1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?





télécharger 278.03 Kb.
titre1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?
page1/9
date de publication12.12.2016
taille278.03 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9


Économie du développement durable.
1_3_1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?
Finalités (les indications complémentaires):


  • Souligner que le développement et le bien-être ne se résument pas à la croissance économique et montrer que le bien-être des populations résulte de quatre types de capital (naturel, physique produit, humain, social et institutionnel).

  • Expliquer pourquoi l’analyse économique du développement durable, qui se fonde sur la préservation des possibilités du développement pour les générations futures, s’intéresse au niveau et à l’évolution des stocks de chaque type de capital (accumulation et destruction) ainsi qu’à la question décisive du degré de substitution entre ces différents capitaux.

  • Évoquer à l’aide d’exemples, les limites écologiques auxquelles se heurte la croissance économique (épuisement des ressources énergétiques et des réserves halieutiques, déforestation, augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, etc.).

  • Souligner que le PIB n’a pas été conçu pour évaluer la soutenabilité de la croissance.


Objectifs : À la fin de cette partie du cours les élèves doivent être capable de :

  • définir les termes suivants : capital naturel, capital physique, capital humain, capital social et institutionnel, biens communs, soutenabilité,

  • distinguer les notions de croissance, bien-être et développement et expliquer le lien existant entre ces trois notions ;

  • expliquer pourquoi, le développement et l’amélioration du bien-être résultent de l’interaction de plusieurs types de capital,

  • montrer que dans le cadre de l’analyse du développement durable, l’analyse économique adopte une approche patrimoniale dans laquelle les critères de soutenabilité reposent sur l’évolution des stocks de quatre types de capital (naturel, physique produit, humain, social et institutionnel).

  • Présenter le débat sur le caractère substituable de ces quatre types de capital (soutenabilité faible et soutenabilité forte),

  • Présenter les limites écologiques auxquelles se heurte la croissance économique,

  • Présenter les difficultés de la mesure de la soutenabilité de la croissance, et notamment de l’évaluation des stocks de chaque type de capital, source de bien-être et de développement,

  • Montrer que le PIB n’est pas un indicateur de soutenabilité et que l’analyse économique s’efforce de trouver d’autres indicateurs pour mesurer la soutenabilité de la croissance et du développement.


Acquis de première : Externalités, biens collectifs, capital social.
Problématiques :

  • Quels sont les effets de la croissance économique sur l’environnement ?

  • Quelles sont les limites écologiques de la croissance économique ?

  • Comment favoriser le développement durable ?

  • Quels sont les principaux facteurs contribuant au bien-être de la population ?

  • Le développement durable est-il suffisant pour pallier les limites écologiques de la croissance ?

  • Le progrès technique est-il la solution aux limites écologiques de la croissance ?

  • La substitution entre le capital physique et le capital naturel peut-elle être totale ?

  • Comment mesurer le bien-être et la soutenabilité ?


Bibliographie :
Abdelmalki L et Mundler P, Économie de l’environnement et du développement durable, De Boeck, 2010.

Bontems P et Rotillon G, L’économie de l ‘environnement, Repères, La découverte, 2007

Gadrey J, Jany–Catrice F, Les nouveaux indicateurs de richesse, Repères, La découverte, 2005.

Laurent E et Le Cacheux J, Économie de l’environnement et économie écologique, A Colin. Cursus 2012.


    1. La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?




      1. La croissance économique ne suffit pas à assurer le bien-être d’une population.




        1. La croissance économique : une mesure imparfaite du bien-être.


Document 1.

[La qualité de la vie] n'est pas nécessairement liée à un bien-être 1 matériel. Différentes études montrent [...] que le bonheur dans la vie ou le bien-être n'est corrélé avec le revenu qu'au niveau de la satisfaction des besoins essentiels. L'effet positif d'une augmentation du revenu sur le bien-être diminue fortement après avoir atteint un seuil (qui est assez bas dans les sociétés riches) - on appelle cela le paradoxe d'Easterlin [...]. Bien que le revenu moyen ait doublé durant ces trente dernières années aux États-Unis, le nombre de personnes qui se considèrent comme étant heureuses a diminué […] La perception subjective de la qualité de la vie se découple de la croissance économique à partir d'un certain niveau, bas en l'occurrence [...]. Si nous prenons le revenu comme un indicateur de maîtrise des biens et services marchands, cela signifie que les politiques fondées sur la croissance du revenu au-delà du seuil d'Easterlin ne contribuent pas à l'augmentation du bien-être hédonique. [...] Par conséquent, nous pouvons dire qu'augmenter la qualité de vie sur Terre pour tous ne doit pas obligatoirement passer par des stratégies impliquant un usage matériel important ou de hauts revenus - au-delà d'un certain niveau de satisfaction des besoins.

Source :F. Rauschmayer, 1. Oman n, J. Frühmann, L. Bohunovsky, «Qu'en est-il des besoins? Reconceptualiser le développement durable», in J. Theys, C. du Tertre, F. Rauschmayer, Le Développement durable, la seconde étape, L'Aube, 2010.
Questions :

  1. Qu’est-ce-que le paradoxe d’Easterlin ?

  2. Quelles conclusions peut-on du paradoxe d’Easterlin ?


Documents 1, 2 et 4 livre de TES Hachette p 152, 153 questions 1 à 4.

Conclusion :

La croissance économique est un processus quantitatif se traduisant par l’augmentation au cours d’une longue période, d’un indicateur représentatif de la production de richesses d’un pays, le PIB en volume. La croissance apparaît aujourd’hui dans les médias comme un impératif et le fondement du progrès. Pourtant PIB et croissance sont à distinguer de bien-être et développement.

Il ne faut pas assimiler la croissance au développement. Alors que la croissance est un phénomène quantitatif, le développement est un phénomène qualitatif qui peut se définir par l’ensemble des changements sociaux et culturels qui accompagnent la croissance. Pour Amartya Sen, le développement doit accroître les capabilités, notamment celles qui qualifient d’essentielles (éducation, santé, bonne nutrition) pour assurer une réelle liberté de choix aux individus.

« Plus » n’est pas synonyme de l’amélioration de la satisfaction des individus. Même si la croissance permet l’accès à la médecine et aux systèmes de soins ainsi qu’à une amélioration des conditions de vie, les modes de vie du modèle productiviste, la pollution, l’alimentation trop riche dégradent la santé et l’environnement. Le système de soins se concentre sur la réparation de ces dégâts causés à la population et ses dépenses sont comptabilisées positivement dans le PIB, alors qu’elles n’améliorent pas le niveau de bien-être. De même, les dépenses occasionnées pour réparer les dégâts environnementaux liés à l’activité humaine devraient être soustraites du PIB. Le PIB ne tient pas compte également des contributions positives au bien-être comme le bénévolat, le travail domestique. De fortes inégalités peuvent également accompagner la croissance. Une société d’abondance n’est donc pas forcément une société où le bien-être est plus important. Le bien-être correspond à l’état d’un individu qui est satisfait par la vie qu’il mène. Les sources de cette satisfaction sont multiples. Le bien-être subjectif est évalué sur la base d’enquête d’opinion. Il est alors possible de constater une divergence entre l’évolution du niveau de vie et l’évolution du bien-être (le paradoxe d’Easterlin). La richesse est relative. Même si les besoins sont satisfaits, les désirs ne le sont pas forcément et la satisfaction n’augmente plus proportionnellement au niveau de richesse. Le bien-être évalué objectivement se base sur des indicateurs comme la santé, l’espérance de vie, l’accès à l’éducation, les inégalités, les conditions de travail, le logement…


        1. L’amélioration du bien-être d’une population résulte de l’interaction de plusieurs types de capital.


Document 2. Produire nécessite des capitaux

Toute activité productive engage, en combinaison variable, quatre types de facteurs de production, ou selon un terme aujourd'hui plus fréquent, de capitaux: naturel, technique (également appelé capital produit), humain et social. Les deux premiers ont des définitions généralement bien acceptées. Au sein du capital naturel, il importe de bien distinguer les ressources renouvelables (mais pas inépuisables) et les stocks finis et donc épuisables de substances utiles, en général contenues dans le sous-sol. Par capital humain, nous entendons les connaissances et compétences acquises par les individus, via l'éducation et la pratique. Le capital social est constitué de l'ensemble des institutions et relations sociales qui font que la combinaison des trois types précédents est d'une efficacité très variable selon les contextes «sociaux». Avec la même dotation initiale en capitaux naturels, techniques et humains, une société où les institutions économiques sont légitimes et efficaces, où les coûts de transactions sont réduits parce que la confiance entre acteurs est grande se développera beaucoup plus vite qu'une société en guerre civile larvée. On dira que son capital social est bien plus élevé. Ce capital est par nature collectivement «possédé» par la société concernée. C'est un bien collectif. [...]

Le capital naturel est un facteur de production essentiel dans deux types d'activité :

- La production primaire : le capital naturel y est étroitement complémentaire du capital humain et technique. Ces derniers perdent une grande partie de leur valeur s'ils ne sont pas combinés à un volume suffisant de capital naturel.

- L'entretien de la capacité de la nature à fournir, au-delà des biens et services marchands de la production primaire, des services non marchands (qui n'ont pas, ou pas encore, de prix explicite sur un marché) mais qui: 1) engendrent des externalités positives (des gains) au profit d'autres activités ou directement au profit du bien-être des populations (par exemple: les services hydrologiques, climatiques et de loisir rendus par une forêt), 2) ont une «valeur d'option» (par exemple: la bactérie amazonienne pas encore découverte, mais qui sera le remède miracle contre le cancer...), 3) ont une «valeur d'existence» aux yeux de beaucoup (par exemple: les baleines ou les gorilles).

Source : Pierre-Noël GIRAUD et Denis LOYER, "Capital naturel et développement en Afrique", in Serge MICHAÏLOF, «À quoi sert d'aider le Sud », Economica, octobre 2006.
Questions :

  1. Donnez un exemple de chaque type de capital.

  2. Pourquoi le capital social est-il un bien collectif?

  3. Pourquoi le capital naturel engendre-t-il des externalités positives?


Document 3. Le bien-être résulte de la combinaison de quatre types de capitaux.

macintosh hd:users:xaviergosse:documents:sortie scanner:sc0003c3b6.jpg

Source : manuel de TES bordas.
Document 4. Comment mesurer la valeur monétaire des quatre capitaux ?

Le bien -être à venir dépendra du volume des stocks de ressources épuisables que nous laisserons aux prochaines générations. TI dépendra également de la manière dont nous maintiendrons la quantité et la qualité de toutes les autres ressources naturelles renouvelables nécessaires à la vie. D'un point de vue plus économique, il dépendra en outre de la quantité de capital physique que nous transmettrons, et des investissements que nous consacrons à la constitution du «capital humain» de ces générations futures. Et il dépendra enfin de la qualité des institutions que nous leur transmettrons, qui sont une autre forme de «capital» essentiel au maintien d'une société humaine fonctionnant correctement. De quelle manière pouvons-nous déterminer si une quantité suffisante de ces actifs sera conservée ou accumulée pour les générations futures?

Si nous voulons y parvenir, nous devons convertir tous les stocks de ressources transmis aux générations futures en une unité commune, qu'elle soit monétaire ou non. L'agrégation d'éléments hétérogènes semble possible jusqu'à un certain point en ce qui concerne le capital physique et humain ou certaines des ressources naturelles qui font l'objet d'échanges marchands. Mais la tâche paraît beaucoup plus compliquée en ce qui concerne la plupart des actifs naturels, en raison de l'absence de prix du marché pertinents.

Source : Joseph E. STIGLITZ, Rapport de La Commission sur La mesure des performances économiques et du progrès social, septembre 2009.
Questions :

  1. De quoi dépend le bien-être des générations futures?

  2. Donnez des exemples d'investissement en capital humain.

  3. Quelles sont les limites de l'évaluation monétaire des capitaux nécessaires au bien-être?


Conclusion : Complétez le texte en utilisant les mots suivants : capital naturel, bien –être, capital humain, capital institutionnel, capital physique, capital social.
Le bien-être ne dépend pas seulement du niveau de richesse mais aussi de la combinaison d’un ensemble de facteurs plus ou moins personnels et plus ou moins subjectifs. Le niveau de ………………………………… dépend du stock global de capital, composé du …………………………… et du capital résultant de l’activité humaine : le capital physique, humain, social et institutionnel.

Le …………………………….. regroupe l’ensemble des ressources naturelles (renouvelables et non renouvelables) et les services rendus par les écosystèmes. Il s’agit d’actifs non produits par les activités humaines. Les ressources diverses de la nature sont susceptibles d’engendrer un service productif (richesses de la mer, du sol, du sous-sol…). Le ……………………………… remplit trois fonctions : une fonction de réserve de ressources, une fonction de décharge (absorption des déchets par l’air, l’eau, la terre) et une fonction de services d’habitat certains sont indispensables à la survie de l’espèce : air, eau, couche d’ozone, d’autres sont des services d’agrément qui affectent la qualité de la vie humaine tels que la beauté des paysages.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconChapitre 2 : La croissance économique est-elle compatible avec la...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconDossier documentaire chapitre 5- la croissance economique est-elle...
«La déforestation de la planète prend des proportions alarmantes», Le Monde, 25. 05. 05

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconEconomie Thème 3 – Economie et développement durable Questionnement...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconEconomie Thème 3 – Economie et développement durable Questionnement...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconPoint du programme : La croissance économique est-elle compatible...
«bien commun» apparait dans la colonne centrale du point Cela renvoie d’une part à l’analyse de G. Hardin (La tragédie des biens...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconChapitre 5 : La croissance économique est-elle compatible avec la

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconChapitre 5 : La croissance économique est-elle compatible avec la
«peut être le plus grand succès en matière d’accords internationaux», contient tous les ressorts d’une gouvernance environnementale...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconL’un des axes prioritaires du pddd concerne l’éducation et la sensibilisation...
«développement durable» au sein des collèges intégrant ses piliers fondamentaux : équité sociale, préservation de l’environnement,...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconDissertation sujet National, juin 2001 La diminution de l'intervention...

1 3 1 : La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ? iconComment le marché des quotas d’émission contribue-t-il à la préservation de l’environnement ?
«classer la population en un nombre restreint de catégories présentant chacune une certaine homogénéité sociale».(c’est cela que...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com