Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe





télécharger 121.7 Kb.
titreDiffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe
page1/3
date de publication08.02.2017
taille121.7 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
HISTOIRE - THEME 3

    DIFFUSION ET MUTATIONS DU MODELE INDUSTRIEL A PARTIR DE L’EUROPE.



    QUESTION OBLIGATOIRE :

    CAPITALISME, SOCIETE INDUSTRIELLE, CULTURE EUROPEENNE A LA CONQUETE DU MONDE (MILIEU XIXe – MILIEU XXe SIECLE).


LECON : L’Age industriel, ses conséquences sociales et sa diffusion.


    SUJET D’ETUDE :

    LES MUTATONS D’UNE FILIERE ECONOMIQUE.


Les mutations de la filière automobile.


    NOTIONS A MAITRISER :

Age industriel

Crise

Croissance

Classe sociale

Libre-échange

Protectionnisme

Impérialisme


LECON : L’Age industriel, ses conséquences sociales et sa diffusion.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le monde est essentiellement rural, la fabrication des produits manufacturés s’effectue essentiellement dans de petites unités, de façon artisanale. Mais, à partir de 1850, une série de changements va faire apparaître un nouveau modèle économique et une nouvelle société.

Pourquoi et comment le monde entre-t-il dans l’âge industriel au milieu du XIXe siècle ?

L’âge industriel repose sur un modèle industriel particulier qui va profondément modifier les classes sociales et qui va rencontrer, dans sa diffusion, des oppositions plus ou moins fortes.

  1. Le modèle industriel européen.

Entre 1850 et 1939, les pays industrialisés connaissent une forte croissance économique reposant sur le modèle libéral et sur un contexte dynamique favorable.

  1. Une croissance économique d’ensemble mais coupée de crise.

Avant 1850, les pays européens présentent une faible croissance proche des 0,2% par an. Après 1850 et jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe connaît une forte croissance malgré des épisodes de crise économique.
DOC. 1 p. 99, production d’acier.

Présentation du document

Analyse temps long et temps court sur PWP
Cette alternance de période de croissance et de crise a donné naissance à des modèles économiques : cycles de 25 – 30 ans de Kondratiev avec des phases A de hausse (prix, salaire, profits) et des phases B de baisse ou de stagnation ; cycles de 6 à 11 ans de Juglar avec phase d’essor et de crise.

De 1850 à 1930, l’Europe du Nord-Ouest présente un taux de croissance moyen compris entre 3 et 4% par an. Le PNB de l’Europe a été multipliée par 4 au XIXe siècle. Le PIB par habitant a été multiplié par 2,5 entre 1870 et 1939. Ce développement économique est permis par une hausse de la production qui permet une baisse des prix donc une stimulation de la consommation qui, elle-même, incite à augmenter la production. Cette situation permet le plein emploi et la hausse du pouvoir d’achat. Dans le même temps, les échanges internationaux se développent par l’expansion du libre échange.

Cette croissance économique est particulièrement forte pendant trois phases / cycles : 1850-1873, 1896-1914 (en France, la « Belle Epoque » et 1919-1929 (en France, les « Années folles). Ainsi, entre 1919 et 1929, la production industrielle mondiale a progressé de 40%. Cependant, entre ces phases de croissance, l’économie européenne connaît aussi des périodes de crise.

Avant 1850, les crises étaient liées à des difficultés agricoles qui déstabilisaient la société et donc l’économie. La dernière grande crise de type ancien a touché l’Irlande, entre 1846 et 1848, suite à une maladie touchant les pommes de terre et conduisant les Irlandais à la famine (baisse de la population de 2 millions – décès + migrations). Les crises, après 1850, sont des crises de surproduction industrielle provoquant des faillites bancaire donc l’effondrement du financement des entreprises qui ferment réduisant à nouveau la production. La première période de crise est celle de la « Grande Dépression » entre 1873 et 1895 qui éclate en Autriche et en Allemagne puis se diffuse au reste de l’Europe et du monde. La seconde période de crise et la plus grave est celle qui débute en 1929.

Le 24 octobre 1929, le « jeudi noir », les cours des actions à la bourse de Wall Street à New York s’effondre provoquant la faillite de nombreuses banques puis la disparition de nombreuses entreprises. Les Etats-Unis et l’Europe connaissent une chute de leur production (/2 aux Etats-Unis), le chômage de masse (20% aux Etats-Unis, 6 millions de chômeurs en Allemagne, 12 millions aux Etats-Unis) et donc une profonde misère.

La première attitude des pouvoirs publics face à cette crise permet de comprendre un des facteurs de cette croissance d’ensemble, le développement du libéralisme économique.

  1. Le libéralisme et le capitalisme.

Face à la crise de 1929, le président de l’époque, Hoover, cherche à défendre l’application de la doctrine libérale. Selon celle-ci, l’Etat doit jour un faible rôle dans l’économie (garantir la liberté du travail, lutter contre la grève) laissant la place à l’initiative individuelle, à la liberté d’entreprendre, de travailler et d’échanger. Cette attitude doit conduire à l’enrichissement de tous et à la satisfaction des besoins de chacun. Les crises sont perçues comme une évolution normale permettant de fortifier l’économie en éliminant les entreprises trop faibles. Au niveau international, le commerce doit reposer sur le libre-échange et la libre concurrence. Cette doctrine a été développée en premier par Adam Smith en 1776.
Doc. 1 du poly

Présentation du document

Définition du libéralisme – « libre de suivre… »

Par quoi peut-on remplacer le « souverain » du texte ?

Rôle Etat : protection contre autres sociétés, protection des individus entre eux, grandes infrastuctures non finançables par particuliers
Entre 1850 et 1945, cette doctrine se manifeste sous différentes formes.

Le développement de l’activité industrielle nécessite le recours à des capitaux extérieurs à l’entreprise. Ce sont alors les banques qui financent les entreprises par des crédits, des investissements directs ou par l’orientation de l’épargne des Européens vers les sociétés par actions, lesquelles sont cotées en bourse en fonction des résultats.

On assiste aussi à cette époque à l’apparition de regroupements d’entreprises par concentration verticale ou horizontale pour mieux faire face aux crises économiques, pour améliorer leur compétitivité. On rencontre ainsi des holdings (groupe financier contrôlant des entreprises par participation dans leur capital), des groupes industriels absorbant plusieurs entreprises et dominant un secteur (trust aux Etats-Unis – US STEEL +800 entreprises, Konzerns en Allemagne, Zaibatsu au Japon) et, parfois même, des alliances entre grandes sociétés destinée à réduire la concurrence (cartel)

Pour améliorer leur productivité, les entreprises adoptent des méthodes de gestion du travail plus rigoureuse.
DOC. 1 p. 107

Présentation

Question a et b

T
aylor (1856-1915) développe une Organisation Scientifique du Travail visant à segmenter les tâches de production pour optimiser le travail des ouvriers. Ses théories sont mises en pratique par Ford qui crée ainsi le travail à la chaîne et la standardisation. Ces pratiques conduisent au développement des usines qui s’agrandissent de plus en plus. Cependant, le petit atelier reste majoritaire jusqu’au début des années 20.

En plus du développement du capitalisme, la croissance bénéficie d’un contexte favorable.

  1. Une période de profonds changements.

Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, le Royaume-Uni débute la première Révolution Industrielle. Celle-ci repose sur l’utilisation du charbon et de la machine à vapeur comme sources d’énergie. Elles permettent le développement du machinisme (organisation du travail basée sur l’utilisation d’une machine) qui augmente la production et, surtout, la productivité. Les secteurs économiques dominant sont le textile, la métallurgie et la sidérurgie.

A partir de 1880, débute la deuxième Révolution Industrielle qui repose, elle, sur l’utilisation du pétrole et de l’électricité comme source d’énergie mais aussi sur de nombreuses innovations technologies : Convertisseur Bessemer permettant la fabrication de l’acier en 1854, moteur à explosion développée par Daimler en 1886, application de la chimie organique (textiles artificiels, matières plastiques, aspirine en 1899).

Ces deux révolutions industrielles favorisent une révolution des transports.
Doc. 2 p. 109

P
résentation


Question 2 ; conséquences ?

En effet, la vapeur permet le remplacement des Clippers (bateau à voile) par les Steamers (bateau à vapeur), le moteur à explosion permet le développement des automobiles, la vapeur et l’utilisation de l’acier pour les rails permet l’explosion du transport ferré (35 000 km de voies ferrées en 1850, 1 millions de km en 1914 en Europe). Cette révolution des transports permet la découverte et l’exploitation de nouveaux espaces (transsibérien, lignes transcontinentales au Brésil et en Australie), raccourci les distances (Suez 1869 et Panama en 1914) et le coût du transport (de 1870 à 1914, le prix de la tonne de grains des Etats-Unis vers l’Angleterre baisse des 2/3).Enfin, les moyens de communication deviennent plus rapide et moderne (réseaux de câbles sous-marins pour le télégraphe puis le téléphone). Cette évolution permet une explosion du commerce mondial (1860 7 ma ; 1914 40 ma ; 1929 70 ma) et donne naissance à la première mondialisation.

La politique favorise la croissance par l’unification de certains Etats (Allemagne et Italie). La démographie favorise aussi cette croissance, en effet la population des pays industrialisés passe de 326 millions en 1850 à 612 millions en 1914 (transition démographique). Les marchés intérieurs se développent et les populations n’hésitent plus à se déplacer pour trouver de « Nouveaux Mondes » (Etats-Unis, Amérique du Sud, Australie, Canada).

Entre 1850 et 1930, un nouvel modèle industriel se met en place reposant sur le libéralisme, le capitalisme et le développement technologique. Ce nouveau modèle n’est pas sans conséquence au niveau social.

  1. Les conséquences sociales de ce nouveau modèle.

Le modèle industriel européen a remis en cause les équilibres sociaux existant depuis le début de l’époque moderne (1789). Les classes traditionnelles perdent de l’importance tandis que de nouvelles classes sociales font leur apparition. Toutes ces classes se rassemblent dans des villes qui prennent une importance croissante dans les pays industrialisés.

  1. Classes traditionnelles

Au XVIIIe, les sociétés européennes étaient dominées par l’aristocratie terrienne. Avec les révolutions industrielles, les aristocrates voie leur place dans l’armée, la politique ou la magistrature reculée même s’ils conservent une richesse et un prestige important. Certains s’allient même par des mariages avec la nouvelle haute bourgeoisie capitaliste.

Au XIXe, les pays européens sont majoritairement ruraux excepté le Royaume-Uni (25% en 1880). Cependant, les campagnes sont aussi touchées par la modernisation qui apporte la mécanisation, insert les exploitations agricoles dans un commerce plus large en alimentant les grandes villes. De grandes exploitations modernes commerciales se développent (farmers) cependant les petits paysans se retrouvent, eux, plus largement exposés aux difficultés et vont alimenter un important exode rural qui réduit la population active primaire.

A côté, des classes traditionnelles qui se modifient et perdent de leur importance, de nouvelles classes sociales apparaissent.

  1. Nouvelles classes

Doc. 2 du polycopié

Présentation

Compléter le tableau

Comparaison entre les trois familles. Que peut-on en déduire sur les rapports entre les différentes classes sociales
Le développement industriel a donnée naissance à une nouvelle élite sociale, celle de la haute bourgeoisie. Elle bénéficie de la richesse accumulée dans l’industrie, le négoce ou la banque. Cette bourgeoisie possède une réelle influence par la possession des moyens de production et par le patrimoine acquis (Boussac textile fr, Krupp sidérurgie all, Morgan banque USA, Rockfeller usa pétrole, Edison usa General Electric électricité). Cette classe sociale se caractérise par un genre de vie aisé (personnel de maison, salon où l’on reçoit, habits), par des lieux de sociabilité propres (Théâtre, opéra, bals, œuvres de charité et lieu de culte) et par la défense de certaines valeurs (importance de la famille, du mérite personnel, de la réussite professionnelle, du travail, de l’épargne, de la pratique religieuse et de la morale).

L’industrialisation a fait naître une nouvelle classe sociale, celle des ouvriers. Elle se scinde en deux ensembles celui des ouvriers qualifiés et artisans et celui des ouvriers spécialisés sans qualification (2 heures de formation), les prolétaires. Ce dernier ensemble est caractéristique du nouvel âge industriel. Les prolétaires n’ont que leur bras à offrir, ils subissent l’insécurité au quotidien à cause des conditions de travail (bruit saleté, odeurs, risque permanent d’accident, 15 heures par jour), de la menace du chômage et des conditions de vie difficiles (faibles revenus, logements étroits insalubres, mortalité élevée, maladies). Les femmes et les enfants participent pleinement à cette vie. Un des symboles de cette situation est le livret ouvrier instauré par Napoléon Ier en 1803 qui soumet totalement l’ouvrier à son employeur. Les prolétaires partagent des codes vestimentaires (blouses, bleu de travail) et de lieux de sociabilité (cabaret, bal, bistrot, grands rendez-vous sportifs).

Entre la haute bourgeoisie et les ouvriers, on rencontre un ensemble très hétérogène : les classes moyennes (Middle-classe au Royaume-Uni, Mittelstand en Allemagne, white collar). Ce groupe mêle des populations anciennes : petits commerçants, professions libérales mais aussi de nouvelles populations : employés, cadres, fonctionnaires, ingénieurs issues des révolutions industrielles et du développement des services. Cet ensemble disparate trouve son unité dans les valeurs qu’il défend : individualisme, volonté d’ascension sociale, peur de la déchéance sociale, importance de l’école pour la promotion sociale. Sous certains aspects, ces classes moyennes cherchent à imiter le mode de vie de bourgeois en fonction de leurs moyens, mais elles assistent aussi aux grands événements sportifs qui attirent les ouvriers.

En lien avec l’industrialisation, l’urbanisation prend son essor dans les pays occidentaux.

  1. Urbanisation et mode de vie urbain.

Entre 1850 et 1930, on observe une croissance urbaine rapide, la population urbaine prend le dessus sur la population rurale (en 1850 1/5 des populations européennes et américaines se trouvent dans une ville, en 1939 1/2). Les villes de plus de 100 000 habitants sont 42 en 1850, 118 en 1890, 183 en 1910 pour l’Europe ; 32 en 1890 et 48 en 1910 pour les Etats-Unis. Les populations se concentrent dans les capitales (rôle politique, économique, financière, industrielle – Paris 1 million en 1851, 2,9 millions en 1911 ; Londres 2,7 millions en 1850, 7,2 millions en 1911), les centres industriels (Ruhr, Le Creusot 1 300 habitants en 1793, 26 000 en 1880) et les grands ports (Hambourg, New York 0,7 million en 1850, 10 millions en 1930, Tokyo). Le développement de la population urbaine s’accompagne de profonds changements du paysage urbain.

Tout d’abord, on observe une extension horizontale de la ville qui absorbe les communes périphériques qui deviennent les banlieues et qui accueille les populations ouvrières dans de véritables bidonvilles ou la bourgeoisie dans des quartiers résidentiels aisés. L’extension est aussi verticale avec la construction des premiers gratte-ciels (Empire State Building en 1931) permise par l’utilisation de l’acier dès 1888.

Les villes connaissent aussi une fièvre de la construction destinée à adapter la ville à la hausse de la population et aux innovations techniques. De grands travaux sont menés :

  • modification du plan des villes (éventrement les vieux quartiers, percée de grandes avenues, travaux d’Haussmann à Paris),

  • amélioration de l’hygiène (réseau d’eau et d’assainissement, bains municipaux, espaces verts),

  • développement des transports urbains (gares reliant les villes au pays, métropolitain Londres 1863 Paris 1900),

  • amélioration du confort des rues (éclairage public – pétrole, gaz, électricité) et des logements (eau courante, électricité).

Les quartiers se spécialisent : quartier d’affaires, quartiers résidentiels avec une ségrégation sociale. Mais, de nombreuses habitations sont insalubres. Dans les années, l’Etat construit en France des HBM (habitation bon marché) pour les plus pauvres.

Enfin, la ville offre un mode de vie différent reposant sur la consommation (grands magasins – Bon Marché, Samaritaine, Harrod’s ; publicité ; libre-service ; magasin à prix unique), les loisirs et la culture de masse (stades, vélodrome, gymnases, théâtre, cinéma). Elles accueillent de grands spectacles sportifs (JO en 1896 Coupe du monde de football en 1930).
  1   2   3

similaire:

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconLe texte officiel (bo n 2009) : Les mutations de l’Europe au xixe...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconIi- les mutations de la quatrième industrie mondiale 2-1- un secteur...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconÉdition – Diffusion
«Management industriel» la «Gestion de la qualité» et le «Management environnemental». IL dirige la spécialité professionnelle «defi»...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconCorrection devoir ts4 : L’evolution du modele sovietique de 1953 aux annees 1970
«Khrouchtchev entamera la déstalinisation à partir de 1956» mais «Staline entama la déstalinisation à partir de 1956

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconRésumé L’article présente les résultats d’une recherche sur le contrôle...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe icon''L' europe, le modele et la puissance''

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconLe tiers secteur en Europe : un modèle, cinq variantes

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconRésumé Le mouvement des amap va bientôt avoir 10 ans. Nous proposons...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconDe nouvelles techniques commerciales Les solidarités entre marchands
«arts» ou «hanse». L’activité professionnel s’exerce à partir du ma selon trois forme jusqu’à la Révolution française. Cette organisation...

Diffusion et mutations du modele industriel a partir de l’europe iconRésumé Cette recherche se base principalement sur le modèle “ universel...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com