Definitions fluctuations économiques





télécharger 27.85 Kb.
titreDefinitions fluctuations économiques
date de publication07.02.2017
taille27.85 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
DEFINITIONS

Fluctuations économiques : ensemble des mouvements de baisse puis de hausse de l'activité économique. Ces mouvements d'expansion et de ralentissement sont repérés à l'aide d'indicateurs (niveau chômage, prix, stocks, …)

Cycles économiques : lorsque les fluctuations économiques sont régulières. On distingue 4phases :

- expansion : accélération conjoncturelle du rythme de la croissance économique par rapport au taux moyen de croissance de la longue période.

- crise: retournement brutal de la conjoncturelle.

- récession (ou dépression) : ralentissement du rythme de la croissance économique (ou baisse du niveau de production)

- reprise : période où le cycle amorce une nouvelle expansion.
On distingue 4 types de cycles :

  • Cycle de Kitchin (cycle mineur) : 40 mois

  • Cycle de Juglar (ou cycle des affaires) : 10 ans

  • Cycle de Kuznets : 20 ans

  • Cycle de Kondratieff (cycle long) : 50 ans

Périodicité : durée d'un cycle

Amplitude : de combien a été la chute de la production.

Trend : c'est la tendance de longue durée que l'on peut observer dans l'évolution d'une grandeur économique, indépendamment de ses fluctuations à court terme.

La croissance effective : est celle que l'on observe en réalité au cours d'une certaine période, c'est la hausse du PIB réel.

La croissance potentielle : du PIB potentiel : c'est à dire le PIB maximal qui pourrait être réalisé en utilisant tous les facteurs de production disponible sans qu'il y ait de tensions inflationnistes. C'est la croissance économique de long terme, on parle de « sentier de croissance ».


Croissance effective > Croissance potentielle

= écart négatif

=> inflation et écart expansionniste

Croissance effective < Croissance potentielle

= écart positif

=> Chômage et écart récessionniste


Choc d'offre : événement (perturbation exogène) qui agit sur la situation des offreurs 

-il est positif si les coûts de production diminuent (Ex : le fordisme)

-il est négatif si les coûts de production augmentent (Ex : le tsunami au Japon, le choc pétrolier)

=>Hausse ou baisse de l'offre globale donc du PIB réel
Choc de demande : c’est une perturbation de l'activité économique liée à une hausse ou à une baisse brutale de la demande de biens et services

- il est positif s'il fait augmenter le niveau de la demande (Ex : augmentation du niveau du SMIC)

- il est négatif s'il fait baisser le niveau de la demande (Ex : hausse des impôts)
Équilibre ressources/emplois : permet de mesurer :

-les ressources : provenance de biens et services dont l’économie a pu disposer au cours d'une année (offre globale)

-les emplois : usage que l'on fait des biens et services (demande globale)

P + M = CI + CF + I + X + variations des stocks

PIB = C + I + G + (X-M)

PIB = demande intérieure + demande extérieure

Demande anticipée : désigne le montant de la demande de biens et services que les entrepreneurs pensent pouvoir se réaliser.

Idéal type : (selon Max WEBER) construction intellectuelle constituée de certains traits empruntés à la réalité du phénomène étudié mais à ne pas confondre avec une photographie de la réalité.

Entrepreneur (selon SCHUMPETER) : Il révolutionne la routine de la production. Il le compare à un aventurier, il fait un pari qui réussi sur l'aventure.

Destruction créatrice (selon SCHUMPETER) : « L'impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement le capitalisme provient d'un processus qui le révolutionne incessamment de l'intérieure, détruisant continuellement ses éléments vieillis et en créant continuellement des éléments neufs, ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme. »
Typologie des innovations selon Shumpeter :

  • Innovation de produits : un nouveau produit (le téléphone mobile…) ; 

  • Innovation de procédé : une nouvelle méthode de production (la découpe au laser…) ; 

  • Innovation organisationnelle : une nouvelle organisation de l’entreprise (la sous-traitance…) ; 

  • Innovation de débouchés : un nouveau marché pour un produit existant (le marché de l’ADN…) ;

  •  Innovation d’exploitation de matières premières : un nouveau composant intermédiaire pour un produit (l’aluminium…).


Cycle de crédit : Pendant une récession il est difficile d'accéder au crédit (crédit remboursés>crédits octroyés) ce qui amplifie l'impact récessif des chocs de demandes négatifs.

Réciproquement dans la phase d'expansion, l’accès au crédit est facile (les banques sont confiantes) ce qui amplifie la croissance du PIB jusqu’à l’éclatement de la bulle éventuelle qui en résulte.

On entre alors dans un cercle vicieux :

Contraction de la

demande globale

Contraction des crédits

Ralentissement de l'activité économique


Paradoxe de la tranquillité : c'est au moment où l'économie est saine (peu de chômage, faible inflation, …) que les crises économiques se préparent.
Spéculation : achat d'un produit dans le but de le revendre avec une plus-value. Il ne s'agit pas de satisfaire un besoin.
Crédit crunch : C'est la contraction du crédit.
Déflation : baisse du niveau global des prix.
Désinflation : ralentissement de la hausse des prix.
Stagflation : Inflation + Stagnation (voire diminution du PIB)
Chômage technologique : il regroupe toutes les personnes ayant perdues leur emploi à la suite de la mise en place d'innovations et n'ayant pas les qualifications correspondantes à celles demandées sur le marché du travail.

Lorsque la contraction de l'activité économique se prolonge le chômage se transforme en chômage de masse, celui ci débouche sur un chômage d'exclusion : plus la durée du chômage s'allonge plus l'employabilité des chômeurs est atteinte.
Chômage de longue durée : lorsque les chômeurs concernés sont durablement éloignés du marché du travail voire exclus (supérieur à 1an).
Multiplicateur keynésien ou "multiplicateur d’investissement" : La théorie du multiplicateur établit qu’un investissement additionnel produit un effet démultiplié sur le niveau de la production et de l’emploi.

LES ÉCONOMISTES
Clément JUGLAR : (1819-1905), est l'un des tous premiers économistes à s'être intéressé aux cycles économiques. Les cycles de JUGLAR durent environ 10 ans (cycles des affaires ou cycles majeurs).
Joseph KITCHIN : (1861-1932), statisticien anglais. Les cycles de KITCHIN durent environ 40 mois (cycles mineurs).
Nikolaï D. KONDRATIEFF : (1892-1938), économiste russe. Les cycles de KONDRATIEFF durent environ 50 ans (cycles longs).
Simon S. KUZNETS : (1901-1985), économiste et statisticien américain d'origine russe. Prix Nobel d'économie en 1971. Les cycles de KUZNETS durent environ 20 ans.
Joseph A. SCHUMPETER : (1883-1950), économiste autrichien exilé aux États Unis. Il explique l’existence des cycles économiques par l'apparition de nouveaux produits technologiques (innovations) fondamentaux qui entraînent des gains de productivité. Il prévoit la fin du capitalisme par le manque d'entrepreneurs innovateurs au profit de gestionnaires (PDG).
John M. KEYNES: (1883-1946) Britannique qui est le premier à insister sur le lien entre demande et investissement et à analyser, la crise comme la conséquence d'une demande anticipée insuffisante.

Cercle vertueux de la politique keynésienne (politique de relance) + théorie du multiplicateur d’investissement.
Hyman P. MINSKY : (1919–1996) économiste américain, il parle du « cycle du crédit ».

similaire:

Definitions fluctuations économiques iconChapitre 6 : fluctuations et crises economiques

Definitions fluctuations économiques iconChap 2 : Les fluctuations économiques et

Definitions fluctuations économiques iconLes fluctuations economiques de court terme

Definitions fluctuations économiques iconFluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression

Definitions fluctuations économiques iconLe progrès technique et son incidence sur la croissance et les fluctuations...

Definitions fluctuations économiques iconDans quelle mesure les variations de la demande expliquent-elles les fluctuations économiques ?

Definitions fluctuations économiques iconÀ l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez...

Definitions fluctuations économiques iconComment peut-on expliquer les fluctuations économiques ?
«Les répercussions du séisme du 11 mars sur l'économie japonaise et l'économie mondiale», Bulletin de la Banque de France, 2011

Definitions fluctuations économiques iconLa Masse monétaire est-elle suffisante ?
«or» n’était pas suffisante pour empêcher des fluctuations économiques anormales. En fait à l’origine, la théorie économique était...

Definitions fluctuations économiques iconMandy michel académie d’Aix-Marseille Octobre 2016
«plein emploi» des facteurs sans tensions inflationnistes (le pib potentiel), et d’autres où c’est l’inverse. Les économistes parlent...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com