (K+W)

= (PL/W) / (K/W + 1)

Enjeux de l’étude de Marx

  • Différencier Marx des théories marxistes contemporaines et intégrer les théories de Marx au corpus de la science économique : la portée de Marx n’est pas seulement prophétique.

  • Comprendre la société du XIX° siècle



  1. Evolution du marxisme

Marx a dit qu’il n’était pas marxiste : il n’aurait pas cautionné tout ce qu’on a fait en son nom.

En 1871, l’écrasement de la Commune de Paris annonce la fin de l’espoir d’une révolution.

  • Evolution au contact de l’action politique et pour prendre en compte les nouvelles conditions de fonctionnement du capitalisme à la fin du XIXe siècle du fait de son développement considérable entre 1867 et 1914.

  • Les théories marxistes ne sont pas figées, adaptation aux nouvelles réalités économiques et sociales : de 1859 à 1914, production * 7. Dans la Critique de l’économie politique, Marx avait prévu l’importance de la classe ouvrière (conscience de classe) qui monte en puissance de façon spectaculaire. Début du XX° siècle, âge d’or du mouvement ouvrier qui représente en 1914 une masse compacte et parallèlement du mouvement marxiste qui a triomphé des autres systèmes de réflexion (proudhonisme, bakouninisme). Quelques auteurs :

Allemagne : Kautsky – Bernstein - Mehring - Luxembourg

Autriche : Hilferding – les frères Max et Friedrich Adler

France : Georges Sorel

Italie : Arturo Sabriola

  • Application à « tous les domaines de l’activité humaine » (Bebel) des schémas de l’analyse marxiste : on rentre dans un système totalitaire + adaptation au fait de l’amélioration des conditions de vie des ouvriers => complexification au niveau politique.

  • La social-démocratie au point de vue modéré et mesuré commence à entrer au Parlement en France dans les 1880 et au Reichstag allemand.

  • Fin du XIX° :

Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916) : il distingue cinq caractéristiques majeures de l’impérialisme, concept qu’il fait naître et qui correspond à la substitution d’un capitalisme monopolistique au capitalisme concurrentiel qui prévalait jusqu’alors :

  • Une concentration de la production et du capital sous la forme d’un monopole (cartels, konzerne).

  • Fusion des capitalismes bancaire et financier et constitution d’une oligarchie financière en Angleterre

  • L’exportation des capitaux connaît une évolution rapide

  • Formation d’unions capitalistes monopoleuses se partageant le monde

  • Achèvement du partage territorial du monde => Impérialisme : conséquence de la prédominance des banquiers. Lénine s’appuie sur les travaux d’Hilferding, Le capital financier (1910) qui montre la prédominance des banquiers et le développement d’ententes entre entreprises géantes (planification capitaliste internationale).

Au Congrès socialiste de Paris en 1900 : Luxembourg a la prémonition de la guerre : l’imérialisme, en exacerbant les ambitions des grandes puissances, débouche sur la guerre et la disparition du capitalisme. Les événements semblent lui donner raison avec la révolution bolchevique de 1917.

Cependant les divisions du discours révolutionnaire éclatent en 1914 : les crédits de guerre sont votés par les socialistes parlementaires (assassinat de Jaurès). La social-démocratie cesse d’être marxiste et se différencie des partis communistes « purement » marxistes.

Pour Lénine, « le social-chauvinisme est le prolongement direct et le couronnement de la politique libérale anglaise, du millérandisme et du bernsteininisme ».

similaire:

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique – Success story R&D

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique 1 Qui est imposable ?

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique la theorie du capital humain

Fiche technique : Marx et les marxistes iconProgression pédagogique en classe de 4ème
«L’analyse et la conception de l’objet technique», «Les matériaux utilisés», «Les énergies mises en œuvre», «L’évolution de l’objet...

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique préparation aux concours administratifs a et b

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche de lecture «le manifeste du parti communiste»
«oppresseurs et opprimés». Pour Marx et Engels, la bourgeoisie ne fait que empirer cette lutte qui se résume par : bourgeois contre...

Fiche technique : Marx et les marxistes iconCongrès Marx International V section Ecologie Paris-Sorbonne et Nanterre 3/6 octobre 2007
«La vraie richesse étant la pleine puissance productive de tous les individus, l’étalon de mesure en sera non pas le temps de travail,...

Fiche technique : Marx et les marxistes iconFiche technique 4 : mercantilistes et physiocrates
«Ce ne sont point les monceaux d’or qui font les richesses mais le bon emploi qu’on en fait journellement, l’abondance des denrées...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com