Volet Domaines D’Activités Stratégiques





télécharger 307.83 Kb.
titreVolet Domaines D’Activités Stratégiques
page6/7
date de publication06.06.2019
taille307.83 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Provence Alpes Côte d’Azur est l’une des trois régions maritimes navales françaises avec les régions Pays de Loire et Bretagne. Au niveau européen, le Maritime Cluster Schleswig Holstein en Allemagne, le Dutch marine Cluster en Hollande, le pôle Carthagène en Grèce, la Spezia en Italie sont des partenaires potentiels.

La région se distingue sur l’ingénierie, la conception et la construction de navires spécifiques, navires à passagers côtiers et yachts ainsi que sur les équipements pour ces mêmes navires et sur la maintenance, réparation et refit des navires militaires, yachts et des grands navires de croisière. Un réseau de 150 TPE et PME assure la réparation et la maintenance de 15% de la flotte mondiale de navires de grande plaisance. Les deux autres régions sont plus fortement positionnées sur la construction.

La région Provence Alpes Côte d’Azur regroupe 25 % de l’ensemble des unités immatriculées de bateaux de plaisance en France (900 000 dont 600 000 actives) et 40 % avec le Languedoc Roussillon. La Fédération des Industries Nautiques a évalué le tonnage de bateau de plaisance hors d’usage à 10 000 t en 2010 et 20 000 t en 2025.

Il conviendrait donc de soutenir la R&D navale dédiée aux technologies avancées de production composites, métalliques et structures hybrides en partenariat avec l’Institut de Recherche Technologique Jules Verne de Nantes.

Il serait d’autre part opportun pour la région de se doter d’un centre opérationnel de déconstructions et de valorisation des déchets issus des navires de plaisance en fin de vie (BPHU), en soutenant la R&D et en développant des procédés de démantèlement propres. Le recours à l’insertion par l’activité économique permettrait par ailleurs d’assurer un modèle économique viable.

3-1-5- DAS « Industries culturelles – Tourisme – Contenus numériques »

Ce DAS, tel que nous le considérons, regroupe un ensemble d’activités qui relèvent selon la terminologie européenne des industries émergentes de  « l’expérience ».

Provence Alpes Côte d’Azur dispose d’atouts significatifs en matière de tourisme et d’industries culturelles (cinéma, audiovisuel multimédia) et de l’une des concentrations d’entreprises numériques à potentiel de croissance les plus importantes en France et en Europe. La région est également bien positionnée sur le créneau des contenus numériques et peut compter sur une taille critique d’entreprises en multimédia et des compétences reconnues dans le traitement de l’image numérique, la réalité virtuelle augmentée, l’animation 3D. Composé essentiellement de TPE et PME, ce tissu représente 77 000 emplois en région (services associés inclus) et réalise 14 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Les entreprises du secteur sont réunies autour d’acteurs structurants : le pôle Média (contenus multimédias), le pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisées (centré hardware) ou encore le PRIDES PRIMI (sur le transmédia).

S’y ajoutent de fortes compétences en matière d’objets intelligents et communicants, autour d’acteurs marquants de la filière (Centre National de Référence des RFID, Ericsson, ATMEL, INTEL, ST Microelectronics…). Ces compétences se rejoignent dans les enjeux d’avenir des industries numériques : l’internet « ubiquitaire », l’industrie « de l’expérience » qui supposent la multiplicité des supports et contenus numériques et la connectivité de l’environnement. Le tourisme et l’industrie culturelle et de loisirs constituent deux champs majeurs d’application de ces technologies.

Les entreprises du numérique constituent un vecteur d’innovation important pour le tourisme et les industries culturelles en termes de création artistique, de production de services touristiques, de vecteur de commercialisation,...
Les objectifs poursuivis dans le cadre de ce DAS sont les suivants:


Développer des solutions d’e-tourisme et accroître la clientèle internationale



Créer des liens entre le transmedia et la ville intelligente


Développer des solutions d’e-tourisme et accroître la clientèle internationale

Avec près de 31 millions de touristes accueillis en 2011, et une consommation touristique de près de 14 milliards d’euros, le tourisme représente plus de 11% du PIB régional contre 7% de PIB au niveau national et 5% au niveau mondial. Provence Alpes Côte d’Azur est la première destination touristique des français et la clientèle étrangère représente 20% des touristes.

Certaines grandes tendances émergent dans le tourisme : une poursuite de l’appropriation numérique des seniors, une forte propension des jeunes aux voyages, une mondialisation qui renforce les enjeux de visibilité et de lisibilité et une nécessaire différentiation à partir des atouts du territoire, la recherche d’une expérience de voyage/de développement personnel de la part du consommateur touristique qui est davantage attentif à la qualité des prestations et sensible aux problèmes de sécurité.

Les mutations technologiques conduisent au développement des contenus enrichis par le multimédia et de l’activité sur internet (nouveaux systèmes de recherche et de cartographie en ligne, interactivité avec l’internaute, information touristique via la téléphonie, systèmes de paiement sécurisées…).

Si la région occupe la 2ème place européenne en terme de capacité d’accueil, elle n’arrive qu’en 8e position au regard du nombre de nuitées. La clientèle étrangère représente seulement 20% des touristes. Le potentiel de touristes au niveau international à convaincre est immense. Compte tenu de la taille du territoire régional, le potentiel de croissance peut être estimé à plus de 10 millions de nuitées sur un total actuel de 35 millions de nuitées ce qui placerait la région au niveau de la région de Venise mais encore loin derrière la Catalogne.

Avec un accroissement de 20% de la clientèle étrangère, le tourisme qui représente 7% de l’emploi salarié en région pourrait voir ses effectifs augmenter significativement. L’objectif opérationnel vise à augmenter de 10% sur 3 ans le montant des recettes générées par le tourisme ce qui signifie un impact de 1.4 milliard, soit 1% du PIB de PACA.

Les technologies numériques et l’exploitation des données libres peuvent totalement changer l’expérience du touriste. Le voyageur se voit proposer de nombreuses offres numériques avant son départ (portails de destination, plateformes commerciales, comparateurs de prix, sites d’entreprises, réseaux sociaux...). En revanche, arrivé à destination, il se retrouve souvent confronté à un réel manque d’informations pratiques et pertinentes en adéquation avec son séjour. Le touriste aura donc besoin d’un maximum d’informations en peu de temps sur les activités susceptibles de l’intéresser sur le territoire. Outre les données touristiques à proprement parler (monuments, hébergements, activités sportives etc...) le touriste vit dans un écosystème de données (santé, mobilité…) indispensables à connaître pour que son séjour soit réussi.

Il convient donc de renforcer l’ouverture des données publiques des différents opérateurs touristiques, de structurer le développement des plateformes commerciales permettant l’information et la réservation rapide et d’aider les entreprises touristiques à utiliser le web marketing pour améliorer leur visibilité en ligne (référencement des offres sur les moteurs de recherche des marchés ciblés).

Un programme d’assistance à la création de contenus et services digitaux de qualité, innovants et en langue étrangère pour les touristes internationaux permettrait également de mieux répondre aux demandes des visiteurs potentiels étrangers.

La numérisation des contenus, la diffusion des sites culturels sur le net participe également à une internationalisation du tourisme culturel. Qu’il s’agisse du patrimoine déjà inventorié ou de projets culturels, il apparaît essentiel que la région puisse offrir un large panorama des ressources des territoires qui la composent en mobilisant les outils numériques (sites dédiés, parcours virtuels 3D, réalité augmentée, géolocalisation, applications sur les terminaux de poche ou Smartphones…). Le référencement, la planification, la visualisation à distance des sites et infrastructures, l’assistance lors des visites dépendent dans une grande partie des infrastructures, des services et du contenu numériques qu’il convient de soutenir.
Créer des liens entre le transmedia et la ville intelligente

Le label Marseille Provence 2013 capitale européenne de la culture  est un vecteur d’attractivité touristique et une opportunité pour ancrer et structurer les acteurs des industries culturelles et créatives du territoire. A ce titre en 2010, Provence Alpes Côte d’Azur a été force de proposition dans le cadre du la consultation du livre vert de la Commission sur le potentiel des industries culturelles et créatives notamment sur l’impact du numérique dans ces industries.

Au cours des 10 dernières années, les innovations technologiques ont révolutionné les comportements des utilisateurs en terme de divertissement notamment l’internet à haut débit, la TNT, les sites de partage de vidéos, les réseaux sociaux, les Smartphones, les consoles de jeu. Ces technologies ont également modifié les habitudes d’information, de communication, d’interaction et d’achat.

Les applications de communication et de loisirs grand public, qui utilisent de façon conjointe et sous des formes complémentaires différents modes de communication (Web, téléphone mobile, jeux vidéo, Dvd, diffusion broadcast HD, cinéma..), sont devenues un enjeu incontournable pour les acteurs des industries culturelles.

Le transmedia doit rassembler trois industries (jeux / multimedia/ audiovisuel) qui n'ont pas d'histoire commune. A ce titre, il convient de soutenir le développement du transmedia auprès des acteurs régionaux, en renforçant l’action du PRIDES PRIMI et de mettre en place des formations dédiées.

Plusieurs pôles sont présents et dynamiques dans les technologies de l’image et du contenu numérique : le Pôle CAP DIGITAL en Ile –de-France sur les contenus numériques, les jeux vidéo, le design numérique ; le pôle Images et Réseaux en Bretagne et Pays de Loire dans les services de la chaîne de l’image, images en mobilité, réseaux, distribution de contenus, sécurité des réseaux, réalité virtuelle augmentée, logiciel et génie logiciel ; le Pôle Imaginove en Rhône-Alpes sur les filières de l’image en mouvement (jeu vidéo, cinéma audiovisuel, animation et multimédia) ; Iconoval, Pôle Image d’Alsace dans l’audiovisuel et multimédia ; le Pôle Image en Nord Pas-de-Calais), la Vallée des Images en Poitou Charentes.

Face aux autres pôles présents en France la région doit trouver un positionnement différenciant. La dynamique créée autour de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture 2013 offre l’opportunité de créer des liens entre le transmedia et la ville intelligente. Il s’agit de relier les applications de communication et de loisirs grands publics (web, téléphonie mobile et géo localisée, média classiques) et les objets intelligents et communicants implantés dans l’espace urbain. La ville intelligente est l’une des applications les plus prometteuses de l’informatique ubiquitaire, c’est à dire un univers numérique, qui à tout instant et en tous lieux, analyse le contexte de ses utilisateurs et répond à ses besoins.

A ce titre il convient de souligner la place de la métropole niçoise Nice Côte d’Azur dans les smart cities : elle est parmi les 24 premières villes au monde à recevoir l’expertise d’IBM en planification stratégique, gestion de données et compétences technologiques au service de la transformation des villes.

3-1-6- Les technologies génériques clés
L’architecture des 5 DAS doit bien évidemment être rapprochée des technologies génériques clés (Key Enabling Technologies dits KETs) définies par la Commission Européenne qui constituent la clé de voûte de la prochaine politique de soutien à l’industrie européenne.

Provence Alpes Côte d’Azur dispose à cet égard d’une solide base technologique avec 11 pôles de compétitivité (cf diagnostic en annexe) dont certains (Solutions Communicantes Sécurisées, OPTITEC, EUROBIOMED) sont directement positionnés sur les KET’s identifiées comme prioritaires par la Commission Européenne.

Aussi, en complément de la démarche stratégique élaborée sur les Domaines d’activités stratégiques (DAS), il est indispensable de conforter les technologies génériques clefs dans lesquelles Provence Alpes Côte d’Azur détient une position d’excellence, une masse critique de compétences ou qui apparaissent comme importantes pour irriguer le développement des différents DAS. Ces technologies génériques clefs, stratégiques pour Provence Alpes Côte d’Azur, doivent donc être considérées comme entrant dans le périmètre des priorités définies par la S3 aux côtés des DAS.

Le marché européen des technologies clés génériques représente 20 % du marché mondial et un volume de production industrielle de 60 Md€ avec un taux de croissance de 10 % par an.






Taille actuelle du Marché $ (2006/2008) 

Taille projetée du marché (2016)

Taux de croissance annuel attendu

Nanotechnology

12 Mds

27 Mds

16 %

Micro & nanoelectronics

250 Mds

300 Mds

13 %

Industrial Biotechnology

90 Mds

125 Mds

6 %

Photonics

230 Mds

480 Mds

8 %

Advanced materials

100 Mds

150 Mds

6 %

Advanded Manufacturing systems

150 Mds

200 Mds

5 %


Les KET’s présents en Provence Alpes Côte d’Azur nourrissent fortement la plupart des DAS :


  • Les nanotechnologies, micro-et nanoélectronique et semi-conducteurs particulièrement présentes au sein du pôle Solutions Communicantes Sécurisées.

Les TIC sont omniprésentes dans ce XXI siècle très numérique et leur déploiement offre d’énormes potentiels d’innovations de services et d’usages et de création de marché. Si ces nouvelles technologies révolutionnent la vie quotidienne des personnes, elles bousculent aussi les processus et mode d’organisation des entreprises. Dans cet environnement technologique très dynamique, il convient de soutenir la montée en puissance des logiciels embarqués dans les systèmes ou enfouis dans les puces électroniques ainsi, le rapprochement entre l’informatique les Télécommunications et la microélectronique permet d’accueillir toujours plus d’applicatif dans les composants et les produits à l’exemple de la téléphonie mobile qui permet des services multimédia, géo localisés et personnalisés utiles au développement de solutions de mobilité. Par ailleurs, le développement massif de l’« Internet des objets » va continuer à profondément changer notre société en terme de facilitation de la vie quotidien (domotique, automobile connectées, e-tourisme, de sécurité, traçabilité des objets, capteurs de e-santé, supervision environnementale).
De ce fait, il apparaît important de conforter les 3 domaines de spécialisations portés par le pôle Solutions Communicantes Sécurisées (SCS) et son écosystème de PME et de laboratoires de recherche, où la région possède une forte spécificité, une masse critique et une position d’excellence (en regard des autres clusters TIC français et européens): les technologies du sans contacts, les réseaux M2M (machine to machine) et services mobiles ainsi que les technologies de la sécurité et de l’identité numérique. Cela passe notamment par le renforcement de ces écosystèmes et de l’action des plateformes technologiques telles que Com4Innov (Très Haut Débit mobile, 4G/LTE, M2M) et CIM PACA.

Enfin, il apparaît également pertinent de conforter les atouts de la région dans des domaines où existent des positions d’excellence et des opportunités telles que les technologies 3D, le calcul intensif et la simulation numérique, le traitement des données (big Data et visualisation) et le « cloud computing ».

Ce sont donc les quatre DAS « transition et efficacité énergétiques » (smart grids) « mobilité intelligente et durable », « Santé » et « Risques – sécurité » qui sont notamment alimentés par ces technologies génériques.

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet Domaines D’Activités Stratégiques

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet Domaines D’Activités Stratégiques

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconProgramme de cofinancement de projets d’éducation et de partenariat...
«Volet Nord et Volet Sud» 000€ pour le Volet Nord et 15. 000€ pour le Volet Sud

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconProgrammation d’activités spécifiques en lien avec les autres domaines...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconDissertation sujet
«volet préventif» puisqu’en cas de risque de dépassement, la Commission adresse une recommandation au pays concerné et un «volet...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconRésumé : L'émergence des objets connectés bouleverse totalement tous...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconBep metiers de la relation aux clients et aux usagers
«Métiers de la relation aux clients et aux usagers» participe à la réalisation d’activités spécifiques dans les domaines professionnels...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconLa neuropsychologie infantile
«immaturité» de son cerveau et de son manque d’expertise dans les différents domaines d’apprentissages cognitifs, puisque l’enfant...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconDe la fin du xixè au premier choc pétrolier, la France est un pays d’immigration
«La France multiculturelle» est l’image donnée par les équipes sportives. Citez d’autres domaines dans lesquels cette image reste...

Volet Domaines D’Activités Stratégiques iconVolet 1 : Description du projet






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com