Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie





télécharger 132.53 Kb.
titreVille et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie
page1/10
date de publication11.02.2017
taille132.53 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du XVIIIe



Marc Marti, , Université de Nice, CIRCPLES, EA 3159

Introduction



Le XVIIIe siècle est pour l’Espagne le siècle de la reprise, où selon les termes de Pierre Vilar «les facteurs de décadence s’effacent1». Dans la deuxième partie du siècle, l’essor économique amorcé plusieurs dizaines d’années auparavant va mettre à jour et amplifier des paradoxes et des contradictions dans le système socio-économique. Il est évident que la plupart de ces phénomènes existaient ou étaient latents lors des années précédentes, mais ils se retrouvent propulsés au premier plan lors de la période que nous nous proposons ici d’analyser.

La poussée démographique servira de point de départ, à la fois cause et conséquence de l’essor. Elle va créer de nouveaux équilibres régionaux et modifier la morphologie des centres urbains. Un courant migratoire de la campagne vers la ville va s’établir.

Mais rapidement, cette immigration va poser problème: sécurité publique, pratique de la charité seront remises en cause.

Les explications du mouvement migratoire sont cependant ailleurs, profondément enracinés dans un monde rural et une agriculture où dominent des structures inégalitaires, génératrices de pauvreté. Une inégalité qu’amplifiera la conjoncture économique, pourtant favorable à l’essor de la production agricole.

En effet, cet essor bénéficie en dernier ressort à la minorité privilégiée et propriétaire et donc à la ville, grâce à des mécanismes monopolistiques de commercialisation —en partie de fait et en partie de droit.

Les ministres éclairés essaieront cependant de briser ce processus en supprimant la taxation du blé et en décrétant le libre commerce. L’échec sur le terrain de la mesure illustre parfaitement les paradoxes du système socio-économique de cette fin du XVIIIe.

1. L’essor démographique et ses particularités




1.1. Le poids du nombre



La période se caractérise par une augmentation certaine de la population espagnole. Le phénomène s’explique globalement par une conjoncture favorable. La fin des grandes guerres européennes qui avaient saigné la péninsule de ses hommes, l’opportunité de conquérir des espaces agricoles encore vierges, conjuguées à la reprise économique (à la fois cause et conséquence) favorisent la croissance démographique tout au long du XVIIIe siècle. Mais biologiquement, c’est encore, comme aux époques précédentes, la hausse des naissances et non la baisse de la mortalité qui explique le phénomène. Pérez Moreda fait justement remarquer que le mariage et les naissances sont les plus sensibles aux facteurs conjoncturels2. La mortalité ne varie que très peu et de façon beaucoup moins élastique. La population s’accroît donc naturellement, avant les progrès de la médecine et de l’hygiène (qu’il vaudrait mieux situer au XIXe siècle, et encore dans sa deuxième partie). C’est toujours à un régime démographique d’ancien type auquel nous avons affaire, régime qui finit toujours par être globalement excédentaire, grâce au «poids du nombre»3, et aux variations de taux de nuptialité et de fécondité, et ce, malgré les hausses brusques des décès enregistrées localement.

De nombreux recensements furent réalisés au cours de la période qui nous intéresse. Les données brutes sont inexactes mais permettent cependant d’avoir un ordre de grandeur acceptable sur la population. En données corrigées, l’Espagne serait passée de 7,5 millions d’habitants en 1700 à 9,8 millions à la moitié du siècle pour atteindre les 12 millions en 18084.

Au bout du compte cependant, malgré cet essor humain, l’Espagne accumule un retard important vis-à-vis de ses voisins européens. A la fin du XVIIIe, avec sa population de 10 à 11 millions d’habitants pour une densité d’environ 22 habitants/km2, elle fait figure de nain face aux géants que sont la France (27 millions et 53 habitants/km2), (23 millions et 62 habitants/km2), l’Angleterre (16 millions et 64 habitants/km2) ou même plus modestement l’Italie (15 millions et 50 habitants/km2). Cette comparaison nous éclaire d’autant mieux sur les préoccupations populationnistes de la majorité des économistes du XVIIIe, qui rêvent tous d’une population plus nombreuse pour la péninsule.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconDe la ville réelle à la ville rêvée: Espaces urbains dans l’Espagne de la fin du xviiie siècle
«trois angles d'attaque: la pratique d'un support objectif que l'on peut décrire, sa représentation, qui n'est que subjective, l'imaginaire...

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconProgression Système géographique Seconde I epistémologie du système
«Système spatial et complexité territoriale», extrait de Annette Ciatoni, Yvette Veyret (sdd)

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconDiagnostic socio-économique de la partie marine du site N2000 «Ile de Groix»

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconMythes et paradoxes de l’histoire économique

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconAppui a la prise en charge socio-economique des deplaces et refugies...

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconRésumé Cette communication présente une méthode d’audit de la création...

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconLa relation «ville / campagne» excédée par la périurbanisation

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconA 1 lereps-université Toulouse
«campagne» et les interactions entre les dispositifs socio-techniques et le développement des métropoles

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconRésumé : Dans de nombreux pays, le système d’enseignement supérieur,...

Ville et campagne: paradoxes et contradictions du système socio-économique de l’Espagne de la seconde partie du xviiie iconLes chemins de l’industrialisation en France et en Espagne
«Saragosse vers 1860, une ville industrieuse sinon industrielle : les voies de la modernisation»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com