L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples





télécharger 42.69 Kb.
titreL’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples
date de publication08.12.2019
taille42.69 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples.
Introduction:

Consommation, épargne et investissement constituent les composantes fondamentales de l’économie d’un pays.
Si les décisions de consommation, et donc indirectement d’épargne, sont plus spécifiques aux ménages, celles d’ investissement relèvent davantage des entreprises, et dans une certaine mesure de l’Etat.

L'investissement est pour une majorité des entreprises "vital", car lié au processus industriel de l'économie moderne, qui rend notamment obsolète tout matériel en quelques années.

Il permet également l'amélioration des techniques de production et la diffusion du progrès technique.
L'investissement est donc une opération économique fondamentale. En effet, il détermine l'accumulation de capital, considérée comme une condition de la croissance économique.

Toutefois, l'investissement est une opération économique aux multiples visages et aux effets parfois contradictoires.


  • Nous allons dans un premier temps définir le concept de l’investissement (nous allons nous intéresser au role de l'investissement dans le système économique),

  • et dans un second temps expliquer en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples (étudier les différents paramètres qui poussent les entrprises et les ménages à investir).


1) Définition du concept
Notion

- L’investissement brut correspond à l’acquisition de biens nouveaux permettant d’accroître le capital. L’investissement net est la différence entre investissement brut et amortissement (l’amortissement correspond à l’usure, au déclassement et à l’obsolescence du capital).
Pour produire, les entreprises ont besoin notamment de machines productives. Ce stock de capital est soumis à deux flux contraires. Le premier, l'acquisition de biens nouveaux, permet d'accroître le capital. Il s'agit de l’investissement brut. Le second, correspond à l'usure, au déclassement et à l'obsolescence du capital. Pour compenser cette diminution du stock de capital, la firme a la possibilité de « mettre de côté » les sommes nécessaires au financement de tout ou partie de ces équipements. Il s'agit en fait d'un jeu d'écritures comptables, l'amortissement. L'investissement net est alors la différence entre l'investissement brut et l’amortissement. Ainsi, au sens le plus large, l'investissement est l'acquisition par une entreprise de biens de production. C'est le flux qui alimente le stock de capital c'est-à-dire qu'il représente l'accroissement du capital productif.
- L'investissement est une accumulation de capital,considérée comme une condition de la croissance économique en effet, les dépenses liées à celui ci sont destinées à accroitre les revenus futurs de l'entreprise.

La célèbre formule du Chancelier allemand Schimdt illustre bien ceci "les profits d' aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d' aprés demain"( double role : accélérer la croissance éco et diminuer le chomage).
FBCF

Le Système élargi de Comptabilité nationale définit l'investissement brut par la Formation Brute de Capital fixe, il inclut la construction notamment de logements qui concernent les ménages et les travaux publics des administrations publiques (équipements collectifs : infrastructures, écoles...). Au total, la FBCF privilégie surtout les biens matériels.

- En comptabilité nationale, l’investissement = Formation Brute de Capital Fixe. Ce sont les acquisitions moins les cessions d’actif fixes (bien corporels ou incorporels utilisés de façon répétée ou continue dans d’autres processus de production pendant au moins un an) réalisées par les producteurs résidents. (inclus les logiciels)

- Bien que s'agissant d'investissement au sens économique, les frais de recherche et de développement, les brevets et licences et la formation des salariés ne sont pas repris en tant que tel par la comptabilité nationale, car leurs effets restent incertains.
L’I en capital fixe consiste en l’achat de biens durables qui sont utilisés pendant plusieurs cycles de production, ce qui correspond à la notion de FBCF. En effet, le capital fixe est un stock qui varie en fonction de 2 flux opposés :

  • l’I brut, valeur totale des moyens de production achetés par l’entreprise, est le flux positif,

  • L’I net correspond à la différence entre l’I brut et les déclassements qui correspondent au flux négatif (l’usure, au déclassement et obsolescence du matériel du capital) et mesure la variation de la capacité de production.

Pour compenser cette diminution du stock de capital, l’entreprise a la possibilité de « mettre de côté » les sommes nécessaires au financement de tout ou partie de ces équipements, il s’agit d’un jeu d’écritures comptables, l’amortissement.

Les différentes formes

L’entreprise utilise traditionnellement trois catégories d’investissement productif en fonction des effets attendus sur la structure productive. Ces effets attendus vont conditionner le niveau et le type d’investissement que va réaliser l’entreprise.

  • investissements de capacité (ou d'extension) ("de développement") destinés à accroître la capacité (globale) de production, sans que les modalités de combinaison des facteurs de production soient substantiellement changées;

(= accroitre les quantités produites, normallement favorable à la création d’emploi)

  • investissements de remplacement ("de renouvellement") représentant l'acquisition de machines dans le but de remplacer le capital usé ou obsolète (càd l'amortissement ou la consommation de capital fixe);

(normalement renouvelé à l’identique) mais ce remplacement est rarement effectué à l'identique, car le bien d'équipement le plus récent est généralement plus efficace (donc à distinguer de "nouveau")

(= maintenir la production à son niveau actuel)

  • investissements de productivité (ou de rationalisation) ont pour objet de modifier le processus de production en vue d'accélérer la productivité du travail.

A niveau de production inchangé, ils conduisent à une combinaison des facteurs de production plus capitalistique. En d'autres termes, ils aboutissent à substituer du capital au travail

(= diminuer le prix de revient des produits, motivés par la recherche d’une baisse des coûts unitaires,

se traduit généralement par des suppressions d’emploi)

Dans la réalité, cette distinction est un peu artificielle (bien souvent, ces 3 formes d'invest se recouvrent):

Un investissement de remplacement ou de capacité inclut presque toujours un investissement de productivité.

On profite du remplacement pour acheter une machine plus performante.
- l'entreprise peut avoir d' autres buts (que chercher à produire plus ou mieux): notion d'invest "improductif"

  • image de marque plus forte ( invest de prestige)

  • améliorer le climat social (ex: construction resto entreprise, logement vacances)


- Une autre forme d' investissement apparait de plus en plus: les Investissements Directs à l'Etranger (IDE):

ex: acquisition d' au moins 10 % de capital social d' une entreprise en dehors du térritoire, dans le but d'acquérir une influence significative dans sa gestion.
Les effets

un moteur essentiel de la croissance économique

D’un côté, l’I augmente les capacités de production et donc les quantités de biens disponibles.

De l’autre, comme l’I une composante de la demande, une entreprise qui investit fait travailler d’autres entreprises qui les revenus complémentaires ainsi distribués stimulent la demande et l’activité économique.

Un I a donc un effet multiplicateur sur l’activité car une dépense initiale une succession de flux de dépenses et de revenus.

Cette idée correspond à la notion de multiplicateur keynésien selon laquelle une dépense complémentaire d’I détermine une hausse plus que proportionnelle du revenu national.

Cet effet dépend du niveau de la propension marginale à consommer (variation de consommation issue de la variation de revenu)

- L'investissement a un effet multiplicateur "effet sur la demande": une entreprise qui investit fait travailler d' autres firmes, les revenus distribués stimulent la demande et l'activité économique.

Il agit aussi sur l' offre puisqu'en augmentant les capacités de production, il augmente la quantité de biens disponible.
L’I est facteur de diffusion progrès technique, ce qui présente 2 conséquences :

  • En permettant d’intégrer les progrès techniques à l’appareil de production, l’I de productivité constitue un facteur de compétitivité des entreprises (par la diminution des coûts unitaires de production) qui peuvent ainsi gagner des parts de marché à l’exportation comme sur le marché intérieur (sous réserve d’une offre suffisante sinon importation pour combler l’insuffisance)

  • L’I permet en outre d’introduire et de diffuser le progrès technique par l’intermédiaire des générations nouvelles d’équipements productifs, ce qui se traduit par un rajeunissement du capital.


Finalement,

l'investissement représente les dépenses destinées à accroître les revenus futurs de l’entreprise. Néanmoins, cette notion ne doit pas être confondue avec son sens courant, synonyme de placement « investir en bourse ».
2) Paramètres multiples du niveau d’investissement (déterminants)
Avant de prendre la décision d’investir, l’entrepreneur est amené à comparer une dépense immédiate avec des recettes futures résultant de la vente des produits obtenus grâce à cet investissement.

Les entreprises vont donc prendre en compte différents facteurs classés en 2 catégories:

les facteurs internes, càd liés à la situation de l’entreprise, et les facteurs externes.

Pour l' ensemble de l' économie, le niveau d' investissement est la résultante de multiples paramètres.
a) Les facteurs internes (liés à la situation de l’entreprise)

- L'entrepreneur tient compte : de la demande, des profits escomptés, mais aussi de sa capacité de financement
Le marché

Les débouchés doivent donc leur paraître suffisants,

L'investissement est largement tributaire du niveau de la demande qui s’adresse à l’entreprise.

Il n’est pas nécessaire d’accroître des capacités de production quand la demande stagne.

L’entreprise ne prendra sa décision d’investir que si elle considère le niveau des débouchés suffisant.

En effet, l’investissement dépend de la demande anticipée.

leur capacité productive doit être durablement inférieure à celle qui permet de satisfaire le demande anticipée.

De plus, il faut que l’entreprise ait une capacité de production durablement inférieure à la demande qu’elle anticipe afin de la satisfaire.

Si ce n’est pas le cas ou si elle possède une capacité productive inemployée, elle n’investira pas.

Le taux d’utilisation des capacités de production est un indicateur fiable de l’état de santé de l’économie,

il permet d’anticiper l’évolution de l'investissement.
- Le marché est un composant essentiel au désir d' investir: satisfaire l'accroissement de la demande (invest de développement). L'investisseur doit ici satisfaire la demande en tenant compte le risque de retournement de la conjoncture, le risque de surcapacité, ainsi que celui de la réactivité de ses concurrents.

Pour Keynes, l' investissement dépend de la demande effective; c'est le fruit des anticipations des entreprises.
Les résultats et la VA

Le premier facteur déterminant de l'investissement est celui de la situation de l' entreprise :

Le rendement espéré et attendu du nouvel équipement est aussi un facteur déterminant à l' investissement.

Les indicateurs de résultat jouent un double rôle :
La décision d' investir s’effectue si la rentabilité de l’investissement est suffisant (en fonction du niveau des profits escomptés, du rendement escompté de leur nouvel équipement).

Au niveau Macro-éco, on observe une corrélation entre taux de marge (EBE / VA) et le taux d’investissement.

Pour les néo Classique, il y a achat de biens d' équipement si la productivité est supérieure au cout.
L'entrepreneur doit tenir compte de la capacité de son entreprise à financer ses projets (structure financière).

L’investissement sera conditionné à la capacité qu’à l’entreprise à le financer

(CAF suffisante, capacité d’endettement suffisant, structure financière de la société ).

Les profits réalisés dans le passé permettent à travers l’autofinancement de disposer de ressources nécessaires à l’investissement. (importance des fonds propres, et poids de l'investissement antérieur)
L’évolution du partage de la VA joue également un rôle contradictoire :

  • on constate que lorsque le partage de la VA entre salaires et profit s’effectue en faveur de l’entreprise (plutôt qu'aux employés), celles-ci ont tendance à augmenter leurs dépenses d'investissement

  • en contrepartie, si la répartition de la VA lèse les salaires, la question des débouchés se pose, et la pertinence de l'investissement remis en question


b) Les facteurs externes

L' investisseur doit aussi tenir compte de facteurs externes :

La demande exerce un effet d’entraînement sur la formation de capital. Nous avons vu que l’I est lié à la demande anticipée par l’entreprise qui ajuste des capacités de production aux débouchés qu’elle escompte.
Le coût des facteurs

Le poids du coût du travail supérieur à celui du capital (coût relatif des facteurs) favorise l’investissement (de productivité). L’idée et l’hypothèse sous-jacente est que les facteurs de production sont substituables.
La question de l’investissement sur l’emploi est controversée (remplacement de l' Homme par des machines).

Les conséquences dépendent du type d’ invest réalisé. La création d’emploi est favorisée par les invests de capacité, les conséquences d’un invest de productivité sont plus nuancées.
Le coût du financement

En l’absence de ressources financières suffisantes, et dans la mesure où la structure de son endettement le permet, l’entreprise pourra avoir recours à l’emprunt.

L' aspect financement est donc aussi un déterminant du niveau de l'investissement.
Les taux d'intéret jouent un role essentiel dans le désir d' investir :

Le taux d'intéret représente le cout d'acquisition des capitaux empruntés,

ou le "cout d'opportunité" des capitaux propres réinvestis par l'entreprise sur le marché;

c'est à dire le manque à gagner par rapport à un placement de ses capitaux sur les marchés financiers.
Une entreprise se prononcera sur l’invest en comparant:

  • le coût de l’emprunt

  • à la rentabilité attendue de son invest.

La profitabilité est la comparaison entre le rendement anticipé des opérations productives (le taux de profit)

et le rendement certain des placements financiers.

L'entreprse peut donc arbitrer en faveur de placements financiers plus rentables.

  • Des taux d’intérêts peu élevés favorisent donc l’investissement.

  • Au contraire si le taux de profit est inférieur au taux d’intérêts des marchés financiers, l’entreprise n’investira pas et se désendettera;

Une profitabilité négative (un taux d’intérêt supérieur à un taux de profit) décourage l’investissement.

- Pour Keynes et néo-classiques, l'effet taux est un indicateur important sur le comportement des entrepreneurs.
Conclusion:
L’investissement est une opération économique fondamentale.

En effet, il détermine l’accumulation de capital, considérée comme une condition de la croissance économique.

L'investissement représente les dépenses destinées à accroitre les revenus futurs de l’entreprise.
La décision d’investir dépend non seulement du niveau de la demande, mais également des choix de chacun.

Les déterminants étudiés nous montrent que l’investissement n’est réalisé que s'il est rentable.

(principalement) Les investissements ne sont réalisés que s'il apparaissent rentables,

Par ailleurs, l'investissement ayant actuellement tendance à favoriser le facteur capital au détriment du facteur travail, se pose la question des débouchés.
L' investissement n'est pas sans risque pour une entreprise, l'anticipation, la réactivité de l'investisseur sont déterminants (son moral aussi).

L'investissement est souvent le signe d' une bonne santé économique d' un pays, investir c'est croire en l’avenir...

ANNEXES:
Notion

- Au sens large, l’investissement est l’acquisition d’un capital en vue d’en percevoir ou d’en consommer le revenu. Au sens étroit, l’ investissement est l’acquisition de biens de production en vue de l’exploitation d’une entreprise et de dégager un revenu ou augmenter la capacité de production.

Autrement dit, l’ invest peut être défini comme l’engagement du capital dans le processus de production.
l'incorporel

Cependant, avec le temps, l'appareil productif se transforme. Certaines dépenses en services peuvent également être appréhendées comme des investissement dans la mesure où elles permettent d’accroître la capacité de production future de l’entrepise Par exemple, avec l'apparition et le développement de l’informatique, de nouveaux types d'investissements apparaissent. Ainsi, les logiciels qui, en raison de leur nature (des informations codées servant à piloter les systèmes informatiques) constituent des investissements incorporels ou intellectuels c'est-à-dire immatériels (dépenses en services destinées à préparer l'avenir). Leur importance dans les comptes de l'entreprise n'a cessé de progresser au cours des dernières décennies : en près de trente ans, leur part dans la dépense totale d'investissement a quasiment doublé.

Si le nouveau Système élargi de Comptabilité nationale intègre dans la FBCF certains éléments incorporels (logiciels, œuvres littéraires et artistiques, frais de prospection minière et pétrolière), il n'en demeure pas moins que d'autres aspects immatériels, aux effets trop incertains, ne sont pas encore appréhendés bien qu'il s'agisse sans conteste d'un investissement au sens économique : frais de recherche et développement, de publicité, des brevets et licences, de la formation des salariés.... c'est-à-dire une dépense susceptible d augmenter à terme la production et les revenus.
- L' investissement se présente le plus souvent comme l'acquisition ou la construction de matériel, d'un terrain,d' un local commercial (destiné à...).
Transition: Après avoir vu le concept de l’investissement, il convient maintenant d’étudier les paramètres qui déterminent l’investissement.
conclusion:

Des facteurs aléatoires agissent sur la rentabilité

Il permet également l’amélioration des techniques de production, et la diffusion du progrès technique.

L’investissement est une notion complexe, elle regroupe des investissements matériels et immatériels.

La volatilité des investissements est accentuée par le fait que tous les choix sont fondés sur des anticipations.

D'autres facteurs jouent sur la rentabilité de l’activité (fiscalité, le coût du personnel, les taux d’intérêts, les coûts d’achats des matières… ).

similaire:

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconL investissement est une opération économique fondamentale. Définissez...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconL’investissement est aujourd’hui une variable économique et politique...
«les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain»

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconLe multiplicateur d’investissement
«Lorsqu’un accroissement de l’investissement global se produit, le revenu augmente d’un montant égal à k fois l’accroissement de...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconQuestion 60 : En quoi la courbe des taux de rendement est-elle un...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples icon1. Le principe du multiplicateur
«Nous appellerons k le multiplicateur d'investissement. IL nous indique que lorsqu'un accroissement de l'investissement global se...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconQuestion 47 : Consommation, épargne et investissement constituent...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconChapitre IV- le fonctionnement de l’economie
«macroéconomique» : on s’intéresse aux quantités globales (pib, dépense, investissement) au niveau d’une nation

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconI –Conso et Epargne
«Consommation, Epargne et investissement constituent les composantes fondamentales de l’activité économique. Selon vous, quels facteurs...

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconVous expliquerez comment l'investissement est source de croissance économique

L’investissement est une opération économique fondamentale. Définissez ce concept, et expliquez en quoi le niveau d’investissement résulte de paramètres multiples iconChapitre 3 – La formation du revenu national d’équilibre et la théorie...
«deux aspects différents de la même chose», alors l′épargne et l′investissement sont identiques. Myrdal distingue les grandeurs






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com