Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation





télécharger 0.87 Mb.
titreImplantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation
page1/14
date de publication16.02.2017
taille0.87 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

Dossier habilitation/ 1-fichier principal / 2010-2013

UNIVERSITE DES ANTILLES et DE LA GUYANE

Campus de Fouillole – BP250 - 97157 Pointe-à-Pitre Cedex
CONTRAT 2010-2013


Demande d’habilitation à délivrer

Le MASTER




SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION (SEG)




Mention : ECONOMIE

Spécialité 1 : Commerce international (Guadeloupe)

Spécialité 2 : Ingénierie économique du développement et de l’environnement (Guadeloupe)

Spécialité 3 : Monnaie – Banque - Finance (Martinique)

Spécialité 4 : Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales (Martinique)

Spécialité 5 : Management et financement du développement durable (Guyane)


Implantation  : GUADELOUPE, GUYANE et MARTINIQUE




Sommaire du Dossier d’habilitation



1. Fichier principal : 1-master-SEG-Economie pages…01…à 40 / 1
2. Fichier des annexes : 1-master-SEG-Economie-Annexes pages…01…à …y / 2

- Annexe 0 : Stratégie de formation du domaine

- Annexe 1 : Composition de l’équipe pédagogique.

- Annexe 2 : Organisation des UE transversaux (UEC)

- Annexe 3 : Fiches descriptives des UE.

- Annexe 4 : Nouvelle habilitation / Renouvellement d’habilitation / Compléments

- Annexe 5 : Le RGCCA Master


3. Fiche (s) RNCP : nom du fichier et nombre de fiches pages …01…à…z / 3


4. Offre Générale de formation Master pages…01…à…t / 4


5. Feuille d’évaluation nom du fichier pages …01…à…u / 5



Date et Avis du CEVU : Le 07/ 10 / 08, Avis Favorable
Date et Avis du CA  : Le 08 / 10 / 08, Avis Favorable


CONTENU ET ORGANISATION DE LA MENTION


Mention : ECONOMIE



  • Responsable de la mention  et de la spécialité « Ingénierie économique du développement et de l’environnement » : Jean-Gabriel MONTAUBAN

  • implantée sur le pôle Guadeloupe.




  • Nom : MONTAUBAN

  • Penom : Jean-Gabriel

  • Qualité : Professeur

  • Section CNU : 05

  • Téléphone : 0590483247 Fax : 0590938604

  • E-mail : jean-gabriel.Montauban@univ-ag.fr

  • Discipline principale enseignée : économétrie, mathématiques, Analyse de la décision




  • Responsable de la spécialité « Commerce international » : Charbel MACDISSI

  • implantée sur le pôle : Guadeloupe




  • Nom : MACDISSI

  • Prénom : Charbel

  • Qualité : Professeur

  • Section CNU : 5

  • Téléphone : 0690352356 / 0590214836 Fax : 0590214836

  • E-mail : charbel.macdissi@univ-ag.fr

  • Discipline principale enseignée : Economie internationale, économie industrielle, économie européenne



  • Responsable de la mention  et de la spécialité « Monnaie Banque Finance » 

  • Implantée sur le pôle MARTINIQUE



  • Nom : CELIMENE

  • Prénom : Fred

  • Qualité : Professeur

  • Section CNU : 05

  • Téléphone : 05 96 72 73 98 Fax : 05 96 72 74 03

  • E-mail : fred.celimene@martinique.univ-ag.fr

  • Discipline principale enseignée : Macroéconomie



  • Responsable de la mention et de la spécialité « Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales» 

  • Implantée sur le pôle MARTINIQUE




  • Nom : SAINT-CYR

  • Prénom : Philippe

  • Qualité : Professeur

  • Section CNU : 01

  • Téléphone : 05 96 72 73 46 Fax : 05 96 72 73 02

  • E-mail : philippe.saint-cyr@martinique.univ-ag.fr

  • Discipline principale enseignée : Droit privé, Droit civil



GUYANEE


  • Responsable de la spécialité : « Management et financement du développement durable » : Paul ROSELE CHIM

  • implantée sur le pôle GUYANE

  • Nom : ROSELE CHIM

  • Prénom : Paul

  • Qualité : Maître de Conférences des Universités

  • Section CNU : n°5 Sciences Economiqus

  • Téléphone : 05 94 29 69 28 Fax : 05 94 29 62 10

  • E-mail : Paul.roselle@guyane.univ-ag.fr

  • Discipline principale enseignée : Economie du Développement / Economie Industrielle/ Microéconomie.

A / Présentation de la mention :
- Objectifs généraux de la formation, en termes de connaissances et de compétences à acquérir. Cette présentation précise les perspectives ouvertes à l’issue du cursus en matière de poursuite d’études ou d’insertion professionnelle.
La mention « Economie » en Guadeloupe assure une formation économique à orientation professionnelle en « Commerce international » et à orientation professionnelle et recherche en « économie du développement et de l’environnement ».
La mention « Economie » en Martinique assure une formation économique à orientation professionnelle en « Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales » et à orientation professionnelle et recherche en « Monnaie – Banque - Finance ».
Ces différentes mentions offrent aux étudiants la possibilité d’approfondir les concepts théoriques qu’ils ont abordés jusqu’au niveau de la troisième année de la Licence, d’acquérir une expérience pratique et de se spécialiser dans un domaine spécifique en réalisant un stage et en rédigeant un rapport de stage pour le master professionnel et un mémoire de recherche approfondie pour le master recherche.

-Préciser les objectifs scientifiques et pédagogiques d’une part, les objectifs professionnels et les débouchés d’autre part.
Par la pluridisciplinarité et la polyvalence des enseignements qu’elles proposent, les mentions retenues dans cette offre de formation se présentent comme des diplômes transversaux qui fourniront aux étudiants une formation solide leur permettant d’identifier, d’expertiser et de hiérarchiser les nombreux facteurs intervenant dans les problèmes ayant trait à l’économie.
Au niveau des Antilles et de la Guyane, depuis la décentralisation, des compétences qui étaient naguère le fait de l’Etat sont maintenant dévolues aux collectivités qui ont donc besoin, en plus que par le passé, d’améliorer leur fonctionnement et d’utiliser pleinement les nouvelles possibilités qui leur sont offertes. Les six parcours proposés au sein de ces Master d’économie sont particulièrement adaptés pour apportées aux étudiants les connaissances théoriques et les savoirs-faire méthodologiques et techniques qui leur permettraient d’accéder à des postes d’encadrement.

- Préciser le positionnement de la formation dans l’environnement, la cohérence avec des cursus licence de l’établissement, l’ouverture internationale.
En économie, les deux spécialités « Commerce international » et « économie du développement et de l’environnement » se définissent comme une spécialisation, identifiée et choisie, implantée sur le pôle Guadeloupe alors que le pôle Martinique a choisi d’autres spécialisations avec l’orientation « Monnaie – Banque - Finance».
Publics concernés : Les diplômés L, EPA, EGE
Ouverture internationale :
- Préciser l’adossement Recherche : les laboratoires d’appui et la réalité de l’implication des enseignants chercheurs dans la production scientifique (faire éventuellement référence à l’annexe1 du fichier des annexes)
 En Guadeloupe le LEAD constitue le seul laboratoire d’appui des deux spécialités du master.

Le LEAD, EA 2438, est une équipe dont les domaines de spécialisation de ses chercheurs sont très divers : micro-économie, macro-économie, économie spatiale, commerce international, techniques quantitatives, développement local, gestion etc. Avec cette interdisciplinarité qui est l’un de ses atouts majeurs, le laboratoire consacre ses recherches à des études variées grâce à une équipe de chercheurs regroupés autour de responsables de projets.

Durant ces dernières années les membres du laboratoire ont publiés de nombreux ouvrages et articles dans des revues de renommée internationale, nationales et régionales. Le LEAD est aussi bien connu au niveau de la communauté des économistes pour avoir organisé de nombreux colloques scientifiques internationaux.
Les programmes d’enseignement des deux spécialités du master sont naturellement en synergie avec les axes de recherche du LEAD. D’ailleurs, certains membres du laboratoire ainsi que les professeurs invités qui collaborent sur les projets de recherche du LEAD interviennent directement comme enseignants au sein de l’équipe pédagogique du master.
Par ailleurs, les étudiants du master sont naturellement intégrés dans les programmes d’activités du LEAD : ils participent à l’animation des séminaires de recherche, ils contribuent à l’organisation des séminaires grands public, ils prennent part à certaines activités de recherche du laboratoire, etc.
 En Martinique, le CEREGMIA constitue le seul laboratoire d’appui de toutes les spécialités du master.

Le CEREGMIA, EA 2440, a été créé en 1986. De par la pluridisciplinarité de ses membres, il est un centre de recherches aux activités diverses mais complémentaires, tournées vers des problématiques théoriques et appliquées, au service de la science, des collectivités et des entreprises.

Compte tenu des relations étroites entretenues par le CEREGMIA avec les collectivités et les pays de la Caraïbe, le laboratoire constitue un pôle de formation, de recherche et de valorisation privilégié, clairement positionné dans son environnement géographique.

Par ailleurs, les étudiants du master sont naturellement intégrés dans les programmes d’activités du LEAD : ils participent à l’animation des séminaires de recherche, ils contribuent à l’organisation des séminaires grands public, ils prennent part à certaines activités de recherche du laboratoire, etc.

Ses principales thématiques de recherche sont l’Economie, la Finance, la Gestion, l’Informatique, les Mathématiques et la Géographie et Aménagement du Territoire. Bien au delà de ces thématiques habituelles, les activités du CEREGMIA sont déclinées de façon dynamique et dans des directions multiples : projets pédagogiques, de recherche, de coopération, contrats, publications, diffusion et valorisation de la recherche, etc.

Pour se limiter simplement à trois exemples récents, les activités et réalisations du CEREGMIA ont été reconnues largement au-delà des frontières de l’UAG :

  • l'IFGCar, l'Institut de la Francophonie pour la Gestion dans la Caraibe, créé en 2006 et co-administré par le CEREGMIA,

  • la reconnaissance de nos travaux, ainsi qu'en témoigne le Prix de thèse 2007 de la Banque de France pour Samuel Bates, ou la labellisation de nos projets de recherche par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR Blanc, 2007; ANR thématique MDCO, 2007) ou le Ministère de l'Outre-Mer (2007),

  • les invités qu'accueille régulièrement le CEREGMIA, invités qui viennent des quatre coins de la planète,

GUYANE



  • Diplôme intermédiaire :

Tout étudiant ayant validé dans les conditions prévues au RGCCA1 les 60 ECTS des deux premiers semestres de la mention, sans condition de spécialité, pourra s’il en fait la demande et en particulier lorsque des débouchés professionnels sont avérés à ce niveau, obtenir le diplôme intermédiaire de :

Maîtrise : Sciences économiques et de gestion/ Mention : Economie



Au niveau du monde professionnel et en ce qui concerne le marché du travail, ce diplôme M1 de Maîtrise de sciences économiques et de gestion offre également une solide formation qui autorise à ceux qui en sont titulaires d’entrevoir des débouchés sur des postes à responsabilité ou non, dans la large palette de métiers du tertiaire.

B / Organisation de la formation - Choix pédagogiques
En Guadeloupe, la mention «économie » est organisée en deux spécialités, « Commerce international» et « Ingénierie économique du développement et de l’environnement ».

La seconde spécialité est organisée en deux parcours : Recherche et professionnel tandis que la première comporte uniquement un parcours professionnel.
En Martinique la mention «économie » est organisée en deux spécialités, « Monnaie Banque Finance » et « Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales».

La spécialité « Monnaie Banque Finance » est organisée en deux parcours Recherche et professionnel. La spécialité « Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales» comporte deux parcours qui sont à la fois Recherche et professionnel et qui portent les intitulés « Gestion et Evaluation des Collectivités Territoriales» et « Tourisme durable et Aménagement ». Dans cette spécialité, les parcours « Entreprises et Marchés » et « Gestion et Expertise des milieux littoraux » sont uniquement à caractère professionnel.
Le principe de mutualisation des enseignements en M1, en particulier, est acquis. D’ores et déjà, sur le pôle Guadeloupe et sur le pôle Martinique, tous les masters professionnels ont le même M1.

La spécialisation est pleinement mise en œuvre au cours des semestres 3 et 4, en M2. Quelque soit le M2, le recrutement des étudiants s’effectuera sur dossier sur l’ensemble des étudiants ayant validé le M1 du domaine.


  • Description globale des spécialités

Faire une description courte de chaque spécialité en terme de motivation, de débouchés, de dominante ou de majeur-mineur, de pluridisciplinarité, …………

Indiquer la mutualisation des spécialités, à quel moment du cursus la spécialité est pleinement mise en œuvre.

Indiquer les troncs communs.
La spécialité « Commerce international» a un contenu, suffisamment général et diversifié, permettant aux diplômés d’aborder une profession dans son ensemble en maîtrisant l’analyse du commerce international des biens et des services ainsi que l’ensemble des services et des techniques liés au commerce international.

Les débouchés sont dans les entreprises du secteur privé opérant dans le domaine du commerce international des biens et des services et dans les secteur public ou parapublic comme les missions économiques à l’étranger, les services économiques au sein des collectivités territoriales, les organismes à vocation régionales….
L’objectif majeur de la spécialité " Economie du développement et de l'environnement" est de former des chargés d'études économiques spécialisés du développement et de ses incidences environnementales. Ce master a pour but de donner aux étudiants les outils nécessaires et indispensables à traiter les facteurs intervenant dans les problèmes de développement et à l'environnement.

Les principaux débouchés se situent auprès des collectivités territoriales mais également les entreprises privées. Les bureaux d'études et de conseils aux entreprises, les cadres techniques de l'environnement, (éco conseiller, expert de risques) sont autant de débouchés pour les futurs diplômés de ce master.
La spécialité « Monnaie – Banque - Finance » implantée en Martinique remplace le DEA actuel (Analyse et Politiques Approfondies) et complète le parcours « Monnaie-Banque-Finance » de Licence. Elle vise à former des économistes spécialisés dans la banque, la finance et l’assurance afin qu’ils puissent exercer leurs compétences dans l'ensemble des activités du secteur bancaire, financier et de l’assurance (banques, autres Institutions Financières, marchés Financiers, Bourse, etc...) non seulement au niveau régional, mais également au niveau national et international.

Les débouchés sont très variés, de nombreuses possibilités sont offertes, à la fois dans les banques, les assurances, les institutions financières, mais aussi au sein des entreprises. Ainsi peut-on distinguer les emplois de chargé d’affaires d’entreprises, d’analyste de crédit auprès des banques de réseau, les postes de traders de trésoriers, le financement de projet, la gestion d’actifs (analyste financier, analyste d’études, analyste de marché, gestion de patrimoine…). Cette dimension professionnelle est grandement renforcée grâce à l’intervention dans la formation de professeurs PAST.

Si les principaux débouchés de cette formation sont dans les activités bancaires, financières et les assurances, pour autant ils ne se limitent pas à ces domaines. En effet, les connaissances de base en macroéconomie, en méthodes quantitatives qu’offre la formation sont à même d’élargir les débouchés. Ainsi en dehors de la banque et de la finance, les étudiants peuvent tout aussi bien s’orienter vers la préparation d’une thèse dans l'un des laboratoires d'accueil de l’Ecole Doctorale ou encore vers la fonction publique et parapublique, les entreprises d’études et conseils.

La spécialité « Gestion et Evaluation des Entreprises et des Collectivités Territoriales » implantée en Martinique correspond au DESS actuel qui fonctionne depuis un quart de siècle déjà. Elle comporte quatre parcours : le parcours « Entreprises et Marchés », le parcours  « Gestion et Evaluation des Collectivités Territoriales », le parcours « Tourisme Durable et Aménagement » et le parcours « Gestion et Expertise des milieux littoraux ». Ces parcours s’inscrivent dans la une logique de cohérence des cycles L et M, car ils offrent des opportunités de poursuites d’études aux étudiants des trois parcours de Licence (cf. Dossier d’habilitation de la Licence)

Cette spécialité résulte de la volonté de répondre aux besoins dus à la fois à l’extension et à la complexité des pouvoirs conférés aux élus locaux depuis la décentralisation et des difficultés que rencontrent les régions Ultrapériphériques au plan socio économique, de la pression sur les milieux marins et littoraux en pays insulaires, mais également de la spécificité des marchés et des entreprises insulaires.

Les transferts de compétences et de ressources vers des collectivités locales de plein exercice ont bouleversé les modalités d’action de l’état et suscité la mise en place de nouvelles entités administratives territoriales, de différents niveaux.

Par ailleurs, la multiplication de collectivités territoriales en difficultés au cours de ces dernières années incite un nombre croissant de responsables locaux à se doter d’outils d’évaluation et de gestion performants. Toutefois, la complexité de ces outils freine leur diffusion effective.
Le parcours « Entreprises et Marchés ».

Les entreprises qui évoluent dans l’environnement caribéen sont confrontées à une contrainte spécifique, l’insularité, qui nécessite une expertise particulière. Le parcours « Entreprises et Marchés » a donc pour objectif de former des cadres en matière de gestion des entreprises, capables de maîtriser les opportunités et les enjeux de l'environnement caribéen. Elle permet aux étudiants d'acquérir une compétence pluridisciplinaire indispensable pour prétendre à l'exercice de fonctions de cadre dans des organisations qui conçoivent de plus en plus leur fonctionnement sous forme de projets transversaux. Ainsi, en plus des enseignements de techniques économiques, de gestion et juridiques, les autres enseignements sont axés autour de l'économie caribéenne.

Dans le cadre de la formation, les étudiants doivent obligatoirement effectuer deux stages, dont un dans la Caraïbe. La rédaction d'un mémoire sur une problématique liée au monde de l'entreprise est exigée pour l'obtention du diplôme. La dimension professionnelle est grandement renforcée par l’intervention dans la formation de professeurs PAST.

Par ailleurs, les étudiants s'impliquent dans leur formation en organisant différents évènements tels que conférences, séminaires ou voyages d'études dans la Caraïbe. L'objectif principal de ces voyages d'études est d'aborder le contexte économique et institutionnel des pays de la Caraïbe.

Le parcours « Gestion et Evaluation des Collectivités Territoriales».

Elle correspond donc à une attente des élus des RUP qui sont de plus en plus nombreux à réclamer et solliciter des compétences en matière de gestion des budgets de leur collectivité.

Par ailleurs, la Commission Européenne a développé des relations partenariales avec les RUP qui visent à mieux adapter les politiques communautaires de développement dans ces régions. Cette dernière a récemment insisté sur son souhait d’avoir à sa disposition des outils théoriques et empiriques approfondis spécifiques à l’analyse de ces régions afin de mieux cibler des politiques. Or les spécialistes de ces domaines appliqués aux RUP sont encore peu nombreux, malgré ce besoin institutionnel important et urgent.

L’objectif de ce parcours est de former ces futurs spécialistes, sur le plan professionnel immédiatement opérationnel. La dimension professionnelle est grandement renforcée par l’intervention dans la formation de professeurs PAST.

Les profils d’emplois visés pour les diplômés sont ceux de consultants en finances locales, évaluation ou analyse financière territoriales ; de cadres « A » des collectivités (directeur financier, directeur général des services, etc.); de chargés d’études et chargés d’évaluation des communes, des départements et de régions et responsables des départements de prêts aux collectivités territoriales.

Le parcours « Tourisme durable et Aménagement ».

Son objectif est de former des cadres dans les domaines du tourisme et de l’aménagement. Il vise en effet, à former des cadres à même de réaliser des tâches pratiques de gestion, mais également de conduire des réflexions approfondies sur les questions de développement touristiques et d’aménagement du territoire.

En particulier dans le domaine du tourisme, ce parcours cherche à former des cadres supérieurs capables de maîtriser les outils et techniques nécessaires dans les métiers du tourisme, de l’hôtellerie et des loisirs. Il est orienté à la fois vers le secteur public et les entreprises privées. Le but est d’apporter une qualification universitaire de haut niveau aux futurs responsables de la gestion et de l’aménagement des espaces touristiques (stations touristiques...), aux techniciens de la planification touristique et aux experts en études d’impact, aux futurs chefs de services et responsables des offices du tourisme, associations de loisirs, entreprises de voyages et agences de tourisme, aux cadres capables d’assurer le management du développement durable aussi bien dans les entreprises privées que dans les organismes publics. Cette dimension professionnelle est grandement renforcée grâce à l’intervention dans la formation de professeurs PAST.

Si les principaux débouchés de cette formation sont dans les organismes et entreprises touristiques du secteur privé et public régionales, nationales et internationales, pour autant ils ne se limitent pas à ces domaines. En effet, les connaissances de base en macroéconomie, en méthodes quantitatives qu’offre la formation sont à même d’élargir les débouchés.

Le parcours « Gestion et Expertise des milieux littoraux ».

Ce parcours à pour objectif de former des cadres à la gestion durable des espaces labiles que sont les milieux littoraux. L’objectif n’est plus de fournir aux entreprises et aux collectivités, des spécialistes des côtes, puis des spécialistes de l’aménagement…mais des cadres polyvalents capables d’expertiser les espaces littoraux dans toute leur diversité, c’est-à-dire sous les angles physique, juridique, économique…soit en clair, sous l’angle de la biodiversité et du développement durable.

A l’issue de leur formation, ces futurs cadres pourront postuler dans des bureaux d’études, ainsi que dans des collectivités, en tant que chargés de mission, mais ils pourront aussi prétendre à passer le concours d’ingénieur territorial, car les enseignements qu’ils suivront relèveront tout autant des sciences humaines, des sciences juridiques et économiques, que des sciences exactes et naturelles (océanographie, par exemple).

Si par nécessité certains enseignements sont très académiques, d’autres seront beaucoup plus pratiques et concerneront par exemple les méthodologies à mettre en œuvre pour expertiser les milieux littoraux. Un stage pratique de trois mois permettra aux candidats d’appliquer sur le terrain les méthodologies présentées en cours.

Cette formation demeure innovante car ce sera la première du genre en Martinique, voire dans la Caraibe.


GUYANE
La spécialité du Master SEG ECONOMIE intitulée “Management et Financement du Développement Durable” est à caractère transversal et pluridisciplinaire. Elle répond à trois objectifs:

-Satisfaire la demande en matière de formation de haut niveau en Administration, Economie, Gestion et Finance.

-Assurer la continuation harmonieuse de la formation Licence SEG mention AES spécialité “Economie, Administration, Finances et Entreprises” et le positionnement dans l’orientation professionnelle ou de la recherche.

-Répondre à la quête forte et à l’intérêt que revêt la question du développement durable pour le milieu industriel privé/public, les collectivités locales et les organismes de coopération régionale. De plus, tout en gardant la dominante économique, cette spécialité 3 accorde une place significative à la Gestion, la Finance, le Droit et les Sciences Politiques.
Les spécialités 1, 2 et 3 ont la possibilité de mutualiser leurs moyens. Les deux premiers semestres sont similaires en Guadeloupe et en Guyane. L’orientation “Développement Durable” trouve son répondant en Guyane française.



  • Aspects professionnalisants :


Un partenariat très poussé existe avec les collectivités et les entreprises locales, les universités françaises et étrangères sur le plan de l’enseignement et de la recherche.
Partenariats des spécialités implantés en Guadeloupe
Les Master M2 Commerce international et Ingénierie économique du développement et de l’environnement comportent en tant que parcours professionnel un stage obligatoire qui est une composante essentielle de son dispositif pédagogique. Il place l’étudiant dans un contexte professionnel réel. Ainsi, son ambition est d’offrir aux étudiants une véritable expérience professionnelle avec les différentes étapes de prospection et recherches d’emploi, de travail sur site, rédaction du rapport, etc.
Dans cette optique, des conventions de partenariats existent déjà et des contacts ont été pris ou seront pris avec les organismes et sociétés suivants :


  • Dans la région Antilles Guyane

ANPE (Guadeloupe, Martinique, Guyane); DIREN (Direction Régional de l’Environnement et de la Nature) ; BNP - Paribas, BRED Banque Populaire, PARC NATIONAL de la Guadeloupe ; DAF (Direction de l’Agriculture et de la Forêt) ; SCA (Société des Ciments Antillais) ; SGMA (Société des Grands Moulins des Antilles) ; CMA (Caisse Mutuelle du Crédit Agricole) ; INSEE (Institut national de la Statistique et des Etudes Economiques) ; Crédit Agricole Mutuel; INRA ; Collectivités territoriales (Communauté des communes, Département, Région) ; IEDOM; Rectorats par exemple ;


  • Au niveau national

Avec les universités suivantes : Aix-Marseille II, Bordeaux IV, Paris I, Rennes I, Toulouse I, Paris II, Nice.


  • Dans la région Caraibe

Central Bank of Barbados; Central Bank of Trinidad and Tobago; Banque de la République d’Haïti; UNDP (United Development Program), Barbados ; CTA (Caribbean Tourism Association), Barbados Ministries of planning ; HRMC (Human Ressources Management Center) ; OECS (organisation of Eastern Caribbean States); CDB (Caribbean Development Bank) ; EIA (Environmental Impact Assessment) ; Water and Sevwerage Authority (WASA) par exemple;


  • Ailleurs, au niveau international

Avec les universités et établissements universitaires suivantes : l’Université de Belize, l’Université PUCMM de la République Dominicaine, l’Université West Indies, l’Université technologique de la Jamaïque et l’Université ULACIT de Panama en particulier ;

La Belgique : Le Département d’économie appliquée de l’Université Libre de Bruxelles;

Le Canada : HEC Montréal, Université du Québec à Montréal et Université de Montréal

Avec les organismes suivants : World Bank; United Nations; FMI.

Partenariats des spécialités implantés en Martinique

Partenariats des spécialités implantés en Guyane


  1. Ces aspects correspondent aux qualifications liées aux activités des domaines suivants : L’industrie spatiale, la forêt et l’industrie du bois, l’industrie des pêches (crevette, poissons), l’industrie aurifère, l’industrie minière, l’industrie de l’eau, des traitements des boues et déchêts, l’industrie de production d’électricité (les barrages), les entreprise innovantes,la biodiversité, l’industrie touristique, les relations de coopération transfrontalière.

  2. Ces aspects correspondent aussi aux qualifications conduisant à affiner les aptitudes tendant à exercer les activités d’enseignant des écoles (le primaire, le collège et le lycée) : Métiers d’enseignant de l’Education Nationale de la Recherche et de la Technologie. Les évolutions concernant l’IUFM de Guyane sont prises en compte.


Stage(s) obligatoire(s)  indiquer : positionnement dans le cursus, finalité, durée, et les types de stages visés,……
Les stages dans les master implantés en Guadeloupe
Le niveau M1 du Master comporte un stage non obligatoire. L'étudiant a le choix entre d'une part un stage en entreprise, un stage dans une administration territoriale ou un organisme para public et d'autre part un mémoire.

Le stage dure deux mois minimum. Il est préparé par un entretien préalable entre un représentant de l'entreprise (ou de l'administration), le stagiaire et le responsable pédagogique du M1. La mission est clairement définie et comporte des objectifs précis et mesurables. A la fin du stage, l'entreprise (ou l'administration) fait une évaluation écrite du travail du stagiaire et de son comportement et la communique au responsable pédagogique du M1. De même l'étudiant rédige un rapport de stage qui doit comporter non seulement des aspects techniques mais aussi des éléments de réflexion, voire des propositions sur le fonctionnement de l'entreprise ou du service concerné. Une note synthétisant tous ces éléments est attribuée à l'étudiant et entre dans le calcul de sa moyenne générale.
Le niveau M2 du Master comporte un stage obligatoire.

Pour des raisons réglementaires, tout stage doit faire l’objet d’une convention entre l’organisme d’accueil et l’Université des Antilles et de la Guyane.

La durée est de quatre mois minimum et six mois maximum. L’organisme d’accueil et le thème doivent être choisis en accord avec l’encadrement de la formation. L’étudiant sera encadré par un maître de stage, membre de l’entreprise d’accueil et par un tuteur enseignant de la composante.

Un rapport écrit et une soutenance orale devant un jury composé d’universitaires et de socio professionnels serviront d’évaluation du stage.
Pour la recherche de stages, les étudiants pourront s’appuyer sur les relations de coopération que les responsables du Master entretiennent avec de nombreux partenaires parmi lesquels, certaines universités du bassin caribéen, d’Europe et d’Amérique Latine, des institutions financières de la Guadeloupe, des entreprises régionales, les banques centrales de la Caraïbe, des organismes internationaux.
Les stages de la spécialité IEDE ont eu lieu ces dernières années dans un panel très large d’entreprises ou établissements publics :
Dans la région des Antilles et de Guyane

  1. Conseil régional de Guadeloupe

  2. Communauté des communes de Marie-Galante

  3. Conseil Economique et Social Régional de la Guadeloupe (CESRG)

  4. Chambre de Commerce et d’Industrie de Pointe-à-Pitre

  5. ADEME Guadeloupe

  6. Direction Régionale de l’Environnement et de la Nature (DIREN)

  7. Direction de la Santé et du Développement Social (DSDS)

  8. Direction de l’agriculture et de la forêt (DAF)

  9. Direction du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (DTEFP)

  1. Parc national de la Guadeloupe

  2. DDE

  3. SARA

  4. SGMA (Société des Grands Moulins des Antilles)

  5. INRA

  6. ARDTM (Agence Régionale pour le Développement du Tourisme de la Martinique

  7. INSEE

  8. ANPE Guadeloupe

  9. ANPE Martinique

  10. ASEDIC de la Guadeloupe

  11. Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe

  12. SOGUAFI

  13. IEDOM

  14. RECTORAT DE LA GUADELOUPE

  15. Ville de Baie-Mahault

  16. Ville du Moule

  17. Associations et entreprises diverses : Mission Locale, Institut de sondage privé


Dans la région Caraïbe

  1. CENTRAL BANK OF BARBADOS

  2. CENTRAL BANK OF TRINIDAD AND TOBAGO

  3. UNDP (united development program)

  4. CTA (Caribbean Tourism Association

  5. HRMC (Human Ressources Management Centre)

  6. WASA (Water and Sewerage Authority)


Au niveau international

  1. Banque africaine de développement (BAD)

  2. Centre de ressources des technologies pour l’environnement (Luxembourg)


Les stages dans la spécialité Commerce International (et avant dans le DESS Commerce International) se font obligatoirement à l’étranger pour une durée de quatre mois minimum à six mois maximum. Ces dernières années, les stages ont eu lieu principalement dans la Caraïbe dans les deux secteurs privée et publique et dans les missions économiques des Ambassades de France.

En voici quelques exemples non exhaustifs pour la spécialité Commerce International :

Agence de développement de l’économie et de l’environnement de la province de Hainaut (Belgique)

Aqua tours, République Dominicaine

ARCOR, République Dominicaine

Association of Trinidad and Tobago Insurance Companies, Trinidad and Tobago

Banks Holding Limited, Barbade

Bellot & Co, Dominique

Best Tide MFG Co Ltd, Hong Kong

Big P Customs Brokers, Barbade

Blue Waters, Trinidad and Tobago

Brydens, Barbade

Caribbean Association of Industry and Commerce, Trinidad and Tobago

Caribbean Label Crafts, Trinidad and Tobago

Caribbean Steel Mills, Trinidad and Tobago

Cariflex, Trinidad and Tobago

Chem Clean Limited, Trinidad and Tobago

European Public Relations, Belgique

Government Statistics Department, Saint Lucia

Gran Bahia Principe, République Dominicaine

Lever Brothers, Trinidad and Tobago

Louis Clarke, Trinidad and Tobago

Melville Shipping Limited, Trinidad and Tobago

Missions économiques, Belgique, République Dominicaine, Royaume Uni

National Petrolium, Trinidad and Tobago

New Frontiers Adventure Tours, Vénezuela

Organisation transports internationaux, Tunisie

Peake, Trinidad and Tobago

Prepac Caribe, République Dominicaine

Radica Trading, Trinidad and Tobago

Seawell Air Services, Barbade

Sevil travel, République Dominicaine

SIED, République Dominicaine

Smart Drinks Ltd, British Virgin Islands

Swiss Thaï Hotel Management Group, Thaïlande

Total, Trinidad and Tobago

Water and Sewerage Authority (WASA), Trinidad and Tobago

Webby’s, Belgique

Willys services, Dominica

Les stages dans les master implantés en Martinique
Les stages et les débouchés se situent dans les deux domaines public et privé en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, dans la Caraïbe, en Métropole et à l’étranger. Voici quelques exemples :

Mairies

AFD

ADI

Communautés des communes

CAF

CGSS

Conseil général

Conseil régional

Communautés d’agglomération

Association des maires

Ministère de la jeunesse et des sports

Trésor public

Syndicat mixte d’électricité

Hôpitaux

DDE

Préfecture

IEDOM

Régie des eaux.

Les stages dans les master implantés en Guyane
Stage de 5 mois au semestre 4 en entreprises d’activités spécialisées dans les domaines soulignés.

La finalité est l’apprentissage et l’insertion dans le domaine d’activités désigné.


Dispositifs mis en œuvre pour préparer aux métiers de l’enseignement en général.

Dispositifs mis en œuvre pour préparer aux métiers de l’enseignement en généra en GUYANE

Stage de 5 mois dans le domaine de l’enseignement en général, rapport de stage et d’activités.

Intégration des métiers visant la formation des IUFM.



  • Aspects formation à la recherche

Quels sont les dispositifs mis en œuvre dans la formation pour préparer les étudiants aux métiers de la recherche.
Les choix arrêtés au niveau de la liste des enseignements du Master Recherche  Ingénierie économique du développement et de l’environnement  ont pour ambition de donner aux étudiants une formation méthodologique solide et de les préparer aux métiers de la recherche permettant d’aborder les grandes problématiques de l’économie.
En parallèle des cours fondamentaux, la maquette met en avant un dispositif de préparation à l’activité de chercheur par le biais des modules complémentaires suivants :
E12 : Voies de recherche macroéconomique : un enseignement spécifique dédié à l’actualité de la recherche macroéconomique, présentant les domaines et les thématiques qui sont au centre des préoccupations actuelles de la communauté des chercheurs en économie ;
E13 : Séminaire de recherche : un enseignement innovant dans lequel un professeur de renommée internationale est invité à présenter ses travaux, l’organisation de ses activités de recherche, le fonctionnement de son laboratoire, ses enseignements, les liens entre ses enseignements et sa recherche, etc.
Séminaires invités : L’étudiant doit prendre part à l’animation des séminaires de recherche du LEAD, le laboratoire d’accueil du Master. Il est exigé :

  • une participation régulière et active à la présentation des travaux qui y sont discutés sur la base d’une fréquence hebdomadaire ;

  • la participation à la rédaction d’un article sous la direction d’un membre de l’équipe pédagogique.


Aussi, l’étudiant découvre et prend part à différentes activités de recherche. Il y découvre différentes approches méthodologiques qui lui permettront de développer ses propres aptitudes d'autonomie et de créativité. Par ce biais, il doit s’exercer à l’activité de Recherche.
MARTNIQUE

GUYANE
Intégration à la préparation et au déroulement des séminaires de recherche, déplacement d’études en groupe ou individuelle, participation aux travaux expérimentaux.


  • Mise en œuvre de nouvelles méthodologies d’enseignement :

Indiquer et décrire toute innovation prévue en la matière et l’usage des TIC : Cours en ligne / cours en présentiel avec supports informatiques / Cours à distance /
Tous les outils multimédias sont d’ores et déjà utilisés pour dispenser les séminaires théoriques et appliqués.

Des salles informatiques sont mises à la disposition des étudiants.

Des pages web sur le site de l’université sont utilisés pour faciliter la communication.

Un laboratoire de langue est utilisé pour dispenser les enseignements de langues.

S’agissant des séminaires à distance et des séminaires en ligne, un projet est en cours d’étude.

GUYANE
Cours en ligne / Cours en présentiel / Supports vidéographiques / Supports filmiques/ Supports informatiques / Outils multimédias / Visioconférence.


  • Passerelles et réorientation :

Indiquer ici, la méthodologie de choix d’une spécialité ou d’un parcours dans la mention, les possibilités de changement dans la mention jusqu'à quel niveau c’est possible.
En Guadeloupe comme en Martinique, l’année M1 est entièrement commune aux deux spécialités (commerce international et ingénierie économique du développement et de l’environnement), ensuite chaque étudiant choisira son orientation en vue de poursuivre sa spécialisation dans l’année M2.
Les étudiants peuvent s’orienter vers la spécialité de leur choix. Toutefois le choix de la spécialité 3 s’effectue en vertu des unités d’ossature 01 et 03 du semestre 1 et de l’unité d’ossature 2 du semestre 2. Les outils quantitatifs ne sont pas déterminants dans le choix de la spécialité 3.

Toute réorientation vers les spécialités 1 et 2 est possibles jusqu’à 4 semaines d’enseignement.

C/ Politique en matière de formation tout au long de la vie.

Toutes les mentions de master sont susceptibles d’être offertes en formation continue dès que le besoin est identifié et exprimé par l’IUFC (Institut Universitaire de Formation Continue)


  • Aménagements pour la formation tout au long de la vie (Adaptation des cursus et des méthodes d’enseignement) :


En Guadeloupe comme en Martinique, il est prévu également un aménagement de l’emploi du temps pour les étudiants ayant une activité professionnelle.
En Guyane, le Master SEG Mention Economie Spécialité Management et Financement du Développement Durable est susceptible d’être offerte en formation continue dès que le besoin est identifié et exprimé par l’IUFC (Institut Universitaire de Formation Continue) à tout candidat titulaire de deux semestres de Master Economie, Gestion, Droit, Sciences Politiques ou tout candidat dont le niveau professionnel est jugé équivalent après avoir observé la procédure de la validation des acquis ou de la VAE.


ORGANISATION PEDAGOGIQUE
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconImplantation : guadeloupe, martinique et guyane
«sciences économiques et de gestion» est de compléter les formations proposées en L offrant à l’étudiant un parcours complet lmd....

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconImplantation : 972 (Martinique), 971 (Guadeloupe)

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconMention : physique-chimie implantation : Guadeloupe et Martinique ( un parcours)

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconSemsamar
«troisième bailleur hlm» de Guadeloupe mais également active à Saint-Martin, en Guyane ainsi qu’en Martinique où elle indique gérer...

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconImplantation : guadeloupe et martinique
«sciences économiques et de gestion» est de compléter les formations proposées en L offrant à l’étudiant un parcours complet lmd....

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconDrom = département et région d’outre-mer (ancien dom) : Guyane française,...
«assouplissements» dus à leur éloignement; ainsi les drom bénéficient de plus d’autonomie que les autres départements ou régions...

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconMention : Administration Economique et Sociale Implantation : Guyane

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconMention : administration economique et sociale implantation : guyane

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconMention : Administration Economique et Sociale Implantation : Guyane

Implantation : guadeloupe, guyane et martinique sommaire du Dossier d’habilitation iconRésumé Le présent document a pour objet d’évaluer les implications...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com