Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables





télécharger 49.32 Kb.
titreLeçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables
date de publication08.02.2017
taille49.32 Kb.
typeLeçon
e.20-bal.com > économie > Leçon
LA NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE INTERNATIONALE



  1. PRESENTATION




  1. Définition


L’expression «nouvelle architecture » a été utilisée par l’ancien Directeur général du FMI Michel Camdessus à la suite de la crise financière asiatique. En effet, une des leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables sans pour autant remettre en cause la libéralisation financière internationale.

 En 1999, M. Camdessus a précisé ce qu’il entendait par nouvelle architecture : « pas une nouvelle machinerie, pas une nouvelle intervention publique lourde, mais pour tous les joueurs, à la fois publics et privés, de meilleurs comportements et pratiques basés sur la transparence, la responsabilité, et la coopération ».


  1. Les piliers de cette nouvelle architecture

  1. Le point de vue de Camdessus

Selon Camdessus (1998), cette nouvelle architecture devrait reposer sur sept piliers :

  1. capacité des autorités à canaliser et discipliner les forces libérées par la globalisation afin d’en tirer pleinement partie eu termes de croissance économique.

  2. l’intégration a l’économie mondiale : elle est considérée comme un déterminant décisif pour le développement des pays aux plus bas revenus.

  3. « consensus universel » à propos du bien fondé de l’ouverture financière mondiale: on reconnaît explicitement que l’économie mondiale a un gain net a l’intégration financière.

  4. Les piliers quatre à six concernent les stratégies de politique économique sous-jacentes à la globalisation

  • la « règle d’or » de la transparence

  • une bonne gouvernance

  • des codes de bonne conduite et des standards internationaux limitant les perturbations financières.

  1. Enfin, le septième pilier reconnaît que la globalisation financière a pour conséquence essentielle un enchevêtrement des facteurs d’instabilité, d’où la nécessité d’avoir une approche multilatérale des problèmes.


  1. LES PISTES POUR CETTE NOUVELLE ARCHITECTURE


Du point de vue de la gouvernance mondiale, les points les plus représentatifs de la nouvelle architecture sont :

  1. l’intensification de la surveillance et de la discipline du marché par la production d’informations et l’amélioration de la transparence des marchés

  2. la question des moyens financiers engagés pour maîtriser la globalisation financière

  3. l’engagement du secteur privé dans la résolution des crises de liquidité

  4. et le rôle que peuvent jouer les contrôles sur les mouvements internationaux de capitaux



  1. La production d’informations et la recherche de transparence des marchés

  1. Le manque d’information au cœur des crises financières

Les crises mexicaine et asiatique en ce qui concerne les acteurs publics et les accidents financiers de grands opérateurs privés (banque Barings en 1995, LTCM en 1998), sans compter la crise des subprime, ont ceci de commun qu’ils révèlent l’absence d’informations pertinentes communiquées au marché et le manque de transparence de certaines opérations financières.

 Deux conséquences importantes :

  1. d’une part, la vertu disciplinante du marché est remise en cause compte tenu de la fiabilité limitée des informations transmises

  2. d’autre part, la présence d’asymétries d’informations favorise l’occurrence de comportements aveugles et de fuites des opérateurs en cas de tensions sur quelques intervenants majeurs.




  1. Les mesures prises

Dans cette perspective, depuis 1994, les institutions internationales ainsi que les organismes de supervision ont entrepris d’importants efforts afin :

  1. d’accroître la production d’information

  2. et d’améliorer la transparence des marchés


 Les vertus de l’information publique

  1. L’information produite par les institutions internationales s’interprète comme un bien public car elle est susceptible de limiter la surréaction des marchés

  2. Les institutions internalisent les externalités négatives engendrées par les asymétries d’information.


 L’information en provenance des Etats

 Le principe

En ce qui concerne les États, le FMI a pris diverses initiatives qui visent toutes à produire de l’information concernant leur situation.

La plus importante de ces initiatives reste le Special Data Dissemination Standard (SDDS) approuvé en avril 1996.

Définition : Le SDDS consiste, pour les pays insérés sur les marchés financiers internationaux, à fournir volontairement au FMI des données sur les variables macroéconomiques essentielles ainsi que sur leur situation monétaire et financière. Les données concernent :

  • le secteur réel (PIB)

  • le budget

  • le secteur financier

  • le secteur extérieur

L’objectif du SDDS est de faciliter la surveillance des investisseurs internationaux et de rationaliser la formation de leurs anticipations.

 La vertu disciplinante des marchés

L’adhésion au projet étant volontaire, l’hypothèse implicite est que les investisseurs feront pression — à travers le mécanisme des primes de risque — sur les États pour qu’ils adhèrent au SDDS.

 Des codes de bonne conduite

L’action informationnelle du FMI s’accompagne aussi d’un souci de dégager des codes de bonnes conduite entre les États membres, tels que ceux adoptés :

  1. en matière de finances publiques (1998)

  2. et de politique monétaire (1999).

 Cette stratégie s’inscrit dans la recherche de standards internationaux.
 Les limites de cette approche

  1. L’absence de publication systématique des avis du Fonds sur les pays membres en est une. La surveillance exercée par le FMI peut paraître d’une portée limitée si les rapports sur la situation économique des pays ne sont pas rendus publics. En effet, la capacité de pression du FMI est réduite si les marchés ne sont pas toujours informés des difficultés rencontrées par telle ou telle économie. Cette question a resurgi à l’occasion de la crise thaïlandaise de l’été 1997 car le Fonds n’avait pas publié le rapport sur la situation financière du pays. Dans cette perspective, il est permis de douter de l’efficacité du système de prévention. La position adoptée par le FMI est double : d’une part, il existe une certaine réticence à publier certains avis en raison de la crainte de provoquer une crise et, d’autre part, il ne semble pas possible d’imposer des décisions aux Etats membres en raison du respect de la souveraineté nationale.

  2. Le Fonds s’appuie sur les mécanismes du marché pour inciter les États membres à produire de l’information. Or, on peut douter de la pertinence de cette approche.


 L’action en direction des opérateurs privés

Elle est essentiellement le fait du Comité de Bâle pour la Supervision Bancaire du côté des banques et de l’Organisation Internationale des Commissions et Valeurs du côté des maisons de titres, créée en 1983 et regroupant les régulateurs des principales bourses du monde (cf. fiche sur le comité de Bâle).

Le rôle d’institutions extérieures au marché est ici essentiel pour inciter les opérateurs privés à révéler de l’information. En effet, compte tenu du caractère potentiellement stratégique de telles informations du point de vue de la concurrence entre les acteurs financiers, le marché seul n’est pas incité à les produire. Les comportements de tricheurs — du type une banque A diffuse une information mais pas une banque B — risqueraient d’être nombreux.



  1. Quels moyens financiers pour maîtriser la mondialisation financière? Débats autour du prêteur international en dernier ressort


L’ampleur des moyens a engager face aux crises financières qui affectent les marchés émergents a ouvert le débat sur l’opportunité d’un prêteur international en dernier ressort.

Le FMI demeure depuis sa création un pool de réserves consenties par les Etats membres, mais il n’est pas en mesure de créer de manière autonome de la monnaie.


  1. Qu’est-ce qu’un prêteur en dernier ressort ?

 Petit historique

La notion de prêteur en dernier ressort est apparue à la fin du 19e siècle à la suite des travaux de Bagehot (1873). Celui-ci considère que l’action de prêteur en dernier ressort est l’essence de l’art de la banque centrale. En effet, ce qui caractérise cette action de la banque centrale, c’est qu’elle est hors-marché puisqu’elle rompt la logique marchande en remettant en cause l’idée selon laquelle la sanction du marché est la seule possible et viable.

 Cependant, une telle intervention de la banque centrale est justifiée par le fait qu’elle assure un bon fonctionnement du marché.
 Définition

Le prêteur en dernier ressort (PDR) est une assurance collective qui prend appui sur le pouvoir discrétionnaire de la banque centrale.

Problème : La banque centrale doit faire face au phénomène d’aléa moral engendré par son intervention. En effet, si les agents savent que la banque centrale interviendra pour aider le marché, ils peuvent être incités à prendre plus de risques. Dans cette perspective, un certain nombre de principes directeurs guident l’action de la banque centrale :

    1. Tout d’abord, le PDR doit répondre à un souci de stabilité du système bancaire dans son ensemble et non de santé d’une banque en particulier.

 On en déduit la distinction entre les situations d’illiquidité et d’insolvabilité :

      • Seules les banques illiquides doivent faire l’objet d’une intervention de la banque centrale

      • les banques insolvables devant faire faillite puisqu’en situation structurellement défavorables.

Pour cela, le PDR doit exiger des collatéraux calculés à partir de la valeur des actifs avant la crise pour éviter qu’une institution insolvable bénéficie de son intervention. En outre, il doit prêter à des taux pénalisants afin d’empêcher les institutions non touchées par une crise de liquidité de bénéficier indirectement de prêts avantageux.

    1. Ensuite, le PDR doit en permanence laisser planer le doute sur leur intervention afin d’inciter les acteurs à se comporter selon des principes de saine gestion. Autrement dit, le prêteur en dernier ressort ne supporte pas l’automatisme, la règle.


 Les situations où un PDR est nécessaire

Un prêteur en dernier ressort peut être requis au niveau international dans trois situations principales (Aglietta et Denise 1999) :

    1. une banque commerciale peut connaître des difficultés dans ses activités internationales. Alors, l’intervention d’un PDR national suffit. Rappelons que le Concordat de Bâle précise que c’est la banque centrale ayant la responsabilité de l’institution défaillante qui intervient

    2. dans certaines circonstances, telle la crise des marchés boursiers des pays développés en octobre 1987, l’intervention conjointe de plusieurs PDR nationaux peut être nécessaire. Ainsi, les principales banques centrales sont intervenues simultanément sur leur marché respectif en injectant des liquidités

    3. enfin, une banque centrale peut intervenir comme PDR pour le compte d’une autre banque centrale. Une telle situation correspond au cas des crises financière des marchés émergents où les pays devaient faire face à un endettement en devises. En janvier 1995, les États-Unis ont joué ce rôle face à la crise financière du Mexique pour un montant de 20 milliards de dollars (sur un total d’assistances multilatérales de 48,8 milliards).

 Ce troisième cas est particulièrement important en ce qu’il pose directement la question de l’existence d’un prêteur international en dernier ressort (PIEDR).
 Vers un PIEDR ?

Dans cette perspective, un PIEDR semble bien nécessaire.

Question : Dans quelle mesure le FMI remplit-il ce rôle ?

 Les fonctions d’un PIEDR

Selon Fischer (1999), un PIEDR remplit deux fonctions principales en situation de crise :

    1. celle de prêteur

    2. et celle de coordinateur entre prêteurs et emprunteurs.

 Dans ces deux fonctions, l’intervention du PIEDR a pour objectif de stabiliser les marchés.

 Les fonctions du FMI

Selon lui, le FMI remplit déjà ces deux rôles:

  1. non seulement il a jusqu’à présent toujours été en mesure de faire face aux besoins financiers des États membres

  2. mais surtout il est intervenu afin d’organiser des solutions ordonnées aux crises de liquidités. Un épisode important a d’ailleurs porté sur la crise sud-coréenne : le Fonds a alors organisé la coordination entre les débiteurs privés sud-coréens et les banques internationales pour parvenir à un accord de rééchelonnement de la dette à court terme en janvier 1998.

De même, les facilités de réserve supplémentaires (FRS) mises en place en décembre 1997 afin de permettre à des pays de faire face à des difficultés exceptionnelles de balance des paiements peuvent sembler respecter les principes d’intervention d’un PIEDR. En effet si cette facilité de court terme fait l’objet d’une procédure d’obtention très souple, elle est assortie en contrepartie de taux d’intérêt pénalisants avec un minimum de plus 3 points par rapport au taux de base pratiqué par le FMI. Il s’agit ici de limiter un éventuel aléa moral.

Cette facilité a été utilisée pour la première fois par la Corée du Sud en janvier 1998.

 Les limites

En fait, si on peut admettre que le FMI remplit de facto les fonctions d’un PIEDR, il ne répond pas vraiment aux caractéristiques propres au prêteur en dernier ressort :

  1. l’absence de règles claires quant à ses modalités d’interventions laisse subsister un problème d’aléa moral

  2. les modalités d’action du FMI s’opposent au principe de l’ambiguïté constructive: d’une part, ses actions reposent sur ses statuts, il ne peut donc pas les cacher; d’autre part, il fonde ses interventions sur des principes énoncés à l’avance afin de sauvegarder sa crédibilité.

  3. Enfin, le FMI n’a pas la capacité de créer de manière illimitée la liquidité nécessaire pour stabiliser les marchés. En ce sens, il n’est pas une banque centrale.


 Les évolutions possibles

Aglietta et De Boissieu proposent une spécialisation des rôles entre le FMI et un réseau des principales banques centrales :

  1. Le FMI interviendrait selon les principes de la conditionnalité lors des crises de la dette souveraine liées à des déséquilibres macroéconomiques

  2. Le second interviendrait sans conditionnalité pour les crises impliquant les agents privés et les marchés financiers dont les conséquences pourraient être systémiques.

 Ce réseau de banques centrales reposerait sur les principes du PIEDR:

    • respect de l’ambiguïté constructive liée au caractère discrétionnaire de l’intervention

    • capacité illimitée à créer des liquidités.


 Le préteur en dernier ressort: stratégies comparées des États-Unis et de la zone euro

 Le PDR aux EU

Les États-Unis disposent de deux mécanismes principaux en cas de crises financières systémiques majeures :

    1. Le premier est le Fonds de Stabilisation des Changes (Exchange Stabilization Fund) (FSC) créé en 1934.

      • À l’origine, ce fonds répondait à l’objectif de stabiliser la valeur externe du dollar.

      • Avec le passage aux changes flexibles, les Etats Unis ont modifié en 1976 cet objectif. Désormais, le FSC a une mission plus large: outre la stabilisation de la valeur externe du dollar, il peut être mobilisé pour promouvoir des arrangements ordonnés des changes et un système stable de taux de change.

Le FSC n’a pas de ressources attribuées par le budget américain. Elles proviennent de trois sources principales :

        • les allocations de droits de tirage spéciaux reçus du FMI

        • les revenus provenant des intérêts perças sur les investissements et les prêts

        • les gains liés aux opérations sur les marchés des changes.

    1. Le second mécanisme que peuvent utiliser les États-Unis en tant que prêteur international en dernier ressort est le réseau des accords de swaps entre le Federal Reserve et d’autres banques centrales. Ce réseau de swaps entre banques centrales est en fait an accord d’achats/ventes réciproques de devises.

 La situation au sein de l’Union monétaire européenne ?

Au nom du principe de subsidiarité, les compétences et responsabilités concernant la supervision et la réglementation des banques relèvent des autorités nationales.

Il n’existe, au niveau européen, aucun mécanisme de gestion des crises financières. Ainsi, les statuts de la BCE n’ont pas prévu pour celle-ci un mandat explicite lui permettant d’injecter des liquidités en cas de crise financière. Autrement dit, l’UE n’a pour l’instant pas les moyens de faire face à ses responsabilités internationales liées au statut de l’euro.



  1. L’engagement du secteur privé dans la résolution des crises de liquidité

Les investisseurs internationaux anticipant l’engagement financier du FMI peuvent être moins incités à surveiller les États et agents privés endettés.

Dans cette perspective, la recherche d’une implication du secteur privé dans la résolution des crises de liquidité peut être un moyen important de réduire l’aléa moral lié à toute intervention des institutions internationales.


    1. Les deux approches

Deux approches opposées de l’implication du secteur privé peuvent être distinguées (Cornand, 2002) :

 La première est dite approche au cas par cas. Il s’agit en effet d’une approche pragmatique facilement mobilisable en cas de crise. Elle s’organise autour d’un certain nombre de principes :

    1. il ne doit pas y avoir de remise en cause du principe du marché: les obligations des pays endettés doivent être honorées

    2. dans les financements internationaux, la discipline du marché ne peut s’exercer que si des créditeurs sont responsables et assument donc des conséquences des risques pris

    3. la gestion de la crise doit se faire par des solutions concertées, négociées entre le pays débiteur et ses créanciers.

 Cette politique du cas par cas prend appui sur le FMI, chargé de l’appliquer en mobilisant ses outils.
 La seconde approche est dite par la règle et prend appui sur la mise en place de procédures de faillite au niveau international. L’idée générale est de considérer ici que l’absence d’un code international sur des faillites est une barrière institutionnelle rendant inopérante toute tentative de recherche de solution concertée.

En fait, il existe d’importants obstacles à la mise en place d’une procédure internationale de faillite du même type que les procédures domestiques:

  1. contrairement à une entreprise privée, un pays ne peut déposer son bilan

  2. il est difficile d’évaluer un pays comme on peut le faire pour une entreprise en faillite

  3. des différentes procédures nationales semblent rendre illusoire un accord international.


 Compte tenu des limites inhérentes à ces deux approches extrêmes, une solution intermédiaire est de plus en plus sauvent proposée.

L’objectif est alors de produire les mêmes incitations qu’avec les lois sur la faillite mais sans imposer d’autorité centrale.

 La première proposition est la création de Comités de créanciers, comme au 19e siècle et dans les années 30. De tels comités assurent la représentation des créanciers. Ils facilitent aussi la communication entre débiteurs et créanciers, réduisant ainsi l’incertitude liée aux crises de liquidité lorsque les acteurs sont décentralisés.

 Une deuxième proposition consiste à modifier les contrats de financements internationaux afin d’inclure des clauses d’action collective. Leurs objectifs sont principalement de limiter les litiges entre créanciers et d’empêcher qu’un créancier ne bloque le processus de restructuration de la dette.

 Cohen et Portes (2003) proposent aussi la création, aux côtés du Club de Paris pour la dette des États et du Club de Londres pour la dette bancaire, d’un club de New York dédié à la gestion de la dette obligataire.

Ce club aurait notamment pour fonction de superviser les négociations des créanciers obligataires.

 En 2001, Krueger, alors numéro deux du FMI, a proposé l’instauration d’un mécanisme de restructuration de la dette souveraine (Sovereign debt restructuring mechanism (SDRM)) assez proche de l’esprit de l’approche intermédiaire, même si la dimension institutionnelle est plus importante que dans les conceptions contractuelles.

Le SDRM vise à créer un mécanisme formel par lequel les débiteurs publics et leurs créanciers seraient incités à trouver un accord de leur propre initiative.



  1. Les contrôles des mouvements internationaux de capitaux, pilier de la nouvelle architecture?


Idée : Les contrôles sur les mouvements internationaux de capitaux pourraient pallier les insuffisances institutionnelles temporaires dans les pays émergents.


  1. Les mesures déjà prises

Ces pays ont dans les faits adopté une grande variété de mesures regroupées en trois familles principales :

  1. la taxe sur les entrées de capitaux (Brésil, Chili, Colombie et récemment la Thaïlande)

  2. les restrictions quantitatives (République Tchèque, Malaisie)

  3. les mesures prudentielles (Indonésie, Philippines, Thaïlande).

 Ces mesures ont deux caractéristiques: d’une part, leur caractère temporaire et, d’autre part, leur asymétrie. Ceci les distingue de la taxe Tobin : alors que cette dernière porte sur toutes les transactions du marché des changes, les mesures prises dans les marchés émergents portent, en règle générale, soit sur les entrées de capitaux, soit sur les sorties de capitaux. Cependant, conformément à l’esprit de la taxe Tobin, les flux à court terme sont plus particulièrement visés.


  1. L’efficacité des mesures

D’une manière générale, deux types de contrôle sont particulièrement importants.
 Le premier fait référence au contrôle sur les entrées de capitaux. C’est un système simple qui permet de pénaliser plus fortement les capitaux à court terme et qui est unilatéral. Il n’exige donc aucun accord international préalable. Le système de réserve obligatoire fait que l’investisseur est d’autant plus frappé que l’échéance de son placement est inférieure à la durée d’immobilisation du dépôt (un an).
 Le second type est le contrôle sur les sorties de capitaux. Edwards (1999) en distingue deux types :

  1. Dans le premier, les autorités imposent un contrôle (ou durcissent un contrôle déjà existant) lorsque le pays est confronté à une crise liée à un déficit des comptes extérieurs, mais sans avoir encore subi de crise de change entraînant une dévaluation de sa monnaie. Il s’agit d’un contrôle « préventif» auquel la stratégie thaïlandaise à partir de mai 1997 — c’est-à-dire après la première attaque sur le bath — peut s’ apparenter.

  2. Dans le second, le pays subit déjà la crise financière, liée notamment à une dépréciation massive de sa monnaie. L’objectif du contrôle est alors de retrouver des marges de manoeuvre pour promouvoir la croissance et mettre en place une politique de réformes structurelles sans être confronté aux assauts des spéculateurs. Le contrôle est dit alors «curatif » : son objectif est la baisse du taux d’intérêt domestique. C’est la logique du contrôle mis en place à partir du 1er septembre 1998 en Malaisie.

Que le contrôle sur les sorties de capitaux soit préventif ou curatif, il repose sur la même nécessité: empêcher les spéculateurs d’avoir accès à la monnaie domestique.
L’efficacité des mesures adoptées dans les économies émergentes peut être abordée à partir des objectifs initialement visés :

  1. action sur le volume et la composition des entrées de capitaux

  2. maîtrise des taux d’intérêt domestiques

  3. contrôle de l’appréciation du taux de change réel.


Au total, les contrôles sur les mouvements internationaux de capitaux pratiqués dans les marchés émergents ont eu une efficacité limitée. Cependant, comme le souligne Allegret (2000), l’efficacité a été d’autant plus importante que le contrôle s’est accompagné de politiques macroéconomiques cohérentes avec lui.
Source : d’après Jean-Pierre Allegret et Pascal Le Merrer, Economie de la mondialisation, éditions De Boeck

similaire:

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconRapport d’activités 2014
«Comment rendre un meilleur service à nos adhérents alors qu’en période de crise durable, les ressources financières sont moindres...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconEn effet, les leçons de Charlie n’ont pas été tirées. Nous n’avons...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconRésumé : Cette étude développe et teste empiriquement un modèle afin...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconLa crise financiere : causes, consequences, leçons
«Une crise qui fait des dégâts» «Les banques accumulent les pertes» Les chiffres de l’économie 2009, Alternatives Economiques hs,...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconLes relations internationales depuis 1945 Premier Volume: De 1945...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconL'Europe dans les affaires internationales
...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables icon«Dialogue stratégique Vietnam-Inde dans la Défense», vna, le 08/11/2013
«crimes du passé» japonais à l’encontre de la Corée du Sud. Cette réticence nippone enlise les relations internationales de la région,...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconNous gagnerons parce que nous n’avons pas d’autre choix —
«penser l’impensable afin de rendre possible l’impossible», voilà ce qu’exigerait selon lui la situation de crise. Autant vouloir...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconRésumé Afin de pouvoir restructurer une entreprise en déclin, IL...

Leçons tirées de cette crise a été la nécessité de réorganiser les relations financières internationales afin de les rendre plus stables iconRésumé La place actuelle de la Chine dans les relations économiques...
«commerce triangulaire», elle ne prend quantitativement, dans ce commerce, que la place que lui confère sa taille. La seconde partie...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com