Revenu primaire brut (en milliards d'euros)





télécharger 68.37 Kb.
titreRevenu primaire brut (en milliards d'euros)
date de publication18.05.2017
taille68.37 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Les revenus

Par Hélène MILLARET

Les revenus primaires des ménages
Les revenus du travail
Les revenus mixtes
Les revenus du patrimoine
Les inégalités de revenus primaires
Du revenu primaire au revenu disponible des ménages
Les revenus de transfert
Définition et utilisation du revenu disponible

On appelle « revenus » les rémunérations perçues au cours d'une période par un individu à la suite d'une activité ou grâce à la détention d'un bien[1].

Pour un économiste comme Hicks, les revenus sont « les sommes d'argent qu'un individu peut dépenser sans s'appauvrir ni toucher à ses réserves ».

Le revenu n'est pas forcément monétaire : une voiture de fonction, un logement mis à la disposition d'un salarié font également partie de ses revenus, comme la mise à disposition de médicaments dans le cadre de la couverture maladie universelle sont également des prestations de revenu en nature.

Cette notion de revenu est importante en économie et en gestion à plusieurs titres :

• En économie, les revenus sont considérés comme à la base de la consommation pour les économistes de la demande, ou comme une juste rétribution d'un travail ou d'un risque pris pour les économistes de l'offre. Ils sont également au cœur du principe des anticipations rationnelles sur les modèles inter-temporels de Friedman (revenu permanent) ou de Lucas[2]. La notion de revenus est aussi capitale pour les théoriciens de la croissance et du développement, puisqu'elle est incluse dans les différents indicateurs permettant d'appréhender ces concepts.

• Pour les juristes du travail cette notion de revenu est aussi essentielle, parce qu'elle est la contrepartie du travail réalisé, par le biais des salaires ou des revenus d'exploitation

• Pour les comptables ou les fiscalistes, elle conduit au calcul des charges liées à la masse salariale, mais aussi au calcul de l'impôt sur le revenu, objet de nombreux débats actuels[3].

Depuis 1960, et malgré les discours politiques souvent alarmistes, les revenus des Français ont beaucoup augmenté.

Source INSEE[4]

1960

1970

1980

1990

2000

2007 (r)

2008 (p)

Revenu primaire brut (en milliards d'euros)

34,2

92,7

340,1

753,9

1 059,3

1 394,4

1 442

La répartition de ces revenus et leur typologie a également beaucoup évolué lors de la même période. Ce sont ces évolutions de répartition qui sont en fait mises en avant dans les discours politiques.

Les revenus primaires des ménages

Pour l'Insee, « les revenus primaires comprennent les revenus directement liés à une participation des ménages au processus de production ».

Ces revenus sont qualifiés de primaires car ils résultent de la première répartition des revenus dans une économie, celle liée à la participation des agents dans le processus de production, c'est-à-dire avant toute intervention de répartition au nom de la justice sociale.

Il faut donc absolument étudier les revenus primaires comme une résultante du partage de la valeur ajoutée et des enjeux qui y sont liés[5].

Les revenus du travail

Les revenus du travail sont de plusieurs types. L'essentiel des revenus du travail est constitué par les salaires versés aux salariés, mais aussi par les cotisations sociales, salariales et patronales, assises sur ces salaires[6]. Mais sont aussi des revenus du travail les honoraires perçus par les professions libérales.

Les revenus mixtes

Les bénéfices des entreprises individuelles, qui reviennent à leur propriétaire, sont considérés comme des revenus mixtes. En effet, ils comprennent à la fois la rémunération du travail effectué par l'entrepreneur, mais aussi son profit (et donc la rémunération des capitaux mis par lui à la disposition de son entreprise).

Les revenus du patrimoine

On comptabilise comme revenus de la propriété et du patrimoine tous les revenus qui proviennent des terrains, bâtiments, mais aussi tous les revenus résultant de la détention d'actifs financiers (dividendes sur les actions par exemple, mais aussi plus simplement livrets d'épargne).

Ce sont les actifs non financiers qui représentent la plus grande part (2/3) des actifs générant des revenus du patrimoine.

INSEE

Livrets d'épargne

Epargne-logement

Valeurs mobilières

Ass-vie, PEP, ép. Retraite

Epargne salariale

Patrimoine Immobilier

Ensemble 1997-1998

83,5

40,9

21,9

45,5

12,7

58,5

Ensemble 2000

84,5

39,7

25,1

46,6

15,2

60,0

Ensemble 2003-2004

83,2

41,3

24,2

43,7

16,7

60,5

La génération de ces revenus liés au patrimoine se fait soit par des versements (loyers, dividendes, intérêt) ou par des rentrées ponctuelles (plus-value en cas de vente).

Les inégalités de revenus primaires

Ces inégalités peuvent être présentées sous plusieurs axes. Ainsi, elles peuvent concerner les patrimoines ou les salaires, et au sein des salaires, être fonction de critères géographiques, professionnels, ou encore dépendre du sexe de la personne.

Les inégalités de patrimoine

Le patrimoine détenu par les ménages comprend les biens immobiliers, les actifs financiers ainsi que le patrimoine professionnel pour les actifs indépendants.

Masse du patrimoine détenue par les x % les plus riches en %

Champ : France métropolitaine.

Source : Insee, enquêtes Patrimoine 1998 et 2004.

Masse du patrimoine détenue par :

1997

2003

les 10 % les plus riches

46

46

les 20 % les plus riches

64

64

les 30 % les plus riches

76

76

les 40 % les plus riches

85

86

les 50 % les plus riches

92

93

les 60 % les plus riches

97

97

les 70 % les plus riches

99

99

les 80 % les plus riches

100

100

les 90 % les plus riches







Les inégalités salariales

• Homme/femme

Distribution du revenu salarial par sexe sur l'ensemble des salariés

en 2007 en euros courants

Champ : Tous salariés.

Source : Insee, DADS et fichiers de paie des agents de l'Etat (exploitation au 1/25ème)

Décile

Hommes

Femmes

1ème décile (D1)

2 872

1 770

2ème décile (D2)

8 260

5 053

3ème décile (D3)

13 233

8 724

4ème décile (D4)

15 652

12 084

Médiane (D5)

17 748

14 472

6ème décile (D6)

20 093

16 614

7ème décile (D7)

23 120

19 137

8ème décile (D8)

27 842

22 570

9ème décile (D9)

37 259

28 236

• Selon les régions et les professions[7]

Les salaires annuels en Ile de France sont par exemple en moyenne en 2007 de 31000 euros, quand ils atteignent à peine 20000 euros annuels en Limousin ou en Basse Normandie. Ces différences peuvent s'expliquer : L'Île-de-France compte en effet trois départements - les Yvelines, Paris et les Hauts-de-Seine -où la part des salaires dans le revenu est très forte. La composition sociodémographique de ces départements, avec une forte proportion de cadres, explique en grande partie ces résultats, et le niveau de vie élevé qui en résulte, par rapport à des départements plus ruraux où la proportion de hauts revenus est bien plus faible.

Cela dit, ces disparités inter-régionales cachent aussi de fortes différences au sein même des régions concernées. Pour reprendre l'exemple francilien, on trouve au sein de cette région les revenus les plus élevés, mais également ceux parmi les plus faibles, annonçant pour certains une très grande précarité.

Du revenu primaire au revenu disponible des ménages

Les revenus de transfert

Les revenus de transfert correspondent aux sommes versées ou aux avantages perçus par un individu parce que lui-même ou le ménage auquel il appartient répond à certaines conditions définies.

Ainsi, un ménage comptant deux enfants perçoit, quel que soit son revenu, des allocations familiales. Ces revenus de transfert correspondent donc aux prestations sociales telles que définies par la comptabilité nationale. Ils ont vocation à alléger les charges supportées par certains ménages concernant la protection contre des risques (santé, vieillesse, dépendance, misère) ou la nécessité de faire face à certains besoins (famille nombreuse, handicap, …).

c:\users\simon\documents\cerpeg\ressdiscipl\economie\ecogene\rev_1.jpg

[8]

Ces revenus de transfert occupent une part de plus en plus importante du revenu des ménages, notamment des plus pauvres. Cela s'explique à la fois par un développement de l'Etat providence et de ses compétences et champs d'action, mais aussi par la crise ou le vieillissement des populations.

réduction des inégalités en 2007, par la redistribution

Part du transfert dans
le revenu disponible
(en %) (A)

Prélèvements

17,7







Prestations

6,5

dont :




Prestations familiales sans conditions de ressources

2,8

Prestations familiales sous conditions de ressources et aides à la scolarité

1,1

Aides au logement (location)

1,3

Minima sociaux

1,0

Apa

0,3

Niveau de vie disponible

100,0

Note : la colonne A. représente le rapport moyen entre le revenu ou le transfert considéré et le revenu disponible.

Définition et utilisation du revenu disponible

Le revenu disponible est le revenu dont va disposer, selon ses choix et ses moyens, un individu ou un ménage[9]. Il correspond aux revenus primaires perçus par ce ménage, auxquels on ajoute les revenus de transfert et dont on déduit les impôts qu'il doit.

c:\users\simon\documents\cerpeg\ressdiscipl\economie\ecogene\rev_2.jpg

Graphique - Composition du revenu des ménages http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1136®_id=0&page=graph#graphique3

Ce revenu disponible est ensuite réparti par le ménage entre consommation et épargne. Le taux d'épargne moyen en France aujourd'hui, en 2010, est de 15% environ.

Notes

[1] Le revenu peut être exprimé en termes nominaux (inflation comprise) ou réels (inflation déduite). Compte tenu de la nécessité de faire des comparaison dans le temps ou dans l'espace, cette dernière mesure est souvent privilégiée

[2] Dans ces modèles, les auteurs envisagent les individus comme dotés d'une grande rationalité. Ces derniers sont en mesure d'anticiper leurs revenus sur l'ensemble de leur vie, voire même, dans les modèles à générations imbriquées, sur plusieurs générations. Ce sont ces anticipations de revenus qui vont conduire les agents économiques à prendre les décisions qui concernent leur épargne, ou leur consommation par exemple.

[3] Pour ce débat, consulter par exemple « Pour une révolution fiscale », Landais, Piketty, Saez, 2011

[4] Toutes les sources de données sont fournies par l'INSEE

[5] Voir fiche sur la valeur ajoutée.

[6] Il faut en effet considérer que ces cotisations ont en effet vocation à revenir au salarié lorsqu'il remplira des conditions précises (chômage, vieillesse, maladie), voir là encore fiche sur la valeur ajoutée.

[7] Pour une analyse approfondie :
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=CMRSEF04124®_id=99

[8]Chiffres INSEE

[9] Il peut être intéressant ici de faire un lien entre la notion de propension à consommer/à épargner et le revenu d'un ménage. Depuis Keynes, on considère ainsi que les ménages les moins aisés ont une propension à consommer (part du revenu consommé/revenu disponible) beaucoup plus forte que les ménages les plus aisés, qui ont eux la possibilité d'épargner une plus grande part de leurs revenus.

webographie

une étude ancienne mais intéressante sur le patrimoine des ménages :
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ecofra06c.pdf

Toutes les statistiques de l'INSEE sur ce thème des revenus :
http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=4&nivgeo=0&type=2


Le site de l'observatoire des inégalités :
http://www.inegalites.fr/


Un excellent rapport de l'OCDE sur la pauvreté et les inégalités de revenus dans les pays de l'OCDE :
http://www.oecd.org/document/36/0,3746,fr_2649_33933_41526756_1_1_1_1,00.html

Un point précis sur le RSA, qui a remplacé le RMI :
http://www.gouvernement.fr/gouvernement/qu-est-ce-que-le-revenu-de-solidarite-active-0

une animation formidable, mettant en lien revenu et espérance de vie depuis 1810, à faire en partenariat avec un collègue d'anglais :
http://www.youtube.com/watch?v=jbkSRLYSojo&feature=player_embedded

Bibliographie

Titre

Editeur

Auteur

Les revenus des Français

Alternatives Economiques n° 279 avril 2009

Louis Maurin

Les hauts revenus en France au XXème siècle, Inégalités et redistributions, 1901-1998

Grasset

Thomas Piketty

L'économie des inégalités - Repères 216

La Découverte

Thomas Piketty

L'état de la France 2009-2010

La Découverte

Collectif

Pourquoi il faut partager les revenus / le seul antidote à l'appauvrissement collectif,

La Découverte Arthus




Les revenus et patrimoine des ménages, Avril 2010

INSEE




Sous la crise, la répartition des revenus




Liêm Hoang-Ngoc

Salaire minimum et bas revenus - Comment concilier justice sociale et efficacité économique ?

rapport du CAE

Pierre Cahuc, Gilbert Cette, André Zylberberg

© Cerpeg - Mai 2011

similaire:

Revenu primaire brut (en milliards d\Du revenu primaire au revenu disponible brut des ménages

Revenu primaire brut (en milliards d\[Du pib au rnb] en milliards d’euros et en %
«Stiglitz» sur la mesure des performances économiques et du progrès social a recommandé de mettre l’accent sur le revenu national...

Revenu primaire brut (en milliards d\Vote en première lecture du plfss 2017
En quatre ans seulement, nous avons ramené le déficit du régime général de 17,5 milliards à 3,7 milliards d’euros en 2016. (…) Nous...

Revenu primaire brut (en milliards d\La Grèce annonce un plan d'austérité de 4,8 milliards d'euros

Revenu primaire brut (en milliards d\Un programme d’investissement de 4 milliards d’euros des entreprises publiques

Revenu primaire brut (en milliards d\Press Release Huawei annonce un revenu de 395 milliards de Yuan en 2015

Revenu primaire brut (en milliards d\Document 2 : Capacité ou besoin de financement des secteurs institutionnels,...

Revenu primaire brut (en milliards d\Les ventes sur Internet ont ainsi représenté un chiffre d'affaires de 64,9 milliards d'euros

Revenu primaire brut (en milliards d\Panorama de presse 11/02/2009 cgt sommaire
«fonds d'investissement social» de cinq à dix milliards d'euros permettant aux person

Revenu primaire brut (en milliards d\Document 2 situation des sociétés non financières en 2009 (en milliards d’euros)
«L'émergence du capitalisme actionnarial», Ecoflash, n°153, décembre 2000, p 1 et 2






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com