Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion





télécharger 25.24 Kb.
titreLeçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion
date de publication09.02.2017
taille25.24 Kb.
typeLeçon
e.20-bal.com > économie > Leçon
Chap 3 : L’Asie orientale

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion
Carte 2 pages 205

L’Asie orientale comprends la Chine littorale, la Corée du Sud, Taiwan, Singapour et le Japon. Il s’agit donc d’une ère multipolaire dont les échanges commerciaux, les réseaux d’entreprises et les investissements ont fait une puissance économique majeure à l’aube du XXIe siècles. Son unité se manifeste par son potentiel démographique (13% de la population mondiale) et surtout par sa puissance économique (20% de la production des richesses mondiales). Elle se caractérise aussi par une diversité irréductible d’abord par les rythmes de croissances différents ainsi que par les niveaux de vie différents et puis enfin les systèmes politiques diffèrent également avec une prédominance de l’autoritarisme.

L’expansion de l’Asie orientale suffit-elle a en faire un acteur mondial ?
I) Une puissance démographique et économique

A) Un poids démographique considérable

Depuis le IIIe siècles av JC, l’Asie orientale est le premier foyer de peuplement mondial. Cela s’explique par la stabilité des régimes politiques sur le long terme et par une main d’œuvre associée à la pratique de riziculture irriguée. Cet ensemble compte entre 750 et 800 millions d’habitants soit environ 15% de la population mondiale. Ce chiffre n’est pas exhaustif car la limite de la Chine littorale n’est pas précise. En effet si on compte la Chine entière avec ses 1,3 milliards d’habitants, l’Asie orientale comptera 25% de la population mondiale. L’Empire du Milieu pèse d’un poids décisif en Asie orientale par sa superficie (94% est en Chine littorale), par sa densité la plus forte sur les côtes (Chine utile) ou l’on trouve 80% de la population Chinoise, par l’influence de la civilisation chinoise grâce à sa culture et le confucianisme qui a une absence de raisonnement déductif et une loi de non-contradiction (c’est une pensée qui a été transformé en une idéologie légaliste et totalisante). La diaspora chinoise est très présente dans les autres pays de l’Asie orientale, est réputée pour son esprit d’entreprise et représente 35 millions de chinois dans le monde mais 75% sont en Asie orientale. Par exemple, à Singapour, 76% de la population est chinoise

Les espaces de l’Asie orientale et les échanges :



Doc1 pages 213

La Chine conserve également l’accroissement naturel le plus élevé dans une région où les autres Etats ont achevé leur transition démographique mais la mise en place de la politique de l’enfant unique en 1970 dans les villes a été efficace et a augmenté le taux d’emploi mais va entraîner un vieillissement de la population dès 2030 ce qui est présent au Japon.

Les villes, symboles de croissance et de poids démographiques, concentrent la majeure partie de la population achevant ainsi le phénomène de transition urbaine au profit de très grandes métropoles (26 agglomérations de plus de 2 millions d’habitants avec Tokyo et Séoul avec 35 et 22 millions d’habitants chacune). Mais la croissance urbaine est la plus forte en Chine qui rattrape son retard relatif de 35% d’urbanisme comme à Shanghai (+3%/an). D’où la formation de gigantesques structures verticales comme à HongKong qui est la 4e ville chinoise (devenue chinoise le 1er juillet 1997) avec 7millions d’habitants sur 1000km².
B) Un développement économique impressionnant

L’économie de la région relève du taux de croissance record comme au Japon et dans les autres Etats (+7,2%/an en Corée du Sud et à Singapour entre 1965 et 1995, +9,5%/an en 2004 en Chine et ce depuis 20ans). On peut parler de miracle asiatique dont ont surtout bénéficiés les NPI, les tigres ou les dragons avant la Chine avec 7000 milliards de dollars de revenus bruts, l’Asie orientale représente 25% des richesses de la planète. Elle est parfaitement intégrée aux réseaux d’échanges, elle représente 25% des importations mondiales surtout sous forme de matières premières et représente 20% des exportations mondiales de produits finis. C’est une puissance importantes dans les exportations de produits High-tech surtout au Japon et dans les dragons alors que la Chine garde quand même certains traits d’un pays atelier dont les produits sont moins sophistiqués mais le différentiel est le plus important au Japon car il y a des firmes importantes comme Toyota qui est à la 2e place des ventes automobiles mais qui possède le premier chiffre d’affaire devant General Motors. Aujourd’hui, Toyota vise 10% du marché en France.

Cette puissance est fondée sur une main d’œuvre importante, en partie qualifiée mais surtout à bas prix (40 centimes de l’heure dans les zones économiques spéciales).

C) Un espace qui attire les capitaux

Photo 4 pages 209

Carrefour est implanté en Asie avec 30 supermarchés en Corée du Sud depuis 1996, ce qui a nécessité 1milliard d’euros. Carrefour est devenu le 1er investisseur et le premier employeur étranger dans ce pays.

Ainsi, il existe deux manières d’investir en Asie orientale :

  • IDE : investissement direct à l’étranger dont les flux sont les 3e plus importants au monde notamment avec l’implantation de FTN. La Chine occupe la 1ère place pour les IDE (92% de ceux qui sont destinés pour l’Asie orientale). Ces IDE vont se diriger vers les grandes métropoles chinoises comme Macao (rendue par le Portugal en 1999), Hong Kong, Guangzhou (Canton) et Shanghai. Les membres de la diaspora chinoise sont de gros investisseurs dans leur pays d’origine (300 000 taïwanais ont achetés des maisons dans la région de Shanghai depuis 1990).

  • Les investissements en bourse. 33% de la capitalisation boursière mondiale se trouve en Asie orientale. La place de Tokyo attire 70% de cette capitalisation. Mais les bourses de Séoul, Singapour et Hong Kong attirent de plus en plus. La crise boursière de juillet 1997 née en Thaïlande a eu peu d’effets en Chine, au Japon et à Singapour.



II) Les espaces de la puissance

A) La mise en valeur des littoraux

Le développement des échanges régionaux est allé de paire avec la mise en valeur des façades maritimes. La « révolution » du conteneur est un domaine dans lequel l’Asie orientale représente 43% du trafic mondial. Cela s’est traduit par l’aménagement de très longs quais en eaux profondes équipés de grues pour la manutention à grande vitesse. Il va se développer de grandes industries aux abords de ces ports que l’on va appeler ZIP (zones industrialo portuaires).

La mise en valeur des littoraux s’inscrit dans une stratégie d’ouverture planifiée par l’Etat. Il se créé alors des zones franches (exemptées d’impôts et de taxes) afin d’attirer les investisseurs étrangers et leurs technologies.

Sur le littoral chinois ont donc été créée les ZES (zones économiques spéciales). En mai 1980, Deng Xiaoping décide de rompre avec l’isolement maoïste. Les jinji jushu kaifa (ZES) sont très variées en taille. En effet, elles peuvent concerner quelques immeubles comme de très vastes espaces comme la ZES de l’île d’Hainan qui est la plus vaste  de Chine. C’est une stratégie de développement du pays par étapes en commençant par le Sud-Est. Il y a 5 ZES en Chine dont 3 dans la région de Guangzhou avec Sten zen en face d’Hong Kong, Zhutaï en face de Macao et Shantou. Les autres ZES sont l’île de Xiamen et l’île d’Hainan. Dernièrement Pudong a été créée à Shanghai.

Doc. 4 pages 263 :

Le delta de la rivière des Perles, très lié à Hong Kong est devenue une gigantesque zone économique ouverte (ZEO) avec une activité des villes croissante et qui représente 12% du PIB chinois (Shenzhen est passé de 500 000 habitants en 1978 à 4,2 millions aujourd’hui). On assiste au développement d’une désakota dans la région de Hong Kong (terme indonésien  industrialisation des campagnes autour d’une métropole sans abandon des cultures et sans urbanisation). Dans ces zones littorales, il y a une congestion des villes donc on va construire des polders sur la mer. Cette congestion est liée à une circulation automobile en constante augmentation et une urbanisation bestiale.
B) Des pôles portuaires

L’urbanisation des littoraux est accentuée par les activités portuaires. On compte dans ces régions les plus grands hubs mondiaux comme Hong Kong, Singapour ou Kaohsiung à Singapour qui sont des plates formes multimodales spécialisées dans le trafic de conteneurs et qui vont fonctionner en harmonie avec de grands aéroports comme celui de Tokyo (4e mondial).

Chiffres pages 216-217

Ces ports d’Asie orientale concernent 80% de la construction navale mondiale et 31% de la flotte mondiale (Evergreen pages 217).

C) De fortes disparités régionales

Le développement des échanges et la stratégie d’ouverture ont engendrés une concentration des activités des hommes sur les côtes.

Doc. 3 pages 223

En Corée du Sud, il y a 2 zones urbaines et portuaires sur les côtes : Séoul et Ulsan Pusan au Sud-Est.

Doc. 1 pages 231

Les Chaebols (conglomérat d’entreprises coréennes) sont présents dans la région de Séoul comme Hyundai, Kia ou Samsung. Les espaces intérieurs sont délaissés, en retrait, comme en Chine avec Yunnan (province Sud, agricole) ou Sichuan alors que dans les grandes villes, le niveau de vie est élevé. Au Japon, l’île d’Hokkaido, la plus agricole, est fortement en retrait par rapport au reste du pays. Cependant, les activités littorales peuvent profiter aux espaces intérieurs avec l’embauche de salariés.

Shanghai se développe le long du fleuve Yangzi Jiang qui est le plus long de Chine (6380km) et le 3e fleuve mondial.

III) Un nouvel acteur mondial ?

A) Le « circuit intégré » asiatique

On peut parler d’acteur économique mondial unique car l’Asie orientale fonctionne en complémentarité et en réseau au sein d’un véritable « circuit intégré » asiatique (Michel Foucher)

Doc1 pages 224

Les différentes étapes de productions sont réparties entre les différents pays. Par exemple, pour l’informatique, les tâches les plus complexes seront faites au Japon, les composants techniques chez les dragons et enfin l’assemblage se fera en Chine d’où le développement des échanges entre les différents Etats de la région.

En 1970, 25% du commerce extérieur se faisait avec d’autres Etats de la région. En 2000, ce chiffre dépasse les 50% dont 45% sont pour les composants électroniques.

B) Rivalité ou intégration politique ?

On ne peut pas parler d’acteur unique au niveau politique car les Etats d’Asie orientale sont divisés car les sentiments nationalistes persistent qui sont des héritages de la période coloniale (présence occidentale en Chine) ou un souvenir de l’impérialisme japonais des années 1930 et qui entraîne une sorte de négationnisme du Japon (non reconnaissance des massacres de Nankin en Chine en 1937).

Cela se traduit par des tensions entre les Etats et forme l’existence de zones sensibles comme la zone démilitarisée entre la Corée du Sud et la Corée du Nord ou comme le détroit de Taïwan car la Chine considère l’île comme une province chinoise qui relève de la souveraineté de Pékin. En 2005, l’assemblée de ma république populaire chinoise fait une loi anti-sécession.

Par exemple, en 2005, les manifestations anti-japonaises se sont multipliées en Chine après la publication d’un manuel scolaire japonais qui considère comme un simple incident les massacres de 1937-1938.

On redoute l’éventualité de l’entrée des Japonais au conseil de sécurité.

Les îles Senkaku, japonaises, sont réclamées par la Chine.

Le conflit porte sur l’exploitation des ressources en mer de Chine orientale.

La diversité des régimes politiques fait ressortir les tensions :

  • Au Japon, l’empereur existe mais il ne dirige plus depuis 1946, il y a un régime parlementaire.

  • A Taïwan, la loi martiale est mise en place jusqu’en 1987. Le Kouomintang est un parti en place jusqu’en 2000 et de nos jours Taïwan est un régime multipartiste.

  • En Corée du Sud, la dictature a prit fin dans les années 1980 et depuis, un mouvement de démocratisation est mis en place.

  • En Chine, depuis 1949, le communisme mène le pays sans partage avec à sa tête Hu Jintao au PCC.


Donc la démocratie est en progrès en Asie orientale mais il persiste l’influence de l’autoritarisme passé et présent.

C) Le poids de la Chine

La Chine connaît les taux de croissance les plus important (+10% en 2005) grâce à son entrée dans l’OMC en 2001. La puissance économique de la Chine repose sur une offre importante (5e exportateur) et une demande importante (200millions de personnes dans la classe aisée). Il y a enfin l’apport important des capitaux étrangers.

Enfin, la Chine est la plus grande armée du monde avec un budget avoué de 30 milliards de dollars par an mais les spécialistes pensent que les réelles dépenses seraient 150 à 170% de celle avouées.

En 2003, les chinois font voler leur première navette (Shenzhou) avec le premier taïkonaute.

En 2008 auront lieu les JO de Pékin.

Ainsi, l’acteur majeur au niveau mondial est plutôt la Chine.

Conclusion

Si les divisions au sein de l’Asie orientale ne permettent pas de dire qu’elle est un acteur mondial, la puissance chinoise et sa croissance plus qu’importante permet de dire que l’acteur au niveau mondial serait plutôt la Chine.

similaire:

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconG7 : L’asie orientale : une aire de puissance en expansion

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconCorrige fiche de travail : I une aire de puissance en expansion

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconProposition d’approche thématique
La Chine du début du xxième siècle, une puissance émergente en expansion rapide dans le monde

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconB La seconde inscription lue sur un appareil exprime une puissance...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion icon3e GÉographie (14)
«puissance moyenne», la France a une influence culturelle et diplomatique très supérieure à sa puissance militaire ou économique...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconL a Chine est-elle une puissance mondiale ?
«La Chine, une puissance mondiale». En tant que géographe chinois, j’en suis très honoré et reconnaissant. Cependant, je préfère...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconQuelles sont les caractéristiques d’une puissance mondiale ? Pourquoi...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconLa Grande Bretagne est-elle encore une grande puissance en 1914 ?
«la grande puissance par excellence». Mais quels étaient les critères qui permettaient de la classer dans cette catégorie de grande...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconLeçon sur le chômage Source : Académie d'Amiens Cette séquence pédagogique,...
«Le chômage», est prévue pour une classe de 2nde baccalauréat professionnel tertiaire (bac pro en 3 ans). Documents joints : la leçon,...

Leçon 1 : Une puissance multipolaire en expansion iconExercice – Analyse de documents d’Histoire
«une économie monde multipolaire». Vous montrerez également quelles peuvent être les limites de la mondialisation des économies






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com