La science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les économistes. Ces derniers suivent une méthode propre à l'économie. L'économie est l'analyse de





télécharger 0.55 Mb.
titreLa science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les économistes. Ces derniers suivent une méthode propre à l'économie. L'économie est l'analyse de
page1/14
date de publication14.12.2016
taille0.55 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14
ECONOMIE

La science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les économistes. Ces derniers suivent une méthode propre à l'économie. L'économie est l'analyse de la science des choix qui fait intervenir le terme d'arbitrage. Or cette définition n'est pas satisfaisante car elle implique de définir l'économie par le champ et non par la méthode. Le champ est la définition par les domaines d'application de la discipline, la méthode est la définition par un ensemble d'outils et de principe d'art et de discipline. Ainsi le champ de l'économiste est l'individu, sa méthode est l'observation.

PLAYMENDROIT

@ 2001- 2004

Pour tout renseignement adressez vous à playmendroit@aol.com
ECONOMIE


les fondements de l'analyse économique 6

L'individualisme méthodologique. 6

Le concept rationnel. 6

Le concept de marché, la coordination. 6

Le concept d'amoralisme. 6

Le concept d'abstraction. 6

la définition de l'analyse économique 7

Le concept d'opportunité.  7

Le concept de substituabilité. 7

Les procédure de coordination: "la coordination de marché". 7

Le concept d'arbitrage. 8

LA DEMANDE 9

Le concept de revenus 9

Le revenu nominal et le revenu réel. 9

Le revenu explicite et le revenu implicite. 9

L'effet revenu. 9

Les biens normaux et les biens inférieurs. 10

Le concept de prix 10

Prix relatifs et prix monétaire.  10

La pression des prix relatifs et l'effet prix. 10

Les effets prix. 10

Le concept de préférence 11

Le concept d'utilité. 11

. A Un conception cardinale de l'utilité. 11

. B Un conception ordinale de l'utilité. 11

Une typologie des préférences. 11

Le concept de surplus de consommation 12

LE CONCEPT :  12

L’offre de travail 14

L'arbitrage. 14

Le système des heures supplémentaires. 14

Les facteurs influants sur le temps de travail.  14

. A Le revenu non salarial.  14

. B Coûts d'accès au marché du travail. 14

. C La fiscalité sur les revenus du travail. 15

. D La productivité du travail domestique. 15

Les couts de productioN 16

A. Le coût direct et le coût d'opportunité. 16

B. Le coût d'acquisition ou de possession et le coût d'usage ou d'utilisation. 16

C. Le coût historique et coût non historique. 16

D. Le coût fixe et le coût variable. 16

E. La différence entre coût total, moyen et marginal. 16

Comment mesurer l’activité économique au niveau de national 17

Le circuit économique 19

L'ILE DE ROBINSON 20

Section 1: l'île au trésor. 20

§1. Une économie de troc, sans monnaie. 20

. A L'épargne et l'investissement. 20

. B La circulation de l'épargne. 20

. C Le marché de l'épargne. 21

. D Les fonds propres et emprunts. 22

§2. L'apparition de monnaie. 23

. A La monnaie et l'information. 23

. B L'utilité de la monnaie. 24

. C Le prix de la monnaie. 24

Section 2: fonction et définition de la monnaie dans une économie complexe. 25

§1. Fonction et forme. 25

. A Fonction. 25

. B Les formes de monnaie. 27

§2. Définitions. 28

. A La monnaie est un actif liquide. 28

. B La masse monétaire. 29

LA CREATION MONETAIRE DES BANQUES 30

Section 1: Un système bancaire simplifié. 30

§1. La banque unique. 30

. A La création de la monnaie. 30

. B La destruction de monnaie. 30

§2. Un système à deux banques. 30

§3. Le système à banques multiples. 31

Section 2: un système bancaire complexe et hiérarchisé. 31

§1. La hiérarchie bancaire. 31

§2. Le multiplicateur de la base monétaire de crédit. 32

L'OFFRE DE MONNAIE ET LES CREATIONS DE MASSE MONETAIRE 34

Section 1: le profit bancaire. 34

§1. Les activités bancaires. 34

. A La collecte de ressources. 34

. B L'octroi du crédit. 34

. C La gestion de trésorerie. 34

. D La gestion de portefeuille. 34

§2. La marge bancaire. 35

. A La marge d'intérêt. 35

. B Les autres éléments de marge. 35

Section 2: le risque bancaire. 36

§1. Le risque et la banque. 36

§2. Le rationnement du crédit. 36

Section 3: les contreparties de masse monétaire. 37

§1. L'acquisition de contreparties par les banques. 37

§2. L'acquisition des contreparties par la banque centrale. 38

§3. L'activité monétaire du trésor. 39

§4. Les contreparties de la masse monétaire. 39

. A Les créances sur l'épargne. 39

. B Les créances sur l'économie. 39

LA DEMANDE DE MONNAIE 41

Section 1: la théorie quantitative. 41

§1. La formule de Fisher. 41

§2. La formulation de Bigou. 42

§3. La dichotomie. 42

§4. La technique de Don Patinkin. 43

Section 2: la demande de monnaie chez Keynes. 43

§1. L'encaisse de spéculation et préférence pour la liquidité. 43

§2. La spéculation, la précaution et la transaction. 44

Section 3: le taux d'intérêt chez Keynes. 46

§1. Le taux d’intérêt comme prix de la monnaie sur le marché. 46

. A L’effet d’une variation de l’offre de monnaie sur le taux d’intérêt. 46

. B La préférence pour les liquidités et le taux d’intérêt. 47

. C Le revenu et le taux d’intérêt. 47

§2. L’arbitrage entre titre et monnaie. 48

Section 4 : la transmission des impulsions monétaires chez Keynes. 48

§1. Le modèle keynésien. 48

§2. Le déplacement de l’équilibre monétaire. 49

. A Les autorités croissantes de l’offre de monnaie. 49

. B Les préférences pour la liquidité diminuent. 49

§3. La fonction de demande de Milton Fridman. 50

L’EPARGNE ET L’ENDETTEMENT 52

Section 1 : le comportement d’endettement des ménages. 53

§1. L’endettement pour le logement. 53

§2. Le surendettement des ménages. 53

Section 2 : l’endettement des entreprises. 54

§1. L'efficacité marginale du capital et la demande de crédit des entreprises. 54

§2. L’effet de levier. 54

LES INSTRUMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS. 56

Section 1 : les instruments d’endettement et de garantie. 56

§1. Les crédits de fonctionnements. 56

. A La mobilisation de créances. 56

. B Les crédits de trésorerie. 57

. C Les crédits promoteurs. 58

. D Les billets de trésorerie. 58

§2. Les crédits d’équipement. 58

. A Les crédits d’équipement à moyen ou long terme. 58

. B Les procédures de financement privilégié. 59

. C Le crédit-bail. 60

. D Le financement du haut bilan. 60

. E Le financement de la création d'entreprise. 62

. F Le financement de la reprise d'entreprise. 62

§3. Le financement des exportations. 63

. A Les crédits à court terme. 63

. B Les crédits à moyen et long terme. 63

. C Les crédits à l'exportation. 63

Section 2: les instruments d'endettement des ménages. 63

§1. Les crédits à la consommation. 63

§2. Les crédits au ménage par habitat. 64

Section 3: les euro-crédits. 64

§1. L’eurodollar et l’euromonnaie. 64

§2: les euro-crédits. 65

Section 4: les engagements par signature et les risques hors bilan. 65

§1. L'engagement par signature des agents non bancaires. 65

. A Les sûretés réelles. 66

. B Les sûretés personnelles. 66

§2. Les engagements bancaires par la signature. 66

. A Les engagements de payer. 66

. B Les engagements de prêter. 66

. C Les engagements sur le taux ou sur les indices. 67

. D Les engagements de faire, d'administrer ou de garder. 67

LE NOUVEAU CADRE DES INSTITUTIONS EUROPEENNES 68


NOTION DE MICROECONOMIE

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

La science économique est l\Résumé : L’œuvre de Maurice Allais est abondante et protéiforme....
Contributions pionnières à la théorie des marchés et de l’utilisation efficace des ressources ces travaux qu’il obtient, 40 ans plus...

La science économique est l\Section 1 / L'Économie politique est-elle une science et, ou doctrine
«Selon les choix méthodologique que l'on fait en analyse économique», ne signifie pas que les préférences soient des préférences...

La science économique est l\Les travaux d’approches d’économie domestique
«art de bien conduire une maison», le sens d’aujourd’hui est apparu au 18ème et désigne «l’art de bien disposer les différentes parties...

La science économique est l\Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations,...
«économie» provient du grec et désigne les règles d’organisation de la maison (oïkos). En 1615, Montchrestien définit l’économie...

La science économique est l\Définition de la science économique
«La richesse des Nations» 1776 est toujours vivante et active; ainsi, l’ancienne économie et la Nouvelle économie vivent côte à côte...

La science économique est l\Ronald coase
«prix Nobel» d'économie en 1991, IL fait partie des économistes qui ont fait naître l'économie des institutions et les théoriciens...

La science économique est l\«L’économie, c’est l’art de faire au mieux avec ce dont on dispose»
«L’économie est, non pas une discipline achevée, mais une science elle-même toujours en voie de développement»

La science économique est l\Les ambitions du traité de Maastricht ont-elles été accomplies ?
«méthode Monnet» devenue plus largement la «méthode communautaire». Elle est théorisée par la déclaration de Robert Schuman du 9...

La science économique est l\Essai sur La nature et la signification de la science économique
«L'Économie est la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usages alternatifs»....

La science économique est l\Le développement durable vu par les économistes : durabilité faible ou durabilité forte ?
«Économie» de la semaine 2 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre du terme;...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com